Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

André Castelot

La Gerbe, 17 juin 1943

Texto completo

1Le Théâtre de la Cité se dresse sur la même place que le Théâtre du Châtelet. Et il n’est pas rare, m’a-t-on dit, de voir des habitués de « la maison d’en face » se tromper d’établissement et pénétrer par erreur chez M. Charles Dullin. Ils en ressortent aussitôt, ayant compris leur méprise ! Cette fois, je crois que le spectateur retardataire qui arriverait à la fin du premier acte des Mouches, lors de la cérémonie du culte des morts à Argos, serait certain de se trouver dans son théâtre favori, et s’assiérait paisiblement dans son fauteuil, croyant assister à quelque scène de sorcellerie, chez Malicoco, roi nègre. Tout au plus, soupirerait-il, si d’aventure il avait amené avec lui son petit garçon :

2C’est ennuyeux, cela va donner des cauchemars au petit !

3Comment définir Les Mouches, de M. Jean-Paul Sartre ? Nous écrirons que c’est l’Électre de Jean Giraudoux, repensée par un dadaïste ou un surréaliste attardé… pour ne pas dire par quelque névrotique !

4On se souvient du sujet d’Électre : Oreste revient à Argos et, après avoir été reconnu par sa sœur, tue sa mère Clytemnestre et son amant Égisthe, meurtriers d’Agamemnon. Tout y était beauté, ordre, harmonie. Ici, par la volonté de M. J.-P. Sartre et de M. Charles Dullin, tout est laideur et affreuse confusion. Électre est métamorphosée en souillon. Elle vide les poubelles du palais. Le cher mendiant de Giraudoux est devenu un Zeus de marché aux puces. Il tient de la chauve-souris et du mage de la foire du Trône ! Pour aplanir les difficultés il prononce de temps à autre des mots magiques qui se terminent par « tsé-tsé » – à cause des mouches, sans doute ! Les gardes d’Égisthe ont de gigantesques têtes de fœtus. Argos est la ville de la putréfaction ! La cité est infestée par le remords… Ces remords sont des trillards de mouches tourbillonnant et polluant les maisons maudites. Afin de nous enfoncer encore davantage dans l’abject, Égisthe a plié ses sujets à des rites étranges : les cultes du remords et de la mort.

5Pardonnez-nous de vivre, alors que vous êtes morts ! hurlent les habitants en se dandinant lourdement au-dessus des tombes.

6C’est un carnaval plutonesque monté au Grand-Guignol ! La nausée vous vient au cœur !

7Oreste arrive dans ce charnier. C’est un homme calme qui veut simplement retrouver une vie paisible de famille, Il va être servi ! Pour lui, Argos est le clair et ensoleillé petit Liré de Joachim du Bellay ! On comprend sa déception ! Électre, pourtant si fine mouche, si j’ose ainsi m’exprimer, se refuse à le reconnaître jusqu’à l’ instant où ce frère, doux et timide comme une fille – piqué par Dieu sait quelle mouche ! – tue Clytemnestre et Égisthe, tandis que sa sœur, faisant, comme il se doit, la mouche du coche, l’encourage de la voix et du geste !

8Pendant ce temps, dans les coulisses, gronde sans relâche le sourd vrombissement des mouches… et l’on sort du Théâtre de la Cité avec une furieuse envie de boire un verre de Fly-Tox !

9Vaches de mouches ! comme s’exclame avec quelque familiarité l’un des gardes d’Égisthe !

10Il existe cependant ici une idée intéressante : les malfaisantes Érinnyes, furies du remords – de grosses mouches à viande – ont beau tourbillonner autour d’Oreste… : elles ne le toucheront pas, car il refuse de se repentir. Il sait qu’il est libre. Il assume librement son crime, Les Érinnyes n’auront aucune prise sur lui ! Il quittera la ville, entraînant toutes les mouches dans son sillage, comme Hans, le joueur de flûte du conte, devait emmener derrière lui les rats qui infestaient son village.

11On a, en effet, de temps à autre, des instants âpres et sauvages qui m’ont paru assez séduisants : lorsque Électre crache son dégoût à la face de sa mère, par exemple. J’ai aimé aussi les scènes entre le frère et la sœur ; malheureusement, quelques minutes plus tard, tout se noie à nouveau dans des pensées qui sont le chaos même.

12Notre ami H.-R. Lenormand évoquait, la semaine dernière, avec le talent qu’on lui connaît, l’époque du dadaïsme de Tristan Dzara [sic] : cet art d’aliénés, qui a fort heureusement sombré dans la vase dont il n’aurait jamais dû sortir ! La mise en scène, les décors et les costumes des Mouches relèvent de ce défunt et cacochyme surréalisme, Quel bric-à-brac démodé que toute cette diptérologie !

13Il faut le reconnaître, M. Charles Dullin s’est trompé. J’écris cet aveu avec infiniment de tristesse car nos lecteurs savent la profonde admiration que nous portons à ce grand serviteur de l’art dramatique qu’est Charles Dullin. Je doute fort que le public puisse apprécier cette soirée échappée de quelque affreux mauvais rêve. On ne prend pas les mouches – je veux dire les spectateurs – avec du vinaigre !

14Une joie nous a cependant été donnée en la personne de Mlle Olga Dominique, qui jouait le rôle d’Électre. Bien qu’encore inexpérimentée, tout ce qu’elle entreprend déborde de vraies qualités. Cette jeune comédienne possède une flamme et un foyer dramatiques comme on en rencontre bien rarement. Félicitons aussi Délia-Col, Charles Dullin, Jean Lanier, J.-F. Joffre et Henri Norbert.

15La Gerbe, 17 juin 1943.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540