Version classiqueVersion mobile

Martin Amis

 | 
Anne-Laure Fortin-Tournès

Conclusion. Martin Amis : l’éthique de l’écriture

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le roman d’Amis nous montre qu’il existe non pas une esthétique postmoderne, mais des constructions postmodernes, et qu’il peut donc y avoir place pour du jeu poétique au sein du postmodernisme. En même temps que l’écriture d’Amis désigne sa cible critique comme hantée par l’apocalyptisme nucléaire, l’entropie du monde, la crise du lien symbolique et le relativisme de toutes les cultures et de toutes les valeurs, elle s’intègre dans le postmodernisme et se positionne par rapport à lui, c’est-à-dire qu’elle se définit dans sa spécificité. Ce mode d énonciation particulier au roman d’Amis est ce que j’appellerai son style, lié à son positionnement par rapport au langage dans sa relation avec le monde.

Dès le premier chapitre de London Fields, le commentaire que fait le narrateur à son arrivée dans la maison de Marc Asprey, son collègue et alter ego écrivain, range le décor romanesque dans la catégorie de l’excès : « Pas une chose dans cet endroit qui se contente d’être seulement pratiq...

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search