Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Texte/image — Nouveaux problèmes

 | 
Henri Scepi
, 
Liliane Louvel

L’image dans le texte : émergence, résistance

Structures et fonctions de l'image dans l'édification du cadre autobiographique chez Pessoa

Chantal Brunot

Texte intégral

1L'œuvre de Pessoa est de telle nature qu'elle semble répondre, dans son ambiguïté même, à ce qui motive et anime la communication de ce colloque, soit l'analyse des correspondances entre l'écriture, le corps textuel et l'image, le corps sensoriel.

2On trouve, en effet, dans l'éclatement même des figures hétéronymes qui fondent le corpus pessoen, un aller-retour constant entre ce qui du mot génère l'image poétique et ce qui de l'image, de l'observation du réel, marque le mot d'un sceau singulier. L'image, chez Pessoa est vectrice des sensations mais indirectement. Il existe, chez cet auteur, une éthique, une méthode au sens littéral du terme qui vise à dépouiller le récepteur, soit l'auteur potentiel, de toute la charge intériorisée des pensées-images qui forment le moi classique. Constamment, se retrouve une lutte intestine pour débarrasser le moi des mythes transgénérationnels qui font, qu'avant même de naître, l'être humain baigne dans une culture, une histoire qui, insidieusement, influent, fomentent ce qui s'avérera sa forme de relation au monde.

3Pessoa pose la mort dès l'origine, mort contenue dans cette charge de pensées, de déterminismes sensoriels et perceptifs qui ouvrent cependant un champ de déterritorialisation possible, de création, d'espoir si tant est qu'il y ait renoncement, rétrécissement de ses leurres narcissiques comme mise à mort du moi.

4L'entreprise pessoenne vise une naissance véritable, première, littérale au long d'un parcours nourricier dont les images sont les anima et qui équivaudrait à une naissance dans la chair du monde.

5Le procédé hétéronymique poursuit la tâche de rompre avec l'unicité du moi, utilisant les perceptions du monde comme terrain nourricier à même de donner naissance à des moi divers décentralisés, des moi textuels. Chaque hétéronyme semble répondre à une acuité particulière de mise au monde, poursuivant une naissance qui s'étaye sur l'image, la sensation « abstraite », pour fonder, dans un temps second, une appropriation éphémère de ce monde entrevu dans la mise en mots.

6Chez Pessoa, apparaît tout un système organique pulsé en direction du réel, système encore informe, vibratile, respiratoire qui va prendre à la source de l'image sa forme scripturaire. Cet aller-retour entre l'image, le voir, la perception épurée de ses mythes internes et la transcription poétique de cette exploration, de cette redécouverte d'un monde qui n'est plus le monde moribond des mythes mais le monde à l'état naissant redéfinit une nouvelle topologie du mythe qui ne serait plus un mythe de filiation transmis à travers les âges mais un mythe parthénogénétique se fécondant à même l'organe de perception. Cette liberté-là, liberté de rompre avec les mythes anciens, recrée paradoxalement une essence du mythe différente qu'Antonio Tabucci définit comme « la nostalgie du présent » ou encore la « nostalgie du possible » qui donne le titre à son ouvrage sur Pessoa. Cette nostalgie de l'ici et maintenant ouvre sur une conception novatrice de l'individualité, de l'intériorité, de l'unicité moïque en posant dans le contact direct à la temporalité, soit le présent, un mince écart, une marge qui fait que ce qui est donné à vivre ne l'est plus en fonction de la mort ni de la perte transfusées. Or, l'image serait cette matière vive prise à même la chair du réel inscrite dans les œuvres hétéronymes pour faire de cette désespérance aux sources même de l'émergence du soi dans le monde une trace prélevée, un embryon, un germe qui, volé au temps et à la mort, trouverait un enracinement fécondant le corpus textuel. Le corps des hétéronymes ou les corps de l'hétéronyme trouvent non une éternité scripturaire mais une possibilité d'émergence cyclique qui donne au concept même d'éternité la valeur d'un mythe de l'ancien monde. Pessoa quête la naissance perpétuelle, le mouvement pur où la différenciation entre soi et le monde apparaît comme une figure supplémentaire de la mort. Ce qui lie les deux altérités, soi et monde, serait la capacité perceptive comme « écriture du réel », écriture à même le réel dont le devenir est la retransplantation dans un corps organon textuel. Ainsi le mot, dans le système pessoen, échappe à la gangue du concept-pensée. Le mot n'est plus métaphore ou interprétation du monde mais chair prélevée à même le monde, germen nourricier du texte. Mot et chair puiseraient dans la même source leur puissance prospective. La chair n'étant plus l'attribut d'un corps comme instrument de la pensée mais le conducteur d'une anamorphose où le mot se fait organe vibratile, œil du réel.

7L'intitulé de notre communication « L'édification du cadre autobiographique chez Pessoa » ne comporte t-il pas d'emblée un paradoxe ? Peut-on même parler de cadre ? Pessoa se retranche dans une exposition hétérogène de personnalités multiples qu'il a baptisé hétéronymes. L'hétéronyme pourrait se définir comme la naissance au monde, naissance rythmique et scripturaire, d'une personnalité qui recevra nomination au bout d'un lent processus d'appropriation subjectivante et sensorielle. L'hétéronyme ne surgit pas d'emblée. Il se fabrique, s'édifie sur des perceptions ténues, s'étayant sur des détails du monde, des images, des constitutions de formes tant sonores que visuelles qui vont peu à peu fonder une véritable appréhension existentielle qui flirte avec le système philosophique mais s'en éloigne par la tension poétique définie par Pessoa non comme l'acmé du subjectivisme mais l'unique méthode de possession objectiviste de la chose. Chaque hétéronyme est en quête d'une position métaphysique singulière qui repose sur une façon inédite de voir et de sentir le monde. Peut-on parler d'une conceptualisation métaphysique et ontologique ? Peut-être si l'on garde en mémoire que, pour Pessoa, la métaphysique ne peut désormais se réduire aux grands systèmes idéologiques qui ont dressé l'esprit humain dans la traversée de ses différentes ères culturelles. Dogmatisme chrétien, dogmatisme de la pensée rationnelle, marxisme apparaissent comme autant de macrocosmes idéologiques qui éloignent du mystère de la vie qui, selon Pessoa, ne se révèle que dans des structures microanalytiques. Le Mystère du vivant repose pour Pessoa dans cette marge d'incertitude et de doute qui l'amène à penser que peut-être lui Pessoa n'est personne, que peut-être son être-sujet n'est que le fruit d'un leurre, d'une illusion d'où cette assertion selon laquelle le moi unitaire n'aurait pas plus de consistance qu'un mouvement gazéifié de l'atmosphère. Pessoa prône que le mystère de la vie n'est pas retenu dans l'intériorité individuelle mais dispersé dans les choses d'apparence les plus anodines : la pierre d'un chemin, le visage d'un inconnu croisé au hasard d'une rue déserte, les mouvements transitoires et éphémères de la lumière dans le ciel, la pluie insistante et grise fonctionneraient tous comme révélateurs de l'insondable. Pessoa dit ne pas exister, se dispersant au gré des fluctuations d'un réel qu'il appréhende sous la forme d'un rêve. S'il n'est pas de moi, si le centre est dispersé dans des points réflecteurs se situant à l'extérieur, il est alors cette autobiographie sans événements qui fonde un centre radiant comme décentrement et libération de toutes les potentialités du sentir se résolvant au bout du compte dans la création d'identités textuelles qui valent comme autogénération d'altérité que l'absence de moi pulse et réifie dans la singularité du style.

8L'hétéronyme est un corps scripturaire, un organisme doté d'un appareil perceptif et sensoriel extrêmement performant. Chaque hétéronyme doit sa naissance à une infraperception accordée à un objet, une image du réel qui va générer par complexités progressives une machine organisationnelle de l'expérience d'appréhension du monde. Cette appréhension par l'image génère des rythmes que recouvre l'écriture, qui battent dans le mot, semblables à la circulation du sang dans les artères, à une respiration qui permet l'ouverture, l'emprise et la croissance. S'il n'est pas de moi fondateur chez Pessoa, il est cette recherche obstinée de retrouver le moment premier, l'originel dans une volonté d'émancipation envers la noire mélancolie du renoncement absolu. Pessoa se dit pris entre l'être et le non-être, accroché dans cet intervalle où vie et mort pèsent du même poids de non sens. Le rêve, l'échappée vers l'intersticiel, l'image-sensation permettent de vivre quand bien même mais selon des potentialités différentes, étrangères à cette limitation, à ce déterminisme de soi. Être plusieurs donne le privilège insigne de se reconnaître comme n'étant rien, personne, ne pouvant choisir entre la désillusion d'exister à ce prix et l'illusion d'une libération par le suicide. Le remède ultime serait l'acte de s'autogénérer dans des êtres textuels incarnés, dans des objets qui apparaissent comme autant d'épreuves échouées de ce soi qui ne peut se déterminer à l'incarcération à vie.

9L'image est le moteur de la constitution du vivant, de l'animé. Elle est l'architecture du rêve. Plus que symbole mnésique, elle incarne pour Pessoa le signe même du mystère du vivant. L'image est tout à la fois réfléchissante de l'objet qu'elle représente et source promulgatrice de sensations inédites en ce qu'elle ne se résout jamais dans une facette unique. L'image, pour Pessoa, est vectrice d'associations qui se connectent au patrimoine subjectif et autobiographique du sujet par voie de résonance et explorent les voies sensibles et trophiques du réel ayant la faculté de créer à travers un faisceau de connexions une véritable traversée intérieure et extérieure, une exploration à double niveau, un voyage qui s'affilie au mythe. Recomposer le monde à travers un détail visuel devient l'entreprise pessoenne de déconstruction et de reconstruction du réel. Cette recomposition se lie à un objet du réel et par emboîtement successifs a pouvoir de faire effleurer une subjective neuve, dépoussiérée des gangues conceptuelles et idéologisantes qui vicient la perception première. Peut-on pour autant parler de mysticisme ? Il s'agirait alors d'un mysticisme de l'objet même, l'objet ayant par l'image le pouvoir de devenir partie constituante de notre perception intime et idéelle. L'objet vaut pour signe, l'image est une transposition, un transfert de soi à soi, validant l'idée maîtresse de Pessoa selon laquelle chacun est étranger à soi, qu'il existe entre soi et soi cet interstice, cette marge que le rêve, l'image, la sensation peuvent combler à condition de générer chaque fois de nouvelles voies de traverse, de nouveaux modes de sentir et de penser. Est-ce une façon de contrer la mort à moins que ce ne soit la reconnaissance d'être déjà mort qui transparaît dans cette volonté de réincarnations textuelles plurielles qui vaudraient comme doubles fantomatiques de Pessoa en personne ?

10L'objet extérieur sur lequel se concentrerait toute la valeur du Mystère du vivant est promu à une fonction spéculaire particulière qui a pouvoir de refonder autrement la mythologie de l'intériorité, le mythe de l'absolue identité de soi à soi. Si Je est un autre, l'objet, son observation épurée ramenée au cœur d'un subjectivisme absent permettent de refonder un espace et une temporalité propre pouvant se définir comme conscience de la conscience de soi. Cet écart entre ce que je sens et ce que je suis, entre l'imprégnation sensorielle toujours multiple et éclatée et la détermination identitaire qui fait que, selon l'état civil, je suis né à tel endroit, à telle heure et porte tel nom, loin d'être résolu devient le champ d'appropriation et de propagations de forces, d'intensités rythmiques qui ont pouvoir de sculpter, de former dans l'intériorité du sujet une forme plurielle dont l'objet est le réceptacle ou l'âme. L'observation dite neutre de l'objet du réel s'apparente à son imprégnation sensorielle, l'objet se réifiant dans l'intensité perceptive et devenant par là-même source propulsive d'une façon inédite de voir et de sentir. Ce passage, cette anamorphose qui font se croiser les champs de l'extériorité et de l'intériorité reposent sur la force immatérielle et décorporéisée de l'objet devenue image, vecteur du fictionnel. L'image est nourriture spirituelle dont la fonction centrale est d'abstraire l'émotionnel, le sensible qui tient de l'incarnation de l'objet dans le réel pour en faire un champ idéel équivalant au moi pur de Valéry.

11Pour Pessoa, l'entreprise scripturaire et la méthode hétéronymique permettent l'accession non à la vérité de soi et du monde mais l'éveil de soi comme si c'était le premier jour, l'orée du monde. L'épuration perceptuelle de l'objet pris en soi devient par l'image évanescente déversée dans le mot, la rythmique de la phrase, le seuil, le passage où la mort se fait vie. C'est pourquoi l'anodin, le quotidien, la chose même deviennent un champ d'exploration infinie et graduelle d'une expérience d'annulation du moi ancien dont l'hypertrophie du dressage des sens par la connaissance et la pensée signent l'aveuglement et l'agonie afin qu'émerge un moi neuf, nouveau né qui verrait le monde dans son intensité signifiante comme pour la première fois. Le comme fait toute la différence car cette expérience de régénération sensorielle ne trouve de réalisation propre que dans l'écriture. L'écriture est la trace d'un renouveau qui a pris corps dans la quête éperdue d'intensités sensorielles échappant à la répétition, à l'usure et à la mort.

12Le livre de l'Intranquillité expose, dans ses fragments, un être narrateur, Bernardo Soares, qui se définit comme un mort-vivant, un être d'errances immobiles. L'ennui, la fatigue, la dépressivité, l'isolement sont échus au rang de miroir de soi qui ne renverrait nulle image, nulle identité, un anonymat. Ce degré de mort intérieure, de neutralité du un se lie à l'essence du songe, du rêve qui s'accorde aux menus faits du réel, faits qui dans leur récurrence même accèdent à une tonalité onirique démultipliée. Ce désert intérieur où le moi est absence et deuil de toute illusion comporte des portes, des ouvertures perceptuelles qui font en sorte que chaque sensation infiltrée est douée d'une intensité propensive qui va se lier elle-même à des sensations différentes, épousant des combinatoires, des jeux de force dont le pouvoir est de relancer le jeu du vivant, de faire corps par l'écriture avec l'énigme du vivant non pour la dévoiler conceptuellement mais pour l'éprouver idéellement. L'éclatement hétéronymique trouve sa détermination de ces jeux de force expérimentés au contact du réel. Chaque hétéronyme est la concentration poussée à son acmé d'une de ces potentialités du jeu du figurable qui se trouve incarnée dans une poétique spécifique. La capture du rythme signifiant, de l'intensivité sensorielle réifiée dans l'objet devient par emboîtements de complexités graduelles le champ de construction d'une personnalité textuelle, d'une voix-objet. Les hétéronymes entrent en relation dialogique créant ainsi des unités de sens de plus en plus décentrées et expansives. La fécondation de Pessoa en ces hétéronymes se fait miroir scripturaire qui ne renvoie qu'à sa propre intensité créatrice, défiant la finitude du sujet voué à la naissance et à la mort par ce défi permanent qu'est l'altérité de soi à l'origine.

Je ne sais qui je suis, ni quelle âme j'ai. Quand je parle avec sincérité, je ne sais avec quelle sincérité je parle. Je suis diversement autre qu'un seul moi : dont je ne suis d'ailleurs pas sûr de l'existence (et s'il ne serait pas ces autres-là). Je sens des organes que je n'ai pas. Je suis enveloppé d'anxiétés que je répudie. La perpétuelle attention que je porte à moi-même me montre perpétuellement l'âme trahissant un caractère que je n'ai peut-être pas, ni qu'elle croit que j'ai. Je me sens multiple. Je suis comme une chambre avec d'innombrables miroirs fantastiques qui fardent en de faux reflets une unique réalité antérieure qui n'est en aucun d'eux et est en tous.

13La résistance à n'être rien que soi, un soi réfléchi par des miroirs d'artifice, fonde l'éthique pessoenne pouvant se définir comme l'éthique de l'anté-sujet. L'originalité novatrice de Pessoa est de faire de la littérature non le dépassement de sa personne humaine dans l'hégémonie d'un sujet créateur omnipotent, dieu régnant sur ses œuvres mais le laboratoire d'analyses de l'infrapersonnel qui touche par là-même aux couches de l'infra-verbal, soit l'antériorité du langage, de son apprentissage. On a vu précédemment que l'hétéronyme se construisait sur de l'infraperception, soit une tonalité rythmique et sensorielle prélevée sur l'objet. Ce qui frappe particulièrement c'est que la construction historisante de l'hétéronyme vient signer non son origine mais sa fin. L'œuvre hétéronymique retrace le parcours de la sensation au mot mais à l'envers. Ce qui s'inscrit textuellement c'est le mot, la phrase, le déroulement rythmique et musical d'une origine qui n'a plus d'autre mémoire que cette trace là. L'altérité est donc réintroduite au cœur même de qui, en apparence, fonde l'unité hétéonymique. Il y a altérité dans l'exposition du paradoxe selon lequel l'hétéronyme-auteur ne se découvre, ne s'authentifie que dans la déconstruction progressive d'une identité nominative uniquement textuelle. La nomination de l'hétéronyme s'apparente à un procès de l'ironie. Ironie parce que cette nomination de l'hétéronyme s'apparente au leurre suprême qui dénonce par là même que tout sujet est d'abord et avant tout non-sujet, étranger à soi. L'hétéronyme incarne cette altérité majeure par sa nomination même. L'altérité nommée, recomposée obéit à une symbolique de la perversion nominale identitaire. Si chacun existe par le nom qui lui fut octroyé à la naissance, il est remarquable de constater que, dans l'œuvre hétéronymique, cette détermination première et originelle est l'objet d'une dénaturation car l'hétéronyme nommé ne possède rien d'autre qu'une autobiographie fictionnelle contenue dans des objets lettres, des objets reliques qui viennent signer, authentifier son être par du sang d'encre. La création d'altérités obéit donc à cette logique singulière qui est une logique de la décorporéisation.

14Être selon Pessoa, c'est être au-delà du corps, contre le corps, résistant à cette organisme de flnitude qui définit l'humain. Ne pas être, c'est justement faire son habitat de ce corps, de sa pesanteur de chair soumise aux aléas, aux vicissitudes de la matière. L'image, la sensation, l'objet infinitésimal se caractérisent par leur être volatile, atmosphérique. Les degrés de changements intersticiels de l'atmosphère, la peinture mouvante du ciel, de l'eau, les couleurs en suspension dans l'air portent une âme immatérielle et expressive.

15La fiche signalétique qui caractérise chaque personnalité hétéronyme porte en aval la date de sa naissance, en amont la date de sa disparition. Cette inscription scripturaire d'un temps humain circonscrit entre naissance et mort est la mise en abîme de ce qu'Antonio Tabucchi définit comme nostalgie, non du passé, mais du présent. L'écriture hétéronymique se définit comme une écriture de rétention du présent, de la chose dans l'ici et maintenant, en sa fragilité même. La voix scripturaire de l'altérité hétéronymique est étonnamment présente, frémissante peut-être parce que celui qui la fait entendre n'existe pas au sens commun du terme. C'est un être de fiction qui parle, qui transmet par-delà sa mort certifiée autobiographiquement, une parole qui demeure étrangement vivace, d'autant plus vivace qu'elle semble émerger de l'instant, qu'elle ne fait qu'émerger de l'instant. L'instant devient ce transit inouï où ce qui du vivant est exposé invariablement au périssable se propage dans l'éternité fluide du mot. Il ne s'agit pas d'un arrêt sur image photographique. Bien plutôt, le mot lui-même prend la résonance d'une plaque photographique transmettrice d'images vibratiles qui pulsent tel un mouvement perpétuel. On pourrait dire que l'image libère le rythme musical de l'infra verbal, renouant avec les sources fondatrices de l'être, avant la claustration dans un moi identitaire défini. Le mot, dans sa forme nouée à l'image, se réapproprie la vibration de l'origine, avant toute hégémonie du sens ou des sens. Chaque mot est un champ de forces ouvrant sur des abîmes de sensations primitives où être et non-être accentuent leur polarité différenciatrice dans un chaos non pas destructeur mais constructeur de forces et de combinaisons inédites. En cela, l'écriture pessoenne renoue avec une origine qui ne peut trouver nomination, puisqu'elle est avant le nom, avant l'identité, avant la différenciation de soi et du monde.

Que j'aimerais – je le sens – à l'instant – être quelqu'un qui eût pu voir cela comme s'il n'avait d'autre rapport avec les choses que celui de les voir (…) Ne pas avoir appris, depuis la naissance, à donner des sens déjà donnés à toutes ces choses, pouvoir les voir dans l'expression qu'elles ont, indépendamment de l'expression qui leur a été imposée. (…) Tout remarquer pour la première fois, non pas de façon apocalyptique, comme des révélations du Mystère, mais directement comme des floraisons de la Réalité.

16L'écriture hétéronymique pourrait se définir comme une écriture d'avant la faute, d'avant le péché. Une écriture de l'innocence ? La diffraction de chaque entité hétéronyme permet une possession radicalement pure, objectiviste, d'une totalité entièrement prise dans l'ici et maintenant, dans la gangue de l'objet. Dans l'un des grands textes figurant dans Le Livre de l'intranquillité nommé Dans la Forêt du Songe, on assiste au dédoublement onirique d'un corps scripturaire qui, sous couvert du Je se transmue en un être féminin parcourant un là-bas défini comme « Un écoulement en dehors du Temps, une étendue qui ignorait les habitudes de la réalité dans l'espace… ». L'autre est alors cette présence infime qui n'a ni nom ni existence plausible se diffractant dans cet autre dédoublement transformant la chambre en une forêt aux heures multicolores. Ce passage de soi en l'autre que permet le rêve, en autre féminin, semble receler la valeur même du transit scripturaire. Cette écriture objectiviste qui tend à l'épuration suprême équivaudrait à l'incarnation au corps-mère, au corps de la Femme qui n'est plus un corps de désir mais un corps de fécondation des sensations.

Je m'engourdis. Je fluctue dans l'air, moitié veillant, moitié dormant, et voici que surgit une autre sorte de réalité, et moi au beau milieu de cette réalité, surgie de je ne sais quel ailleurs… Et qui donc est cette femme qui, en même temps que moi, vêt de son regard, cette forêt lointaine ? (…) et ce paysage, je le connais depuis bien longtemps ; voici bien longtemps qu'avec cette femme inconnue j'erre en parcourant, réalité autre, son irréalité à lui. (…) Je rêve et je me perds, double d'être moi-même et cette femme aussi (…) Notre vie n'avait pas de dedans. Nous étions au-dehors, et nous étions autres. Nous ne nous connaissions pas, comme si nous étions apparus à nos âmes au terme d'un voyage à travers les songes…

17Cet être féminin comme présence pure, incarnation scripturaire inanimée, silencieuse, serait l'entité du mystère. Sa seule véritable incarnation qui n'est pas d'ordre sexué se produirait dans la fécondation des hétéronymes. Pourvoyeuse d'images, de sensations primitives, elle s'affilierait au langage-mère, au rythme originaire, à la présence pure. Cette présence pure, asexuée, génère la perception directe des choses qui forme l'essence même du mystère. Les flux sensoriels fécondés par la présence pure de la chose dans son appréhension tangible et visuelle signent la naissance de chaque hétéronyme. L'hétéronyme serait le point de rencontre et de confluence de certaines lignes de forces sensorielles, générant ainsi une entité tout à la fois abstraite et créatrice à rebours de ce qui l'a fait naître en tant qu'hétéronyme. Chaque hétéronyme reproduirait dans son système scripturaire ce qui a présidé à son propre acte de naissance, soit la retranscription de ces lignes de force inscrites à même le langage devenu style singulier par ce qu'il doit au langage-mère dont il est issu. Chaque entité hétéronyme est donc le fruit, la résultante de connexions de forces issues du noyau mère. Son œuvre perpétue la relance et la propagation de ces lignes de forces en direction du réel et de l'objet.

Plus je sentirai, plus je sentirai comme plusieurs personnes, Plus j'aurai de personnalités, Plus je les aurai intensément, de façon stridente, Plus je sentirai simultanément avec elles toutes, plus j'apparaîtrai, je sentirai, je vivrai, je serai Divers de façon unifié, attentif de façon dispersée.

18Or, il existe un autre fragment, tiré lui-aussi du Livre de l'intranquillité, en date du 28 novembre 1932 (p. 372) qui reprend le thème du dédoublement en cet autre féminin, féminin matriciel. La forêt constitue le cadre récurrent de cette expérience onirique. La décorporéisation semble être là parvenue à son acmé. Peut-on encore parler de présence pure tant cet autre qui double telle son ombre ou sa lumière les pas du narrateur semble là définitivement inclus en lui. Le dédoublement n'est plus dès lors un effet d'extériorisation mais une modalité rythmique purement interne. L'autre est devenu pensée ce qui fait dire au narrateur : « Mais nos pas étaient également disjoints parce que nous étions deux pensées, et sans rien de commun entre nous à part ce que nous n'étions pas et qui foulait à l'unisson un même sol, par tous deux entendus. » Le cheminement dans la forêt matricielle des sensations et des images suit une logique d'altérité où la pensée devenue deux génère le questionnement suivant : « Étions-nous vraiment deux, ou deux formes d'un seul être ? » qui trouve son apparente résolution quelques lignes plus loin :« la forêt, les deux voyageurs, et puis moi, moi qui ne sais lequel des deux j'étais, ou si j'étais les deux, ou bien aucun d'entre eux ». L'effacement progressif de l'état onirique qui permet le surgissement des images et des sensations dans cette forêt promue au rang de mythe matriciel de la sensation réinscrit le mouvement de balancier entre être et non-être, mouvement qui selon sa force d'inclinaison, son degré d'intensité et de saturation va produire en tel angle d'inflexion une entité comme trace, entité hétéronyme devenue mémoire tangible du voyage intérieur, trace perdurable non d'un passé mais d'un présent en déploiement de potentialités.

19Caeiro, reconnu comme le maître de tous les hétéronymes représente le pôle extrême du mouvement du balancier. Les autres hétéronymes, chacun venant ponctuer l'une des stances du mouvement d'oscillation entre être et non-être, entrent invariablement en relation dialogique avec lui sans doute parce qu'il représente le point absolu, indépassable de ce qui figure l'ontologie objectiviste. Pour Caeiro, toute chose n'est que ce qu'elle est. Cette épuration de tout subjectivisme, de toute herméneutique accordée à l'objet, sature l'appréhension du monde par une adhésion pure à une perception nominaliste directe. « Ce que nous voyons des choses ce sont les choses. Pourquoi verrions-nous une chose s'il y en avait une autre ? (…) L'essentiel c'est savoir voir Savoir voir sans se mettre à penser Savoir voir lorsqu'on voit Et ne pas penser lorsqu'on voit Ne pas voir lorsqu'on pense. » Dans cette expérimentation du réel qui se réclame d'un objectivisme pur, on retrouve l'imprégnation matricielle que nous évoquions antérieurement. Le sujet s'efface au profit de l'objet, de l'image qui fait sens en soi. Or, le poésie de Caeiro qui tend à cette alliance pure exprime par là-même une expérience de dédoublement interne où c'est l'objet, la chose pris en soi qui tend à se transférer dans une langue qui serait la chose même. Cette logique de la transparence, de la limpidité nominative fait de la pensée subjective un regard qui serait accolé à l'objet sans parasites, une plaque photographique, un organe matriciel où c'est l'organe de perception qui devient le noyau-mère de ce qu'il perçoit. On serait là au seuil, à la limite extrême où le processus de décorporéisation qui permet l'accès au monde onirique, au monde des images signifiantes, viendrait se recorporéiser au contact même de la matière perçue et où l'on retrouve le mouvement du balancier entre être et non-être, entre incarnation et abstraction.

20Comment finir avec Pessoa ? Il n'est sans doute pas de conclusion possible ni même souhaitable. Mais faisons appel ici à ce que Deleuze nomme le système rhizomatique, soit cette structure du vivant émergeant avant toute structure formelle, susceptible de créer des résonances, des arborescences entre les entités les plus disparates. C'est la création même, en ce qu'elle n'a plus de centre, plus de sens, mais une multiplicité de centres et de sens qui forment autant des pistes, de voies de déterritorialisation. Ce corps sans organes, source de l'informel, est agi par des puissances intensives, des lignes de forces qui se connectent entre elles afin de former des figures éphémères ou durables. Nous dirions que Pessoa traduit cette faculté émergente de créer à partir d'un seul une multiplicité de soi, comme autant d'altérités qui par leur pouvoir d'incorporation du verbe rende à celui-ci sa puissance littérale d'engendrement du vivant : « Au commencement était le verbe », manière élégante de donner à la mort un statut d'hôte indésirable.

Auteur

Docteur en psychologie clinique et pathologique

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540