Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parole et pouvoir 2

 | 
Martine Schuwer

1. Le texte : relais du pouvoir

Le pouvoir de nommer : recours à la parole légitime dans trois quotidiens d’information générale

Les dispositifs de construction des référentiels journalistiques Le Monde, Le Figaro, Libération

Aurélie Tavernier

Texte intégral

  • 1 Le terme de parole rapportée a été préféré à celui de discours car les propos sont envisagés en lie (...)
  • 2 Foucault M., L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, coll. « Bibliothèque des Sciences Hum (...)

1Dans le cadre d’une réflexion sur le lien entre pouvoir et langage, nous proposons d’interroger le pouvoir qui incombe au discours lorsqu’il est rapporté dans la presse écrite, en tant que parole1 intronisée experte et ainsi amenée à partager avec la parole journalistique la responsabilité de proposer un cadre interprétatif du réel. Il s’agit de proposer une méthode pour une analyse politique des discours qui permette de rendre compte des indices et motifs sémantiques de validation du discours autorisé à investir la scène médiatique : en considérant les opérations de construction des normes de validité médiatique dans une perspective à la fois sociopolitique, dans la mesure où les libellés de présentation des discours médiatisés reproduisent et intronisent des lieux de production des discours et des institutions légitimes ; et civilisationnelle, dans la mesure où les stratégies journalistiques de labellisation des discours déterminent et valident des cadres de traitement médiatique et des représentations légitimes, à un moment donné de l’histoire collective d’une société. C’est donc à la construction de l’information par le recours à la parole extérieure que nous nous intéressons : nous voudrions présenter le pouvoir médiatique de définition et de prescription des cadres interprétatifs légitimes non pas comme une donnée détenue par un champ professionnel, mais comme le produit d’une configuration, dans l’interdépendance avec les institutions et les discours sociaux disponibles dans l’espace public, ce qui permet d’envisager la médiatisation des discours d’experts légitimes sous l’angle rhétorique. Dans cette perspective, cette contribution présente un modèle d’analyse sociodiscursive de la configuration des paroles rapportées dans la presse quotidienne d’information générale, qui envisage les opérations de labellisation comme des motifs de construction des normes de validité partagées par les acteurs d’une formation discursive 2 (journalistes, intervenants extérieurs, lectorat). De cette manière, nous envisageons les termes de la médiatisation des paroles extérieures comme une manifestation des enjeux sous-jacents au traitement de l’actualité : d’une part, pour l’acteur qui endosse en participant à la construction de l’information les traits de l’expert légitime ; et d’autre part, pour le journaliste à qui incombe la responsabilité de convoquer « le bon expert ».

Des discours co-construits : méthodologie de l’analyse de corpus

  • 3 Voir notamment Charron J., Lemieux V. et Sauvageau F., Les journalistes, les médias et leurs sour (...)
  • 4 Voir notamment Pinto L., L’intelligence en action : « Le Nouvel Observateur », Paris, Métailié, 198 (...)
  • 5 Latour B., La Science en action, Paris, La Découverte, 1989.

2Envisager les discours constitutifs du tissu discursif médiatique comme des construits socio-discursifs doit en premier lieu permettre de contourner l’aporie de l’instrumentalisation réciproque des journalistes et des acteurs détenteurs de discours, en se démarquant de deux courants d’analyse des médias. Le premier, médiacentriste, tend à imputer les phénomènes de médiatisation au fonctionnement surdéterminant des logiques du champ médiatique, en envisageant notamment les objets médiatiques sous les déterminations hégémoniques de l’agenda setting, du rapport aux sources, de la vulgarisation, voire du détournement et de la dénaturation simplificatrice des contenus prétendument originels des discours d’acteurs3. Le second insiste au contraire sur des stratégies conflictuelles d’acteurs pris dans les déterminants de leurs champs respectifs, ce qui se repère principalement autour de la dénonciation des logiques du hit-parade médiatique, de la perversion du savoir ou des stratégies croisées de capitalisation symbolique et culturelle des acteurs trouvant intérêt à la médiatisation 4. Or ces deux approches ont ceci de commun qu’elles peuvent conduire à privilégier une vision presque jacobine de la sphère médiatique des discours, en la présentant comme un réceptacle pour ainsi dire inopérant, déterminé en amont par les logiques conflictuelles de champs concurrents. C’est contre la présupposition d’une « boîte noire 5 » des discours médiatiques que nous voudrions positionner cette contribution : à l’inverse, nous posons que les discours médiatiques sont susceptibles de déconstruction, en tant qu’ils sont co-construits par les opérations de mise en forme prises comme autant de mises en sens. Il s’agit donc de considérer les discours médiatiques comme porteurs de référentiels, ou d’opérateurs de sémantisation valables pour une configuration socio-discursive donnée, qui prennent sens en fonction des paramètres de la scène discursive dans laquelle ils s’intègrent et qu’ils participent à construire, ce qui positionne notre étude dans une approche constructiviste.

  • 6 Corcuff Ph., Les nouvelles sociologies. Constructions de la réalité sociale, Paris, Nathan, 1995, c (...)
  • 7 Bourdieu P., « Le sociologue en question », Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1980, p. 37-60. (...)
  • 8 Il importe ici de souligner qu’une perspective constructiviste ne revient pas à considérer que la r (...)

3« Dans une perspective constructiviste, les réalités sociales sont appréhendées comme des constructions historiques et quotidiennes des acteurs individuels et collectifs 6 » : on peut ainsi considérer que le travail journalistique d’information repose sur l’unification, dans un espace structural donné, de constructions plurielles à la fois individuelles et collectives, que l’analyse discursive permet d’appréhender à la fois comme produit langagier et comme processus social de construction. Ainsi, la représentation du social par le discours se construit à partir de pré-constructions (de formes discursives, de statuts et de rôles socio-discursifs) historiquement ancrées dans le monde social ; de ce fait, les formes discursives sont reproduites et actualisées dans les pratiques et les interactions des acteurs engagés dans le processus de production de discours. Parler de constructivisme, c’est donc postuler que les formes discursives que nous nous proposons d’étudier sont susceptibles d’une part, de dé-construction, c’est-à-dire de mise en cause de leur caractère intemporel et naturel ; et d’autre part, de re-construction, c’est-à-dire d’analyse des processus sociaux de leur construction. En dénaturalisant d’une part, et en historicisant d’autre part le travail de construction d’une vision du monde par le discours journalistique, il s’agit donc de déplier les boîtes noires des processus sociaux et discursifs de construction des discours, c’est-à-dire de lutter contre le caractère a priori et naturel des structures sociales et des modes d’action des acteurs sociaux engagés dans les processus de médiatisation : « de même qu’elle dénaturalise, la sociologie défatalise », pour reprendre le mot de Pierre Bourdieu 7. Dans cette perspective, les réalités sociales que nous proposons d’appréhender par l’angle du discours sont tout à la fois objectivées et intériorisées : d’une part, ces réalités construites renvoient à des mondes objectivés, c’est-à-dire qu’elles s’inscrivent dans des formes stabilisées de règles et d’institutions spécifiques qui contraignent les discours produits en même temps qu’elles offrent des points d’ancrage à ces discours ; et d’autre part, ces réalités s’inscrivent dans des mondes subjectifs et intériorisés, engageant des processus de connaissance, de reconnaissance et de représentation de la part des acteurs engagés dans le processus de construction de ces réalités 8.

  • 9 Le Monde, Libération et Le Figaro, que l’on situe dans la même zone de presse dite « de référence »
  • 10 Boltanski L. et Thévenot L., De la Justification. Les Economies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1 (...)

4Un regard interdisciplinaire doit alors permettre de multiplier les angles d’observation et de diversifier les outils conceptuels, de manière à restituer à l’objet sa complexité et sa richesse. Par l’analyse des dispositifs sémantiques, topographiques et scénographiques de mise en scène de 2696 discours rapportés du 1er janvier au 31 mars 1999 dans trois quotidiens d’information générale 9, nous avons construit une typologie des paroles de référence, rapportées aux usages journalistiques qui leur sont associés. Les discours rapportés dans les trois quotidiens du corpus ont ainsi été analysés comme les produits des opérations de référenciation que les acteurs engagés dans un contrat de communication ritualisé, journalistes et intervenants extérieurs, concèdent pour prendre place dans une configuration provisoirement stabilisée. A partir d’une typologie heuristique, cinq « mondes » de discours peuvent être distingués, identifiés à partir des motifs d’escorte repérés dans les dispositifs internes (îlots textuels et modaux d’accompagnement des discours rapportés sous forme de citations, d’interviews ou de tribunes) et organisationnels (titres, chapeaux, encadrés hors-texte) des articles d’appel. Ces mondes d’identification de la source du discours rapporté permettent de référer les paroles à des ordres de « grandeur » mobilisés comme indices de légitimation des discours : « La grandeur est la façon dont on exprime les autres, dont on les incarne, dont on les comprend ou encore dont les représente (autant de modalités qui dépendent du monde considéré). Elle est donc associée à une capacité à l’expression générale. La relation entre la grandeur des gens et leur maîtrise des formes générales est posée dans chaque monde, notamment leur capacité à formuler des énoncés qui sont dits généraux, authentiques, vrais, etc. 10 ». Ces opérations de référenciation intègrent ainsi le discours particulier dans une forme généralisée de prise de parole, et l’adossent à un ordre légitime de discours sur le réel qui en détermine les conditions de validité.

5Des types de parole (profane, politique, institutionnelle, protagoniste et intellectuelle) ont ainsi été rapportés d’une part, à des genres d’articles et à des configurations de micro-unités événementielles, et d’autre part, à des motifs sémantiques de référenciation des discours. Ensemble, ces dispositifs assurent la mise en forme et en sens des discours portés sur le monde ; prescrivent des aires de pertinence aux types de discours mobilisés ; légitiment le discours de l’énonciateur journal par l’ordonnancement des discours validés ; construisent et stabilisent des univers de représentations légitimes à dire le réel, propres à chacune des formations discursives considérées. Cette méthode permet de prendre en compte les dimensions à la fois sociales et sémantiques, vers une définition rhétorique des paroles rapportées dans l’espace médiatique : les motifs d’escorte des paroles publiques sont à la fois le produit des négociations et des représentations sociales des journalistes et de leurs interlocuteurs, et le moteur de l’investissement et de la reconnaissance d’une identité socio-discursive valide. La juxtaposition des discours légitimes dans l’arène médiatique est donc envisagée comme un processus intersectoriel : les questions de l’accès des discours à l’espace public, de la médiatisation de l’expertise et des intellectuels, de la normativisation des cadres légitimes de traitement des problèmes publics, sont reposées sous l’angle d’une configuration provisoirement stabilisée et interdiscursive de référentiels.

La configuration des discours dans l’espace public médiatique

  • 11 Le débat et la prise de parole sont deux des dimensions essentielles qu’identifie Erik Neveu dans s (...)
  • 12 François B. et Neveu E. (dir.), Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques, des déba (...)
  • 13 Ibidem, p. 50-51.

6La notion d’espace public, pour être au cœur d’un grand nombre de recherches en sciences sociales, n’en demeure pas moins assez polyphonique et instable. Loin de chercher à en produire une représentation unifiée, nous voudrions l’observer justement comme le lieu de formation et de transformation des enjeux du débat et de la prise de parole publics 11. La perspective développée par Bastien François et Erik Neveu, parce qu’elle insiste sur le caractère forcément situé et contextuel de l’observation, peut convenir à ce postulat. Elle propose ainsi de considérer l’espace public comme une « mosaïque », de manière à rétablir la dimension symbolique et provisoire des répertoires et des échanges qui s’y déploient 12. A l’intérieur d’une lecture structurale de l’espace médiatique, il s’agit donc de conserver une lecture symbolique et pratique des représentations sociales des journalistes et des acteurs qui entrent en interaction : l’arène médiatique se présente comme le lieu de construction des catégories de réalité, dont l’enjeu est de définir et de valider une certaine représentation du réel. L’image de la mosaïque, d’arènes et de forums juxtaposés pour se représenter la structure de l’espace public renvoie ainsi au caractère instable et contextuel de la médiatisation des discours : pour les auteurs, « le social ne tient pas d’abord par une forme d’agenda partagé, d’investissement permanent des membres du corps social sur des débats fédérateurs, mais par la dialectique du fonctionnement autonome et de l’interdépendance de ces micro-unités et de leurs espaces publics partiels 13 ». Dans cette conception, il s’agit donc aussi de refuser le caractère forcément unitaire des scènes médiatiques : en dehors de macro-unités événementielles, qui produisent de larges effets de polarisation susceptibles de rétablir l’unanimité sociale et politique sur un nombre limité d’enjeux explicites, des espaces publics se profilent dans une dimension assez fracturée et intersectorielle des univers de parole qui accèdent à la scène médiatique.

  • 14 Primat qui se trouve au cœur du modèle de la « rupture épistémologique » qui seule, doit permettre (...)

7C’est pourquoi la notion de configuration a été retenue comme le fondement d’un cadre théorique qui doit nous permettre d’envisager les formes d’interdépendance des discours dans l’espace social objectivé. Elle s’inspire à la fois de la sociologie éliasienne et de la perspective proposée par Patrick Charaudeau pour décrire les caractéristiques de la situation langagière appliquée à la presse écrite, et présente donc un intérêt supplémentaire pour notre approche, en réalisant en quelque sorte le point de passage épistémologique entre l’analyse sociologique et l’analyse des discours de presse. Surtout, elle offre un cadre théorique à l’analyse des discours médiatiques comme produits sociaux provisoirement stabilisés et objectivés, adaptés aux paramètres structuraux de l’espace médiatique, tout en intégrant leur dimension interactionnelle et située. La notion de configuration nous semble ainsi susceptible d’offrir un positionnement entre l’objectif (ou le collectif) et le subjectif (ou l’individuel) plus flexible que ne le permet le modèle du « champ » bourdieusien, dont l’approche constructiviste accorde malgré tout une certaine primauté aux structures objectives 14 : le modèle de la configuration permet plutôt d’affirmer l’interdépendance des individus et des structures pris dans les opérations de construction et de légitimation des discours, en fonction des règles en vigueur dans la configuration médiatique.

  • 15 Élias N., La Société de cour, Paris, Flammarion, 1985, coll. « Champs », p. 71.
  • 16 Élias N., La Société des individus, Paris, Fayard, 1991, p. 239-240. Dans l’approche éliasienne, l’ (...)
  • 17 L’analogie est proposée par l’auteur. Élias N., Qu’est-ce que la sociologie, Paris, Pandora, 1981, (...)

8La notion de configuration permet ainsi de rendre compte de la pluralité et de la variabilité des formes d’interrelations qui structurent le rapport de l’individu au tissu social : elle désigne pour Norbert Elias les formes d’interdépendance qui lient entre eux les individus dans les contextes situés de leurs relations réciproques, et détermine les « marges » d’action dont disposent les individus dans le jeu social ; ainsi, « il y a un tissu d’interdépendances à l’intérieur duquel l’individu trouve une marge de choix individuel et qui en même temps impose des limites à sa liberté de choix 15 ». Cette conception nous paraît déterminante en ce qu’elle permet de renouveler l’approche systémique des acteurs pris dans les règles d’un espace structural, comme peut l’être l’espace médiatique : dans ce modèle, la configuration ne désigne pas une entité fermée et immanente, une boîte noire dont les logiques structurales détermineraient en amont les produits et les interactions qui s’y construisent, mais un espace de contraintes qui agissent aussi sur le positionnement subjectif de l’individu. Les interdépendances dans lesquelles les individus évoluent sont donc à la fois des contraintes extérieures, relatives à l’espace structural qu’elles forment, et des structures intérieures, constitutives de l’identité de l’individu en tant que membre du jeu social : ainsi pour Norbert Elias, l’habitus doit être compris comme « un produit des différentes configurations au sein desquelles un individu agit 16 ». Le modèle éliasien nous permet donc de définir la configuration médiatique comme un tissu discursif et social caractérisé d’une part, par la contrainte des marges d’actions symboliques des individus en fonction des règles en vigueur dans l’institution, et d’autre part, comme le produit contextuel et provisoirement stabilisé d’un état des interdépendances entre les acteurs qui entrent en relation pour produire une représentation du social : à la manière d’une partie de cartes 17, les discours promus dans une configuration médiatique donnée prennent sens les uns par rapport aux autres et sont définis par les positions respectives et réciproques des acteurs engagés.

  • 18 Charaudeau P. (dir.), La Presse. Produit, production, réception, Paris, Didier Erudition, 1988.
  • 19 Ibidem, p. 68.
  • 20 Ricoeur P., Temps et récit, Paris, Seuil, 1983. Il est intéressant de noter que l’auteur manipule é (...)
  • 21 Habermas J., Théorie de l’agir communicationnel. I-Rationalité de l’agir, Paris, Fayard, 1987.

9On peut dès lors faire le lien entre le modèle socio-historique de la configuration éliasienne et le modèle socio-discursif appliqué par Patrick Charaudeau à l’analyse des discours médiatiques 18. Pour Charaudeau, tout acte de langage consiste en une mise en scène dépendant du contexte, des procédures et des dispositifs qui définissent une situation langagière : celle-ci se définit par un contrat de lecture instauré entre les différents partenaires engagés dans une situation de communication donnée, et par un dispositif général qui détermine l’organisation discursive. Les marques linguistiques constituent alors les traces des modalités constitutives du discours et de la position relative des locuteurs dans la configuration médiatique : elles permettent de se représenter les discours médiatiques comme devant satisfaire à la représentation d’un imaginaire collectif du discours de presse, manifesté à travers des formes typiques de discours. Ainsi, un « imaginaire médiatique de l’information » peut être défini comme ce qui permet de « porter à la connaissance d’une cible prédéterminée et fictive (en ce qu’elle est elle-même une image, d’ailleurs souvent conçue sous l’angle du plus grand nombre possible) un produit […]. Ces objets, cependant, ne préexistent pas à l’instance d’énonciation ; ils émergent dans un ‘ être-là’qui est concomitant de cette instance. Ainsi, informer, c’est mettre sur le marché de la consommation sociale un objet de connaissance (et non un objet matériel) qui est construit de manière à inciter la cible à se l’approprier » 19. Dans cette perspective, les discours qui composent le tissu de l’espace médiatique apparaissent comme les produits provisoirement stabilisés de types, ou formes de production et de reconnaissance d’univers socio-discursifs, manifestées par leur intégration dans le dispositif général du journal et leur typification dans des motifs normatifs stabilisés. Avec Charaudeau, on peut alors définir la configuration à partir des caractéristiques de la situation langagière étudiée : un « dispositif » scénique particulier à l’article, inséré dans le dispositif formel et institutionnel plus large du support de presse, répond à un « contrat de lecture » institué entre les partenaires de la communication. L’article produit répond donc aux contraintes formelles du genre auquel il est rattaché ainsi qu’aux attentes des interlocuteurs. L’efficacité du discours en presse écrite dépend alors de sa reconnaissance partagée comme appartenant à un type générique, en lien avec le contexte et les marques formelles dans lesquels il se développe : c’est à partir de la connexion qui s’opère entre le contenu du discours et le dispositif dans lequel il est inséré que la parole prend sens au sein de la configuration créée par le contexte événementiel et interdiscursif des autres paroles présentes dans la même « mimesis 20 ». C’est pourquoi on peut parler de « ritualisation communicative 21 » établie entre les acteurs sociaux grâce à la promotion de types normatifs de discours : si le contenu livré est rattaché à un univers social déterminé par la promotion de normes discursives, marques formelles identifiantes, le locuteur se voit également attribuer un statut typique qui valide sa parole. Pour être légitimement autorisé, voire enjoint à délivrer publiquement un discours, l’individu doit avant tout représenter le monde social normé adéquat, c’est-à-dire adapté aux paramètres de la configuration en train de se construire.

  • 22 Ricœur P., op.cit.

10Dans une double perspective, sociologique et discursive, l’idée d’une configuration des discours médiatiques permet donc d’allier deux niveaux de construction du sens : d’une part, celui des espaces socioprofessionnels et symboliques qui, dans un « au-delà » situé en amont de la médiatisation, déterminent les conditions institutionnelles et formelles de légitimité des discours interdépendants qui sont disponibles dans l’espace social ; et d’autre part, « l’être-là » ou l’espace-temps dans lequel s’opère la figuration des discours, par leur intégration dans le dispositif signifiant du tissu médiatique. Le premier niveau rappelle la notion de « champ » bourdieusien, au sens d’espace normé de représentations et de pratiques qui surdéterminent le jeu social des acteurs et leurs possibilités d’interactions avec les enjeux et les structures de champs sociaux concurrents. A un second niveau, la configuration leur restitue toutefois une marge d’action contextuelle et relationnelle plus affirmée que dans le modèle de l’habitus bourdieusien, en prenant le sens de repositionnement des acteurs et des discours sociaux dans « l’être-là », ou « l’espace-temps narratif 22 » dans lequel se déploie cette interaction : les discours légitimes des acteurs n’existent pas de manière immanente dans l’espace social, mais sont susceptibles d’être re-configurés selon les paramètres du dispositif matériel et symbolique dans lequel ils s’insèrent et qu’ils participent à construire. A partir de ce modèle, notre analyse des représentations construites par et dans le discours peut donc être posée comme indissociablement discursive et sociale : les pratiques discursives s’intègrent dans l’espace structural médiatique en tant que configuration, ou produit provisoirement stabilisé de pratiques, de représentations et de formes objectivées et intériorisées. On peut donc analyser les conditions de validité d’un discours sur une scène médiatique en tant que produit de représentations provisoirement stabilisé.

Des référentiels provisoirement stabilisés

11Pour apprécier cette validité, nous pouvons dès lors considérer que des référentiels sont produits, reconnus et véhiculés à travers la médiatisation des discours. Les discours médiatisés sont bien le fruit d’un travail social et journalistique d’information, c’est-à-dire au sens étymologique, de mise en forme : lorsqu’une parole est rapportée en presse, un référentiel est construit, qui prend sens en fonction des paramètres formels de la configuration dans laquelle elle s’insère (espace-temps médiatique) et de laquelle elle provient (espaces socioprofessionnels en amont de la médiatisation). Analyser les paroles rapportées dans l’arène médiatique comme porteuses de référentiels, c’est accéder au compromis, au produit provisoirement stabilisé de représentations, qui met en relation des types de discours et des manières dont la société se représente elle-même, à un moment donné de son histoire. Incontestablement, la prise de parole médiatique pour qualifier le réel constitue un enjeu de pouvoir symbolique et culturel fort.

12Les motifs d’escorte et de légitimation des paroles rapportées dans l’espace médiatique agissent ainsi comme des labels de mise en conformité des univers sociodiscursifs avec le contexte et la prescription sociale qui prévaut en contexte. Les opérations de labellisation des paroles rapportées dans l’espace médiatique soutiennent la valeur illocutoire des énoncés. En effet, elles attachent au discours une identité sociodiscursive, dont Habermas a montré l’importance dans la structuration des débats publics, à l’intérieur d’un espace qu’il présente plutôt comme un ensemble « d’offres identitaires » et d’affichage d’identités collectives, que comme le lieu supposé rationnel des débats contradictoires. Pour attacher une identité sociodiscursive et symbolique à un discours, les motifs de situation professionnelle (« sociologue », « maître de conférences »), institutionnelle (« directeur de l’IFRI », « expert auprès des tribunaux ») ou académique (« directeur de recherche au CNRS », « membre de l’Académie Française ») sont particulièrement signifiants : ce sont des indices de positionnement des paroles rapportées dans l’espace hiérarchique implicite des discours légitimes. Le repérage de ces motifs dans le corpus nous a ainsi permis d’établir une typologie compréhensive des labels qui autorisent l’accès à la scène médiatique : à l’intérieur de la zone de presse et plus précisément, de manière différenciée pour chacun des trois quotidiens étudiés, les termes de présentation des paroles traduisent d’une part, les procédures professionnelles du recours journalistique aux paroles qui représentent des mondes sociaux et symboliques, et contribuent d’autre part, à installer ces représentations légitimes dans l’espace médiatique. Ainsi, l’identification de la source de légitimation du discours apparaît largement comme un mode de consécration : elle permet de rendre visible l’origine statutaire et la légitimité socioculturelle de la prise de parole publique, de manière à justifier des aires de pertinence discursives pour chaque univers de discours représenté. Le traitement d’une occurrence en focalisation interne, par exemple, permet à la parole profane d’accéder au statut de parole de référence en signifiant le rapport direct de l’acteur à l’événement : lorsqu’il est qualifié de « témoin », l’acteur conquiert une légitimité de parole pour livrer, sur le mode du récit mémoriel, une représentation objectivée des faits. En revanche, le label « d’expert » inscrit le discours dans un univers rhétorique tout autre : l’interview analytique du « spécialiste des banlieues », « auteur d’un rapport gouvernemental sur les violences urbaines », « sociologue au CNRS », implique une posture en surplomb de l’événement ; le jeu des questions-réponses place le journaliste en posture de médiateur entre un lectorat non-spécialiste et une parole détentrice d’un savoir spécialisé, dans une rhétorique de délégation de la compétence. Lorsqu’elle est confinée aux pages « Débats », la prise de position publique sur la responsabilité des gouvernants investit cette fois le format de la tribune libre : la parole de l’intellectuel sort du registre de l’expertise pour endosser celui de la contestation et quitte le répertoire du discours sur les faits pour celui du jugement de valeurs. Chacune de ces mises en scène matérialise le contrat de lecture proposé comme cadre de traitement de l’événement ; justifie la source d’autorité de la figure signataire ; légitime la procédure journalistique de recours à la parole extérieure.

  • 23 Voir entre autres Bourdieu P., Homo Academicus. Paris, Minuit, 1984. Du même auteur, « Le Hit parad (...)

13Nombre d’analyses ont par ailleurs démontré le décalage qui peut exister entre les identités affichées dans l’espace médiatique et l’espace objectif des positions sociales : ces différentiels peuvent notamment expliquer le caractère souvent conflictuel de la coopération entre les journalistes et les acteurs sociaux qui sortent de leur communauté d’origine pour investir l’espace médiatique 23. Toutefois, le référentiel que nous voulons observer se situe en aval de l’espace des positions objectives : il ne s’agit donc pas d’évaluer l’exactitude des procédures journalistiques de médiatisation des discours à l’aune de critères qui peuvent sembler injustes, car propres aux pratiques et aux représentations des acteurs sociaux, conformément aux critères en vigueur dans leur communauté d’origine. Il s’agit plutôt de considérer le référentiel manifesté comme un opérateur de sens qui vaut pour une configuration socio-discursive donnée, et qui prend place en fonction des paramètres du contexte médiatique. Ainsi les figures textualisées ne recouvrent-elles pas l’espace objectif des positions sociales, mais conduisent à une refiguration des mondes de discours portés sur le réel et de leurs grammaires respectives. Autrement dit, le choix du label de qualification du discours est bien le produit de représentations et de négociations professionnelles qui agissent dès l’amont de la médiatisation ; mais le sens du référentiel attaché au discours par les opérations de labellisation ne vaut pas de manière immanente : il doit donc être observé à l’intérieur d’une configuration contextuelle et interdiscursive.

  • 24 Mouillaud M. et Tétu J. -F., Le journal quotidien, Lyon, Presses universitaires de Lyo (...)

14Outre les labels d’escorte et de légitimation, les dispositifs spatiaux et scénographiques contribuent également à attribuer aux discours rapportés des aires de pertinence légitimes. De la mise en rubrique au choix des titres, de l’accès autorisé et discriminant à la « Une » du Monde à la forme routinisée de l’entretien, l’intégration des paroles extérieures dans le dispositif thématique et formel propre à chaque journal induit des protocoles de lecture qui agissent comme autant de consignes à destination du lecteur, et déterminent tout à la fois des sphères de validité des discours. C’est ainsi que seule la parole du dignitaire de l’Académie Française accède légitimement dans Le Figaro au genre de la chronique littéraire ; la parole politique dans Le Monde, au motif du « Verbatim » ; la parole du coureur sportif, au format du « carnet de bord » relayé par Libération. Chacun de ces protocoles témoigne des lieux de production et de reconnaissance des univers de discours : « La ‘ mise en rubrique’constitue les ‘ références’selon lesquelles les contenus peuvent se distribuer ; ces références n’existent que dans la mesure où le journal lui-même les institue, les constitue comme références. […] c’est la mise en rubrique qui, la première, transforme les contenus du journal en réalité […] 24 ».

Des rhétoriques de référenciation des discours

15Les opérations de labellisation sémantique et d’intégration scénographique des paroles rapportées dans l’espace médiatique constituent donc des indices à partir desquels on peut observer la production médiatique des référentiels légitimes qui sont sollicités pour le traitement de l’actualité journalistique. La dimension rhétorique de ces opérations enrichit la perspective socio-discursive que nous avons choisi d’adopter, dans la mesure où elle permet de faire le lien entre le jeu des acteurs impliqués dans l’interaction et la production d’un discours conforme aux représentations légitimes pour une configuration donnée.

  • 25 Padioleau J. -G., « Systèmes d’interactions et rhétoriques journalistiques », Sociologie du travai (...)
  • 26 De la Haye Y., Journalisme, mode d’emploi, Grenoble, Ellug – La pensée sauvage, 1985.
  • 27 Maingueneau D., Sémantique de la polémique : discours religieux et rupture idéologique auxiiesiècl (...)
  • 28 Foucault M., L’ordre du discours. Leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 2 décembre 19 (...)

16Le terme de rhétorique s’applique aux procédures professionnelles mises en œuvre de la part du journaliste lorsqu’il a recours à la parole extérieure pour construire l’actualité médiatique : pour Jean-Gustave Padioleau, la rhétorique journalistique désigne les stratégies d’action développées à travers des modes normés d’écriture et des procédures normées d’interaction entre acteurs sociaux et journalistes 25. Les rhétoriques journalistiques englobent ainsi non seulement les dispositifs formels d’écriture, mais aussi et de manière indissociable les représentations que les professionnels, acteurs et journalistes, y projettent quant à leur propre travail de médiatisation. En conséquence, la notion de rhétorique sert aussi bien à désigner l’utilisation journalistique des discours sociaux comme une stratégie de construction de l’actualité 26, que l’investissement corollaire par l’acteur sollicité d’un rôle et d’une identité sociodiscursifs déterminés, adaptés aux paramètres de la configuration en vigueur. Le concept d’ethos tel que le développe notamment Dominique Maingueneau peut nous permettre de préciser cette perspective27 : l’ethos désigne en effet le caractère à la fois contextuel et individuel, stabilisé et collectif, du sens qui émerge dans le discours, de manière interactive, au cours d’un processus de négociation. Il engage un processus d’incarnation individuelle et contextuelle d’un rôle et d’une identité sociale, et implique une reconnaissance et une validation, ou « adhésion » du public. Cette adhésion nécessite l’existence, la démonstration et la reconnaissance d’un « garant » implicite du discours : celui-ci désigne pour l’auteur la « vocalité sociohistorique » de la parole, c’est-à-dire l’univers stéréotypique que comporte l’incarnation individuelle et contextuelle d’un rôle et d’une identité reconnus, grâce à la promotion du discours adéquat. A ce titre, le garant rappelle le concept de référentiel que nous avons choisi de mobiliser : des « manières d’être » – ou de « dire » – configurent le discours de l’acteur, qui déterminent à la fois comment le discours extérieur se pose et s’impose, et comment il est mis en scène par les motifs et les dispositifs de l’écriture journalistique. La notion de rhétorique permet ainsi d’envisager les procédures et les dispositifs de recours aux paroles extérieures sous l’angle d’un « pouvoir dire 28 », défini par l’interdépendance des états provisoirement stabilisés des champs sociaux et par les grammaires de l’institution discursive.

  • 29 Boltanski L., « L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habi de clas (...)

17Nous avons donc choisi de considérer le libellé de présentation de la parole extérieure rapportée dans l’espace médiatique comme un motif résolument rhétorique : les motifs de labellisation de la parole, associés à son intégration dans un dispositif spatial et scénographique signifiant, impliquent un processus de co-construction du sens attaché au discours. « François Dubet, sociologue et directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, décrypte pour Le Monde les enjeux de la réforme des collèges » : cette clausule de présentation du discours livré sous forme d’interview n’est pas une assertion, c’est-à-dire une proposition qui, vraie ou fausse, peut être discutée. C’est une assomption, c’est-à-dire une proposition assumée par l’énonciateur premier, qui s’apparente à une profession de foi c’est-à-dire une déclaration révélant publiquement une croyance, et qui dit bien tout l’enjeu professionnel qui se joue dans l’interaction entre le journaliste et l’acteur sollicité à croire et faire croire à la validité de l’expertise. Le libellé de présentation du discours d’expert qui va se déployer n’est pas de l’ordre du phénomène observé ou dénoté : il est à l’évidence l’embrayeur d’un système de connotations complexe, qui à lui seul embrasse et résume tout un discours de représentation, d’une part, de la compétence intronisée, et d’autre part, des enjeux spécifiques que recèle l’occurrence qui appelle la parole présentée comme experte. Nous voici donc dans la rhétorique : la prise de parole publique engage une dimension théâtralisée, l’investissement d’un rôle, l’attribution de marqueurs discursifs typifiants. La question semble donc moins celle de l’importation du discours extérieur dans la configuration médiatique, que celle de sa refiguration en fonction des paramètres dans laquelle il s’insère et qu’il participe à construire : les opérations de labellisation peuvent ainsi apparaître comme le fruit d’un compromis entre les stratégies de positionnement des acteurs et celui du journal. « En exprimant ainsi à quel titre elle recrute ses agents, l’institution fournit un des indicateurs les plus puissants de l’image qu’elle a et cherche à donner d’elle-même 29 ». L’analyse des paroles rapportées, présentées sous leurs sceaux de validité et de compétence, permet dès lors de relativiser certaines des représentations communément admises quant à la doxa des discours autorisés à investir l’espace public médiatique : il semble bien que le recours à la parole de référence n’aille pas de soi, mais nécessite au contraire un processus de co-construction entre journalistes et acteurs sociaux, en fonction de chacune des formations discursives considérées. En conséquence, l’idée d’une scène médiatique (et d’une pensée) unique dans la presse quotidienne dite de référence est remise en cause : en dehors de macro-débats polarisateurs, on est invité à relativiser l’unanimité circulaire censée dicter la construction de l’actualité dans Le Monde, Libération et Le Figaro.

Bibliographie

Bibliographie

Aristote, Rhétorique, Livre II, Texte établi et traduit par Marc Dufour, Paris, Les Belles Lettres, 1967.

Barthes Roland, « L’ancienne rhétorique », Communications n° 16, Paris, Seuil, 1970.

Boltanski Luc, « L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », Revue française de Sociologie, vol. XIV, Paris, 1973, p.3-26.

Boltanski Luc et Thévenot Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

Bourdieu, Pierre, Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1980.

Homo Academicus, Paris, Minuit, 1984.

Langage et pouvoir symbolique, Paris, Fayard, 2001, coll. « Essais ».

Science et réflexivité. Cours du Collège de France 2000-2001, Paris, Raisons d’Agir Editions, 2001, coll. « Cours et travaux ».

Cefai Daniel, « La construction des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publiques », Réseaux n° 75. Le temps de l’événement, Paris, CNET, 1996, p. 43-66.

Charaudeau Patrick (dir.), La Presse. Produit, production, réception, Paris, Didier Erudition, 1988, coll. « Langages, Discours et Société ».

Le discours d’information médiatique. La construction du miroir social, Paris, Nathan-INA, 1997, coll. « Médias Recherches ».

Corcuff Philippe, Les nouvelles sociologies. Constructions de la réalité sociale, Paris, Nathan, 1995, coll. « 128 ».

De la Haye Yves, Journalisme, mode d’emploi, Grenoble, Ellug-La Pensée sauvage, 1985.

Élias Norbert, Qu’est-ce que la sociologie, Paris, Pandora, 1981. Engagement et distanciation. Contributions à la sociologie de la connaissance, Paris, Fayard, 1983, coll. « Agora ».

La Société de cour, Paris, Flammarion, 1985, coll. « Champs ».

La Société des individus, Paris, Fayard, 1991.

François Bastien et Neveu Erik (dir.), Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhé des débats publics contemporains , Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1999, coll. « Res Publica ».

Foucault Michel, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, coll. « Bibliothèque des Sciences Humaines ».

L’ordre du discours. Leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 2 décembre 1970, Paris, Gallimard, 1971.

Goffman Erving, Les Cadres de l’expérience, Paris, Minuit, 1991.

Habermas Jürgen, Théorie de l’agir communicationnel. I-Rationalité de l’agir, Paris, Fayard, 1987.

L’espace public. La Publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot (nouvelle édition augmentée), 1993.

Latour Bruno, La Science en action, Paris, La Découverte, 1989.

Maingueneau Dominique, Sémantique de la polémique : discours religieux et rupture idéologique auxiiesiècle, Lausanne, L’âge d’homme, 1983.

Mehl Dominique, La Bonne parole. Quand les psys plaident dans les médias, Paris, La Martinière, 2003.

Mouillaud Maurice et Tétu Jean-François, Le journal quotidien, Lyon, Presses Univer de Lyon, 1989.

Neveu Erik, « Les sciences sociales face à ‘ l’Espace public’, les sciences sociales dans l’espace public », Pailliart Isabelle (dir.), L’espace public et l’emprise de la communication, Grenoble, Ellug, 1995, p. 37-64.

Padioleau Jean-Gustave, « Systèmes d’interactions et rhétoriques journalistiques », Sociologie du travail n ° 3, Paris, 1976, p. 256-282.

Ricoeur Paul, Temps et récit, Paris, Seuil, 1983.

Notes

1 Le terme de parole rapportée a été préféré à celui de discours car les propos sont envisagés en lien avec les figures d’autorité qui les valident.

2 Foucault M., L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, coll. « Bibliothèque des Sciences Humaines ».

3 Voir notamment Charron J., Lemieux V. et Sauvageau F., Les journalistes, les médias et leurs sources, Québec, Gaëtan Morin, 1991 ; Charron J., « Les médias et leurs sources. Les limites du modèle de l’agenda setting », Hermès n°17-18, Paris, CNRS Editions, 1995, p.73-89 ; pour une vue synthétique des théories de la vulgarisation et une reformulation des enjeux de la vulgarisation scientifique, voir en particulier Jeanneret Y., Ecrire la science : Formes et enjeux de la vulgarisation, Paris, PUF, 1994, ainsi que le n° 21 de la revue Hermès, Sciences et médias, Paris, CNRS Editions.

4 Voir notamment Pinto L., L’intelligence en action : « Le Nouvel Observateur », Paris, Métailié, 1984 ; Bourdieu P., « Le Hit-parade des intellectuels français, ou qui sera juge de la légitimité des juges », Actes de la recherche en sciences sociales n ° 52-53, Paris, 1994, p. 95-100 ; Duval J. (et al.), Le « décembre » des intellectuels français, Paris, Liber-Raisons d’agir, 1998.

5 Latour B., La Science en action, Paris, La Découverte, 1989.

6 Corcuff Ph., Les nouvelles sociologies. Constructions de la réalité sociale, Paris, Nathan, 1995, coll. « 128 », p. 17.

7 Bourdieu P., « Le sociologue en question », Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1980, p. 37-60. Citation p. 46. Voir aussi Passeron J. -C., Le raisonnement sociologique. L’espace non-popperien du raisonnement culturel, Paris, Nathan, 1991.

8 Il importe ici de souligner qu’une perspective constructiviste ne revient pas à considérer que la réalité sociale n’est que représentation, et de se démarquer avec Philippe Corcuff d’une tradition de recherche trop peu soucieuse des mécanismes d’objectivation des réalités sociales : au contraire, la perspective dans laquelle nous voulons nous inscrire tient les contraintes sociales objectivées et intériorisées comme les points d’appui de la construction des formes de représentation du réel. En outre, « les énoncés qui ne font du monde social que le produit de nos représentations flirtent avec des formes de scepticisme, voire de nihilisme, quant à l’existence du monde, peu compatibles avec des visées scientifiques ». Corcuff Ph., op. cit., p. 19.

9 Le Monde, Libération et Le Figaro, que l’on situe dans la même zone de presse dite « de référence ».

10 Boltanski L. et Thévenot L., De la Justification. Les Economies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991, p. 167-168.

11 Le débat et la prise de parole sont deux des dimensions essentielles qu’identifie Erik Neveu dans son approche transversale de la notion d’espace public dans le champ des sciences sociales. Neveu E., « Les sciences sociales face à ‘ L’espace public’, les sciences sociales dans l’espace public », Pailliart I. (dir.), L’espace public et l’emprise de la communication, Grenoble, Ellug, 1995, p. 37-64.

12 François B. et Neveu E. (dir.), Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques, des débats publics contemporains, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, coll. « Res Publica ».

13 Ibidem, p. 50-51.

14 Primat qui se trouve au cœur du modèle de la « rupture épistémologique » qui seule, doit permettre de différencier la connaissance scientifique des sociologues de la sociologie spontanée des acteurs sociaux : il s’agit dans la méthode sociologique prônée par Bourdieu de rompre avec les prénotions ordinaires des acteurs, grâce à la séparation de deux « moments »chronologiques de l’observation sociologique, d’abord et avant tout objectiviste, avant d’intégrer un second « moment » subjectiviste. Ainsi, « les structures objectives que construit le sociologue dans le moment objectiviste, en écartant les représentations subjectives des agents, sont le fondement des représentations subjectives et elles constituent les contraintes structurales qui pèsent sur les interactions ». Bourdieu P., « Espace social et pouvoir symbbolique », Choses dites, Paris, Minuit, 1987, coll. « Le sens commun », p. 150. Sur la rupture épistémologique, voir en particulier : Bourdieu P., Passeron J. -C. et Chamboredon J. -C., Le Métier de sociologue : préalables épistémologiques, Paris, Mouton-Bordas, 1968.

15 Élias N., La Société de cour, Paris, Flammarion, 1985, coll. « Champs », p. 71.

16 Élias N., La Société des individus, Paris, Fayard, 1991, p. 239-240. Dans l’approche éliasienne, l’interdépendance permet ainsi d’appréhender les actions du point de vue d’un ensemble : c’est pourquoi nous l’avons préférée à l’analyse développée par Anthony Giddens, dont les propositions voisines envisagent toutefois les actions et les interactions quotidiennes d’un point de vue spatial et temporel semble-t-il plus restreint, en se focalisant sur le caractère intentionnel/inintentionnel de l’action individuelle. Giddens A., La Constitution de la société. Eléments de la théorie de la structuration, Paris, PUF, 1987.

17 L’analogie est proposée par l’auteur. Élias N., Qu’est-ce que la sociologie, Paris, Pandora, 1981, p. 157.

18 Charaudeau P. (dir.), La Presse. Produit, production, réception, Paris, Didier Erudition, 1988.

19 Ibidem, p. 68.

20 Ricoeur P., Temps et récit, Paris, Seuil, 1983. Il est intéressant de noter que l’auteur manipule également la notion de configuration, entendue comme un jeu de cadrage et de recadrage des discours dans « l’espace-temps narratif » où se déploie l’action considérée : il s’agit d’une scène tridimensionnelle où la construction du « récit », sa « gestation » et sa « réception » constituent les trois espaces-temps emboîtés les uns dans les autres. Toutefois, cette définition s’applique particulièrement chez Ricoeur à l’étude d’une « configuration narrative », trop éloignée d’une perspective socio-discursive et peu appropriée à rendre compte de la configuration de discours étrangers au mode du récit. Son analyse conserve pour notre démarche un intérêt majeur : en s’intéressant à la construction du récit, Ricoeur montre que la lisibilité des événements et leur intelligence dépendent de son agencement, ce qui implique que la compréhension de l’action découle d’une « précompréhension » du monde de l’action, de ses structures intelligibles et de ses ressources symboliques dans un contexte nécessairement situé du point de vue spatial et temporel.

21 Habermas J., Théorie de l’agir communicationnel. I-Rationalité de l’agir, Paris, Fayard, 1987.

22 Ricœur P., op.cit.

23 Voir entre autres Bourdieu P., Homo Academicus. Paris, Minuit, 1984. Du même auteur, « Le Hit parade des intellectuels médiatiques, ou qui sera juge de la légitimité des juges », Actes de la recherche en sciences sociales n° 52-53, Paris, 1994, p. 95-100. Henry J.-R., « La recherche aux feux de la rampe », Hermès n°21, Paris, 1997, p. 107-112. Lettieri C., Formes et acteurs du débat public contemporain. Les tribunes publiées dans la presse quotidienne en Italie et en France, thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, Université de Paris II – Panthéon Assas, Institut Français de Presse, 2002.

24 Mouillaud M. et Tétu J. -F., Le journal quotidien, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1989, p. 64-65.

25 Padioleau J. -G., « Systèmes d’interactions et rhétoriques journalistiques », Sociologie du travail n ° 3, Paris, 1976, p. 256-282.

26 De la Haye Y., Journalisme, mode d’emploi, Grenoble, Ellug – La pensée sauvage, 1985.

27 Maingueneau D., Sémantique de la polémique : discours religieux et rupture idéologique auxiiesiècle, Lausanne, L’âge d’homme, 1983.

28 Foucault M., L’ordre du discours. Leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 2 décembre 1970, Paris, Gallimard, 1971.

29 Boltanski L., « L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habi de classe », Revue française de Sociologie, vol. XIV, Paris, 1973, p. 3-26. Citation p. 5.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540