Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parole et pouvoir 2

 | 
Martine Schuwer

2. Stratégies discursives

Initiative dans le discours informel

Jonas Löfström

Texte intégral

1Le pouvoir dans la langue parlée est sans doute plus facile à détecter dans un contexte formel que dans le discours informel des conversations ou des discussions de tous les jours. Ainsi, un nombre considérable d’études ont été faites dans plusieurs langues sur des situations formelles comme des échanges dans le cadre de l’enseignement, des visites médicales, des interrogatoires judiciaires etc.

2Je souhaiterais ici traiter un aspect de la description du pouvoir dans le discours informel que constituent les conversations de tous les jours entre personnes qui se connaissent bien. Les exemples et les analyses discutées concernent le suédois.

3Pendant les dernières trente à quarante années, le souci de décrire la langue parlée prenant en compte ses propres conditions de production et de réception a amené les linguistes à se tourner vers des disciplines voisines. Les concepts empruntés à la philosophie, la logique, la sociologie, l’ethnométhodologie ont donné des outils pour mieux décrire les différents types de dialogues ou conversations. Cette démarche, avec une ouverture vers d’autres disciplines, est en partie due au fait qu’on s’est rendu compte que le risque est toujours présent d’appliquer (inconsciemment) la norme de la langue écrite dans la description de la langue parlée. Linell (1982) parle de « written language bias », c’est-à-dire une analyse biaisée par les structures de la langue écrite.

4Même sur le plan de l’analyse linguistique traditionnelle, ces nouvelles approches ont donné des impulsions ; par exemple, une partie du vocabulaire est aujourd’hui parfois décrite dans une perspective d’interaction. Ainsi, Lindström (2002, p. 145) parle de particules de dialogue (‘ dialogpartiklar’) pour évoquer une catégorie d’interjections ayant des fonctions au-delà de la phrase.

5Pour illustrer mon approche, j’ai choisi de prendre comme point de départ le modèle « initiative et réponse » de Per Linell et Lennart Gustavsson (Linell & Gustavsson 1987) de l’université de Linköping. Les types de résultat que donne cette approche seront confrontés aux résultats d’une approche syntaxique (Löfström 1988). Seulement quelques unités centrales d’analyse des deux modèles seront présentées pour illustrer le raisonnement.

Deux modèles d’analyse

Initiative et réponse

6Le département de Tema Kommunikation de l’université de Linköping mène depuis de nombreuses années des recherches sur la communication verbale dans des milieux professionnels différents. Dans le modèle de Linell & Gustavsson (1987), il s’agit de la combinaison d’une analyse conversationnelle (de type ethno) et d’une analyse du discours de type linguistique. Ce qui caractérise leur approche, c’est que initiative et réponse sont considérées comme des unités abstraites, comme des tours dans le jeu communicatif, non pas comme des propos concrets. Les répliques sont catégorisées en différents types. Les unités d’analyse de base sont initiative et réponse. La conversation étant un processus collectif, les répliques sont analysées comme des éléments du jeu communicatif. La contribution au jeu d’un individu, les répliques d’un interlocuteur, sont analysées en prenant en compte le fait qu’elles dépendent les unes des autres et du but global du dialogue. Les contributions ne peuvent pas être traitées comme des unités indépendantes de comportement ou d’actes de parole. L’analyse prendra donc en compte, d’une part, la façon dont une réplique enchaîne avec la dernière réplique de l’interlocuteur (ou à une autre réplique dans ce qui précède), d’autre part, la façon dont les répliques, en introduisant de l’information nouvelle, font avancer le dialogue.

7L’analyse spécifie de quelle façon les répliques se réfèrent aux répliques précédentes (à l’essentiel du message ou à un aspect marginal (métalinguistique, par exemple), lien focal ou non-focal), elle spécifie également à quoi dans le dialogue les réponses se réfèrent (lien local ou non-local), et à qui des interlocuteurs la réponse est adressée (le partenaire ou soi-même). Concernant les traits d’une réplique qui visent la suite du dialogue, l’analyse spécifie à quel degré ces initiatives influencent la suite immédiate du dialogue et à quel degré celles-ci dirigent les réponses de l’interlocuteur. C’est l’interaction et la cohérence du contenu qui sont ainsi analysées. L’intérêt des chercheurs est concentré sur la dynamique du dialogue et sa cohérence, ainsi que sur la relation de pouvoir entre les interlocuteurs.

8Par ailleurs, précisons que le tour de parole peut être multifonctionnel, c’est-à-dire inclure des éléments de réponse et d’initiative, donc être lié au contexte avant et après dans l’échange.

9Le système de codification des analyses de ce modèle permet de faire des comparaisons quantitatives entre les interlocuteurs d’une conversation et entre différents types de discours (conversation informelle, entretien médical, interrogatoire, échange entre enseignant et élève etc.). Il s’agit d’une analyse locale, entre répliques proches. Pour les aspects globaux ou plus spécifiques de la conversation, il faut procéder à des analyses complémentaires.

10L’approche de l’école de Linköping prend en compte le fait que chaque tour de parole dans l’interaction dépend des autres tours de parole et du but général du dialogue, et ne peut pas être considéré ou analysé comme une unité indépendante de comportement. Le tour de parole d’un locuteur est ainsi doublement lié au contexte.

11Si l’on prend un exemple simple (Linell & Gustavsson 1987, p. 114), comme ce court échange de répliques avec une demande de précision, les catégories de base (marquées à gauche de chaque réplique) paraissent clairement :

12La première réplique de A, 01 A, est une initiative faible, une assertion qui n’invite pas explicitement l’interlocuteur à réagir. B (étonné) pose une question, à laquelle A répond en précisant le mot demandé. Dans l’analyse, en termes de dynamique, il y a donc une assertion (initiative faible, ∆), suivie d’une ‘ question ajournante’, c’est-à-dire qui demande un renseignement avant que le sujet réel de l’échange soit de nouveau traité, →, et en fin une réponse simple (◄), qui ne développe pas le sujet, ni ne constitue une nouvelle initiative. Dans cet autre exemple de Linell & Gustavsson (1987, p. 119),

13l’élève (E) répond, en 01, à une question en se trompant de nom (Måsse au lieu de Måns). L’enseignant (L) relance sa question, ici sur un plan métalinguistique (:►). Il pose d’abord une question partielle, ‘ Comment s’appelait-il ?’, suivie d’un début d’assertion, ‘ il s’appelait…’. La réponse simple de l’élève, indiquant le nom, clôt l’échange.

14Cet exemple de Linell & Gustavsson (1987, p. 116) comporte des structures de prédominance nettement moins tranchées.

15Cet échange étant équilibré concernant les initiatives et les réponses, il est difficile de parler de prédominance de l’un ou l’autre des interlocuteurs. Ils construisent en effet en collaboration (en quatre répliques), un échange qui, de fait, aurait pu tenir en deux répliques :

Har ni frimärken till Sverige ?

‘ Avez-vous des timbres pour la Suède ?’

Hur många ska du ha ?

‘ Combien vous en faut-il ?’

16Les échanges de répliques analysés sont empruntés à Linell & Gustavsson, et illustrent les catégories de leur modèle. Concernant les initiatives, ils font une différence entre des initiatives fortes (avec demande explicite de réponse précise) et faibles (repliques avec des assertions (sans demande explicite de réponse) ou bien des répliques qui soumettent à l’interlocuteur une nouvelle information avec demande de réponse). Un quatrième cas est la question ajournante, qui s’approche de la réponse.

17Un choix de symboles du modèle de Linköping utilisés dans les analyses présentées :

18 réplique sans trait d’initiative, ni de réponse (réponse minimale non adéquate)

19X réplique non acceptée comme faisant partie de l’échange

20 b “back-channeling” (par définition pas une réplique), qui incite l’interlocuteur à continuer

21< 1 > marque, avec ou sans chiffre, la partie de deux répliques qui est prononcée simultanément.

22Des combinaisons de ces symboles sont possibles.

Analyse en macrosyntagmes

23Un autre modèle d’analyse des conversations, basée sur la syntaxe, a été élaboré à partir des années 1960-70. Dans les pays nordiques, de nombreuses études sur la syntaxe (surtout concernant les langues nordiques et spécialement le suédois) ont utilisé ce modèle élaboré à l’université de Lund (Teleman 1974) pour la description de la langue suédoise orale et écrite. C’est un modèle qui permet de décrire avec précision, à des niveaux différents, de grands corpus et de quantifier les différentes structures découvertes. Cela permet de faire des comparaisons de fréquences des différentes structures dans différents types de discours. La base de la description du modèle de Teleman 1974 est la norme de la langue écrite tout en catégorisant également les types d’erreurs par rapport à cette norme et les structures non achevées. Ce modèle est à la base de l’analyse de la syntaxe des conversations informelles que j’ai conduite (Löfström 1988) pour décrire la régularité de la structure syntaxique dans la coproduction des dialogues.

24L’analyse syntaxique comporte M (macrosyntagmes), les phrases (‘ sentence’), F, les fragments ou constituants de phrase ; A indique que la construction est correcte, Z qu’elle comporte une erreur et 0 qu’il s’agit d’une unité non achevée ; sy, as et fu identifient différents types d’erreurs syntaxiques. I marque l’interjection et T que l’on s’adresse directement à l’interlocuteur par son nom.

25Symboles du modèle de Teleman utilisés dans les analyses présentées :

MA

Phrase complète correctement construite (selon des règles communes à la langue écrite et la langue parlée)

MZ

Phrase complète incorrecte

M0

Phrase incomplète

MFA

Fragment de phrase (groupe nominale…) correctement construite

MFZ

Fragment de phrase incorrect

MF0

Fragment de phrase incomplet

I

Interjection

26Pour illustrer l’analyse, reprenons les dialogues étudiés ci-dessus avec l’analyse syntaxique marquée à droite :

27En termes de structure syntaxique (Teleman 1974, Löfström 1998), nous avons une phrase complète et correcte (MA) suivie d’un groupe nominal correct (MFA), qui constitue (avec l’intonation interrogative) la ‘ question ajournante’(c’est-à-dire qui abandonne momentanément le sujet central de l’échange pour obtenir un éclaircissement), et dans la réplique 03, une interjection, ‘ non’(I) et encore un groupe nominal correct (MFA). Du point de vue strictement syntaxique, il y a ici deux groupes nominaux (article indéfini + nom) (en 02 et 03) qui reprennent exactement le dernier constituant de la structure MA de la première réplique. Cela veut dire que ce dialogue est cohérent, non seulement du point de vue du contenu et du vocabulaire, mais aussi du point de vue strictement formel.

28Les deux autres dialogues ont l’analyse syntaxique suivante :

29La réplique 01 de l’élève prend la forme d’une phrase correcte. L’enseignant (O2 L) pose d’abord une question partielle (‘ comment s’appelait-il ?’) sous la forme d’une phrase complète (MA) et aussitôt sous la forme d’une phrase non achevée, en laissant un trou, que l’élève complète avec son fragment de phrase correcte (MFA, un groupe nominal). Le M0 et le MFA combinés font une phrase complète et correcte (MA). La prédominance de l’enseignant est claire. Aussi sur le plan syntaxique il impose sa structure.

30Souvent, la forme même de cette coopération syntaxique visée est utilisée pour obtenir une réponse (sous une forme précise) en produisant une phrase non achevée avec un ‘ trou’à la place de la réponse souhaitée.

31Dans le troisième dialogue, E complète pour ainsi dire en 02 la phrase 01 (une question globale, une phrase correcte, MA) avec une phrase préposition (interrogative) (MFA). Syntaxiquement parlant, la partie interrogative est remplacée, par K en 03 par la phrase nominale correcte (MFA) pour accompagner la préposition till ‘ pour’produite en 02. L’ensemble de ses échanges correspond donc aussi sur le plan syntaxique à la structure MA (phrase complète et correcte) Har ni frimärken till Sverige ? ‘ Avez-vous des timbres pour la Suède ?

Analyses comparées d’un dialogue

32Il me semble intéressant d’appliquer en parallèle l’analyse en initiative et réponse et l’analyse (macro) syntaxique à un extrait plus long d’une conversation informelle entre deux amies, l’une racontant à l’autre un événement vécu. Il s’agit donc plus d’un récit, que d’une discussion. Comme dans les exemples ci-dessus, l’analyse des initiatives et réponses figure à gauche et l’analyse syntaxique à droite.

33Mon point de vue est qu’il semble raisonnable de penser que le pouvoir dans un échange soit reflété également dans les structures syntaxiques formelles, vu que celles-ci sont globalement très régulières et produites en coopération dans les conversations. En principe, on peut, bien entendu, imaginer que cette régularité syntaxique soit indépendante et n’intervienne pas comme vecteur de pouvoir. Dans ce cas, il convient d’analyser la relation entre les structures abstraites de prédominance et les structures concrètes de syntaxe coopérative. Autrement dit, est-ce que la régularité de la structure syntaxique coproduite véhicule aussi d’une façon simple et évidente la prédominance ou bien, au contraire, s’agit-il de deux phénomènes complètement indépendants ?

34Dans le dialogue reproduit ici, les interlocuteurs sont A et B et les répliques sont numérotées de 180 à 520 (voir Löfström 1988).

35L’analyse du corpus permet de constater qu’il y a relativement peu de répliques avec une forte interactivité. Les initiatives plus faibles dominent. Un nombre non négligeable de réactions (réponses) sont suivies d’initiatives. Même si A, qui raconte un événement parle plus, B manifeste sa présence et contribue, non seulement avec des questions, mais aussi avec précisions ou des propositions de suites du récit (souvent acceptées par A). On note également des répétitions ou des reformulations. La cohérence de l’échange semble être le résultat du jeu efficace entre les deux interlocutrices dont les rôles sont pourtant différents.

36Je souhaiterais souligner quelques exemples de cohérence et de coopération aussi sur le plan syntaxique dans cette conversation. Quand B (190) commente le récit de A, celle-ci confirme directement (200) en utilisant la même structure syntaxique (MA) pratiquement mot pour mot. En 220, B développe sa pensée en 190 en ajoutant une phrase verbale (MFA) qui se combine parfaitement avec sa première réplique. L’ensemble 190 + 220 constitue une phrase complète (MA). Le plus étonnant est peut-être de constater que A réplique directement (230) en reprenant la même structure syntaxique que B en 220, même si les mots varient légèrement. Les répliques 220 et 230 fonctionnent sémantiquement et syntaxiquement parfaitement avec les répliques 190 ou 200. La cohérence de la conversation est donc assurée, même dans le cas de 230 qui me semble, sur le plan de l’interaction, ne fonctionner que comme du feed-back (b), acceptation de ce que dit B.

37En 360, A fait une constatation qui résume une impression positive. Ensuite, elle passe à un autre sujet mais elle est interrompue par B qui réagit à ce qui avait été dit auparavant, continue avec une initiative (370), qui explicite l’énoncé 360. Cet énoncé est présenté comme une affirmation mais peut tout aussi bien être interprété comme une question. Avant même la fin de la phrase de B, A confirme. La réplique 370 de B a la forme d’un fragment de phrase correctement construit (MFA). Le MFA s’accorde parfaitement avec la MA de 360 pour former une phrase complète correcte (MA).

38Les trois répliques 440-460 illustrent également la cohérence exprimée en coopération syntaxique. Le complément circonstanciel de lieu dans 440 est développé par une phrase prépositionnelle dans 450 et A confirme en 460 avec une phrase prépositionnelle. En effet, ici la phrase (MA) de 440, Så åkte vi ju hit sen fram på nattkröken då, est traitée dans l’échange pour paraître, pour ainsi dire, dans l’espace discours collectif, comme Så åkte vi ju hit till Göteborg sen fram på nattkröken då, avec le fragment till Göteborg ajouté.

39L’équipe de l’université de Linköping continue son travail, surtout concernant des interactions institutionnelles. Linell développe son modèle vers un ‘ dialogisme ’(Linell 1998), description linguistique intégrant l’aspect d’interaction. Le groupe de Linköping collabore depuis quelques années avec des collègues des universités suédoises de Göteborg et de Uppsala, ainsi que l’université de Helsinki. (Voir projet et articles dans Samtalsspråkets grammatik.) Jan Lindström de cette dernière université étudie effectivement la syntaxe de la langue parlée et précisement la structure interne de la phrase en prenant en compte spécifiquement les composantes de la phrase qui ‘ portent’l’interaction. En partant du modèle de description syntaxique élaboré à l’université de Lund, mentionné ci-dessus (Teleman 1974), la grammaire de l’Académie suédoise (SAG, 1999) a intégré dans la description de la phrase « élargie » un champ initial contenant justement des éléments liés à l’interaction. Lindström parle de « point d’intersection entre la grammaire et l’interaction » (Lindström 2002). Son analyse syntaxique reste pourtant formellement à l’intérieur de la phrase.

40Avec ces commentaires non exhaustifs concernant la structure syntaxique de cet extrait de dialogue, je voudrais indiquer la possibilité de compléter le concept de prédominance dans le dialogue avec la prise en compte de ces structures syntaxiques cohérentes construites avec discontinuité et/ou en coopération entre les interlocuteurs.

41 Extrait de la conversation 584

Bibliographie

Bibliographie sélective

Blanche-Benveniste, Claire. 1988, « La notion de contexte dans l’analyse syntaxique des productions orales : exemples des verbes actifs et passifs », in Recherches sur le français parlé. 8. (G. A. R. S. Groupe Aixois de Recherches en Syntaxe.), Aix-en-Provence, Université de Provence.

Deulofeu, José, 1989, « Les couplages de constructions verbales en français parlé : effet de cohésion discursive en syntaxe de l’énoncé » in Recherches sur le français parlé. 9. (G. A. R. S. Groupe Aixois de Recherches en Syntaxe.), Aix-en-Provence, Université de Provence.

Lindström, Jan, 2002, « Förfältet i talad svenska : en skärningspunkt mellan grammatik och interaktion » in Svenskans beskrivning 25. Åbo 2002.

Linell, Per, 1982, The Written Language Bias in Linguistics (Studies in Communication = SIC, 2), Linköping, Department of Communication Studies.

Linell, Per, 1998, Approaching Dialogue. Talk, interaction and contexts in dialogical perspectives, Amsterdam, John Benjamins Publishing Company.

Löfström, Jonas, 1988, Repliker utan gränser. Till studiet av syntaktisk struktur i samtal, Göteborg, Göteborgs universitet. Institutionen för nordiska språk. Diss.

Norrby, Catrin, 1996, Samtalsanalys. Så gör vi när vi pratar med varandra, Lund, Studentlitteratur.

SAG = Teleman, Ulf, Hellberg, Staffan & Andersson, Erik, 1999. Svenska Akademiens grammatik. Svenska Akademien, Stockholm. Samtalsspråkets grammatik. (Grammar in Conversation : a Study of Swedish.) http ://nordiska. uu. se/samtal/

Teleman, Ulf, 1974, Manual för grammatisk beskrivning av talad och skriven svenska, Lund (Lundastudier i nordisk språkvetenkap. Serie C nr 6.).

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540