Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

M[arcel] L[apierre]

Où l’on rouvre le dossier de l’affaire Agamemnon1, L’Atelier, 12 juin 1943

Texte intégral

  • 1 Le critique rend également compte d’Iphigénie à Delphes de Gerhart Hauptmann avec un jugement très (...)

1Au Théâtre de la Cité, Charles Dullin donne une nouvelle pièce : Les Mouches, de Jean-Paul Sartre. C’est encore une histoire d’Atrides… Une nouvelle mouture d’Électre dans un genre quelque peu farceur.

2Les mouches, ce sont les Érinnyes. Les chiennes des enfers ont changé de tournure et de classe zoologique. Elles n’aboient plus : elles bourdonnent Zzzzzzz… Zzzzzzz… (on fait ça très bien avec les ondes Martenot et ça donne, quand on le veut, un fond sonore bien pratique).

3« Vaches de mouches ! » comme dit l’un des personnages.

4Pour ce qui est de la décoration, il y a de quoi surprendre, ou étonner les gens qui n’ont pas connu, ou qui ont oublié, certaines choses d’hier ou d’avant-hier, entre autres les décors de Fernand Léger. Les « audaces » du décorateur Henri-Georges Adam se signalent par ce qu’ils ont de rétrospectif. Elles datent de 1925, environ.

5Les costumes et les masques expriment un honnête esprit de Mardi gras qui fait bon ménage avec le texte rigolard de J.-P. Sartre. Les décors – ou plus exactement « le » décor à usages multiples – sont d’une grande simplicité linéaire qui n’empêche pas un certain ésotérisme. Il y a au premier acre une statue de Jupiter que le public ne peut identifier qu’après explications. L’action se déroule selon le thème antique : Oreste revient à Argos, incognito, et retrouve sa sœur Électre qui rêve de vengeance.

6Les mouches accablent la ville. Les remords accablent les innocents autant que les coupables.

7Pour détourner l’attention publique de son propre crime, Égisthe a inventé une fête des morts pendant laquelle – soi-disant – les défunts reviennent passer quelques heures parmi leurs parents vivants. Charmante soirée pour les parricides, les femmes adultères, les cocus tragiques et les héritiers purs et simples ! Avec le Grand Prêtre, la population rassemblée s’écrie en tremblant :

8« Pardonnez-nous de vivre alors que vous êtes morts ! »

9Électre va saboter cette kermesse de l’hypocrisie. Elle s’amène, vêtue d’une robe claire, sur la place publique, et pique un petit pas d’allégresse quasiment swing.

10Réprobation générale, avec grand coup de tonnerre de la part de Jupiter.

11Oreste, après cet incident, propose à Électre de fuir. C’est un doux Oreste. Il a été élevé à Athènes, et son vieux pédagogue est un souriant sceptique qui ne lui a pas inculqué le goût des pélopidesques règlements de compte.

12Ce n’est pas ainsi que sa sœur rêvait le frère. Elle le lui dit et, en quelques minutes de conversation, Oreste prend froidement conscience de son rôle historique.

13Dans la nuit, il tue Égisthe et Clytemnestre.

14Le lendemain, il s’en ira. Il ne voudra pas essayer d’être roi d’Argos. Il a accompli le geste justicier, en homme libre, et Jupiter aura beau lâcher contre lui ses Érinnyes, ses escadrilles de mouches, le jeune homme ne s’en fera pas. Il entraînera toutes les mouches de la ville, les remords de tout le monde, et il leur fera la nique. Il est immunisé contre les piqûres.

15L’Oreste de Jean-Paul Sartre est donc le monsieur qui ne se dégonfle pas, le redresseur de torts qui fonctionne sans haine et sans crainte, le gars qui prend ses responsabilités et qui est sûr de ne rien regretter.

16Tel est le noyau psychologique de la pièce. Mais, comme je vous l’ai dit, Les Mouches ont des dehors un peu drôlets. C’est ce que le public distingue avant toute chose.

17Et qu’est-ce qu’il en pensera, le public ? Dira-t-il à ses amis et connaissances « d’aller à la Cité s’ils veulent se marrer » ? Les considérations philosophiques de l’auteur ne risquent-elles pas d’être méconnues ?

18On ne sait pas quelles seront les répliques les plus appréciées. Il s’en trouve pour tous les goûts. Exemples :

19Un soldat s’écrie, parlant du roi assassiné : « Sacré Agamemnon ! »

20Une Érinnye-mouche dit d’Oreste : « Il a tué la vieille très malproprement. »

21Jupiter soupire : « Qui suis-je ? Je suis la peur que les autres ont de moi. »

22Car il faut vous dire qu’on voir Jupiter sur la scène, Jupiter qui est Charles Dullin en robe verte, un Jupiter qui ne se fait pas beaucoup d’illusions mais qui discute le coup avec ses assujettis.

23Délia-Col, Olga Dominique, Henri Norbert, Jean Lanier, Joffre et Paul Œttly sont, respectivement, Clytemnestre, Électre, Égisthe, Oreste, le pédagogue et le Grand Prêtre, On compte, en plus, de nombreux rôles de soldats, de serviteurs, de citoyens et de citoyennes d’Argos… et les mouches, comme de bien entendu.

24On peut dire, employant une expression pas jolie-jolie, que c’est une « pièce spectaculaire » : mouvement, couleur, lumière.

25Mais on y aperçoit un tel échantillonnage de choses anciennes et discutables qu’on se demande d’abord où la nouveauté va se nicher, et ensuite ce que ça apporte de tangible à l’art du théâtre.

26Évidemment, la sincérité de l’effort de Dullin est tout à fait en dehors – et au-dessus – de la question.

27On n’a pas toujours la main heureuse.

28L’Atelier, 12 juin 1943.

Notes

1 Le critique rend également compte d’Iphigénie à Delphes de Gerhart Hauptmann avec un jugement très favorable.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540