Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Texte/image — Nouveaux problèmes

 | 
Henri Scepi
, 
Liliane Louvel

Avant-propos

Liliane Louvel et Henri Scepi

Texte intégral

  • 1 Voir là-dessus Lauriane Fallay d’Este, Le Paragone. Le Parallèle des arts, Paris, Klincksieck, 1992
  • 2 Sauf, bien sûr, à considérer, à titre méthodologique et heuristique, que tout artefact visuel peut (...)

1Ce volume rassemble les actes du colloque « Texte / Image », qui s’est tenu à Cerisy-la-Salle, du 23 au 30 août 2003. Il voudrait refléter la fécondité d’une recherche commune, sinon convergente, qui mobilise plusieurs disciplines (littérature, esthétique, sémiotique, science de l’image…) et un grand nombre de domaines culturels (antiquité gréco-latine, Renaissance européenne, modernité française et anglo-saxonne, littérature et cinéma contemporains…), et témoigner de la variété des questionnements et des approches que suscitent aujourd’hui les études engagées sur le terrain de la confrontation raisonnée des pratiques littéraires (tous genres confondus) et des artefacts artistiques visuels (des réalisations plastiques, figuratives ou non, aux images écrites). Il ambitionne en outre de rendre compte, du fait même de cette diversité, et autant qu’il est possible, de la vivacité d’une réflexion actuelle, qui déplace les frontières notionnelles, redéfinit ses objets et décloisonne ses champs d’investigation et d’application. Car l’examen des rapports qu’entretiennent le texte et l’image excède toujours les limites d’une simple réduction comparative, même si, dans un premier temps, il n’est pas négligeable de distinguer les systèmes esthétiques et les codes sémiotiques actualisés ici et là. L’enjeu, toutefois, d’une telle mise en regard, est ailleurs : il échappe constamment au constat, à loisir réitéré, de l’irréductibilité immémoriale du visible et du lisible (placée, comme on sait, sous le patronage de la théorie de Lessing et sous le signe plus distinctif que conjonctif du paragone1), comme il se dérobe d’ailleurs au mirage analogique, qui conspire, par ruse tropologique, à faire de l’image un texte et du texte une image2. L’intérêt proprement épistémologique de la réflexion réside bien plus dans la dynamique interactionnelle provoquée par le jeu des concepts et des pratiques ; il repose sur une analyse des fonctionnements iconique et textuel, qui vise à dégager non pas la nécessité d’une démarcation résolue, mais bien un différentiel dont l’incidence est toujours susceptible de modifier aussi bien la définition théorique du texte et de l’image que leurs modes – distincts ou conjoints – de production et d’interprétation. Confronter ainsi le texte et l’image, c’est se donner la possibilité – et peut-être la chance – de reconfigurer des notions et de repenser des objets en les soustrayant à l’empire des discursivités spécialisées et partant, fortement compartimentées : d’une part l’histoire de l’art et le discours sur l’art en général, d’autre part la critique littéraire et la théorie du texte en particulier.

2C’est pourquoi cet ouvrage – à l’image même du colloque dont il est l’émanation – se propose d’envisager un champ ouvert, une aire de recherche et de réflexion la plus élargie possible. L’intitulé « Texte / Image : nouveaux problèmes » avoue cette intention, en même temps qu’il témoigne, explicitement, d’une absence de tout parti pris théorique. Nulle option exclusive, nulle obédience critique, nulle doctrine restreinte ne l’emporte ici sur la variété des méthodes et des discours. Seule la pluralité des points de vue et des hypothèses semble apte à faire émerger de « nouveaux problèmes », c’est-à-dire à la fois des seuils ou des obstacles théoriques inédits et des modes de problématisation surgis dans le procès de formulation des problèmes eux-mêmes. Au dialogue du texte et de l’image correspond de la sorte le dialogue ou le débat des chercheurs qui ont participé à ce colloque et dont les communications recueillies dans ce volume résument ou développent les propositions.

  • 3 Cette question du « contour » est abordée par Pline dans le Livre XXXV. Jackie Pigeaud consacre à c (...)
  • 4 M. Merleau-Ponty, « Le langage indirect », dans La Prose du monde, Gallimard, coll. « Tel », 1969, (...)

3Le premier des axes qui structurent la réflexion – premier sans doute du fait de son antériorité historique – est celui de l’Ekphrasis et de ses succédanés. Il permet d’aligner l’articulation texte / image sur la dynamique d’une relation de convergence, une illusion de réciprocité plutôt, par laquelle le texte s’ordonne comme une image et systématise ainsi, avec les coordonnées du visible, le champ recomposé du visuel. Le référent-image, offert comme un support extérieur au texte, soit réellement soit fictivement, apparaît dès lors comme une matrice structurelle de l’écriture génératrice à la fois d’une figuration et d’une lisibilité. C’est là le cas de la figurabilité textuelle, par quoi se déclarent de manière concomitante les pouvoirs de l’écrit et les prestiges de l’image. Celle-ci, telle est d’ailleurs sa définition initiale, revêt la forme d’une représentation qui, par ses contours, recèle les lois internes de sa propre lisibilité3. Le texte, quant à lui, redouble cette lisibilité et met en place les conditions d’une intelligibilité maximale dont le bénéfice se reporte tout entier sur l’articulation texte / image elle-même. Si l’image, par opposition au texte, appelle une perception d’ensemble immédiate – ainsi qu’y insistait Lessing –, il reste que le perçu n’est pas le su et que le visible semble attirer à lui la parole : l’image sollicite le texte, réclame la verbalisation. En amont d’abord, comme nous le montre la tradition iconographique où s’enchaînent par exemple les tableaux qui illustrent les scènes de la Bible et du Nouveau Testament, entretenant par là avec l’Ecriture un rapport de subordination et de postériorité ; en aval ensuite, puisque l’image plastique art factuelle renferme aussi un discours tacite sur elle-même, son origine, sa genèse et surtout ses rapports aux autres images, passées et présentes. Ce discours, il appartient au texte de le dénouer, de l’articuler et de l’éclairer. « S’il est légitime, écrit Merleau-Ponty, de mettre à l’actif du langage non seulement les langues, mais aussi la parole, il faudrait, pour être équitable, compter à l’actif de la peinture, non seulement les actes d’expression enregistrés, c’est-à-dire les tableaux, mais encore la vie continuée de son passé dans le peintre au travail4 ».

  • 5 R. Calasso, « Le sommeil du calligraphe », dans Les Quarante-neuf degrés, trad. J.-P Manganaro, Gal (...)
  • 6 Max Loreau, Genèses, Galilée, 2001, p. 86.
  • 7 Lettre à Louise Colet, du 16 janvier 1852, Préface à la vie d’écrivain (extraits de la correspondan (...)
  • 8 Proust, Le Temps retrouvé, A la recherche du temps perdu, t. IV, Gallimard, La Pléiade, éd. J.-Y. T (...)

4Une autre approche s’attache à cerner les modes de constitution et d’émergence de l’image écrite dans le texte littéraire, attestant du même coup que tout énoncé textuel, quand bien même il ne s’adosse pas à une figuration qui le précède, tend à faire image, à devenir image – fût-ce contre le cours de l’écriture. « Les images, écrit Roberto Calasso, font irruption traîtreusement, comme un voleur pendant la nuit5 ». Ce surgissement clandestin ou frauduleux est aussi une manière de mettre en crise les procédures logico-verbales à l’œuvre dans l’écriture – et d’instaurer, dans l’espace textuel, une tension déstabilisatrice, productrice non tant de formes et de sens que de couleurs. Comme l’écrivait Max Loreau, il suffit « d’une couleur, d’une seule, pour que le Visible tout entier soit là en puissance, porteur de toutes ses virtualités, de tous ses développements6 ». C’est pourquoi ce devenir-image n’est pas dissociable d’une neutralisation – ou du moins d’un suspens – des processus de temporalisation qui fondent la textualité même et motivent, sur un autre plan, ceux de la cohérence mimétique, et plus particulièrement le continuum narratif. L’image surgie ou finement élaborée en fiction iconotextuelle invite ainsi à reconsidérer la relation description/narration et la problématique du commentaire à la lumière d’une déconstruction de la séquentialité textuelle. Elle est par là même l’occasion d’une réévaluation des mécanismes de référenciation, tant elle favorise (notamment dans le texte poétique) un rapport non symétrique au réel. Mais en vérité, c’est un problème beaucoup plus large que pose la production de l’image littéraire : celui du visible ou du visuel – et non plus seulement de l’image – conçu comme foyer focal de l’écriture et structure optique de l’imaginaire. Ce que Flaubert avait à sa façon formulé quand il définit le style comme « étant à lui tout seul une manière absolue de voir les choses7 ». Et Proust, le paraphrasant quelque peu, poursuit : « car le style pour l’écrivain, aussi bien que la couleur pour le peintre, est une question non de technique mais de vision8 ».

5Une troisième direction chemine dans ce volume, qui se propose d’explorer la plasticité du texte et sa capacité non pas à devenir mais bien à être une image. L’écriture, approchée dans sa matérialité, dans sa dimension physique et graphique, déverrouille le champ d’une visualité spécifique où la lettre et le dessin font corps, indissolublement. Redoublement sémiotique où l’image graphique est l’agent de la signifiance du texte. Mais cette conjonction, et les effets de congruence quasi magique qu’elle promet, ne doivent pas occulter les fonctionnements duels ou mixtes qui associent dans un même espace de confrontation critique, de convergence ou de rivalité émulative, textualité et iconicité : du livre d’emblèmes au travail de l’illustration en passant par l’image mouvante et parlante du cinématographe et le livre plastique où l’image se textualise, c’est tout un ensemble de modifications, d’altérations, voire de renversements qui affectent la relation du texte et de l’image tout en déplaçant les termes mêmes de leurs définitions respectives et les enjeux propres à l’esthétique de la représentation.

  • 9 Georges Didi-Huberman, L’Image survivante. Histoire de l’art et temps des fantômes selon Aby Warbur (...)

6On verra se dessiner, dans les pages qui suivent, non pas un parcours unitaire et univoque, mais bien des jalons théoriques, des balises historiques et des repères herméneutiques qui ouvrent le jeu des conjectures et des propositions conceptuelles tout en s’efforçant de recatégoriser les notions fondamentales qui gouvernent la réflexion. L’ouvrage propose plusieurs haltes : un portique d’abord, où se formulent des problèmes de théorie et d’histoire, puis plusieurs accès, disposés comme en étoile, et menant à des lieux de questionnement qu’il a bien fallu indiquer : « Plasticité et textualité », « Texte / Image : convergence, conflit », « L’image dans le texte : émergence, résistance ». Non pas donc un itinéraire fléché, reflétant l’ordre d’une démarche résolutive, mais bien des croisements et des bifurcations, des superpositions et des décalages. Non un enchaînement de raisons et d’idées, mais – pour reprendre humblement ici les mots de Georges Didi-Huberman – « une théorie de la complexité symbolique9 ».

Notes

1 Voir là-dessus Lauriane Fallay d’Este, Le Paragone. Le Parallèle des arts, Paris, Klincksieck, 1992.

2 Sauf, bien sûr, à considérer, à titre méthodologique et heuristique, que tout artefact visuel peut être appréhendé comme un texte, ainsi que le rappelle Mieke Bal : « If I call all artifacts “texts”, it is not to reduce them to language but, on the contrary, to re-activate the etymological riches of the notion that artifacts are fabricated, complex, and structured ; that they have a complex “surface” that matters like a sophisticated fabric ; a texture », « Basic Instincts and Their Discontents », in Text and Visuality. Word & Image. Interactions 3, edited by M. Heusser, M. Hannoosh, L. Hoek, C. Schoell-Glass & D. Scott, Amsterdam, Atlanta, Rodopi, 1999, p. 13. De même, dans certains cas-limites, le texte peut se présenter sous la forme d’une image : « lettre iconisée » ou poème figuratif, de type calligramme. Voir Aron Kibedi Varga, « Entre le texte et l’image », ibid., p. 82 sq. Voir en outre, Anne-Marie Christin, L’Image écrite, Paris, Flammarion, 1995.

3 Cette question du « contour » est abordée par Pline dans le Livre XXXV. Jackie Pigeaud consacre à cet aspect – ainsi qu’à l’essai de Pline – une étude à laquelle nous renvoyons : « La rêverie de la limite dans la peinture antique », dans L’Art et le vivant, Gallimard, coll. « Les Essais », 1995, p. 199-211.

4 M. Merleau-Ponty, « Le langage indirect », dans La Prose du monde, Gallimard, coll. « Tel », 1969, p. 156.

5 R. Calasso, « Le sommeil du calligraphe », dans Les Quarante-neuf degrés, trad. J.-P Manganaro, Gallimard, coll. « Les Essais », 1992, p. 28.

6 Max Loreau, Genèses, Galilée, 2001, p. 86.

7 Lettre à Louise Colet, du 16 janvier 1852, Préface à la vie d’écrivain (extraits de la correspondance), présentation et choix de G. Bollème, Le Seuil, 1963, p. 63.

8 Proust, Le Temps retrouvé, A la recherche du temps perdu, t. IV, Gallimard, La Pléiade, éd. J.-Y. Tadié, 1989, p. 474.

9 Georges Didi-Huberman, L’Image survivante. Histoire de l’art et temps des fantômes selon Aby Warburg, Ed. de Minuit, coll. « Paradoxe », 2002, p. 92.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540