Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parole et pouvoir 2

 | 
Martine Schuwer

3. Parole et (re)construction de l’identité collective

La transformation idéologique du mouvement républicain irlandais à la fin du xxe siècle

Yann Bévant

Texte intégral

  • 1 En principe, l’acception contemporaine de ce terme renvoie au nom donné à divers mouvements religie (...)

1Pendant 30 ans, l’Irlande du Nord – ou le Nord de l’Irlande puisque la terminologie n’est pas neutre en la matière – a connu une période sanglante durant laquelle plus de 3 000 personnes ont trouvé la mort, et près de 30 000 autres ont été sérieusement blessées, certaines au point de rester définitivement handicapées. Au delà de toute comptabilité macabre, de tels chiffres sont considérables en proportion du nombre d’habitants de cette juridiction (1,5 million), et rapprochent davantage la situation d’une guerre civile larvée que d’un simple problème de maintien de l’ordre. Mais les chiffres et les statistiques n’ont de sens que si on les rapporte aux problématiques dont ils sont issus, et comme l’a dit Martin Mansergh, un des négociateurs du cessez-le-feu de 1994, « dans bien des cas en Irlande l’Histoire est de l’idéologie » (« in many ways in Ireland History is ideology »). De fait, la question d’Irlande du Nord s’inscrit comme l’avatar contemporain de l’ancienne question d’Irlande : il s’agit d’un conflit fondé sur des intérêts communautaires divergents, mais c’est aussi un conflit issu d’interprétations divergentes de l’Histoire, et le républicanisme irlandais contemporain constitue l’une de ces interprétations, dont le caractère irrédentiste est à la mesure de la traditionnelle incompréhension du poids du passé par les autorités politiques britanniques, tout au moins jusqu’à ces dernières années. Le républicanisme irlandais n’en reste pas moins un concept difficile à résumer en quelques lignes (une de ses caractéristiques étant notamment la capacité à la fragmentation, probablement liée à un corps de doctrine que l’on peut définir comme « messianique 1 » : lorsqu’on estime détenir la Vérité, celle-ci ne peut évidemment faire l’objet d’aucune négociation, puisque cela reviendrait à nier son essence même ou à la pervertir).

  • 2 L’Irlande historique compte 32 comtés répartis en quatre grandes provinces, Ulster L einster, Conna (...)
  • 3 Aujourd’hui le Fianna Fail – « guerriers du destin » en gaélique – est le principal parti politique (...)
  • 4 Sinn Fein, littéralement « nous seuls » en gaélique. Ce parti fondé au tout début du XXe siècle par (...)
  • 5 Communication lors du colloque « Les Républicanismes irlandais », Rennes 2, 1996.

2L’histoire du républicanisme irlandais au XXe siècle est donc aussi une longue suite de scissions qui suivent chaque concession majeure faite par le mouvement. C’est le cas de la plus sanglante d’entre elles entre partisans et adversaires du traité de 1921 2, et qui conduit l’Irlande à la guerre civile à la suite de la guerre de libération nationale. C’est aussi dans un contexte sécessioniste que De Valera fonde le Fianna Fail3 en 1926, puis, au début des années soixante-dix, qu’une rupture apparaît entre la tendance Marxiste, majoritaire au Sud, et une nouvelle entité IRA/Sinn Fein4 qui devient connue sous le nom de « Provisional » ou « Provo » (le terme de Provisoire est utilisé en français) et qui est majoritaire au Nord. C’est sur ce dernier mouvement que nous allons concentrer notre attention, dans la mesure où celui-ci se présente – et se pense – comme le gardien de la Flamme et de la Vérité, et le seul héritier légitime de cette tradition que l’on peut faire remonter au mouvement des Irlandais Unis de 1798. On constate cependant, et c’est le paradoxe qu’avait souligné Paul Arthur 5 que ce mouvement « Provo » né en 1969 se trouve aujourd’hui à un carrefour de sa propre histoire. Sa participation croissante aux processus politiques a conduit à l’ébauche, puis à l’affirmation d’une stratégie pragmatique qui contredit à terme sa vocation messianique et protestataire. La ratification par Sinn Fein de l’accord du Vendredi Saint a ouvert la porte à la possibilité d’un règlement pacifique et politique de la question d’Irlande du Nord, tout en suggérant la nécessité d’une redéfinition de la nature du républicanisme irlandais contemporain. Afin de bien comprendre les enjeux actuels, il conviendra de passer par un rappel des sources historiques et du socle idéologique sur lesquels repose le mouvement « Provo ». Nous nous pencherons ensuite sur les évolutions récentes de ce dernier, qui font émerger l’importance respective des influences extérieures – que l’on qualifiera d’exogènes – et des transformations issues de choix délibérés opérés par mouvement – que l’on appellera endogènes. En d’autres termes, est-ce les pressions extérieures et les circonstances qui ont produit ce qui serait finalement un pur choix tactique et non une remise en cause de l’idéologie, ou bien se trouve-t-on en présence d’une authentique évolution de la nature même du mouvement, qui impliquerait à terme un abandon de la posture messianique ?

3Si tel devait être le cas, quelles conséquences pourrait-on percevoir : possible reprise du flambeau par un ou des groupes sécessionnistes et donc répétition de l’histoire, ou extinction définitive d’une tradition qui puise sa légitimité dans son interprétation de l’histoire nationale et non dans les choix exprimés par des voies démocratiques ?

Le républicanisme irlandais : socle idéologique et certitudes historiques qui légitiment le recours à la lutte armée

4Le républicanisme irlandais est une des formes du nationalisme irlandais traditionnel. Celui-ci, au-delà des symboles d’appartenance communautaire et d’une croyance en une identité nationale partagée, repose sur une interprétation de l’histoire que John Whyte a résumé en deux postulats simples :

51. le peuple d’Irlande forme une seule nation

  • 6 John Whyte, Interpreting Northern Ireland, Oxford, OUP, 1990, p. 117.

62. la responsabilité de la division de l’Irlande incombe à la Grande Bretagne 6

7Ces postulats rejoignent des principes nationalistes classiques hérités du concept de l’Etat-Nation du XIXe siècle, selon lequel l’Etat et la Nation doivent coïncider d’un point de vue physique, ainsi que du concept de nécessaire autodétermination des peuples ainsi constitués en nation. Cependant, il est nécessaire à ce stade de se pencher sur deux types de ruptures qui sont constitutives du nationalisme irlandais contemporain. L’une relève de différences d’approche idéologique, l’autre des conséquences de la partition sur les discours nationalistes.

Divisions constitutives du nationalisme irlandais contemporain

  • 7 Le Dail Eireann est à l’origine le nom donné au parlement insurrectionnel issu des élections de 191 (...)
  • 8 Nom donné au Premier Ministre en République d’Irlande.
  • 9 Sean Lemass, lui aussi héros des barricades de Pâques 1916, était en outre le gendre de De Valera.

8 La première division dans la tradition nationaliste est un éclatement en deux tendances politiques de nature différente, l’une révolutionnaire et irrédentiste, l’autre pragmatique et respectueuse des cadres institutionnels et constitutionnel. L’opposition entre ces deux tendances devient patente entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècles, et elle prend chair dans des personnalités telles que Daniel O’Connell, Theobald Wolfe Tone et Thomas Davis. Il est notable que la revendication d’une république irlandaise indépendante est initialement portée par un mouvement jeune, romantique, où des protestants jouent un rôle de premier plan, alors qu’un leader comme O’Connell, influencé par la hiérarchie catholique, revendique l’égalité des droits entre catholiques et protestants ainsi que l’autonomie de l’Irlande mais pas l’abrogation du lien avec la couronne d’Angleterre. Si c’est bien le mouvement révolutionnaire républicain qui est à l’origine de l’indépendance avec la guerre anglo-irlandaise entre 1918 et 1921, une majorité de ce mouvement bascule dans le camp du pragmatisme avec la ratification par le Dail7 en 1921 du traité négocié-autre paradoxe-par Michael Collins, le chef de guerre des révolutionnaires irlandais. La guerre civile qui s’ensuit donne la victoire au camp favorable au traité, qui crée un état autonome mais pas une république, et qui institue la partition de l’île. Le camp républicain refusera de reconnaître des institutions considérées comme usurpatrices aussi bien au nord qu’au sud et donc de s’intégrer au jeu politique qui se met en place. La parole républicaine messianique interdit ainsi tout accès au pouvoir. En 1926 De Valera, le chef historique, finit par rompre le tabou en quittant le Sinn Fein pour fonder un nouveau parti constitutionnel au sud, le Fianna Fail, dont l’objectif est justement la conquête du pouvoir. Cette nouvelle scission dans le mouvement républicain se fonde toujours sur la même base : tout compromis est une compromission, toute concession est en rupture avec la parole messianique du mouvement. De Valera et le Fianna Fail revendiqueront toujours leur héritage républicain, ce qui sera à l’origine de bien des ambiguïtés dont une des principales incarnations a sans doute été l’ancien Taoiseach8 Charles Haughey, au par politique mouvementé. La rupture qu’a représenté le Fianna Fail, puis son attitude une fois arrivé au pouvoir, n’en restent pas moins des illustrations fascinantes d’un processus de conversion d’un mouvement d’origine protestataire fondé sur une parole messianique à une doctrine pragmatique imposée par la volonté d’accéder au pouvoir et par l’exercice de celui-ci. Initialement Fianna Fail s’est voulu le gardien du dogme tout autant que l’IRA et le Sinn Fein, ce que manifestent des éléments de la constitution de 1937 ainsi que l’attitude de De Valera vis-à-vis du Royaume Uni alors qu’il est Taoiseach. Pourtant, les réalités, et plus particulièrement les réalités économiques internationales constituent une pression extérieure sur la société irlandaise telle qu’elle finit par modifier les objectifs du parti, jusqu’à en altérer sa nature. Le virage de 1958 pris par le gouvernement Lemass 9 en est sans doute la manifestation la plus éclatante. Par ailleurs, la reconnaissance des institutions s’est avérée incompatible avec le maintien du discours messianique, ce qui a provoqué une révision de son contenu. Ceci nous amène à évoquer la seconde rupture.

Rupture dans la stratégie du discours

9Deux périodes majeures doivent être dissociées en ce qui concerne le discours du nationalisme irlandais. La première, qui s’est développée avant la partition de l’île, s’est concentrée sur le principe d’auto-détermination, même si celui-ci a été poursuivi de manière différente par les nationalistes constitutionnels et les mouvements républicains de l’époque. La seconde est celle qui suit la partition de 1920-21, et qui va progressivement insister sur l’idée de réunification. L’ensemble des nationalistes s’accorde sur l’idée que la Grande Bretagne porte la principale responsabilité du conflit en Irlande du Nord dans la mesure où celui-ci est considéré comme une conséquence de la partition de l’île. Les conclusions du New Ireland Forum de 1984, qui rassemblait tous les partis nationalistes constitutionnels du Nord et du Sud en sont un témoignage éloquent. Mais le mouvement républicain lui aussi semble de plus en plus orienter son discours sur la réunification : discours musclé si l’on peut dire avec la campagne de la frontière entre 1956 et 1962, mais aussi par la suite élément central des interventions des leaders « Provos », Gerry Adams, Danny Morrison, Martin Mc Guinness, qui se désintéressent de la question de la légitimité des institutions du Sud et tendent à présenter la réunification comme l’objectif final qui permettra de résoudre les maux dont souffrent l’Irlande en général et le Nord en particulier, et qui accomplira la vocation messianique du mouvement républicain. Comment interpréter cette convergence ?

  • 10 Le Social and Democratic Labour Party, issu de la lutte pour les droits civiques, est le grand part (...)

10D’abord, on constate que la question de la réunification répond aux deux paramètres de John Whyte sur l’identité nationaliste traditionnelle, en les réunissant. Elle permet d’évacuer la question de la légitimité des institutions du Sud, particulièrement gênante pour Fianna Fail, au profit d’une revendication qui ne contredit pas les idéaux républicains d’origine, et pour ceux qui se considèrent comme les seuls héritiers authentiques (le Sinn Fein et l’IRA), elle permet de recentrer le débat sur ses préoccupations principales : la direction du mouvement se trouve au Nord, elle fait donc naturellement la politique de sa géographie et elle peut concentrer sa propagande sur la nature coloniale de la question d’Irlande du Nord, rejoignant ainsi une construction narrative de l’interprétation du conflit. Cette interprétation de l’histoire repose sur trois phases : un âge d’or, une chute, et une renaissance. L’âge d’or se situe avant la période de la colonisation, et suppose que l’Irlande était alors unie. La chute correspond à la période de la colonisation et à la sujétion de l’Irlande à la couronne britannique. La renaissance commence au XIXe siècle avec le Renouveau Gaélique, et ne prendra fin qu’avec l’indépendance complète de la nation irlandaise. Cette construction narrative est sujette à caution : d’abord la seule période où l’on peut parler d’unité de l’Irlande en termes politiques avant la colonisation est celle du règne de Brian Boru au début du XIe siècle. En outre la notion de nation, et qui plus est la notion d’état-nation sont des notions de loin postérieures à cette période. On se trouve donc comme le remarque Hobsbawm dans un processus d’invention du passé, d’interprétation de celui-ci, permettant de justifier et de légitimer a posteriori des traditions. On peut comprendre que cette interprétation de l’histoire ait été nécessaire alors que l’Irlande se trouvait effectivement colonisée par sa voisine, et que l’enjeu était de défendre une culture et une identité distincte face à une autre nation se croyant ou faisant semblant de se croire investie d’une « mission civilisatrice ». Plus intéressante aujourd’hui est la question de la renaissance, puisqu’elle interroge sur l’indépendance de la nation. Pour le courant révisionniste, cette phase est terminée puisque les unionistes participent d’une autre identité nationale que celle des nationalistes. Reste la question du traitement d’une minorité nationaliste au Nord. Cette analyse rejoint peu ou prou et involontairement celle qui a été longtemps dominante dans les cercles de pouvoir britannique, au point d’ailleurs qu’on sait aujourd’hui que ces derniers avaient même envisagé un « nettoyage ethnique » avant la lettre en Irlande du Nord… Un homme comme John Hume, le chef charismatique du SDLP 10 et l’artisan du processus de paix, a aussi été influencé par cette approche puisque dès 1992 il déclarait :

  • 11 « Les petits arrangements ne m’intéressent pas… ce que je veux, c’est voir les chefs unionistes rev (...)

I am not interested in deals… what I want is to see them [the Unionist leaders]
back to the negotiation table so that we see how we share this piece of earth [i. e
Northern Ireland] together 11.

11Cependant, d’autres interprétations de cette dernière phase sont aussi envisageables, en particulier qu’elle ne sera terminée qu’avec la réunification de l’île, considérée comme l’intégralité du territoire national. On en reviendrait alors au retour à l’Irlande ‘ éternelle’d’avant la chute, c’est-à-dire la colonisation, mythe qui a d’ailleurs été poursuivi par De Valera, mais c’est aussi l’émergence d’un nouvel ordre qui rétablit la nation dans ses droits, et c’est ici que prend corps et que s’inscrit la doctrine messianique de Sinn Fein. En d’autres termes, la mise sous le boisseau de la question de la légitimité des institutions du Sud chez les tenants de la doctrine républicaine a eu pour corollaire de focaliser l’attention et donc le message sur la nécessaire disparition de la frontière, impliquant le retrait militaire et politique des Britanniques et même leur soutien au processus de réunification, du fait de l’absence de légitimité de leur présence et de leur responsabilité historique. C’est ce que nous dit Gerry Adams :

  • 12 « Le refus par les gouvernements britanniques d’accepter que la nation irlandaise exerce son droit (...)

The refusal by successive British governments to allow the Irish nation to exercize its right of self-determination has been, and is, British government policy. That policy is the root cause to the conflict. That policy in conjunction with the measures taken to maintain it is the cause of the ruptures in the relationships between the Irish people themselves and between Ireland and Britain 12.

12Quid des unionistes ? En fait ceux-ci ne sont pas perçus comme une tradition distincte et légitime, mais comme une minorité protestante artificiellement transformée en majorité par le découpage du territoire, et dont la revendication politique ne repose que sur le fait colonial. La réthorique socialisante utilisée par le Sinn Fein masque mal de ce point de vue la pérennité d’un discours nationaliste traditionnel inchangé comme le suggère aussi cette autre déclaration de Gerry Adams :

  • 13 « Nous avons besoin [des protestants] car une société unie, équitable et pacifique en Irlande doit (...)

We need them [the Protestants] because a peaceful, just and united society in Ireland must include them and because the Protestant working class are our brothers and sisters. We don’t seek to exclude them 13.

13La question de la réunification, même si elle apparaît comme un point de convergence entre les différentes tendances nationalistes, reste également dans ses modalités le lieu de l’affrontement entre nationalisme constitutionnel et républicanisme, entre partisans du pragmatisme et de la négociation, et tenants de la parole messianique qui se moquent des cadres politiques et institutionnels, et s’auto-légitiment en s’appuyant sur sa construction narrative du conflit. Ce qui fera même dire à l’ancien Taoiseach Garett FitzGerald qu’au milieu des années 1980, période où il était au pouvoir, il existait un complot de la part des Républicains visant à déstabiliser les institutions du Sud afin de créer les conditions d’une radicalisation du conflit. A quoi fait référence l’ancien Premier Ministre de la République d’Irlande ? Paradoxalement, la menace qu’il avait perçue à l’époque est aussi ce qu’on peut aujourd’hui qualifier de premier pas du mouvement républicain vers l’éventualité d’un règlement politique, donc un pas en direction du compromis.

La conversion au parlementarisme :
du pouvoir des armes au pouvoir de la parole

  • 14 Grève de l’hygiène.

14Le processus de transformation du mouvement républicain est indissociable d’un processus de légitimation du combat dans un cadre parlementaire, qui a véritablement commencé à prendre corps dans les années 80, et plus particulièrement avec la nouvelle problématique issue des grèves de la faim de 1981. Il faut se rappeler qu’à cette époque (mars 1976) les prisonniers républicains de la prison de Maze protestaient contre l’abolition de leur statut particulier. L’objectif était de faire admettre à travers la reconnaissance de ce statut particulier qu’ils n’étaient pas des prisonniers de droit commun mais bien des prisonniers politiques, en d’autres termes des prisonniers de guerre, ce qui bien évidemment avait des implications lourdes quant à lecture que l’on pouvait faire du conflit si les autorités britanniques cédaient sur ce point. La grève de la faim, après d’autres actions spectaculaires (comme les dirty protests14), représentait le moyen ultime et terriblement efficace de donner le maximum de publicité à leur situation tout en créant un mouvement de sympathie, en particulier au sein d’une population irlandaise du sud jusque-là peu désireuse de s’impliquer dans la question du Nord. En capitalisant sur la réaction émotionnelle, le mouvement républicain présenta plusieurs prisonniers aux élections législatives du Nord et du Sud, en faisant valoir que s’ils étaient élus, leur statut de parlementaires les protégerait et leur permettrait de sortir de prison.

  • 15 Intervention de Danny Morrison au congrès annuel (ard fheis) de Sinn Fein en 1981.

15En tout, dix grévistes se présentèrent, et les résultats dépassèrent de loin la base traditionnelle dont disposait le mouvement, puisque celui-ci obtint au Sud des élus qui privèrent le Fianna Fail de la majorité absolue au Dail, tandis qu’au Nord les résultats les plus spectaculaires était les élections d’Owen Carron et de Bobby Sands. La démonstration était faite que, dans des conditions propices, le mouvement républicain pouvait devenir par la voie électorale une force politique incontournable, voire prendre le leadership d’un front pan nationaliste. Cette révélation contribue donc dès 1981 à l’émergence d’un discours nouveau, caractérisé par l’idée que le Sinn Fein doit se développer en tant que mouvement révolutionnaire politique de masse (« mass revolutionary political movement ») et que la stratégie qui doit prévaloir est celle du fusil d’assaut dans une main, et du bulletin de vote dans l’autre (« the ballot paper and the armalite 15 »).

  • 16 Il s’agit du congrès annuel du parti.

16Ce changement de discours est essentiel car il donne au Sinn Fein une tout autre dimension que celle qui était la sienne jusqu’alors. En effet, le caractère révolutionnaire du mouvement, et son enfermement dans sa doctrine messianique avait jusqu’alors fait de sa composante militaire – en clair l’IRA – le vecteur légitime du combat à mener, le Sinn Fein étant réduit au rôle de vitrine, de porte-parole, et se trouvant dans l’incapacité de dépasser ce rôle du fait de la volonté du mouvement de ne pas participer – y compris sur le plan électoral – à des institutions considérées comme illégitimes. De vitrine du mouvement, en fait de porte-parole de l’aile militaire, le Sinn Fein prend les attributs d’un véritable parti politique, ce que confirme en 1986 l’abandon de la doctrine d’abstention (qui provoque d’ailleurs une scission). La décision du Ard Fheis16 de 1986 est l’aboutissement d’une dynamique endogène, qui conduit à un rééquilibrage au sein du mouvement entre la place du Sinn Fein et celle de l’IRA, qui compte tenu de la situation antérieure peut être considéré en réalité comme l’acceptation par le mouvement républicain de l’importance du combat politique dans un cadre institutionnel. C’est ce que nous dit Gerry Adams en 1988 :

  • 17 « Il y a un besoin urgent de construire un mouvement pan-irlandais ouvert à tous ceux qui militent (...)

There is an urgent need to build an all-Ireland movement which would be open to everyone committed to the principle and objective of Irish national self determination. Such a movement must be open and democratic… a mass movement which will mobilize all progressive forces in this country 17.

17Nombre d’observateurs s’accordent à penser que cette décision résultait au moins à l’origine de considérations purement tactiques. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit bien d’un choix délibéré et dans la mesure où le mouvement républicain admet son caractère endogène, il sera par la suite amené à accepter les conséquences qui en résultent. Comme le souligne Kevin Bean :

  • 18 « Les Provos n’avaient auparavant pas d’autre identité que la violence, maintenant ils ont une iden (...)

Formerly, the Provos had no identity but violence, but now they have an identity that is not merely beyond violence but that is increasingly at odds with violence. […] what began as a tactical shift […] has itself acted back on the movement, changing it in ways it was not prepared for 18.

18On constate également dès cette période des transformations dans la rhétorique employée : si Sinn Fein revendique toujours son soutien total (« unambiguous support ») à l’IRA, Gerry Adams et An Phoblacht, l’organe du Sinn Fein, utilisent le terme de « propagande armée ». Le glissement sémantique traduit une évolution perceptible : avant les années 80, la seule vraie lutte était la lutte armée, qui se confondait avec la cause défendue, le discours de Sinn Fein n’étant qu’un outil de propagande au service de cette cause, et en conséquence de la lutte armée. Après 1986, il devient clair que la lutte armée est dissociée de la cause, et qu’elle n’est qu’un moyen au même titre que la lutte politique. A partir de ce constat, c’est forcément le moyen perçu comme le plus efficace et le plus approprié qui doit être privilégié.

  • 19 L’Eksund était un caboteur arraisonné par la marine française alors qu’il transportait illégalement (...)
  • 20 Voir à ce sujet l’excellent article de Padraig O’Malley : « Northern Ireland and South Africa : Con (...)

19L’idée d’un front pan-nationaliste induisait celle d’une ouverture sur les autres partis nationalistes du Nord et du Sud, qui a amené Sinn Fein a repenser sa stratégie afin d’acquérir une crédibilité politique. En 1988, le chef du SDLP John Hume est le premier entamer des pourparlers avec Gerry Adams, s’attirant en conséquence les foudres de Dublin et de Londres, qui cherchent à cette époque à isoler les républicains. Les deux gouvernements reprochent à Hume d’avoir servi de faire-valoir à Adams, et de servir la stratégie de Sinn Fein. Ils ne croient pas, contrairement à John Hume, que la posture des dirigeants républicains soit autre chose qu’un mouvement tactique, et ils continuent essentiellement à voir en Sinn Fein le bras de l’IRA, d’autant plus dangereux qu’il cherche à se donner une respectabilité de façade. Hume, quant à lui, part du postulat que l’ouverture politique des républicains est bien réelle, et malgré les profondes divergences qui existent entre les partis constitutionnels et le Sinn Fein, c’est pour lui une piste à explorer. Cependant, à la fin des années 80, les conditions politiques ne sont pas réunies. Au Sud, le gouvernement de coalition est hostile à toute ouver en direction des républicains, et cette hostilité n’a d’égale que celle des gouvernements américains et britanniques, alors que le mur de Berlin n’est pas encore tombé et que l’IRA peut encore espérer compter sur des soutiens extérieurs, comme en témoigne l’affaire de l’Eksund en 1987 19. L’évolution de la situation à partir de 1992 semble donner raison à John Hume, mais le contexte international, le contexte britannique et le contexte irlandais ont changé. Sur le plan international, la chute de l’Union Soviétique bouleverse les rapports de force et entraîne une normalisation des relations entre l’Ouest (plus particulièrement les Etats-Unis), et les anciens satellites ou supposés tels du régime soviétique. Certains de ces derniers souhaitent faire oublier le rôle qu’ils ont joué durant la guerre froide ; c’est le cas notamment de la Lybie du colonel Khadafi dont le revirement de position sur l’attentat de Lockerbie est spectaculaire. De fait, l’IRA voit se tarir sa source alternative d’approvisionnement en matériel militaire. Cette période voit également les discours tiers de libération nationale hérités du marxisme et du Tiers-Mondisme, sur lesquels le Sinn Fein avait calé une partie de sa réthorique et de sa propagande, perdre aussi de leur substance : dans les années 80, l’utilisation de la violence est aussi justifiée par un discours qui compare la lutte de libération nationale irlandaise à celles menées par d’autres populations, notamment celles d’Afrique du Sud. La fin pacifique de l’apartheid et l’arrivée au pouvoir de Nelson Mandela deviennent alors des exemples de la primauté du politique sur le militaire, de la voie parlementaire sur la lutte armée, qui remettent en cause les stratégies privilégiant cette dernière 20.

20En d’autres termes, tant sur le plan des références idéologiques contemporaines que sur le plan logistique le mouvement républicain irlandais constate à travers ces phénomènes exogènes que le choix de la lutte armée risque de le conduire à l’asphyxie.

21De plus, il doit également faire des constats douloureux sur le plan domestique : la stratégie d’isolement dont il est victime, le regain de popularité du SDLP, le parti de John Hume, auprès de la population nationaliste du Nord à la suite de l’accord anglo-irlandais de 1985 fait qu’après les succès électoraux initiaux, le Sinn Fein piétine. Le parti semble avoir atteint un plafond en termes de soutien électoral qui le laisse derrière le SDLP au Nord, et quasi inexistant au Sud, ce qui ne lui permet pas de peser de manière décisive. La situation oblige les dirigeants républicains à admettre que si il y a une possibilité d’ouverture pour le mouvement sur le plan politique, symbolisée par les discussions avec John Hume en 1988, celle-ci impliquera inévitablement des concessions. Cette situation coïncide avec l’arrivée au pouvoir de nouveaux acteurs, beaucoup plus réceptifs au point de vue de John Hume : Albert Reynolds en République d’Irlande, John Major en Grande-Bretagne, et Bill Clinton aux Etats-Unis, dont l’élection doit beaucoup au vote irlando-américain. Des éléments exogènes pèsent donc fortement sur le débat interne au mouvement républicain lorsque celui-ci se voit proposer un siège à la table de négociations suite à la déclaration de Downing Street de 1993, qui initie le processus de paix.

22Sans exonérer les unionistes de leurs propres limites d’ouverture, on peut en conséquence comprendre leur scepticisme lorsque le premier cessez-le-feu est annoncé par l’IRA en 1994 et se trouve ‘ récompensé’par le visa américain accordé à Gerry Adams, lui conférant ainsi une véritable légitimité internationale. Les liens entre le Sinn Fein et l’IRA demeurent ambigus, et les raisons qui peuvent avoir poussé le mouvement républicain à privilégier l’option politique peuvent apparaître comme essentiellement tactiques et conjoncturelles. Il n’est pas surprenant dans ce contexte que la réforme de la police du Nord et plus encore le désarmement de l’IRA se soient transformés en dossiers explosifs, les unionistes profitant sur ce dernier point de la faiblesse parlementaire du gouvernement Major pour poser des exigences qui n’étaient pas contenues dans l’accord-cadre de 1995. L’arrivée au pouvoir de Tony Blair, soutenu par une majorité parlementaire aussi stable que large – au moins sur la question d’Irlande du Nord – permet de relancer un processus de paix mal engagé en 1997, au point que l’IRA a suspendu son cessez-le-feu.

23La période de tension qui précède la reprise du processus de paix par les travaillistes est instructive à plusieurs titres. D’abord elle montre que les paramilitaires républicains ont pleinement conservé leur capacité opérationnelle, comme le montre l’attentat de Canary Wharf à Londres. Un premier message paradoxal doit en conséquence être tiré de cette action spectaculaire : la suspension des hostilités par les républicains ne doit pas être interprétée comme une situation sans alternative du fait de l’étranglement logistique de l’IRA mais bien comme un choix délibéré en faveur de l’option politique. Si celle-ci s’avère être une impasse, alors le mouvement républicain, via l’IRA, n’aura d’autre option, désespérée, que de reprendre la lutte armée. Cette situation éclaire la stratégie du bulletin de vote et du fusil d’assaut de 1981 sous un jour nouveau : les deux formes de combat ne sont plus complémentaires, mais alternatives, ce qui change considérablement les données du problème quant à la place que peuvent occuper les républicains à la table de négociation.

  • 21 Une déclaration de Seamus Mallon le 12 avril 2000 à propos de l’accord qui alignait les positions d (...)

24En conséquence, la question du désarmement prend elle aussi une autre substance : si l’hypothèse précédente est correcte, alors le désarmement devrait intervenir naturellement, à mesure des avancées politiques, de la reconnaissance et de l’intégration de Sinn Fein dans le cadre institutionnel et parlementaire. Cela supposerait toutefois que des liens étroits subsistent entre le parti et l’organisation paramilitaire, et que la direction politique contrôle l’appareil militaire. Des leaders politiques comme Gerry Adams et Martin McGuinness, dont on sait qu’ils ont fait partie de l’IRA, nient aujourd’hui l’existence d’un lien et affirment que l’organisation clandestine et le parti politique sont deux organisations séparées, qui poursuivent le même objectif par des moyens différents. Même s’il est certain que les directions politiques et militaires sont clairement différenciées, cette affirmation semble plus relever de la cosmétique et du schéma tactique que d’une réalité de terrain, comme le suggèrent plusieurs indicateurs. D’abord, et c’est un truisme, le cessez-le-feu de l’IRA était le prix à payer pour que Sinn Fein entre dans les institutions. Ensuite, en signant l’accord du Vendredi Saint en 1998, Sinn Fein s’est engagé à faire ce qui était en son pouvoir pour éliminer les armes du débat politique en Irlande du Nord (« remove the gun forever from Northern Irish politics »). A l’époque, la réponse de l’IRA, dans An Phoblacht/Republican News du 30 avril 1998 fut de rejeter l’idée de désarmer (« there will be no decommissioning »). Pourtant, l’organisation militaire a accepté le 6 mai 2000 de mettre les armes « hors d’usage de manière permanente et vérifiable » (« put arms verifiably beyond use ») sous le contrôle d’une commission internationale présidée par un général canadien, John De Chastelaing. On voit bien ici combien la nuance sémantique est d’importance : s’il n’est pas question de rendre les armes, en revanche l’organisation paramilitaire accepte de se plier à l’esprit de l’accord. L’influence déterminante du mouvement politique et de ses chefs sur l’organisation clandestine est patente, et les autres acteurs ne s’y trompent pas, puisque c’est bien sur le Sinn Fein qu’ils font pression lorsqu’il exigent des concessions de l’IRA comme cela a été le cas avec la déclaration de Hillsborough en 1999 sur cette même question du désarmement 21. Les deux organisations semblent donc toujours intimement liées, et la question du désarmement est cruciale pour le républicanisme puisqu’elle touche à l’histoire et à la nature du mouvement. Si les armes sont un objet de négociation, elles ont aussi une forte valeur symbolique. D’abord, l’idée de rendre les armes induit celle de défaite, c’est pourquoi la commission se contente de vérifier la mise hors d’usage des armes, l’IRA gardant l’accès à celles-ci. Ensuite, L’IRA ne peut déposer les armes sans être convaincue qu’elle a atteint ses objectifs, au nom de tous les martyrs qui ont donné leur vie pour la cause, et qu’elle ne trahit pas le message messianique dont elle était dépositaire. Ceci explique pourquoi les dirigeants politiques du mouvement maintiennent un discours certes hérité de la lutte armée, mais qui est devenu largement incantatoire, et dans lequel ils insistent auprès des militants sur le fait que la lutte armée n’est qu’une conséquence de l’idéologie, et que l’identité républicaine peut vivre sans elle. Ainsi, des termes comme « phase », « évolution », « transition », « changement » sont devenus des mots clés du discours de Sinn Fein, car ils sont vecteurs de la nouvelle stratégie :

  • 22 « Nos objectifs politiques nécessitent le développement d’un processus de transition, évolutif, pas (...)

Our political goals require the developement of a process which is evolutionary and transitional, which moves through phases, building our political strength until Irish independence is achieved 22.

  • 23 « Nous pensons avoir amené la communauté républicaine à la limite de ce qu’elle pouvait accepter. M (...)

We believe that we have stretched the republican community to its limits. But the steps that we have taken were necessary in order to bring about real change, and change suits us – we should not fear it, we are the party of change 23.

25En conclusion, ce qui est en jeu est le sentiment d’une continuité idéologique qui écarte le spectre de l’abandon de l’idéal et donc de la perte d’identité. En abandonnant le pouvoir des armes et le recours à la violence au bénéfice du pouvoir de la parole et du parlementarisme, le mouvement républicain a pénétré un territoire qui était pour lui terra incognita, et même si on peut manifestement discerner des motivations tactiques dans ce choix, les conséquences sur la nature du mouvement sont telles que tout retour en arrière devient de moins en moins plausible à mesure que le temps passe, et que de nouvelles pratiques institutionnelles et militantes s’inscrivent dans le quotidien.

  • 24 Les articles 2 et 3 de la constitution de 1937 revendiquaient la souveraineté irlandaise sur le Nor (...)
  • 25 Mémoire de Maîtrise d’Ewen Dugué « Diagnosis of Irish Republicanism today », p. 74.

26Parce que le républicanisme a toujours en principe pour objectif de détruire le lien avec la Grande-Bretagne et d’établir une république unie des 32 comtés d’Irlande, certains républicains ont du mal a comprendre l’attitude d’un Sinn Fein qui est allé jusqu’à manifester en avril 2000 pour exiger le retour des institutions parlementaires nord-irlandaises. Pour le républicanisme contemporain, la tâche historique n’est pas terminée et reste donc d’actualité, mais ce sont les moyens pour l’accomplir qui ont changé. En entrant dans les institutions, le Sinn Fein et ses dirigeants ont abandonné le pouvoir des armes au profit du pouvoir de la parole, ils ont fait le pari de l’option politique et de la conversion au parlementarisme, et ils ont montré que celle-ci prévalait aujourd’hui sur l’option militaire au sein du mouvement républicain. Ce dernier a aujourd’hui confiance dans les accords constitutionnels issus du processus politique : en cas d’opposition à l’unification, les républicains invoqueraient non plus l’argument traditionnel du droit sacré à l’auto-détermination, mais la clause de l’accord de 1998 qui garantit que le futur de l’Irlande du Nord dépendra de la volonté d’une majorité de sa population, et qui a provoqué la révision des articles 2 et 3 de la constitution du Sud et la suppression de la clause 75 de la loi britannique de 1920 sur le gouvernement de l’Irlande 24. Le mouvement républicain a donc accepté le compromis en acceptant de négocier dans un cadre constitutionnel, ce qui va à l’encontre de son idéologie traditionnelle. Le nouveau réalisme des républicains tend à rapprocher le mouvement du nationalisme constitutionnel plus qu’il ne l’a jamais été, et c’est ce qui fait dire aux dissidents comme Ruari O Bradaigh que les Provos sont devenus un deuxième SDLP (« [they] are constitutional nationalists rather than revolutionary republicans : they are the SDLP n ° 2 25 »

  • 26 Saoirse, Juin 2000 p. 2.

27Les groupes dissidents ne s’y sont d’ailleurs pas trompés, en enfonçant le clou sur la place de l’IRA et sur le désarmement. Ainsi l’IRA de la Continuité a appelé l’IRA provisoire à se dissoudre, et à donner ses armes à ceux qui sont « prêts à défendre la République » (« prepared to defend the Republic 26 »).

  • 27 « Les fusillades sont peut-être terminées, mais les engueulades ne font que commencer ».

28De ce point de vue, l’existence de l’IRA provisoire aujourd’hui, et ce n’est pas le moindre des paradoxes, constitue également un garde-fou essentiel à une nouvelle dérive armée. Elle continue à occuper le terrain et confine des groupes dissidents comme l’IRA de la Continuité et l’IRA Véritable à la marge, et tant qu’elle existera elle servira également de caution au discours de Sinn Fein. Cependant, alors que le mouvement est dans ce processus difficile de redéfinition idéologique, le futur reste incertain. Les acteurs du mouvement républicain devront bien tôt ou tard dévoiler les grandes lignes structurelles d’une nouvelle idéologie, qui ne peut se contenter d’être une réplique de la conversion qu’a représenté la création du Fianna Fail en 1926, et ils ne peuvent indéfiniment tenir la posture actuelle sans que cela ne les amène à terme à l’effondrement idéologique. L’éventuelle extinction du républicanisme messianique dépend donc avant tout de la capacité de Sinn Fein à conserver sa légitimité actuelle jusqu’à ce que la mue soit achevée, mais cette légitimité dépend elle-même du succès de l’accord du Vendredi Saint, auquel il a lié son destin. Si les espoirs placés dans celui-ci se concrétisent à terme, (ce qui n’est pas certain, notamment du point de vue du fonctionnement des institutions du Nord, ou encore de celui de l’évolution démographique des communautés du Nord) alors comme l’a dit Deaglan De Breàdun dans le Irish Times de décembre 1998, « The shooting may be over but the shouting has only begun 27 ».

Bibliographie

Bibliographie

Adams, G., A Pathway to Peace, Dublin, The Mercier Press, 1988.

Amiot-Jouenne, P. et al., Irlande : Insularité, Singularité ?,Actes du colloque de la SOFEIR, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 2001.

Bean, K., The New Departure, Institute of Irish Studies, University of Liverpool, 1994.

Deutsch, R. et al., Les Républicanismes irlandais. Actes du colloque de Rennes, Rennes, Terre de Brume/PUR, 1997.

Dugué, E., Diagnosis of Irish Republicanism Today, mémoire de Maîtrise, 91 feuillets dactylographiés, Département d’anglais, UFR Langues, Université Rennes 2, 2000.

Féron, E., La Harpe et la Couronne. L’imaginaire politique du conflit nord-irlandais.

Villeneuve d’Ascq, Editions du Septentrion, 2000.

Hobsbawm, J. et al., The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1983.

Maillot, A., IRA. Les républicains irlandais, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2001 (2e éd.).

New Ireland Forum, New Ireland Forum Report, Dublin, the Stationery Office, 1984.

Ruane, J. and Todd, J., The Dynamics of Conflict in Northern Ireland : Power, Conflict and Emancipation. Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

Ruane, J. and Todd, J., After the Good Friday Agreement : Analysing Political Change in Northern Ireland, Dublin, University College Dublin Press, 1999.

Taylor, Peter, Provos. The IRA and Sinn Fein, Londres, Bloomsbury, 1997.

Whyte, John, Interpreting Northern Ireland, Oxford, OUP, 1990.

Journaux, revues, périodiques

An Phoblacht/Republican News

Etudes Irlandaises

Fortnight

The Irish Times

Saoirse

Sites internet

www.cain.ulst.ac.uk/

www.incore.ac.uk

www.ireland.com

www.irlnet.com/aprn/

www.sinnfein.ie

www.uhb.fr/langues/cei/

Notes

1 En principe, l’acception contemporaine de ce terme renvoie au nom donné à divers mouvements religieux à caractère politique du Tiers-Monde qui croient en la venue d’un messie qui rétablira un nouvel ordre, ou l’ordre originel. Cette définition s’applique évidemment mal au mouvement républicain irlandais, sauf si on considère que celui-ci joue lui-même le rôle du messie. Dans ce cas, l’origine étymologique du terme messie devient significative : le latin messias, lui même issu de l’araméen meshihà signifie oint, sacré par le Seigneur. Dans la tradition judaïque, le Messie est celui qui doit rétablir Israël dans ses droits : le mouvement est donc investi d’une mission sacrée, supérieure aux hommes et à leurs lois.

2 L’Irlande historique compte 32 comtés répartis en quatre grandes provinces, Ulster L einster, Connaught, Munster. Le traité de 1921 qui met fin à la guerre anglo-irlandaise, instaure aussi la partition de l’île ern reconnaissant un Etat Libre d’Irlande de 26 comtés, six comtés des neuf composant l’Ulster historique restant sous juridiction britannique selon les termes de la loi de 1920 Government of Ireland Act. C’est cette loi qui crée l’Irlande du Nord et ses institutions, son application au sud étant restée lettre morte.

3 Aujourd’hui le Fianna Fail – « guerriers du destin » en gaélique – est le principal parti politique de la République d’Irlande.

4 Sinn Fein, littéralement « nous seuls » en gaélique. Ce parti fondé au tout début du XXe siècle par Arthur Griffith n’était pas républicain à l’origine, il devient avec l’entrisme des militants et la radicalisation du nationalisme irlandais après 1916.

5 Communication lors du colloque « Les Républicanismes irlandais », Rennes 2, 1996.

6 John Whyte, Interpreting Northern Ireland, Oxford, OUP, 1990, p. 117.

7 Le Dail Eireann est à l’origine le nom donné au parlement insurrectionnel issu des élections de 1918, lorsque les élus du Sinn Fein, très largement majoritaires en Irlande, refusent de siéger à Westminster et fondent cette première assemblée constituante. Le nom désigne aujourd’hui la principale chambre du Parlement d’Irlande selon les termes de la constitution de 1937.

8 Nom donné au Premier Ministre en République d’Irlande.

9 Sean Lemass, lui aussi héros des barricades de Pâques 1916, était en outre le gendre de De Valera.

10 Le Social and Democratic Labour Party, issu de la lutte pour les droits civiques, est le grand parti nationaliste constitutionnel du Nord.

11 « Les petits arrangements ne m’intéressent pas… ce que je veux, c’est voir les chefs unionistes revenir à la table de négociation pour que nous voyions comment nous pouvons vivre ensemble sur ce petit bout de planète ». Entretien avec l’auteur le 24 février 1992 à l’Hôtel Europa de Belfast.

12 « Le refus par les gouvernements britanniques d’accepter que la nation irlandaise exerce son droit à l’auto-détermination a été et reste la politique du gouvernement britannique. Cette politique et les mesures prises pour la défendre sont les causes des ruptures dans les relations entre les Irlandais eux-mêmes, et entre l’Irlande et la Grande-Bretagne ». Gerry Adams, A Pathway to Peace, Dublin, The Mercier Press, 1988, p. 27.

13 « Nous avons besoin [des protestants] car une société unie, équitable et pacifique en Irlande doit les inclure, et parce que la classe ouvrière protestante représente nos frères et nos sœurs. Nous ne cherchons pas à les exclure. » Gerry Adams, op. cit., p. 11.

14 Grève de l’hygiène.

15 Intervention de Danny Morrison au congrès annuel (ard fheis) de Sinn Fein en 1981.

16 Il s’agit du congrès annuel du parti.

17 « Il y a un besoin urgent de construire un mouvement pan-irlandais ouvert à tous ceux qui militent en faveur du principe et de l’objectif de l’auto-détermination nationale irlandaise. Un tel mouvement doit être démocratique et ouvert… un mouvement de masse qui mobilisera toutes les forces progressistes de ce pays ». Gerry Adams, A Pathway to Peace, p. 77.

18 « Les Provos n’avaient auparavant pas d’autre identité que la violence, maintenant ils ont une identité qui n’est pas seulement au-delà de la violence, mais qui est de plus en plus en contradiction avec celle-ci.[…] Ce qui était au départ une volte-face tactique […] a eu des effets en retour sur le mouvement, en l’entraînant sur des chemins auquel il ne s’attendait pas. » Kevin Bean, The New Departure, University of Liverpool, the Institute of Irish Studies, 1994, p. 9.

19 L’Eksund était un caboteur arraisonné par la marine française alors qu’il transportait illégalement une cargaison de 300 tonnes d’armes et de munitions de Lybie en Irlande. Il en était à son troisième voyage, et l’équipage irlandais n’a pas caché que le destinataire du matériel était l’IRA.

20 Voir à ce sujet l’excellent article de Padraig O’Malley : « Northern Ireland and South Africa : Conflicts without end, guns beyond use », dans Fortnight n ° 386.

21 Une déclaration de Seamus Mallon le 12 avril 2000 à propos de l’accord qui alignait les positions de tous les nationalistes constitutionnels et du président Clinton est sans ambiguïté : « There is […] a pan nationalist position. It includes the Irish government, the SDLP, Fine Gael, Labour, all the political parties except one, Sinn Fein. » (« Une position pan-nationaliste existe. Elle comprend le gouvernement irlandais, le SDLP, Fine Gael, le parti Travailliste [irlandais], tous les partis politiques excepté un, Sinn Fein » The Irish Times, 13/04/2000.

22 « Nos objectifs politiques nécessitent le développement d’un processus de transition, évolutif, passant par des phases qui permettent de construire notre force politique jusqu’à ce que l’indépendance irlandaise soit pleinement obtenue ». Extrait du discours de Gerry Adams au congrès annuel de Sinn Fein le 9 mai 1998.

23 « Nous pensons avoir amené la communauté républicaine à la limite de ce qu’elle pouvait accepter. Mais les orientations prises étaient indispensables si nous voulions provoquer un vrai changement, et le changement nous convient : nous ne devons pas le craindre, nous sommes le parti du changement. » Pat Doherty, Vice Président de Sinn Fein, propos rapportés par le Irish Times du 19/06/2000.

24 Les articles 2 et 3 de la constitution de 1937 revendiquaient la souveraineté irlandaise sur le Nord, alors que la clause 75 de la loi britannique de 1920 affirmait au contraire la souveraineté britannique.

25 Mémoire de Maîtrise d’Ewen Dugué « Diagnosis of Irish Republicanism today », p. 74.

26 Saoirse, Juin 2000 p. 2.

27 « Les fusillades sont peut-être terminées, mais les engueulades ne font que commencer ».

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540