Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

M. Philippe

Jeune Force de France, n° 13, 15 juillet 1943

Texte intégral

1Jean-Paul Sartre est ce prof. de philo du Lycée du Havre qui s’est distingué jadis au petit jeu de l’introspection appliquée et qui a intitulé La Nausée 300 pages denses de trucs, de procédés et de ficelles, illustration à l’usage des grands commerçants d’un cours de psychologie. On ne gardait du livre que le titre. Sartre s’étant sans doute rendu compte qu’il exaspérait ses lecteurs n’abusa plus de leur patience et s’essaya dans la nouvelle. Il donna la preuve que, ôtée la psychologie dont il fait profession, il ne restait de son livre que les ficelles. Le Mur est une construction systématique et raisonnée de réactions établies à priori et discutées en classe, rigoureusement déduites ou prudemment induites d’un document irréfutable, d’une confession. De ce fatras universitaire il ne restait que sécheresse, artifice et fausseté, ainsi qu’il ressortait de la comparaison avec Un Testament espagnol qui était publié sur le même thème aux éditions Albin Michel et qui débordait de vérité et d’émotion. Je ne parle pas de cette infâme et malodorante caricature de jeune que Sartre avait tracée avec de la m… et intitulée Enfance d’un Chef. On évoquait à ce propos le répugnant Willy inscrivant cyniquement « en remettre » en marge du manuscrit Claudine à l’école. Aujourd’hui, Sartre fait sa rentrée en s’essayant au théâtre avec Les Mouches.Tout d’abord, on est un peu énervé : Encore une Électre ! On avait déjà assez de celle de Giraudoux, qui n’avait de pièce que le nom n’ayant rien à voir avec le théâtre. Et puis allez tirer quelque chose de neuf de l’Orestie ! Est-ce que la littérature dramatique française va passer son temps à refaire en plus mal toute la littérature grecque ? Est-ce qu’on en arrivera aux aberrations analogues à celles qu’avait annoncées pour les Italiens la préface de l’Angelica de Ferrero ? Toutes les craintes étaient permises. Surtout avec Sartre.

2Mais le nouveau de l’histoire, c’est d’abord que Sartre n’est plus le visqueux auteur de La Nausée ou du Mur. Le genre l’a contraint à sabrer les digressions divagantes et à s’en tenir à l’essentiel de la composition et de l’expression. Il n’y a plus de lavures philosophouillardes, mais de la vigueur et de la sobriété. Grande innovation, encore que l’importance donnée au personnage de Jupiter qu’on voit se promener sur terre et avec lequel les héros peuvent discuter d’homme à homme, Sartre a trouvé là le moyen d’écrire les deux admirables dialogues sur l’ordre et sur la liberté que sont la grande scène du II avec Égisthe, et la grande scène du III avec Oreste. C’est d’ailleurs pour cette scène du 3e acte que la pièce a été écrite et c’est la trouvaille de Sartre d’avoir substitué au problème de la fatalité le problème de la liberté. Jean Cocteau a déjà essayé de démontrer les rouages inéluctables de la tragédie antique. Mais ici il y a quelque chose de plus profond : les dieux sont là, et ils s’inquiètent. Voilà-t-il pas un homme qui, soudain, sent la liberté naître en lui et qui – ce qui est plus grave – en prend une conscience aiguë ! C’est la tragédie de l’homme moderne qui, brusquement, ne se soumet plus à leur vieille volonté et veut secouer le joug de son esclavage dévot pour échapper à un fatalisme qui n’est que l’expression de son manque de volonté. Les dieux n’ont plus qu’un moyen contre lui : les mouches, les Érinnyes, ou déesses du Remords, qui marqueront le poids de ses actes.

3Oreste va tuer Égisthe, puis sa mère, en simple justicier, dans un acte librement consenti et non commis dans l’aveuglement de la haine. Par là il va exorciser la ville, qui vivait dans la pourriture : les remords, qui, jusqu’ici, rongeaient les gens d’Argos, ne concerneront plus que lui, parce qu’il est le seul garant de son acte. Mais lui, sans haine, sera sans remords. Il entraîne à sa suite les Érinnyes, rendant la ville à son état normal et les citoyens à la liberté.

4Ce thème aurait pu être sujet à variations positivistes sur la libération de l’époque métaphysique ou à variations alaniques sur l’esclavage de la liberté faisant suite à la liberté de la liberté ou à la peur de la peur (airs connus). Il n’en est rien. Il est exprimé dramatiquement dans une pièce bien construite et jouable. « Quid multa » ?

5Ce qu’on veut de plus ? Ce sont quelques modifications dans le détail de l’exécution, ces petits riens qui rendraient la pièce parfaite : la mise en scène est de Dullin et le peuple ne demande pas autre chose. L’emploi des masques est une idée magnifique et d’une opportunité judicieuse dans un drame grec primitif ; les costumes sortent des vases peints et les masques viennent nous rappeler que les premiers Hellènes avaient de nombreux points de ressemblances avec les tribus de la côte d’Ivoire ou de Bornéo. Mais on ne comprend pas la fausse note créée par les deux statues de Jupiter et d’Apollon, monstres judéocubistes et surréalistobolcheviks, qui ne sont ni effrayantes, ni amusantes, mais tout simplement laides et bêtes, On ne comprend pas non plus le chœur chanté des Érinnyes, qui sent son opéra ou son music-hall (les bas noirs du French Cancan !), On ne comprend pas enfin pourquoi Madame Olga Dominique bourre chacun de ses mots d’h aspirés au point qu’on l’entend ahaner des deuxièmes balcons.

  • 1 La comédienne qui interpréta le rôle d’Électre dans la pièce de Giraudoux.

6Cette Électre nous change de l’exaspérante et stupide Madeleine Ozeray1, évidemment. Mais c’est pour nous rappeler la mendiante algérienne du Prosper que Baty donna en 36, Cette diction de « bicote » est extrêmement désagréable, d’autant plus que le jeu d’Olga Dominique est loin d’être mauvais. Mais réservons nos pommes cuites pour Oreste. Nous n’avons décidément pas de veine avec les Oreste. Chez Jouvet, Paul Cambo parlait du nez et jouait avec ses fesses. Jean Lanier, lui, a vu jouer Jean-Louis Barrault, l’incompréhension faite acteur, et il l’imite avec un rare bonheur. Que ne lui a-t-on donné un rôle muet ! Ou bien pourquoi n’a-t-on pas fait jouer à sa place Lucien Arnaud, qui, dans un rôle de troisième plan, fait preuve de beaucoup de talent ? Il est vrai que, pour nous consoler, il y a Norbert et Délia-Col et Dullin. C’est la chance de Sartre que d’avoir une telle interprétation.

7Il faut aussi dire que, à une époque où il n’y a plus de peintres, plus de sculpteurs, plus d’écrivains et plus d’auteurs dramatiques, c’est la chance de Dullin que d’avoir trouvé enfin une pièce.

8Jeune Force de France, n° 13, 15 juillet 1943.

Notes

1 La comédienne qui interpréta le rôle d’Électre dans la pièce de Giraudoux.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540