Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parole et pouvoir 2

 | 
Martine Schuwer

4. Pouvoir central et langue nationale

L’autonomie du politique au miroir de l’État et de la langue (le cas français, 1500-1647)

Tanguy Wuillème

Texte intégral

1A la charnière des XVIe et XVIIe siècles, on assiste à un double processus de dégagement et d’instauration des concepts d’Etat et de langue. Ils sont tous deux le produit d’un important discours qui donne accès à la nouveauté de ce qui se joue en ce moment historique décisif : la radicale re-fondation de l’instance politique et du séjour linguistique des individus, le bouleversement de l’intime composition entre les êtres.

2Contrairement aux interprétations modernes (Barthes, Bourdieu etc.) qui intentent un procès à la langue « classico-centriste » issue de cette période, détectant en elle, soit « une culmination de pouvoir » monarchique, soit « le support par excellence du rêve de pouvoir absolu », c’est-à-dire dans les deux cas une alliance jugée oppressive, « fasciste » entre l’Etat français et sa langue, nous voudrions ré-articuler les phases, les dispositifs et les finalités que les discours sur la langue et l’Etat élaborent. Il se pourrait que ce qui se joue dans l’avènement de ce nouveau socle « épistémique » soit, non pas la définition d’un Pouvoir totalitaire, basé sur une police linguistique dont il faudrait s’affranchir, mais plutôt une métamorphose essentielle pour l’homme de sa manière de se « représenter » son existence. Représentation de son devenir collectif (son être-ensemble) et de son devenir individu (son être-soi), lui donnant accès à la modernité politique et individuelle.

3Dans leur constitution parallèle, l’Etat et la langue autour de 1600 ont opéré une triple transformation dont on peut apprécier l’identité systémique tout en soulignant la différence des buts poursuivis.

4Cette communication vise à interroger l’hypothèse selon laquelle la langue française en tant que langue vulgaire s’est définie, entre le XIVe et le XVIe siècle, comme langue politique en empruntant les mêmes structures de fond qui ont amené la mise en place de l’Etat. Cependant, il s’agit de deux processus dont les fins ne sont pas les mêmes et qui contribuent à assurer deux autonomisations, politiques et linguistiques.

5L’avènement de la forme étatique, du corps et du sujet politique est contemporain de la constitution de la langue vulgaire. Il est impossible de savoir qui, de l’un ou de l’autre, a eu une plus grande part d’influence, précisément parce qu’ils intègrent le même cadre dialectique. Les deux moments se superposent, l’Etat et la langue française, qui donnent existence à un espace de communication politique. Les trois logiques y sont les mêmes : clôture interne, clôture sur l’externe et ouverture à une dimension universelle.

6En premier lieu, l’indépendance interne de l’Etat, acquise par un travail idéologique et pratique tout au long de cette période, se double d’un processus identique au niveau de la langue. La langue vulgaire accède également à son autonomie interne durant cette période. Cette autonomie interne est gagnée sur les langues vernaculaires, sur les dialectes, par la définition d’un « usage » proprement politique et par un arrachement de la langue royale à tous les sociolectes du royaume.

7En second lieu, il s’agit d’un processus identique à celui qui concerne l’indépendance extérieure de l’Etat par rapport à toutes les sujétions étrangères (pape, empire, autres Etats…). La langue française se détache également de toute influence externe, rompant avec la langue universelle de la chrétienté latine et avec les influences étrangères (le toscan, l’italien etc.).

8Troisième temps de cette indépendance de la langue étatique française, l’élaboration progressive de sa vocation à représenter l’universel. La langue française, en s’établissant dans son autonomie particulière, revendique un rôle universel de remplacement du latin, et se constitue comme médium de la diplomatie, de l’échange savant, c’est-à-dire du « commerce » intellectuel européen. Alors que l’Etat retraduit, dans sa particularité, un sentiment à incarner l’universel, la langue opère le même processus à son niveau.

Autonomisation externe du politique et de la langue

9L’émergence spécifiquement moderne du concept d’Etat s’opère à la suite d’une reconnaissance « réaliste » du domaine politique, qu’attestent les réflexions de Machiavel, et à la suite de la révolution religieuse tirée de la réformation de Luther. Apparaît une politique qui n’a d’autre fin qu’elle-même, hors de toute considération religieuse et morale, et dont la charge va être de mettre fin aux divisions religieuses. On assiste à une révolution religieuse du politique où l’Etat est fondé à se soumettre progressivement la religion et dont la France est l’épicentre, en raison de la violence des affrontements religieux qui s’y déroulent.

10L’Etat se définit à l’intérieur d’un triple discours (de la souveraineté, du droit divin « immédiat » et de la raison d’Etat) dont la logique interne est de lui assurer une suprématie métaphysiquement absolue et une indépendance extérieure incontestable à l’encontre de toute puissance étrangère.

11La théorie de l’Etat souverain que l’on doit à Bodin (1576), fait de l’Etat un pouvoir sans supérieur, perpétuel et transcendant au niveau terrestre. Celle du droit divin immédiat, que l’on trouve chez Pierre de Belloy (1581), fait d’Henri IV un roi directement désigné par Dieu et rejette l’immixtion de l’Eglise ou la survenue de tout prétendant extérieur (espagnol) sur le trône de France. Quant à la raison d’Etat, elle contribue (de Botero à Rohan) à l’affirmation d’un Intérêt de l’Etat qui passe devant et efface celui de la foi, et qui s’impose également à qui incarne physiquement l’Etat.

12Ces discours ont de puissants effets concrets sur la construction de l’Etat qui se définit comme un ensemble clos sur lui-même. Or, c’est dans cette clôture qu’il faut voir toute la nouveauté d’une mise en forme de l’ensemble humain qui renonce à des rêves de grandeur et se donne des limites qui se révéleront libératoires. L’Etat permet à l’ensemble social « français », national de s’affirmer contre tout pouvoir à vocation universelle, illimitée comme pouvaient l’être la papauté, le modèle du saint Empire romain germanique et les volontés hégémoniques espagnoles (l’idée de monarchie universelle). Ce n’est pas pour autant une relégation dans l’oubli du désir de puissance, mais celui-ci va pouvoir se manifester au profit d’une entité plus étroite et circonscrite, dans un miroir où chacun va pouvoir se représenter sa grandeur et sa liaison avec tout un ensemble social.

13Ce processus d’indépendance vis-à-vis de l’extérieur cherche également à imposer une nouvelle « balance des pouvoirs » (à partir d’une irréductible pluralités des communautés humaines) et assure la mise en place des relations internationales basées dorénavant sur les Etats souverains (que les traités de Westphalie de 1648 établiront définitivement). Cela assure la ruine de la République chrétienne (et de toute societas christiana ) défendue par l’Italie de la Contre-Réforme et la « très catholique » monarchie espagnole. Ce que les adversaires de l’Etat (français) lui reprocheront, sera précisément cette possibilité à s’allier avec d’autres Etats non chrétiens, hérétiques (anglais, calvinistes hollandais, turc etc.) et cette acquisition d’une autarcie pouvant donner corps à tous les investissements possibles concernant le territoire et la population. C’est au-dedans des frontières nationales (et non plus d’un royaume) et par l’intermédiaire d’un corps politique que l’Etat assurera sa prospérité et sa survie. L’Etat ramène l’universel dans des limites humaines et dissout la légitimité des autres appartenances communautaires, tout en ruinant l’idée d’utopie pourtant contemporaine.

14Un processus identique est à l’œuvre en ce qui concerne la langue « française » et les discours qui tendent à la distinguer de langues externes. Elle se considère premièrement par rapport au latin, langue de la papauté, forteresse de l’Eglise et de la théologie mais aussi langue quasi obligée de la scolarité, des savants, des techniques, de la médecine. Le premier enjeu consiste pour elle à devenir une langue de culture. Les premiers conflits naissent autour de la traduction en langue vulgaire des textes sacrés. Chez les grammairiens, Bovelles ou Sylvius par exemple, il est difficile pour eux d’écrire en langue vulgaire, il faut attendre Ramus qui publie en français les deux éditions successives de sa grammaire en 1562 et 1572. Il souhaite proposer aux lecteurs une grâce et douceur du français qui inviteraient aussi les étrangers à l’apprendre.

15L’ordonnance de Villers-Côtterets de 1539 n’est pas, comme le croyait Ferdinand Brunot (à partir d’une anecdote citée de Ramus), l’étape décisive dans le développement de l’Etat-nation centralisateur et dans l’unification de son territoire par l’imposition d’une seule langue officielle, la langue française à l’exclusion des langues régionales. Elle est d’abord un acte d’affranchissement par rapport à la domination latine. Il s’agit de distinguer une aire linguistico-littéraire « française », surtout administrative, donc publique, où la chose publique se reconnaît à l’usage d’une langue distincte et spécifique.

16Beaucoup notent que le latin est peu parlé par la population, qu’il existe des différences considérables de prononciation ou d’usage entre les lettrés (latin relâché ou châtié). Des groupes sociaux sont intéressés à le voir disparaître au profit de la langue vulgaire : la bourgeoisie de commerce et d’affaires pour éviter les interprétations, les éducateurs et les parents en vue de l’apprentissage d’une langue maternelle, les imprimeurs au vu du succès des livres publiés en « langue française ».

17Cette volonté de désaffiliation à l’égard du latin, c’est d’abord, à l’exemple de la construction de l’Etat, refuser l’assujettissement passé comme présent à l’Empire et à Rome. C’est affirmer l’autonomie du corps politique français, son existence intrinsèque hors de toute généalogie. On a une langue publique résolument désengagée de la langue étrangère latine, celle des conquérants passés ou des prétendus souverains présents. On obtient là encore le schème d’une rupture contre l’extérieur mais qui se veut reconquête à l’interne.

18Dans cette idée du « roi empereur en son royaume », la notion d’imperium empruntée au modèle romain est cependant trompeuse. Si nombre d’auteurs pensent l’antienne selon laquelle « c’est chose ordinaire que les langues suivent les empires », qu’il y a concordance entre translatio studii et translatio imperii, d’autres plus nombreux encore entendent distinguer la langue française de tout imaginaire impérial. Geoffroy Tory, dans son Champfleury (1529) différencie la politique linguistique de la politique militaire. Les Romains ont dominé le monde plus par leur langue que par la force. Mais surtout il refuse l’idée d’imiter leur soif de conquête. Une langue n’a pas besoin d’un lebensraum démesuré. Si le latin a survécu à la chute de l’empire, c’est parce qu’il est devenu le medium de la culture des lettres mais aussi, comme le voit bien Claude de Seyssel, car il est le vecteur d’appartenance à la chrétienté. Toute langue a donc une autorité propre qu’il s’agit de dégager.

19Beaucoup vont s’employer à le faire pour la langue française contre le latin mais aussi contre le grec (faiblement pour l’hébreu et l’égyptien) autour de plusieurs problématiques :

20— autour de l’origine de la langue française : Les hypothèses se multiplient alliant la pure fantaisie et une relative raison. Selon les variantes, le français peut venir de l’hébreu (Mitalier, Postel, Théodor Buchmann), de l’égyptien ou du chaldéen (Peletier du Mans), du teutonique (Goropius et Hunger), du grec (Budé, Périon, Jean Picard, Léon Trippault et chez Henri Estienne qui, dès 1565 place le latin bien après en ordre d’importance et ne décrit que des « ressemblances » entre le grec et le français). On trouve chez Bovelles l’idée d’une filiation latine (ce sera le cas chez Pasquier et Fauchet qui proposent le nom de « roman » pour la langue). Enfin, on va chercher dans la profondeur même de la langue vulgaire sa véritable origine. Déjà chez Palsgrave (1530), il faut retrouver la Gaule celtique, chez Dubois-Sylvius, il s’agit de restaurer l’état primitif de la lingua gallica dans sa pureté antique. La langue originelle aurait été unifiée avant d’être fragmentée et l’on peut même se servir du latin pour en reformer les mots et repérer les altérations subies. Le latin aurait tout reçu des Gaulois au détour de périples géographiques et de rebondissements généalogiques variés. Plus tard, chez Scipion Dupleix, on rendra synonyme langue celtique et langue gauloise. La langue française serait, selon Etienne Pasquier, composée de couches, de strates : substrats gaulois, couche latine, super-strats germanique ou francique (et même ad-strats italiens). Il y aurait une régularité et une rationalité primitive de la langue à retrouver. La langue française pour ces hommes est un « nom », un mot général qui enferme en fait une pluralité de paroles originelles. A la fin du XVIIe siècle, les historiographes (Boulainvilliers) profiteront de cette problématique pour opposer à la royauté une origine gauloise, ou franque, ou germanique et pour restaurer la coutume, c’est-à-dire le droit qu’un peuple possède originellement de parler sa propre langue et par là même le pouvoir. L’Ordonnance de 1539 aurait officialisé l’usage, où l’Etat se serait placé sous l’autorité de la coutume (volonté populaire), ne considérant dès lors plus rien de distinct entre le peuple et le roi. En un siècle et demi, on le voit dans l’ouvrage de Charpentier, De l’excellence de la langue française (1683), s’est opérée une analyse patriotique de la langue contre les latinistes, fondée sur le droit d’usage et qui pourra se retourner contre la monarchie au profit d’un peuple imaginaire.

21Cependant l’origine historique de la langue française reste une question insoluble pour les contemporains : Gaulois, Grecs, Romains, Germains, Francs se sont succédé dans un mixte de filiation et de rupture. Un second objectif accompagne cette première approche, non plus en regard du passé mais en vue de l’avenir et de la patrie.

22— autour d’une défense de la langue de culture et d’un droit à l’innovation, à la perfectibilité historique contre les partisans du latin ou du grec. Du Bellay refuse la dénomination de barbare pour la langue française, qu’il distingue des riches langues grecque et latine. Il s’agit de remplacer la douce clarté de la langue française par une certaine « furor » et de la mettre en concurrence avec les autres Etats. Il est vrai qu’une lutte interne aux latinistes - la querelle autour du cicéronianisme, entre défenseurs d’un latin vivant et imitateurs inconditionnels de Cicéron - va hâter en réaction la défense de la langue française. Cette dernière n’est pas si pauvre qu’elle en a l’air, elle mérite là aussi un investissement interne, de l’effort et de l’étude. On trouve chez Du Bellay cette idée d’une terre encore en friche qui appelle ses cultivateurs. « Toutes sciences se peuvent fidèlement et copieusement se traiter en icelle » (p. 210) : la traduction et l’imitation des anciens ne sauraient suffire, il faut développer une inventivité à partir d’exemples domestiques sans avoir recours aux étrangers. On pense dans la deuxième moitié du XVIe siècle que le discours éloquent est l’organe privilégié de la respublica, l’instrument majeur de son harmonie. Le mythe de l’Hercule gaulois atteste de la puissance pacificatrice d’une langue française, de son roi. Cela changera à partir des assassinats par Henri III des chefs de la Ligue, d’Henri III lui-même et d’Henri IV, des divers massacres et trahisons.

23Toujours est-il que le Français cultivé du XVIe siècle a le sentiment d’appartenir à une communauté ethnique. La base en est une fierté culturelle « nationale », la détention d’un patrimoine littéraire reliant consubstantiellement patrie, langue et politique. La langue a son génie propre, elle possède ou est amenée à le faire, une perfectibilité de principe (digne d’un engagement envers elle) car toutes les langues évoluent. Certains insistent sur la nécessité de l’illustrer et de lui donner une forme et un style de poésie plus élégant (le noble travail par lequel le poète va montrer son génie est le travail sur la langue proprement dite (vocabulaire) et sur le style (recours aux images)), d’autres sur l’utilité de la normaliser (par l’établissement de règles, de la grammaire) ou de l’orner (Dubois-Sylvius). Toutes ces actions convergent cependant sur l’idée d’une protection et sauvegarde de la langue que résume l’appel de Du Bellay : « La même loi naturelle qui commande à chacun le lieu de sa naissance, nous oblige aussi de garder la dignité de notre langue ».

24Outre les langues anciennes, ce sont également les langues étrangères contemporaines dont comptent s’affranchir les défenseurs et promoteurs de la langue française.

25En premier lieu la langue italienne dont l’influence resta considérable durant tout le XVIe siècle et le début du XVIIe siècle. Le livre de Jean Lemaire de Belges, La Concorde des deux langages de 1511, donne encore une vue idyllique des deux langues dérivées du latin et assure que « se trouvent conjoints vivant en paix, sans noise, le langage toscan et la langue française ». La réaction devient lisible à partir du texte polémique d’Henri Estienne paru en 1578, Deux dialogues du nouveau langage français italianizé et autrement déguizé principalement entre les courtisans de ce temps…, où les Italiens nombreux à la cour sont accusés de corrompre la langue à partir de leurs jargons, de la contaminer par esprit courtisan et dans leur volonté d’être à la mode. D’autres, à sa suite, se plaindront de la morgue italienne qui considère les autres langues comme barbares. Contre les Italiens qui prétendent descendre des Romains, les Français se réfugient là encore dans une celtomanie inaugurée par Ramus (Livre des mœurs des anciens Gaulois, 1559). Le mythe gaulois (voir Dubois 1972) permet d’opposer aux Italiens une authenticité originaire dirigée principalement contre le pape et œuvrant pour la définition du gallicanisme. On retrouve d’autres reproches faits à la langue italienne chez Etienne Pasquier : la mollesse, « l’efféminisation », l’absence de gravité. Il déplore les italianismes, l’absence de variété dans les rimes, le trop-plein de mots dans une phrase, l’accent du toscan qui parle du gosier, et surtout il oppose la continuité et solidité pluriséculaire du royaume français face aux divisions italiennes : « combien qu’il n’y ait aucune comparaison des partialitez et divisions d’Italie, à la commune union de nostre France » (Les Recherches de la France, tome 1, p. 258). Au fond, il gratifie la France de présenter un pays uni où l’on peut piocher dans les divers dialectes pour composer la langue française, alors que les Italiens seraient incapables de se mélanger.

26Ses Recherches de la France renferment aussi un éloge de la monarchie française et du gallicanisme, et veulent seulement rétablir la France dans une dignité égale sans forcément s’en prendre aux étrangers. On le voit, après la Saint Barthélemy, naît le sentiment d’une menace concernant l’identité nationale et qui s’en prendrait à la langue. A celle-ci est reconnu un rôle essentiel d’influence permanente sur la pensée, de constitution de l’identité individuelle et collective.

27En second lieu, la langue espagnole (le castillan y est identifié) qui s’est doté dès 1a fin du XVe siècle avec Antonio de Nebrija d’une grammaire vulgaire et qui prétend acquérir l’éclat et l’ordre d’une langue impériale. Elle fait savoir aux Français une prétention d’héritière du latin et de l’imperiumromain qui l’accompagne. On dénonce cette prétention hégémonique de la langue espagnole et on utilise une anecdote selon laquelle Charles Quint disait que s’il voulait parler aux dames, il parlerait italien ; que s’il voulait parler aux hommes il parlerait français ; que s’il voulait parler à son cheval, il parlerait allemand mais que s’il voulait parler à Dieu, il parlerait espagnol. L’idée de cette anecdote est qu’il n’y a de locuteur considéré comme un égal que dans la langue française et que les Espagnols ont tout du matamore.

28Cette clôture vis-à-vis de l’extérieur est plus accentuée en ce qui concerne le processus étatique que linguistique. Les deux s’intègrent dans un processus politique de grande envergure, systémique (couplage du système politique et du système linguistique), cependant le degré d’ouverture de la langue française aux autres langues restera toujours plus important que celui des frontières du système étatique. Si les deux ont partie liée, le mouvement d’illustration, de réglementation de la langue s’adresse bien souvent aux bons soins de la monarchie et à la figure du roi ; reste que la langue est porteuse d’une subversion du principe de fermeture totale et qu’elle reste attentive et attentionnée aux influences, aux emprunts, au dialogue. Cela se vérifie par l’importance du multilinguisme chez les érudits qui ne possèdent pas seulement le dialecte de leur province mais aussi le latin, le français et une ou plusieurs langues étrangères. Par ailleurs, beaucoup de grammairiens furent précepteurs à l’étranger, ce qui atteste du succès du français mais aussi du dialogue possible entre toutes les langues.

29La fermeture externe du système linguistico-politique se double d’un processus de clôture à l’interne.

L’autonomisation interne du politique et de la langue

30La France du XVIe siècle a depuis plus de trois siècles opéré son unification territoriale autour de la figure monarchique. L’effacement du morcellement féodal et des diverses autorités qui existaient se poursuit et s’accentue tout au long de la Renaissance, le concept mystique du royaume est remplacé par le concept d’Etat. Paris est devenue la « capitale » du royaume, caput urbium, caput regni, autant d’appellations qui s’appliquent au roi et qui font de cette union de Paris et du roi une entité symbolique très importante pour un royaume désormais conçu comme un « corps politique ». Le roi est le chef et tous les divers états (entités politiques dotées d’une nature représentative, comme le clergé, noblesse, « bonnes villes », magistrats…) en sont les membres. On obtient un ensemble harmonieux où chaque membre doit remplir sa fonction au bénéfice des autres.

31La politique monarchique poursuit son processus d’abaissement de toute autre puissance interne que celle du roi. Là encore les discours de la souveraineté, de la raison d’Etat et du droit divin immédiat participent de cet objectif. La théorie de la souveraineté assure la promotion de l’Etat absolu (non pas absolutiste) en insistant essentiellement sur la naissance du concept de souveraineté législative comme pouvoir monopolistique sans partage et sans contestation de donner la loi à tous sans la recevoir de quiconque. La souveraineté est indivisible, non partageable, il ne saurait y avoir de supérieur ou d’égal à l’Etat. Ce qui ne veut pas dire que l’Etat ne soit pas limité notamment par les lois divines, les lois de nature et constitutionnelles. Seul le droit, et non plus la coutume issue de la période féodale, s’impose au roi. Bodin (1576) rédige un traité sur la suprématie de la puissance qui fait la loi. Le roi est créateur du droit et ne se contente pas de le recevoir passivement. L’Etat bodinien tranche alors sur l’aspect statique de l’Etat médiéval. Aucun tiers n’est plus en mesure de rivaliser avec le roi. Cette affirmation de l’Etat absolu ne prend sens que par rapport aux circonstances historiques, à l’anarchie provoquée par les dissensions religieuses ouvertes par la Réforme. La monarchie ne trouve de système pour faire taire les divisions intérieures que dans cette formule et repousse le modèle constitutionnaliste où le pouvoir rencontrait des contre-pouvoirs physiques (et non pas juridiques) en la personne de l’opinion publique, des parlements, des lois fondamentales. Tous les pouvoirs intra-sociaux pâlissent singulièrement devant la majesté du prince.

32Les théoriciens de la raison d’Etat, en cherchant à désamorcer la nouveauté étatique, contribuent à son approfondissement. Là aussi, il s’agit d’assurer la conservation de l’Etat et notamment contre ce que Giovanni Botero appellent les « causes externes et internes » qui le menacent. L’Etat, au sens de la vieille ratio status, consiste en la mise en place d’un espace de tranquillité, soustrait à l’action corrosive du temps. Pour empêcher les causes internes (insoumission des sujets, « envies, dissensions, discordes, ambition des grands, la légèreté, l’instabilité, et la fureur de la populace, et l’inclination des nobles et du peuple à un autre seigneur »), Botero voit deux moyens : d’une part désigner un ennemi et lui faire la guerre pour détourner l’oisiveté des sujets (ce qu’a, selon lui, compris l’Espagne, et non la France), et d’autre part permettre à l’intérêt personnel de chacun de trouver à s’épanouir dans la recherche de la richesse et du bonheur. L’idéal de stabilité doit conduire l’Etat à susciter le patriotisme contre l’ennemi intérieur comme extérieur et à développer l’avidité économique. L’intérêt devient un facteur de cohésion sociale et un facteur d’ordre. L’autonomie interne de l’Etat trouvera à se renforcer non plus dans un désir de puissance mais de conservation. On a une vision pessimiste de la communauté interne qui devient une nécessité vitale et non un lieu d’amélioration morale des individus. Botero réussit à substituer aux principes de la justification éthico-religieuse, une indépendance des principes de la logique d’intérêt et de puissance de l’Etat. L’Etat se trouve en interface avec une population patriote ou avec une substance vivante, active et laborieuse qui travaille pour lui autant que pour elle-même.

33La théorie du droit divin immédiat insistant sur la communication directe entre le roi et Dieu contribua à distendre le lien corporatif qui unissait la royauté, la communauté et la divinité. Les médiations institutionnelles (surtout l’Eglise) reculent et s’impose une différence radicale entre l’Etat et ses sujets placés à équidistance de lui. Les pouvoirs des corps intermédiaires, la noblesse et le clergé, les corps des villes et les compagnies d’officiers ne peuvent se voir reconnaître d’autonomie (qu’accompagne la suppression des procédures de consultation : états généraux, ordres particuliers etc.).

34L’objectif de ces trois discours (souveraineté, raison d’Etat et droit divin immédiat) est de répondre aux événements chaotiques qui secouent le XVIe siècle en tentant d’asseoir un arbitre supérieur à toutes les querelles. La question étant de savoir, d’autant plus après la Saint-Barthélemy, comment des gens de diverses nations mais surtout de diverses confessions et opinions peuvent vivre ensemble au sein d’un espace social pacifié et unifié. L’Etat doit être supérieur aux factions de tout ordre. Pour que les opinions soient sans pouvoir, il faut un pouvoir sans opinion. Dans cette volonté de neutralité et d’impartialité, on envisage à l’avance la possibilité d’une fidélité étatique supérieure à l’appartenance confessionnelle, religieuse chez les sujets du roi. L’autonomie interne conquise par la formule étatique assure la mise en place d’une perspective supérieure de l’unité et donc de l’autorité de la chose publique contre toute autre appartenance ou adhésion.

35On assiste à un processus parallèle de clôture à l’interne où la langue française accède à un statut d’autorité et d’autonomie vis-à-vis de plusieurs langues intérieures. Il s’agit d’abord pour la langue française de se positionner par rapport aux dialectes avec lesquels elle entretiendra longtemps des relations de coexistence pacifique. Puis progressivement, contre eux, de définir un bon usage, visant également les divers sociolectes qui se partagent le territoire. Enfin, elle se définira non pas comme langue du pouvoir mais comme langue publique et civile. A l’intérieur de ces trois mouvements, la langue française trouve à se définir dans ce processus de distinction, soit en coexistant harmonieusement, soit en empruntant ou en excluant certaines données, soit en se constituant des frontières plus ou moins hermétiques.

36Contrairement à ce qu’a défendu Ferdinand Brunot et nombre de ses suiveurs, la distinction entre langue du roi et langues régionales se révèle sans pertinence. Le français national ne provient pas du dialecte de l’Ile-de-France (le francien), région de Paris dont l’expansion aurait suivi le développement de la royauté. Quant à prendre la date de l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539) pour point de départ d’une hégémonie répressive de la langue, c’est ignorer que les hommes de l’époque ne disposent pas d’une perception unifiée des langues. Les « vulgaires » sont en constante redéfinition. La réalité est que l’on ne différencie pas le français des dialectes. Tout au long du XVIe siècle, le royaume est plurilingue. Philippe Martel (2002) atteste du succès de l’occitan qui recouvre le tiers de la France actuelle, qui se déploie dans l’administration, la littérature, dans l’oralité quotidienne. Même chose pour le picard, le breton, le catalan, le béarnais etc. L’Ordonnance ne nomme pas les « idiomes vulgaires » et il apparaît que l’appellation vague et équivoque de « langage maternel françois » inclut l’ensemble des idiomes des habitants de France. Tout ce qui est parlé en France est français. D’où l’analogie qui est faite par les érudits (Tory) avec la langue grecque, censée, elle aussi, comprendre une diversité de langages en son sein.

37Jusqu’au début du XVIIe siècle, la réalité linguistique ne paraît pas découpable et classifiable, ce n’est que bien plus tard que les dialectes seront réduits à l’état de patois. Les grammairiens, pendant longtemps, repousseront l’idée d’un honnête langage supérieur à un autre. Tory par exemple, en 1529, qui n’aime ni la prononciation parisienne, ni la picarde. A l’inverse de Sylvius ou de Bovelles qui tentent de réhabiliter le picard. A la cour, un grand nombre de locuteurs ne possédaient pas la même compétence. Au milieu du XVIIe siècle, la cour est loin d’être un lieu du bon usage spontané et devait plutôt ressembler à un espace de babil désordonné, où l’on « baragouinait ». Les dialectes ne sont pas encore conçus comme des langues séparées mais comme les régions d’une même langue et n’indiquent pas véritablement une réalité divisée et morcelée. Le français n’appartient pas à une langue unifiée mais il participe d’un enchevêtrement linguistique relié au plus haut par la figure royale et son administration. La langue est encore un domaine, un jardin à embellir, à cultiver, un trésor dont l’Etat prélève les plus fines fleurs et les plus beaux fruits. L’Etat n’a pas à s’imposer aussi volontairement qu’en matière de divisions religieuses ou politiques. Michel de l’Hospital aux Etats généraux d’Orléans en 1560 le dit : « la division des langues ne fait la séparation des royaumes, mais celle de la religion et des lois, qui d’un royaume en fait deux ». Les limites linguistiques n’ont aucune incidence ni sur la détermination du corps politique, ni sur celle du nom de la langue.

38Après son positionnement par rapport aux dialectes, deuxième temps, ou mouvement concomitant, un certain nombre de discours définissent la langue française suivant la distinction entre un bon et mauvais usage. Mauvais usage qui, à partir du XVIIe siècle seulement, vise les traits dialectaux et donne naissance à la diglossie, à une difficile cohabitation entre langue haute et idiome bas. Ce travail de détermination du bon usage nous est bien connu depuis les travaux de Danielle Trudeau qui montre les nouvelles frontières et la systématisation de règles accolées à la règle française. C’est à partir des grammaires de Ramus et de Cauchie que le dialecte disparaît tout à fait à titre d’exemple et de réflexion. Cela atteste de son suffisant recul pour qu’ils n’aient pas à le nommer. Henri Estienne sera le premier à préférer ouvertement le dialecte de l’Ile-de-France dont il estime qu’il a surpassé les autres idiomes. Mais il continue de soutenir ceux-ci comme source de beauté et de richesse inappréciable pour la langue française. Cette fois, le roi est désigné comme propriétaire et les dialectes sont des colonies, l’ensemble compris dans un esprit de don et de contre-don, d’échanges harmonieux. Comme le remarque Colette Demaizière, beaucoup des auteurs français du XVIe siècle qui ont laissé des ouvrages portant sur l’orthographe, la grammaire ou sur la prononciation du français étaient des provinciaux (contre trois Parisiens, Augereau et les deux Estienne) et tous convergent dans un souci de comprendre, d’étudier et d’enseigner à leurs compatriotes une langue commune.

39La langue française n’est pas un objet de conflit, ni un enjeu de revendication et sa fermeture à l’interne se fait avec progressivité et dans une relative sérénité. La Réforme a été aussi francophone, le roi par sa personne a constitué l’attrait central dans l’effort que les lettrés, les membres de l’administration, de la noblesse, de la bourgeoisie ont prodigué pour se rapprocher de ses faveurs. La langue apparaît comme le seul moyen de séduire le roi, de se rapprocher des institutions qui l’entourent : la cour, le parlement etc. C’est pourquoi un bon nombre de discours ont insisté sur la nécessité d’exclure les jargons et autres sociolectes. Ici la cohabitation avec la langue purifiée a été moins longue que dans le cas de ce que l’on va appeler péjorativement les « patois ». La tolérance vis-à-vis de certains usages sociaux du langage a fait l’objet de nombreux ajustements de seuil. Les critiques sont portées contre les grands, les courtisans, les latineurs, les déchiqueteurs, les précieux, les jargonneurs, les novateurs, les universitaires, les parlementaires, les avocats, les orateurs, les doctes, la populace etc. A partir d’un certain nombre de qualités accolées à la langue, ces discours autour des frontières sociales de la langue ont tenté de définir une substance propre à la langue française, permettant là aussi de la singulariser et de l’extraire de toute emprise interne.

40C’est pourquoi, dans un troisième temps, la langue échappe même à la figure royale elle-même. Hélène Merlin a bien montré l’inflexion que subit la langue française qui, langue du roi, langue publique et de son peuple est aussi langue mystique du royaume aussi sacrée que les autres attributs ou symboles de la monarchie et qui devient, après les guerres de religion, une langue de coercition. Si la langue du roi était jugée pacificatrice et censée assurer l’idéal d’union paisible, elle va progressivement perdre ces qualités. On pensait depuis la Renaissance que la langue agissait souverainement par l’éloquence et que celle-ci pouvait refleurir afin de pacifier les âmes (espoir néo-platonicien de réconciliation mystique du royaume sous l’effet d’un verbe d’amour). Cette mystique disparaît devant la réalité anarchique. Avec la concision et sécheresse du langage d’Henri IV (son imperatoria brevitas ), tout passe par des ordres et cela assure le divorce d’un échange communicationnel et politique entre le peuple et son roi. La langue peut alors se développer ailleurs, dans le for intérieur et dans des espaces intermédiaires, publics : de conversations, de représentations (livre, théâtre, opéra, etc.). On assiste à une clôture de la langue française qui se détache de la langue politique et éloquente royale, mais également à un désengagement politique des sujets parlants qui vont se réfugier ailleurs. Le bon usage se loge dans le peuple et va avec Vaugelas s’imposer au roi lui-même. « L’usage est le souverain des langues ». Les puristes, à sa suite, tenteront de mettre à jour une définition élocutive et énonciative de la langue, qui devient une forme civile dans laquelle les locuteurs – le roi compris – se subjectivent selon un nouveau pli. Le roi n’est plus l’arbitre souverain de la langue.

41La langue fait signe vers une autre dimension, vers un surcroît d’ouverture, vers l’idée d’universalité. Après les processus d’acquisition d’une indépendance vis-à-vis de l’extérieur, de possession d’une autonomie à l’interne, un troisième mouvement se dessine qui permet tant à l’Etat, qu’à sa langue, de représenter quelque chose d’ordre universel.

L’universalisation de l’autonomie politique et linguistique

42L’Etat se définit comme empreint d’un universel à l’aspect religieux, une sorte de sécularisation d’aspects autrefois symbolisés par les Eglises. En face des divisions religieuses introduites par la Réforme et des situations de guerres civiles qui en résultent, s’affirme la prééminence du politique sur la religion. L’autorité souveraine s’impose comme seule chance de paix. Le roi passe au-dessus des autorités ecclésiastiques et se subordonne les « choses sacrées ». L’Etat est pris entre l’étau de la Réforme et de la Contre-Réforme. On a vu combien les divers discours qui l’établissent dans sa légitimité l’obligent à s’installer au-dessus de tous les pouvoirs, notamment au-dessus des Eglises au nom d’une légitimité religieuse propre qu’il tire de sa relation directe à Dieu. Les intérêts de la cité terrestre et le salut de la cité des hommes en ce monde exigent que l’Etat se subordonne les choses sacrées. L’ordre public, la tranquillité publique importent plus que tout. La constitution de l’Etat est donc un préalable à une ouverture des individus vers quelque chose qui dépasse leur simple vie ordinaire, elle offre une transcendance dans l’immanence, vers une religiosité étatique.

43L’Etat apparaît comme un miroir qui offre, au deux sens du terme, une réflexion aux individus : en tant que moyen de (se) réfléchir l’ensemble social auquel on appartient, en apparaissant d’ailleurs comme plus grand, plus puissant que simple particulier d’une communauté. L’individu peut dès lors s’identifier à une entité qui le dépasse et l’ouvre sur une éternité toute terrestre (qui trouve à s’enrichir et à se développer par le renouvellement des générations et du labeur commun). On obtient également une « réflexion » entendue comme présence et constitution d’une scène publique où tout individu peut apprécier l’action politique. Le sujet est appelé à se concentrer sur les choses étatiques pour se refléter dans un miroir qui lui renvoie l’organisation de son être-ensemble. Marcel Gauchet a montré comment l’idée même d’un intérêt de l’Etat, et de secrets qui lui étaient afférents, avait pu susciter la curiosité de tout un chacun pour ces points obscurs, donnant naissance à quelque chose comme un espace public, de publicité des raisons et des motivations de l’action de l’Etat. On assiste à un débordement de l’intérêt pour la chose politique dans des groupes sociaux qui ne se sentaient pas concernés et on constate l’institution, au moins potentielle, d’un point de vue du « public ». Si, dans un premier temps, l’affirmation d’un pouvoir absolu ferme cet accès à la chose publique, elle en instaure simultanément la condition de possibilité.

44Selon Botero, l’Etat assure la mise en place d’un lieu où les énergies économiques vont pouvoir s’investir. Couplé avec l’idéal de vocation, de salut en ce monde diffusé par les Réformés, le monde du labeur, du travail, de l’épargne trouve un espace d’éclosion propice, que garantira et protégera l’Etat suivant sa définition libérale.

45Tout ceci offre aux individus de nouvelles conditions de lisibilité de l’action politique. L’Etat incarne une transcendance de manière toute immanente qui oriente la communauté vers de nouveaux buts et de nouvelles fins. Il apparaît sous les traits d’un système englobant, délimitant un ensemble humain de l’extérieur (l’orientant vers une concurrence ou une coexistence avec un ennemi ou un adversaire), organisant sa cohérence à l’intérieur (pacifiant et laissant s’épanouir les passions) et projette un sens régulant les existences individuelles vers quelque chose qui dépasse le simple ordinaire des jours (perpétuité de l’ensemble social, reproduction des individus, érection des collectifs en personnes morales, salut terrestre, apport à l’idée d’humanité). L’objectif d’une maîtrise de sa propre représentation, d’une représentation de ses volontés politiques, de ses intérêts économiques se distingue également dans l’ordre de la langue. L’accès à une langue unifiée, à la configuration systémique, installe là encore pour les individus des espaces inédits de réalisation et d’épanouissement.

46Si, comme on a pu le voir auparavant, la langue n’a pas de vocation à l’imperium universel, c’est qu’elle possède en elle d’autres dimensions qui la conduisent vers ce que Rivarol en 1784 nommera « l’universalité de la langue française ».

47Elle se définit progressivement comme une langue de l’honnête homme, de l’humaniste, tout aussi abstraite que l’Etat, et dégagée de ceux qui voudraient se l’accaparer. N’étant plus porteuse d’une quelconque « majesté », elle se pare de qualités civiles et égalitaires : clarté, chasteté, netteté, élégance, politesse, rationalité, toutes seront mises en exergue dans un grand nombre de discours. Face à la rudesse et sécheresse du verbe de la monarchie absolue (à partir d’Henri IV), la langue se développe dans un espace protégé, celui des lettres. Si l’on commande au verbe royal, si l’on ne peut plus participer des délibérations publiques ; il est loisible de cultiver la langue dans le for intérieur, dans l’espace domestique et particulier.

48Difficile de savoir s’il s’agit d’une ruse du pouvoir pour enfermer la langue dans un usage courtisan et réglementé ou si peut se développer, à partir de cet espace, un médium pour parvenir à l’épanouissement individuel. Il semble bien que ces nouveaux lieux que sont les salons, les théâtres, les librairies soient des lieux divers où la conversation peut se déployer et la littérature fleurir.

49Là s’instaure un nouveau rapport à la langue, à sa force représentative. Les individus en embellissant et en ouvrageant la langue, vont, mieux que dans l’action politique dont ils sont dorénavant exclus, se comprendre eux-mêmes. Toutefois la langue va se trouver investie d’une tâche plus radicale : définir à nouveau l’idéal d’une liberté française et surtout civile. La langue française devient tout autant que le roi une chose publique, la langue publique, celle du roi et du peuple mais devenant une personne morale qui n’appartient à aucun d’eux. Ainsi elle devient universelle et ne s’adresse plus seulement aux habitants du royaume. Elle a vocation à concerner tous ceux qui voudraient bien la pratiquer.

50Elle s’adresse dorénavant, non plus au peuple en corps, mais au public qui ne se compose que de singuliers, d’individus particuliers. Ce qui annonce l’autre révolution du politique qui débutera avec Hobbes au milieu du XVIIe siècle, à savoir l’étayement par le bas du nouvel ordre politique, avec sa fondation en droit constituée par les droits subjectifs des individus, à terme des citoyens. Ce qui n’est pas encore une citoyenneté n’en est que l’embryon, dénommé à l’époque civilité. La civilité que vont défendre les libertins à la suite de Montaigne, les puristes à la suite de Du Vair, ne repose pas sur une fusion de l’ensemble des croyants autour d’une même foi animée par la sincérité du cœur. Ce sont plutôt des gestes, des mots devenus des représentations, celle que la Logique de Port-Royal portera à son incandescence. Il n’y a d’autre réalité, d’autre sujet, ni d’autre objet, que ceux résultant du jeu des regards et des discours qui les mettent en scène. La langue devient un miroir qui est le paradigme même de la représentation, le lieu où se déploie un échange entre le monde et soi, où le moi se perd au moment où il s’attrape, jubile et se désespère tout à la fois. La réflexivité trouve un espace d’éclosion propice dans cette langue représentative qui instaure une distance entre énoncé et énonciation. L’individu y trouve son compte qui dispose d’un médium qui n’est plus politique, communautaire, démagogique ou coercitif mais qu’il peut s’approprier moyennant un travail de purification. La langue écarte le sujet locuteur d’une simple adhérence à soi dans l’effort du bien dire et du bon usage.

51Le bon usage à partir de Vaugelas (1647) viendra du travail de la littérature et s’imposera à la cour, au roi comme au peuple. C’est d’un point de vue universel que s’imposera la réforme sur toutes ces institutions. Les continuateurs de Vaugelas, les académiciens, ne prétendront jamais être les législateurs de l’usage de la langue mais seulement ses greffiers. La parole ordinaire, venant de nulle part en particulier, de nul groupe social spécifique, s’impose à tous dans un espace public. Au même moment, Descartes imposera le point de vue idéaliste à partir du locuteur en langue française. Le point de vue universel, l’accès à la vérité se formera désormais à partir de l’énonciation d’un cogito. Avec le Père Bouhours, la langue française est le vecteur naturel de la raison cartésienne et du sentiment janséniste. Elle exprimerait, plus vraisemblablement que le latin, la vérité intérieure et extérieure à l’homme, comme langue des sciences et des passions. Cet ensemble de données qui irradie à partir de la conceptualisation de la langue française autour de 1600 l’impose à l’extérieur, dans les cours et les noblesses étrangères, chez les érudits et les humanistes de la République des lettres, dans la diplomatie (après les traités de Westphalie et plus tard le traité de Rastadt).

52Il y a loin d’un travail conscient de ces processus chez tous les auteurs et discours étudiés mais, de manière chronologique, il est possible de reconstituer ce qui se joue simultanément, à savoir la constitution systémique d’un ensemble politique et linguistique que la Révolution française, à tort, stigmatisera comme despotique, en mésinterprétant ce qui se jouait de libérateur et de profondément démocratique.

Bibliographie

Bibliographie

Barthes R., Leçon, Paris, Seuil, 1978.

Barthes R., Le bruissement de la langue, Paris, Seuil, 1984.

Botero G., Della ragion di Stato, Venise, 1589.

Bouhours D., Remarques nouvelles sur la langue française, Genève, Slatkine reprints, 1973

Bourdieu P., Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil, 2001.

Bourdieu P., Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

Bovelles C., Sur les langues vulgaires et la variété de la langue française, Paris, Klincksieck, 1977.

Brunot F., Histoire de la langue française des origines à nos jours, Paris, Armand Colin, 1966.

Cauchie A., Grammaire française, Paris, Honoré Champion, 2001.

Christin O., La paix de religion, Paris, Seuil, 1997.

Demaizière C., La grammaire française au XVIesiècle : les grammairiens picards, Thèse 1979, Didier érudition, 1983, 2 volumes.

Demaizière C., « Latin et langues vulgaires au XVIe siècle, en France : un problème de communication », communication faite aux Jeux de la latinité, Avignon, 1978.

Demaizière C., « la situation linguistique et le plaidoyer pour la langue française d’Etienne Pasquier », Cahiers V. L. Saulnier n ° 8, Paris, Presses de l’Ecole Normale Supérieure, p. 23-33.

Du Bellay J., La Deffence et illustration de la langue françoyse, Genève, Droz, 2001.

Dubois J. (Sylvius), Introduction à la langue française suivie d’une grammaire, Paris, Honoré Champion, 1998.

Dubois C. G., Celtes et gaulois au XVIesiècle. Le développement littéraire d’un mythe nationaliste, Paris, Vrin, 1972.

Dupleix S., Mémoires des Gaules depuis le déluge jusques à l’établissement de la monarchie française, Paris, Laurent Sonnius, 1619.

Du Vair G., De l’éloquence française, Paris, Société française d’imprimerie et de librairie, 1908.

Estienne, R., Traicté de la Grammaire Françoise, Paris, Honoré Champion, 2003.

Estienne H., La précellence du langage français, Paris, Armand Colin, 1896.

Estienne H., Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé et autrement déguizé, Genève, Slatkine 1980.

Einaudeau C., Là bas comme ici, Paris, NRF Gallimard, 1998.

Fumaroli M., Trois institutions littéraires, Paris, Folio Gallimard, 1994.

Gauchet M., « L’Etat au miroir de la raison d’Etat : la France et la chrétienté », Zarka Y-C. (dir.), Raison et déraison d’Etat, Paris, PUF, 1994, coll. « Fondements de la politique », p. 192-244.

Lemaire des Belges, J., La Concorde des deux langages, manuscrit n ° 412, Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras, 1ère édition Paris, Geoffroy de Marnef, Paris, 1513.

L’Hospital, M., Harangue prononcée à l’ouverture de la session des Etats généraux à Orléans le 13 décembre 1560, Paris, Imprimerie Nationale, 1993.

Meigret, L., Le Tretté de la grammere françoeze, Heibronn, Verlag von Gebr. Henninger, 1888.

Martel P., « Occitan, français et construction de l’Etat en France », Lacorne D., Judt T. (dirs.), La politique de Babel, Karthala, Paris, 2002, p. 87-116.

Merlin-Kajman H., La langue est-elle fasciste ?, Paris, Seuil, 2003.

Pasquier E., Les Recherches de la France (3 tomes), Paris, Honoré Champion, 1996.

Ramée, P., Grammaire, Paris, Honoré Champion, 2001.

Senellart M., Machiavélisme et raison d’Etat, Paris, PUF, coll. « Philosophie », 1989.

Tory G., Champfleury, Tours, Bibliothèque de l’image, 1998.

Trudeau D., Les inventeurs du bon usage (1529-1647), Paris, Ed. de Minuit, 1992.

Waquet F., Le latin ou l’empire d’un signe, Paris, Albin Michel, 1998.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540