Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique du genre

 | 
Claude Le Fustec
, 
Sophie Marret

Chapitre I. Voix de femmes

Scarlett et Janie ou les deux faces de la Janus sudiste

Claude Le Fustec

Texte intégral

  • 3 Le déclin du mouvement artistique, dit « Renaissance d’Harlem », dont ce quartier de New York fut l (...)

1Parus à un an d’intervalle et tous deux situés dans le vieux Sud des états-Unis, avec comme héroïne une figure féminine rebelle, les romans de Margaret Mitchell et Zora Neale Hurston, Gone with the Wind (1936) et Their Eyes Were Watching God (1937) ont connu des fortunes bien différentes. Rendu mondialement célèbre par son adaptation hollywoodienne trois ans après sa parution, Autant en emporte le vent est rapidement devenu le grand classique que l’on connaît. Au contraire, publié après les beaux jours de la Renaissance d’Harlem3 à laquelle son auteur reste pourtant associée, Their Eyes Were Watching God a sombré dans l’oubli pendant près de trois décennies, après avoir été largement décrié par les interprètes et piliers du mouvement pour son manque de « réalisme social », à une époque où la fiction se devait de mettre l’accent sur l’injustice subie par les Noirs. Réhabilité à la fin des années soixante par une critique afro-américaine féminine à l’influence croissante dans les départements de « Black Studies » nouvellement créés, le roman majeur de Hurston fait à présent figure de classique dans le champ des études afro-américaines, même s’il ne saurait prétendre à la renommée de l’unique œuvre de Mitchell.

2Les remarques que suscite l’examen de destins littéraires aussi différents sont de deux ordres : elles ont trait tout d’abord à l’ironie du sort qui a conduit le roman de Hurston, connue pour son travail d’ethnologue sur le folklore afroaméricain dans le vieux Sud, à se voir taxé de manque de réalisme, tandis que l’héroïne de Margaret Mitchell, véritable condensé de projections d’un idéal féminin, en est venue à représenter la féminité sudiste. Elles concernent ensuite la parenté des deux romans. Ecrits dans les années trente, tous deux illustrent l’impact du modèle social esclavagiste sur la représentation de la femme dans l’imaginaire sudiste, représentation stéréotypée examinée à travers un personnage féminin central.

3Dès le titre, Their Eyes Were Watching God oriente l’attention vers la scène sociale : le lecteur est convié à observer les observateurs, communauté anonyme dont le regard est tourné vers Dieu. Or l’interrogation collective quant au sens de la vie que suggère cette image passe par le regard communautaire qui se pose sur une femme, perçue comme différente : Janie. De même, le titre de Mitchell suggère un regard, cette fois empreint de nostalgie pour une société disparue, dont la perfection est initialement incarnée par la figure féminine centrale, Scarlett O’Hara, qui ouvre le roman. La mise en scène narrative suggère ainsi dans les deux cas l’importance du personnage féminin, non seulement comme objet du regard social mais comme modèle, et à ce titre agent potentiellement transformateur de la société.

4C’est en ce sens que l’on peut à la fois rapprocher et opposer Scarlett et Janie : femme blanche et femme noire dans un contexte social fondé sur la hiérarchie raciale, elles apparaissent à plus d’un titre comme les deux faces de la féminité sudiste, au service de projets narratifs radicalement opposés. Car, autant le personnage de Scarlett est utilisé pour illustrer une image stéréotypée de la femme conditionnée par l’idéologie sudiste, autant celui de Janie dénonce ce modèle et ouvre la féminité à l’univers des possibles.

5Tout porte cependant à croire, lorsque nous est présentée Scarlett en tête du millier de pages qui vont suivre, que nous avons là une jeune femme sur le point de jouer un rôle subversif décisif. Point de départ du récit, elle semble régner sur un univers dont la perfection édénique est soigneusement suggérée par l’insouciance du trio qui l’unit aux deux jeunes hommes venus lui présenter leurs hommages, ainsi qu’à travers un réseau d’images induisant une profonde harmonie entre l’homme et l’animal, l’homme et la nature :

  • 4 Édition utilisée : Margaret Mitchell, Gone with the Wind, Londres, Pan Books, 1974, p. 5-6. Toute r (...)

On either side of [Scarlett], the twins lounged easily in their chairs, […] their long legs […] crossed negligently. Nineteen years old, […] their eyes merry and arrogant, their bodies clothed in identical blue coats […], they were as much alike as two bolls of cotton.
Outside, […] the twins’horses were hitched in the driveway, big animals, red as their masters’hair ; and around the horses’legs quarelled the pack of […] possum hounds that accompanied Stuart and Brent wherever they went. […]
Between the hounds and the horses and the twins there was a kinship deeper than that of their constant companionship. They were all healthy, thoughtless young animals, […] the boys as mettlesome as the horses they rode, mettlesome and dangerous but, withal, sweet-tempered to those who knew how to handle them.4

  • 5 Définition de la Belle du Sud par Anne Firor Scott dans The Southern Lady : From Pedestal to Politi (...)

6Dans cet idyllique tableau, Scarlett apparaît en personnage de composition, digne descendante de la Belle du Sud qu’est sa mère, « aristocrate d’ascendance française » (GW, p. 5) : « timorée et pudique, belle et gracieuse, cette merveilleuse création » qu’était la Belle du Sud se devait d’être d’une constitution fragile exigeant une protection masculine, qu’elle s’attirait par sa capacité à exercer un charme magique sur tout homme qui l’approchait5.

7Toutefois, si le charme qu’exerce Scarlett sur les hommes est indéniable, le texte introduit immédiatement le trouble en affirmant qu’il n’est en rien l’effet de sa beauté :

Scarlett O’Hara was not beautiful, but men seldom realized it when caught by her charm as the Tarleton twins were. (GW, p. 5)

8Artifice rhétorique destiné à éveiller la curiosité du lecteur, cette phrase liminaire campe Scarlett en Eve tentatrice, ce que confirme l’ambiguïté de son rapport à la loi, morale et sociale :

But for all the modesty of her spreading skirts, the demureness of hair netted smoothly into a chignon and the quietness of small white hands folded in her lap, her true self was poorly concealed. The green eyes in the carefully sweet face were turbulent, wilful, lusty with life, distinctly at variance with her decorous demeanour. Her manners had been imposed upon her by her mother’s gentle admonitions and the sterner discipline of her mammy ; her eyes were her own. (GW, p. 5)

9Entêtée, pleine de vie, Scarlett déroge profondément au modèle sudiste d’une féminité chaste, craintive et effacée. De fait, sa première conversation avec Rhett Butler lui vaut la remarque qu’elle n’a rien d’une dame :

« Sir », she said, « you are no gentleman ! »
« An apt observation, » he answered airily. « And you, Miss, are no lady. […] However, ladies have seldom held any charms for me. I know what they are thinking, but they never have the courage or lack of breeding to say what they think. […] But you, my dear Miss O’Hara, are a girl of rare spirit […]. Ashley should thank God […] for a girl with your […] “passion for living”. » (GW, p. 120)

10À l’aube de la Guerre de Sécession et de la destruction de la société courtoise que se veut être le vieux Sud aristocratique du milieu du xixe siècle, Scarlett semble promettre l’avènement d’une nouvelle féminité, plus authentique car délivrée du poids des convenances héritées des chevaliers médiévaux. L’intrigue paraît le confirmer, puisqu’à la mort de sa mère, et face au déclin psychique de son père, sa fureur de vivre la poussera à s’ériger en chef de famille à Tara, où elle bousculera toutes les conventions qui avaient réglé la vie de la plantation, avant de devenir femme d’affaires et gérante efficace du commerce de son deuxième mari pour payer les dettes de la propriété familiale.

11Toutefois, si le comportement de Scarlett est décrit de bout en bout comme inconvenant pour une dame, qui se doit d’être ignorante des choses de ce monde et de se reposer en tout sur son mari, il ne remet en fait nullement en cause l’esprit sudiste. Bien au contraire, l’énergie de Scarlett, c’est celle du Sud qui refuse la défaite, sa rage de vivre rien d’autre que l’expression du caractère indomptable de l’esprit sudiste, maintes fois réaffirmé par la détermination de Scarlett à sauver Tara, notamment lors de l’épisode où elle tue un soldat yankee. Rare moment de complicité avec Mélanie, icône de la féminité sudiste traditionnelle, il est, pour Scarlett, l’occasion de percevoir ce tempérament sudiste qui les unit :

In silence, [Melanie’s] eyes met Scarlett’s. There was a glow of grim pride in her usually gentle face, approbation and a fierce joy in her smile that equalled the fiery tumult in Scarlett’s own bosom.
« Why-why-she’s like me ! She understands how I feel ! » thought Scarlett. […]
She saw in a flash of clarity […] that beneath the gentle voice and the dovelike eyes of Melanie there was a thin blade of unbreakable steel, felt too that there were banners and bugles of courage in Melanie’s quiet blood. (GW, p. 431)

12Ainsi, le personnage de rebelle incarné par Scarlett devient-il paradoxalement l’emblème de la féminité sudiste, création idéale à laquelle elle finit même par se retrouver inféodée : femme d’un potentiel « nouveau » Sud, dotée du pragmatisme et de la vitalité qui font cruellement défaut aux représentants du monde des plantations sur le déclin, il lui manque néanmoins la noblesse morale de Mélanie, à qui l’autre rebelle, Rhett, rend hommage dans les dernières pages du roman, alors qu’elle vient de mourir.

« Well, God rest her, » [Rhett] said heavily. « She was the only completely kind person I ever knew. […] A very great lady. »
[Scarlett] was seeing through Rhett’s eyes the passing, not of a woman but a legend–the gentle, self-effacing but steel-spined women on whom the South had builded its house in war and to whose proud and loving arms it had returned in defeat. (GW, p. 999-1000)

13Loin d’être affaiblie, l’image de la Belle du Sud ressort ainsi grandie de la véritable défaite décrite par le roman : celle du couple formé par Rhett et Scarlett, et à travers eux, d’une possible réécriture du féminin et du masculin. Reposant sur le désir charnel, leur relation est à l’opposé de la prude moralité censée gouverner les rapports entre hommes et femmes. Promesse de revanche du corps sur l’idéalisme désincarné du vieux Sud, elle échoue pourtant à l’ébranler car lui manque l’ingrédient qui va donner à Mélanie stature de légende : le cœur. Fatigué de Scarlett et de son attachement romantique pour Ashley, brisé par la mort de leur enfant, Rhett se laisse finalement gagner par la nostalgie pour le temps révolu de l’aristocratie des plantations :

« I’ve reached the end of roaming, Scarlett. […] I want the outer semblance of the things I used to know, […] the calm dignity life can have when it’s lived by gentle folks, the genial grace of days that are gone. […] »
Ashley’s words were as clear in [Scarlett’s] ears as though he and not Rhett were speaking. (GW, p. 1008)

14Or, cette reddition de Rhett scelle l’impasse de la relation adulte, d’homme à femme, que le dernier chapitre aurait pu engager : après un millier de pages focalisées sur l’ambigu jeu de séduction entre Rhett et Scarlett bien plus que sur les événements historiques environnants, les deux personnages en viennent enfin à se parler à cœur ouvert de leur amour, tu pour l’un par crainte de souffrir, ignoré, pour l’autre, faute d’avoir pris conscience de ses propres conditionnements à ne pouvoir aimer que l’image du preux chevalier romantique représentée par Ashley :

« Ashley ! » she said, and made an impatient gesture. « I–I don’t believe I’ve cared anything about him for ages. It was–well, a sort of habit I hung on to from when I was a little girl. Rhett, I’d never even thought I cared about him if I’d ever known what he was really like. He’s such a helpless, poor-spirited creature, for all his prattle about truth and honour– » (GW, p. 1002)

  • 6 Voir note 1.

15Mais c’est au moment où tombe pour Scarlett le voile de ses propres projections, au moment où, pour reprendre les termes de Luce Irigaray, elle s’extrait du « placenta socio-culturel6 » et familial qui l’empêchait de reconnaître la véritable parenté de caractère l’unissant à Rhett, que celui qui a engagé des années de sa vie pour devenir son époux retrouve avec la disparition de Mélanie des émotions « mortes depuis l’enfance » (GW, p. 999), le désir d’un retour au « bon vieux temps » de la véritable noblesse de caractère et de sentiment, qu’il oppose à la parodie de bonnes manières propre à la société aisée de l’après-guerre à Atlanta (GW, p. 1009).

  • 7 Tout au long du roman, la capricieuse Scarlett garde sa mère, Ellen, comme horizon de référence dan (...)
  • 8 « Up the stairs he went in the utter darkness, up, up, and she was wild with fear. He was a mad str (...)

16Or, se détournant de Scarlett, non seulement Rhett l’entraîne à régresser dans le giron maternel dont elle vient à peine de se dégager7 et semble ainsi forclore la naissance de la femme en elle, mais il scelle la victoire du stéréotype sudiste de la féminité, fondé sur l’anathème chrétien traditionnellement lié au corps. Rhett s’incline en effet devant la grandeur morale de Mélanie, qui l’emporte sur ce qu’aurait pu lui révéler sa rencontre charnelle avec Scarlett. De fait, sa fameuse nuit de passion avec elle, ultime tentative pour la détourner d’Ashley, est explicitement décrite comme une expérience hors la loi : « ténèbres », « sauvagerie » et « folie » sont autant d’images qui se succèdent pour dire le caractère transgressif d’une expérience décrite, du point de vue de Scarlett, comme la traversée de ténèbres inconnues, plus noires que la mort8. Mais au matin, bien loin du sentiment de honte que devrait éprouver une dame, Scarlett fait l’expérience de la joyeuse révélation de l’extase de la vie :

A lady, a real lady, could never hold up her head after such a night. But, stronger than shame, was the memory of rapture, of the ecstasy of surrender. For the first time in her life she had felt alive. (GW, p. 918)

  • 9 C’est au xixe siècle qu’apparaît le roman de plantation, dont la fonction fut de promouvoir puis de (...)

17De l’anéantissement de la dame aurait ainsi pu naître la femme, mais le rapport de force qui caractérise la relation maritale de Rhett et Scarlett va l’emporter sur l’intensité de la rencontre charnelle. Gone with the Wind s’achève sur la séparation des deux héros et consacre ainsi la défaite de la passion face à l’idéal, du corps face à l’âme, d’où la loi morale ressort grandie, mais la réalité de la femme disparaît derrière le mythe de la Dame. Toutefois, au-delà de cette indéniable dimension idéologique du roman, héritier direct de la littérature de plantation9, l’échec de la passion à transformer les rapports homme-femme apparaît finalement comme la conséquence de la persistance d’un rapport de pouvoir entre les sexes, piège relationnel dont l’héroïne de Their Eyes Were Watching God parvient à s’extraire.

18À plus d’un égard, les deux romans sont étonnamment symétriques : à la narration omnisciente d’Autant en emporte le vent, récit chronologique et fondamentalement orienté vers le passé par sa tonalité et sa conclusion nostalgiques, le roman de Hurston oppose un récit rétrospectif mais ouvert. Prise en charge par Janie, l’histoire de sa vie, insérée dans un cadre narratif omniscient, est présentée comme celle d’une femme d’expérience. À l’opposé de Scarlett, introduite comme l’Eve de ce monde de perfection qu’aurait été le vieux Sud d’avant la Guerre, Janie apparaît de manière anonyme au troisième paragraphe, de retour du pays des morts :

  • 10 Édition utilisée : Zora Neale Hurston, Their Eyes Were Watching God, New York, Perennial Library, 1 (...)

So the beginning of this was a woman and she had come back from burying the dead. Not the dead of sick and ailing with friends at the pillow and the feet. She had come back from the sodden and the bloated ; the sudden dead, their eyes flung wide open in judgement.10

19Comme le suggère ce retournement du regard qui juge, de ceux qui en sont traditionnellement l’objet – les morts – vers la figure divine qui en est l’origine, absente du paragraphe mais non du titre, l’histoire de Janie fait plus largement écho à un questionnement collectif sur le sens profond de la vie, interrogation fondamentale que le texte resitue dans son contexte socioculturel vers la fin du roman : face au péril extrême de l’ouragan qui approche, les regards inquiets des personnages se tournent vers Dieu, « car l’heure n’était plus à interroger les Blancs ».

They didn’t look at anything but the door. The time was past for asking the white folks what to look for through that door. Six eyes were questioning God. (Their Eyes, p. 151)

20En ce début de xxe siècle, où la communauté noire-américaine commence tout juste à se dégager des conditionnements hérités de la période esclavagiste, l’histoire de Janie a fonction d’émancipation exemplaire. Ainsi qu’elle le formule à Phoeby, sa plus proche amie, auditrice attentive de son histoire et porte-parole de Janie auprès de la communauté d’Eatonville :

Two things everybody’s got to do fuh theyselves. They got tuh go tuh God, and they got tuh find out about livin’fuh theyselves. (Their Eyes, p. 183)

21Or, pour Janie comme Scarlett, la découverte du sens de la vie passe par trois mariages, qui, contrairement à l’héroïne de Mitchell, vont lui permettre de se frayer progressivement une voie vers une compréhension de soi libérée des attentes familiales et sociales environnantes, directement issues de la période esclavagiste.

22De sa grand-mère, qui l’a élevée, Janie hérite sa première définition de la femme noire :

Honey, de white man is de ruler of everything as fur as Ah been able tuh find out. […] So de white man throw down the load and tell de nigger man tuh pick it up. He pick it up because he have to, but he don’t tote it. He hand it to his womenfolks. De nigger woman is de mule uh de world so fur as Ah can see. (Their Eyes, p. 14)

23Aussi, afin de soustraire sa petite-fille à l’omnipotence de l’homme blanc, « Nanny » la pousse dans les bras de Logan Killicks, beaucoup plus âgé que Janie mais propriétaire d’un lopin de terre.

24Toutefois, à l’opposé de Scarlett, façonnée de l’intérieur par le modèle de sa mère, qui correspond au stéréotype sudiste de la féminité idéale, Janie est guidée dans sa quête par une révélation intérieure, vécue à l’adolescence dans le jardin de sa grand-mère. Allongée sous un poirier, absorbée par le ballet des abeilles de fleur en fleur, Janie y fait une expérience d’unité qui lui dévoile le sens profond de la vie :

She was stretched on her back beneath the pear tree soaking in the alto chant of the visiting bees, the gold of the sun and the panting breath of the breeze when the inaudible voice of it all came to her. She saw a dust-bearing bee sink into the sanc-tum of a bloom ; the thousand sister-calyxes arch to meet the love embrace and the ecstatic shiver of the tree from root to tiniest branch creaming in every blossom and frothing with delight. So this was a marriage ! She had been summoned to behold a revelation. Then Janie felt a pain remorseless sweet that left her limp and languid. (Their Eyes, p. 10-11)

  • 11 « Naw Nanny, no ma’am ! […] He look like some ole skullhead in de grave yard. » […] The vision of L (...)

25Dès lors, elle n’aura de cesse d’accorder sa vie à cette expérience orgasmique vécue à l’unisson de l’univers. Mais si Logan Killicks, qui en vient rapidement à la traiter en servante plus qu’en épouse, lui évoque davantage la mort que le printemps11, son second mari, Joe Starks, qui veut au contraire faire d’elle une « dame », va l’enfermer dans un rôle tout aussi destructeur, directement hérité de l’ancien monde des plantations :

A pretty doll-baby lak you is made to sit on de front porch and rock and fan yo’self and eat p’taters dat other folks plant just special for you. […] You ain’t never knowed what it was to be treated lak a lady and Ah wants to be de one tuh show yuh. (Their Eyes, p. 28)

26Mû par sa soif de puissance, Joe s’auto-proclame maire de la petite ville noire d’Eatonville où il emmène Janie, qu’il va utiliser comme faire-valoir, signe de son autorité et de sa supériorité sociale, à la fois en la coupant du reste des habitants et en l’obligeant à se comporter en épouse soumise et docile. S’installe ainsi entre eux un rapport de force où, pour que l’un parvienne à devenir ce qu’il veut être, l’autre doit s’effacer et, une fois encore, le mythe de la dame menace d’étouffer la femme.

27Toutefois, la mort emporte Joe sans qu’il soit parvenu à complètement briser tout élan vital en Janie, qui avait appris à totalement se dissocier du personnage que son mari lui faisait jouer :

Then one day she sat and watched the shadow of herself going about tending store and prostrating herself before Jody, while all the time she herself sat under a shady tree with the wind blowing through her hair and her clothes. Somebody near about making summertime out of lonesomeness. (Their Eyes, p. 73)

28Délivrée de la tyrannie de ce second époux, Janie goûte enfin une solitude libérée de toute servitude aux attentes et projections d’autrui, qui va lui permettre de rencontrer celui avec qui pourront enfin se concrétiser ses aspirations profondes : Vergible Woods, dit « Tea Cake ».

29D’emblée, Tea Cake remplace l’obligation du rôle par le plaisir du jeu : traitant Janie, non sans humour, avec toute la galanterie qui sied à une dame, il l’invite à s’initier aux échecs, renversant ainsi le rapport de domination que Joe avait instauré en la déclarant incapable d’y rien comprendre. De cet échange d’égal à égal, qui se substitue à la logique de maître à esclave caractéristique des deux premiers mariages, va naître un grand amour. Pour le formuler dans les termes de Luce Irigaray :

  • 12 Luce Irigaray, op. cit., p. 131-132.

Entre les deux sujets, l’homme et la femme, il ne se produit pas ainsi seulement une génération naturelle, c’est-à-dire des enfants, mais aussi une génération spirituelle, une culture étrangère à un objectif et un absolu uniques. Aucun risque, donc, d’un ordre totalitaire imposé par une seule vérité, une seule objectivité, un seul chef.12

  • 13 « Ah’m older than Tea Cake, yes. But […] he done taught me de maiden language all over. » (Their Ey (...)

30Entre Tea Cake et Janie, cette « génération spirituelle » est sensible, non seulement tout au long de leur relation, à travers le sentiment de renouveau vécu par Janie13, mais également après la mort de Tea Cake lorsque, de retour à Eatonville, Janie se sent envahie de plénitude. Le roman se referme alors sur l’image profondément signifiante de la différence entre hommes et femmes qui l’avait ouvert : l’horizon.

Ships at a distance have every man’s wish on board. For some, they come in with the tide. For others they sail forever on the horizon […] until the Watcher turns his eyes away in resignation […]. That is the life of men.
Now, women forget all those things they don’t want to remember, and remember everything they don’t want to forget. The dream is the truth. Then they act and do things accordingly. (Their Eyes, p. 1)

  • 14 Narrative of the Life of Frederick Douglass, 1845. Pour une analyse intertextuelle de cette image d (...)

31Renvoyant au célèbre récit autobiographique de Frederick Douglass14, les bateaux qui passent à l’horizon représentent la frustration du désir masculin, projeté vers un au-dehors et un ailleurs rêvés. Par opposition, les femmes sont définies par un pragmatisme dont l’actualisation de leur rêve est la marque. Or, pour Janie, cette actualisation est décrite à la fin du roman en des termes qui reprennent l’image de l’horizon pour en faire l’expression non plus d’un impossible idéal mais d’une paix rendue possible par la réunion des mondes extérieur et intérieur :

The kiss of [Tea Cake’s] memory made pictures of love and light against the wall. Here was peace. She pulled in her horizon like a great fish-net. Pulled it from around the waist of the world and draped it over her shoulder. So much of life in its meshes ! She called in her soul to come and see. (Their Eyes, p. 184)

32De l’horizon, métaphore d’une impossible liberté comprise comme émancipation politique, on est passé à l’image d’une liberté conquise par l’intériorisation du regard. Réponse à la question du sens de la vie posée par le titre, cet accomplissement réalise l’unité profonde initialement pressentie sous le poirier. Or, cette unité, loin de s’exprimer en termes de fusion et confusion de l’être et du monde, se dit plutôt en termes de rencontre : l’horizon des attentes masculines déçues devient filet aux mailles desquelles s’est prise la vie, filet dont Janie se drape et qu’elle appelle son âme à venir contempler.

33Or là réside sans doute la véritable raison de l’échec relationnel des héros d’Autant en emporte le vent : ne pouvant se soustraire à la norme sociale en matière d’identité sexuelle, qu’ils se définissent en opposition à elle, en tant que rebelles, ou à travers elle, lorsque l’emporte finalement le désir nostalgique d’un retour aux sources, leur relation romantique reste toujours conditionnée par un rapport fusionnel au même. Tout au long du roman, Rhett ne cesse ainsi de justifier sa relation à Scarlett par leur ressemblance, leur définition identique et non problématisée comme types du rebelle immoral :

  • 15 Nos italiques.

‘It was so obvious that we were meant for each other. So obvious that I was the only man of your acquaintance who could love you after knowing you as you really are – hard and greedy and unscrupulous, like me.15 (GW, p. 1004)

  • 16 Gerald, père de Scarlett, immigrant irlandais sans biens ni famille, est l’antithèse du stéréotype (...)

34Ce faisant, il induit un rapport déterminé par la « norme », tout à fait en accord avec le comportement enfantin de Scarlett, qui cherche en lui la protection d’un père16, mais gomme toute possibilité d’une vraie rencontre, fondée sur la radicale altérité de deux sujets :

  • 17 Luce Irigaray, op. cit., p. 131.

[…] le devenir de la conscience, de la culture, ne peut être confié à un seul sujet ; il s’engendre dans l’interaction entre deux subjectivités irréductibles l’une à l’autre : celle de l’homme et celle de la femme. Il n’existe donc plus un seul logos, défini depuis toujours et pour toujours dans l’horizon d’un seul absolu ou un seul Dieu […]17.

  • 18 Ibidem, p. 101-102.

35Or c’est bien à cet ébranlement d’un absolu unique, fondement d’un univers moral manichéen que résiste le roman de Mitchell, contrairement à celui de Hurston. Mais en confirmant la traditionnelle dichotomie hiérarchique entre âme et corps, idéal et réalité, exprimée à travers l’opposition établie entre les couples respectivement formés par Ashley et Melanie d’un côté, Rhett et Scarlett de l’autre, le récit de Mitchell méconnaît l’enjeu d’un amour à la fois conscient « que l’âme correspond à la vie du corps cultivée jusqu’à acquérir l’autonomie et le devenir spirituel du souffle18 » et respectueux de la différence :

  • 19 Ibid., p. 87.

Chaque amant, femme ou homme, peut contribuer à la renaissance de l’autre comme incarnation à la fois humaine et divine. Dans ce cas, l’union charnelle devient un lieu privilégié d’individuation et non seulement de fusion, de régression, ou d’abolition des polarités et différences. Dans l’amour, femmes et hommes se redonnent leur identité et le potentiel de vie et de création que la différence d’identité entre eux rend possible19.

36C’est à cette rencontre d’un homme et d’une femme, qui transfigure l’expérience humaine parce qu’elle est union de l’âme et du corps dans la pleine reconnaissance de l’altérité de chacun, que nous convie le roman de Hurston dans son style fleuri. Confrontée à l’imminence d’un ouragan qui risque de leur être fatal, Janie répond ainsi aux doutes de Tea Cake, qui se reproche de les avoir entraînés dans cette situation :

We been tuhgether round two years. If you kin see de light at daybreak, you don’t keer if you die at dusk. It’s so many people never seen the light at all. Ah wuz fumblin’round and God opened de door. (Their Eyes, p. 151)

  • 20 « The angel and apostle of the coming revelation must be a woman, indeed, but lofty, pure, and beau (...)
  • 21 Voir note 1.

37Si Janie n’est pas l’ange de pureté dont l’héroïne adultère de La lettre écarlate prédit la venue afin que soit révélée la voie de l’amour sacré qui conduit au bonheur20, son récit n’en reste pas moins le vivant témoignage du miracle qui se produit dès que l’on « naît à sa vie21 » et que l’on entre en relation avec l’autre dans la conscience et le respect de sa différence.

  • 22 Luce Irigaray, op. cit., p. 137.

38Tel serait un des mystères de l’amour respectueux de la différence : intuitionner ou entrevoir un idéal d’absolu sans prétendre le réaliser objectivement ni solitairement. Le laissant à sa condition d’étoile qui illumine un chemin ouvert ensemble et qui doit se poursuivre dans la fidélité à un hier, un aujourd’hui et un demain, à condition que cette fidélité ne soit pas renoncement à la singularité de chaque « je » et de chaque « tu22 ».

Notes

3 Le déclin du mouvement artistique, dit « Renaissance d’Harlem », dont ce quartier de New York fut le foyer pendant les années vingt, coïncide avec le krach boursier de 1929.

4 Édition utilisée : Margaret Mitchell, Gone with the Wind, Londres, Pan Books, 1974, p. 5-6. Toute référence ultérieure sera indiquée entre parenthèses dans le corps du texte.

5 Définition de la Belle du Sud par Anne Firor Scott dans The Southern Lady : From Pedestal to Politics, 1830-1930, Chicago UP, 1970, p. 4, citée par Barbara Christian dans Black Women Novelists, The Development of a Tradition, 1892-1976, Westport, Londres, Greenwood Press, 1980, p. 8.

6 Voir note 1.

7 Tout au long du roman, la capricieuse Scarlett garde sa mère, Ellen, comme horizon de référence dans tous les actes de sa vie, particulièrement lorsque ceux-ci dérogent à la stricte morale qu’elle lui a enseignée. Or, face au désintérêt affiché de Rhett pour elle, sa réaction est de se réfugier auprès de celle qui a toujours joué le rôle de substitut maternel dans sa vie : la servante noire dite « Mammy ». « Suddenly she wanted Mammy desperately, as she had wanted her when she was a little girl, wanted the broad bosom on which to lay her head, the gnarled black hand on her hair. Mammy, the last link with the old days. » (GW, p. 1011)

8 « Up the stairs he went in the utter darkness, up, up, and she was wild with fear. He was a mad stranger and this was a black darkness she did not know, darker than death. He was like death, carrying her away in arms that hurt. She screamed […] and he stopped […], bent over her and kissed her with a savagery and a completeness that wiped out everything from her mind but the dark into which she was sinking […]. She was darkness and he was darkness and there had never been anything before this time […]. » (GW, p. 917)

9 C’est au xixe siècle qu’apparaît le roman de plantation, dont la fonction fut de promouvoir puis de défendre le modèle social du vieux Sud esclavagiste contre les attaques abolitionnistes, par le recours systématique aux stéréotypes de la dame et du chevalier pour représenter les grands propriétaires terriens. Pour une analyse de son développement et de son idéologie, voir Nathalie Dessens-Hind, Myths of the Plantation Society : Slavery in the American South and the West Indies, Gainesville, University Press of Florida, 2003.

10 Édition utilisée : Zora Neale Hurston, Their Eyes Were Watching God, New York, Perennial Library, 1990, p. 1. Références ultérieures indiquées dans le corps du texte.

11 « Naw Nanny, no ma’am ! […] He look like some ole skullhead in de grave yard. » […] The vision of Logan Killicks was desecrating the pear tree, but Janie didn’t know how to tell Nanny that. (Their Eyes, p. 13)

12 Luce Irigaray, op. cit., p. 131-132.

13 « Ah’m older than Tea Cake, yes. But […] he done taught me de maiden language all over. » (Their Eyes, p. 109)

14 Narrative of the Life of Frederick Douglass, 1845. Pour une analyse intertextuelle de cette image des bateaux et de l’horizon dans le récit d’esclave de Douglass et le roman de Hurston, voir l’article de Henry Louis Gates Jr., « Zora Neale Hurston and the Speakerly Text », The Signifying Monkey, Oxford, Oxford University Press, 1988, p. 170-216.

15 Nos italiques.

16 Gerald, père de Scarlett, immigrant irlandais sans biens ni famille, est l’antithèse du stéréotype aristocratique du grand planteur. Il ne doit son mariage à la belle Ellen qu’au chagrin d’amour secret de son épouse, dont la préférence s’était portée sur un jeune homme de sa propre famille. C’est au tempérament fougueux de Gerald, dont a plus particulièrement hérité sa fille aînée, Scarlett, que celle-ci doit sa ressemblance réitérée avec l’autre personnage « hors normes » que figure Rhett, et c’est la sécurité de cette figure paternelle qu’elle vient en vain rechercher en fin de roman.

17 Luce Irigaray, op. cit., p. 131.

18 Ibidem, p. 101-102.

19 Ibid., p. 87.

20 « The angel and apostle of the coming revelation must be a woman, indeed, but lofty, pure, and beautiful and wise ; moreover, not through dusky grief, but the ethereal medium of joy ; and showing how sacred love should make us happy, by the truest test of a life successful to such an end. » Nathaniel Hawthorne, op. cit., p. 318.

21 Voir note 1.

22 Luce Irigaray, op. cit., p. 137.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540