Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Huis clos. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Jean Guéhenno

[Extrait du Journal des années noires, 1947]

Texte intégral

130 mai [1944]

  • 1 Selon les registres de la Société des Auteurs, la représentation du 29 mai était payante.

2Hier soir répétition de la nouvelle pièce de Sartre, Huis clos1. C’est très habile et très bien fait. Mais à quoi bon ces évocations infernales. Je me sens devant elles bêtement vertueux. Méfions-nous : peut-être suis-je encore plus bête que vertueux… Ce qui me gêne c’est que l’auteur n’adhère jamais à ce qu’il dit, les horreurs qu’il peint ne sont pas du tout horribles parce qu’il n’est pas lui-même horrifié. Je ne suis touché à aucun moment. Littérature.

3Qui nous sortira de ce marais ? M. Gide a mis tous les écrivains en garde contre les bons sentiments. On ne ferait avec eux que de la mauvaise littérature. Mais la culture des mauvais sentiments peut être aussi très « littéraire », et la matière d’autres clichés… Je me sens devant la pièce de Sartre de ce « gibier de paradis » qu’il méprise. Le « gibier d’enfer » ne peut m’intéresser longtemps. Les divagations provocantes, faussement cyniques, d’irresponsables me dégoûtent. Un écrivain véritable, sans y penser, sans avoir à le vouloir, écrit toujours pour mon salut, pour le salut de quelque chose en moi. Il cherche lui-même le chemin de son salut, il me force un temps à l’accompagner sur sa route, vers sa lumière. Tout le reste est mode et amateurisme.

4Je note ce qu’il y a de faussement allusif dans les premières scènes. On se croirait dans une cellule de Fresnes ou de la Santé, et le public est prêt à s’émerveiller du courage de l’auteur. Mais on s’aperçoit vite qu’il n’y a là qu’un mensonge de plus, que le huis clos n’est que l’enfer d’un ménage à trois, d’un homme et deux femmes (dont l’une est lesbienne) qui se disputent leur tour de coucher ensemble. Tristes jeux de la servitude.

5Journal des années noires (1940-1944), Paris, Gallimard, 1947, coll. Folio, 2002, p. 410-411.

Notes

1 Selon les registres de la Société des Auteurs, la représentation du 29 mai était payante.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540