Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parole et pouvoir 2

 | 
Martine Schuwer

2. Stratégies discursives

Stratégies discursives implicites et manipulation

Blandine Pennec

Texte intégral

1Prendre le pouvoir par le discours, c’est modifier l’univers de croyances et de représentations de son ou ses co-énonciateur (s). Le discours s’illustre ainsi comme mode d’action, ce qui correspond à la valeur illocutoire de la langue. De telles prises de pouvoir peuvent s’effectuer par le biais de stratégies discursives explicites. C’est le cas lorsqu’un énonciateur cherche ouvertement à convaincre de la vérité d’une proposition donnée. Il effectue un ensemble d’opérations linguistiques orientées dans une perspective argumentative, opérations qui laisseront des marques tangibles dans ses énoncés. Le co-énonciateur qui interprète ces marques – aussi appelées « marqueurs » – possède toutes les clés pour décrypter la stratégie discursive mise en œuvre.

2Il en est ainsi dans l’exemple (1) :

  • 1 Extrait d’un débat télévisé Giscard-Mitterrand cité dans Moeschler J., « Approche d’un acte de disc (...)

Note11

3La structure discursive est ici transparente. Elle se compose des éléments suivants :

  • → une introduction, constituée de deux mouvements discursifs coordonnés :
    – le segment 1 correspond à du discours narrativisé. Le verbe « a dit » signale l’appartenance au discours rapporté et le groupe nominal « une chose » témoigne de la narrativisation de ce discours rapporté.
    – s’ensuit une annonce métacommunicationnelle, c’est à dire référant à la conduite de l’interaction (segment 2). Elle est signalée par le verbe « rectifier ».
  • → La rectification annoncée s’effectue en deux temps :
    – une réfutation (segment 3), marquée par la négation « ne…. pas ».
    – une nouvelle assertion (segment 4), supposée rétablir l’adéquation entre le dit et la réalité extralinguistique. Le sujet grammatical du segment 4, « le doublement », est ainsi identique à celui du segment 3, mais leurs prédicats diffèrent.
  • → Suit une justification (segment 5), marquée par le connecteur argumentatif « car ».
  • → L’énonciateur conclut alors par deux mouvements discursifs coordonnés :
    – un premier commentaire métadiscursif (segment 6), qui réfère à la rectification opérée. Il commente son rôle dans l’économie du discours tenu, par l’emploi du terme « détail ».
    – un second commentaire métadiscursif (segment 7). Ce commentaire est introduit par le connecteur argumentatif « mais ». Il ne s’oppose pas directement au commentaire précédent, mais à une conclusion que l’on pourrait en tirer (« être un détail » pouvant être interprété comme « être peu important »). Il valide ainsi la relation prédicative < ce détail – avoir de l’importance >.

4L’intervention composée de ces micro-actes de discours est orientée dans une perspective argumentative : elle constitue un macro-acte de réfutation des propos du co-énonciateur.

5C’est par contraste avec ce type de stratégies que nous parlons de stratégies discursives implicites. Ces dernières, n’étant pas ouvertement perceptibles, offrent à l’énonciateur la possibilité de produire divers effets. Nous nous concentrerons ici sur l’un d’eux : la possibilité d’exercer une influence supposée manipulatrice sur le co-énonciateur. Le caractère plus opaque de ces stratégies permet en effet de susciter des comportements de décryptage particuliers chez le co-énonciateur, sans que celui-ci n’en prenne nécessairement conscience.

6Nous allons examiner trois types de stratégies permettant d’exercer une telle influence. A part les illustrations correspondant aux définitions, les exemples sont extraits de discours publicitaires, politiques et journalistiques. Précisons que notre objectif n’est pas le dévoilement des représentations physico-culturelles mises en circulation dans ces énoncés : la présente analyse est consacrée aux formes linguistiques à même de sous-tendre ces représentations.

La présupposition

  • 2 Kerbrat-Orecchioni C., L’implicite, Paris, A. Colin, 1998, p. 25.

7Selon Catherine Kerbrat-Orecchioni, un présupposé se définit comme « une information qui, sans constituer l’objet du message à transmettre, est toutefois automatiquement entraînée par sa formulation 2 ».

8Si j’énonce (2) : « Mon frère s’est acheté une voiture récemment », l’objet de cette énonciation n’est vraisemblablement pas de signaler à mon co-énonciateur que j’ai un frère.

9Cette information est néanmoins véhiculée par l’énoncé. Elle en constitue le cadre textuel.

10Ceci s’explique par le fait qu’un présupposé consiste en un fragment de langage non asserté dans le hic et nunc de l’énonciation en cours, mais qui renvoie à une information déjà posée ailleurs. Ainsi, en (2), la relation prédicative < mon frère – s’acheter une voiture > est la seule relation validée en discours. La relation < je – avoir un frère > (d’où dérive « mon frère ») est, elle, présentée comme ayant été validée auparavant. C’est une relation préconstruite. Elle est, en conséquence, supposée faire partie des connaissances partagées.

11En vertu de cette caractéristique, un énoncé comportant un présupposé incite le co-énonciateur à enchaîner sur l’information posée, et non sur le présupposé. L’enchaînement sur le présupposé est néanmoins possible, mais il rompt la linéarité du discours, ce qu’illustre (3) :

  • 3 Ibidem, p. 35. L1 et L2 désignent les locuteurs.

(3) L1 : « Ma fiancée a été assassinée.
L2 : – Votre fiancée ? Vous êtes donc fiancé ? » 3

12L2 demande ici à ce que la relation prédicative < vous - être fiancé > soit assertée en discours, et confirme ainsi à L2 qu’il a correctement décrypté l’information présupposée. Un tel enchaînement rompt la linéarité du discours, car le co-énonciateur enchaîne sur la relation préconstruite (qui possède un repère – origine externe) et non sur celle qui a été construite dans la situation d’énonciation. En d’autres termes, il enchaîne sur les éléments favorisant la cohésion textuelle, et non sur les éléments informatifs. Ceci se mesure notamment par contraste avec (3’), dans lequel L2 enchaîne cette fois sur le posé.

  • 4 Ibid, p. 35.

(3’) L1 : « Ma fiancée a été assassinée.
L2 : – Toutes mes condoléances. » 4

  • 5 Eco U., Les limites de l’interprétation, Paris, Grasset, 1992, p. 313.

13La rupture de linéarité que l’on observe en (3) (et non en 3’) est révélatrice de l’enfouissement des présupposés dans les énoncés. Ce statut incite à les représenter, à l’instar d’Umberto Eco, comme la toile de fond de l’énoncé. Les données informatives, elles, en constituent le relief 5.

14En raison de cet enfouissement, les présupposés – ainsi que leur prise en compte – sont à considérer comme une condition sine qua non du bon déroulement du discours. Ils permettent en effet la cohésion et la progression du texte, tout en évitant de présenter comme nouvelles les informations déjà connues.

15Ce même enfouissement des présupposés offre à l’énonciateur la possibilité d’influencer l’activité de décryptage de son co-énonciateur. Un énonciateur peut ainsi présenter des données comme allant de soi, bien qu’elles ne fassent pas partie des savoirs partagés.

16Selon leurs compétences à la fois linguistiques et encyclopédiques, certains co-énonciateurs reviendront sur la validation de la relation prédicative, tout comme en (3).

17D’autres co-énonciateurs accepteront d’emblée la relation comme validée, bien que la validation ne soit pas opérée en discours.

18Remarquons que la présupposition d’informations non partagées est, en outre, généralement destinée à transmettre avant tout l’information présupposée : de façon inavouée, c’est le présupposé – et non le posé – qu’il importe à l’énonciateur de véhiculer. Leur enfouissement n’est alors qu’une stratégie permettant de transmettre ces informations tout en évitant leur remise en question.

19Nous allons présenter divers exemples mettant en évidence la variété des modes d’inscription de la présupposition.

20→ Certains supports sont de nature syntaxique, comme en témoignent (4) et (5).

  • 6 Adam J. et Bonhomme M., L’Argumentation publicitaire. Rhétorique de l’éloge et de la persuasion, No (...)

(4) Slogan publicitaire :
« Demandez-leur pourquoi Uni Centre est n ° 1. » 6

21L’interrogation indirecte marquée par l’interrogatif « pourquoi » présuppose la validation de la relation prédicative < Uni Centre-être n ° 1 >. Nous supposons que c’est précisément cette relation qu’il importe à l’énonciateur de véhiculer.

(5) Titre du journal L’Express, le 8 février 2001 :

  • 7 Roudière G., Traquer le non-dit, Issy-les-Moulineaux, ESF, coll. « Formation perma », 2002, p. 102.

« Comment négocier avec le fisc. » 7

22C’est cette fois l’interrogation de constituant marquée par l’interrogatif « comment » qui présuppose la validation d’une relation prédicative, en l’occurrence de la relation < on-pouvoir négocier avec le fisc >.

23→ D’autres supports de la présupposition sont de nature lexicale, comme en témoignent (6) à (9) :

  • 8 Ghiglione R., Je vous ai compris ou l’analyse des discours politiques, Paris, A. Colin, 1989, p. 15 (...)

(6) Jacques Chirac : « La situation de la France s’aggravechaque jour davantage. » 8

24Le verbe « s’aggraver » est un verbe de déroulement signifiant : devenir de plus en plus grave. L’énoncé présente donc la relation prédicative < la situation de la France-être grave > comme ayant déjà été validée. Autrement dit, l’énonciateur s’en sert de base pour la construction de (6), alors que cette relation n’a pas été repérée directement par rapport à lui.

  • 9 Ibidem, p. 156.

(7) Lionel Jospin : « La France a retrouvé son rang de chef de file au sein des grandes nations. » 9

25Le verbe « retrouver » est employé au sens de : trouver ce que l’on a perdu. La relation < la France – perdre son rang de chef de file > est donc présentée comme une relation préconstruite, ce qui dispense l’énonciateur de valider cette relation dans son discours.

  • 10 Adam J. M., « Votez Mir Rose, achetez Giscard. Analyses pragmatiques », Pratiques, n ° 30, 1981, p. (...)

(8) Valéry Giscard D’Estaing : « Mais rien n’aurait pu être accompli sans vous/sans vous qui avez soutenu le redressement par votre discipline et votre effort//ces résultats/ce sont votre bien difficilement acquis//est-ce le moment de les remettre en cause ?//ne vaut-il pas mieux poursuivre l’effort//déboucher sur une situation assainie/sur une économie rétablie ? » 10

26Dans cet extrait, le verbe « remettre en cause » (soumettre quelque chose d’acquis à un nouvel examen) permet la préconstruction de la relation < les résultats – être acquis >. Ce segment renforce le précédent, qui présuppose l’existence de résultats grâce à la tournure présentative « ces résultats, ce sont votre bien… ». Par cette tournure, la relation < vous – obtenir des résultats > est présentée comme ayant déjà été validée par une origine externe à l’énoncé en cours : elle n’est donc pas repérée directement par rapport à l’énonciateur.

27– Le verbe « poursuivre » est un verbe de déroulement signifiant : continuer quelque chose. Il permet de présenter la relation < l’effort – être en cours > comme une relation déjà construite (et n’étant donc plus à construire).

28– Le verbe « déboucher », lui, est employé au sens figuré (atteindre son objectif). L’énoncé présuppose donc l’existence d’un objectif, qui est en l’occurrence constitué d’« une situation assainie » et d’« une économie rétablie ».

29– Les deux adjectifs employés pour qualifier cet objectif sont, eux aussi, porteurs de présupposés lexicaux : « assaini » présuppose ainsi un état initial malsain, et « rétabli » présuppose un état initial instable.

30Dans cet exemple, la multiplication des présupposés est un facteur supplémentaire permettant d’éviter leur remise en question. Il se produit un phénomène d’accumulation.

31→ Enfin, les présupposés peuvent trouver leur inscription dans des marqueursgrammaticaux.C’est le cas de (9) et (10) :

  • 11 www.presidentielles.net/alaune/une061-2822202.htm

(9) Page Internet : « Le journal Gala fait parler la fille secrète des Chirac. »11

32Les articles définis « le » et « la » sont ici la trace d’opérations de fléchage. Dans l’ordre des opérations de détermination, le fléchage est une opération seconde. L’énonciateur pointe vers un objet déjà singularisé, cette singularisation ayant été effectuée (de façon implicite ou explicite) par un article indéfini (un/une/des). Or un indéfini permet également de poser l’existence (dire : « j’ai vu un vélo noir » permet de poser son existence). Avec le défini, en revanche, l’existence est présentée comme déjà posée (elle est donc présupposée). Le repérage de l’objet en question par rapport à l’énonciateur constitue, en revanche, l’information nouvelle.

33La présupposition d’existence correspondant à l’emploi du défini semble naturelle lorsqu’un objet est connu de tous (« le journal Gala », par exemple). Elle est, en revanche, plus contestable dans un segment tel que « la fille secrète des Chirac ». L’emploi du défini permet en effet de présenter la relation < Les Chirac ont une fille secrète > comme ayant déjà été validée. Elle est donnée comme faisant partie des connaissances partagées, ce qui ne va pourtant pas de soi.

  • 11 Adam J.M. et Bonhomme M., op. cit., p. 36.

(10)Campagne publicitaire de la société EDF dans les années 90, campagne destinée à rassurer la population face aux craintes inspirées par l’industrie électronucléaire : « C’est le nucléaire qui nous offre cette abondance, cette propreté, cette indépendance, cette sécurité dont on ne saurait plus se passer. »11

34Le déictique « cette » est, lui aussi, la trace d’une opération de fléchage. Tout comme le défini, il pointe vers un objet déjà singularisé. « Cette » présente en outre cet objet comme faisant partie de la sphère énonciative. Etant la trace d’une opération de détermination seconde, « cette » permet également d’opérer une présupposition d’existence. Elle concerne ici l’« abondance », la « propreté », l’« indépendance », et la « sécurité », qui sont présentées comme acquises. Remarquons parallèlement que la forme verbale employée dans la relative (« ne saurait plus se passer ») est au conditionnel. Non seulement l’existence (des trois éléments cités) est présentée comme déjà posée, mais leur disparition n’est envisagée que de façon virtuelle.

35Ces observations témoignent de la diversité des présupposés, tant en matière de supports que de nature. Ainsi les présupposés de (4), (5), (6) sont relatifs à des états, tandis que (7) présuppose un événement. On trouve encore des présupposés d’existence en (9) et (10). (8), pour sa part, illustre la diversité des cas.

36N’oublions pas que la présupposition est, par essence, un mode discursif destiné à favoriser la cohésion textuelle (en évitant la répétition des éléments déjà connus).

37Dans certains contextes néanmoins, la mise en œuvre de cette même stratégie semble viser un objectif différent : éviter la remise en question de certaines données. La présupposition peut ainsi être employée afin d’influencer les comportements de décryptage du co-énonciateur, sans toutefois se présenter comme telle.

L’enthymème

38L’enthymème est une variante du syllogisme propre au discours usuel. Il peut se définir comme un syllogisme dont une ou plusieurs propositions ont été effacées, et dont la reconstitution est possible par analogie au schéma classique du syllogisme.

39Rappelons le schéma syllogistique classique : la conclusion se déduit des prémisses par effacement du moyen terme, c’est à dire le terme commun aux prémisses (B dans l’exemple ci-dessous) et abaissement des autres termes (A et C) afin d’opérer leur mise en rapport dans la conclusion.

40La progression d’un syllogisme s’effectue donc par emboîtement des termes : BA-CB-CA (ou encore AB-BC-AC, dans la mesure où ces positions ne sont pas figées au sein d’une proposition)

41(11) illustre cette progression :

42Les enthymèmes, figures du discours publicitaire, sont interprétés par analogie à ce schéma syllogistique.

43Considérons (12) :

44Cet enthymème se présente comme un syllogisme qui aurait subi l’effacement de sa mineure. Celle-ci peut être reconstituée si l’on met B et C en relation. On obtient alors :

45Banga/C est fait de fruits/B

46La proposition reconstituée est de la plus haute importance, dans la mesure où c’est elle qui constitue l’argument de vente de cette boisson. Comment justifier cet effacement ?

  • 14 Barthes R., « L’ancienne rhétorique », Communications, n ° 16, Paris, Seuil, 1970, p. 203.

47Selon Roland Barthes, « l’enthymème n’est pas un syllogisme tronqué par carence, par dégradation, mais parce qu’il faut laisser à l’auditeur ou au lecteur le plaisir de tout faire dans la construction de l’argument : c’est un peu le plaisir qu’il y a à compléter soi-même une grille donnée 14 ».

  • 15 Kerbrat-Orecchioni C., op. cit, p. 95.

48D’après Catherine Kerbrat-Orecchioni, la reconstitution de la proposition elliptique demande un surplus de travail interprétatif qui s’avère intéressant dans la mesure où il permet d’ancrer cette proposition plus profondément dans la mémoire de l’interprétant 15.

49De tels arguments se ramènent à un processus commun : grâce à la stratégie discursive que constitue l’emploi de l’enthymème, l’énonciateur amène le co-énonciateur à prédiquer lui-même une relation, dont les termes lui sont donnés par l’énonciateur.

50Illustrons ce procédé par deux exemples plus élaborés (ils requièrent chacun une étape supplémentaire de décryptage) :

  • 16 Adam J. M. et Bonhomme M., op. cit., p. 117.

(13) « Moi, j’aime le naturel
Et mon visage aime Monsavon. » 16

51On peut, ici aussi, inférer la mineure elliptique et reconstituer le syllogisme complet :

52Le processus interprétatif est similaire à celui de (12), à cette différence près que le sujet A de la majeure se trouve légèrement modifié (en A’) lorsqu’il réaparaît dans la conclusion : de la totalité du sujet (moi, je) on passe à une partie de ce sujet (mon visage). Mais cette relation de métonymie ne perturbe aucunement l’interprétation.

  • 17 Ibidem, p. 117.

(14) « La femme est une île, Fidji est son parfum. » 17

53On peut, encore une fois, inférer la conclusion elliptique et reconstituer le syllogisme complet :

54Le processus interprétatif est ici un peu plus complexe, dans la mesure où, pour parvenir à prédiquer la conclusion, le co-énonciateur doit envisager les termes « île » et « Fidji » comme référant à une même réalité extralinguistique. Ils apparaissent dès lors comme le terme commun aux prémisses, c’est-à-dire le terme à exclure de la conclusion.

55En définitive, la stratégie discursive que constitue l’emploi de l’enthymème n’est pas transparente, dans la mesure où aucun marqueur énonciatif ne donne directement l’instruction de prédiquer une nouvelle relation.

56Trois facteurs favorisent néanmoins cette opération supplémentaire de décryptage :

  • la structure syntaxique de l’enthymème,
  • les contenus propositionnels mis en relation,
  • la connaissance du schéma syllogistique classique, faisant partie des savoirs encyclopédiques du co-énonciateur.

57Ces éléments guident le co-énonciateur dans son comportement de décryptage, de sorte que lui seul sera responsable de la prédication de la relation elliptique.

Les marqueurs temporels

58En langue naturelle, les relations causales sont fréquemment exprimées grâce à des marqueurs de temporalité.

59Ainsi, un énoncé tel que (15) :

60est généralement interprété comme établissant une relation causale entre les faits, B étant perçu comme cause de A. Ce lien reste toutefois réfutable, dans la mesure où la cause n’est pas marquée formellement dans l’énoncé. L’énonciateur peut ainsi présenter un autre élément comme étant la cause de l’événement « perdre le contrôle de son véhicule ». Le groupe nominal B introduit par la locution prépositionnelle « suite à » peut alors être ramené à sa valeur fondamentale derepère temporel.

61En dépit de ce caractère réfutable, l’interprétation causale de l’antériorité chronologique est d’une grande fréquence. Cette interprétation dépend néanmoins des contenus propositionnels mis en relation : selon leur nature, l’interprétation causale est favorisée ou, à l’inverse, rendue impossible.

62En (16), par exemple, l’interprétation causale se trouve bloquée, alors que le marqueur temporel est le même qu’en (15) :

  • 18 fr. allafrica. com/stories/200302050293. html.

(16) : « Suite à la coupure d’électricité, pas d’incident majeur à Béjaïa. 18 »

63Loin d’être interprétable causalement, cet exemple signale que la coupure d’électricité n’a rien causé. La nature des contenus propositionnels est donc déterminante lors de l’interprétation causale d’un marqueur temporel.

64L’interprétation causale des relations de concomitance est également d’une grande fréquence, tout en présentant le même caractère réfutable.

65Considérons (17) :

66(17) peut être compris comme présentant l’activité « jouer » comme cause de l’événement « se blesser ». L’énonciateur peut toutefois réfuter cette interprétation et ramener la forme verbale « en jouant » à sa valeur de circonstant.

67Lorsqu’elles sont rendues possibles par le contexte, ces interprétations causales des relations temporelles s’expliquent de façon assez simple : l’association de l’antériorité à la cause tient au fait qu’une relation causale n’est, au fond, qu’une relation chronologique observée de façon régulière, et à laquelle on a conféré un sens logique. Si le logique provient du chronologique, la propension du chronologique à évoquer le logique est alors sans surprise.

68L’association de la concomitance à la cause tient, elle, à ce que deux événements concomitants sont toujours hiérarchisés : l’événement repère est toujours perçu comme le cadre de l’autre événement. Il en est ainsi dans l’exemple :« il s’est fait mal en jouant », où l’action de jouer est perçue comme le cadre de l’événement « se faire mal ». L’événement cadre peut alors prendre le statut de cause de l’autre événement si les contenus propositionnels permettent cette association notionnelle.

69Force est de constater qu’une stratégie consistant à favoriser une interprétation causale peut rester anodine comme, vraisemblablement, en (17).

70Cette même stratégie peut toutefois présenter des effets supposés manipulateurs : l’énonciateur, par cette stratégie, peut en effet amener le co-énonciateur à reconstituer lui-même un lien causal, ce lien restant toutefois réfutable par l’énonciateur.

71Cette stratégie peut s’avérer particulièrement intéressante dans les cas où les contenus propositionnels sont empreints de représentations idéologiques.

72Mais revenons au plan formel : nous allons examiner la diversité des marqueurs favorisant l’interprétation causale.

73→ Parmi les marqueurs d’antériorité chronologique, nous avons déjà mentionné que des locutions prépositionnelles (telles que « suite à ») présentaient une tendance à l’interprétation causale. C’est également le cas des conjonctions de subordination, c’est-à-dire de marqueurs mettant en relation deux propositions (par contraste avec les prépositions et locutions prépositionnelles, qui mettent en relation une proposition et un groupe nominal).

  • 19 www.alfi.lu/html/publications_and-articles/articles/formeju_Lwnov98.rtf.

Note1919

74Une glose consistant à remplacer « depuis que » par « du fait que », marqueur typiquement causal, illustre la possibilité d’une telle interprétation. Plus précisément, A peut être lu comme cause de B. Dans la mesure où la conjonction « depuis que » introduit l’événement chronologiquement premier (la permutation étant de surcroît impossible), l’événement décrit par la subordonnée est donc susceptible d’être interprété comme cause de l’autre événement

75→ Parmi les marqueurs de concomitance, notons que plusieurs catégories sont à distinguer :

76la concomitance temporelle tout d’abord, se prête à l’interprétation causale. C’est le cas de (19) qui intègre le marqueur « même » à son complément circonstanciel de temps.

  • 20 Nazarenko A., La cause et son expression en français contemporain, Paris, Ophrys, coll. « L’Essenti (...)

Note2020

77La possibilité de gloser le circonstant « l’après-midi même » par « en conséquence, l’après-midi… » confirme la possibilité d’une interprétation causale de cet exemple. Plus précisément, A peut être interprété comme cause de B.

78Dans ce type de constructions, l’élément-repère correspond toujours à la première proposition dans la linéarité du discours. Cette proposition peut donc prendre le statut de cause.

79– la concomitance notionnelle peut également recevoir une interprétation causale. C’est le cas de (20), comportant la conjonction de coordination « et » :

  • 21 www.ccip. fr/32kg-16mars2003.

Note2121

80La glose :« le fait de vous inscrire en ligne vous permettra de recevoir votre carte d’invitation » témoigne de la possible lecture causale de cet énoncé. A peut être interprété comme cause de B.

81Remarquons que, lorsque deux unités A et B sont mises en relation par la conjonction de « et », l’élément B est toujours repéré par rapport à A. Le terme susceptible de prendre le statut de cause est donc systématiquement le premier dans la linéarité de l’énoncé.

82– la concomitance syntaxique peut également être interprétée causalement. C’est le cas de (21), comportant une relative appositive (relative constituant une unité d’assertion distincte de celle de la principale).

  • 22 www.liberation. com/page. ph ? article = 82434.

Note2222

83La possible lecture causale de cet énoncé se vérifie par la possibilité de remplacer la relative « qu’il méprise » par la subordonnée conjonctive « du fait qu’il le méprise ». L’élément B peut donc être lu comme cause de A.

84Dans cet exemple, l’apposition marque une identification entre les deux propositions. La concomitance n’est plus ici ni temporelle, ni notionnelle : c’est une concomitance formelle. La relative appositive marque, d’autre part, un changement de niveau d’énonciation (dans la mesure où elle constitue un commentaire). Or ce changement de niveau d’énonciation implique le repérage d’une énonciation par rapport à l’autre. L’élément repère correspond à la proposition relative, et c’est donc elle qui peut prendre le statut de cause de l’autre événement.

85Ces observations révèlent, non seulement la diversité des connecteurs interprétables causalement, mais aussi la diversité des éléments pouvant prendre le statut de cause. Ce sont :

  • des groupes nominaux (comme en 15),
  • des formes verbales non finies (en 17),
  • des propositions subordonnées relatives (en 21),
  • des propositions coordonnées (en 20),
  • des propositions indépendantes (en 19).

86Les stratégies discursives mises en œuvre dans ces divers exemples ne sont pas transparentes, dans la mesure où la notion de cause n’est jamais construite dans les énoncés. Le co-énonciateur est, en revanche, incité à reconstruire lui-même des liens de cause à effet. Il est influencé dans son comportement de décryptage par :

87Les stratégies discursives mises en œuvre dans ces divers exemples ne sont pas transparentes, dans la mesure où la notion de cause n’est jamais construite dans les énoncés. Le co-énonciateur est, en revanche, incité à reconstruire lui-même des liens de cause à effet. Il est influencé dans son comportement de décryptage par :

  • la nature des contenus propositionnels,
  • la proximité notionnelle du logique et du chronologique.

Les marqueurs de reformulation paraphrastique

88Une reformulation paraphrastique est une formulation seconde produisant un effet rétro-actif : par ce biais, l’énonciateur définit après coup sa formulation première comme étant provisoire. Si la formulation est modifiée, la paraphrase suppose parallèlement une équivalence sémantique entre les deux énoncés.

89Afin d’opérer une reformulation paraphrastique, l’énonciateur emploie des marqueurs ou indices sans lesquels un énoncé ne serait que difficilement reconnaissable comme paraphrase d’un autre énoncé. Cette fonction d’indication peut être opérée par différents moyens :

90→ par des marqueurs ou expressions explicites tels que « c’est-à-dire », « autrement dit », « en d’autres termes », ou encore « je m’explique ». Ainsi, en (22), le marqueur de relation paraphrastique (MRP) « c’est-à-dire » établit une relation de paraphrase entre les segments A et B :

  • 23 Gulich E. et Kotschi T., « Les marqueurs de la reformulation paraphrastique », Cahiers de linguisti (...)

Note2323

91une paraphrase peut également être établie sans l’aide d’un marqueur. Dans ce cas, des indices favorisent le décryptage de la paraphrase. Le parallélisme syntaxique est un de ces indices, comme en témoigne (23) :

  • 24 Ibidem, p. 307.

Note2424

92Ici, la répétition de la séquence « si on » favorise l’interprétation paraphrastique.

93Outre ce parallélisme syntaxique, les indices de la paraphrase peuvent être de nature paralinguistique : ce sont notamment l’intonation, l’accentuation, la vitesse du débit.

94De telles reformulations paraphrastiques ont fondamentalement pour fonction de résoudre des problèmes communicationnels. Le locuteur qui produit un énoncé vise en effet sa compréhension, ce qui implique de surmonter de nombreux obstacles, tout comme l’asymétrie des compétences linguistiques ou encore encyclopédiques. Les marqueurs de reformulation paraphrastique comptent parmi les traces qui révèlent ce travail, comme en témoigne (24). Cet exemple est extrait de l’enregistrement d’un cours de linguistique où l’enseignante explique aux étudiants ce qu’est une matrice sémantique.

  • 25 Ibid, p. 338.

Note2525

95L’énonciatrice, par sa reformulation paraphrastique, prévient une éventuelle ignorance du terme « binaire ».

96Si les reformulations paraphrastiques ont pour fonction première de résoudre des problèmes communicationnels, elles peuvent également être employées de façon à produire des effets dérivés, voire manipulateurs. C’est notamment possible lorsqu’un énonciateur emploie un marqueur de reformulation explicite.

97Un tel marqueur peut en effet être employé dans des cas d’équivalence sémantique faible, voire nulle. Le marqueur sera néanmoins à même d’opérer la prédication d’identité entre les deux énoncés, dirigeant ainsi le processus d’interprétation du co-énonciateur.

98C’est le cas en (25) :

  • 26 « Les Tigres découvrent le chômage de masse. Impact social de la crise asiatique », Le Monde diplom (...)

Note2626

99Ici, une prédication d’identité est établie entre un fragment de discours rapporté et les propos de l’énonciateur lui-même. Or il n’y a pas d’équivalence sémantique entre les deux segments. Loin d’une telle équivalence, il semble même s’agir d’une rectification. L’énoncé incite néanmoins le co-énonciateur à lire une équivalence sémantique entre A et B. On peut d’autre part supposer que l’effet recherché par l’énonciateur est précisément d’établir un glissement sémantique subreptice. Si c’est réellement le cas, sa stratégie discursive ne se présente pas comme telle.

100Un deuxième type d’effet dérivé peut être produit par l’emploi d’un marqueur de reformulation paraphrastique, comme en (26) :

  • 27 Kerbrat-Orecchioni et Cosnier J., Décrire la conversation, Presses universitaires de Lyon, 1987, p. (...)

Note2727

101Ici, une prédication d’identité est encore une fois opérée entre des segments ne rentrant pas dans un rapport d’équivalence sémantique. Loin de résoudre des problèmes communicationnels, cette prédication d’identité influence le comportement de décryptage du co-énonciateur. Le marqueur de reformulation paraphrastique a en effet une fonction d’annonce de la reformulation : il indique par ce biais que son mouvement discursif n’est pas terminé. L’emploi d’un marqueur de reformulation incite donc le co-énonciateur à laisser l’énonciateur poursuivre, du moins s’il veut respecter les tours de parole.

102En (26), l’énonciateur entame un nouveau mouvement discursif par l’énonciation du segment B, tout en employant un marqueur de reformulation paraphrastique. Au vu de ce hiatus, nous pouvons donc supposer que l’effet recherché par l’énonciateur est la conservation de son tour de parole.

103Si la reformulation paraphrastique est une stratégie fondamentalement transparente, les marqueurs de reformulation paraphrastique peuvent toutefois être employés de façon biaisée, de façon à produire des effets dérivés. De tels emplois sont susceptibles d’influencer le comportement de décryptage du co-énonciateur :

  • soit sur le plan sémantique,
  • soit sur le plan de l’organisation discursive.

104Soulignons, en guise de conclusion, l’efficacité de ces stratégies discursives implicites : elles s’avèrent souvent plus puissantes qu’une argumentation, dans la mesure où elles ne se présentent pas comme telles. Elle permettent ainsi à l’énonciateur d’influencer le comportement de décryptage du co-énonciateur et, par ce biais, c’est son univers de croyances et de représentations qui peut s’en trouver modifié. Les effets manipulateurs mis en évidence consistent donc à modifier les représentations physico-culturelles du co-énonciateur, tout en exerçant une influence sur le plan strictement linguistique.

105Ces exemples ont, en effet, montré que l’implicite est toujours soutenu par des marqueurs ou structures, bien que cette inscription dans les énoncés soit toujours indirecte. Rappelons que ces « supports » linguistiques ne sont jamais primitivement dédiés à la manipulation.

106Cette inscription de l’implicite dans le discours est reflétée par un certain vocabulaire métalinguistique : « dire sans dire », « dire à demi-mot », « donner à entendre » - autant d’expressions qui montrent bien que l’implicite n’est pas produit ex-nihilo. Cette inscription explique également que la manipulation par le discours fasse l’objet d’apprentissages… afin de savoir s’en prémunir.

Bibliographie

Bibliographie

Adam J. M., « Votez Mir Rose, achetez Giscard. Analyses pragmatiques », Pratiques, n ° 30, 1981, p. 73-98.

Adam J. M. et Bonhomme M., L’Argumentation publicitaire. Rhétorique de l’éloge et de la persuasion, Noisy-le Grand, Nathan, 1997.

Barthes R., « L’Ancienne rhétorique », Communications, n ° 16, Paris, Seuil, 1970.

Bouscaren J. et Chuquet J., Grammaire et textes anglais. Guide pour l’analyse linguistique, Gap, Ophrys, 1987, p. 156.

Cotteret J. M., Emeric C., Gerstle J. et Moreau R., Giscard d’Estaing/Mitterrand : 57774 mots pour convaincre, Paris, PUF, 1976.

Delechelle G., « Antériorité, simultanéité, concomitance et causalité », Tréma, n ° 8, Paris, Sorbonne, 1980, p. 31-47.

Ducrot O., Dire et ne pas dire. Principes de sémantique linguistique, Paris, Hermann, 1972.

Eco U., Les Limites de l’interprétation, Paris, Grasset, 1992.

Ghiglione R., Je vous ai compris ou l’analyse des discours politiques, Paris, Armand Colin, 1989.

Gulich E. et Kotschi T., « Les marqueurs de la reformulation paraphrastique », Cahiers de linguistique française, n ° 5, 1983, p. 305-351.

Kerbrat-Orecchioni C., L’Implicite, Paris, Armand Colin, 1998.

Kerbrat-Orecchioni C. et Cosnier J., Décrire la conversation, Presses universitaires de Lyon, 1987.

Moeschler J., « Approche d’un acte de discours : la réfutation dans le débat télévisé Giscard Mitterrand (1974) », Travaux du centre de recherches sémiologiques, Université de Neuchâtel, 1979, p. 1-54.

Nazarenko A., La cause et son expression en français, Paris, Ophrys, coll. « L’Essentiel », 2000.

Pennec B., L’Expression de la cause en anglais contemporain : construction et re-construction linguistique.Mémoire de DEA, Université de Rennes 2, 2001.

Rossari C., Les opérations de reformulation, Frankfurt, Peter Lang, 1997.

Roudière G., Traquer le non-dit, Issy-les-Moulineaux, ESF, coll. « Formation permanente », 2002.

Trognon A. et Larrue J., Pragmatique du discours politique, Paris, Armand Colin, 1994.

Notes

1 Extrait d’un débat télévisé Giscard-Mitterrand cité dans Moeschler J., « Approche d’un acte de discours : la réfutation dans le débat télévisé Giscard-Mitterrand (1974) », Travaux du centre de recherches sémiologiques, Université de Neuchâtel, 1979, p. 38.

2 Kerbrat-Orecchioni C., L’implicite, Paris, A. Colin, 1998, p. 25.

3 Ibidem, p. 35. L1 et L2 désignent les locuteurs.

4 Ibid, p. 35.

5 Eco U., Les limites de l’interprétation, Paris, Grasset, 1992, p. 313.

6 Adam J. et Bonhomme M., L’Argumentation publicitaire. Rhétorique de l’éloge et de la persuasion, Noisy-le Grand, Nathan, 1979, p. 38.

7 Roudière G., Traquer le non-dit, Issy-les-Moulineaux, ESF, coll. « Formation perma », 2002, p. 102.

8 Ghiglione R., Je vous ai compris ou l’analyse des discours politiques, Paris, A. Colin, 1989, p. 156.

9 Ibidem, p. 156.

10 Adam J. M., « Votez Mir Rose, achetez Giscard. Analyses pragmatiques », Pratiques, n ° 30, 1981, p. 75. Les symboles/et//signalent les pauses intonatives.

11 www.presidentielles.net/alaune/une061-2822202.htm

11 Adam J.M. et Bonhomme M., op. cit., p. 36.

14 Barthes R., « L’ancienne rhétorique », Communications, n ° 16, Paris, Seuil, 1970, p. 203.

15 Kerbrat-Orecchioni C., op. cit, p. 95.

16 Adam J. M. et Bonhomme M., op. cit., p. 117.

17 Ibidem, p. 117.

18 fr. allafrica. com/stories/200302050293. html.

19 www.alfi.lu/html/publications_and-articles/articles/formeju_Lwnov98.rtf.

20 Nazarenko A., La cause et son expression en français contemporain, Paris, Ophrys, coll. « L’Essentiel », 2000, p. 45.

21 www.ccip. fr/32kg-16mars2003.

22 www.liberation. com/page. ph ? article = 82434.

23 Gulich E. et Kotschi T., « Les marqueurs de la reformulation paraphrastique », Cahiers de linguistique française, n ° 5, 1983, p. 318.

24 Ibidem, p. 307.

25 Ibid, p. 338.

26 « Les Tigres découvrent le chômage de masse. Impact social de la crise asiatique », Le Monde diplomatique.

27 Kerbrat-Orecchioni et Cosnier J., Décrire la conversation, Presses universitaires de Lyon, 1987, p. 377.

Table des illustrations

Légende Note11
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31015/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31015/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31015/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31015/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31015/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31015/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31015/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Note1919
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31015/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Note2020
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31015/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Note2121
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31015/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Note2222
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31015/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Note2323
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31015/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Note2424
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31015/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Note2525
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31015/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Note2626
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31015/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Note2727
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/31015/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540