Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Maurice Rostand

Paris-Midi, 7 juin 1943

Full text

1Il faut tout de suite dire qu’on se trouve devant un ouvrage exceptionnel par l’ampleur du développement, la puissance cosmique, la résonance métaphysique.

2Les Mouches, de Jean-Paul Sartre, nous bourdonnent une fois de plus les malheurs des Atrides avec lesquels tant de pièces ont familiarisé le public. Oreste revient dans une Argos qu’infectent les mouches et les étranges superstitions inaugurées par le règne d’Égisthe. Égisthe n’a-t-il pas eu l’idée d’une porte ouverte entre les enfers et la terre et qui fait revenir sur terre, à un jour dit, les morts invisibles mais présents : devant ces morts, les vivants s’inclinent et se confessent et Égisthe et Clytemnestre, en proie aux remords, règnent sur un peuple en qui ils ont fait naître le remords. Mais Oreste, qui voulait d’abord pardonner, se laisse ra persuader au crime ; il le commettra sans regret ; il tuera le roi et la reine, délivrera Argos des superstitions et des mouches qu’il emportera avec lui, mais qui bourdonneront vainement au tour de sa tête lucide.

3L’œuvre est presque trop riche de significations, de symboles qui s’entrecroisent comme des éclairs ; le drame se passe entre les hommes et les dieux, mais on y retrouve ce pessimisme et cette angoisse de vivre que nous avions trouvés dans les livres étonnants de Jean-Paul Sartre.

4Je sais tout ce qu’on pourra dire et les plaisanteries dont il est trop facile d’abreuver la grandeur. Les uns diront que c’est ennuyeux comme le titre, mais l’œuvre est supérieure. Jean-Paul Sartre aura pour lui tous ceux qui trouvent que le Théâtre n’est jamais trop grand.

5La mise en scène a l’allure, la puissance, le climat irrespirable de l’œuvre. C’est une Grèce vue à travers l’angoisse moderne. Il faut particulièrement mettre en relief Délia-Col, remarquable et terrible Clytemnestre, qui eut le visage, la voix, le regard d’une meurtrière assassinée, et Paul [sic] Lanier, qui fut sans faiblir un Oreste de tout premier ordre. Il faut féliciter Joffre, grand acteur si humain ; Paul Œttly, dont la puissance fit vraiment ressusciter les morts ; Norbert, qui fut un saisissant Égisthe ; Olga Dominique, qui fut une frémissante Électre, La partition de Jacques Besse, les décors et les costumes de Henri-Georges Adam complètent l’originalité de l’ensemble et à M. Charles Dullin revenait de droit le rôle de Zeus, metteur en scène de l’univers.

6Paris-Midi, 7 juin 1943.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Terms of use: http://www.openedition.org/6540