Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Jacques Berland

Paris-Soir, 15 juin 1943

Texte intégral

1Décidément la légendaire famille des Atrides n’a pas raté son coup. En s’exterminant sans vergogne comme elle le fit, elle a gagné son immortalité. Si Atrée n’avait pas égorgé son frère Chrysippe et fait servir en festin à Thyeste les dépouilles de ses deux fils, si Thyeste n’avait pas trucidé Atrée, si Agamemnon n’avait pas immolé sa propre fille Iphigénie, si Clytemnestre n’avait pas fait assassiner Agamemnon, son mari, par Égisthe son amant, si Oreste n’avait pas tué Clytemnestre sa mère, pour venger son père, tous ces noms se seraient probablement « fondus dans une absence épaisse ». Car, sans aucun doute possible, leur seul titre de gloire, c’est l’accumulation du crime. Ils étaient « grand-guignolesques » avant la lettre.

2Est-ce cela qui inspira les plus grands parmi les plus grands à se pencher, à tour de rôle, depuis Sophocle et Eschyle jusqu’à M. Jean Giraudoux en passant par Racine, Goethe et Gerhart Hauptmann, sur leur cas tourmenté ? Sans doute, chacun cherchant des mobiles différents à ces actes monstrueux.

3En écrivant Les Mouches, M. Jean-Paul Sartre a eu, pour sa part, le même dessein. Il a pris comme motif d’intrigue la vengeance d’Oreste, c’est-à-dire le meurtre de sa mère Clytemnestre et d’Égisthe, l’usurpateur. Quinze ans ont passé depuis l’assassinat d’Agamemnon. Oreste, devenu homme, revient à Argos, y retrouve Égisthe et Clytemnestre en pleine gloire, et sa sœur Électre, ravalée au rang d’esclave. Mais pour pouvoir régner, Égisthe a institué « des cultes étranges qui maintiennent ses sujets dans une abjecte humilité ». Ainsi Argos, infestée de mouches mauvaises, vit dans le remords. Et ses habitants… emmiellés jusqu’au cou, ne parviennent à chasser ni les uns, ni les autres. Oreste, qui se présente comme un homme de caractère in offensif, hésite d’abord à consommer sa vengeance. Mais Zeus, qui traverse la pièce, le rencontre. « Les hommes sont libres, lui dit-il, tu le sais et ils ne le savent pas. » Ce propos est la ligne axiale de l’œuvre. C’est aussi la théorie la plus chère à l’auteur. Oreste a choisi. Il tue sa mère et son amant. Puis il s’enfuit d’Argos, entraînant derrière lui les mouches à… remords, délivrant ainsi les hommes de la servitude qu’ils croyaient indispensable à leur vie.

4Il y a dans l’ensemble de fort beaux moments soigneusement pensés et écrits. Mais M. Jean-Paul Sartre me paraît être davantage essayiste qu’auteur dramatique. Et c’est beaucoup pour nous faire connaître le fruit de ses réflexions qu’il semble avoir embrassé le théâtre. Aussi aimerais-je mieux le lire que l’entendre.

5La présentation de M. Charles Dullin, tarabiscotée à plaisir par le souci d’une avant-garde qui a l’air en réalité d’une rétrospective, ne m’a pas rendu l’audition plus palpitante. Mais qui ne fait pas d’erreurs…

6De la distribution, détachons MM. J.-F. Joffre, Jean Lanier, M. Paul Œttly, Mme Délia-Col, et surtout M. Norbert, Égisthe plein d’autorité.

7Ah ! comme je préférerais Mamouret, la rafraîchissante…

8Paris-Soir, 15 juin 1943.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540