Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Jean Laurent

Vedettes, 26 juin 1943

Texte intégral

  • 1 Allusion à Dieu est innocent, pièce de Lucien Fabre représentée au théâtre des Mathurins.
  • 2 Allusion à l’Électre de Giraudoux, pièce représentée au théâtre de l’Ambigu.

1Quelles « Mouches » ont bien pu piquer Charles Dullin pour qu’il se délecte dans ce bourdonnement nauséabond autour d’une charogne ? La famille des Atrides est bien encombrante, cette saison ; que Dieu soit innocent ou non1, qu’Électre soit fiancée à un jardinier2, ou qu’elle vide les ordures de sa mère Clytemnestre, nous commençons à avoir de l’Orestie un certain dégoût. L’Électre de Giraudoux était blanche comme le Palais du feu roi Agamemnon ; ici tour est noir, puant, laid, vide. Et la scène la plus gaie est la cérémonie du culte des morts à Argos, qui tient des danses de la Boule Blanche et des orgies lubriques de Batouala.

2Il serait injuste de ne pas admirer dans ces élucubrations fantastiques quelques traits saisissants, comme cette phrase de Zeus à Oreste : « Les hommes sont libres : tu le sais et ils ne le savent pas. Les Dieux et les Rois sont pareils »…

3Oreste, après avoir tué sa mère et Égisthe, n’a pas de remords. Il sait qu’il est libre, il ne se repent pas, et Zeus, ni les Érinnyes ne peuvent rien contre lui. Les « Mouches », épaisses d’ordure, le suivront comme les rats de la légende suivaient Hans, le joueur de flûte. J’ignorais que cette légende germanique fût connue à Argos à l’époque d’Agamemnon.

4Charles Dullin est un Zeus de carnaval qui ferait peur aux enfants. Sa mise en scène évoque le quartier nègre de l’Exposition coloniale. Une foule de comédiens interprète cette sinistre Danse Macabre. Parmi eux, une seule artiste, une inconnue : Olga Dominique qui, dans le rôle d’Électre, montre une bien jolie sensibilité.

5Vedettes, 26 juin 1943.

Notes

1 Allusion à Dieu est innocent, pièce de Lucien Fabre représentée au théâtre des Mathurins.

2 Allusion à l’Électre de Giraudoux, pièce représentée au théâtre de l’Ambigu.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540