Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parole et pouvoir 2

 | 
Martine Schuwer

Avant-propos

Martine Schuwer

Texte intégral

1Cette publication vient rendre compte du 2e Colloque organisé par l’UFR Langues de l’Université Rennes 2 sur le thème « Parole et Pouvoir ». Lors de la première édition (septembre 2001, dont les Actes ont été publiés par les PUR), c’est principalement à travers la littérature qu’avaient été analysés les rapports qu’entretiennent la Parole et le Pouvoir. Pour cette deuxième rencontre, ce sont les enjeux identitaires et politiques qui ont été au centre des débats.

2Fidèle à son cosmopolitisme et à sa diversité linguistique et culturelle, l’UFR Langues avait sollicité des spécialistes de langues et cultures différentes, mais aussi, compte tenu de la dimension interdisciplinaire du thème, des chercheurs en info-com et science politique. Enfin le Comité scientifique se réjouit d’avoir invité, à titre d’intervenants, de jeunes chercheurs doctorants, futurs acteurs de la recherche universitaire.

3La pluralité des approches méthodologiques – faisant fi des barrières disciplinaires – a permis d’ouvrir le champ à une réelle confrontation des modes d’analyse et d’interprétation, dont les spécialistes de chaque domaine ont pu mesurer l’apport.

4Le rapport entre Parole et Pouvoir a été envisagé selon quatre perspectives complémentaires : fut en premier lieu examiné, dans le champ politique, le rôle du texte comme relais du pouvoir, pour ensuite mettre au jour, en faisant appel aux outils de l’analyse de discours, les stratégies discursives mises en œuvre dans l’exercice du pouvoir. C’est enfin sur la réflexion sur le pouvoir identitaire du verbe dans la construction de l’identité collective et l’étude du rapport entre le pouvoir central et la langue nationale que se sont conclus les débats.

Le texte : un relais du pouvoir

5Divers types de textes ou écrits constituent, pour le pouvoir, des relais plus ou moins officiels, en tout cas des lieux d’influence fort prisés. On pense d’emblée à la presse, aux pressions qu’elle peut subir, et qu’analyse Graça Dos Santos. S’il est dans la plus banale des traditions du pouvoir dictatorial de pratiquer la censsure de la presse, celle qu’exerça Salazar au Portugal, pendant quarante ans, jusqu’à la Révolution des œillets, eut pour effet la création journalistique d’un « pays-fiction », d’un monde lisse sans histoire (s) et sans guerre, vivant en harmonie obligée mais sous l’emprise d’un refoulement collectif. Interdisant tout contact avec le reste du monde, travestissant l’histoire de son propre pays, le Pouvoir utilisa ainsi la presse pour présenter le Portugal, aux yeux de son propre peuple, comme « le meilleur des mondes »…

6La légitimation du pouvoir politique passe cependant généralement par des voies moins radicales. Christian le Bart en offre un exemple convaincant dans sa réflexion sur l’enseignement du droit constitutionnel. Tout manuel d’enseignement, par son existence même, constitue un acte de légitimation de la discipline dont il traite, voire même de l’objet de cette discipline. Ainsi, dans l’enseignement du droit constitutionnel, passe-t-on insensiblement de la description des institutions politiques à leur justification. L’auteur met ainsi en évidence l’ambiguïté du discours professoral qui, décrivant son objet, ne parvient pas à s’en extraire et finit, de ce fait, par le légitimer.

7Le texte religieux peut lui aussi servir de relais du pouvoir : en témoigne l’évolution historique du statut du Coran que décrit Soufian El Karjousli et qui explique son impact actuel. Texte fondateur de la religion musulmane, référence sacrée de tout musulman, le Coran a en effet été abondamment instrumentalisé par les pouvoirs successifs, au gré de leurs ambitions. A l’origine oeuvre en prose, transmise par voie orale, il fit l’objet de diverses transcriptions, finalement toutes éliminées au profit d’une seule, servant les intérêts du politique et imposée par le pouvoir comme seule recevable, évacuant ainsi toute divergence interprétative. Texte sacré, il est intouchable, et ne peut faire l’objet d’aucune approche critique, tout comme l’instance qui l’a instauré comme tel.

8Enfin, étudiant le recours à la parole légitime dans trois quotidiens d’information générale, Aurélie Tavernier s’intéresse aux dispositifs de construction des référentiels journalistiques, aux modes de construction de l’information lorsqu’est fait appel au discours extérieur. L’auteur défend ainsi la thèse selon laquelle le discours rapporté dans la presse écrite partage avec la parole journalistique la responsabilité d’offrir un « cadre interprétatif du réel », réfutant ainsi la vision manichéenne du discours médiatique comme étant un pur produit du champ professionnel ou politique, et redéfinissant du même coup la fonction socio-politique de la presse.

Stratégies discursives

9Les auteurs s’attachent, dans leurs contributions, à pointer ce que révèlent les indices linguistiques (marqueurs grammaticaux ou procédés syntaxiques) de la position de pouvoir occupée ou désirée par l’énonciateur : la force de l’analyse de discours est de fonder son argumentation sur des éléments formels, aux valeurs fondamentales non sensibles au contexte et indépendantes de toute interprétation subjective. C’est la raison pour laquelle, qu’il s’agisse de récit ou de discours, de textes fictionnels, journalistiques ou publicitaires, ou encore de débats ou de conversations, les outils s’avèrent pertinents.

10 Anne-Marie Santin-Guettier se livre ainsi à une minutieuse analyse linguistique de l’évolution du discours de Jocelin, personnage principal de The Spire (de William Golding) qui exerce son pouvoir sur son entourage par le biais de la parole : en témoignent aussi bien les formes temporelles, aspectuelles et modales que les déictiques, tous ces emplois formant système. Puis, lors de l’effritement du pouvoir de Jocelin, surgissent d’autres formes et opérateurs, qui témoignent en elles-mêmes de la perte de pouvoir du personnage ; ce n’est plus par rapport à lui que s’effectuent les repérages, de sujet il devient objet : la langue le dit aussi.

11En tant que stratégie discursive, la prise de parole peut être considérée comme une tentative de prise de pouvoir, plus ou moins affirmée selon le contexte et les enjeux. Analysant les interventions venant interrompre l’orateur à l’Assemblée nationale à partir de la transcription de huit séances, Dominique Desmarchelier révèle que les interruptions intempestives visent rarement à contribuer au débat sur le fond, n’apportent guère d’informations, et ne sont pas non plus l’occasion de véritables interrogations. Elles pourraient de ce fait être considérées comme jouant un rôle mineur. L’analyse montre qu’au contraire, elles permettent d’afficher brutalement une opinion, voire même d’annoncer un argumentaire qui sera développé ultérieurement. En tant que telles, ces interventions, constitutives du jeu parlementaire, « font partie intégrante d’une stratégie argumentative […] et participent donc, au même titre que les interventions autorisées, au rituel délibératif ».

12C’est sur l’initiative dans le dialogue informel que porte l’étude de Jonas Löfström qui compare deux modèles d’analyse de conversations de l’école suédoise, qui visent à faire des comparaisons de fréquence des structures dans différents types de discours. Ces modèles permettent d’analyser la relation entre les structures abstraites de prédominance et les structures concrètes de syntaxe coopérative.

13Bien qu’elles ne visent pas nécessairement à la manipulation, certaines stratégies discursives permettent à l’énonciateur d’exercer une influence potentiellement manipulatrice sur le co-énonciateur. Blandine Pennec relève plusieurs types de stratégies susceptibles d’être utilisées à cette fin, dont le caractère implicite et ambigu tient à ce que les marqueurs ou structures qui les véhiculent ne sont pas primitivement ou expressément dédiés à la manipulation, ce qui les rend d’autant plus difficiles à identifier.

Parole et (re) construction de l’identité collective

14Le pouvoir de la langue dans la construction de l’identité collective est connu des politiques qui, selon leurs idéaux et leurs desseins, restreignent ou favorisent l’essor des langues communautaires. Le dynamisme de la politique linguistique de la Galice, volontariste et efficace, se manifeste dans le formidable développement que connaît depuis une vingtaine d’années l’édition galicienne, en raison, comme le souligne Claude le Bigot, du rôle identitaire essentiel qu’occupe le littéraire dans le discours social.

15Quant à la Gran Enciclopedia Gallega (Grande encyclopédie galicienne), elle représente un témoignage des plus éloquents sur la détermination de la communauté à inscrire dans l’histoire et l’espace l’empreinte de la Galice. Par le biais de l’étude des notices toponymiques, Françoise Dubosquet Lairys montre que cette encyclopédie territoriale de 30 tomes, publiés entre 1974 et 1987, constitue en réalité un authentique manifeste identitaire délibérément ethnocentré.

16Dans des situations de grandes tensions politiques, voire de guerre ou de terrorisme, conférer le pouvoir à la parole, plutôt qu’aux armes, dans la (re) construction d’une identité collective témoigne d’une profonde transformation idéologique : c’est l’analyse que fait Yann Bévant de l’évolution du mouvement républicain irlandais, qui semble avoir aujourd’hui choisi la voie du parlementarisme pour défendre et affirmer ses fondements idéologiques et identitaires.

Pouvoir central et langue nationale

17Une nation, une langue : l’ordre des termes est significatif et souligne l’attachement du politique à l’existence d’une seule et unique langue nationale, comprise comme élément fondateur et garant de l’unité nationale. Fondé par la Révolution française, le concept de langue nationale est alors associé aux valeurs républicaines, et l’histoire a montré que l’uniformisation linguistique a joué un rôle déterminant dans la construction des états-nations.

18La communication de Jean-Yves Mérian sur l’imposition du portugais comme langue nationale au Brésil confirme la pérennité de cette conception. Instaurant l’Estado Novoen 1937, Getulio Vargas entreprit d’unifier le pays sur le plan culturel et linguistique : il institua le portugais comme seule langue de l’éducation et résolut du même coup les problèmes posés par les autres commu en les privant de tout mode de transmission de leurs propres langues et cultures (écoles, presse…). Cette politique radicale a marqué un tournant décisif dans l’histoire du Brésil et illustre le rôle déterminant que l’on peut faire jouer à une langue dans la construction de l’identité nationale.

19La situation actuelle des Etats-Unis semblerait cependant montrer que le sens de l’histoire ne va pas nécessairement vers l’uniformisation linguistique, comme l’explique Sylvia le Bars. Au fil des vagues d’immigration, et jusqu’à celles en provenance d’Europe au siècle dernier, la politique assimilationniste s’accompagnait tout naturellement de l’anglicisation, la langue anglaise (qui n’a pas de statut officiel) étant à la fois facteur de cohésion et d’insertion dans le monde économique et culturel. Mais on assiste aujourd’hui à la montée en puissance de la communauté hispanophone (les Latinos) qui remet en cause le modèle traditionnel anglo et milite pour une nouvelle politique de métissage, plus conforme aux réalités d’une société véritablement multiculturelle. La communauté hispanophone veut que lui soit reconnu le statut de minorité linguistique et les droits y afférents, notamment dans le domaine de l’enseignement et des procédeures électorales. L’évolution va cette fois dans le sens de la prise en compte de la réalité de la pluralité linguistique pour que soit maintenue la cohésion nationale.

20La cas de l’arabe, et plus précisément de la politique d’arabisation dans les pays du Maghreb offre encore une autre problématique : la reconquête par la langue arabe du terrain occupé par la langue française semblerait être un objectif légitime et qui devrait rencontrer l’adhésion de la communauté. Mais selon Abdelfattah Nissabouri, cette politique de reconquête linguistique se heurte dans les faits à trois types de problèmes : la question de la modernisation de la langue (quelques disciplines scientifiques doivent encore être enseignées en français), la résistance à l’uniformisation de certaines communautés linguistiques (arabes dialectaux et berbères) et enfin la ré-appropriation par les fondamentalistes islamiques du thème de l’arabisation à des fins politiques. Sur la question de la langue nationale, sur sa vocation unitaire et identitaire, se greffent au Maghreb de lourds enjeux politiques, économiques et culturels.

21Ces réflexions sur le rapport entre le Pouvoir central et la Langue nationale se concluent sur l’analyse du cas du français. Selon Tanguy Wuillème, la langue française et l’Etat se sont définis, entre le xive et le xvie siècle en empruntant les mêmes structures de fond, sans qu’il vraiment soit possible de déterminer, justement parce qu’ils appartiennent au même cadre dialectique, lequel a eu la plus grande influence. Ainsi par exemple voit-il dans l’ordonnance de Villers-Côtterets (1539) plutôt qu’un acte visant à éliminer les langues régionales au profit d’une seule langue officielle, un acte d’affranchissement par rapport à une domination latine permettant de distinguer une aire linguistico-littéraire « française », surtout administrative et donc publique. Quelle que soit l’interprétation que l’on privilégie, cette ordonnance témoigne en tout cas de la pleine conscience qu’a le Pouvoir du potentiel identitaire et politique incarné par la langue.

22Emblématique de la liberté d’expression, la langue constitue également un vecteur privilégié de l’exercice et de l’expression du Pouvoir, sans doute d’autant plus porteur (et moins perceptible) qu’il ne s’agit pas là de sa vocation première. Voilà toute l’ironie du paradoxe qui sous-tend l’étude des rapports dialectiques qu’entretiennent ces deux manifestations de l’ego.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540