Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Robert Garnier-Rojan

Mon Pays, 27 juin 1943

Texte intégral

1Quand, une fois calé dans son fauteuil, on ouvre le programme des Mouches, que vient de créer le Théâtre de la Cité, on a un réflexe : encore les Atrides ! Encore Électre ! Encore Oreste ! Encore Clytemnestre ! C’est que, comme l’on dit vulgairement, on « sort d’en prendre ». L’Avenue nous offrit récemment la superbe, la sculpturale, La vibrante Électre de Jean Giraudoux ; plus récemment encore, le Théâtre-Français montait la solide et accablante Iphigénie à Delphes de Gerhardt [sic] Hauptmann.

2Venir après Giraudoux et Hauptmann constituait pour Jean-Paul Sartre, l’auteur des Mouches, un sérieux handicap, et démontrait aussi une belle audace. Ce handicap, il le surmonte magnifiquement. Bien sûr, le professeur de philosophie qu’est M. Sartre transparaît sous l’auteur dramatique, de même que des réminiscences giralduciennes se font jour – et je songe notamment au dialogue des deux gardes d’Égisthe. Si la cérémonie du culte des morts et le chœur des Mouches-Érinnyes font un peu « ballet des Folies-Bergère » ou « film pseudo-exotique », nous avons savouré, par contre, des passages splendides, tels que ce dialogue de Zeus et d’Égisthe.

3La mise en scène de Charles Dullin, les décors, les costumes, les masques créent fort bien une atmosphère qui n’est pas le moindre mérite de la pièce. L’interprétation est unique : Jean Lanier (Oreste), Délia-Col (Clytemnestre), Henri Norbert (Égisthe). Mais mentionnons surtout Joffre qui joue le Pédagogue avec un soin d’Orfèvre, la jeune Olga Dominique qui a campé Électre à sa manière : une sorte de monstre-enfant inconscient qui joue avec la haine comme avec une poupée, effrayante, puis effrayée, hargneuse ou douce, terrible, femme… Charles Dullin est ce qu’il est toujours : éblouissant ; il joue Zeus, un Zeus selon Sartre, exigeant et méticuleux. Le dieu de l’Olympe joue dans Les Mouches à la fois le rôle du chœur antique et celui de la divinité obstinée, aussi obsédante que le démon de nos légendes françaises, revenant à la charge pour obtenir du repentir comme Satan pour obtenir une âme.

4Peut-être n’aimera-t-on point Les Mouches, mais ce qui est sûr, c’est qu’il faut aller voir cette pièce, car il est des œuvres sur lesquelles il convient d’avoir une opinion, car elles comptent dans le théâtre.

5Mon Pays, 27 juin 1943, p. 3.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540