Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre devant la presse d’Occupation

Les Mouches. Comptes rendus, articles de presse et autres textes ayant paru ou ayant été rédigés sous l’Occupation

Alain Laubreaux

Le Petit Parisien, 5 juin 1943

Texte intégral

1Encore une Électre ! Quand nous serons à cent… Mais celle-ci offre une particularité. Quoique née la dernière et la dernière venue, elle nous laisse l’impression d’être la plus vieille de toutes, la plus surannée. Cela tient à l’œuvre, sans doute, qui cherche son originalité sans la trouver, entre quatre ou cinq imitations, mais surtout au spectacle qui nous restitue, dans un invraisemblable bric-à-brac cubiste et dadaïste, une avant-garde depuis longtemps passée à l’arrière-garde. Sa technologie, qui remonte à la découverte de l’art nègre et aux expositions de dessins de fous dont les années d’après l’autre guerre, sous la loi des dilettantes désœuvrés de l’analphabétisme, ont enregistré la mode éphémère, est aujourd’hui plus caduque et décrépite que les pâtisseries modern style de 1900. Ce qui fait que la tragédie de M. Sartre, dans le parti pris révolutionnaire d’il y a vingt ans du metteur en scène, est à des milliers de lieues plus éloignée de nous que Eschyle, Sophocle et Euripide.

2Le thème des Mouches, on le connaît : Oreste revient à Argos, où Égisthe après avoir assassiné Agamemnon s’est emparé de son trône et de Clytemnestre, sa femme. Électre, fille d’Agamemnon et de Clytemnestre, a été réduite par Égisthe aux plus viles besognes, mais le désir de la vengeance ronge son sein furieux. Lorsque paraît Oreste sous un nom d’emprunt, la cité est ravagée par les mouches. Ces affreux insectes, nés des corps en pourriture des morts, figurent aussi leurs âmes et le cri sans fin qu’elles exhalent. L’auteur, c’est sa trouvaille, identifie en elles les terribles Érinnyes. Elles sifflent autour des vivants l’incessante incantation de leurs remords. Égisthe ordonne une cérémonie propitiatoire à l’issue de laquelle Oreste se fera reconnaître de sa sœur. Électre tentera de lui insuffler sa haine pour les meurtriers de leur père. Mais Oreste est un vrai justicier : il n’a point de haine. Il tuera Égisthe et il tuera ensuite Clytemnestre, simplement parce que Jupiter le lui ordonne. Après quoi, il se réfugie dans le temple d’Apollon ont les mouches-Érinnyes le poursuivront. Mais il est insensible à leur voix. N’ayant pas de haine, il n’a point de remords. Et pareil à Hans, le joueur de flûte, qui délivra sa ville des rats qui l’infestaient en se précipitant avec eux dans la mer, il quittera Argos en entraînant avec lui les bourdonnantes furies.

3On ne peut pas dire que Les Mouches de M. Jean-Paul Sartre soient des mouches à miel attique, bien qu’il les ait naturalisées grecques, et sa pièce, pesante et longue, se développe dans un style délibérément littéraire auquel on trouve plus d’Atrée que d’attraits. Est-ce le choix de ses héroïnes qui le veut ? Il s’en dégage une odeur stercorale assez pénible, et nous l’avons écoutée dans un silence oppressé où l’on n’entendait pas seulement voler les mouches.

4L’interprétation, comme la mise en scène, nous vieillit de vingt ans, quoiqu’elle soit surtout confiée il de très jeunes gens. Signalons toutefois le talent de Mlle Délia-Col (Clytemnestre), de M. Henri Norbert (Égisthe) et de M. Joffre (le pédagogue). M. Charles Dullin s’était réservé le rôle de Jupiter. Ce maître de l’Olympe, tel qu’il l’incarne, a l’air d’avoir eu l’étrange idée, pour descendre chez les humains, de revêtir l’aspect d’Ésope déguisé en mage futuriste.

5Le Petit Parisien, 5 juin 1943.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540