Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parole et pouvoir 2

 | 
Martine Schuwer

3. Parole et (re)construction de l’identité collective

Toponymie et ethnocentrisme

L'exemple de la Gran Enciclopedia Gallega1

Françoise Dubosquet Lairys

Texte intégral

  • 1 Gran Enciclopedia Gallega (Grande Encyclopédie Galicienne), Ed. Silverio Cañada, Santiago-Gijón, 19 (...)
  • 2 Enciclopedia General Ilustrada del País Vasco,(Encyclopédie Générale Illustrée du Pays Basque), Ed. (...)
  • 3 Gran Enciclopèdia Catalana (Grande Encyclopédie Catalane), Edicions 62, Barcelona, 1970, 17 vol.
  • 4 Le Pays Basque, la Catalogne et la Galice sont considérées en Espagne comme communautés historiques (...)

1Parallèlement à la mise en place d’une nouvelle structure de l’Etat espagnol (1975-1978), de nombreux projets éditoriaux de dimension régionale ont vu le jour. Dans le sillage de la Enciclopedia General Ilustrada del País Vasco2 et de la Gran Enciclopèdia Catalana3, la Galice, troisième communauté historique de l’Espagne 4, a conçu à son tour un grand projet d’encyclopédie territoriale. Comme ses aînées, basque ou catalane, l’encyclopédie galicienne s’est donné pour but de magnifier une région historique et de faire l’inventaire de tout le savoir humain présent ou lié à son territoire. La réalisation de cette encyclopédie territoriale, comme bien d’autres de ses aînées ou cadettes, devient un véritable outil de revendication, d’affirmation et de construction identitaire. Après une brève présentation des promoteurs et lecteurs potentiels de l’encyclopédie, notre propos sera d’en souligner les axes à partir de l’étude des notices toponymiques les plus significatives.

Promoteurs et lecteurs

2En fait, nous retrouvons au sein de son comité éditorial des intellectuels liés à l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle (historiens, linguistes, économistes, biologistes…), dont l’auteur du prologue, Ramón Otero Pedrayo, figure emblématique des Lettres Galiciennes, est un des dignes représentants, mais aussi des théologiens à tendance progressiste (Vatican II), des écrivains ou journalistes, des membres de la Real Academia Gallega ou des promoteurs de la culture galicienne comme les responsables des Éditions Castro (maison d’éditions d’ouvrages en galicien) ou de la maison Sargadelos. Parmi ces derniers, on note la présence active de marxistes et de militants de la cause galicienne comme le peintre Isaac Diáz Pardo. Le projet éditorial réunit les forces vives d’une Galice qui, à la veille comme au cours de la transformation de l’Etat espagnol, veut recouvrer ses racines et réaffirmer son identité.

  • 5 Gran Enciclopedia Asturiana, (Grande Encyclopédie Asturienne), Ed. Silverio Cañada, Gijón, 1970.
  • 6 cf. F. Dubosquet, « la Gran Enciclopedia Gallega en busca de una identidad gallega », in Prensa, Im (...)
  • 7 « Un esfuerzo que puede ser decisivo para una toma de conciencia regional en estas horas segurament (...)

3Le public visé est l’ensemble de la communauté galicienne castellanophone et gallegophone. Pour cela, l’éditeur, Silverio Cañada, un Asturien déjà maître d’œuvre de la Gran Enciclopedia Asturiana5 (1970) a proposé, cette fois encore, une diffusion sous forme de petits fascicules de 20 pages et lancé une souscription par mensualités des 30 tomes qui verront le jour entre 1974 et 1987 6. Le but confessé, tant par l’auteur du prologue que par les articles de presse qui accompagnèrent sa sortie, est la promotion de la culture galicienne, sa préservation et reconnaissance, « un effort qui peut être décisif pour une prise de conscience régionale à ces heures sûrement marquantes pour la Galice 7 ».

Territoire et toponymie

4Préserver, reconnaître une culture, c’est aussi définir son paysage, délimiter son territoire. A ce niveau, une première étude attentive de cette encyclopédie nous permet de souligner quelques grandes caractéristiques.

  • 8 En Galice, le terme « parroquia » a le sens de démarcation administrative locale au sein du territo (...)
  • 9 « Villa » est une dénomination spécifique qui distingue une agglomération qui a quelques privilèges (...)
  • 10 « Presentamos sin excepción de ninguna clase, todos los nombres de caseríos, lugares, barrios, alde (...)
  • 11 La dénomination « province » en Espagne correspond à la division départementale française.

5La première est la place accordée aux toponymes. S’il est vrai que la Galice concentre, par sa forme d’habitat extrêmement dispersé, un pourcentage important de toponymes espagnols, la Gran Enciclopedia Gallega répertorie une infinité de noms de lieux, des plus reculés et insignifiants (certains d’entre eux ne comptent que quelques habitants) aux plus importants. A titre d’exemple, le tome 30 de la Gran Enciclopedia Gallega ne consacre pas moins de 148 pages – sur les 256 qui le composent – à des toponymes déclinés selon une hériarchisation extrêmement précise, en fonction de leurs statuts comme nous l’indiquent les rédacteurs, dès l’introduction : « Nous présentons, sans aucune exception, tous les noms des hameaux, lieux-dits, bourgs, bourgades, villages, paroisses 8, villas 9 et villes de Galice, ainsi que tous les accidents géographiques (montagnes, fleuves, caps, plages et lagunes, etc. Et tout cela sous sa forme galicienne 10 ». Et si, à titre d’exemple, dans le tome 3, 45 pages sont consacrées à la notice de Saint-Jacques, capitale administrative de la Communauté Autonome, des petites villes comme Betanzos (municipalité de 7.856 habitants, province de La Corogne) et ses alentours, élevés pour l’occasion au statut de « province 11 » n’en comptent pas moins de 36.

6Ce soin extrême dans la volonté ne pas oublier le moindre hameau ou lieudit est accentué par la présence de micro-cartes. En effet, les notices consacrées aux municipalités sont souvent accompagnées d’une carte de relief qui indique les principaux monuments et se limite strictement au territoire municipal ; les indications portées comme les municipalités limitrophes, par exemple, laissent le lecteur non natif dans l’incapacité de se repérer. En fait, l’inscription de la Galice dans le monde se fait par une focalisation extrême de l’espace galicien, dans un rectangle de 10 cm/15 cm à 25cm/30cm, à une échelle de 1/125 000 le plus souvent, sans mention ni de province, ni de mer ou de grands reliefs identifiables au niveau régional.

7Cette particularité est à mettre en parallèle avec les cartes de la Galice que la Gran Enciclopedia Gallega nous propose. Sur l’ensemble cartographique qui accompagne la notice « Galice » huit cartes sont présentées dont trois datent du XVIIe siècle. La première, une version ancienne de la division ecclésiastique de la Galice, est l’œuvre de Fernández Oya et date de la fin du XVIIe, une seconde tirée de l’Atlas de Mercator est de 1632 (t. 15, 24-25), la troisième est celle d’Il Regno di Galiciade l’Italien Giacomo Cantelli da Vignola de 1696 (t 15,26-27), suivent deux autres cartes, l’une de 1784 de Tomás López et celle de Fontán de 1845. La Galice contemporaine n’est présente qu’à travers les images orographiques proposées par l’armée américaine (Army Map) de 1960 (t. 15, 29) ou celle du satellite Landsat de 1979 (t. 15, 30). La seule carte qui aurait pu être de quelque secours pour le voyageur non-natif, est le résultat tronqué d’un montage de quatre cartes de l’IGN de 1975-1978 (t. 15, 31), à l’échelle de 1/200 000, parfaitement illisible du fait de son format 32,5/33 cm. Ainsi pour la notice « Galice », la Gran Enciclopedia Gallega ne propose aucune carte actualisée, complète ou exploitable de la communauté autonome, donnant à penser que la Galice ne serait qu’une série de petits territoires juxtaposés pour lesquels on utilise une dénomination souvent erronée (comme l’illustre l’exemple du terme « province » pour Betanzos). La priorité est donnée à une nomenclature extrêmement précise qui semble répondre davantage à la volonté de séduire un lectorat potentiel qui trouvera dans ses pages le nom de son hameau ou de la grange de son voisin (casa de labor ), en fait, son lieu de vie ou celui de ses parents, le lieu de ses origines, le paysage de ses aïeux.

Toponymes et notices

8Cette dernière remarque nous conduit à étudier les notices qui traitent de ce territoire et de ses proches voisins comme le Portugal, la Castille et ses deux provinces Léon et Zamora ou les Asturies, mais aussi celles des deux autres communautés historiques espagnoles, le Pays Basque ou la Catalogne, avec lesquelles elle partage un même statut, puis celle de l’Espagne, nation dont elle dépend institutionnellement, enfin celles de l’Europe et de ses composantes ou de l’Amérique (plus spécifiquement l’Argentine, Cuba ou l’Uruguay), destinations privilégiées de ses émigrants.

Galice ou l’hommage d’un fils à la Terra Nai (Terre-Mère)

9Une remarque préliminaire : l’entrée « Galice » apparaît sous sa forme cas et non galicienne, contrairement à l’annonce faite en introduction de l’encyclopédie par ses auteurs.

  • 12 Ramón Piñeiro López (1915-1990). Militant galleguiste, il fut le représentant de ce mouvement auprè (...)

10Le texte qui l’accompagne est signé par une des personnalités les plus marquantes du mouvement galleguiste contemporain, Ramón Piñeiro 12, et s’étend sur une huitaine de pages à peine, les 37 suivantes sont intégralement consacrées à toutes les publications (journaux et revues) incluant la mention « Galice » dans leur titre, les 23 dernières étant, quant elles, dédiées à une analyse extrêmement précise des symboles identitaires comme les armes et les blasons ou le drapeau de la Communauté.

  • 13 « (un país) que resiste inmóvil las impresionantes embestidas cósmicas del Océano contra el pecho d (...)
  • 14 « Galicia es la unidad del pueblo y del país, la unidad espacio-temporal pueblo-país. El país (…) c (...)

11La notice débute par une présentation lyrique du paysage galicien : « un pays qui résiste, immobile, aux impressionnants assauts cosmiques de l’Océan contre la poitrine nue de ses falaises et qui, dans le même temps, l’accueille maternelle dans le sein de ses rías 13 », puis de son peuple, façonné par ce paysage tout comme ce paysage fut façonné par l’homme au cours des siècles. Le lien entre le peuple et le paysage galiciens est fortement souligné, l’auteur parle d’« unité du peuple et du pays, une unité spatio-temporelle (…) Le pays (…) captive par sa beauté ceux qui le contemplent » et il est, au regard de Ramón Piñeiro, « la grande épo du peuple galicien, avec cette singularité, qu’il ne s’agit pas du fruit de la lutte de l’homme contre l’homme mais de l’homme contre la nature 14 ».

12Cultivant le lien entre homme et paysage, l’auteur distingue deux Galices, celle de la mer et celle de la terre, distinctes et complémentaires comme ses hommes qu’il définit soit comme des « semi-nomades », des marins qui s’aventurent sur tous les océans ou comme des gardiens de la terre et de la tradition, des paysans. Le caractère galicien est, selon Ramón Piñeiro, la symbiose de ces deux tendances : l’une réceptive, assimilatrice et innovante, l’autre attachée aux valeurs de la terre et à la tradition.

  • 15 « Otra de las grandes creaciones del pueblo gallego » (op. cit, t., p. 28).

13Un autre aspect fondamental de l’identité de la Galice est sa langue : « autre création parmi les grandes créations du peuple galicien 15 », une langue définie comme le fruit de la lutte de l’esprit pour donner une expression verbale authen à cette communauté.

  • 16 « Gracias a la lengua y al amor a la Terra-Nai, podemos mantener nuestra unidad espiritual con nues (...)

14La terre et la langue apparaissent comme les racines les plus profondes de la communauté sociale galicienne, celles qui lui donnent conscience de son identité et de son unité. C’est « grâce à la langue et à l’amour de la Terra-Nai », écrit-il « (que) nous pouvons maintenir notre unité spirituelle avec nos frères qui vivent dans l’émigration, intégrés dans d’autres milieux culturels et économiques 16 ». Cette allusion à la forte émigration galicienne est fondamentale, elle est récurrente, comme nous le verrons, tout au long des 30 tomes qui composent cette encyclopédie, elle traduit une des spécificités de l’histoire de la Galice, terre qui, dès le XVIe siècle, vit partir ses forces vives sur les mers à la conquête du monde, mouvement qui se transforma, au cours des XVIIIe et XIXe siècles, en une véritable hémorragie démographique. Une émigration dont l’auteur tente de définir les causes à travers son passé.

  • 17 « Sorprende que Galicia, con una personalidad tan claramente diferenciada dentro del conjunto españ (...)
  • 18 « La cultura europea tenía en Compostela una presencia activa y fecunda.. El Camino de Santiago era (...)

15L’évocation très synthétique de l’histoire de son pays (les différentes périodes faisant l’objet de développements plus conséquents au cours des volumes) est pour l’auteur, l’occasion de s’interroger sur ses forces et ses faiblesses : « Il est surprenant que la Galice, avec une personnalité aussi clairement différenciée au sein de l’ensemble espagnol, n’ait pas atteint une présence active dans son histoire politique 17 ». Le militant de la cause galicienne ne peut rester insensible à la faiblesse de l’affirmation nationaliste de la terre qui l’a vu naître. En effet, même si la Galice est considérée comme une communauté historique de l’Etat espagnol, elle n’en reste pas moins une des plus discrètes et Ramón Piñeiro ne peut nier sa faiblesse, sa passivité, sa trop grande dépendance et sa marginalisation. L’évocation du passé est donc l’occasion de rappeler l’existence fugace d’un Royaume de Galice – rattaché dès le VIIIe siècle à celui des Asturies puis du Léon et de la Castille – mais surtout d’une terre à la pointe de l’Europe où se rencontrèrent des grandes civilisations et eurent lieu de riches échanges en des temps reculés, un territoire qui fut terre d’accueil de grands pélerinages. Saint-Jacques-de-Compostelle se transforma en un Jakobsland, la Mecque d’un Occident Chrétien, où « la culture européenne avait à Compostelle une présence active et féconde. Le chemin de Saint-Jacques était la voie culturelle de l’Espagne avec l’Europe. Par elle, transitèrent l’art roman et la lyrique des troubadours 18 ». La fierté de ce passé prestigieux et déjà européen est parfaitement perceptible et source d’espoir car il s’agit de promouvoir ce peuple aujourd’hui replié sur lui-même.

  • 19 « (el uniformismo) no fue impuesto por el pueblo castellano – sería injusto pensarlo así – sino por (...)

16En fait, au regard de Ramón Piñeiro, l’origine du déclin de sa terre est avant tout liée à l’émergence de l’Etat national castillan à l’Epoque Moderne qui se caractérisa par une monarchie absolue, symbole de l’uniformisme politique, par une uniformité religieuse, dans la ligne du Concile de Trente et par une uniformité" culturelle imposée par la Castille qui obligea les autres cultures à se taire. A ce propos, l’auteur fait preuve d’une précaution de langage, en précisant que cet uniformisme ne fut pas « imposé par le peuple castillan – ce serait injuste de penser ainsi – mais par la volonté uniformiste de l’Etat 19 ». La responsabilité est donc politique et du fait des Rois, non des peuples. Mais la critique ne s’adresse pas seulement au Siècle d’Or espagnol, l’histoire récente fut aussi le témoin de cette volonté uniformisatrice et en aucun cas, Ramón Piñeiro ne veut opposer les deux peuples. Il se démarque ainsi d’autres formes d’expression nationaliste plus radicale, comme celle d’une partie des militants basques.

17Cet impérialisme castillan dénoncé par l’auteur et qui marginalise peu à peu la Galice avec l’assentiment des caciques locaux, fera de la langue galicienne une langue orale, d’analphabètes, le castillan s’imposant en langue du pouvoir central, écrite et enseignée, nouveau vecteur culturel. Il faut attendre le XIXe siècle pour que ressurgisse cette culture marginalisée. En effet, c’est le Rexurdimento, mouvement intellectuel et littéraire qui tente de réveiller un sentiment régional et appuie le retour à l’usage du galicien, non seulement à la campagne où il s’était conservé mais en ville et à l’université. C’est une époque où la Galice intellectuelle et la Galice du peuple se rencontrent, et qu’apparaissent les Irmandades de Fala (Fraternités de la langue) associations qui, sous la Seconde République, donneront naissance au parti « galleguiste ».

18En fait, cette notice est plus un essai sur la Galice qu’une présentation formelle de ce territoire et révèle la pensée d’une des grandes figures de la cause galicienne. Nous n’apprenons ni le nombre de ses habitants, rien de véritablement précis sur sa géographie ni sur l’origine de son nom. La notice « Galiza », version galicienne de « Galice », répondra à ce dernier point tout en se limitant à une présentation linguistique essentiellement diachronique.

Portugal, Castille, Espagne ou des omissions révélatrices

19La Galice partage au sud une frontière avec le Portugal, à l’est avec la Castille (provinces de Léon et Zamora) puis, au nord, avec la principauté des Asturies.

20Les notices « Portugal », « Castille » sont surprenantes : à l’entrée « Portugal » nous trouvons : « Bourgade de la paroisse de Muradelle (Chantada, Lugo), distante de 8 kms de la capitale municipale » (t. 25, 182) et pour la « Castille », la définition n’est pas plus explicite : « Pointe que forme la plage de Lobeira Grande, située près du village de Chazo, paroisse d’Abanqueiro, municipalité de Noiro (A Coruña) » (t. 5). Aucune allusion sur un Etat voisin ni sur un passé commun.

21Aucune trace de « Zamora » et seules quelques lignes apparaissent pour « León » qui n’ont rien à voir avec l’existence ni d’un Royaume dont la Galice fut vassale dans le passé, ni avec l’existence d’une province actuelle mais elles se limitent à désigner deux bourgades dont l’une compte 31 habitants dans la province de la Corogne (t. 19,40)

22Si l’on étend la recherche à « Espagne », la définition laisse le lecteur perplexe : « Nom d’origine français. Une branche de cette famille est venue en Espagne et s’est établie dans un manoir à Palma de Majorque. Ce nom est très répandu dans la péninsule. » (t. 10, 194-195) Suivent quelques précisions sur des blasons identifiant cette famille.

23Oubli ? Désintérêt ? Il semble en fait que la Galice présentée ici tourne le dos à ses proches voisins avec lesquels pourtant, son histoire s’est au gré des siècles souvent confondue. Le passé comme le présent sont ignorés, la priorité de l’ouvrage se résumerait-elle donc au seul et unique territoire galicien magnifié dans ses moindres détails internes, détaché de son contexte géographique limitrophe ?

24Cependant, une communauté a échappé à ce sort, il s’agit des Asturies.

Les Asturies, lien éditorial ou lien historique ?

  • 20 « La relación, en los más diversos aspectos, entre Asturias y Galicia es un hecho suficiente avalad (...)

25Hier, royaume voisin, et aujourd’hui, province et Communauté Autonome limitrophe, les Asturies occupent trois pages complètes de la Gran Enciclopedia Gallega illustrées de deux belles photographies de monuments romans : une vue extérieure d’une abside (d’Astureses) et une vue frontale d’un palais médiéval à Santa María de Naranco (province d’Oviedo). Dès les premières lignes, l’auteur (non-identifié) évoque les relations privilégiées qui unissent les deux communautés, sur un ton singulier : « la relation, dans divers domaines, entre Asturies et Galice est un fait suffisamment démontré, dans une perspective historico-géographique et linguistique entre autres, et ce malgré la psychologie et le caractère des deux peuples, leur régime de vie et leur conformation culturelle 20 ». Il s’agit d’un développement entièrement construit sur le postulat d’un lien fort entre ces deux communautés, implicitement partagé par le lecteur-natif mais qui pour tout autre destinataire est source de perplexité. En effet, en quoi les Asturies seraient-elles plus proches que le Portugal, le León ou la Castille avec lesquels la Galice a été associée au cours des siècles ? L’explication en serait-elle l’héritage celte ainsi que le mentionne fort brièvement le texte ? Cette dernière référence est un indice tout à fait révélateur car il tient bien plus du mythe celte d’une origine commune que d’une réalité historique, aujourd’hui mise à mal par nombre d’historiens et d’archéologues.

26A ce niveau de notre réflexion, nous pourrions suggérer trois explications de cet intérêt marqué pour les Asturies.

  • 21 « Linajes gallegos y asturianos entroncaron frecuentemente sobre todo en torno al Eo, limite diviso (...)

27La première, c’est le lien qui unit les deux régions au VIIIe siècle lorsque la Galice s’allie aux Asturies au cours des premiers conflits qui opposent les chrétiens réfugiés dans les montagnes du nord aux musulmans d’Al Andalus. Alfonso III, roi des Asturies, donnera vie au Royaume de Galice en partageant son royaume et en donnant la partie ouest en héritage à l’un de ses fils : « les lignages galiciens et asturiens se mélangèrent très souvent surtout autour (du fleuve) Eo, limite teritoriale et axe de relation entre la communauté astur et la galicienne 21 » (fleuve frontière entre les deux territoires). Il s’agit donc d’un lien de vieux chrétiens et de territoires d’où partira la « reconquête ».

  • 22 « Las raíces históricas del fenómeno están debidamente claras para quien quiera enterarse, sin nece (...)

28La seconde est sans doute anecdoctique pour un lecteur extérieur mais sert de conclusion à la notice sur les Asturies. Les dernières lignes de ce texte font allusion au traitement dépréciatif que réservent les auteurs espagnols du Siècle d’Or aux Asturiens et aux Galiciens, et le commentaire proposé rappelle le postulat du début : « les racines historiques de ce phénomène sont évidemment claires pour celui qui veut le voir, sans aucun besoin d’abonder ici dans l’‘ utilisation’consciente et personnelle de la phobie ou de l’insconcience de ceux qui y contribuent 22 ». Là encore, l’explication relève pleinement du domaine affectif et émotionnel, et le recours à ce type d’argumentation ne peut que surprendre dans un ouvrage à prétention scientifique.

29La dernière, qui prend en compte les arguments précédents, nous conduit à ne pas oublier que le travail d’édition de cette encyclopédie est l’œuvre d’un Asturien ; la présence de documents émanant du fonds de la Gran Enciclopedia Asturiana est notable et vérifiable pour chacun des volumes et semble répondre davantage à une préoccupation pratique et économique que scientifique.

Pays Basque et Catalogne, entre oubli et évocation discrète

30Avant d’aborder les nations voisines, notre regard s’est tourné vers les deux autres communautés historiques de l’Espagne, le Pays Basque et la Catalogne, qui partagent avec la Galice un statut commun.

  • 23 « País de acusada personalidad histórica y cultural, compuesto actualmente provincias las pro de Ba (...)

31Aucune information nous est proposée pour le Pays Basque ou Euskadi mais nous trouvons deux colonnes et demie consacrées à la Catalogne, « pays à la personnalité historique et culturelle marquée, elle se compose actuellement des provinces de Barcelone, Tarragone, Lérida et Gérone (…) 23 ». Nous remarquerons une présentation neutre : à aucun moment du texte n’apparaît le terme nationalisme ou catalanisme, et l’auteur choisit l’orthographe castillane pour désigner les provinces qui composent ce terrritoire autonome. Le texte s’intéresse exclusivement aux liens qui unissent la Galice et la Catalogne, qualifiés de relations « très anciennes et toujours cordiales » depuis les grands pélerinages de Saint-Jacques.

32Une allusion est faite à l’émigration des Galiciens vers les terres plus riches du nord-est de l’Espagne ou, plus tard au XIXe, aux échanges culturels et publications en Catalogne des textes de Rosalia de Castro, grande figure du Rexurdimento ou d’Alfredo Brañas dont le texte fondateur, El regionalismo, fut publié à Barcelone en 1889. Mais là encore, l’évocation se limite aux seuls rapports qu’entretiennent la Catalogne et la Galice. La Catalogne n’a de légitimité au sein de la Gran Enciclopedia Gallega que par l’existence de ces liens.

L’Allemagne comme seule dimension européenne

33Si nous élargissons notre étude aux pays d’accueil de la diaspora galicienne, nous découvrons que France, Belgique, Suisse n’ont pas d’entrées, rien non plus pour Europe mais, singulièrement, nous trouvons dans le tome 1, quatre demicolonnes consacrées à la notice « Allemagne » accompagnée de deux photographies.

  • 24 « Entre los paises que absorben la abundante emigración que lleva dando Galicia a Europa en los últ (...)

34La première, en noir et blanc, n’a rien de spécifiquement allemand, c’est le témoignage poignant du retour au pays d’un homme plutôt âgé. Cependant, elle symbolise toute la relation entre la Galice et l’Allemagne, comme l’illustrent le texte de la notice ou la seconde photographie, une vue des voies ferrées à l’entrée de la gare de Coblence dont la légende précise qu’elle a vu arriver des milliers de Galiciens. En effet, à partir des années 60, l’Allemagne fut une destination privilégiée par le franquisme pour y « exporter » ses chômeurs. Le commentaire non signé ne comporte que trois rubriques : émigration, philologie et relations culturelles, trois points d’ancrage entre Galice et Allemagne. A aucun moment, le texte ne fait la moindre allusion aux spécificités du territoire allemand, ni ne différencie l’Allemagne Fédérale de la RDA. Le texte s’ouvre directement sur le terme : « émigration » et affirme que « parmi les pays qui absorbent l’abondante émigration que la Galice apporte à l’Europe ces dernières années, l’Allemagne Fédérale occupe une place importante avec 77.000 Galiciens résidents, travailleurs et familles comprises, soit 37 % du total des Espagnols 24 ». Puis il évoque principalement les difficultés économiques et légales que rencontrent les Galiciens pour ouvrir des centres d’études qui permettraient aux enfants de conserver leur propre langue. Les deux autres points traités, « philologie » et « relations culturelles », soulignent l’intérêt paradoxal que semblent porter les linguistes et universitaires allemands à la langue galicienne. Il cite, par exemple, un certain Fritz Krüger, auteur d’un lexique rural du nord-ouest ibérique, et les travaux de grands romanistes allemands du XVIIe et du XIXe siècles, ou plus récemment les traductions de Gœthe, Schiller et Rilke en galicien ou, à l’inverse des textes galiciens comme ceux de Cunqueiro en allemand. L’auteur met l’accent sur la contradiction entre cet intérêt intellectuel de l’Allemagne pour sa culture et les difficultés rencontrées par la communauté galicienne au quotidien.

35Ainsi seule l’Allemagne au sein de l’Europe retient l’intérêt des concepteurs de l’encyclopédie, ce qui nous laisse supposer que l’un des premiers critères retenus pour toute mention dans l’encyclopédie est celui d’une immigration galicienne conséquente, avant même tout aspect culturel.

L’Amérique, une présence légitimée par une diaspora

36En fait, l’entrée « Allemagne » peut être comparée à celles d’autres pays ou aires comme « Amérique », « Argentine », « Cuba » ou de capitales comme « La Havane », « Buenos Aires » et « Montevideo », entièrement consacrées à l’émigration galicienne. L’Uruguay n’apparaît pas, mais il est vrai que l’immigration est surtout très présente dans les centres urbains et, dans ce cas précis, elle est concentrée à 98 % sur Montevideo, sa capitale, d’où un intérêt limité à parler du reste d’un territoire où il n’y a aurait pas de Galiciens. Par conséquent, la Gran Enciclopedia Gallega ignore le Pérou, l’Equateur… et le reste du monde.

  • 25 Alfonso Rodríguez Castelao (1886-1950), artiste et écrivain galicien, est un des hommes politiques (...)

37La notice « Amérique » suscite un commentaire de 5 pages dans le tome 2, sans aucune carte, ni photographie de ce continent. Ses paysages sont remplacés ici par des photographies de séparations douloureuses, de retours larmoyants ou des dessins de Castelao 25 traduisant la misère de la Galice qui conduit irrémédiablement ses forces vives à l’exil. Aucune présentation même succincte du continent n’est proposée. Les points traités sont les mêmes que pour les autres notices des pays de ce continent : elles débutent par l’historique des vagues migratoires galiciennes, leurs caractéristiques accompagnées d’évaluation chiffrée, puis le texte rappelle le rôle que les Galiciens ont joué dans l’histoire de la découverte et de la conquête de ce Nouveau Monde, dans la construction des pays qui le composent, dans leur développement ou leur culture mais aussi et surtout, pour chacun des territoires traités, une grande place est accordée à la prise de conscience et à la construction de l’identité galicienne de cette diaspora.

38En fait, les Galiciens y sont présentés comme des bâtisseurs aux côtés des conquérants du Nouveau Monde, évangélisateurs, traducteurs et interprètes, fonctionnaires et gestionnaires ou ingénieurs de ces nouveaux royaumes. Il faut rappeler que, malgré son statut de terre de marins, la Galice n’a donné vie à aucun grand découvreur ni conquistador. Cependant, les auteurs n’oublient jamais de rappeler l’ascendance galicienne d’un Fidel Castro ou de signaler, par exemple, que le génial inventeur de la conservation de la viande est un Galicien d’Argentine, une Argentine dont la capitale est la première ville galicienne du monde.

39Chacune de ces notices se fait l’écho des créations et de la vitalité des communautés galiciennes tant au niveau du développement local et commercial de ces territoires que de la réflexion politique ou des publications journalistiques.

  • 26 « En lo que va del siglo XX, los gallegos de América no han cesado de contribuir al enriquecimiento (...)

40« En ce qui concerne le XXe siècle, les Galiciens d’Amérique n’ont pas cessé de contribuer à l’enrichisssement matériel et spirituel des peuples qui lui donnèrent asile ». « Mais il est vrai », poursuit le texte, « que, mise à part cette contribution, ce qui caractérise le plus l’œuvre des Galiciens de cette époque, c’est le fervent intérêt qu’ils portent à l’exaltation et au progrès de leur terre natale 26 ».

41Voici sans doute la clé de cet immense intérêt pour les terres d’exil de la diaspora galicienne, qui fuit la misère d’une terre qui ne la nourrit plus et qui, à partir de l’exil, reconstruit et participe au développement de cette terre-mère, ce finisterre ibérique. La Gran Enciclopedia Gallega fait l’éloge de ces hommes et de ces femmes qui, loin de leur terre natale, ont créé des lieux de rencontres, d’échanges et de mémoires pour tout membre de la communauté. L’esprit identitaire est extrêmement présent et actif, les centres galiciens qui voient le jour dès le XIXe siècle à Buenos Aires, Montevideo ou La Havane vont permettre de maintenir les liens communautaires et notamment l’usage du galicien. Ils développent des cours de langue pour tous ceux qui ont quitté leurs villages et proposent une véritable alphabétisation de leurs compatriotes. Mais l’action de ces centres va plus loin encore, ils deviennent également promoteurs et financiers d’écoles, d’hôpitaux, asiles et d’activités commerciales en Galice. C’est de cette volonté et de ces financements qu’est née la Real Academia Galicienne, à l’initiative des « Américains », nom donné aux émigrés par ceux restés au pays. C’est encore à ces exilés que l’on doit deux grands symboles de la Galice, la composition de l’hymne galicien – fruit de la création d’un linotypiste galicien émigré à La Havane – son drapeau ou encore la fondation Bibliothèque Amérique, à la bibliothèque de l’Université de Saint-Jacques de Compostelle.

42L’émigration galicienne est l’une des plus importantes de l’Espagne surtout à partir du XVIIIe siècle, à telle enseigne que le mot galicien en Amérique (de l’Argentine à Cuba en passant par le Brésil) est devenu synonyme d’émigré venu de la Péninsule. C’est ainsi qu’aux Asturies comme en Galice, l’émigré qui regagne sa terre natale se voit également qualifié de termes comme americano, indiano (des Indes Occidentales ) ou habanero (de la Havane).

Conclusion

  • 27 Galicia, Hércules Ediciones, Santiago, 1991.
  • 28 Enciclopedia Temática de Galicia, Ed. Nauta Crédito, Santiago, 1995.

43Ainsi, au travers de la multiplicité de ses tononymes, la Gran Enciclopedia Gallega dessine une étonnante carte de son territoire qu’aucune page de ses volumes ne peut contenir. De l’extrêmement local au lointain horizon, les frontières de sa culture et de son peuple ont dépassé l’Océan, pour apporter d’outre d’autres alluvions, qui serviront ensuite à nourrir la Terra-Nai. Au sein de ces pages, se trouvent enfin réunies la Galice de l’exil et celle des origines qui forment l’objet de cette première encyclopédie territoriale où sont recensées ses moindres traces d’identité à travers l’histoire et la création des siens. Dans cette quête, le non-Galicien n’a sa place ou d’intérêt que s’il participe à cette reconstruction. La Gran Enciclepedia Gallega est devenu un livre de la mémoire qui sert de base idéologique à une construction identitaire parfois maladroite, où l’esprit scientifique laisse souvent la place à la subjectivité de l’émotion et la langue de communication reste le castillan, contredisant ainsi les déclarations liminaires. Jusqu’à ce dernier quart de siècle, l’exil ou la quête vaine de voir se construire une Galice autonome conduisent ses auteurs à donner corps et raison à leur combat. Leurs discours traduisent la volonté de se convaincre et de convaincre le lecteur en priorité galicien de la vitalité de la Galice, de la richesse de sa culture et de la légitimité de sa place au sein de l’Etat espagnol, de l’Europe et au centre de leur monde. Point de rencontre entre la Galice intellectuelle et celle du peuple, la Gran Enciclepedia Gallega marque un premier pas dans cette conquête identitaire, d’autres expériences suivront comme les deux nouvelles encyclopédies thématiques Galicia27 (1991) ou la Enciclopedia Temática de Galicia28 (1995) qui proposeront une version plus scientifique dans son approche culturelle et qui seront intégralement rédigées en galicien.

Notes

1 Gran Enciclopedia Gallega (Grande Encyclopédie Galicienne), Ed. Silverio Cañada, Santiago-Gijón, 1974.

2 Enciclopedia General Ilustrada del País Vasco,(Encyclopédie Générale Illustrée du Pays Basque), Ed. Auñamendi, San Sebastián, 1968, 6 vol.

3 Gran Enciclopèdia Catalana (Grande Encyclopédie Catalane), Edicions 62, Barcelona, 1970, 17 vol.

4 Le Pays Basque, la Catalogne et la Galice sont considérées en Espagne comme communautés historiques car la Seconde République espagnole (1931-1939) leur avait concédé un statut particulier.

5 Gran Enciclopedia Asturiana, (Grande Encyclopédie Asturienne), Ed. Silverio Cañada, Gijón, 1970.

6 cf. F. Dubosquet, « la Gran Enciclopedia Gallega en busca de una identidad gallega », in Prensa, Impresos y territorios. Obras de referencia y espacios regionales en el mundo hispánico contemporáneo, Pilar, Université Rennes 2, Mai 2003, p. 45-62.

7 « Un esfuerzo que puede ser decisivo para una toma de conciencia regional en estas horas seguramente culminantes para Galicia », Philippe Le Ster, Les Encyclopédies régionales en Espagne, Mémoire, Université de Haute-Bretagne, Rennes 2, 1987, p. 81.

8 En Galice, le terme « parroquia » a le sens de démarcation administrative locale au sein du territoire municipal, Diccionario de la Real Academia Española, Espasa Calpe, Madrid, 1992, p. 1534.

9 « Villa » est une dénomination spécifique qui distingue une agglomération qui a quelques privilèges, ce qui la distingue d’une bourgade ou d’un lieu-dit. Diccionario de la Real Academia Española, Espasa Calpe, Madrid, 1992, p. 2031.

10 « Presentamos sin excepción de ninguna clase, todos los nombres de caseríos, lugares, barrios, aldeas, pueblos, parroquias, villas y ciudades de Galicia, así como los de todos los accidentes geográficos (montes, ríos, cabos, playas, lagunas, etc.). Y todo ello alfabetizado por su nombre gallego », Gran Enciclopedia Gallega, t. 1, Ed. Silverio Cañada, Santiago-Gijón, 1974, p. 31.

11 La dénomination « province » en Espagne correspond à la division départementale française.

12 Ramón Piñeiro López (1915-1990). Militant galleguiste, il fut le représentant de ce mouvement auprès du gouvernement républicain en exil. A son retour de Paris en 1946, aux côtés de survivants du mouvement galleguiste, il entreprit de développer deux grands axes de résistance : conserver la structure clandestine du mouvement en lien avec les autres mouvements nationalistes d’opposition au régime et, dans un cadre légal, affirmer l’existence culturelle de la Galice. C’est dans ce cadre que fut fondée la maison d’éditions Galaxia, dont il assuma la direction. Enseignant et spécialiste de l’aire gallego-portugaise, il intégra, en 1967, la Real Academia Gallega et en 1983, il devint le premier président élu du Conseil Culturel Galicien, inscrit comme indépendant sur une liste Parti Socialiste Galicien.

13 « (un país) que resiste inmóvil las impresionantes embestidas cósmicas del Océano contra el pecho desnudo de sus acantilados y, al mismo tiempo, lo acoge maternal en el regazo de sus rías » (Gran Enciclopedia Gallega, (t. 15, p. 27).

14 « Galicia es la unidad del pueblo y del país, la unidad espacio-temporal pueblo-país. El país (…) cautiva por su belleza a quienes lo contemplan (…) podemos decir que es la gran epopeya del pueblo gallego, con la singularidad de que no es el fruto de la lucha del hombre contra el hombre, sino del hombre contra la naturaleza. » (op. cit., t. 15, p. 28).

15 « Otra de las grandes creaciones del pueblo gallego » (op. cit, t., p. 28).

16 « Gracias a la lengua y al amor a la Terra-Nai, podemos mantener nuestra unidad espiritual con nuestros hermanos que viven de la emigración, incorporados a otros medios culturale y económicos. » (op. cit., t. 15, p. 28).

17 « Sorprende que Galicia, con una personalidad tan claramente diferenciada dentro del conjunto español, no haya logrado una mayor presencia activa en la historia política » (op. cit., t. 15, p. 28).

18 « La cultura europea tenía en Compostela una presencia activa y fecunda.. El Camino de Santiago era la vía cultural de España con Europa. Por ella transitaba el arte románico y la lírica trovadoresca. » (op. cit., t. 15, p. 33).

19 « (el uniformismo) no fue impuesto por el pueblo castellano – sería injusto pensarlo así – sino por la voluntad uniformista del Estado. » (op. cit., t. 15, p. 34).

20 « La relación, en los más diversos aspectos, entre Asturias y Galicia es un hecho suficiente avalado desde la perspectiva histórico-geográfica y lingüística entre otras, pese a la psicología y al carácter de ambos pueblos, a su régimen de vida y a su conformación cultural. » (op. cit., t. 3, p. 1).

21 « Linajes gallegos y asturianos entroncaron frecuentemente sobre todo en torno al Eo, limite divisorio y eje de relación entre la comunidad astur y la gallega » (op. cit, t. 3, p. 2).

22 « Las raíces históricas del fenómeno están debidamente claras para quien quiera enterarse, sin necesidad de abundar aquí en la ‘ utilización’consciente y personal de la fobia o en la inconsciencia de quienes la secundan. » (op. cit, t. 3, p. 3).

23 « País de acusada personalidad histórica y cultural, compuesto actualmente provincias las pro de Barcelona, Tarragona, Lérida y Gerona… » (op. cit, t. 6, p. 26-27).

24 « Entre los paises que absorben la abundante emigración que lleva dando Galicia a Europa en los últimos años, Alemania Federal ocupa un lugar destacado con 77.000 gallegos residentes, entre trabajadores y familiares, que representan 37 % de la cifra total de españoles » (op. cit, t. 1, p. 228).

25 Alfonso Rodríguez Castelao (1886-1950), artiste et écrivain galicien, est un des hommes politiques nationalistes parmi les plus populaires et les plus appréciés du XXe siècle. Membre des Irmandades de Fala puis du mouvement galleguiste sous la Seconde république, député, il fut élu député lors du Front Populaire (1936). Le franquisme le conduit à l’exil en Amérique (Mexique, Uruguay et Argentine où il mourut en 1950). Caricaturiste, Castelao choisit une ironie non exempte d’un certain lyrisme pour dénoncer et combattre le franquisme et pour parler de l’exil qu’il partage avec de nombreux concitoyens. Il fut le fondateur d’une des plus grandes revues galiciennes Nós (1920-36) qui donnera son nom à toute une génération de militants galleguistes.

26 « En lo que va del siglo XX, los gallegos de América no han cesado de contribuir al enriquecimiento material espiritual de los pueblos que le dieron asilo. Pero también es verdad que, aparte de esta contribución, lo que más caracterizó la obra de los gallegos de estos años fue la dedicación fervorosa al enaltecimiento y progreso de su tierra natal. » (op. cit., t. 2, p. 47).

27 Galicia, Hércules Ediciones, Santiago, 1991.

28 Enciclopedia Temática de Galicia, Ed. Nauta Crédito, Santiago, 1995.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540