Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Jean Herbault1

Images de France, juillet 1943

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un compte rendu qui porte sur plusieurs pièces.

1Décidément les sombres tribulations de la famille d’Agamemnon concentrent depuis quelques mois l’attention de nos auteurs et directeurs de théâtre. Électre et Oreste sont à la mode ce printemps. Pour user d’un vocable moins frivole, il y a là une curieuse coïncidence ou une étrange contagion dont je n’entreprendrai pas d’élucider les causes profondes. Or donc, à peine l’Électre de Giraudoux vient-elle de remémorer – ou d’apprendre – à la bourgeoisie des Champs-Élysées le drame de l’Orestie que M. Charles Dullin le présente dans la pièce Les Mouches aux jeunes cerveaux mieux entraînés des étudiants qui forment, fort heureusement, la clientèle du fond du vaste Théâtre de la Cité. Pendant toute sa première partie, la pièce de M. J.-P. Sarthe [sic] cause un indicible malaise : elle sent la pièce d’avant-garde à retardement et se déroule dans un assemblage de ballet et de machinisme qui transporte le spectateur par la pensée dans la salle située de l’autre côté de la place du Châtelet. Et puis, à la faveur du colloque très réussi qui mer en présence Égisthe et Zeus, l’idée philosophique se dégage de ce funèbre chaos, éclaire un décor sinistre, volontairement affreux, qui choque le regard deux heures durant. La pièce prend alors son sens, qui s’affirme mieux encore au dernier tableau, où l’on voit Électre et Oreste – meurtrier d’Égisthe – assaillis à leur tour par les mouches qui hantent la ville maudite d’Argos et qui symbolisent les remords. Le thème philosophique – non sans valeur – est celui de la liberté.

2Ayant accompli librement l’assassinat d’Égisthe, Oreste, galvanisé par son destin, tient tête aux habitants d’Argos qui le menaçaient et qui reculent, dominés, matés : il échappe à leur jugement, il échappe au remords. Les « mouches » n’ont pas de prise sur lui. Une flamme subite anime la fin de la pièce. M. Jean Lanier, jusque-là assez terne et qui se hausse alors au niveau d’un héros de tragédie. Quant à Mlle Olga Dominique (Électre), son tempérament musclé mérite de s’employer plus complètement dans une autre pièce. M. Charles Dullin personnifie avec nuances un Zeus bonhomme au visage de Fontaine, mais nous continuons d’attendre pour lui un grand rôle à sa taille comme le fut Volpone.

3Images de France, juillet 1943.

Notes

1 Extrait d’un compte rendu qui porte sur plusieurs pièces.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540