Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Louis Chauvet

Critique des Mouches et défense de Zeus1, Demain, 27 juin 1943

Texte intégral

  • 1 Extrait d’ une « Lettre de Paris » consacrée également à l’exposition Georges Braque.

1[…] Je retrouvai la jeune fille deux jours plus tard à la répétition générale des Mouches. Tout Paris était accouru dans la vaste salle du Théâtre de la Cité pour entendre cette pièce, écrite par un de nos plus remarquables jeunes écrivains, Jean-Paul Sartre. Spectacle curieux, étrange.

2À la sortie, Suzanne vient vers moi avec un sourire au coin.

3– Décidément, nous ne sortons pas de la métaphysique. Elle s’installe même au théâtre à présent.

4– Vous n’aimez pas ça ?

5– Je vais vous dire. L’œuvre est de celles qui vendent l’esprit hésitant. D’abord une objection. Les Mouches mettent en scène, une fois de plus, la fille de Clytemnestre et d’Agamemnon. Cela fait beaucoup d’Électres en même temps. Nos jeunes auteurs ont-ils donc la goutte à l’imaginative ?

6– Bah ! Le prétexte en somme importait peu. Ce qui compte, c’est l’idée de Jean-Paul Sartre. Les mouches offrent l’image du remords qui s’est abattu sur Argos après le meurtre d’Agamemnon, les mouches-Érinnyes. La sérénité d’Oreste vengeant la victime sans haine avec la certitude par conséquent d’échapper au repentir. Oreste entraînant les mouches derrière lui et délivrant la ville de leur obsession.

7– Oui, c’est très beau. Mais ça ne tient pas. Je veux d ire que ça ne tient pas, précisément, sur le plan métaphysique. En somme, qu’a voulu démontrer l’auteur du Mur ? Que Zeus est un Dieu triste, qu’il a besoin du remords des hommes et qu’il s’efforce de l’imposer là où il ne se manifeste pas. Or, l’exemple d’Argos prouve à quel point le spectacle d’un peuple voué de son propre consentement à la délectation morose est insolite. Les villes voisines se livrent à la joie. Pourquoi Zeus viendrait-il quêter les larmes humaines dans la seule ville qui les lui donne à profusion ? C’est pourtant ce qu’on lui fait faire.

8– Une proie telle qu’Oreste en vaut la peine.

9– Il me semble incompatible avec la dignité de Zeus néanmoins de relancer les âmes de cette façon-là. Vous rappelez-vous la scène où le Maître du ciel et de la terre supplie presque Électre de lui accorder un tout petit peu de repentir ? Quelle humiliation ! D’autre part, Oreste est-il vraiment un homme libre ?

10– Il me semble.

11– Pourquoi tue-t-il s’il n’en a pas envie ? Dès lors, comment un être aussi influençable échappe-t-il à la plus forte des suggestions qui puisse s’exercer ? Enfin, si Zeus a réellement fait sien le principe de la liberté de l’homme, pourquoi vient-il se mêler des affaires humaines, surtout avec ce complexe de petit garçon ?

12L’ennemie de Braque s’animait de plus en plus.

13– On voit trop l’aboutissement d’une pareille thèse. Pas de remords sans haine, pas de haine sans remords. Le Zeus Mouches [sic] s’est enfermé dans un cercle infernal. Et puis que signifie son horreur des justiciers ?

14Suzanne fit une virevolte brusque et sans me laisser le temps de riposter ni d’épiner.

15– Au revoir ! me lança-t-elle. Et croyez-moi : laissons la métaphysique aux métaphysiciens.

16Demain (Lyon), 27 juin 1943, p. 4.

Notes

1 Extrait d’ une « Lettre de Paris » consacrée également à l’exposition Georges Braque.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540