Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

H. S.

Présent, 14 juin 1943

Texte intégral

1On attendait avec une grande curiosité la première pièce de M. Jean-Paul Sartre dont Charles Dullin annonçait la création prochaine au Théâtre de la Cité. Qu’étaient, qu’allaient être Les Mouches ? Ce sont les mouches d’Argos où vont se retrouver Oreste, Électre et Clytemnestre. Encore une fois il s’agit des Atrides. Leur tragédie ne cesse pas de faire couler l’encre après avoir fait couler tant de sang… Il en coulera ici aussi puisque Oreste tue sous nos yeux sa mère et son beau-père Égisthe.

2L’auteur de La Nausée a cherché à nous persuader ici que c’est dans un acte délibérément accompli et accepté que réside la liberté totale de l’être humain. Et cela l’amène à bien des sophismes. Et aussi à donner quelques leçons à Zeus, personnifié par Charles Dullin qui incarne un Dieu énigmatique et dirait-on quelque peu satanique. De toute évidence le Dieu des Enfers.

3Il y a dans la pièce de Jean-Paul Sartre peut-être un peu trop de littérature, surtout dans les dialogues d’Électre et d’Oreste. Mais on croise au passage des moments éloquents, dramatiques, cruels, d’une grave et pathétique beauté. La scène de l’incarnation des morts (nous sommes à Argos le jour de leur fête) est très belle et aussi la grande scène finale de la tentation des mouches, dont nous apprenons alors qu’elles sont Érinnyes.

4Charles Dullin a monté l’œuvre en spectacle de ballet qui nous rappelle beaucoup les ballets suédois d’il y a vingt ans, et plus particulièrement « L’Homme et son Désir » et la « Création du Monde ». M. H.-G. Adam qui a composé le décor, les masques et les costumes a été très impressionné par cette époque d’avant-garde qu’il nous restitue vingt ans après avec une totale probité. Oui, l’on croit revivre cette époque héroïque. Mais alors cela soulevait l’enthousiasme ou l’indignation. Aujourd’hui on regarde avec mélancolie et sérénité : on a « temps vu » depuis… Néanmoins quelques masques sont impressionnants, il y a des personnages (les serviteurs, l’idiot, les vieillardes) extrêmement réussis et les costumes des mouches sont remarquables.

5Nous parlions de ballet, c’est qu’aussi on y danse et on y chante même sur une musique d’un nouveau venu : M. Jacques Besse, dont la partition, comme la décoration, doit aussi beaucoup à l’esthétique fauve d’il y a vingt ans. Elle n’en est pas moins fort réussie dans son genre et donne à la prière une atmosphère lourde dramatique.

6Comme presque toujours chez Dullin la pièce n’est pas très bien jouée. Beaucoup de jeunes dans des rôles épisodiques. Oreste, c’est M. Jean Lanier qui a des qualités tragiques évidentes. À ses côtés M. Joffre a dessiné un charmant et socratique pédagogue. Mme Délia-Col est une belle Clytemnestre. C’est la jeune Mlle Olga Dominique qui est Électre : elle est parfois charmante, souvent insuffisante dans les parties tragiques du rôle qui l’écrase un peu. Il y a une distribution immense. Le spectacle est de ceux qu’il faut voir, sans aucun doute.

  • 1 On indique le lieu quand il ne s’agit pas de Paris.

7Présent (Lyon1), 14 juin 1943, p.6.

Notes

1 On indique le lieu quand il ne s’agit pas de Paris.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540