Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Georges Chaperot

Le Cri du Peuple, 21 juin 1943

Texte intégral

1Est-ce un signe des temps, ces temps assez lugubres où le sort des individus et des collectivités se joue sur de gigantesques coups de dés ? Jamais, depuis les Grecs, le destin a tenu une telle place au théâtre. Nous parlions, l’autre jour, d’Iphigénie à Delphes ; nous devons maintenant vous entretenir des Mouches qui ont également pour thème les sombres affaires de famille des Atrides. On ne comptait déjà plus les Iphigénie dont les aventures tournaient au film à épisodes : Iphigénie d’Aulis, Iphigénie en Tauride, Iphigénie à Delphes. Sa tragique sœur aurait-elle décidé de lui ravir la vedette ? Voici qu’à l’Électre de M. Giraudoux succède celle de M. Jean-Paul Sartre. Mais moins heureuse que son aînée, c’est toujours Électre d’Argos.

2La similitude du sujet ne peut manquer de susciter le parallèle. Il est, il faut bien le dire, tout à l’avantage de l’auteur d’Amphitryon 38. Son ironie ailée trouve son climat le plus favorable dans ce vieux théâtre grec tout plein de finasseries de l’homme pour tenter d’échapper à son destin. Avec M. Jean-Paul Sartre, c’est une autre affaire. Il s’agit d’un littérateur, et cela se sent. La langue est dure, avec, parfois, de belles résonances. Au passage, certaines images frappent l’esprit par leur accent. Oreste, dira par exemple Électre, est empêtré dans son destin comme un cheval éventré se prend Les pieds dans ses propres entrailles. Mais il lui manque cette qualité primordiale de l’écrivain de théâtre : le jeu. Ses scènes trop préméditées ne sont qu’une suite de répliques où l’intention nuit au mouvement. Oreste et Électre, de leurs personnages tragiques n’ont conservé que le nom. Le débat s’institue entre deux conceptions de l’esprit plutôt qu’entre deux êtres de chair et de sang. Oreste, par opposition à Électre, représente l’individu libre et, par là, son crime achevé – crime librement consenti – échappera aux Érinnyes (les Mouches), qui personnifient le remords. Tout cela ne vous a-t-il pas un petit air NRF 1925 ?

3Reconnaissons-le : la pièce manque de vie et paraît démodée. Et cette impression se trouve encore aggravée par la mise en scène. Certes Charles Dullin nous avait habitués à d’autres outrances. Mais ce qui convenait à la scène de l’Atelier n’est plus à l’échelle sur l’immense plateau du Théâtre de la Cité. Cela fait pauvre, étriqué, et oscille de l’improvisation des élucubrations dadaïstes aux revues de fin d’année des collèges de province.

4Décidément, l’avant-garde n’a rien à gagner à vouloir se mettre dans ses meubles. N’est-il pas pour le moins curieux que cet échec de l’Atelier première manière coïncide avec le retrait de l’affiche des « Bouffes » de Voulez-vous jouer avec moâ, l’un des premiers succès du sympathique théâtre de la place Dancourt ?

5Le Cri du Peuple, 21 juin 1943, p. 2.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540