Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Jean-Michel Renaitour1

L’Œuvre, 7 juin 1943

Volltext

  • 1 Ce compte rendu est attribué à tort à Alain Laubreaux dans les Écrits de Sartre (Gallimard, 1970, (...)

1Qui dira les ravages de Jean Giraudoux dans l’art dramatique contemporain ! Lui, ayant beaucoup de talent et presque trop d’idées, peut tout se permettre. Ses œuvres gardent toujours allure altière. Mais ses disciples ! Mais ceux dont il a tourné la tête ! Les sous-Giraudoux qui, sous prétexte d’être influencés par un maître inimitable, négligent toutes les qualités nécessaires à la scène – l’action, la crédibilité, l’émotion pour n’y apporter qu’un style compliqué et des images tirées par les cheveux, ceux-là portent grand tort à l’essor dramatique actuel et risquent même quelque jour de détourner du théâtre un public qui se contentera du cinéma.

2La nouvelle pièce de « La Cité » est un exemple typique du mal giraldesque dont nous souffrons. M. Jean-Paul Sartre, qui en est l’auteur et qui a déjà publié un roman remarqué, écrit bien, mais dans une langue savante et philosophique. D’autre part, il semble vouloir oublier délibérément qu’au théâtre il faut qu’on se passionne pour les personnages et pour ce qu’ils font.

3Il a, une fois de plus, traité le thème d’Oreste et d’Électre. Décidément, cette famille des Atrides abuse un peu ! On ne voit plus qu’elle ! On ne parle plus que d’elle, aujourd’hui comme dans l’antiquité ! Sophocle, Euripide, Racine, Goethe, Hauptmann, Giraudoux nous ont déjà entretenus suffisamment de la mort d’Agamemnon, du sacrifice d’Iphigénie, des inquiétudes d’Électre, et des remords d’Oreste. Si l’on veut encore nous y intéresser, alors qu’on y apporte au moins le même génie : car – avis aux amateurs nous en sommes saturés !

4Par ailleurs, nous connaissons déjà Les Guêpes. Voici qu’on nous donne Les Mouches. Il y a déchéance. Mais tandis qu’Aristophane tirait de son chœur d’insectes un parti comique, M. Sartre cache sous ses masques bourdonnants ni plus ni moins que les Érinnyes. Alors, s’il faut les prendre au sérieux, nous préférons celles de Leconte de Lisle. Car, à vrai dire, chez M. Sartre, il manque ou la grande musique des opéras de Gluck ou les beaux vers de tragédie.

5Pour ma part, j’aime beaucoup Charles Dullin. J’apprécie depuis longtemps son magnifique effort. J’applaudissais encore récemment aux belles réalisations qu’il nous offrait avec Richard III ou Mamouret. Je me demande, cette fois-ci, ce qui a pu tant lui plaire dans le manuscrit de M. Sartre, aussi bien que dans le décor saugrenu et « bizarroïde » où il nous l’a présenté. (Ne parlons pas des masques de martiens dont sont affublés les personnages !) Je crains que le public payant ne soit dérouté par cet ensemble. Ce spectacle m’apparaît comme l’erreur d’un homme de goût, et prouve que les meilleurs juges peuvent parfois se tromper.

6L’Œuvre, 7 juin 1943.

Anmerkungen

1 Ce compte rendu est attribué à tort à Alain Laubreaux dans les Écrits de Sartre (Gallimard, 1970, p. 89).

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540