Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

P[aul]-L[ouis] M[ignon]

L’Information universitaire, 12 juin 1943

Texte intégral

1Il y aurait après Renaud et Armide de Cocteau, joué ce printemps au Théâtre-Français, et Les Mouches de J.-P. Sartre, une étude intéressante à faire sur les formes modernes de la tragédie. La tragédie est en effet assez peu en cours de nos jours et un manuel scolaire de littérature vous apprendra que le représentant du genre fur depuis l’autre guerre M. Paul Raynal !

2Le Théâtre de la Cité nous présentait, il y a peu de jours, la première pièce de J.-P. Sartre : Les Mouches. Et il semble bien aussitôt qu’on puisse parler à son sujet de tragédie. Il semble même que le problème le plus remarquablement traité dans cette œuvre superbe soit précisément celui de la tragédie. Traité par un philosophe de tempérament et de métier ! Cela suffit à nous assurer une magistrale analyse.

3De l’antique tragédie, il est gardé la notion d’ordre souverain troublé par le héros tragique et rétabli par son châtiment ou sacrifice. La fatalité menait alors la danse inéluctable ; aucune surprise profonde ne pouvait nous être réservée.

4Voilà une dizaine d’années, cette « machine infernale » avait été démontée par Jean Cocteau dans une pièce fameuse. J.-P. Sartre a entrepris de la remettre en œuvre. Tel est du moins le début de son ouvrage. Mais on sent bientôt qu’un événement d’importance est intervenu. Les rois, Dieu, Jupiter, s’inquiètent : leur machine à l’usage du commun risque de se casser ; l’homme moderne existe, qui a vu éclater en sa cervelle la liberté. Contre elle, contre l’homme qu’elle a créé, responsable, clairvoyant de ses actes, rien à faire ! Une ressource pourtant : les mouches. Au-delà de ce moment, J.-P. Sartre a gardé la conclusion, le dénouement d’une émouvante envolée lyrique.

5Saisira-t-on sous cet aspect grossier la force du mouvement que l’auteur a donné à son problème ? D’autant plus sensible que Sartre a pris parfaitement possession de l’outil nouveau qu’il employait : le théâtre. C’est une réalisation vertigineuse de logique et de précision.

6Nous n’admirons pas d’ailleurs sans épouvante dans la tragédie du héros qui nous est présenté notre propre tragédie à nous tous tant que nous sommes et dont Sartre est un représentant supérieur. Tragédie moderne de l’homme à la tête si grosse et au cœur bien petit. Mais elle permet aux rares scènes où l’intelligence paraît momentanément abandonner la partie de prendre un relief bouleversant. Nous pensons particulièrement à cet instant où Oreste et Électre (ce sont d’eux qu’il s’agit en effet) dans une nuit de feu et d’azur immense se retrouvent seuls devant le monde, le meurtre de leur mère accompli. Il y a alors dans leur abandon et leur soudaine fatigue une grandeur et une désolation suprême auxquelles le spectateur ne pourra rester indifférent.

  • 1 Suppression souhaitée par l’auteur du compte rendu.

7L’interprétation est un peu décevante. Hormis Ch. Dullin, qui avec sa grande et admirable simplicité donne de Jupiter l’expression la plus juste […]1.

8Mais la mise en scène de Ch. Dullin, les décors et costumes de M. Adam, la musique de M. Besse confèrent définitivement aux Mouches son caractère de puissante originalité.

9Voilà incontestablement l’œuvre dramatique de loin la plus importante que l’on ait applaudie depuis de très nombreuses années.

10L’Information universitaire (page des étudiants), 12 juin 1943.

Notes

1 Suppression souhaitée par l’auteur du compte rendu.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540