Version classiqueVersion mobile

Femmes et libertinage au xviiie siècle

 | 
Anne Richardot

II. Femmes galantes et filles perdues

La femme libre chez Voisenon

Lydia Vázquez

Texte intégral

  • 1 Notamment celles de ses deux contes libertins les plus connus, Le Sultan Misapouf (1746) et Histoir (...)
  • 2 Voir É. Henriot, Les Livres du second rayon. Irréguliers et libertins, Paris, 1948.
  • 3 La Grande Encyclopédie : inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts par une société (...)
  • 4 Introduction au Sultan Misapouf et à Histoire de la Félicité, op. cit., p. 488.

1Claude-Henri Fuzée de Voisenon, abbé de Saint-Jean-du-Gard, est pour nous, aujourd’hui, et malgré les quelques rééditions récentes dont il a été l’objet1, le prototype de l’écrivain du second rayon2. Le portrait qui nous en est fait par ses contemporains y contribue : son physique désavantageux et sa santé fragile, mais aussi son esprit brillant et ses succès auprès des femmes, étaient plus connus que ses écrits3. Et pourtant, cet académicien élu à la prestigieuse institution à la place de Crébillon père, qui égayait les assemblées du château de Montrouge, de l’Académie de ces Dames et de ces Messieurs, ou encore de la célèbre société du « bout du banc », a laissé derrière lui des poèmes, des pièces de théâtre et une belle collection de contes libertins. De quoi faire figure d’écrivain de son époque à côté de tant d’autres, si ce n’était qu’alors comme aujourd’hui, Voisenon n’était pas pris au sérieux. Même Raymond Trousson reconnaît, à propos de ses contes que « rien de tout cela n’est profond ni d’un grand génie, mais divertit et fait sourire4 ».

  • 5 Voir la notice de la comtesse Turpin de Crissé dans les Œuvres complètes de M. labbé de Voisenon, (...)

2Ces lignes ne se proposent pas pour autant de faire de cet individu libertin et folâtre, qui pratiquait l’écriture comme un plaisir de plus dans la vie, un homme de lettres en toute sa « gravité » ; il ne l’aurait pas voulu ainsi. L’auteur des Essais historiques pour l’instruction du Dauphin, aimait mieux qu’on le connût pour ses goûts de bon vivant5 que comme « bon écrivain ». Il n’aurait pu qu’être flatté s’il avait entendu La Harpe, corrosif, dire de son esprit, lorsque ses œuvres complètes parurent en 1781, six ans après sa mort, qu’il ressemblait « à un papillon écrasé dans un in-folio ».

  • 6 À propos des rapports entre les Favart et Voisenon, nous reproduisons le commentaire inclus dans la (...)

3Voisenon, en bon libertin, connut bien les femmes. Les femmes du monde, comme Mme de Châtelet, ou sa grande amie la comtesse de Turpin, qui prit en charge la publication de ses œuvres complètes, ou encore Mlle Quinault. Les femmes du monde du spectacle, comme Mlle Le Maure ou Mme Favart-la Chantilly6, qui aimèrent l’abbé. Voltaire l’appelait « l’abbé greluchon » et La Harpe, sur un ton qui peut nous laisser entrevoir un soupçon de jalousie, dit de lui à ce propos que « les femmes s’en amusaient comme d’un homme sans conséquence, qu’on pouvait avoir en passant, sans trop s’en apercevoir, et sans que les autres s’en aperçussent ».

4Voisenon a le droit, me semble-t-il, malgré l’air crébillonien de sa plume, à une place de choix au sein du courant libertin des Lumières, par une originalité qu’on ne saurait nier. Et cette originalité réside, en partie, dans l’approche du personnage féminin dans ses contes. Il aima les femmes, celles-ci l’aimèrent en toute liberté. Ce fut donc, non pas dans un rapport féodal de forces masculin-féminin, mais dans un cadre de liberté conçu par lui-même que Voisenon préfigura le « sexe » de ses rêves. Chez Voisenon les femmes ne sont pas les victimes de la manipulation des vils séducteurs, mais des individus désirant autant que désirés, voire plus car elles ont un avantage sur les hommes, que Voisenon connaissait bien : elles possèdent, en général bien entendu, une âme. Et, comme il nous est dit dans Le Sultan Misapouf, « quand c’est l’anneau seul qui porte la parole, le cœur peut fort bien ne pas répondre ; mais quand c’est le cœur qui parle, il est bien difficile que l’anneau ne se mêle pas un peu de la conversation ».

5Défenseur de la cause féminine, avant l’heure, surtout s’agissant d’un homme ? Sans doute. Mais Voisenon avait en plus des raisons bien précises pour cela. C’est que, en fin de compte, il y eut beaucoup d’autres femmes dans la vie de Voisenon : ses lectrices. Homme à femmes, homme respectueux des femmes, il se consacra à elles non seulement en parfait « galant-homme » mais, et surtout, par son écriture. Sans doute une raison de plus pour faire de cet abbé un minor. Les femmes étaient, en effet, les destinataires directes de ses contes de fées. Raymonde Robert est peutêtre la seule à avoir remarqué l’importance de ce facteur dans la production de Voisenon, dans son édition des Contes parodiques et licencieux du xviiie siècle, lorsqu’elle écrit, à propos du Sultan Misapouf :

  • 7 Raymonde Robert, Introduction aux Contes parodiques et licencieux du xviiiesiècle, Nancy, Presses U (...)

Son contenu fort leste, malgré la gaze qui en voile l’immodestie, soulève une intéressante question d’histoire. S’il faut en croire la dédicace, il fut rédigé pour amuser une dame qui aimait les contes de fées ; l’ensemble des contes de l’abbé appartiennent à cette même veine très gauloise et paraît bien refléter le fait qu’il fallait beaucoup de verdeur dans les récits pour effaroucher les dames des salons, comme le confirme la jolie anecdote suivante : un jour, après s’être plaint que les filles fussent plus pudibondes que les honnêtes femmes, Duclos se serait mis à raconter une histoire très osée, à quoi la sœur du comte de Forcalquier-Brancas aurait objecté en l’interrompant : « Eh ! Là ! Duclos, vous nous croyez aussi trop honnêtes femmes ! ». [En effet], les salons du xviiie siècle s’encanaillent allègrement ; et les dames se délectent aux allégories obstinées de petits doigts et d’anneaux dont l’abbé de Voisenon prétend les amuser7.

  • 8 Voir à ce propos mon livre, Elogio de la seducción y el libertinaje, San Sebastián (Espagne), R & B (...)

6C’est là, peut-être, le secret de la singularité de Voisenon au sein du courant libertin, majoritairement masculin et destiné à un public masculin. Libertine par son ton osé et sa thématique, son écriture déborde la structure du récit libertin8, en présentant, en somme, une femme libre et hédoniste, telle qu’il ne plut de l’imaginer qu’à de très rares écrivains de son époque, y compris les libertins : la femme esquissée dans ses discours par Laclos, qui refusa de la mettre en scène dans ses écrits, tellement il paraissait impossible d’atteindre un tel degré de liberté.

  • 9 Il est probable que le Diderot des Bijoux Indiscrets ait connu Le Sultan Misapouf, publié un an aup (...)

7Les contes de Voisenon ont une structure qui leur est propre et qui obéit à des règles internes très précises, au croisement de la narration orientale à la manière des Mille et une Nuits tant à la mode, du conte de fées en vogue depuis le siècle précédent, du récit libertin façon Crébillon et de la tradition gauloise de la paillardise. Mais ils ont, de plus, un humour et un sens de l’absurde qui leur confèrent un ton onirique et surréaliste très particulier dont s’inspireront d’autres écrivains du siècle, depuis Diderot jusqu’à Lesuire, en passant par Vivant Denon9.

8Le titre et le début du récit nous posent une question de morale en termes d’oxymore, que le narrateur se doit de justifier au long de l’histoire. Ainsi, la Raison tant vantée est prise à rebours et sert à démontrer l’absurde, l’illogique. Un jeune homme était amoureux d’une jeune fille jolie, qui l’aimait et qui lui eût été fidèle, et était sollicité par une veuve plus âgée que lui, laide, qui ne l’aimait pas et qui allait lui être infidèle, il se maria avec la deuxième, et… Il eut raison. Voilà un exemple du point de départ et d’arrivée de tous les contes de notre abbé, qui présentent de ce fait une structure circulaire plus adaptée au jeu, aux devinettes de salon, qu’aux récits proprement dits. Première trace, cette dimension ludique, de la féminité de l’écriture de Voisenon.

9À l’intérieur du récit, le narrateur ne se présente pas en défenseur des femmes, loin de là. Une lecture rapide et peu attentive ou malintentionnée peut faire de notre auteur un misogyne de plus parmi les hommes de lettres du xviiie siècle. En effet, les femmes sont présentées comme infidèles, coquettes, bêtes, fausses prudes, dissimulées, méchantes… avec toute une cosmogonie féerique à l’appui. Si nous survolons la géographie diégétique de Voisenon, nous apercevons les châteaux de la fée Rancune, de la fée Rusée, de la fée Coquette, de la fée Ténébreuse, de la fée Méchante, de la reine Inconséquente et de la princesse aux Passades, un lieu nommé le Tourbillon des Coquettes, un autre nommé le Pays des Éclairs où habitaient des femmes « à prétention » qui « n’avaient qu’une idée qu’elles subdivisaient en petites pensées… ».

10Mais si Voisenon dénonce les vices féminins de l’époque, c’est pour mieux défendre un « beau sexe » qu’il croit possible, et en accord profond avec une essence féminine que l’abbé admire par-dessus tout. Ainsi, notre auteur met en scène la femme par opposition à ces êtres hideux qui n’ont que l’apparence féminine, et encore. Une nouvelle femme qui n’aurait pas été gâtée dès sa naissance par une mère déjà dépravée ni par les institutions habituelles, les couvents, où l’on apprend tout ce qui nuit au naturel féminin. Dans ce sens, la libertine de Voisenon est beaucoup plus proche de l’homme libertin du xviie siècle que d’une marquise de Merteuil qui ne peut être comprise de manière indulgente qu’en l’envisageant comme le résultat logique et énergique d’une aliénation sociale subie par la femme. Or, si chez Laclos il n’y a que la constatation de cette dépravation « obligée » de la femme, chez Voisenon, nous assistons, après avoir parcouru tous les vices des contemporaines, à la naissance d’une femme nouvelle qui a tout de l’éternel féminin, mais mise à un niveau d’égalité par rapport à ses partenaires masculins. Il en fait le portrait dans Il eut raison, lors d’une visite d’Azéma « guidée » par le génie, d’un endroit utopique où les femmes sont libres :

  • 10 OC, t. iii, p. 40.

Un esprit liant, des mœurs douces, une âme simple et sensible, caractérisaient la maîtresse de cette maison ; elle était amoureuse, sans cesser un seul instant d’être décente et honnête, polie avec ses connaissances, gaie avec sa société ; pleine de confiance, d’égards et d’attentions pour son mari, elle le consultait moins par besoin que par respect pour elle-même ; elle avait soin de n’inviter que des gens qui lui convinssent autant qu’à elle ; elle voulait qu’il fût sûr, quand il lui prenait envie de rentrer chez lui, d’y être fêté comme un ami aimable qui arrive sans qu’on s’en soit flatté10.

  • 11 Nous faisons allusion, évidemment, à « Des femmes et de leur éducation », en réponse à la question (...)

11Pour que cette femme nouvelle existe, une éducation différente doit être mise en place. Voisenon ne partage pas le pessimisme de Laclos, qui croit toute éducation inutile si la société reste inchangée11. L’éducation des jeunes filles dans les couvents, dans la cour, auprès de mères nullement préparées, est plutôt catastrophique :

  • 12 Nous avons utilisé dans nos citations les textes réédités, s’ils existaient, et les Œuvres Complète (...)

Mlle de Vierville était très sensée ; mais grâce à son éducation, elle devint la plus impertinente de toutes les créatures. L’absence d’éducation vaut encore mieux, si l’on en croit le narrateur de Tant mieux pour elle : Tricolore fut élevée à la cour ; elle eut le bonheur de plaire, parce que personne ne lui en enseigna les moyens : on négligea son éducation ; on ne se donna pas la peine de gâter son naturel : elle était simple, naïve, ne se croyait pas aimable, et cependant désirait qu’on l’aimât beaucoup12.

12La seule éducation positive, aussi bien pour les jeunes filles que pour les garçons, puisque pour Voisenon l’éducation des deux sexes doit être la même, est celle basée sur l’auto-apprentissage. Il faut commettre des erreurs lorsqu’on est jeune, répétera sans cesse l’abbé, pour apprendre à ne pas y tomber lorsqu’il n’y aura plus de solution. Dans Il eut raison, Irène, sur son lit de mort, recommande ainsi son fils Azéma à son Génie de confiance :

  • 13 OC, t. iii, p. 29.

Prenez soin, je vous prie, de l’éducation d’Azéma, appliquez-vous à lui rendre l’esprit juste, qu’il voie les choses comme elles sont ; rien n’est si difficile. Il est jeune, qu’il ait les erreurs de son âge, pour en sentir le faux ; qu’il fréquente les femmes, qu’il ne soit pas méchant ; on doit se former l’esprit avec leurs agréments, excuser leurs défauts, et profiter de leurs faiblesses. Lorsqu’il aura vu le monde et qu’il en sera dégoûté, qu’il finisse par se marier, afin d’avoir une maison qui soit l’asyle d’une compagnie choisie13.

13On croirait entendre Lord Chesterfield s’adressant à son fils. Voici maintenant le discours que tient à son mari Mlle de Vierville devenue Mme la Présidente de Sermanville, à propos de l’éducation de ses enfants :

  • 14 Les À-Propos, conte : Histoire des deux frères, OC, t. iii, p. 69-70.

Monsieur, je n’ai aucune vue sur l’état que doivent embrasser mes enfants ; je m’en rapporte à eux pour s’examiner et se juger. Ils iront à Paris ; s’ils sont dignes de s’y faire des amis, ils seront bien conduits, je n’en serai pas inquiète ; ils ne le mériteraient pas. À l’égard de ma fille, elle a quinze ans ; je ne l’ai pas mise au couvent, on l’aurait élevée comme moi ; je ne la garderai point dans ma maison, elle s’y ennuierait ; l’ennui dessèche le cœur ; la contrainte qu’inspire une mère, l’habitude de la voir nuisent aux sentiments qu’on lui doit. Il faut que des enfants apprennent à désirer leurs parents, et qu’ils envisagent comme une récompense, plutôt que comme un devoir, l’obligation de les rejoindre14.

14Nous sommes loin ici de Mme de Genlis.

  • 15 OC, t. iii, p. 115.
  • 16 OC, t. ii, p. 1.

15Mais ce sont sans doute l’histoire d’Aphanor et Bellanire et le conte Zulmis et Zelmaïde qui constituent les textes-clés de Voisenon en ce qui concerne le thème de l’éducation des jeunes hommes et des jeunes filles. Orizolcus, grand Inca du Pérou, a une fille, Bellanire, et Muzilanor, grand prêtre du Temple du Soleil, un fils, Aphanor. Ceux-ci sont promis, mais pas avant d’avoir parfait leur éducation. Bellanire est prise en charge par une sylphide et Aphanor par un salamandre (bien avant Lesuire), qui les « abandonnent à eux-mêmes » puisque « on ne cesse d’être un sot qu’à force de faire des sottises ». Un parcours initiatique, d’apprentissage, permet aux jeunes – le voyage prend chez Voisenon une dimension symbolique –, après maints égarements, de se retrouver, mûris, changés, prêts à s’aimer en individus égaux et libres : « Telmaïs [le salamandre] et la sylphide les unirent, et les ramenèrent chez leurs parents, qui furent très étonnés et très satisfaits de les voir amants, époux, aimables et honnêtes gens15 ». Pour Zulmis et Zelmaïde, le conte débute ainsi : « Si l’on suivait toujours les règles de la nature et de l’équité, il n’y aurait que des heureux sur la terre : on ne verrait ni mères rigides, ni filles dissimulées, ni maris maussades, ni femmes infidèles16 ». Comme la princesse Couleur de rose n’excellait pas dans l’éducation des enfants, elle avait confié celle de sa fille Zelmaïde à la fée Raisonnable. Zulmis, fils d’un roi de la Conchinchine, est aussi pensionnaire chez cette fée, puisque l’éducation est envisagée en mixité. Avec de petites variantes, l’histoire est la même : Zulmis et Zelmaïde ne se marieront que lorsqu’ils se mériteront l’un l’autre par une éducation qui ne commencera que lorsqu’ils apprendront tout seuls, loin du Palais de la fée Raisonnable, et chacun de son côté, à ne plus commettre d’erreurs.

  • 17 OC, t. iii, p. 41.
  • 18 Dans Romans libertins du xviiiesiècle, p. 527.

16Une fois initiée, éduquée, quelle est cette femme nouvelle ? Ses caractéristiques pourraient surprendre par leur modernité. En femme libre, elle ne se doit ni d’être vierge avant le mariage ni d’être fidèle après contrat. Dans Il eut raison, le génie reprend Azéma qui croit que les femmes libres qu’ils ont vues dans la contrée utopique déjà citée, sont toutes fidèles à ces maris qu’elles respectent : « Vous vous trompez, répliqua le génie, il n’y en a pas une seule qui n’ait pas son affaire arrangée, il est aisé de rendre un amant heureux, sans que cela prenne sur le bonheur d’un époux […]. Une femme étourdie fait plus de tort à son mari qu’une femme sensée et tendre17 ». Mais c’est dans Le Sultan Misapouf que le profil de la femme nouvelle se dessine avec le plus de netteté, que la virginité comme vertu féminine est condamnée sans ambages. Lorsque la sultane Grisemine entreprend de raconter la perte de son pucelage à son mari, le sultan Misapouf, celuici l’encourage : « je ne vous en aimerai pas moins. Car enfin je ne trouve pas que cette ignorance soit quelque chose de merveilleux18 ». À partir de là, le mariage comme contrat légitimant une sexualité qui devrait être libre ou ne pas être, est également mis en question. Grisemine était vierge et devait conserver sa « vertu » pour avoir une chance de régner en Finlande. Elle écoute une conversation entre jeunes mariés qui couchent à côté du lit qu’elle partage avec Ziliman, déguisé en femme. La jeune mariée, Fatmé, se défend de Thaïs, puisque sa mère lui a interdit de faire cela :

  • 19 Idem, p. 532.

Sans doute, belle Fatmé, lui répond Thaïs, quand vous étiez fille ; mais tout doit m’être permis, puisque vous avez reçu ma foi en présence de l’yman. – Je me moque de l’yman, reprit Fatmé ; la chose est bonne ou mauvaise en soi : si elle est bonne, on n’a pas besoin d’un yman pour y être autorisé, et si elle est mauvaise, la permission de l’yman ne peut pas la rendre bonne19.

17En femme libre, le personnage féminin de Voisenon est l’amie de l’homme. Dans ce sens, l’amour est envisagé par l’abbé comme le résultat d’un rapport d’amitié mixte, comme le lien le plus complet qui existe, et Voisenon place l’amitié audessus de tout, très loin du mariage :

  • 20 Idem, p. 540.

« Je vous avoue que le mariage, dit Thémidore, quoique fort respectable, m’a toujours paru un tant soit peu indécent : on oblige une fille de recevoir publiquement dans son lit quelqu’un qu’elle ne connaît pas, et elle est déshonorée d’y recevoir en secret quelqu’un qu’elle adore : que l’homme est étonnant20 ! ».

18Ce philosophe continue son discours par la défense de la séparation et du divorce, pour finir par un vibrant éloge de l’amitié entre les sexes et de celle qu’il nourrit avec une femme tout particulièrement :

  • 21 Idem, p. 542.

Je vais souvent la voir, je lui développe toutes mes pensées, elle me confie les siennes ; nous éprouvons que la véritable amitié, l’amitié délicate, l’amitié tendre et attentive ne peut guère subsister qu’entre deux personnes d’un sexe différent, qui sont parvenus à l’âge de mépriser l’amour. Ce que l’on doit aux femmes multiplie les égards, détruit les inconvénients de l’égalité, émousse les pointes de l’envie, rend les nuances de la sensibilité plus douces, et devient le principe d’une confiance plus liante et plus intime21.

  • 22 OC, t. iii, p. 93.
  • 23 Je ne crains point les hommes et je suis accoutumée à être sage avec eux, sans les éviter. Je ne fa (...)
  • 24 Op. cit., p. 552.

19C’est l’histoire même de La Navette de l’amour, un conte où Zizis, veuve au bout de « trois mois de mariage qui lui parurent fort longs », devient indépendante, et se lie d’amitié avec Mirza, son voisin. Cette amitié ne fait que se renforcer au long du conte et ce n’est qu’à la fin, où ce sentiment est devenu, par gradation, de l’amour, que « Zizis et Mirza s’unirent, et, par amitié, passèrent la nuit ensemble ». Bien entendu, « ils furent heureux toute leur vie22 ». Cette femme, « familière avec les hommes23 » comme la Mélite de La Petite-Maison, méprise ce je-ne-sais-quoi qui sacralise l’homme comme le grand inconnu qui charme les femmes et les séduit en usant de sa renardise. La critique du je-ne-sais-quoi dans le Sultan Misapouf est, à ce propos, exemplaire24.

  • 25 Dans Aphanor et Bellanire, le Tourbillon des Coquettes est peuplé de femmes « libertines », tout le (...)

20Mais, aussi loin du libertinage féodal que des amours platoniciennes, la femme nouvelle, puisque libre25, est une femme non seulement désirée mais aussi et surtout désirante et hédoniste. La sensibilité particulière de la femme ne fait pas d’elle une créature à sentiments, opposée en cela à l’homme, ou une créature sensuelle – comme le crurent certains des contemporains de Voisenon –, mais au contraire, la pousse à une recherche du plaisir sans doute d’autant plus pressante qu’elle se présente comme légitime. Grisemine devint lapine grâce à Voisenon simplement pour évacuer le sentiment de la faute première. Cela fait, comment mépriser ces femmes qui se donnent par excès de tendresse, qui ne savent pas offrir leur « anneau » sans rendre auparavant leur cœur ? C’est ainsi que la fée aux Anneaux accueille Misapouf à qui elle fait parcourir son temple-vaisseau, composé de trois cintres séparés. À l’intérieur du troisième cintre, on pouvait voir une couronne de cœurs et pas un seul anneau :

  • 26 Idem, p. 519.

Voilà, dit la fée, le cercle des cœurs qu’on méprise sans raison, qu’on devrait estimer souvent, et plaindre toujours […]. Ce sont des femmes qui n’ont de faiblesse que parce qu’elles ont une âme ; qui sont trop sincères pour n’être pas crédules, et trop tendres pour n’être pas aimées. Leurs cœurs cachent leurs anneaux, on n’a jamais le dernier que par le moyen du premier, et c’est là ce qui fait les passions voluptueuses et durables26.

  • 27 Ibid.
  • 28 OC, t. ii, p. 73.

21Cette volupté est faite d’un désir de jouissance : « J’étais rouge, il l’imputa à ma colère, je crois qu’il se trompait27 ». Zelmaïde conclut le conte dont elle est héroïne d’une exclamation : « On prétend que la nuit on entendit Zelmaïde dire aussi : ‘ Ah ! chien’, mais d’un ton différent de celui du génie28 ».

22En fait, que ce soient Zelmaïde ou Grisemine, la Sylphide ou la femme utopique, Bellanire ou ces femmes dont les cœurs tendres sont tellement grands qu’ils cachent leurs anneaux, il s’agit bien là d’une femme qui lutte pour être une nouvelle femme : une femme pleine de vie, pleine d’humour, comme le furent les nombreuses lectrices de Voisenon, de vraies libertines du xviiie siècle. Ces lectrices qu’il interpelle, non pas à la manière de Diderot en écrivain voulant façonner un nouveau lecteur, mais en complice d’une lectrice qui est déjà là et qui rend possible son existence comme homme et comme écrivain.

Notes

1 Notamment celles de ses deux contes libertins les plus connus, Le Sultan Misapouf (1746) et Histoire de la Félicité (1751), dans Romans libertins du xviiie siècle, éd. R. Trousson, Paris, Laffont/« Bouquins », 1993.

2 Voir É. Henriot, Les Livres du second rayon. Irréguliers et libertins, Paris, 1948.

3 La Grande Encyclopédie : inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts par une société de savants et de gens de lettres (sous la direction de Berthelot) écrit ainsi de lui : « De sa mère, qu’il perdit jeune, il tenait une santé très délicate ; il disait volontiers de lui-même que la nature l’avait formé ‘ dans un moment de distraction’. Mais il eut de bonne heure une intelligence éveillée et vive ». « Petit, blond, physionomie passable et spirituelle. C’est un homme de beaucoup d’esprit et qui fait de fort jolies choses », peut-on lire aussi à son sujet dans une note bien laconique que l’inspecteur de la librairie adresse au lieutenant de police, le 20 juillet 1749, alors que Voisenon avait trente-sept ans (Voir. G. Desnoiresterres, Épicuréens et Lettrés. xviie et xviiie siècles, Paris, Charpentier, 1879, p. 437).

4 Introduction au Sultan Misapouf et à Histoire de la Félicité, op. cit., p. 488.

5 Voir la notice de la comtesse Turpin de Crissé dans les Œuvres complètes de M. labbé de Voisenon, Paris, 1781 (nous avons utilisé l’édition de 1798, « seule conforme à l’édition in 8 º des Œuvres de l’Auteur, publiée d’après ses manuscrits »), vols., t. I, et la Nouvelle Biographie générale depuis les temps les plus reculés jusquà nos jours, Firmin-Didot, 1852-1866, dir. Hoefer, t. xlvi, p. 339.

6 À propos des rapports entre les Favart et Voisenon, nous reproduisons le commentaire inclus dans la notice biographique de l’abbé de la Nouvelle Biographie générale : « Ayant rencontré plusieurs fois à Bagatelle Favart et Mme Favart, il devint l’ami du mari et plus que l’ami de la femme ». Il fut même dit de son temps que les comédies des Favart auraient pu être signées par Voisenon.

7 Raymonde Robert, Introduction aux Contes parodiques et licencieux du xviiiesiècle, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1987, p. 22.

8 Voir à ce propos mon livre, Elogio de la seducción y el libertinaje, San Sebastián (Espagne), R & B, 1996, qui défend l’existence d’une structure commune à tous ces récits, basée sur les gradations du processus de séduction.

9 Il est probable que le Diderot des Bijoux Indiscrets ait connu Le Sultan Misapouf, publié un an auparavant. Quant à Vivant Denon, il y a des ressemblances indéniables entre l’Histoire de la Félicité et Point de Lendemain.

10 OC, t. iii, p. 40.

11 Nous faisons allusion, évidemment, à « Des femmes et de leur éducation », en réponse à la question proposée par l’Académie de Châlons-sur-Marne : « Quels seraient les meilleurs moyens de perfectionner l’éducation des femmes ? » (mars 1783). Voir les Œuvres Complètes de Laclos, éd. Laurent Versini, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1979.

12 Nous avons utilisé dans nos citations les textes réédités, s’ils existaient, et les Œuvres Complètes (dans sa réédition de 1798) pour les autres. Ici, il s’agit du conte Tant mieux pour elle dans une curieuse édition de la Librairie de France, intitulée Florilège des conteurs galants du xviiie siècle, illustrée par Adrien Bagarry et publiée à Paris en 1931, 2 vols. vol. I, p. 217.

13 OC, t. iii, p. 29.

14 Les À-Propos, conte : Histoire des deux frères, OC, t. iii, p. 69-70.

15 OC, t. iii, p. 115.

16 OC, t. ii, p. 1.

17 OC, t. iii, p. 41.

18 Dans Romans libertins du xviiiesiècle, p. 527.

19 Idem, p. 532.

20 Idem, p. 540.

21 Idem, p. 542.

22 OC, t. iii, p. 93.

23 Je ne crains point les hommes et je suis accoutumée à être sage avec eux, sans les éviter. Je ne fais pas cas de ces femmes qui craignent toutes les occasions ; la vertu qui fuit, manque souvent de femmes », dit Grisemine dans Le Sultan Misapouf, éd. cit., p. 529.

24 Op. cit., p. 552.

25 Dans Aphanor et Bellanire, le Tourbillon des Coquettes est peuplé de femmes « libertines », tout le contraire de autre héroïne de Voisenon : « Les femmes étaient plus imprudentes que faciles, plus galantes que tendres, plus dissipées que vives ; elles avaient des amants plus par air que par goût, et se rendaient par complaisance, plus que par sensibilité : voilà pourquoi elles cherchaient sans cesse le plaisir et ne le trouvaient jamais. Les faiblesses sans passion sont toujours sans volupté » (p. 125). Le deuxième terme de la comparaison donne la clé du plaisir.

26 Idem, p. 519.

27 Ibid.

28 OC, t. ii, p. 73.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search