Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

J. M.

Variétés1, France-Europe, 12 juin 1943

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un compte rendu qui porte sur plusieurs pièces.

1Décidément le meurtre d’Agamemnon fait recette en ce moment et la jalousie d’Électre est le dernier événement dont on cause ; après l’Électre de Jean Giraudoux, l’Iphigénie à Delphes de Gerhart Hauptmann, voici Les Mouches qui traitent du même sujet, avec quelques variantes.

2Pour les quelques lecteurs qui ne seraient pas encore au courant de ce dont il s’agit, indiquons brièvement – ce qui servira aussi pour Iphigénie à Delphes – que, d’après la mythologie grecque, Agamemnon, roi d’Argos, ville fondée dix-huit cents ans avant notre ère, nommé chef de l’expédition contre la ville de Troie, a sacrifié sa fille Iphigénie à Diane pour obtenir les vents favorables au départ de l’expédition.

3Pendant qu’il était occupé à guerroyer contre Troie, sa femme, pour chasser sa solitude, a pris comme amant un certain Égisthe ; mais tout a une fin, même la guerre de Troie, et Agamemnon finit par rentrer dans ses foyers après dix ans d’absence.

4Ce fâcheux, cet indiscret, est immédiatement mis à mort par le couple adultère qui peut ainsi continuer à jouir impunément de son bonheur et des avantages du pouvoir.

5Mais Agamemnon laissait un fils, Oreste, que l’on a soustrait à sa mère de bonne heure et envoyé à Corinthe, ce qui est préférable pour son existence, et une fille, Électre, qui reste au palais et se révèle assoiffée de vengeance.

6On sait qu’Oreste, à sa majorité, revient à Argos et poussé par sa sœur assassine sa mère et Égisthe.

7Les Mouches font revivre pour nous cette sombre histoire ; ces Mouches ne sont pas autre chose que les Euménides, les déesses de la vengeance qui pourchassent les criminels et ont pris cette forme bizarre sur l’ordre de Zeus, le maître des dieux.

8Aussi, au lever du rideau, voyons-nous Argos infesté des mouches qui harcèlent cruellement les habitants pour leur indiquer qu’il y a dans leur cité quelque chose qui ne tourne pas rond.

9Survient Oreste sous la figure d’un étranger de passage, un Oreste las, bon garçon, pacifiste au possible et qui ne rêve que de s’en retourner à Corinthe où la vie est facile et les mouches laissent en paix les pauvres humains ; seul l’a poussé le désir de revoir sa ville natale ; si on le laisse tranquille il ne cherchera noise à personne.

10Mais sa sœur, que l’on a réduite au rôle d’une infime servante, ne l’entend pas de cette oreille et n’a de cesse qu’elle n’ait changé ce mouton qu’est son frère en un tigre ivre de sang. Le meurtre s’accomplit ; après quoi, Électre sent fondre sa ferveur et laisse tout sur le dos de son infortuné frère qui abandonnera la cité en emportant avec lui les fatales mouches.

11On ne voit pas clairement à quoi l’auteur a voulu en venir, mais la pièce est bien présentée, les caractères sont bien dessinés et l’ensemble est correct.

12La mise en scène de Charles Dullin est naturellement tout à fait remarquable ; toutefois, les effigies des dieux qui y figurent sont égyptiennes et nullement grecques ; les Grecs n’avaient pas l’habitude de donner à leurs dieux des têtes d’animaux ; un Zeus à tête de mouche est inusité. Les autres jouent remarquablement avec beaucoup de naturel : Olga Dominique est une Électre extrêmement vivante et diverse ; Jean Lanier représente le bon garçon, poussé par l’esprit de vengeance féminin ; Joffre nous restitue fidèlement la figure caractéristique du pédagogue grec, discuteur en diable ; Charles Dullin est un Zeus mystérieux et compliqué, tout à fait dans sa manière ; les Mouches représentent un grand succès de réalisation scénique ; Henri Norbert est un Égisthe revenu de tout et lassé du pouvoir ; le reste de la troupe est très homogène.

13Un grand succès de plus à l’actif du Théâtre de la Cité et de M. Charles Dullin, dont nous n’avons plus à louer le grand talent.

14France-Europe, 12 juin 1943, p. 6.

Notes

1 Extrait d’un compte rendu qui porte sur plusieurs pièces.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540