Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

G[aston] S[orbets]1

L’Illustration, 12 juin 1943

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un compte rendu qui porte également sur Iphigénie à Delphes de Gerhart Hauptmann.

1On vient d’assister à la présentation de l’Iphigénie à Delphes d’Hauptmann à la Comédie-Française, et l’on va, dès le lendemain, voir Les Mouches, de M. Jean-Paul Sartre, au Théâtre de la Cité. Nous revoici en présence d’Électre, d’Oreste, de Clytemnestre, et nous y trouvons en outre Égisthe si nous n’y voyons plus Iphigénie. Pendant ce temps, on joue l’Électre de Giraudoux, au Théâtre de l’Avenue. Nos directeurs de théâtre sont décidément obsédés par la sombre histoire des Atrides. Mais si M. Charles Dullin a choisi la pièce de M. Jean-Paul Sartre, c’est évidemment parce qu’il y a vu prétexte à une grande mise en scène ultra-moderne pour son vaste plateau. Et mouches [sic], de la taille d’une femme, qui semblent provenir directement de la ferme de Chantecler, gardes d’Égisthe aux masques en façon de mandibules, fœtus à une échelle de carnaval niçois de circuler dans un décor bien fait pour retenir l’attention par sa bizarrerie laborieuse.

2L’action et le texte évoluent en liberté autour de ce que nous a légué sur ce sujet la tragédie antique. Au cours de la première partie on a eu un instant l’impression de se trouver en présence de quelque grandeur sauvage : une fois par an, dans la cité que gouverne Égisthe, les morts réapparaissent, se mêlent aux vivants, qui se confessent publiquement, se repentent de leurs fautes ; après quoi les morts vont se recoucher dans leurs tombes jusqu’à l’année suivante. L’évocation des morts par le Grand Prêtre au front de taureau vociférant en tournant sur lui-même et en frappant le sol de ses lourdes semelles au milieu du peuple prosterné et tremblant a fait passer dans la salle un frisson, hélas ! rapide. Nous avons eu ensuite d’interminables palabres entre Oreste et Électre, entre Égisthe et Électre, entre Oreste et les Mouches, en qui l’on a reconnu les harcelantes Érinnyes. Comment un metteur en scène ne se rend-il pas compte, dès les premières répétitions, que de tels dialogues où la prétention philosophico-littéraire a plus de part que la valeur dramatique ne soutiendront pas l’intérêt du spectateur ? En vain quelques interprètes excellents s’évertuent au milieu d’une troupe si nombreuse : M. Œttly, dans le Grand Prêtre ; Henri Norbert, Égisthe ; Jean Lanier, Oreste ; Joffre, son précepteur ; Mme Olga Dominique, Électre ; Délia-Col, Clytemnestre ; enfin Charles Dullin lui-même prêtant sa silhouette à Zeus… On déplore que tant d’efforts ne soient pas mis au service d’une œuvre réussie.

3L’Illustration, 12 juin 1943, p. 367.

Notes

1 Extrait d’un compte rendu qui porte également sur Iphigénie à Delphes de Gerhart Hauptmann.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540