Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Yves Bonnat

Les Beaux Arts, 10 juillet 1943

Texte intégral

1Je n’avais pas encore eu le temps de prendre la plume pour en écrire que déjà s’abattait sur Les Mouches, le nouveau spectacle de Dullin, une rafale de cruelles et injustes critiques. En ce moment, on ne peut encore distinguer s’il s’agit d’une cabale, dont les raisons resteraient mystérieuses, ou d’une incompréhension totale, ce qui serait plus grave !

2Pour moi, nullement ébranlé dans mon opinion première et d’ailleurs rassuré par cette phrase qui, sous la signature de Dullin, s’inscrit en tête du programme : « Le théâtre n’est pas un commerce, mais un art », je continue à considérer la pièce de Jean-Paul Sartre comme l’œuvre théâtrale la plus aiguë et la plus indépendante qu’il nous ait été donné d’applaudir cette année.

3Certes, l’auteur y loue l’individualisme avec outrance et cette tendance est peu conforme à ce qu’il paraît aujourd’hui nécessaire de prôner. Mais n’y a-t-il plus de place dans l’art pour exprimer des sentiments particuliers ? La véhémente noirceur de la situation est-elle aussi peu plausible qu’elle surprenne une époque pourtant éprouvée aux souffrances ?

4Quelle considération que l’on ait de l’aspect philosophique des Mouches, on doit lui reconnaître une exceptionnelle puissance d’évocation, des qualités de style et d’écriture, de clarté même, peu courantes. La mise en scène barbare et monumentale de Dullin, le décor, les costumes et les masques, agressifs et bien rythmés de H. G. Adam – exception faite pour la grande statue de Jupiter qui fait penser à un Picasso raté – la musique volontairement lourde et grinçante de J. Besse, et l’interprétation générale portent le texte jusqu’aux plus hautes cimes.

5J’eus aimé, en la personne de Dullin, un Jupiter plus colossalement farceur ; mais la pathétique et belle Olga Dominique, le terrifiant Paul Œttly, Jean Lanier, Délia-Col et Norbert sont à la hauteur de leurs rôles difficiles.

6Les Beaux Arts, 10 juillet 1943, p. 12.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540