Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

François Mauriac

[Extrait d’une lettre à Jean Blanzat]

Texte intégral

1Samedi 1943.

  • 1 La colère de F. Mauriac se dirige contre l’article non signé de Michel Leiris dans les Lettres fra (...)

2Je suis bouillant d’indignation après la lecture des L[ettres] F[rançaises]. Les avez-vous reçues ? Ce papier dépensé, ce risque couru pour faire avaler aux pauvres types cet immense panégyrique du navet de Sartre1 ! Et à un pareil moment ! Lorsqu’il y a tout à dire ! La gendelettrerie de ces types me fait vomir. Je compte leur flanquer ma démission. Nous sommes foutus si nous ne nous délivrons pas de ces mandarins de troisième zone, de ces pions de la fausse avant-garde. Et pendant ce temps on se prépare à massacrer les garçons chez nous. Comme s’il devait être question d’autre chose – même sur le plan littéraire ! Comment ne sentent-ils pas le ridicule inouï de faire paraître clandestinement une longue étude sur Les Mouches !

3Lettres d’une vie (1904-1969), Correspondance recueillie et présentée par Caroline Mauriac, Paris, Bernard Grasset, 1981, p. 270.

Notes

1 La colère de F. Mauriac se dirige contre l’article non signé de Michel Leiris dans les Lettres françaises clandestines reproduit supra. Paul Eluard, dans une lettre de début janvier 1944 à Jean Lescure, juge lui aussi l’article « un peu long » (Lucien Scheler, La grande espérance des poètes. 1940-1945. Paris, Temps actuels, 1982, p. 323).

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540