Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

L[ouis] B[lanquie]

Le Matin, 16 juin 1943

Texte intégral

1Si je n’ai éprouvé aucun plaisir à assister à la représentation au Théâtre de la Cité de la pièce nouvelle qui vient d’y être créée : Les Mouches, ce n’est pas que je trouve l’œuvre de M. Jean-Paul Sartre sans intérêt, et je pense que j’aurais sans doute du plaisir, au contraire, à en lire le manuscrit, mais la mise en scène ainsi que les décors et les costumes ne me semblent pas particulièrement heureux.

2Il y a pourtant une belle idée dans cette pièce qui se rattache à la tragédie antique et cette transformation en mouches vengeresses des Érinnyes qui s’acharnent sur les malheureux descendants d’Atrée et qui persécutent Oreste et Électre après le double meurtre d’Égisthe et de Clytemnestre est d’une heureuse inspiration, mais dans cette ambiance de symbolisme mélangé à l’art nègre on est un peu déconcerté.

3De la nombreuse interprétation de la pièce de M. Jean-Paul Sartre se détachent MM. J.-F. Joffre (le pédagogue) et Jean Lanier (Oreste), Mmes Délia-Col (Clytemnestre) et Olga Dominique (Électre), comme de la mise en scène se détache le chœur des mouches lorsque celles-ci s’apprêtent à persécuter Oreste et Électre alors qu’ils se sont réfugiés dans le temple d’Apollon.

4Le Matin, 16 juin 1943.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540