Version classiqueVersion mobile

Femmes et libertinage au xviiie siècle

 | 
Anne Richardot

IV. La pédagogie libertine. Éthique éclairée ou morale dévoyée ?

Jeunes libertines, jeunes romantiques. Les mirages d’une sexualité confisquée

Gabrielle Houbre

Texte intégral

  • 1 Nous sommes ici en plein cœur du système discursif sur le sexe, mis en évidence par Michel Foucault (...)
  • 2 Comtesse Claire de Rémusat, Essai sur l’éducation des femmes, Paris, Ladvocat, 1824, p. 117.

1La société bourgeoise du premier xixe siècle caparaçonne ses jeunes filles d’innocence, concept normatif qui ensevelit la virginité du sexe et du corps sous les impératifs d’ignorance, de chasteté, de pudeur et de pureté1. Celles qui – sans doute plus que toutes autres demoiselles, dans le temps – justifient a posteriori l’appellation peu valorisante d’« oies blanches », sont soumises à la tutelle sourcilleuse de la mère et de l’Église, sont façonnées par la force d’une éducation morale manichéenne en même temps que par l’inconsistance d’une instruction rudimentaire. Éprouvées par des conduites codifiées à l’extrême, les jeunes filles s’effacent jusqu’à ressembler à des automates désincarnés, désolante issue qui attire ces mots désabusés de la comtesse de Rémusat : « Élevées dans les mêmes formes, [elles sont] condamnées à la même nullité2 ».

2Les premiers bénéficiaires de cette pédagogie, qui lamine insidieusement l’originalité des demoiselles pour mieux les préparer à leur destinée d’épouse et de mère, sont les hommes. Jaloux d’une virginité dont ils possèdent l’usufruit, ils érotisent la figure de la jeune fille en l’enserrant dans un jeu fantasmatique qui veut tromper l’attente de la nuit de la nuit de noces : les représentations littéraires et surtout lithographiques romantiques délivrent ainsi des portraits fallacieux de jeunes héroïnes, tout entières occupées à découvrir plus ou moins hardiment les mystères de l’amour. À défaut du corps, les artistes investissent ainsi la sphère de l’imaginaire féminin en y projetant tout le non-dit physiologique et sexuel qui sous-tend l’éducation des filles, et beaucoup de leur mâle impatience, mais aussi de leur angoisse parfois, à être tenus à la marge du territoire intègre des demoiselles.

3Leur exercice emprunte quelque peu au siècle précédent, dans ce qu’il a pourtant de plus officiellement honni et rejeté par les bourgeois de la monarchie censitaire : le libertinage, et pis encore, le libertinage à philosophie pornographique comme celui de Boyer d’Argens (Thérèse philosophe, 1748) ou de Mirabeau (Le Rideau levé ou l’éducation de Laure, 1786). Dès lors il ne faut pas s’étonner que ledit emprunt n’aille pas sans galvaudage, surtout quand il cherche à s’affranchir des interdits sociaux pesant sur le virtuel entendement du corps et de la sexualité par les jeunes filles.

La connaissance des corps

  • 3 La pagination indiquée tout au long de cet article se réfère à l’édition du texte de Boyer d’Argens (...)
  • 4 Docteur Lallemand, Des pertes séminales involontaires, Paris, Béchet, 1836, t. i, p. 422.

4Pour les dix-neuviémistes, et plus encore pour celles et ceux voués au premier xixe siècle, il est confondant de constater la facilité avec laquelle les jeunes libertines font littérairement fi de leurs vêtements et des secrets de leur corps. Thérèse, dès l’âge de 7 ans, apprécie assez le sien pour se procurer du plaisir et vers 9-10 ans, son intérêt pour l’altérité corporelle la conduit à se joindre à quelques petits lutins et lutines afin de s’adonner au délicieux jeu de la « guigui » – aimable surnom prêté au sexe masculin : « Les garçons défaisaient leurs culottes, les filles troussaient jupes et chemises. On se regardait attentivement », avant que l’examen ne se poursuive de façon plus tactile (p. 13)3. La situation semble encore nourrir l’imaginaire des médecins de la monarchie censitaire qui réagissent avec un puritanisme sexuel plutôt novateur en recommandant que l’on sépare soigneusement les enfants des deux sexes dès les premières années, qu’on ne les laisse pas jouer dans le « plus grand pêle-mêle », afin qu’ils ne puissent pas saisir les mystères de la différence des sexes4.

  • 5 La pagination indiquée tout au long de cet article se réfère à l’édition du texte de Mirabeau, Le R (...)

5Dans L’Éducation de Laure, c’est son beau-père qui éveille par ses caresses les appétences charnelles de Laure, laquelle ne dédaigne pas, de surcroît, de se découvrir nue dans les miroirs : « je me regardais dans les glaces avec une complaisance satisfaite, un contentement singulier5 » (p. 59). Scène encore plus inimaginable dans les premières décennies du xixe siècle, où l’obsession de la pudeur devient paroxysmique, qu’au xviiie siècle.

Une idée d’indécence s’attachant pour les religieuses au corps humain, il faut en détourner les yeux et la pensée autant que le permet l’infirmité de notre nature déchue. On ne prenait de bains au Sacré-Cœur que par ordonnance du médecin, en cas de maladie. On avait chaque matin dix minutes pour se débarbouiller, se brosser, se peigner.

  • 6 Comtesse Marie d’Agoult, Mémoires, souvenirs et journaux, éd. Charles F. Dupêchez, Paris, Mercure d (...)

6Par ces quelques phrases, Marie d’Agoult, se remémore le manque d’hygiène et les contraintes corporelles auxquelles la jeune élève au couvent du Sacré-Cœur devait, avec ses condisciples, se soumettre au début des années 18206. L’enseignement négatif de l’Église catholique, qui considère avant tout le corps comme une grossière enveloppe matérielle reliant l’âme à la terre, y est souligné : il est inculqué à toutes les jeunes bourgeoises et aristocrates, vite habituées à entretenir un sentiment de honte et de mépris vis-à-vis de leur corps, interdit de nudité, et de leur sexe, stigmatisé par la faute pluriséculaire d’Ève. La comtesse ajoute qu’on ne pouvait voir, dans son couvent, de miroir qu’à la sacristie ; de la même façon, dans les demeures familiales, une jeune fille ne peut se trouver nez à nez avec une psyché, cette longue glace qui permet de se mirer entièrement, sauf à s’aventurer dans des pièces qui ne lui sont pas destinées (la chambre conjugale par exemple).

  • 7 Alfred de Musset, Gamiani ou deux nuits d’excès, Paris, Mercure de France, 2000. Pour les ingénues, (...)
  • 8 Planche publiée en 1832 chez Gihaut frères (Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale de Fr (...)

7Les écrivains du premier xixe siècle, qui ne s’intéressent somme toute que médiocrement aux jeunes filles, ne s’avisent guère en la matière de transgresser des usages sociaux si bien établis. Exception faite toutefois d’Alfred de Musset qui ne s’arrêta pas à mettre en scène quelques jeunes ingénues dans son œuvre, pour livrer, dans Gamiani ou deux nuits d’excès (1833), le saisissant portrait de Mademoiselle Fanny B*** que de sulfureuses pratiques libertines entraînent jusqu’à la mort : avant cet ultime dénouement dramatique, la première nuit d’excès sexuels débute par la révélation du corps de Fanny et son appréciation flatteuse par la comtesse Gamiani7. Prudent, Musset fit publier ce court roman érotique sans nom d’auteur, et à Bruxelles, afin d’échapper à la censure et au scandale. Les lithographes, quant à eux, s’ils n’hésitent pas à puiser un peu de leur inspiration dans l’érotisme libertin du siècle passé, se gardent d’un affranchissement par trop spectaculaire. Julien Vallou de Villeneuve (« Ah ! comme elle est bien faite », 1832, cf. p. 136)8 renoue par exemple ici avec une scène traditionnelle de voyeurisme, mais en bannissant toutes références explicites au sexe : en cela il se démarque nettement de la pornographie. Dans cet intérieur cossu, un jeune garçon s’est glissé subrepticement pour épier une jeune fille (les bijoux et le ruban dans la coiffure disqualifient une servante ou une femme mariée) qui se déshabille. Le corset ôté (sur la table basse, en bas, à droite) et le haut de la chemise défait dévoilent le ventre, la poitrine et les bras nus de la jouvencelle qui s’examine à loisir dans le reflet de la psyché. Si la porte est bien fermée, les rideaux de la fenêtre sont en revanche partiellement tirés et invitent à l’indiscrétion, légitimant ainsi l’inconvenance commise par le jeune homme et, à travers lui, par le consommateur de l’image.

  • 9 Voir Albert, comte de Luppé, Les Jeunes Filles à la fin du xviiie siècle, Paris, Champion, 1925, p. (...)
  • 10 Anne Richardot, « Lumières sur les jeunes filles », Le Corps des jeunes filles, de l’Antiquité à no (...)
  • 11 Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, dir. Alain Rey.

8Déjà peu au fait de l’anatomie féminine, les jeunes filles de l’âge romantique ignorent tout de l’autre sexe, ce qui n’était pas si vrai de leurs devancières du xviiie siècle élevées, semble-t-il, sans trop de pruderie, même si toutes ne furent pas, tant s’en faut, intéressées dès la puberté à la question de la différence physiologique des sexes par un père encyclopédiste féru des nouvelles orientations médicales, comme l’a été Angélique Diderot9. La littérature, qui ne les dédaigna pas, de Manon Lescaut (1731) à Justine ou les malheurs de la vertu (1791), put ainsi, sans trop choquer, s’attacher à incarner des silhouettes socialement évanescentes : « D’un corps elliptique, chargé d’une sensualité secrète, à un autre brutalement exposé et sexualisé, l’entreprise de dévoilement paraît accomplie – jusqu’à la profanation10 ». Expéditifs et bousculant délibérément les manières policées du monde dans un climat ludique exempt des supplices charnels qui marquent l’œuvre sadienne à la fin du siècle, Thérèse philosophe et l’Éducation de Laures’empressent de soumettre leurs héroïnes encore enfants à la vue du principal attribut du sexe masculin, le reste du corps lui étant inféodé, culture phallocentrique oblige. Dans une lithographie publiée vers 1831-1832, Frédéric Bouchot s’amuse à égarer deux demoiselles hors de leur état (cf. ci-dessous). L’image, horizontalement divisée, présente dans sa partie gauche une scène de bains fréquentée par des hommes nus ou s’apprêtant à le devenir. La porte de la palissade, qui clôt ce lieu strictement unisexué, est déplacée à droite de l’image pour appuyer la curiosité indiscrète de ces deux demoiselles (le tablier qu’elles portent toujours témoigne de leur juvénilité) ; l’œil accolé à une fente, elles surprennent l’anatomie masculine autant qu’elles sont surprises par elle (« Ah ! ma chère, je ne croyais pas que c’était comme ça »). La gestuelle compose avec un voyeurisme artificieux, comme cette main levée par la jeune fille de gauche qui fait mine d’arrêter le spectateur – ne regardez pas – quand elle-même est captivée par ce qu’elle observe à la dérobée. Le lithographe expose des fesses masculines licencieuses, mais dérobe au regard public des pénis forcément pornographiques. Le registre sexuel est plutôt décliné par le truchement d’un bestiaire composé d’un faisan (à l’extérieur de l’encadrement de la porte, en bas et à gauche de l’image) – représentant le gibier chassé – et d’un lapin (ébauché dans la pierre, à droite de l’encadrement de la porte), dont l’étymologie médiévale – « connin », « connil » puis « con » – a été l’origine d’incessants jeux de mots obscènes, de la même façon que la fécondité de l’animal a inspiré son emploi dans un contexte érotique11.

Les modalités de l’apprentissage sexuel

  • 12 Voir par exemple Claude Reichler, « La représentation du corps dans le récit libertin », dans Eros (...)
  • 13 Filles et garçons des classes dominantes sont alors, dans leurs premières années, habillés de façon (...)

9Pour Thérèse, comme pour Laure, l’apprentissage débute, à l’insu des protagonistes principaux de l’acte sexuel, par la perception oculaire, dans un processus de voyeurisme bien connu12. La première assiste, cachée, aux ébats fallacieux dont jouit le père Dirrag aux dépens d’Eradice. La seconde, dissimulée derrière un accessoire traditionnel (le rideau levé éponyme), épie les joutes sexuelles que son père livre à Lucette, de la même façon que son amie Rose espionnera Justine et Courbelon. La filiation est patente avec cette scène imaginée en 1831 par Pierre Numa (« Comment l’esprit vient aux filles », cf. p. 139). Utilisant un procédé de composition assez similaire à la précédente lithographie de Bouchot, il entraîne une fillette – accompagnée d’un enfant au sexe indéterminé13 – à délaisser leurs jeux d’enfants (raquette et volant, corde à sauter, en bas, à droite de l’image), pour observer à la dérobée le spectacle livré par la fenêtre d’une chaumière paysanne. Si le bambin est jugé trop jeune pour saisir le sel de la situation (trop petit, et bien que haussé sur la pointe des pieds, il ne peut visualiser pleinement ce qui se passe), la fillette, fascinée, entame son apprentissage sexuel. En haut et à droite de la chaumière, une pancarte annonçant la présence d’une « Maison d’éducation », renforce par ailleurs ironiquement l’intention pédagogique de l’image. Si l’acte sexuel est ici explicitement représenté (position non équivoque du couple paysan), sa portée révolutionnaire – pour l’esprit d’une fille, voire pour le spectateur – est largement atténuée par la présence des vêtements qui dérobent à tous la crudité de la scène.

  • 14 Jean-Baptiste-Joseph de Chantal, La Civilité des jeunes personnes, Paris, Périsse, 1843, p. 109.
  • 15 Delphine de Girardin, Lettres parisiennes du Vicomte de Launey, Paris, Mercure de France, 1986, t. (...)
  • 16 Dans sa Physiologie du mariage (1829), Balzac met ainsi en garde : « Ne commencez jamais le mariage (...)
  • 17 Honoré de Balzac, Mémoires de deux jeunes mariées, Paris, GF, 1979, p. 113.

10La captation de la sexualité s’effectue par les yeux, mais aussi par les oreilles. En témoignent au xviiie siècle les récits piquants de Laure à Eugénie, de Rose à Laure ou d’Isabelle à Rose (L’Éducation de Laure),comme celui, intarissable, de la Bois-Laurier à Thérèse (Thérèse philosophe). À l’époque romantique, le thème, réinterprété, revient avec force. Car si la société de la monarchie censitaire peut s’essayer à censurer la vue et les lectures de ses demoiselles, si elle a fait le choix de séparer, autant que faire se peut, les deux sexes dès la période pré-pubertaire, il lui est en revanche impossible de prétendre l’isoler aussi de la compagnie des femmes. Dans ce contexte disciplinaire, les liens noués entre deux amies intimes, au couvent ou au pensionnat, sont particulièrement redoutés, surtout quand l’une se marie et l’autre pas14. Le danger est grand de voir la seconde qui « sait qu’elle est innocente et qui se préoccupe de ce qu’elle ignore », comme l’écrit plaisamment Delphine de Girardin dans une de ses chroniques15, assouvir sa supposée curiosité auprès de la première. Peut-être se montrerait-elle alors moins docile à accepter un dispositif matrimonial scellé par une épreuve physique et symbolique de la mainmise masculine sur le corps des femmes16. Dans les Mémoires de deux jeunes mariées (1841-1842), Renée de l’Estorade, au lendemain de ses épousailles, est sollicitée avec effronterie par Louise de Chaulieu, toujours demoiselle, impatiente de mieux connaître « cet animal [qu’elle] nomme un mari ». Elle accède à la requête de son amie par un récit circonstancié qui se fait sybillin quand vient l’évocation de la nuit de noces17. La jeune femme en dit assez pour attiser ses velléités inquisitoriales (du lecteur ou de la lectrice), non pour la satisfaire véritablement (et ne pas heurter les convenances) : l’acte sexuel n’est certes pas révélé. Plus tard, dans Modeste Mignon (1844), l’écrivain conserve cette même prudence et calque le discours moral des observateurs sociaux qui considèrent qu’une curiosité excessive émanant d’une jeune fille la conduit à souiller son âme :

  • 18 Honoré de Balzac, Modeste Mignon, Paris, Gallimard, 1982, p. 78.

Bettina mourante avait donc innoculé l’amour à sa sœur. Ces deux filles avaient souvent causé de ce grand drame de la passion que l’imagination agrandit encore et la morte avait emporté dans sa tombe la pureté de Modeste, en la laissant, sinon instruite, au moins dévorée de curiosité18.

11Octave Tassaert traite du même thème, sur un mode nettement moins dramatique et ce nonobstant la légende : Un lendemain de noces. « Eh bien ! Comment t’en trouves-tu ? Oh ! Ma bonne amie, ne te marie jamais, c’est une horreur ! » (1832 ; cf.p. 141). Tassaert s’amuse ici à jouer des contrastes et des oppositions. L’obscurité de l’alcôve conjugale se perd dans la clarté de la nuit. Le sombre de la robe de la jeune fille condamne son indiscrétion malséante (on pense aussi, en remarquant l’attitude agenouillée de cette demoiselle, qui paraît confesser son amie, aux interrogations intimistes que beaucoup, à commencer par Michelet, attribuent aux prêtres dans le secret des confessionnaux) et tranche de la blancheur immaculée de la chemise de noces qui, paradoxalement, sanctifie la défloration nuptiale. Enfin l’air de félicité, arboré par la jeune épousée dément les désagréments dénoncés devant sa jeune amie (« C’est une horreur ! »). Tassaert, lui aussi, érotise la scène en dénudant le sein bientôt maternel de la nouvelle mariée, dont la pose voluptueuse trahit par ailleurs, avec une ostentation étudiée, un épanouissement charnel flatteur pour son partenaire. Par ce dernier artifice, l’artiste établit une complicité convenue avec son spectateur masculin, invité à s’identifier à l’époux absent.

12À la vue et à l’ouïe, s’ajoute bientôt le toucher dans un phénomène de mimétisme caractéristique : Laure, aussi bien que Thérèse, cherchent à reproduire sur elles les gestes surpris chez les autres. Encore une fois, la lithographie romantique répète l’intention libertine mais de façon édulcorée. Tassaert a élaboré cet univers féminin (Comme ils s’aiment !!!, 1832, cf. p. 142) de part et d’autre une classique diagonale. À gauche sont relégués des objets qui ancrent les demoiselles dans leur quotidien telles les revues sur le tabouret et sur le sol et l’équivoque guitare. À droite, rideau une nouvelle fois levé, un couple de statues enlacées se détache dans un flot de lumière projeté, semble-t-il, par une lanterne. Les deux amies apparaissent comme les spectatrices de leurs propres rêveries amoureuses, figurées par le tendre abandon du couple de pierre. Et la gestuelle qu’elles ébauchent n’est pas sans similitude avec l’attitude de leur modèle en pierre évanescente, Psyché et Cupidon. Ainsi le consommateur de l’image peut-il répondre en écho au « Comme ils s’aiment !!! » soupiré par l’une, « Comme elles s’aiment !!! »

  • 19 Voir par exemple Frédéric Bouchot, « Rêve d’une pensionnaire », publiée chez Aubert à Paris et chez (...)

13Un autre vecteur qu’il convient de ne pas négliger dans la diffusion de la science sexuelle est la lecture. Si Laure ne lit pas d’œuvres érotiques, Mme C***, dans Thérèse, jette son dévolu sur Le Portier des Chartreux (1741) et surtout, c’est la lecture de la bibliothèque galante du comte qui embrase Thérèse et l’entraîne à accepter du comte la pénétration par le pénis dans l’acte sexuel. Au xixe siècle encore, des lithographes comme Frédéric Bouchot ou Honoré Daumier19 mettent en images les mauvaises lectures, thème récurrent des pédagogues, des moralistes, des ecclésiastiques ou des médecins qui accusent en particulier le roman d’exalter l’imagination des jeunes filles. Dans ce type de production, Achille Dévéria (Le Roman du jour, monarchie de Juillet, cf. p. 144) se singularise par des sous-entendus sexuels appuyés. Une atmosphère de licence est créée avec la présence du sofa, du rideau levé et la dénudation des épaules, voire de la poitrine, des deux jeunes filles. Leur proximité, non plus que la posture alanguie de l’une contre l’autre, sont autant de clins d’œil à une homosexualité virtuelle. Le stylet, tenu en évidence par la lectrice, laisse présager une utilisation équivoque, tandis que sa compagne aguiche avec ostentation le spectateur. On notera que la bouche de cette dernière, au centre de la composition, se trouve sur une ligne qui va jusqu’au stylet, en passant par les chairs offertes – bras, gorge – et le roman, alibi commode à cette scène d’intérieur érotisée.

  • 20 Gustave Flaubert, lettre à Ernest Feydeau du 11 janvier 1859, Œuvres complètes illustrées, Paris, C (...)
  • 21 Voir par exemple Frédéric Bouchot, « Chère enfant, tu es en âge de te marier, l’agitation de ton es (...)

14Les progrès de Laure et de Thérèse sont favorisés par une foule de circonstances et de personnages ; une seule figure contrecarre, dans l’un et l’autre cas, les appétits des deux héroïnes : la mère. Dans L’Éducation de Laure, elle intervient pour tenter de tempérer l’ardeur et la connotation trop sexuelle des tendresses de son époux pour celle qui n’est que sa belle-fille (références à l’inceste et à la pédophilie). Ensuite Mirabeau s’en débarrasse en la faisant mourir quand Laure a dix ans. De la même façon, Mirabeau se sert de la mère, austère et rébarbative, de Vernol et de Rose pour distiller l’interdit : il leur faut tromper sa confiance pour se livrer à des exercices sexuels. Dans Thérèse, la mère devient dévôte et répressive : s’apercevant que sa fille se masturbe, elle lui fait attacher les mains pendant la nuit. Là encore, le véritable apprentissage sexuel de la fillette débute après la mort de sa mère. Cette fonction coercitive de la mère est amplifiée dès les premières décennies du xixe siècle. L’enjeu est primordial, puisque la mère est la gardienne du temple virginal jusqu’à la nuit de noces, gardienne jugée parfois trop efficace aux yeux des Lovelace. Aussi, à côté de la célébration ampoulée de la fonction maternelle, qui culmine au milieu du xixe siècle et dont Flaubert se moquait férocement en prédisant « que le culte de la mère sera une des choses qui fera pouffer de rire les générations futures20 », trouve-t-on des parodies cruelles de l’autorité intempestive exercée par des marâtres enlaidies à souhait ou par des ombres irréducti-blement attachées aux faits et gestes de leurs filles21. Même absente physiquement de l’image, la mère est omniprésente chez Dévéria (La Jeune inconséquente, « Rentrez vite, j’entends votre mère », 1834, cf. p. 146), qui traduit à sa façon les rudes difficultés que ce galant a dû surmonter avant de réussir à s’introduire subrepticement auprès de la belle convoitée (la forteresse qui surplombe le pic escarpé se détachant à l’arrière-plan). Encore n’a-t-il pas surmonté tous les obstacles qui jalonnent sa route, puisqu’à peine arrivé et n’ayant eu le temps que de déposer un baiser sur la main de son idole, il voit ses plans contrecarrés par son principal adversaire, la mère, en dépit de la complicité bienveillante de la domestique.

Une sexualité féminine évanescente

  • 22 Sur Thérèse philosophe et la question de la sexualité féminine, voir Anne Richardot, « Thérèse phil (...)

15Si l’on retrouve dans certaines images lénifiantes de l’époque romantique des motifs rémanents du libertinage pornographique, c’est sans le discours philosophique qui lui donne justement toute sa signification. Thérèse philosophe et L’Éducation de Laure, au-delà du récit crûment explicite de l’initiation sexuelle des deux héroïnes, sont en effet des livres propagateurs d’idées subversives pour la société du xviiie siècle, et bien plus encore pour celle du siècle suivant22. La question de la virginité prénuptiale d’abord, puisque toutes les jeunes héroïnes sont dépucelées sans qu’il soit question le moins du monde de mariage. L’ins-titution maritale, ensuite, rejetée par Boyer d’Argens comme par Mirabeau. La finalité reproductrice de la sexualité, enfin, détournée sans vergogne dans les deux romans où il s’agit avant tout de se procurer le maximum de plaisir sans risquer la venue d’un inopportun enfant. Dans Thérèse philosophe, le comte a recours au coït interrompu mais, plus radical, l’abbé T. n’hésite pas à mettre en cause la pénétration du sexe masculin. Dans L’Éducation de Laure, le père expli-que longuement à sa fille comment se préserver d’une grossesse en utilisant des moyens contraceptifs, éponges avec spermicides notamment.

  • 23 Voir la préface de Jean-Marie Goulemot à l’ouvrage du Dr Bienville, La Nymphomanie ou traité de la (...)
  • 24 Laurence Moulinier, « Le corps des jeunes filles dans les traités médicaux du Moyen Âge », Le Corps (...)

16Que ce soit par l’apparente libéralité de leur sexualité prénuptiale, par leur célibat ou leur concubinage et, plus généralement par la conception épicurienne de la sexualité qui marque le triomphe de la jouissance individuelle sur les intérêts du groupe social, mais aussi par la déculpabilisation et par la déchristianisation de la chair, les jeunes filles, délivrées de leur lien de parenté pluriséculaire avec Ève, sont en partie actrices de leur sexualité. La masturbation ne leur est interdite que jusqu’à la puberté. Si la mère de Thérèse se contente vainement de lui faire passer cette manie en lui attachant les mains, le père de Laure lui impose le port d’une ceinture de chasteté, instrument de contrôle sexuel redoutable, afin que la fillette préserve jusqu’à ses 16 ans l’usage de ses premières jouissances. Il est vrai qu’en 1771, 15 ans avant le roman de Mirabeau, était paru l’ouvrage du docteur Bienville, La Nymphomanie ou traité de la fureur utérine, qui est pour les femmes à peu près ce que L’Onanisme ou dissertation physique sur les maladies produites par la masturbationdu docteur Tissot a été pour les garçons à partir de 175823. L’expressivité de ces deux titres montre assez les ennemis à combattre désormais : le xixe siècle en fera d’ailleurs une de ses croisades les plus emphatiques. La littérature érotique du xviiie siècle s’autorise, quant à elle, à légitimer la masturbation féminine, renouant ici avec un discours qui n’a guère été tenu que par les médecins du Moyen Âge pour qui « d’un point de vue naturel, la masturbation pouvait être envisagée comme une nécessité individuelle sans conséquence pour l’espèce, et même, selon certains auteurs, comme une nécessité physiologique24 ». Dans l’esprit des libertins toutefois – et la précision est importante – la masturbation post-pubertaire ne devait être qu’un palliatif temporaire aux pratiques hétérosexuelles, tout comme d’ailleurs l’expérimentation des amours saphiques, discrète dans Thérèse, ostentatoire dans L’Éducation de Laure(Laure avec Lucette, avec Rose, puis Eugénie ; Rose avec Isabelle). L’homosexualité masculine ne bénéficie pas de la même indulgence. Il y a, dans le livre de Mira beau, une longue tirade du père qui, bien qu’ayant pratiqué ponctuellement la sodomie sur Vernol, se montre extrêmement réticent à son égard :

« Je t’avoue même, dit-il à Laure, que le goût de beaucoup d’hommes pour leur sexe me paraît plus que bizarre. […] outre qu’il viole les lois de la nature, il me paraît extravagant, à moins qu’on ne se trouve dans une disette absolue de femmes. […] je ne vois pas du tout d’un même œil celui des femmes pour le leur ; il ne me paraît pas extraordinaire, il tient même plus à leur essence, tout les y porte » (p. 152).

  • 25 Honoré de Balzac, Physiologie du mariage, Paris, GF, 1968, p. 94-95.

17Une façon sans doute d’expliquer la différence établie entre deux pratiques sexuelles de même type est de se rappeler qu’outre le fait que les interdits sociaux aient toujours été plus drastiques sur l’homosexualité masculine, combattue avec d’autant plus de virulence qu’elle « menace » la reproduction de l’espèce, le livre a été écrit par un homme pour un public d’abord masculin ; et il est plus facile à un homme de s’étendre complaisamment sur l’homosexualité féminine (stimulant libidinal privilégié des hommes) que sur celle des hommes. Le même phénomène réapparaît dans les représentations littéraires et iconographiques de l’époque romantique mais, à l’exception encore une fois de Gamiani ou Deux nuits d’excès (attribué à Alfred de Musset, 1833), sans être aussi explicite : La Fille aux yeux d’or (Balzac, 1834), Mademoiselle de Maupin (Gautier, 1835-36), à l’instar des lithographies déjà évoquées de Dévéria (Le Roman du jour, Monarchie de juillet) ou de Tassaert (Comme ils s’aiment !!!, 1832) n’abordent en effet les amours saphiques que de façon allusive. Balzac s’était fait un peu plus précis cependant quand, à l’instar du Diderot de La Religieuse (1796), il renoue avec la critique traditionnelle des univers unisexués que sont le couvent ou le pensionnat, considérés comme autant de lieux générateurs de pratiques lesbiennes (La Physiologie du mariage, 1829). Le champ lexical utilisé par Balzac, comme « tâtonnements de volupté », « simulacres de bonheur » rappelle celui de Mirabeau qui, en dépit des licences octroyées à Laure, parlait déjà d’« idée illusoire du bonheur et du plaisir » : seul un homme est capable de donner un plaisir complet à une femme25.

  • 26 Paris, Hachette, 1998, p. 28 et 30.
  • 27 Voir Valérie van Crugten-André, Le Roman du libertinage 1782-1815. Redécouverte et réhabilitation, (...)

18En s’intéressant à « Rousseau, les femmes et la cité » dans Le Consentement amoureux, Claude Habib écrit avec raison qu’avec la révolution romantique s’efface la jouissance féminine et que « le féminin est désexualisé par la doxa romantique26 ». En matière de représentations des pratiques sexuelles, et tout particulièrement de celles féminines, la rupture post-révolutionnaire est en effet frappante mais peut-être pas aussi absolue qu’il n’y paraît, même dans ces deux extrêmes que sont la littérature philosophique pornographique du xviiie siècle et les fictions littéraires et iconographiques de l’époque romantique. Il importe toutefois d’expliquer le paradoxe : le roman libertin, en tant que mise en œuvre d’une philosophie de l’amour et de pratiques érotiques spécifiques, livre ses derniers titres sous le régime napoléonien et c’est d’ailleurs également à la même époque que la fiction pornographique commence à être pensée comme un genre autonome, pernicieux parce que susceptible de contrevenir à l’ordre moral. Sous la monarchie de Juillet le processus aboutit par exemple à la création de l’Enfer de la Bibliothèque Nationale, qui stigmatise les ouvrages dits immoraux en les isolant dans une section particulière27. Aussi les références au xviiie siècle libertin, que l’on devine un peu dans la littérature et beaucoup dans la lithographie des années 1830-1840, doivent avant tout être interprétées comme autant de clins d’œil que les auteurs adressent à des ouvrages interdits dans les premières décennies du xixe siècle et lus certainement clandestinement durant leur jeunesse. Spectaculairement affadies avec le retour en force du catholicisme, installé au gouvernement dès les années 1820 – elles sont par exemple prudemment expurgées de toute charge anticléricale afin de ne pas s’exposer frontalement à la censure – ces références détournent l’érotisme ludique et signifiant du libertinage pour tenter de tromper les pesanteurs morales de la monarchie de Juillet.

Notes

1 Nous sommes ici en plein cœur du système discursif sur le sexe, mis en évidence par Michel Foucault dans La Volonté de savoir, tome premier de son Histoire de la sexualité, Paris, Gallimard, 1976.

2 Comtesse Claire de Rémusat, Essai sur l’éducation des femmes, Paris, Ladvocat, 1824, p. 117.

3 La pagination indiquée tout au long de cet article se réfère à l’édition du texte de Boyer d’Argens, Thérèse philosophe, publié par Actes Sud, coll. « Babel » en 1992.

4 Docteur Lallemand, Des pertes séminales involontaires, Paris, Béchet, 1836, t. i, p. 422.

5 La pagination indiquée tout au long de cet article se réfère à l’édition du texte de Mirabeau, Le Rideau levé ou l’éducation de Laure, publié par Actes Sud, coll. « Babel » en 1994.

6 Comtesse Marie d’Agoult, Mémoires, souvenirs et journaux, éd. Charles F. Dupêchez, Paris, Mercure de France, 1990 (1877), t. i, p. 140.

7 Alfred de Musset, Gamiani ou deux nuits d’excès, Paris, Mercure de France, 2000. Pour les ingénues, on songe par exemple aux jeunes héroïnes d’À quoi rêvent les jeunes filles ? (1832) et à Camille dans On ne badine pas avec l’amour (1834).

8 Planche publiée en 1832 chez Gihaut frères (Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale de France) ; la légende en anglais s’explique par la diffusion de ce type d’images à Londres, voire à New York pour les lithographes les plus réputés. La plupart des lithographies présentées dans cet article ont été étudiées, dans une autre perspective, dans mon livre La Discipline de l’amour. L’éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge du romantisme, Paris, Plon, 1997.

9 Voir Albert, comte de Luppé, Les Jeunes Filles à la fin du xviiie siècle, Paris, Champion, 1925, p. 124, et Gabrielle Houbre, « Innocence, savoir, expérience : les jeunes filles et leur corps fin xviiie -début xxe siècle », à paraître en portugais dans les actes de la rencontre franco-brésilienne Le Corps des femmes (mai 2000), en 2003.

10 Anne Richardot, « Lumières sur les jeunes filles », Le Corps des jeunes filles, de l’Antiquité à nos jours, dir. Louise Bruit Zaidman, Gabrielle Houbre, Christiane Klapisch-Zuber et Pauline Schmitt Pantel, Perrin, 2001, p. 266.

11 Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, dir. Alain Rey.

12 Voir par exemple Claude Reichler, « La représentation du corps dans le récit libertin », dans Eros philosophe. Discours libertins des Lumières, Paris, Champion, 1984, article en partie repris dans L’Age libertin, Paris, Minuit, 1987 ; voir aussi Dorothy Kelly, Telling Glances. Voyeurism in the French Novel, New Brunswick, New Jersey, Rutgers University Press, 1992.

13 Filles et garçons des classes dominantes sont alors, dans leurs premières années, habillés de façon similaire, avec un pantalon recouvert par une robe tombant au mollet et portant tablier.

14 Jean-Baptiste-Joseph de Chantal, La Civilité des jeunes personnes, Paris, Périsse, 1843, p. 109.

15 Delphine de Girardin, Lettres parisiennes du Vicomte de Launey, Paris, Mercure de France, 1986, t. i, p. 91, à la date du 8 mars 1837.

16 Dans sa Physiologie du mariage (1829), Balzac met ainsi en garde : « Ne commencez jamais le mariage par un viol » (Œuvres complètes, Paris, Gallimard/La Pléiade, dir. Pierre-Georges Castex, t. 11, 1980, p. 955).

17 Honoré de Balzac, Mémoires de deux jeunes mariées, Paris, GF, 1979, p. 113.

18 Honoré de Balzac, Modeste Mignon, Paris, Gallimard, 1982, p. 78.

19 Voir par exemple Frédéric Bouchot, « Rêve d’une pensionnaire », publiée chez Aubert à Paris et chez Tilt à Londres en 1831 et « Mettez donc vos filles dans un pensionnat ! », Le Voisinage, série de 9 planches publiée chez Aubert en 1832 ; Honoré Daumier, « L’imagination », suite de 15 pièces avec Ch. Ramelet pour Le Charivari, 1833 (Cabinet des estampes, BNF).

20 Gustave Flaubert, lettre à Ernest Feydeau du 11 janvier 1859, Œuvres complètes illustrées, Paris, Club de l’Honnête Homme, 1974-1975, t. xiii, p. 613.

21 Voir par exemple Frédéric Bouchot, « Chère enfant, tu es en âge de te marier, l’agitation de ton esprit, tes émotions inquiètes et vagues ; tout m’annonce que ton cœur s’épanouit… J’ai fait pour toi le choix d’un époux qui te rendras [sic] heureuse », Soins tyranniques, série de 11 planches publiée chez Aubert en 1840 ; Jules-Joseph Bourdet, « Ma maman donnez-moi quelque chose à lire. – Ma fille, lisez les conseils à ma fille. – Mais maman je les connais ; toujours du Bouilli c’est ennuyeux. – Ma fille, tant que vous serez demoiselle vous n’aurez pas autre chose, votre mari vous donnera du rôti si ça lui convient », Bêtises, série de 17 planches publiée chez Aubert en 1837, n ° 10 et Octave Tassaert, « Puisque c’est pour le bon motif, parlez-en à ma mère », Boudoirs et mansardes, suite de 8 planches publiée chez Neuhaus et Osterwald en 1832. Ces lithographies sont reproduites dans Gabrielle Houbre, La Discipline de l’amour, op. cit., p. 161, 163 et 253.

22 Sur Thérèse philosophe et la question de la sexualité féminine, voir Anne Richardot, « Thérèse philosophe : Les charmes de l’impénétrable », Eighteenth-Century Life, 21 (May 1997), p. 89-99.

23 Voir la préface de Jean-Marie Goulemot à l’ouvrage du Dr Bienville, La Nymphomanie ou traité de la fureur utérine, Paris, Le Sycomore, 1980, p. 9-21, et son article « Fureurs utérines » dans le numéro 12 (1980) de Dix-Huitième siècle, consacré aux « Représentations de la vie sexuelle au xviiie siècle ».

24 Laurence Moulinier, « Le corps des jeunes filles dans les traités médicaux du Moyen Âge », Le Corps des jeunes filles, de l’Antiquité à nos jours, op. cit., p. 99.

25 Honoré de Balzac, Physiologie du mariage, Paris, GF, 1968, p. 94-95.

26 Paris, Hachette, 1998, p. 28 et 30.

27 Voir Valérie van Crugten-André, Le Roman du libertinage 1782-1815. Redécouverte et réhabilitation, Paris, Champion, 1997, p. 448 sq. et l’ouvrage de Walter Kendrick, The Secret Museum. Pornography in Modern Culture, New York, Penguin, 1987, cité par elle.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search