Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Louis-Jean L. Finot

La Semaine à Paris, 1er juillet 1943

Texte intégral

1C’est dans la légende antique que M. Jean-Paul Sartre a puisé son inspiration pour écrire Les Mouches, la pièce qu’il nous présente au Théâtre de la Cité, et c’est une nouvelle Électre qu’il nous offre.

2Le retour d’Oreste à Argos où il retrouve Électre traitée en esclave par Égisthe, époux de sa mère Clytemnestre, après avoir assassiné son père Agamemnon ; la haine d’Électre pour les meurtriers ; la décision de les tuer prise par Oreste, pure de toute idée de vengeance ; la ville d’Argos, infestée par les mouches qui sont les âmes des morts torturant les vivants ; le meurtre accompli par Oreste qui sera assez fort pour ne jamais éprouver de remords ; son départ d’Argos, entraînant avec lui les mouches-Érinnyes… tels sont les épisodes dramatiques de l’œuvre de M. J.-P. Sartre.

3Œuvre intéressante, certes, et d’une écriture solide ; mais l’auteur, en traitant ce sujet, a voulu traiter aussi trop de problèmes à la fois – ceux de la liberté de l’homme, du remords, de la haine, de la fatalité, bien d’autres encore… – et les longueurs rendent confuses les scènes même les plus fortes, étouffent les pensées profondes. On se sent quelque peu accablé par Les Mouches, tout comme les héros d’Argos.

4Dans des décors d’un modernisme outrancier et pourtant désuet, M. Charles Dullin a réalisé une mise en scène qui est, elle, vivante, curieuse et fort belle, et il donne un relief « satanique » à son rôle de Jupiter. À ses côtés, MM. Jean Lanier, Oreste sûr de soi ; J.-F. Joffre, excellent ; Henri Norbert, Paul Œttly ; Mmes Délia-Col, belle Clytemnestre tourmentée ; Olga Dominique, touchante et véhémente Électre donnent la preuve de leur talent.

5La Semaine à Paris, 1er juillet 1943.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540