Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parole et pouvoir 2

 | 
Martine Schuwer

4. Pouvoir central et langue nationale

Langue, Nation et citoyenneté au Brésil

L’interdiction des langues des communautés immigrées et l’imposition du portugais par Getúlio Vargas entre 1937 et 1945

Jean-Yves Mérian

Texte intégral

Le portugais langue nationale de l’époque coloniale à l’Empire

1Le portugais avait été dès le départ la langue des conquérants. L’élimination des Français à Rio de Janeiro en 1565, à São Luis de Maranhão en 1612, des Hollandais à Recife en 1654, renforça le monopole reconnu aux Portugais (en dehors des missionnaires jésuites originaires d’autres pays européens jusqu’en 1759). Ils étaient par ailleurs les seuls jusqu’en 1816 à pouvoir prétendre à être propriétaires fonciers.

2Le portugais était la langue de l’évangélisation, la langue de l’intégration et de l’assimilation.

3Même en l’absence d’écoles et d’enseignement systématique du portugais, la langue portugaise s’était imposée, généralisée dans les régions les plus excentrées du Brésil du fait de la disparition des communautés indigènes remplacées par les populations métisses des Caboclos. La « lingua geral » sorte de Créole tupiguarani-portugais, largement employée dans la zone d’influence des « bandeirantes »venus de São Paulo fut très employée jusqu’au milieu du XIXe siècle, mais régressa rapidement par la suite, en raison de l’installation de populations européennes immigrées, mais aussi de nouveaux immigrants portugais.

4Dans les zones de grandes plantations (canne à sucre, coton, café) les maîtres portugais avaient évité de concentrer sur un même territoire des esclaves en provenance d’une même région ou d’une même ethnie pour éviter la constitution de communautés homogènes. Malgré le maintien de la Traite des esclaves jusqu’en 1850, le portugais était devenu par nécessité la langue de la communication, de l’intégration, de l’assimilation.

5Même les Quilombos (communautés de nègres marrons) utilisaient la langue portugaise, sauf à de très rares exceptions. Il n’y avait besoin d’aucune mesure autoritaire d’interdiction pour que les langues africaines régressent, alors qu’en 1850, les voyageurs européens signalaient dans leurs récits que ces langues étaient encore plus pratiquées par le peuple à Salvador da Bahia et dans les zones sucrières que la langue portugaise.

6Les intellectuels et écrivains brésiliens qui luttèrent pour la reconnaissance d’une langue nationale au service d’une culture nationale, différente de la langue de l’ancienne métropole, comme José de Alencar, Varnhagen… ne remettaient pas en cause la langue portugaise en elle-même. Ils considéraient légitime cependant de reconnaître une spécificité à la langue portugaise du Brésil qui s’était enrichie des apports des langues et cultures des autres peuples, indigènes, africains notamment.

L’immigration européenne à la fin du XIXe siècle

7C’est dans ce contexte que se développe, surtout après 1870, l’arrivée d’immigrants européens. Les lusophones portugais et galiciens demeuraient propor les plus nombreux, mais ils se fixèrent plutôt dans des régions déjà peuplées.

8Les autres immigrés (ouvriers agricoles pour les plantations de café notamment) et colons des zones de peuplement ouvertes par le gouvernement impérial s’installèrent dans le Centre Sud (Espírito Santo – São Paulo – Rio de Janeiro) et dans le Sud : Paraná, Santa Catarina, Rio Grande do Sul.

9Les communautés étaient en général homogènes dans un village ou une zone de colonisation donnée, puisque c’étaient souvent des villages entiers qui s’installaient, mais il ne s’agissait que très rarement d’une population uniforme sur un territoire étendu. Les Italiens, avec l’unification italienne, mais aussi à la fin du XIXe siècle se reconnaissaient d’abord comme vénitiens, napolitains, comme génois avant de se présenter comme italiens. Chaque groupe s’exprimait et communiquait dans sa langue régionale. Il n’existait pas pour ces immigrés une langue normalisée. La même remarque vaut pour les Allemands. Les Bavarois chrétiens ne parlaient pas le même allemand que les Prussiens luthériens et se sentaient différents. Que dire des Allemands de la Volga qui colonisèrent le nord du Paraná. Les Suisses germanophones, francophones et italianophones conservaient au Brésil leur particularisme linguistique et culturel importé de Suisse.

10Les autres communautés, les Slaves de Russie, de Pologne, d’Europe Centrale, de Serbie, de Croatie, les juifs russes n’avaient ni culture, ni langue commune. L’absence de voies de communication aménagées, surtout à la saison des pluies, compliquait la vie des colons. Il fallait alors jusqu’à une semaine pour parcourir en chariot une centaine de kilomètres entre la côte de Santa Catarina et la colonie allemande de Blumenau.

11Dans les régions du sud le portugais était la langue de communication avec l’administration pour une minorité.

12Aucune politique ne fut mise en place pour faire de l’enseignement et de la pratique de la langue portugaise la voie de l’intégration et de la formation d’une conscience nationale.

13Chaque communauté, dans les villages isolés et séparés par une nature indomptée vivait à son rythme et reproduisait, y compris pour l’éducation, le mode de fonctionnement qui existait dans le pays d’origine. Cela était surtout vrai pour les Allemands, en particulier les protestants pour qui la lecture et la connaissance de la Bible étaient importantes : enseignement de l’allemand, éducation, religion allaient de pair.

14On peut affirmer que c’est dans les colonies organisées par les immigrés en provenance des pays de langue allemande que la préoccupation pour l’instruction et la formation fut la plus forte, plus encore chez les luthériens que chez les catholiques.

15Le temple et l’école étaient deux éléments essentiels de la cohésion de la communauté. Contrairement à ce qui se passait dans les villages luso-brésiliens catholiques où le prêtre interprétait et commentait les textes sacrés devant un parterre de fidèles très majoritairement analphabètes, chez les protestants (deux-tiers des immigrés allemands) l’alphabétisation était indispensable pour la lecture des textes sacrés et surtout de la bible.

  • 1 Luis Felipe Alencastro, História da vida privada no Brasil Império : a Corte e a modernidade nacion (...)

16Dans les écoles rurales, les enseignants, souvent des colons qui n’avaient pas un niveau de formation très élevé, appuyaient leur enseignement sur des livres didactiques édités en Allemagne. Ces ouvrages incitaient certes les élèves à aimer leur nouvelle patrie, mais leur recommandaient aussi de rester fidèles à la vieille mère patrie par la pratique de la langue allemande, la connaissance de l’histoire et de la culture 1.

  • 2 Emilio Willemes, Assimilação e populações marginais no Brasil, São Paulo, Cia ed. nac., 1940, p. 86

17Le biculturalisme était de portée limitée dans les zones rurales. Les descendants des premiers colons, marginalisés en raison de leur origine germanique, de l’isolement des villages pionniers, de leur appartenance à la religion protestante (la religion catholique était religion d’état jusqu’en 1890), privilégièrent souvent jusqu’à la fin des années 1930, leur germanité à leur brasilianité. Ce phénomène était renforcé par la pratique des mariages endogames qui limitaient fortement la perméabilité des communautés germaniques aux autres communautés et la nécessité de bien connaître la langue portugaise 2.

18La première Constitution républicaine en 1891 donna une responsabilité importante aux Etats dans l’organisation de l’enseignement. Dans le Rio Grande do Sul et le Santa Catarina, les citoyens germanophones avaient pour réflexe naturel l’élection de représentants disposés à défendre leurs intérêts économiques et sociaux, mais aussi culturels et linguistiques. Le fédéralisme fut un frein à la mise en œuvre d’un enseignement unifié dans le Brésil tout entier, fondé sur l’usage généralisé de la langue portugaise, la construction d’une culture nationale qui transcende les particularismes et les communautarismes.

  • 3 Francisco José de Oliveira Vianna, Populações meridionais do Brasil, (1920), Rio de Janeiro, ed. Jo (...)

19Au début du XXe siècle certains intellectuels, pourtant favorables à l’immigration européenne au Brésil, soulignèrent les dangers d’une coupure dans la communauté nationale et le risque de constitution dans le sud d’une « Germania 3 ».

20La question est cependant plus complexe que la simple opposition entre un Brésil « aryen » au sud dominé par les européens du nord et le Brésil historique, métissé et largement catholique et lusophone.

  • 4 Manuel Bonfim, O Brasil nação, realidade da soberania brasileira, (1931), Rio de Janeiro, Top Book, (...)

21Dans les différentes régions d’immigration les classes dirigeantes, comme le dénonçait Manuel Bonfim 4, n’étaient pas disposées à partager le pouvoir avec les nouveaux arrivés ou leurs enfants promus au rang de citoyens à part entière.

22Dans les zones de plantation du café, les propriétaires voulaient des « braços »(bras) et ne remettaient pas en cause la structure de type féodal qui avait prévalu à l’époque de l’esclavage.

23Dans les zones de transition où se développait une industrialisation assez prospère et permanente (région de São Leopoldo dans le Rio Grande do Sul ou Blumenau et Joinville (Santa Catarina) ce qui importait c’était de former des agents qualifiés pour une économie libérale, pré-capitaliste.

24Que les immigrants s’intègrent grâce à un usage généralisé du portugais n’était pas une préoccupation prioritaire.

25Les seuls véritables espaces favorables à une vie commune, à un mélange des différents groupes ethniques étaient les espaces urbains. Le développement des voies de communications ferrées puis routières dans le sud, le développement d’industries de transformation (agro-alimentaire, textile, mécanique, chaussure…) favorisèrent la naissance ou le développement de pôles urbains et le brassage des populations. Dans ces nouveaux espaces de socialisation, la connaissance du portugais, langue nationale, était vécue comme une nécessité. La constitution d’une classe ouvrière où les problèmes rencontrés par les individus étaient indépendants de leurs origines ethniques, la pression moins forte de la société sur les membres des communautés, en particulier sur les femmes, furent aussi des facteurs qui aidèrent à une meilleure fusion entre les groupes ethniques.

26L’institution du mariage civil en 1890 facilita aussi les mariages exogames puisqu’il n’était plus nécessaire de passer par l’église.

27Enfin la mobilité sociale, le changement de statut passait par l’acquisition d’un niveau d’instruction en langue portugaise dont ne disposait pas les immigrants européens non portugais.

  • 5 Ruy Barbosa, Reforma do ensino primário, in O. C., vol. 10, Rio de Janeiro, t. 1., p. 2.
  • 6 João Cruz Costa, História das idéias no Brasil, Rio de Janeiro, ed. Olimpio, 1956, p. 235.
  • 7 Wilson Martins, Historia da inteligência brasileira, Vol. IV, p. 30.

28Les idées défendues dès 1882 par Rui Barbosa 5 sur le rôle de l’éducation pour la formation de citoyens, quelle que soit l’origine ethnique ou raciale des individus, pour la modernisation du pays, progressaient, dans les grandes villes comme São Paulo, mais aussi Porto Alegre, où les positivistes et leurs disciples avaient de nombreux partisans 6. Les idées laïques 7 progressaient aussi, ce qui était déterminant pour le brassage des populations et l’expansion de la langue portugaise, alors que dans le système communautaire les écoles étaient généralement liées à l’église catholique ou aux églises protestantes qui maintenaient l’enseignement dans la langue du pays d’origine, c’est-à-dire en allemand.

29Les intellectuels brésiliens du début du XXe siècle étaient majoritairement acquis aux idées racistes des sociologues et psychosociologues français : T. Ribot, G. Le Bon, Vacher de Lapouge…

  • 8 Oliveira Vianna, Populações meridionais do Brasil, op. cit.

30Ce métissage ne constituait pas, cependant, à leurs yeux une condamnation à la fatalité de la décadence et à l’anarchie comme l’affirmaient les Européens. Cependant pour Raimundo Nina Rodrigues, Oliveira Vianna, Sílvio Romero, les « couches plébéïennes » en raison du mélange généralisé des sangs inférieurs qui les caractérisaient, ne pouvaient avoir qu’un rôle marginal et secondaire dans le processus de civilisation du Brésil 8. Quant à la population noire, en raison de l’ignorance, de l’abrutissement, de l’alcoolisme, elle était, selon eux, vouée à une extinction rapide (quatre à cinq générations).

Les différentes expressions du communautarisme.

  • 9 Oliveira Vianna, Raça e assimilação, op. cit.

31Le blanchiment de la population, forte dans le sud, était donc considérée comme une chance pour le Brésil, mais de façon unanime les intellectuels cités et aussi Manuel Bonfim refusaient l’idée de communautarisme, de colonies fermées excluant les premiers occupants du Brésil. Tous insistaient sur le nécessaire mélange de populations et sur l’assimilation pour les nouveaux arrivants des valeurs propres à la société brésilienne qui les accueillait.9

32Dans la Nation brésilienne en formation, l’éducation, la généralisation de l’usage et de l’enseignement du portugais étaient des facteurs essentiels à leurs yeux, pour éviter toute coupure au sein de la société en mutation, et favoriser l’émergence d’une nouvelle génération, synthèse de populations méditerranéennes et d’Europe du nord, un peu tropicalisée par l’apport des métis et des mulâtres les mieux dotés par la nature et les plus doués intellectuellement.

33Lorsque Getúlio Vargas prit le pouvoir en 1930, le débat était largement engagé sur la question du blanchiment de la population, sur la miscigenação (métissage), sur la « démocratie raciale », sur l’intégration et sur l’éducation.

34Les idées développées depuis 1922 par les modernistes de São Paulo n’étaient pas seulement de nature esthétique. Il s’agissait de définir la nature du portugais langue nationale, et aussi l’identité et la culture nationale.

35Dans l’utopie nationaliste de Getúlio Vargas, il ne pouvait pas y avoir de place pour une conception communautariste. Très vite s’affirmaient les principes du nationalisme brésilien : un chef, un territoire, un peuple uni, une langue nationale9.

36Cette unité nationale ne se décrétait pas. São Paulo par exemple était devenue progressivement la ville des Italiens, de loin la communauté la plus nombreuse mais divisée en sous-groupes régionaux. Les quartiers ethniques (Bairros étnicos ) s’organisaient : Italiens de Bexiga, Bràs, Mooca, juifs de Bom Retiro, Japonais de Liberdade…

37Les mœurs, les rites, les fêtes religieuses, la langue soudaient chaque groupe. La vie privée et la vie publique n’étaient pas séparées. Il y avait beaucoup de sentiments contradictoires. Les différences, les préjugés qui caractérisaient chaque groupe se traduisaient par des expressions populaires nombreuses très bien illustrées dans les contes du moderniste Alcântara Machado. Le fait que les postes de la fonction publique et la représentation politique aient été fermés aux étrangers a retardé l’intégration. Tout en souhaitant favoriser l’intégration et la naturalisation d’un nombre plus important d’immigrants, Getúlio Vargas institua un système de quota (1934) qui constitua un barrage pour les candidats « indésirables » pour des raisons ethniques : les juifs, pour des raisons politiques : anarchistes, communistes, socialistes… alors que ceux-ci étaient souvent mieux préparés, intellectuellement, culturellement à s’intégrer, à s’assimiler dans la société brésilienne en formation que les immigrants qui choisissaient dans les grandes villes les quartiers ethniques, et dans les zones rurales les colonies ethniquement « pures ».

38L’école communautaire « ethnique » jouait un rôle essentiel pour la transmission des valeurs du groupe et la création d’une immunité plus ou moins forte aux tentations extérieures et aux risques de se fondre dans le melting-pot d’une culture nationale brésilienne différente de celles du groupe d’origine.

39Dans les groupes qui avaient pour principe religieux ou de survie culturelle le mariage endogame ou intra-ethnique (juifs, japonais), l’école publique brésilienne en langue portugaise et surtout l’Université pouvaient représenter un « facteur de risque » important de rupture de la règle de l’endogamie.

40Les résistances à l’intégration par abandon de la pratique et de l’enseignement dans la langue d’origine en particulier l’allemand, le japonais et dans une moindre mesure l’italien, et le polonais furent nombreuses, même au début du gouvernement de Getúlio Vargas.

  • 10 Boris Fausto, Imigração : Cortes e continuidades, in Historia da vida privada, Vol. IV, op. cit., p (...)

41En outre, il s’était créé tout un réseau de sociétés culturelles, de secours et d’entraide, de clubs sportifs ou d’activités sociales, qui avec les écoles communautaires représentaient les lieux de rencontres et d’échanges au sein des communautés ethniques, mais aussi des lieux de pouvoir pour les « élites » de chaque groupe 10. C’est le cas par exemple du Circulo Italiano fondé en 1911 à São Paulo.

  • 11 Alcãntara Machado, A Sociedade, in Brás, Bexiga e Barra Funda, São Paulo, 1927.

42Dans certains cas cependant, des immigrants avaient réussi à s’affilier à des clubs « brésiliens » comme le « Clube paulistano ». L’écrivain Alcãntara Machado a laissé plusieurs contes qui illustrent très bien ce phénomène, comme A Sociedade11 où il décrit l’ascension sociale d’un immigrant italien qui réussit à marier son fils à la fille d’un « comendador » luso-brésilien dont la fortune a périclité. Le Clube est un lieu de reconnaissance et de consécration sociale.

43Les journaux, hebdomadaires le plus souvent, mais dans un certain cas quotidiens, comme Fanfulla, le principal journal italien de São Paulo, constituent aussi des liens très forts au sein des communautés.

44Dans les années 30, le flux migratoire en provenance d’Europe connut un fléchissement en Amérique. Le Brésil n’échappa pas à ce phénomène.

45Cependant le ralentissement d’une immigration massive en provenance d’Allemagne et de Pologne fut en partie contrebalancé par l’accroissement du nombre d’immigrés qui fuyaient la répression des Etats fascistes, surtout après 1933. Les juifs allemands, les autrichiens notamment réussirent, parfois au prix de grandes difficultés à entrer au Brésil. D’autres Européens germanophones antifascistes arrivèrent aussi.

46Les nouveaux immigrants, pour des raisons évidentes, ne se sentaient pas d’affinité particulière avec les immigrants germanophones et leurs descendants dont le comportement envers les juifs n’était pas très différent de ce que l’on connaissait alors en Allemagne. Ils constituèrent donc des communautés séparées à São Paulo ou dans le nord de l’Etat du Paraná : la « Rolândia ».

47Durant la première phase du gouvernement de Getúlio Vargas des mesures furent prises, dans une optique nationaliste, pour limiter les effets sur l’emploi de la grande crise financière de 1929-1930. Un système de « préférence nationale » fut institué dès1932, qui limitait l’accès des non brésiliens, non seulement aux postes de la fonction publique, mais à de nombreux emplois du secteur privé.

48La Constitution de 1934 instaura un système de quotas, qui fut renforcé par la Constitution de l’Estado Novo en 1937. Les entrées furent limitées à 2 % du nombre des migrants de chaque pays entrés au Brésil durant les 50 années précédentes.

49Des mesures furent prises pour interdire l’installation de plus de 25 à 30 % de ressortissants d’une même ethnie dans une même région, afin de garantir un brassage de population.

50Cependant, les problèmes posés par l’immigration et la présence de fortes communautés étrangères dans le centre sud et le sud du Brésil, ne furent pas traités en priorité par le gouvernement de Getúlio Vargas.

51La réorganisation de l’économie, la mise en œuvre d’une industrie de substitution aux importations, la lutte contre le chômage, la mise en œuvre d’une politique corporatiste pour garantir une paix sociale étaient quelques-uns des aspects de la tache prioritaire de Getúlio Vargas.

52Les communautés étrangères représentaient peut-être un danger latent, aux yeux des nationalistes, mais beaucoup moins aigu que les « constitutionalistes » qui organisèrent le soulèvement de 1932 à São Paulo qui pouvait provoquer une véritable guerre de sécession des Etats riches du sud, ou encore les communistes qui, sous la conduite de Luis Carlos Prestes, organisèrent la révolution (manquée) de 1935.

  • 12 Robert Levine, o Regime de Vargas, anos críticos, 1934-1938, Rio de Janeiro, Nova Fronteira, 1980.

53Cela explique selon moi que la question du communautarisme ne se posa véritablement qu’après 1935 12.

Education en portugais et cohésion nationale après 1930

54Le gouvernement de Getúlio Vargas avait manifesté de l’intérêt pour la question de l’enseignement en langue étrangère dès 1930. Le super-préfet (interventor) de Santa Catarina obligea les collèges privés de langue allemande à donner aux élèves une formation en éducation civique et historique brésilienne dès 1930.

55Mais c’est surtout, dans un premier temps, aux organisations de jeunesse, liées au parti nazi, que s’intéressent les militaires nationalistes après la promulgation de la loi sur la sécurité nationale en 1935.

56Les communautés de langue allemande n’étaient pas homogènes, comme nous l’avons vu, et ne constituaient pas véritablement une menace, ni un état dans l’Etat jusqu’à ce que les nazis prennent le contrôle de nombreuses sociétés, clubs,… pour former un parti nazi Teuto-brésilien.

  • 13 « Der Kompass », Curitiba, n ° 41, 1935.

57Il faut cependant se méfier des simplifications. Pour les Allemands, il existait différentes catégories d’individus appelés à exercer des responsabilités différentes selon leurs origines : les citoyens allemands installés au Brésil pouvaient prétendre à des responsabilités que les Teuto-brésiliens ne pouvaient avoir au sein des organisations nazies. Le droit du sang, la nationalité, ne conférait pas le même statut à tous. Il existait fréquemment une méfiance mutuelle entre les représentants du Reich au Brésil et les « Teuto-brésiliens » qui, plus ou moins bien intégrés dans la communauté nationale brésilienne œuvraient pour un rapprochement et une coopération étroite entre le Brésil et l’Allemagne 13.

58Ce sont les militaires nationalistes qui ont les premiers abordé franchement le thème de la « nationalisation ».

  • 14 Swartzman Simon-Bonemy, Maria Helena, Tempos de Capanema, Rio de Janeiro, ed. Paz e Terra, 1984, p. (...)

59Le général Pedro Aurélio de Góis Monteiro, chef d’état major de l’armée 14, s’appuyant sur sa connaissance des réalités sociales du sud du Brésil, correspondant à la cinquième région militaire, attira l’attention du ministre de la guerre, Eurico Gaspar Dutra, sur les risques pour la sécurité nationale entraînés par la constitution de groupes étrangers dans la société brésilienne.

60La difficulté d’assimilation allemande est attribuée à la très forte conscience patriotique cultivée par cette communauté.

61Ce processus de conscience patriotique qui se propage de génération en génération représente une forte menace pour la formation d’une conscience patriotique brésilienne.

62Le rapport du général Góis Monteiro souligne l’existence d’un problème racial (contraire à l’idéologie officielle de la miscigenação (métissage) ou de la « démocratie raciale », la perpétuation de la culture grâce à l’enseignement de la langue maternelle allemande, pour la formation de la nationalité, la complicité de l’Eglise (surtout protestante) avec cette conception et finalement les activités nazies au Brésil. Góis Monteiro redoute la formation d’une « patrie allemande » en territoire brésilien.

63Les organisations culturelles et de jeunesse, mais surtout l’école, étaient au centre des préoccupations de Góis Monteiro. C’est pourquoi il mit sur pied, à partir du Ministère de la guerre, une stratégie de pénétration des associations sportives et culturelles par la mise à disposition d’instructeurs obligeant ces associations à s’ouvrir à toute la société pour éviter la formation d’entités privées étrangères.

64Enfin il institua l’enseignement obligatoire du portugais dans les casernes pour les jeunes recrues non lusophones, la libération n’intervenant qu’à partir du moment où ceux-ci pouvaient démontrer une connaissance satisfaisante (écrit et oral) du portugais.

  • 15 Oliveira Vianna, Evolução do povo Brasileiro, op. cit.
  • 16 Cassiano Ricardo, Marcha para oeste, Rio de Janeiro, 1949.

65Les militaires, en phase avec les intellectuels les plus actifs de l’Estado Novo, Oliveira Vianna 15, Cassiano Ricardo 16, considéraient que la cohésion nationale, l’identité nationale, ne pouvaient se réaliser que par « l’abrasileiramento », la « brésilianisation », par conséquent l’enseignement obligatoire en portugais dans toutes les écoles de la Fédération.

66L’infiltration nazie dans certaines écoles et certains collèges du sud devait être combattue. Des avantages furent consentis aux enseignants et enseignantes brésiliens qui acceptaient d’aller enseigner le portugais dans des régions éloignées.

  • 17 Aspásia Camargo e Walder Góes de, Meio século de combates : diálogo com Cordeiro de Farias, Rio de (...)

67Ce fut la politique menée par le super-préfet Cordeiro de Farias à partir de 1938 dans le Rio Grande do Sul 17. Il entreprit un programme de désappropriation progressive des écoles étrangères, nomma des directeurs brésiliens et substitua progressivement les enseignants allemands par des « nationaux » sélectionnés.

  • 18 Hilton Stanley, Suástica sobre o Brasil, a história da espionagem alemã no Brasil, Rio de Janeiro C (...)

68Certes, l’action des agents allemands au Brésil était une réalité avérée. Attachés au département de l’étranger du haut commando des forces armées allemandes, ils furent très actifs jusqu’à la fin de la deuxième guerre mondiale (système éducatif, culturel, organisations de jeunesse). L’historien Stanley Hilton a bien étudié le phénomène 18.

69Cependant cette réalité a été aussi un prétexte pour accentuer la pression sur les milieux germanophones.

70La déclaration de guerre du Brésil aux puissances de l’axe en 1942 entraîna naturellement une aggravation de la situation des communautés immigrées allemandes, japonaises et italiennes, dont les activités culturelles furent très surveillées.

71En ce qui concerne les publications en langues étrangères (journaux, livres) les organismes brésiliens de censure furent très efficaces de même que le système qui régissait les attributions du papier pour les imprimeries.

72Les possibilités d’expression et de diffusion en langue allemande furent très limitées dès 1938.

731938 fut l’année cruciale. Le décret du 18 novembre 1938 porta le coup de grâce aux collèges étrangers (allemands, japonais et italiens) en ville comme dans les zones rurales. La Commission nationale de l’enseignement primaire, mit en pratique les décisions du Plano Nacional de Educação de 1937. Lorsque la loi n’était pas appliquée, la coercition et la répression se mettaient en œuvre.

74Les retours de familles allemandes, établies au Brésil, vers le Reich ne furent pas rares chez ceux qui refusaient l’assimilation forcée et l’abandon des valeurs « germaniques », race et surtout langue. Des cas semblables pour la communauté japonaise se produisirent dès 1938.

L’Etat nouveau brésilien et la fin des projets communautaristes, 1937-1945.

  • 19 Tempos de Capanema, op. cit., p. 154.
  • 20 Emílio Willem, op. cit., p. 184-188.

75Les utopies que pouvaient avoir nourries certains militants germanophones, souvent pro-nazis, de créer au sud du Brésil un espace préservé (certains faisaient référence au cas du Québec pour les francophones canadiens) étaient mortes avant d’être mises en application. Même la stabilisation ethnique et culturelle du groupe menaçait la politique de fusion ethnique, d’assimilation et d’acculturation complète des populations allogènes, entreprises par les nationalistes brésiliens à partir de 1937 1920.

76Les foyers de résistance les plus forts furent les églises, plus particulièrement protestantes. En 1935, près de 300 000 personnes, soit près de 30 % de la population allemande des trois Etats du sud du Brésil sont catholiques et près de 70 % (621 000) appartiennent à différentes églises et sectes protestantes. L’attitude de l’église catholique fut plus conciliante que celle des églises protestantes, mais en 1940, le gouvernement n’avait pas encore réussi à imposer le caractère obligatoire des prêches et des sermons en langue nationale, c’est-à-dire en portugais. Cela n’était pas sans conséquences aussi dans le domaine de l’éducation puisque les écoles confessionnelles demeuraient encore les plus nombreuses dans les zones rurales notamment. Il fallut beaucoup de pragmatisme et d’habileté au gouvernement de Getúlio Vargas pour résoudre progressivement cette question. Compte tenu de la présence très forte de responsables de l’Église catholique, comme Alceu Amoroso Lima, disciple d’Emmanuel Mounier, auprès du ministre de l’Education, la voie de la négociation fut privilégiée en particulier dans le Rio Grande do Sul.

77Enfin je voudrais souligner que la question de l’usage de la langue portugaise, comme facteur essentiel de la constitution de l’identité nationale était une optique directement inspirée par l’Allemagne nazie qui avait fait de l’allemand la langue nationale.

78Paradoxalement, l’inspiration du modèle allemand se retrouve aussi dans la mise en place des organisations de jeunesse à partir de 1938 sur l’impulsion de Francisco Campos, ministre de la Justice, et du général Gois Monteiro. Les organisations de jeunesse n’étaient pas placées sous la tutelle d’un parti politique comme cela avait pu être le cas pour l’Action intégraliste brésilienne de Plínio Salgado, dissoute en 1938 et qui avait compté jusqu’à 100 000 membres, mais directement sous la tutelle du gouvernement. Il s’agissait bien de former un homme nouveau, une société de citoyens partageant la même langue, les mêmes valeurs idéologiques nationales, la même culture. Il fallait pour homogénéiser la population éliminer les « foyers de contamination » communistes, nazis, et exclure les « étrangers », c’est-à-dire ceux qui s’opposaient au projet de nationalisation.

  • 21 Lúcia Lippi DE Oliveira, O intelectual do DIP : Lourival Fontes e o Estado Novo in Constelação Capa (...)

79Afin de conforter cette démarche le gouvernement mit en œuvre une politique de communication très agressive qui prit, en 1939, le nom de Département de la presse et de la propagande (D. I. P.). Il fut confié à Lourival Fontes 21, fasciste grand admirateur de Mussolini.

80Rien n’échappait à la censure mise en place par le D. I. P., ni la presse, ni la publication de livres, ni surtout la radio qui devint l’instrument privilégié de communication de Getúlio Vargas avec le peuple brésilien. Cette radio, au départ monopole d’Etat, était bien évidemment en langue portugaise. L’émission quotidienne « Hora do Brasil » retransmise chaque jour sur l’ensemble du territoire brésilien pendant une heure (19h-20h) de façon obligatoire, devait toucher et convaincre l’ensemble des Brésiliens quelle que soit leur origine.

  • 22 Paulo Miceli, O mito do herói nacional, 4e éd., SP, ed. Contexto, 1994.

81Cette radio contribua de façon systématique à la formation du mythe de Getúlio Vargas, le père de la Nation auprès du peuple brésilien, et à la popularisation des grands mythes fondateurs de la Nation, comme le rôle des Bandeirantes ou de Tiradentes 22… Les moyens de communication de masse avaient pour but de compléter l’œuvre de nationalisation entreprise par le ministre de l’Education.

82Ainsi donc à partir de cette idée centrale, imposer la langue portugaise comme principal facteur de construction de l’identité brésilienne, le gouvernement de Getúlio Vargas entreprit de régler une fois pour toutes les problèmes posés par les minorités qui entendaient conjuguer citoyenneté brésilienne et appartenance à une nationalité historique. Les Allemands, les Italiens, les Polonais, les Japonais, principales minorités aux caractéristiques bien définies qui avaient réussi à préserver une identité propre au sein de la communauté nationale, virent en quelques années les instruments du maintient de cette identité (écoles, églises, journaux, éditions…) réduits presque à néant.

83C’est un tournant dans l’histoire de la formation d’une identité et d’une culture nationale au Brésil que rien par la suite n’a remis en cause.

Notes

1 Luis Felipe Alencastro, História da vida privada no Brasil Império : a Corte e a modernidade nacional, vol. II, São Paulo, Cia das letras, 2001, p. 332.

2 Emilio Willemes, Assimilação e populações marginais no Brasil, São Paulo, Cia ed. nac., 1940, p. 86.

3 Francisco José de Oliveira Vianna, Populações meridionais do Brasil, (1920), Rio de Janeiro, ed. José Olimpio, 1956. Evolução do povo brasileiro, (1924), Rio de Janeiro, ed. José Olímpio, 1956.

4 Manuel Bonfim, O Brasil nação, realidade da soberania brasileira, (1931), Rio de Janeiro, Top Book, 1996.

5 Ruy Barbosa, Reforma do ensino primário, in O. C., vol. 10, Rio de Janeiro, t. 1., p. 2.

6 João Cruz Costa, História das idéias no Brasil, Rio de Janeiro, ed. Olimpio, 1956, p. 235.

7 Wilson Martins, Historia da inteligência brasileira, Vol. IV, p. 30.

8 Oliveira Vianna, Populações meridionais do Brasil, op. cit.

9 Oliveira Vianna, Raça e assimilação, op. cit.

10 Boris Fausto, Imigração : Cortes e continuidades, in Historia da vida privada, Vol. IV, op. cit., p. 13-62.

11 Alcãntara Machado, A Sociedade, in Brás, Bexiga e Barra Funda, São Paulo, 1927.

12 Robert Levine, o Regime de Vargas, anos críticos, 1934-1938, Rio de Janeiro, Nova Fronteira, 1980.

13 « Der Kompass », Curitiba, n ° 41, 1935.

14 Swartzman Simon-Bonemy, Maria Helena, Tempos de Capanema, Rio de Janeiro, ed. Paz e Terra, 1984, p. 142.

15 Oliveira Vianna, Evolução do povo Brasileiro, op. cit.

16 Cassiano Ricardo, Marcha para oeste, Rio de Janeiro, 1949.

17 Aspásia Camargo e Walder Góes de, Meio século de combates : diálogo com Cordeiro de Farias, Rio de Janeiro, Nova Fronteira, 1981, p. 273.

18 Hilton Stanley, Suástica sobre o Brasil, a história da espionagem alemã no Brasil, Rio de Janeiro Civilização brasileira, 1977.

19 Tempos de Capanema, op. cit., p. 154.

20 Emílio Willem, op. cit., p. 184-188.

21 Lúcia Lippi DE Oliveira, O intelectual do DIP : Lourival Fontes e o Estado Novo in Constelação Capanema, e política, org. Helena Bomeny, Rio de Janeiro, ed. F. G. V., 2001.

22 Paulo Miceli, O mito do herói nacional, 4e éd., SP, ed. Contexto, 1994.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540