Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Frédérique Straub

Pariser Zeitung, 18 juin 1943

Texte intégral

1La pièce de M. J.-P. Sartre, montée par Charles Dullin au Théâtre de la Cité, va au-devant d’un succès certain.

2Mais le connaisseur sera insatisfait qui cherchera dans cette fresque de la superstition une substance un peu éternelle… Car nous ne pouvons appeler tragédie du remords ce spectacle dont le remords n’est ni l’âme, ni l’axe, mais tout au plus le complément.

3La pièce de M. Sartre n’en est pas moins développée sur une trame digne de la mythologie grecque. Il reste à savoir l’emploi qu’il en fait.

4Nous sommes à Argos, Argos incandescente, écrasée par le néant torride et par le poids du crime multiple des Atrides. Une nuée de mouches s’est abattue sur la ville. Ces mouches obsédantes sont les Érinnyes, puissances du remords.

5Un premier acte, assez hallucinant, renforcé par une partie sonore singulièrement suggestive, nous présente le retour d’Oreste dans la ville infestée, sur laquelle règne Égisthe, assassin de son père et second époux de sa mère Clytemnestre, instigatrice du crime. Oreste trouve sa sœur réduite en esclavage et le peuple maintenu par des superstitions grossières et un culte sadique dans un état de déchéance immonde. Tout, jusque-là, nous séduit. Mais voici qu’Électre et Oreste, se découvrant, s’engagent dans le chemin bourbeux et verbeux du discours et de l’analyse, dont ils ne se dépêtreront que par le crime. Mais lorsque les forces de haine d’Électre réussissent à armer le bras d’un frère pacifique et que celui-ci frappe sa mère et le meurtrier de son père, les coups portés ne nous inspirent aucune horreur. À cette minute intense, où le drame prend sa signification dans le sang, nous ne sommes surpris que de notre indifférence. Il nous semble bien qu’ici intervienne le mystère de la conviction d’un auteur, intervention nécessaire de sa passion. La conduite d’une action dramatique réclame un rythme accéléré par l’émotion, une ligne ascendante atteignant à cet apogée où, après avoir distendu le cœur, elle se brise sur elle-même. Mais ici, tout paraît se jouer en dehors du cœur. Parce que, seul, l’intellect dirige l’action, celle-ci est refroidie et freinée dans ses mouvements.

6Après ce double crime qui n’a guère pesé sur le souffle du spectateur, Électre et Oreste commentent leur geste avec beaucoup de raffinement affectueux. Le frère et la sœur passeront la nuit dans le temple d’Apollon, sous la protection du dieu. Cependant, les « Mouches » pénétreront dans le temple, harcelant Électre, en proie au repentir. La haine naîtra dans son cœur, pour ce frère à la conscience paisible, et cette haine les séparera. Oreste quittera Argos. Et l’on verra l’essaim des « Mouches » par lui entraîné, les noires Érinnyes sans pouvoir sur ce libérateur d’Argos, tournoyant en vain autour de sa conscience libre.

7La ligne de la tragédie est fort belle. Mais elle se perd dans de longs et monotones débats, dans une endormante perquisition de caractères.

8Sous les traits de Jupiter, nous avons retrouvé Charles Dullin fidèle à lui-même, et sous ceux d’un Oreste indécis, la jeunesse de M. Jean Lanier. Mme Délia-Col et M. Henri Norbert ont un « physique de théâtre » très approprié à celui d’Égisthe et de Clytemnestre.

9La tentative d’originalité de Mlle Olga Dominique – Électre – nous a semblé bien pauvre. Telle qu’elle apparaît au premier acte, elle illustrerait à merveille une page des Misérables – une Cosette poussée en herbe. Non, il n’y a ici ni intensité dans la haine, ni race sous les haillons, ni prolongements dans le geste dont l’interprète est prodigue. Celle-ci nous a donné à entendre toute la différence qui sépare l’agitation appliquée de la fantaisie profonde.

10Pariser Zeitung (édition hebdomadaire française), 18 juin 1943.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540