Version classiqueVersion mobile

Femmes et libertinage au xviiie siècle

 | 
Anne Richardot

II. Femmes galantes et filles perdues

Le pas du plaisir de Manon Lescaut à Thémidore

Pierre Saint-Amand

Texte intégral

  • 1 C’est, on se souvient, le fameux jugement de Montesquieu, à la suite de la lecture du roman : « le (...)
  • 2 Dans son article « Quelques thèmes empruntés à Prévost par le roman français du xviiie siècle », La (...)

1Manon Lescaut ouvre la grande page du libertinage féminin. On pourrait dire que la fameuse « catin » de Prévost en est à l’origine1. Mais le libertinage qu’incarne Manon est mitigé. Je voudrais montrer que certaines réécritures du roman de Prévost accomplissent les mœurs inaugurées par son héroïne. Les sœurs libertines de Manon sont délivrées de son ambivalence et de son énigme. Elles « réalisent » Manon. C’est je crois ce que, de façon subtile, nous raconte le roman de Godard d’Aucour, Thémidore ou mon histoire et celle de ma maîtresse2 (1745). C’est une certaine fiction de l’origine que Godard interprète, dans la fissure même de qui peut être considéré comme le mythe de Manon, l’inscription génétique de son scandale : scandale de la femme, scandale du féminin et scandale du libertinage.

  • 3 Manon Lescaut, éd. J. Sgard, Paris, GF-Flammarion, 1995, p. 37. Les références sont désormais donné (...)
  • 4 É. et J. de Goncourt, La Femme au xviiie siècle, Paris, Flammarion, 1982, p. 245.
  • 5 J. Cocteau, « Manon », Revue de Paris, octobre 1947, p. 22.

2Commençons donc par le commencement et reconsidérons la fable de Manon Lescaut. L’héroïne de Prévost est en même temps l’image de la souillure et de la pureté. Elle est à la fois putain et « princesse » (p. 71). Manon est objet sexuel et image idéale, modeste et exposée à l’apparence. Elle est surtout marquée par l’énigme, le mystère. Le narrateur qui l’approche conclut, pensif : « Elle me répondit avec une modestie si douce et si charmante, que je ne pus m’empêcher de faire, en sortant, mille réflexions sur le caractère incompréhensible des femmes3 ». Pourtant, nous le savons, sa vie est un grand livre ouvert. C’est cette image double de Manon qui fait que, quoique annonçant une lignée fameuse de prostituées, sa réputation postérieure parvient à soustraire en même temps le vice attaché à sa personne. Ce qui faisait dire aux frères Goncourt, un siècle plus tard : « Dès qu’on remue cette histoire des filles du passé, les cendres du vice, cette poussière du scandale, on voit se lever doucement, comme un parfum qui sortirait d’une corruption, cette héroïne d’un immortel roman4 ». Jean Cocteau poursuivra dans le même esprit : « C’est l’amour qui ne se mélange pas à la crapule et couvre les per-sonnages de cet enduit des plumes de cygne, enduit grâce auquel le cygne barbote dans l’eau sale sans s’y salir5 ». Nous verrons plus tard le sens de cette exception. Si on peut la voir comme la grande magicienne de l’amour, son libertinage garde dans le roman une part occulte. C’est souvent après coup que Des Grieux prend connaissance des aventures de Manon, ce qui l’oblige à l’espionner, à partir sur les traces de sa maîtresse. Le jeu libertin de l’héroïne devient une véritable partie de cache-cache.

3La première infidélité de Manon, avec M. de B…, est à cet égard exemplaire. On n’a pas accès à la visite de B. Sa sortie de l’appartement est dite « furtive » (p. 66). Le chevalier et son rival se croisent mais sans se rencontrer, le récit ayant soin de leur faire emprunter des escaliers différents. M. de B. quitte en effet le cabinet de Manon par « l’autre escalier » (p. 65), tandis que Des Grieux redescend celui qui le menait à sa maîtresse pour aller verser des larmes sur son malheur. Les tromperies de Manon laissent par contre des traces, quelques évidences indiscrètes, d’abord sur la personne même de l’héroïne (« elle s’était donné quelques ajustements d’un prix considérable », p. 65) mais aussi sur les ressources du couple concubin qui bénéficient d’une « augmentation apparente » (ibid.), quasi magique.

4La situation se renouvelle avec les futurs amants de Manon : MM. de G… M…, père et fils. Le lieu du libertinage reste ainsi interdit au lecteur, bien que les traces du commerce de Manon soient (hyper) visibles : bijoux, colliers de perles et « agrandissement » de la fortune du couple. Ces traces sont autant de signes qu’interprète l’amant trompé. Elles représentent aussi des déchets libidinaux, jetés épars sur son chemin. Par elles, Manon se trouve non seulement matérialisée, mais sexualisée. À travers tous les biens affichés, Des Grieux affronte la réalité du commerce caché de l’héroïne, qui accompagne sa propre spoliation à son égard.

  • 6 Sur ce dilemme, voir l’analyse de C. Cusset, « Manon, ou le plaisir » dans Les Romanciers du plaisi (...)

5Par ailleurs, dans le roman de Prévost, le libertinage de Manon se voit contaminé par l’amour. Le récit, en tout cas, met en jeu deux situations érotiques parallèles et irréconciliables, qu’illustre bien le malentendu profond de l’amour voué à Manon par le chevalier des Grieux. Désireux d’amour, celui-ci s’attache, tout au long du roman, à rendre le délire de sa fiction possible. La perversion de leur relation tient à un problème d’interprétation : il voit l’amour là ou sa maîtresse ne voit que le plaisir6. Il est vrai que l’héroïne contribue à brouiller les pistes, jusqu’à promettre au chevalier de lui être fidèle, dans ce qui peut passer pour un semblant de conjugalité. Elle souhaite entre eux l’arrangement commode d’une fidélité sélective, « celle du cœur » (p. 169).

  • 7 Freud a montré comment l’idéalisation de l’objet aimé est liée au narcissisme du sujet amoureux. L’ (...)
  • 8 R. Démoris, Le Silence de Manon, Paris, PUF, 1995, p. 21.

6Tout serait simple si l’amour de Des Grieux n’entrait pas en contradiction avec l’idéalisation sous le mode de laquelle il considère sa maîtresse7 : il voit Manon comme une créature divine ; il l’aperçoit sous les traits insistants de la perfection. Mais Manon est aussi la « plus volage et la plus perfide de toutes les créatures » (p. 73). À l’origine, le problème de Des Grieux est son incapacité à considérer l’héroïne comme un objet sexuel, type d’identification qui s’effectue pourtant lors de leur première rencontre. Des Grieux découvre certes l’amour, mais comme il le dit lui-même, c’est un amour qui sera vite « éclairé » (p. 59) par un supplément libidinal, par la connaissance même de la chose sexuelle : « Elle me parut si charmante, que moi, qui n’avais jamais pensé à la différence des sexes, ni regardé une fille avec un peu d’attention, moi dis-je, dont tout le monde admirait la sagesse et la retenue, je me trouvai enflammé tout d’un coup jusqu’au transport » (p. 59). Manon est à la fois « première » et « usagée » (« elle était plus expérimentée que moi : c’était malgré elle qu’on l’envoyait au couvent, pour arrêter sans doute son penchant au plaisir, qui s’était déjà déclaré. » [ibid.]). La constatation finale de Des Grieux est intéressante : « Mon cœur s’ouvrit à mille sentiments de plaisir, dont je n’avais jamais eu l’idée » (p. 60). Le chevalier cède donc en définitive au fameux « penchant au plaisir » (ibid.) dont il accusait auparavant son ensorceleuse. Cette chute dans le domaine du plaisir, l’enlèvement au monde infantile de l’« innocence » (p. 57), est ce que Des Grieux ne résout jamais. On pourrait suivre l’analyse de René Démoris ici et dire que « l’angoisse de la castration8 » et sa découverte, sur laquelle s’ouvre le roman, reste jusqu’à la fin un épisode non liquidé de l’histoire du jeune héros.

  • 9 On peut penser ici au clivage qu’analyse Freud entre l’amour « proprement dit » et l’amour sensuel. (...)
  • 10 Cette innocence, nostalgique de l’enfance, Des Grieux croit enfin la retrouver, à la fin du roman, (...)
  • 11 Des Grieux évoque ailleurs « cette fatale tendresse dans laquelle je ne me lasse point de chercher (...)

7Des Grieux ne cesse de « théoriser » son amour. Il le répète à tue-tête : l’amour pour lui est non seulement « constance » (p. 161) mais « tendresse » (p. 59 et 81), expérience du sentiment, douceur (p. 95)9. Surtout, pour lui, et de façon capitale, « l’amour est une passion innocente » (p. 103)10. Il doit retrouver les affects de l’enfance. Le rêve de Des Grieux est l’alliance utopique de l’amour de Manon avec la tendresse parentale : « je serais heureux avec l’amour de Manon, avec l’affection de mon père…11 » (ibid.).

L’art de Rozette

  • 12 R. Trousson, « Introduction » à Thémidore ou mon histoire et celle de ma maîtresse (1745), dans Rom (...)

8Plus que les traits de Manon dans Rozette, on a remarqué que le roman d’initiation de Godard rappelait l’intrigue de Manon Lescaut. Raymond Trousson a rapproché les endroits clés des deux romans. Il invite à lire ces comparaisons sous l’angle de la parodie et conclut que « là où Prévost montrait les folies de l’amour, Godard ne montre que celles du plaisir12 ». Je reprendrai dans mon analyse le sens de cette différence, pour montrer que la réécriture parodique de certains épisodes serve cette fois à théoriser cette transformation, en offrant une autre histoire du développement sexuel du sujet, un autre horizon du désir.

9Prenons pour commencer un des épisodes qui consacrent le scandale attaché à Manon, l’esprit de son libertinage, celui où Des Grieux l’attend excédé, à bout de patience, et où Manon, à sa place, lui envoie une jolie demoiselle. Manon s’est gracieusement substituée à un autre « joli petit visage » (p. 158) dans le projet de « désennuyer » (p. 169) le chevalier. L’équivoque laisse Des Grieux dans l’embarras, la confusion et la rage. Godard d’Aucour, au contraire, multiplie dans Thémidore les occasions où son héroïne participe avec des rivales à l’initiation du jeune homme. Rozette est l’instigatrice de scénarios divers dans lesquels elle cède volontiers sa place à d’autres filles. Elle les convoque dans un échange hospitalier. Le roman s’ouvre sur un épisode arrangé dans une petite maison. Rozette laisse à dessein Thémidore à deux des premières occupantes du lieu : Argentine et Laurette. Thémidore ne découvre qu’après coup la partie de plaisir projetée par Rozette : « elle s’était cachée dans un appartement voisin, d’où elle était témoin de ce qui se passait dans le nôtre » (p. 287). Rozette entre en scène, après, pour constater les conquêtes de son nouvel amant. Elle invite Thémidore à faire partie d’une communauté de femmes, qui est aussi une communauté du plaisir et du rire : « elle fit le tour de la table, et nous donna à tous un baiser sur le front avec un certain bruit des lèvres, qui est ordinairement l’écho du plaisir » (p. 290). Le libertinage de Godard est avant tout « une espèce de circulation » (p. 353). Baisers et gestes galants se répercutent à l’envi.

10Rozette et Thémidore, contrairement au couple dissemblable de Prévost, se retrouvent en fait à la même enseigne morale. Aucune équivoque ne sépare les deux personnages :

Toutes les fois que je songe à Rozette, je ne puis comprendre comment on peut aimer par inclination une fille qui, par son état, est obligée de se livrer au premier qui en essaie la conquête. Je ne comprends pas aussi, par la même raison, comment une honnête femme peut s’attaquer à un jeune homme, qui certainement ne cherche qu’à voler de conquête en conquête, et s’attache rarement, même à celle qui a le plus de mérite. Le cœur de l’homme est bien aveugle ; il sent qu’il l’est, et qu’il lui faut un conducteur ; il va chercher l’amour, qui est aussi aveugle que lui, et tous deux se précipitent dans l’abîme. (p. 294)

11On doit prêter attention cependant à cette dernière pensée morale. L’abîme godardien n’a rien de tragique ; il est tout simplement le « précipice » du plaisir (p. 343), « l’abîme de la volupté » (p. 303), le fossé de la jouissance. Et Godard multiplie les occasions d’y tomber. Donnons cette occasion dans laquelle Rozette est avec Thémidore dans une scène qui consacre leur nouvelle union :

Un de ses bras était derrière ma tête, la sienne penchée sur mon estomac ; son autre main était saisie de ce qu’elle craignait : les miennes errantes s’amusaient à des emplois qui ne se décrivent pas. Ses jambes badinaient auprès d’un ennemi qui n’en était pas un pour elle. Avez-vous vu, marquis, un tableau de Coypel, dans lequel une nymphe, couchée dans un lit de fleurs auprès de Jupiter s’amuse à manier sa foudre ? Nous étions une copie de ce chef d’œuvre. (p. 296)

  • 13 On trouve aussi le sens matérialiste du mot dans le roman. Évoquant Nanette, le narrateur écrit : « (...)

12Mais Rozette se retire aussitôt pour laisser entrer Mlle de Noirville : « elle me laissa avec la nouvelle venue dans un déshabillé qui annonçait ce que j’avais voulu faire » (p. 296). Thémidore accepte volontiers cet arrangement : « Mademoiselle de Noirville remplit la place de Rozette, en tint presque lieu chez moi dans des embrassements que serrait la passion » (p. 297). Rozette est la chorégraphe d’un véritable théâtre de « machines » (p. 297)13 : elle organise pour les soins de son amant entrées et sorties variées : « Elle savait ce qui était arrivé, et elle avait d’avance calculé cette éclipse » (p. 297).

13Aucun effort d’idéalisation ne vient troubler l’intérêt de Thémidore. Contrairement à Des Grieux, l’amour de Thémidore n’admet aucun refoulement des pulsions sexuelles. L’émancipation du héros vers la satisfaction sexuelle directe a lieu sans inhibition. Elle est même le prolongement euphorique des tendances infantiles. Ainsi peut-on comprendre sa déclaration : « Tel est mon cœur, il est avide de tout, et ressemble en amour et en volupté à ces enfants qui ont envie de tout ce qu’ils voient » (p. 343). Il découvre ainsi Rozette avec tout l’appétit de la sensualité, dans la transparence libidinale. Elle est un composé de gestes érotiques. Le roman la saisit souvent selon une série de postures. Elle est toujours au bord de la nudité : « Rozette était coiffée en négligé, et avait un désespoir couleur de feu, un corset de satin blanc ; par-dessus une robe brodée des Indes pressait sa gorge, et, faute d’une épingle, en laissait apercevoir tous les charmes » (p. 295). Elle est le fragment d’une estampe galante volontiers livrée au regard :

« Tantôt levant son jupon jusqu’aux genoux, elle passait un entrechat et me priait d’exami-ner sa jambe, qui effectivement est faite à ravir. Elle découvrait de loin sa gorge, puis la recouvrait ; et faisant l’éloge de ce qui était caché, elle me promettait que je n’en profiterais jamais ». (p. 300)

14Rozette s’offre comme une sollicitation généreuse :

Rozette s’était placée sur l’autel ; ses mains étaient jointes sur sa tête, mais sans la presser ; ses yeux fermés ; sa bouche ouverte comme pour demander quelque offrande. Une rougeur naturelle et fraîche couvrait ses joues ; le zéphir avait caressé tout son extérieur ; une mousseline transparente couvrait la moitié de sa gorge, et l’autre moitié se montrait en négligé aux regards […]. (p. 304)

15Le récit de Godard cultive l’art du déshabillé. Les robes tombent vite. Les habits gênent, les épingles ne tiennent pas. Ce sont « arrangement de plis » (p. 324) qui demandent à être dérangés. La femme est appréciable « en négligé » (p. 288). Les ajustements deviennent vite « superflus » (ibid.). Rozette flotte dans sa robe diaphane, fleur de nudité :

« Elle s’était coiffée de nuit et sa garniture de dentelle en pressant ses joues, faisait un office qui lui donnait de belles couleurs. Un mouchoir politique couvrait sa gorge ; mais il était placé d’un air qui demandait qu’on ne le laissât pas à sa place. Elle n’avait qu’un corset de taffetas blanc et un jupon de même étoffe et de pareille couleur ; sa robe aussi de taffetas bleu flottait au souffle des zéphyrs ». (p. 299)

16Godard apprécie toujours ce frôlement de dessous (corset, jupon) qui rend le corps désirable et l’expose.

Traité d’infidélité

17Comme dans Manon Lescaut, Rozette est conduite dans une maison d’arrêt. Elle est enfermée, sur ordre du père de Thémidore, au couvent de Sainte-Pélagie. Thémidore comme Des Grieux se voue à la libérer. Mais les romans bifurquent aussitôt. Thémidore répète son attachement à sa maîtresse emprisonnée :

« Je l’aimais, je l’aime encore ; et l’amour est extrême en tout… N’était-ce pas un devoir de ma part de ne pas abandonner une fille, libertine à la vérité, mais charmante, et qui n’était dans la tristesse que pour s’être tournée sur tous les sens pour me procurer du plaisir ? » (p. 312)

18Mais comme l’avoue le narrateur lui-même : « Mon chagrin n’avait pas entièrement fermé mon cœur à l’amour du plaisir » (p. 313). Le projet de libération de Rozette est accompagné chez Godard d’Aucour par une suite affolée d’aventures. L’incarcération de Rozette, son absence, ne conduisent nullement le jeune libertin à la constance ; la mémoire de l’objet aimé n’exige aucune fidélité, aucune fixation attristée. Au contraire, les aventures de Thémidore se succèdent. Il y a d’abord Mme Dorville, possédée en pleine visite de la maison paternelle. L’entretien se termine par le choc des corps, le froissement de « robes de taffetas » (p. 314). Mieux, la série de projets qui vont mener à la sortie de Rozette du couvent sont l’occasion pour Thémidore d’autres conquêtes : ainsi Nanette arrive à Thémidore par les bons soins de M. le Doux qui est mis à contribution pour la délivrance de Rozette. Il y a aussi Mlle de Bercailles qui fait goûter au narrateur « mille plaisirs » en attendant qu’il se ressouvienne de Rozette. Il y a encore Mme de Dorigny que Thémidore présente ainsi : « Pendant ces recherches instituées et suivies en faveur de Rozette, je m’amusai auprès d’une dame assez connue dans le monde par sa grande ferveur […] » (p. 339). Celle qu’il appelle un « exemple d’identification » va bientôt laisser tomber son habit de dévotion. Le narrateur raconte avec humour la chute du costume de simagrées :

J’étais assis près de Madame de Dorigny : soit par négligence, ou soit par la faute d’une épingle, on apercevait au-dessous de son mouchoir de cou l’extrait d’une gorge d’une blancheur éblouissante. Je lui en fis compliment ; elle rougit : sa mule de couleur noire était si petite qu’à peine pouvait-elle lui servir : un mouvement léger causa sa chute ; je la ramassai et ne pus m’empêcher de me récrier sur une jambe dont j’avais aperçu toute la finesse. […] de la jambe à la gorge, de la gorge à la main, de la main à la taille. Toute sa personne était pour moi le sujet d’un éloge. (p. 342)

19Si dans Manon Lescaut le lit est le lieu de coïts manqués, en tout cas invisibles, dans le récit de Godard, les lits sont partout. Ces réceptacles du plaisir sont une invite permanente. Ils prolongent les corps des femmes dans l’alanguissement du désir ; ils accueillent l’horizontalité imprévue. Mme de Dorigny est transportée sur un « lit de repos » (p. 342), Mlle de Bercailles est emmenée dans une chambre où « le lit était bien fourni, bien mollet et semblait inviter à quelque chose » (p. 332). Ce lit délicieux est lui-même précédé d’un lit champêtre qui attend nos deux personnages, au détour d’un bosquet propice : « l’herbe était grande, nous nous y jetons » (p. 332). Mme Dorville finira sur un canapé. Le sopha fait aussi bien l’affaire. Elle y était déjà « étendue négligemment » (p. 314). Dans la petite maison du président, au début du récit, c’est aussi un canapé, siège des futures conquêtes, qui devient « contagieux » (p. 289). Il est dressé stratégiquement : le parquet ciré y conduit comme par malice. Rien ne vaut évidemment l’alcôve du boudoir de Rozette, véritable autel consacré à l’amour ; petit bijou de tissu où « s’élevaient plusieurs larges coussins de soie et de coton : un voile de fin lin en couvrait la superficie ; et un tapis de taffetas couleur de rose, piqué en lacs d’amour, et roulé sur une des extrémités, attendait qu’on voulût l’employer à couvrir quelque cérémonie » (p. 304).

  • 14 Cité par R. Trousson, p. 276.

20Le lit est comme l’habit prêt pour la nudité. Le tissu godardien est léger ; il est toujours prêt à tomber. C’est l’érotique rococo du négligé porté à son comble. Thémidore lui-même est souvent surpris en robe de chambre. Maupassant avait trouvé l’expression juste pour décrire Thémidore, qu’il déclarait voir comme une « merveille de grâce décolletée14 ».

L’amour du plaisir

21Au terme de ses nombreuses rencontres, Thémidore peut retrouver Rozette, délivrée. Le narrateur précise que les mois passés au couvent n’avaient pas changé la jeune fille : « Deux mois de loisir n’avaient pas fait perdre à Rozette son art de diversifier le plaisir » (p. 352). Si le père de Thémidore est impliqué dans l’arrestation de Rozette, il est aussi celui qui contribue finalement à la libérer. Il s’éclipse avec délicatesse pour laisser au fils le temps de goûter à la nouvelle liberté de Rozette.

22Aucune tragédie non plus à la fin de Thémidore, aucun retour à la morale, aucune conversion. Rozette décide simplement de mettre un terme à son libertinage. « Cette fille est rentrée en elle-même », nous informe le narrateur, qui précise qu’« elle s’est établie, a épousé un marchand de la rue Saint-Honoré » (p. 354). Le héros, pareillement, s’unit « par les liens sacrés du mariage » à une « aimable demoiselle » (ibid.). Mais le plaisir, ce personnage qui pour d’Aucour est toujours de la partie donne au roman tout son sens, jusqu’à la fin. Il reste sans ambiguïté, n’opère aucun compromis. L’amour chez Godard est avant tout l’amour du plaisir (« [Thémidore] aime éperdument le plaisir », p. 279). Cela veut dire qu’il y attache allégrement et sans complexe la chose sexuelle. « Ne rien dérober à la sensualité » (p. 304) pourrait servir comme la maxime godardienne par excellence. L’auteur le formule plus clairement encore dans ce commandement d’une galanterie pure : « ne nous interdisons pas le plaisir, sa fleur ne dure qu’un jour » (p. 343).

23C’est aussi le sens de l’Avertissement du roman, lorsque Godard conseille de lire ces aventures « quelquefois chatouilleuses » comme « d’aimables bagatelles » (p. 280), des « badineries » (p. 301) « à perdre la raison » (p. 286), comme un « aimable désordre » (ibid.). Elles sont d’abord destinées à l’amusement, au rire. On peut dire que l’érotique godardienne est enjouée, proprement galante.Le narrateur mentionne un tableau de Coypel mais se rattache tout autant à l’univers chiffonné de Fragonard et de Boucher. Comme chez ces peintres, les couleurs de Godard sont « broyées par l’amour » (p. 350). Godard saisit le désir à l’état naissant (p. 322), celui de son effervescence. Chez lui, le temps court et presse. Il faut vite consommer. Les portes se ferment, les rideaux se tirent : « Je vous aime ; le temps est court » (p. 289), voici la formule et le contrat éphémère. Si le temps fuit chez Godard, c’est que, par politesse, il ne faut pas faire attendre la nature.

  • 15 Voir à ce propos l’article de L. Cellier, « Le Mythe de Manon et les romantiques français » dans L’ (...)

24Les romantiques, qui reprendront, le siècle suivant, l’histoire de Manon n’auront pas l’intelligence de l’auteur de Thémidore. Ils remettront Manon sous le signe de la fatalité, de la passion coupable. Elle consacre pour eux l’avènement littéraire de la fille perdue15. Les filles de Godard, au contraire, sont toujours sages. Elles manient le libertinage avec philosophie. Elles sont avant tout des « personnes d’esprit » (p. 354).

Notes

1 C’est, on se souvient, le fameux jugement de Montesquieu, à la suite de la lecture du roman : « le héros est un fripon et l’héroïne une catin… », dans Manon Lescaut, éd. F. Deloffre et R. Picard, Paris, Garnier, 1965, « Introduction », p. clxiii.

2 Dans son article « Quelques thèmes empruntés à Prévost par le roman français du xviiie siècle », Laurent Versini mentionne l’imitation du couple de Prévost par Godard d’Aucour et signale particulièrement la postérité de Manon : « Pour perdre son héros, Prévost a inventé Manon. Sans avoir son charme, ni connaître sa conversion, bien des filles galantes auront ses aventures. C’est par exemple Rozette dont le Thémidore de Godard d’Aucour est fou malgré ses infidélités. », dans LAbbé Prévost (Actes du Colloque d’Aix-en-Provence, 20 et 21 décembre 1963), Paris, Ophrys, 1965, p. 243.

3 Manon Lescaut, éd. J. Sgard, Paris, GF-Flammarion, 1995, p. 37. Les références sont désormais données dans le texte.

4 É. et J. de Goncourt, La Femme au xviiie siècle, Paris, Flammarion, 1982, p. 245.

5 J. Cocteau, « Manon », Revue de Paris, octobre 1947, p. 22.

6 Sur ce dilemme, voir l’analyse de C. Cusset, « Manon, ou le plaisir » dans Les Romanciers du plaisir, Paris, Champion, 1998, p. 19-39.

7 Freud a montré comment l’idéalisation de l’objet aimé est liée au narcissisme du sujet amoureux. L’objet est considéré sous l’angle d’un idéal du moi propre, « État amoureux et hypnose » dans Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1981, p. 177-178.

8 R. Démoris, Le Silence de Manon, Paris, PUF, 1995, p. 21.

9 On peut penser ici au clivage qu’analyse Freud entre l’amour « proprement dit » et l’amour sensuel. Dans « État amoureux et hypnose », Freud montre que la tendresse est souvent l’expression inhibée de la pulsion sexuelle. Elle traduirait le refoulement des pulsions sexuelles de l’enfant dirigées sur la personne d’un des parents (op. cit., p. 175-181. Voir aussi le commentaire de Christian David, LÉtat amoureux, Paris, Payot, 1971, p. 10-14.

10 Cette innocence, nostalgique de l’enfance, Des Grieux croit enfin la retrouver, à la fin du roman, dans l’exil des amants. Au Nouvel Orléans, il contemple « l’innocence de nos occupations et la tranquillité où nous étions continuellement » (p. 206).

11 Des Grieux évoque ailleurs « cette fatale tendresse dans laquelle je ne me lasse point de chercher mon bonheur » (p. 118).

12 R. Trousson, « Introduction » à Thémidore ou mon histoire et celle de ma maîtresse (1745), dans Romans libertins du xviiie siècle, Paris, Laffont, Bouquins, 1993, p. 275. C’est l’édition utilisée pour cet article. Tous les renvois sont faits dans le texte.

13 On trouve aussi le sens matérialiste du mot dans le roman. Évoquant Nanette, le narrateur écrit : « il est des tempéraments qui ressemblent à ces machines qui n’ont de violence que lorsqu’elles sont montées » (p. 324). On pense au « Nous sommes tellement machines » du Point de lendemain de Vivant Denon, Paris, Gallimard, Folio, 1995, p. 53.

14 Cité par R. Trousson, p. 276.

15 Voir à ce propos l’article de L. Cellier, « Le Mythe de Manon et les romantiques français » dans L’Abbé Prévost, op. cit., p. 255-268.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search