Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imaginaire du volcan

 | 
François Sylvos
, 
Marie-Françoise Bosquet

Un volcan androgyne : la grâce selon Casanova

Marie-Françoise Bosquet

Texte intégral

  • 1 Casanova, Icosameron ou Histoire d’Edouard et d’Elizabeth qui passèrent quatre-vingt un ans chez l (...)

1Avec Casanova, nous nous introduisons au centre de la terre, au sein d'un royaume peuplé d'androgynes et protégé par une zone de feu et de volcans. L'Icosameron ou Histoire d'Edouard et d’Elizabeth qui passèrent quatre-vingt-un ans chez les Mégamicres, habitants aborigènes du protocosme dans l'intérieur de notre globe1 – tel est le titre complet – est, en effet, une œuvre touffue et utopique qui raconte un voyage au centre de la terre à la découverte d'un univers paradisiaque. La remontée des héros à la surface de la terre s'effectue à travers une zone volcanique et permet à Casanova de déployer une profonde imagination symbolique et même mystique.

2Je me propose de montrer comment la figure du volcan, loin de rester un simple élément de suspense dans la narration, semble hériter de l'androgynie du peuple souterrain pour symboliser à travers la figure du double celle de la totalité, de la perfection, en définitive de Dieu qui transforme les deux héros par l'effet de sa grâce.

3Sans doute est-il étonnant pour qui n'a pas lu l'Icosameron d'entendre qualifier un volcan d'androgyne. Pour le comprendre, il faut commencer par expliciter rapidement en quoi l'androgynie est ce qui donne sens à l'utopie. Pourquoi Casanova a-t-il imaginé un univers souterrain peuplé d'androgynes ?

4Rappelons d'abord l'histoire : le héros-narrateur, Edouard, a réussi à revenir, accompagné de sa sœur, à la surface du globe et, durant vingt journées, il fait devant parents et amis le surprenant récit de leurs aventures souterraines. C'est au cours d'un voyage qui les conduit vers le Groenland en quête de nouveaux territoires et de nouveaux passages, qu'Edouard et Elizabeth sont aspirés vers le centre de la terre, par le tourbillon du Maelström. Ils découvrent alors tout un peuple de petits êtres :

  • 2 I, 1re journée, p. 42-43.

« Notre surprise fut extrême en voyant des petites créatures très peu différentes de nous qui nous semblaient mâles ; quoiqu'à la forme de leur gorge elles nous parûssent femelles. […]. En moins d’un quart d’heure nous nous vîmes environnés d’une quantité étonnante de ces êtres de toutes les couleurs hormis blancs et noirs, la plus grande partie était tachetée, et les rouges, comme les premiers que nous avions vus, étaient les plus rares. Les proportions dans leur petit corps étaient égales aux nôtres, et leur figure était fort jolie : leur âge nous paraissait celui de dix à douze ans, malgré leur taille qui était celle d’un enfant à la mamelle : leur chevelure était courte, et ronde, crépue, et frisée, variante en couleurs comme leur peau, mais celle des rouges était d’un vert clair très agréable à la vue2. »

  • 3 La signification du nom « Mégamicre » est précisée par Casanova : grand d’esprit et petit de corps (...)

5Ces petits êtres, qui ne sont grands que par l’esprit3, sont donc fort différents des androgynes platoniciens : chaque Mégamicre ressemble à un humain de taille réduite, aux attributs sexuels mâle et femelle. La variété de leurs couleurs compose un ensemble fantaisiste et attrayant. Le centre de la terre vu par Casanova n’est pas l’univers sombre et triste dépeint par l’antiquité gréco-latine (en dehors des Champs Elysées), mais un univers lumineux et haut en couleurs.

6Casanova, afin que son lecteur comprenne toute la valeur de cette androgynie, ouvre son œuvre par un « Commentaire littéral sur les trois premiers chapitres de la Genèse » pour la rattacher au mythe biblique de la « première création ». Car deux récits de la création sont juxtaposés dans la Genèse et le premier ne nomme pas Adam :

  • 4 Genèse, 1,27.

« Dieu créa l’homme à son image, /à l’image de Dieu il le créa, /homme et femme il les créa4. »

  • 5 I, p. 1(Les Introuvables).

7Il n'est pas difficile d'interpréter ce texte biblique comme le récit de la création d’une humanité hermaphrodite, composée d’êtres à la fois hommes et femmes. Le « Commentaire littéral » est donc là pour faire en sorte que le lecteur puisse « croire vrai tout ce qu'il trouve vraisemblable »5 : ce sont les termes de Casanova qui établit ainsi un véritable pacte de lecture dans sa préface au Comte de Waldstein. Sur plus de cent pages, Casanova propose un commentaire hétérodoxe des trois premiers chapitres de la Genèse, par lequel il expose sa thèse d’une humanité préadamique androgyne échappant au péché originel puisque le premier homme créé, selon lui, n'est pas Adam :

  • 6 I, « Commentaire », p. 4-5 (Les Introuvables).

« Je veux prouver, que dans la Genèse même on lit des passages, qui peuvent persuader plusieurs bons lecteurs que notre globe fut créé par Dieu principalement habitable dans sa belle concavité intérieure, et que ses heureux habitans, que l'ouvrage appelle mégamicres, peuvent être les descendans du couple homme que Dieu créa en même tems mâle, et femelle le sixième jour de la création ; lequel homme ne fut pas Adam6. »

8Casanova ajoute :

  • 7 Ibid.

« Il [Dieu] le créa dans le paradis terrestre, où ses descendans peuvent être encore. Le globe sur lequel nous marchons doit être le dessus d'une voute qui environne avec une attraction opposée un espace intérieur qui, avec un Soleil dans son centre, contient l'air que les descendans de ce même couple premier respirent. Ce monde intérieur peut être le paradis terrestre7. »

  • 8 « Commentaire » p. 100 (Les Introuvables).

9Adam n’a été créé que secondairement « sur la superficie extérieure de nôtre monde8. »

  • 9 Le « Commentaire littéral sur les trois premiers chapitres de la Genèse » (p. 1-102) introduit tou (...)

10Edouard et Elizabeth bien que descendants d'Adam et Eve seront acceptés dans ce paradis. C'est là que prospérera leur propre race de géants (ainsi qualifiée par les petits Mégamicres), différente cependant de l’humanité terrienne de surface parce qu'elle est régénérée, partiellement, par l’atmosphère indemne du péché originel de ce monde souterrain9. Et l'androgynie semble comme contaminer Edouard et Elizabeth puisqu'à peine arrivés dans cet univers ils s'unissent d'amour, bien que frère et sœur, et considèrent leur nombreuse descendance comme la bénédiction divine de leur union, d'autant plus que leur naissent systématiquement des jumeaux, fille et garçon, unis à leur tour spontanément par l'amour : le couple indissociable qu'ils forment offre alors, de façon évidente pour le lecteur, l'image de l'androgynie. La gémellité amoureuse des générations qui se succèdent dans la race des géants est à la ressemblance de la gémellité des couples d'androgynes mégamicres. Car les petits Mégamicres naissent par couples d'« inséparables » selon l'expression de Casanova.

  • 10 Foigny, La Terre australe connue, (1676), éd. P. Ronzeaud, Paris, Société des Textes Français Mode (...)

11Le lecteur est donc plongé dans un univers androgyne joyeux car amoureux, ce qui est original si on le compare au monde hermaphrodite imaginé par Foigny10, d'une tristesse telle qu'elle porte ses habitants au suicide, parce qu'ils sont emprisonnés dans la perfection d’une rationalité à laquelle ils ne peuvent échapper.

Un volcan androgyne

12Or, au moment où Edouard et Elizabeth sortent du royaume androgyne, dans la zone intermédiaire entre deux mondes, le monde intérieur de la première création biblique, et le monde extérieur de la deuxième création, se dressent deux volcans ambivalents dans leur signification. En tant que figure de la dualité composant la totalité, les volcans se constituent progressivement en un symbole androgyne qui transforme la sortie du royaume mégamicre en une réécriture du récit biblique de l'expulsion d'Adam et Eve du paradis.

13Le volcan fournit dans sa réalité physique une matière symbolique parfaitement appropriée à la valeur exemplaire que Casanova veut donner à la sortie d'utopie de ses héros. Le phénomène volcanique est toujours présenté dans sa dualité physique, feu et eau : bien sûr, cette présentation résulte de la connaissance scientifique que l'on a du volcanisme en cette fin du xviiie siècle. L'encyclopédie de Diderot et d'Alembert en témoigne ; l'article rédigé par d'Holbach rend particulièrement compte de cette association entre feu et eau dans les phénomènes volcaniques :

  • 11 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des A^rts et des Métiers, Stuttgart- Bad Cannst (...)

« Les volcans […] sont dûs aux embrasemens souterreins excités par l'air, et dont la force est augmentée par l'eau11. »

  • 12 L’alliance entre l’eau et le feu est alors antithétique : l’eau fige le feu.

14Cette alliance entre le feu et l'eau est typique de l'imaginaire humain tel qu'il s'exprime aux xviie et xviiie siècles et Françoise Lavocat vient d’en présenter une manifestation dans l’opéra-ballet et le théâtre à machines12. Cette alliance apparaît en particulier dans des écrits considérés comme scientifiques par l'époque. Le feu y est constamment sexualisé comme principe mâle fécondant, donnant la vie ; il est synonyme de virilité aussi bien physique que morale. Jean-Pierre Fabre, par exemple, dans L'Abrégé des secrets chimiques oppose, en 1636, le tempérament chaud et sec de l'homme à celui froid et humide de la femme :

  • 13 J-P. Fabre, L’Abrégé des secrets chimiques, Paris, 1636, p. 374.

« Les femmes à cause de ce tempérament froid et humide [sont]moins fortes que les hommes, plus timides et moins courageuses, à cause que la force, le courage et l'action viennent du feu et de l'air, qui sont les éléments actifs ; et partant les appelle-t-on mâles ; et les autres éléments l'eau et la terre, éléments passifs et femelles13. »

  • 14 G. Bachelard, La psychanalyse du feu, Paris, Gallimard, idées nrf, 1949 ; voir le chapitre IV, « L (...)

15Bachelard, dans La psychanalyse du feu14, démontre comment la force de l'image, de la métaphore agit sur l'inconscient et permet aux scientifiques d'alors de penser qu'ils ont percé les secrets de la nature. Ceci est d'autant plus vrai pour les alchimistes : dans une Lettre philosophique publiée la suite du Cosmopolite en 1723, l'un d'eux souligne la dualité sexuelle de l'alliance du feu et de l'eau ; le feu est le principe mâle qui donne forme à la matière femelle, c'est-à-dire l'eau. Et cet alchimiste décrit la création du monde en ces termes :

  • 15 Cosmopolite ou nouvelle lumière chymique, Paris, 1723, p. 7

« L'eau élémentaire “était froide, humide, crasse, impure et ténébreuse, et tenait dans la création le lieu de femelle, de même que le feu, dont les étincelles innombrables comme des mâles différents, contenait autant de teintures propres à la procréation des créatures particulières… On peut appeler ce feu la forme, comme l'eau la matière, confondues ensemble dans le chaos15. »

  • 16 Voir à ce sujet M-F. Luna, Casanova mémorialiste, Paris, Champion, 1998, p. 243 et tout le chapitr (...)
  • 17 Casanova, Le Philosophe et le Théologien, Annexes de lHistoire de ma vie, op. cit., tome I, p. 124 (...)
  • 18 Le Philosophe et le Théologien, p. 1221, 1251, 1306, 1324, 1332. Voir aussi la synthèse proposée à (...)

16Or, Casanova partage cette forme d'imaginaire, lui qui avait la réputation d'être un alchimiste capable de guérir et même de prescrire des cures de « régénération » à une époque où sciences médicales et sciences occultes se confondent encore. Dans L'Histoire de ma vie, le rationaliste en Casanova semble s'amuser de ses prétendus pouvoirs, mais il n'empêche qu'il s'intéressait fort aux travaux de chimie ou plus exactement d'alchimie de Mme d'Urfé dont il avait la bibliothèque à sa disposition. Mme d'Urfé tentait, entre autres, de produire de l'or à partir du platine, métal qui venait d'être découvert en Amérique. Surtout, Casanova était franc-maçon et rosicrucien ; le rosicrucianisme du xviiie siècle était l'héritier des traditions initiatiques de la Kabbale, de la Gnose, de la magie et surtout de l'alchimie16. Casanova a développé ainsi toute une culture ésotérique où l’alchimie tient une grande place. Mais il participe aussi au grand courant rationaliste qui parcourt tout le xviiie siècle ; dans son dialogue Le Philosophe et le Théologien17 il se range du côté de Diderot et d'Holbach pour sa conception de la matière. Comme d'Holbach et un grand nombre de savants, il pense que la Nature est animée par un « feu élémentaire », « émanation » de Dieu, mais « auteur » et « âme de l'Univers »18. Courants philosophiques et alchimiques se conjuguent donc pour former tout un imaginaire du volcan. Instituer le volcan qui associe feu et eau comme symbole androgyne réunissant les principes mâle et femelle n'est donc pas étonnant : la description de l'éruption du premier volcan qu'Edouard et Elizabeth rencontrent dans leur remontée à la surface de la terre insiste sur ce phénomène :

  • 19 I, p. 724-725.

« L'éruption était des plus violentes, mais elle ne dura que peu d'heures. Ce qui nous surprit fut de voir sortir du même volcan un torrent d'eau qui inonda en moins de cinq heures toute la plaine […]. L'eau qui sortait du volcan nous paraissait enflammée19. »

  • 20 I, p. 725.

17Lorsqu'un deuxième volcan surgit presque sous leurs pas, l'alliance entre feu et eau s'opère à nouveau ; mais cette fois-ci, ce n'est pas l'eau qui paraît enflammée, le feu surgit de l'eau : « … nous vîmes plusieurs feux qui sortaient de l'eau dont la plaine sulfureuse était inondée »20. Il semble donc tout à fait légitime, à la sortie d'un royaume androgyne, de considérer l'association de deux éléments opposés tels que le feu et l'eau comme représentative d'un motif androgyne qui a une valeur alchimique de mutation. Des principes associés mâle et femelle doit surgir une autre vie pour les héros, et c'est bien le cas, puisqu'ils ont à ressurgir à la surface de la terre, purifiés d'une faute commise au paradis terrestre des Mégamicres.

La faute

18Il est donc temps de comprendre quelle est cette faute qui permet d'affirmer que la sortie de l'utopie peut se lire comme la réécriture de l'expulsion du paradis d'Adam et Eve, mais avec une différence notoire : chez Casanova, nulle trace de condamnation éternelle et cela grâce à la présence de volcans dont la symbolique duelle conjugue en un même moment effroi et Providence divine. La souffrance que la traversée de la zone volcanique engendre durant plus de cinquante jours porte constamment la marque de la miséricorde divine.

19Pourtant Edouard a commis la faute par excellence, il a péché par orgueil. Il le reconnaît lui-même lorsqu'il relate, à la fin de la dix-neuvième journée, les événements qui précèdent immédiatement son expulsion brutale hors du monde souterrain avec Elizabeth. Tous deux ont été invités par un sénateur mégamicre sur ses terres de villégiature ; là, ils apprennent que ce sénateur deviendrait l'homme le plus riche de sa république s'il pouvait exploiter les filons d'or que recèlent ses propriétés. Edouard entreprend alors l'ouverture de mines grâce à la poudre de dynamite que son peuple de géants possède. Tout se passe heureusement dans un premier temps, mais Edouard pèche par démesure et le roman se transforme en tragédie sous le ressort habituel de l'hybris grecque ; cependant cette démesure correspond, dans la perspective biblique qui est celle de Casanova, au péché originel, selon le second récit de la création de la Genèse qui se superpose au premier.

20C'est, en effet, par orgueil, le sénateur se déclarant parfaitement heureux des mines installées par Edouard, que ce dernier veut faire rendre à la terre tout ce qu'elle peut dégorger d'or :

  • 21 I, p. 697.

« Ce que j'avais découvert était déjà assez et très suffisant pour la grande fortune du sénateur et, si je l'eusse écouté, j'aurais laissé l'ouvrage dans l'état où il était car il y avait bien de quoi travailler mille ans avec grand profit, mais mon ouvrage me paraissait imparfait. Je prétendis de le couronner en faisant travailler dans la profondeur…21 »

21Cette volonté de perfection est dénoncée comme fautive par la catastrophe qui s'ensuit : Edouard, en voulant « faire sauter les pierres qui empêch[aient] la dilatation du chemin » (p.697), se fait sauter avec Elizabeth qui était venue le rejoindre à l'endroit de la mise à feu de la mèche conduisant à la dynamite. Bien sûr, les mineurs mégamicres qui travaillaient à cet endroit sont également emportés par l'explosion. Un seul survit et se retrouve brutalement avec les deux héros dans cette zone volcanique intermédiaire entre le monde souterrain et de surface, après avoir parcouru une trajectoire ascensionnelle où la pesanteur s'est spontanément inversée. Ils ont définitivement quitté le royaume mégamicre et ne pensent plus qu'à remonter à la surface de la terre.

  • 22 « Commentaire », p. 100 (Les Introuvables).

22C'est alors « l'enfer » et non pas seulement le « purgatoire » comme Casanova l'avait annoncé dans son « Commentaire initial sur trois chapitres de la Genèse » en rappelant que, d'après « plusieurs pères de l'église, comme Tertullien et St Thomas », « l'épée de feu » qui protège l'accès au paradis, « indique la zone torride qui doit servir de muraille au paradis ». Et Casanova ajoute : « St Ambroise dit que le feu, qui défend l'entrée du paradis, est celui du purgatoire »22. Les volcans qui surgissent au cours de la remontée d'Edouard et d'Elizabeth incarnent donc cette « épée de feu », qu'il leur faut retraverser. La description qu'Edouard en donne est infernale :

  • 23 I, p. 718.

« Nous aperçûmes à notre gauche une profondeur immense d'où un vent furieux venait augmenter nos souffrances. […] Nous vîmes en même temps à notre droite, à la distance à peu près de trois mille, un feu de flamme qui pouvait avoir cent pas de large et cinquante de hauteur visible, puisque la flamme entrait dans la concavité d'une voûte qui nous empêchait de voir son élévation. […]Tout ce qu'on nous avait dit de l'enfer dans notre enfance se présenta à notre imagination […]. A peine le vent eut-il cessé, que le bruit sourd et grondeur qui venait du côté de la flamme se fit sentir avec plus de force ; il était cependant inégal tout comme la flamme même, tantôt plus et tantôt moins élancée. Elle vomissait, à ce qu'il nous semblait, des gros corps solides que nous observions retomber dans le gouffre et de côté. l'Ecla, volcan de l'Islande, que nous avions vu quatre-vingts ans auparavant n'était en comparaison de celui-là qu'un feu de paille23. »

  • 24 Voir les articles de D'Holbach et de Jaucourt de l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Scien (...)

23Cette description est réaliste en dehors de son assimilation à celle de l'enfer et tout à lait conforme aux descriptions que donnent les articles « volcan » de L'Encyclopédie qui nomment également l'Ecla comme exemple de volcan spectaculaire24. D'ailleurs, Casanova semble accumuler tout au long de la remontée de ses héros les connaissances que l'on avait au xviiie siècle des phénomènes volcaniques : plaine de « naphte » et de « poudre bitumineuse » (p.713), « trous d'eau chaude » (p.721), vent chargé de soufre (p.724), fumée (p.725), éruption violente avec « torrent d'eau » (p.725)… A cela il faut encore ajouter la prodigieuse fertilité des pentes volcaniques qui produisent des plantes énormes longuement décrites et un grouillement de serpents extraordinaire (p.718) comme si ces symboles archaïques des forces chthoniennes traduisaient l'effervescence monstrueuse de la terre en éruption. Casanova pensait, avec L'Icosameron, léguer à l'humanité une somme à la fois romanesque, philosophique et scientifique. Entre imaginaire romanesque et connaissance scientifique, la différence est ici essentiellement quantitative : il y a surabondance chez Casanova, mais d'Holbach, dans son article sur le volcan, n'hésite pas à emprunter au style métaphorique pour transmettre le spectacle grandiose d'une éruption : « Cela n'arrive point sans un fracas épouvantable, et sans des sifflements et des déchirements propres à donner le plus grand effroi ». Des « sifflements » de d'Holbach au « grouillement de serpents extraordinaire » de Casanova, la démarche de l'imagination est aisée à comprendre ! Pour Casanova, le volcan doit transmettre la terreur qu'inspire Dieu et la rendre comme palpable ; les serpents font partie de l'imaginaire démoniaque et il ne manque pas de s'étendre sur leur description :

  • 25 I, p. 718.

« […] nous fûmes véritablement effrayés par la vue d'une quantité de serpents grands et petits, qui sifflant horriblement rampaient à l'entour de nous et s'approchaient souvent au point de nous faire frémir25. »

24De plus, franchissant une étape supplémentaire dans le degré de métaphorisation du texte, c'est le volcan lui-même qui devient un immense reptile tant l'image de l'ondoiement est insistante :

  • 26 I, p. 726.

« Un bruit affreux que nous entendions sous le sol où nous étions couchés nous éveilla en sursaut. Quatre minutes après, la plaine sur laquelle nous étions commença à onduler au point qu'elle nous fit tomber à la renverse. […] L'effroyable ondoiement ne dura que deux minutes, mais deux autres minutes après nous vîmes plusieurs feux qui sortaient de l'eau dont la plaine sulfureuse était inondée et nous ouïmes un renouvellement de bruit épouvantable et de fortes secousses survinrent qui quatre lois nous jetèrent d'un lieu à l'autre. Après la dernière secousse, nous entendîmes pas loin de nous un violent précipice qui paraissait avoir bouleversé tout l'antre. […] La terre creva quatre cents pas derrière nos épaules…26 »

25Le « bruit affreux » ou « épouvantable », « l'effroyable ondoiement » et les « secousses », « l'antre », tout semble annoncer le surgissement d'un monstre reptilien de dessous la terre. Or, ce dragon si redouté se révèle être un nouveau volcan. L'assimilation est donc devenue directe entre serpent et volcan.

26S'il est certain que dans la Bible, le serpent est synonyme de Satan (dans le rôle de tentateur qu'il joue auprès d'Eve), et qu'il garde ici ce visage qui accroît le pouvoir terrifiant du volcan, il se double d'une signification mythique gréco-latine : il est, en effet, troublant de constater que ces serpents apparaissent en même temps qu'une plante, le fenouil, qui est le symbole du rajeunissement spirituel. La mythologie antique confère au serpent un statut féminin dans la mesure où il symbolise la puissance féminine souterraine de la Terre ; le serpent est également relié à Dionysos, dieu de la vie et de la jeunesse éternelle, si bien que le serpent lui-même peut apparaître comme un symbole androgyne du renouveau incessant de la vie. Selon Pline, les serpents acquièrent le pouvoir de se rajeunir en mangeant du fenouil. Leur présence conjointe comporte donc une signification initiatique propre aux cultes dionysiaques qui célèbrent l'exubérance de la vie. Ainsi, dans son androgynie, le volcan exprime cette force vitale qui se trouve renforcée par la symbolique de l'antiquité gréco-latine, ce qui n'a rien d'étonnant chez un auteur comme Casanova, imprégné de cette culture initiatique. Ici, associée au volcanisme, la puissance des plantes transmue la vieillesse en jeunesse, mais aussi, au sens biblique, elle régénère la spiritualité du vieil homme : l'homme doit mourir à lui-même pour revivre en Dieu. Si le volcan dans son jaillissement est l'emblème androgyne du renouvellement de la vie, il est en même temps le creuset de cette alchimie.

La rédemption ou la grâce efficace

27Le volcan représente à la fois la condamnation de la race orgueilleuse des « géants », mais aussi la rédemption possible à travers la souffrance et les épreuves surmontées. Et la dualité de la figure androgyne rend compte de cette bivalence, une nouvelle fois, de façon exemplaire. Le volcan devient le symbole de la grâce dans l'imaginaire que développe Casanova.

28La remontée d'Edouard et Elizabeth à la surface de la terre est l'histoire d'une mutation qui s'opère sous l'effet de la grâce divine. Cette remontée est donc l'histoire d'une transformation par la souffrance et le feu volcanique qui, tel une gigantesque forge, active l'alchimique métamorphose : c'est au milieu des flammes, dans les vapeurs sulfureuses que s'opère la mutation d'Edouard et d'Elizabeth. Car de premiers qu'ils étaient au royaume des Mégamicres où se développait de façon tentaculaire et ogresse leur propre race qui possédait la puissance technologique, ils s'apprêtent à se retrouver derniers, sans aucun des honneurs et des pouvoirs que le rang de patriarche et de chef conférait à Edouard. C'est au moment où ils sont sur le point de succomber à la frayeur occasionnée par la première éruption volcanique et par les serpents, qu'Edouard souligne lui-même ce profond changement :

  • 27 I, p. 720.

« Nous adressâmes nos vœux à Dieu en invoquant sa miséricorde pour nous délivrer de tant de peines : jamais prière ne fut plus fervente, ni faite avec plus d'ardeur. Je venais d'un monde où j'avais été le premier, où j'avais, pour ainsi dire, maîtrisé la nature, et je me voyais dans celui où j'étais né devenu le dernier, le plus pauvre, le plus misérable de tous les mortels. Voilà l'homme !27 »

  • 28 I, p. 726.

29De l'orgueil, ils sont passés à l'humilité : les deux éruptions volcaniques sont le signe de l'irruption de la grâce, le surgissement du deuxième volcan marquant l'ultime étape, celle où Edouard et Elizabeth acceptent leur mort « attendant tous les instants le fatal dans lequel la terre devait s'ouvrir pour [les] engloutir ». Ils sont alors sauvés par l'apparition d'une « grande flamme » volcanique « à quatre cents pas derrière [leurs] épaules » : cette « flamme continuelle » devient alors un « nouveau flambeau de la nature » qui leur indique « une issue »28. Le redoutable dragon dont l'ondoiement était si effroyable s'est transformé en une bénéfique lumière qui leur permet de progresser vers la surface de la terre. Le volcan est ainsi le propre creuset de sa métamorphose intime : d'épreuve terrifiante, il s'est mué en grâce efficace !

  • 29 « Commentaire », p. 36 (Les Introuvables).
  • 30 I, p. 736.

30Cette interprétation est encouragée par le « Commentaire de la Genèse » qui rappelle la doctrine de la grâce selon St Augustin à propos des circonstances dans lesquelles le péché originel a pu être commis : Adam et Eve auraient alors refusé la grâce de Dieu parce que leur volonté était rebelle à leur raison29. Les éruptions volcaniques sont une image de la grâce divine qui surgit soudainement, de façon imprévisible : Casanova, en conformité avec la vision ludique qu'il a de l'existence dans l'Histoire de ma vie, met en scène la Providence divine qui agit précisément au moment où les héros renoncent à tout, où ils désespèrent de leur raison. A l'issue de la remontée, alors qu'ils rencontrent une dernière difficulté, Edouard en fait le constat : « Il fallait se résoudre et nous abandonner à la providence »30. Dans cette perspective, la douloureuse remontée à travers la zone volcanique se révèle être l'exercice de l'abandon de leur volonté consciente : dans cette vacuité peut alors intervenir la Providence qui dirige heureusement leurs pas vers la surface de la terre grâce aux surgissements des volcans dont la flamme devient le « flambeau » qui éclaire leur marche.

31Casanova reprend ici la théorie de d'Holbach et Jaucourt qui voient dans les phénomènes volcaniques un « bienfait de la nature » ; ils servent de « soupiraux aux embrasemens de la terre » et « fournissent » ainsi « un libre passage » au feu, à l'air et à l'eau, ce qui évite des « ravages » plus importants. De plus, d'Holbach propose en hypothèse que les volcans communiquent entre eux : « les embrasemens de la terre sembloient se propager par des canaux souterreins à des distances prodigieuses » ; hypothèse exploitée par Casanova pour rendre vraisemblable le passage de ses héros d'un volcan à l'autre. Cette vision très positive de l'action des volcans, Casanova l'utilise de façon physique et symbolique pour représenter l'efficacité de la grâce.

32Et lorsque Edouard constate qu'il est parvenu à la surface de la terre exactement le même jour qu'il s'y est engouffré, un 21 août, il y voit la confirmation absolue de la puissance salvatrice de la grâce :

  • 31 I, p. 745.

« Cela ne vous paraît-il pas assez pour que nous soyons certains de l'ouvrage immédiat de la providence de Dieu dans tout ce qui nous est arrivé ? Dieu fait des grâces aux mortels sans bouleverser l'ordre de la nature et l'homme doit les reconnaître pour prodigieuses, malgré qu'elles soient naturelles31. »

33Casanova exploite donc les ressources de la nature, ici les volcans, pour opérer la conversion de ses héros ; derrière ces paroles d'Edouard se reconnaît l'expérience de Casanova qui dans l'Histoire de ma ve relate combien lui-même a été constamment l'objet de hasards, – nommés ou Fortune ou providence – qui ont modelé sa vie selon une logique échappant à la raison humaine :

  • 32 Histoire de ma vie, op. cit., XI, chap. 2, p. 35-36.

« Elle [la Fortune] s'est amusée à me faire toujours voir qu'elle n'est pas aveugle comme on le dit ; elle ne m'a jamais abîmé que pour m'élever en proportion, et elle semble ne m'avoir fait monter bien haut que pour se procurer le plaisir de me voir précipiter.32 »

34Ces mouvements verticaux vers les sommets ou vers l'abîme, qui traduisent dans l'Histoire de ma vie les fluctuations que la Fortune fait subir à Casanova, sont ceux-là mêmes que très physiquement et symboliquement il inflige à ses héros pour qu'ils abandonnent leur volonté entre les mains de la providence. Edouard, au moment de son émergence à la surface de la terre, poursuit ainsi son action de grâces :

  • 33 I, p. 745.

« Cette seule circonstance du même jour du précipice et de la délivraison, de la sortie de ce monde et de la rentrée, doit nous suffire pour que nos cœurs fondent par la reconnaissance devant le Très-Haut, outre que nous en avions mille autres motifs.33 »

35L'image de la fusion que provoque l'expression « que nos cœurs fondent par la reconnaissance » conforte la valeur alchimique du volcan comme creuset de la grâce. C'est par lui que fond l'or qui a concrétisé le péché d'orgueil d'Edouard et qui est à l'origine de son expulsion du paradis terrestre mégamicre : le processus alchimique est donc inversé ! Selon un procédé récurrent en utopie, se produit l'inversion des données habituelles qui consistent en la transmutation des métaux en or. Ici, l'or fond dans la forge volcanique comme symbole de la transmutation de l'orgueil en humilité ; humilité qui consiste, pour les héros, à admettre qu'ils ne sont pas maîtres de leur volonté.

  • 34 Histoire de ma vie, op. cit., XI, chap. 2, p. 35-36.

36Casanova développe cette interprétation de l'action de la Providence dans l'Histoire de ma vie : « Elle [la Fortune ou providence] employa des moyens frappants tous faits […] pour me faire comprendre que ma volonté, bien loin de me déclarer libre, n'était qu'un instrument dont elle se servait pour faire de moi tout ce qu'elle voulait »34. Et Casanova souligne dans L'Esprit de l’Icosameron la portée de l'œuvre en ce sens :

  • 35 L'Esprit de l'Icosameron, p. 1083, cité en annexe de l'Histoire de ma vie, op. cit., tome II.

« Un de mes buts fut aussi celui de donner une véritable idée de la liberté morale de l'homme maître absolu non pas de vouloir, mais d'agir de façon à se rendre digne d'éloge, et d'estime, comme de blâme, et de mépris. […] On comprend ainsi assez facilement toute la doctrine de la grâce divine, qui agissant sur l'âme met l'homme dans le cas de pouvoir mériter dans l'action. De là vient la vérité connue à tous les chrétiens qu'il est impossible de se sauver sans la grâce35. »

37Le motif du volcan constitue donc une remarquable expression de cette providence en fournissant une série d'épreuves où Edouard et Elizabeth reconnaissent l'action de la grâce dès qu'ils réussissent à les surmonter. Ainsi, lorsqu'ils trouvent un moyen pour soulager leurs pieds meurtris par les pentes volcaniques, ils y voient l'expression de la grâce divine :

  • 36 I, p. 724.

« Si vous saviez […] comme nous remerciâmes Dieu ! Nous disions que ce don nous venait directement et immédiatement de la grâce divine. Tel est l'homme lorsqu'il échappe à des grands dangers de la misère et lorsqu'il en craint des plus grands36 »

38La volonté de dégager la signification théologique de la remontée volcanique est quasi systématique ; l'assimilation des héros à « l'homme » en général, confère à l'aventure une valeur exemplaire qui engage le lecteur à réfléchir sur l'action de la grâce dans l'évolution de sa vie. L'ascension des héros vers la surface de la terre devient l'élévation du terrestre au céleste dont le volcan est le signe : la flamme volcanique s'élève des entrailles de la terre vers un au-delà qu'Edouard et Elizabeth n'aperçoivent pas, mais qui représente une espérance. Il faut savoir que les héros qui ignoraient les affres du vieillissement dans le paradis mégamicre durant plus de quatre-vingts ans, en sont immédiatement atteints à la surface de la terre. Casanova les montre prêts à passer dans le paradis céleste.

39Le volcan est bien, ici, le symbole d'une transmutation spirituelle qui prépare Edouard et Elizabeth à passer du paradis terrestre dont leur faute les a chassés, au paradis céleste.

Conclusion

40Le volcan est donc loin d'être un simple élément de suspense dans l'aventure des héros qui remontent à la surface de la terre. La qualité androgyne naturelle du volcan à la fois feu et eau, soutient spontanément la démonstration de Casanova qui utilise sa culture alchimique pour en faire un motif initiatique. Sous l'action de la flamme, l'homme opère sa mutation et la reconnaît comme l'expression de la grâce. La remontée des héros à la surface de la terre devient une allégorie du jeu entre liberté humaine et grâce divine : lorsque Edouard renonce à l'exercice de sa propre volonté et reconnaît à travers les multiples actions de grâce qui ponctuent le texte, l'efficacité de la grâce divine, il s'aperçoit que les obstacles se transforment en aide. Les volcans permettent, par la lumière de leur flamme et par les failles qu'ils creusent, de parvenir à la surface. Toute l'habileté de Casanova a été d'emprunter ses symboles aux forces de la nature telles qu'elles étaient décrites scientifiquement au xviiie siècle pour les transformer en un gigantesque creuset alchimique où s'opère une métamorphose d'ordre mystique.

Notes

1 Casanova, Icosameron ou Histoire d’Edouard et d’Elizabeth qui passèrent quatre-vingt un ans chez les habitants aborigènes du Protocosme dans l’intérieur de notre globe (1788), Plan-de-la-Tour, éd. d’Aujourd’hui, Les Introuvables, (5 volumes), 1996.
Autre édition, partielle car amputée du « Commentaire littéral sur les trois premiers chapitres de la Genèse », mais modernisée dans son orthographe que nous utiliserons systématiquement pour le récit de la remontée à la surface de la terre : Icosameron, Paris, éd. François Bourin, 1988.
Icosameron sera abrégé en I dans la suite des notes. L'orthographe des citations est celle des « Introuvables ».

2 I, 1re journée, p. 42-43.

3 La signification du nom « Mégamicre » est précisée par Casanova : grand d’esprit et petit de corps, dénomination en référence avec « Micromégas » de Voltaire.

4 Genèse, 1,27.

5 I, p. 1(Les Introuvables).

6 I, « Commentaire », p. 4-5 (Les Introuvables).

7 Ibid.

8 « Commentaire » p. 100 (Les Introuvables).

9 Le « Commentaire littéral sur les trois premiers chapitres de la Genèse » (p. 1-102) introduit toute l'utopie dans cette perspective.

10 Foigny, La Terre australe connue, (1676), éd. P. Ronzeaud, Paris, Société des Textes Français Modernes, 1990.

11 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des A^rts et des Métiers, Stuttgart- Bad Cannstatt, Nouvelle impression en fac-similé de la 1re édition de 1751-1780, Friedrich Fromann, 1967. L'orthographe de cette édition est respectée dans les citations.

12 L’alliance entre l’eau et le feu est alors antithétique : l’eau fige le feu.

13 J-P. Fabre, L’Abrégé des secrets chimiques, Paris, 1636, p. 374.

14 G. Bachelard, La psychanalyse du feu, Paris, Gallimard, idées nrf, 1949 ; voir le chapitre IV, « Le feu sexualisé ».

15 Cosmopolite ou nouvelle lumière chymique, Paris, 1723, p. 7

16 Voir à ce sujet M-F. Luna, Casanova mémorialiste, Paris, Champion, 1998, p. 243 et tout le chapitre 2, « Le Mage » (p. 231-253).

17 Casanova, Le Philosophe et le Théologien, Annexes de lHistoire de ma vie, op. cit., tome I, p. 1247, 1253.

18 Le Philosophe et le Théologien, p. 1221, 1251, 1306, 1324, 1332. Voir aussi la synthèse proposée à ce sujet par M-F. Luna, op. cit., dans son chapitre 3, « Le libre penseur ».

19 I, p. 724-725.

20 I, p. 725.

21 I, p. 697.

22 « Commentaire », p. 100 (Les Introuvables).

23 I, p. 718.

24 Voir les articles de D'Holbach et de Jaucourt de l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, op. cit.

25 I, p. 718.

26 I, p. 726.

27 I, p. 720.

28 I, p. 726.

29 « Commentaire », p. 36 (Les Introuvables).

30 I, p. 736.

31 I, p. 745.

32 Histoire de ma vie, op. cit., XI, chap. 2, p. 35-36.

33 I, p. 745.

34 Histoire de ma vie, op. cit., XI, chap. 2, p. 35-36.

35 L'Esprit de l'Icosameron, p. 1083, cité en annexe de l'Histoire de ma vie, op. cit., tome II.

36 I, p. 724.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540