Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Jean Pontouvre

Les Mouches chez le libraire1, La Gerbe, 1er juillet 1943

Texte intégral

  • 1 Le livre (dont l’achevé d’imprimer date de décembre 1942) a été mis en vente en avril 1943.

1En parlant des Mouches de Jean-Paul Sartre, je n’ai nullement l’impression d’empiéter sur les prérogatives de la critique dramatique : car je ne suis pas sûr du tout que cette tragédie, littéraire et philosophique, soit en outre dramatique. Si je parle de la mise en scène de Dullin, ce sera seulement pour en dire que c’est une mise en scène faite pour intéresser les metteurs en scène, de même que le drame littéraire de Jean-Paul Sartre est fait pour intéresser les gens de lettres.

2Cette indifférence à l’égard du public – à quoi nous ont déjà habitués les poètes depuis qu’ils ne se mêlent plus d’écrire que pour les poètes – ne saurait en aucun cas passer pour une qualité dramatique. On entend bien que je ne veux pas le moins du monde encourager la « littérature facile », ni la flatterie à l’égard d’un public toujours prêt à répondre aux sales caresses. Je veux dire seulement que, dès lors qu’on écrit un drame, et qu’on prétend le faire jouer dans une des grandes salles de spectacle de Paris, il est bon de ne pas oublier totalement que cette salle sera remplie par un public qui ne sort pas tout entier de Normale – un public pour qui la métaphysique est une science respectable, mais lointaine, et à quoi il faut absolument se résigner à lui faciliter l’accès : sous peine, ou bien de voir cette salle désertée par le public (ce qui permet, évidemment, de souligner en gémissant que Tire-au-Flanc fait toujours salle comble), ou bien de faire appel, pour la remplir, à d’audacieux malentendus – et il n’est, pour le comprendre, que de voir les savoureux contre-sens que fait chaque soir le public en entendant Oreste parler de la liberté…

3Jean-Paul Sartre a écrit un drame métaphysique sur la liberté humaine. Son texte est plein de choses fortes et de grandes beautés. Il se lit comme un excellent essai philosophique, romancé comme le Voyageur et son ombre, plein d’ardeur, de tragique humour, de sens de la grandeur et de bon sens même. Les bourdonnements puérils des ondes Martenot n’y ajourent rien, non plus que les appels du pied du Grand Prêtre.

4Cette phrase d’Oreste :

5– Je ne suis ni le maître ni l’esclave, Jupiter ! Je suis ma liberté. À peine m’as-tu créé que j’ai cessé de t’appartenir !

6qui, à la lecture, éveille tant d’échos, qui contient tout le secret de la pièce, et peut-être un secret des dieux – qui, probablement, troublera longtemps le cœur des hommes jeunes – n’est pas une phrase dramatique. N’est pas une phrase qui atteigne le spectateur comme elle fait du lecteur. J’entends bien que Jean-Paul Sartre n’a pas voulu refaire Peer Gynt : mais alors il n’avait besoin ni de Dullin ni du vaste plateau de la Cité.

  • 2 Pièce de Jean Sarment jouée par Dullin en alternance avec d’autres (dont Les Mouches).

7Il semble fort, d’après ses comportements, que Jean-Paul Sartre ait de soi-même une haute opinion : que comprendront et partageront sans doute les lecteurs de son drame ; que ne comprendront mais partageront les spectateurs embrigadés dans une cabale ; que ne comprendront ni ne partageront les loyaux habitués du Théâtre de la Cité qui viennent d’applaudir Mamouret2.

8La Gerbe, 1er juillet 1943.

Notes

1 Le livre (dont l’achevé d’imprimer date de décembre 1942) a été mis en vente en avril 1943.

2 Pièce de Jean Sarment jouée par Dullin en alternance avec d’autres (dont Les Mouches).

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540