Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Georges Ricou

La France socialiste, 12 juin 1943

Texte intégral

1Jean-Paul Sartre nous apporte une conception différente du caractère d’Oreste, de son rôle dans la tragédie des Atrides. Exilé, las de sa vie errante, Oreste ne songe qu’à revenir dans une patrie qu’il a quittée enfant, dont il ignore les souvenirs, mais connaît le nom. Il n’a aucune idée de vengeance, ne pense pas à se faire justicier.

2Quand il tuera successivement Égisthe, puis Clytemnestre, sa mère, poussé par Zeus, il le fera sans colère, sans crainte, seulement parce que le crime appelle le châtiment des coupables. En commandant au bras du justicier, la justice des Dieux le met à l’abri du remords. Oreste, le devoir accompli, quittera Argos, entraînant à sa suite les Mouches, Érinnyes bourdonnantes, nées de la pourriture des cadavres autant que de la décomposition des âmes. Il partira sans peur, l’esprit libre, vers un destin inconnu où l’ambition comme le désir de régner n’ont aucune place.

3Dernière venue des variations sur un grand sujet, que vaut exactement la pièce de Jean-Paul Sartre ? Il est assez difficile de dégager une appréciation juste sur une œuvre, certainement intéressante à lire, qui laisse, à la représentation, une pesante impression d’ennui.

4Les lenteurs d’une interprétation traînante, monotone, soporifique n’y sont certainement pas étrangères. Surtout, la présentation s’encombre d’une mise en scène qui se veut originale, mais se réalise avec une telle lourdeur, une telle absence de style, une telle accumulation de procédés baroques, depuis longtemps heureusement abandonnés, que la tragédie perd tout intérêt dans le bric-à-brac des décors, des costumes, des accessoires et des masques qui mêlent fâcheusement les décorations tapissières inspirées du style grec, les parures de l’art nègre, et les réminiscences cubistes, dadaïstes, futuristes. Tout cela à Argos même… Comme on comprend l’invasion des mouches dans cette décomposition du goût.

5Il est impossible que Les Mouches, à la lecture, ne laissent pas une impression moins accablante. Pourtant les comédiens ont fait de louables efforts de diction. On les entend, on les comprend. Mme Délia-Col (Clytemnestre) a de l’allure, de la netteté, de la force. Jean Lanier (Oreste), Henri Norbert (Égisthe), Paul Œttly (le Grand Prêtre), s’efforcent d’exprimer les accents de leur texte. Joffre, avec une spirituelle bonhomie, donne au Pédagogue un aspect rieur de vieux faune. Olga Dominique (Électre), malgré une mauvaise voix, fait preuve de tempérament dramatique. Elle a une nature. Quant à Charles Dullin, poussant le paradoxe jusqu’à l’ironie, dans le désordre caricatural de cette représentation, il se montre dans le personnage de Zeus, sous l’apparence carnavalesque d’un mage ou d’un chiromancien, harmonisant les erreurs de sa mise en scène dans la traînante allure de sa démarche et de sa diction…

6Ce n’est certainement pas avec des spectacles de ce genre que la Cité réalisera l’ambition légitime et louable d’un grand théâtre populaire d’art.

7La France socialiste, 12 juin 1943.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540