Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

J[ean] Duncant

À propos de [sic] Mouches, Combats, 7 août 1943

Texte intégral

1[…] nous sommes désagréablement surpris lorsque M. Alain Laubreaux nous apprend que Charles Dullin ne « nous a révélé ni un acteur, ni un auteur dramatique » et qu’il n’a encore en quelque sorte jamais rendu le moindre service à cet art du théâtre qu’il prétend servir depuis vingt ans. M. Laubreaux est certainement l’un des premiers critiques de théâtre. Successivement dans les colonnes de Je suis partout il exerce sa verve et sa virulente ironie, il s’est attaqué à la médiocrité larmoyante de Bernstein, aux discours boulevardiers de Denys Amiel, à la pompe feuilletonesque de Pierre Frondaie, ce à quoi ne pensaient pas toujours MM. Henri Bidou, Edmond Sée, Charles Méré et même Mme Colette dont les critiques du Journal sont pourtant les plus savoureuses qu’il nous ait été donné de lire avant la guerre.

2Tour à tour aussi, il a loué Jean Giraudoux et Jean Anouilh. Avec une sorte de fièvre, nous le lisions chaque semaine, comme d’autres avaient fait et faisaient de Lucien Dubech, et nous comparions avec quelques angoisses ses jugements aux nôtres.

3Aussi n’est-ce pas sans inquiétude que nous l’avons vu s’engager à plusieurs reprises sur des chemins qui n’étaient pas toujours ceux du goût et de l’impartialité.

4Avec Les Mouches de J.-P. Sartre, que M. Dullin a vainement tenté de conduire au succès sur les planches de ce Théâtre de la Cité que Martini nomme méchamment le théâtre de la nécessité, M. Alain Laubreaux a trouvé l’occasion d’une nouvelle campagne dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle n’était pas d’une urgente utilité.

5On sait ce que sont Les Mouches : un divertissement un peu confus sur le thème de la vengeance d’Oreste, auquel plusieurs se sont complu à donner assez sottement une signification politique. Il n’en a pas fallu davantage à M. Laubreaux pour qu’il déchaîne son courroux. Le temps d’écrire deux cent cinquante lignes, M. Charles Dullin est devenu un petit amateur de province enrôlé par hasard sous la prodigieuse bannière brandie par MM. Jouvet, Baty et Coppeau [sic]. […]

6Sous les coups furieux de M. Laubreaux, M. Dullin ne fur plus bientôt qu’une petite chose assez médiocre, les joues gonflées du talent des autres, les oreilles bruissantes d’applaudissements usurpés. […]

7Combats (Vichy), 7 août 1943, p. 6.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540