Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Jean Silvain

Du meilleur au pire1, L’Appel, 10 juin 1943

Texte intégral

  • 1 Extrait d’un compte rendu qui porte sur plusieurs pièces, entre autres Iphigénie à Delphes de Gerh (...)

1Quelle soirée désolante et prétentieuse au Théâtre de la Cité ! M. Charles Dullin ne s’est jamais aussi lourdement trompé. Nous en sommes navré.

2Les Mouches, de M. Jean-Paul Sartre, sont ce que nous avons entendu de plus abscons sur une scène de théâtre. Nous n’en raconterons pas le sujet. Raconter le chaos, c’est impossible.

3M. Jean-Paul Sartre est pourtant un écrivain digne de la plus franche admiration. Dans son livre La Nausée il peint avec un prodigieux talent le drame du spleen et de l’accablement intérieur. Dans Les Mouches, l’ennui le plus lourd, le plus opaque, fait place au spleen. Pour nous, maintenant, ce n’est plus Oreste qui a assassiné Égisthe et Clytemnestre, c’est tout simplement M. Jean-Paul Sartre, avec la complicité de M. Dullin. Ces fameux Atrides méritaient une plus glorieuse mort ! Que les Mouches, qui ne sont pas autre chose que les Érinnyes, déesses du remords, bourdonnent éternellement autour des têtes de MM. Jean-Paul Sartre et Dullin.

4Les décors, les costumes et les masques de M. Henri-Georges Adam sont affreux. Nous espérions que l’époque futuriste, cubiste, dadaïste, était définitivement perdue dans la nuit des temps. Il n’en est rien, hélas !

5La partition musicale de M. Jacques Besse reste constamment basse.

6La mise en scène de M. Dullin, ordinairement si vivante, semble momifiée. De plus, M. Dullin joue Zeus. Drôle d’idée ! Ce n’est plus Jupiter tonnant, ni étonnant, mais Jupiter tristement détonnant.

7M. Dullin nous doit très vite une éclatante revanche !

8L’Appel, 10 juin 1943, p. 7.

Notes

1 Extrait d’un compte rendu qui porte sur plusieurs pièces, entre autres Iphigénie à Delphes de Gerhart Hauptmann représentée le 31 mai 1943 à la Comédie-Française, adaptation dont le critique loue la qualité outre mesure.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540