Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Vittorio Guerriero1

Panorama, 17 juin 1943

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un compte rendu qui porte également sur La Part du feu de Louis Ducreux.

1On ne connaissait de Jean-Paul Sartre que des essais philosophiques, habités par un amer sens de la révolte, et des récits (Le Mur, La Nausée) où l’auteur, à travers un réalisme souvent atroce et horriblement détaillé, cherchait en vain de donner une signification à l’aventure de l’homme.

2Le texte des Mouches interprète une fois de plus le drame des Atrides, cette encombrante famille du théâtre grec dont les auteurs de tous les pays, de toutes les époques et de toutes les écoles littéraires (sauf Shakespeare) ont aimé, à un moment donné de leur carrière, analyser les épouvantables horreurs.

3Oreste revient à Argos où Égisthe, l’assassin de son père, a épousé sa complice Clytemnestre et s’est assis sur le trône. Une volonté de pardon anime Oreste. La topographie d’Argos est infectée de mouches. Celles-ci, en réalité, ne sont que des remords à l’état insectiforme. L’inquiétante présence de ces diptères symboliques et des troublantes superstitions, auxquelles l’angoisse personnelle d’Égisthe a donné une énorme autorité, transforment les intentions d’Oreste qui tue le roi et la reine. Mais les mouches (l’âme ne dispose pas de papiers collants destructeurs) continuent à infliger leur bourdonnante musique à ses pensées. Oreste quittera Argos, emmenant toutes les mouches et tous les remords de la ville.

4Le climat scénique de cette nouvelle variation sur le thème atride est plutôt suffoquant. Il faut se limiter à saisir – c’est le cas où jamais de le dire : au vol – dans les noires arabesques de ce cauchemar, le pessimisme bien confectionné de quelques répliques. Mais la véritable émotion reste lointaine et l’artifice verbal essaie en vain de prendre sa place.

5La mise en scène avec laquelle Charles Dullin a souligné les horizons noirs de ce texte (qui ressemble beaucoup plus au rêve d’un asthmatique qu’au sanglot d’un poète) s’inspire d’une esthétique qui, il y a une vingtaine d’années, aurait pu se laisser qualifier d’avant-garde, Jean Lanier, Olga Dominique, Délia-Col, Denise Perret, Henri Norbert, Paul Œttly, Joffre et Charles Dullin lui-même (dont le Zeus rappelle un peu les improvisations humoristiques de ces bals masqués où l’on voit de vieux sénateurs se déguiser en Roméo ou en phalène) sont les interprètes principaux de cette obsession en trois actes, zébrée par les intentions stériles d’une métaphysique révolutionnaire.

6Panorama, 17 juin 1943.

Notes

1 Extrait d’un compte rendu qui porte également sur La Part du feu de Louis Ducreux.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540