Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Pierre Minet

Les Ondes, n° 112, 20 juin 1943

Texte intégral

1Le sens du tragique manque généralement aux Français, enclins pour la plupart à la raison et trop fins, trop critiques pour s’abandonner à des passions que d’ailleurs ils éprouvent rarement. L’esprit, chez eux, commande à la sensibilité, à l’instinct, qu’il s’efforce encore d’« habiller » lorsqu’il ne peut les dominer. Cela est particulièrement frappant en ce qui concerne le théâtre. Aussi doit-on s’étonner qu’un écrivain de chez nous, qui est de plus un philosophe, puisse, pour ses débuts, nous offrir une tragédie si je puis dire à l’état pur, torride, et d’une originalité qui parvient à renouveler un thème que l’on pouvait croire épuisé.

2La réussite des Mouches ne revient pas tout entière à J.-P. Sartre : la part du metteur en scène – Charles Dullin – et celle du décorateur – Henri-Georges Adam – y sont considérables. Car décor et costumes aggravent le texte et en quelque sorte le matérialisent ; ils constituent même, à bien y regarder, l’élément essentiel du spectacle. Il faut ici ne pas craindre de prendre position, et affirmer que cette statue de Jupiter quasi surréaliste, ces masques précolombiens, ces têtes-postiches, cet ensemble tourmenté, hypnotique remplissent admirablement leur rôle. Ils subjuguent le spectateur et reflètent l’horreur, la dureté insensée du drame. Sans eux, la pièce peut-être ne tiendrait pas. Cela est particulièrement apparent au dernier acte : les mouches occupent la scène, s’attaquant à Électre, puis à Oreste, qui finalement les mènera loin d’Argos. Mal costumées, elles rappellent désagréablement les ballets de la Loïe Fuller. Le dialogue perd alors de sa grandeur, se traîne et, livré à lui-même, cesse d’émouvoir. L’œuvre de J.-P. Sartre, en qui l’on saluera aisément un auteur dramatique d’avenir, se distingue encore par sa construction d’une extrême habileté. Charles Dullin incarne Jupiter : sans doute est-il un peu cassé, et lourdement machiavélique. Mais son jeu est impressionnant. Jean Lanier, excellent acteur que j’ai maintes fois applaudi, n’a pas l’aisance, la fermeté voulues. Délia-Col, Clytemnestre imposante, douloureuse et cruelle, est la meilleure ; Joffre, parfait à son habitude. Retenons le nom de Henri Norbert, Égisthe d’une rare justesse. Olga Dominique, dans le personnage d’Électre, affirme sa jeune autorité.

3Les Ondes, n° 112, 20 juin 1943, p. 19.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540