Version classiqueVersion mobile

Femmes et libertinage au xviiie siècle

 | 
Anne Richardot

I. Mémoires libertines

Le rôle de l’homosexualité féminine dans les Mémoires de Casanova

Chantal Thomas

Texte intégral

1Casanova est un séducteur sans principe. Il ne cherche pas avant tout l’exploit, et ses démarches ne s’alignent pas sur une stratégie fixe. Casanova, joueur, aventurier, est d’abord amant du hasard, de la Fortune, déesse aux yeux bandés. C’est sous le signe de la diversité, du risque, de l’imprévisible, qu’adviennent ses séductions. Ce qui n’exclut pas les thèmes récurrents et les répétitions. En accord avec les pulsions d’une complexion érotique (un « tempérament », dirait Casanova) à la fois immédiate, vorace, et théâtrale, certaines figures se reproduisent plus souvent que d’autres. Le « hasard » fait qu’il est certains scénarios d’élection, plus favorables au plein déploiement de la virtuosité casanovienne, ou simplement plus excitants à ses yeux. La rencontre non pas seulement avec une femme, mais avec deux, et qui s’aiment, est de ceux-là. Les amours lesbiennes jouent dans l’univers casanovien un rôle essentiel. Les épisodes juvéniles et vénitiens avec Angela, Nanette et Marton, puis plus sérieux avec C** C** et la religieuse M** M** de même que les épisodes voyageurs, qui montrent Casanova fasciné par ce « chef-d’œuvre » qu’est Marcoline, illustrent chacun à sa manière comment Casanova se comporte face à un lien tendre, érotique, entre deux femmes – en instigateur complice, en voyeur, en victime ambiguë.

  • 1 Casanova, Histoire de ma vie, vol. i, F. A. Brockhaus, Wiesbaden, Paris, Librairie Plon, 1960, p. 9 (...)
  • 2 Idem, p. 88.

2Casanova traite volontiers la chose en une donnée favorable à ses projets, sinon en bagatelle : « Marton dit à Nanette qu’il était impossible, ayant beaucoup d’esprit, que j’ignorasse ce que deux filles bonnes amies faisaient quand elles couchaient ensemble. – Sans doute, lui ajoutai-je, personne n’ignore ces bagatelles…1 ». Elle apporte un attrait supplémentaire à la séduction. Elle ne saurait la menacer… En effet, un des traits les plus marquants de la séduction casanovienne est sa souplesse, sa facilité à investir puis à se déprendre, à glisser d’une personne à une autre, selon la pression des circonstances ou la disposition des partenaires. Dans Les Liaisonsdangereuses de Choderlos de Laclos, le choix de « l’objet » est essentiel. Il importe qu’il ne soit ni trop facile, ni trop difficile. En tout cas pas impossible. Et la règle du jeu est de ne pas bouger de cette décision ou de cet emportement premier (elle est observée dans le Don Juan de Molière, aussi bien que dans Le Journal d’un séducteur de Kierkegaard, et c’est en partie ce qui donne à ces deux textes leur poids de tragique). Casanova au contraire se montre toujours flottant sur l’objet de son désir. Il en admet l’ignorance, la méconnaissance, le leurre. Dans l’épisode au cours duquel, d’abord amoureux d’Angela (« négative au suprême degré »), il reporte ses désirs sur les deux sœurs, Nanette et Marton, qui lui ont d’abord servi de médiatrices, tout est lié à une salvatrice obscurité. Caché dans un escalier de la demeure où se trouve sa bien-aimée, on lui remet un mot : « Quelle joie ! Quelle reconnaissance au hasard qui me faisait lire ce billet précisément dans l’endroit où je devais attendre à l’obscur l’objet de ma flamme2 ! » « Attendre à l’obscur l’objet de sa flamme », ou attendre l’obscur objet de sa flamme, avec, comme le montre le film de Luis Buñuel, Cet obscur objet du désir, toutes les métamorphoses qu’une telle disponibilité autorise, tel est bien le vœu profond de Casanova. Et c’est en quoi l’épisode d’Angela, Nanette et Marton le comble.

3Ainsi, quand les trois adolescentes sont réunies dans la chambre, la nuit est si totale que, les poursuivant à tâtons, il a l’impression de jouer à colin-maillard. Et, en un dernier temps, qui correspond à l’effacement d’Angela, et au succès de ses amours avec Nanette et Marton, il est couché entre les deux sœurs, et les caresse l’une après l’autre. Elles sont enveloppées dans de longues chemises de nuit et font semblant de dormir. L’obscurité qui règne dans la chambre est redoublée par celle des paupières closes sur la résolution de mimer aussi longtemps que possible l’inconscience :

  • 3 Idem, p. 101.

« Je l’ai trouvée immobile dans la posture qu’on peut avoir quand on est couché sur le dos, dormant profondément et sans aucune crainte. Avec les plus grands ménagements, et toute l’apparence de crainte de la réveiller, j’ai commencé par flatter son âme […] mais dans le moment de la crise, elle n’eut pas la force de poursuivre la fiction3 ».

  • 4 Idem, p. 98.

4Cette fiction de désirs somnambules, de corps qui s’étreignent sans le savoir, allège de tout sérieux le jeu érotique à trois que mènent plusieurs mois Casanova et ses deux amies. C’était de même dans le sommeil que les deux sœurs s’aimaient. Elles jouaient au mari et à la femme et trompaient ensemble leur envie de faire l’amour avec un garçon (Casanova en l’occurrence). « Quand Angela couche avec nous, elle m’appelle, me couvrant de baisers, son cher abbé4 », avoue Marton. Les deux sœurs, entre elles, sont coutumières des mêmes pratiques de substitution… Ce qui, lorsqu’elles en parlent, les fait rire, elles et leur auditeur…

  • 5 Idem, vol. IV, p. 118.

5Cependant, à travers le présent intemporel des scènes saphiques, leur innocente discontinuité, il arrive que se tissent des histoires, que se déplacent et que se renversent des alliances. Et l’on ne sait plus qui est acteur, qui est spectateur. Qui est véritablement le metteur en scène. La bagatelle est peut-être plus sérieuse qu’il n’y paraît. Au lieu d’un moment de trouble, il s’agit peut-être d’une volontaire redistribution des rôles… Dans l’épisode Angela, Nanette et Marton, Casanova n’assiste pas aux caresses entre les jeunes filles ; l’épisode C** C** et M** M**, par contre, le confronte directement à des scènes dont l’intensité l’impressionne. Pour son plus grand plaisir (un rien blasé) et son profond amusement… mais pas seulement : « Disant cela elle [C** C**] se lève, et va s’asseoir sur elle [M** M**], et les deux bonnes amies commencent à se faire des caresses qui me font rire, et qui peu à peu attirent mon attention5 ». Puis :

  • 6 Idem, p. 119.

Elles commencent leurs travaux avec une fureur pareille à celle de deux tigresses qui paraissent vouloir se dévorer. Ces deux beautés en lutte devant mes yeux me rendant ardent, je me trouve embarrassé à commencer […]. C** C** était plus mince que M** M**, et malgré cela elle était plus forte en hanches et en cuisses ; elle avait des ornements bruns, l’autre les avait blonds, et l’une était aussi habile que l’autre à cette lutte qui les fatiguait sans qu’elles puissent venir à bout de rien6.

  • 7 Idem, p. 123.

6Difficulté à conclure qui ne semble d’ailleurs pas les gêner. Casanova, le lendemain, est songeur. Il sent que C** C**, qu’il a séduite pendant le dernier Carnaval, appartient maintenant à M** M**, une religieuse du couvent de Murano, où ses parents ont conduit la jeune fille. M** M**, certes, est aussi son amante, mais ce n’est en rien un élément rassurant. Et les termes avec lesquels M** M** l’assure de sa complicité, achèvent de l’inquiéter. Il reçoit ce mot : « C** C** actuellement a l’esprit aussi libre que le nôtre ; et c’est à moi qu’elle en a l’obligation. Je peux me vanter d’avoir fini de te la former7 ». Casanova n’en conçoit aucune satisfaction. La formation pour lui ne consiste qu’à faciliter l’abandon au plaisir. S’il aime les jeunes filles et même les très jeunes filles, ce n’est pas selon le schéma libertin qui dirige, par exemple, l’éducation d’Eugénie dans La Philosophie dans le boudoir de Sade – éducation qui ne distingue pas l’audace érotique de la liberté philosophique, de sa clarté conceptuelle et de sa volonté transgressive. Casanova aime les jeunes filles – et c’est un des paradoxes de ses séductions – pour leur innocence, il les prend dans leur sommeil, et emploie tout son talent de séducteur à ne pas les réveiller, que ce réveil soit réel ou simulé (on retrouve la même figure obsédante de la fillette assoupie dans les tableaux de Balthus). C** C** libérée, libertinée, a quitté cette zone d’ombre propice aux confusions. Elle lui a véritablement échappé. Casanova doit se résoudre à l’oublier…

7Le thème des amours saphiques atteint dans Histoire de ma vie son apogée avec la rencontre avec Marcoline, la belle Vénitienne qui vole d’une femme à une autre et, nous dit Casanova, pratique avec elles « le baiser florentin ». Le charme ravageur de Marcoline ravit Casanova qui, parfois, partage son rire et profite de la fête :

  • 8 Idem, p. 92.

Marcoline, grande rieuse, vint à mon lit, tenant Irène entre ses bras, et m’ordonnant de l’embrasser […]. Marcoline se mit sur Irène, l’appelant sa femme, tandis que l’autre en jouait très bien le personnage. J’ai eu la vertu de rester une heure, et davantage, spectateur d’un tableau toujours nouveau, malgré que je l’avais vu tant de fois ; mais enfin devenues affamées, elles s’acharnèrent toutes les deux contre moi avec tant de violence que tout d’un coup j’ai perdu la force de résister, et j’ai passé presque toute la nuit en secondant les fureurs de ces deux bacchantes […]. Nous nous endormîmes, et je fus surpris en me réveillant de voir qu’il était midi. Elles dormaient entortillées l’une à l’autre comme des anguilles. J’ai soupiré en les voyant, songeant au vrai bonheur dans lequel ces deux jeunes créatures nageaient dans ce moment-là8.

8Le corps endormi des amantes plutôt que l’esprit libre des scélérates est pour Casanova le vrai gage de complicité. Et c’est encore Marcoline qui le mène plus loin dans son pacte, enfantin, retors, duplice et magique avec la nuit.

  • 9 Idem, p. 80.
  • 10 Idem, p. 81.
  • 11 Idem, p. 86.

9À la suite d’un accident de voiture, à quelques kilomètres d’Aix-en-Provence, Casanova et Marcoline acceptent l’hospitalité d’une mystérieuse châtelaine, qui, à cause d’une entorse, ne quitte pas sa chambre. Elle les y reçoit cependant ; mais la pièce est à ce point sombre qu’ils n’aperçoivent pas son visage : « Elle était couchée dans un grand lit au fond d’une alcôve que des rideaux de taffetas cramoisi rendaient encore plus obscure9 ». Seul brille d’une aveuglante clarté le désir qui rapproche Marcoline de l’invisible hôtesse. Casanova s’éloigne brièvement. Au retour, la scène s’est modifiée : « Je ne fus pas surpris de voir Marcoline déjà parvenue aux tendres caresses avec la comtesse10 ». Il est d’autant moins surpris qu’il est en Provence et que, d’après son expérience, il a pu déduire que « les femmes provençales inclinent presque toutes à ce goût-là ». Il s’endort donc seul mais l’esprit serein et, le lendemain, les voyageurs reprennent la route. Ce n’est qu’à Avignon, c’est-à-dire, à cette époque-là, à une distance considérable, que Marcoline, sur les instances de la comtesse provençale, remet à Casanova une lettre, glissée dans une enveloppe vierge. « Le cœur me battait. Je la décachette, et je vois l’adresse en italien : Au plus honnête homme que j’aie connu au monde. Je déploie et je vois au bas de la feuille : Henriette. C’était tout11 ». Casanova reste sans voix. Il reconnaît bien Henriette à ce « laconisme », à cette force de non-dit.

10La nuit entre Marcoline et Henriette, la femme qu’il a le plus aimée, ne fait pas rire Casanova, mais elle ne suscite non plus en lui ni jalousie ni froideur. Elle ajoute, en fait, au secret d’Henriette, non pour en faire le mot de l’énigme, mais pour le doter d’une opacité supplémentaire. Par là, elle ne fait que renforcer le culte que, dans sa mémoire, il lui voue. Le désir des femmes entre elles peut exclure Casanova, ce n’est pas grave à ses yeux, pourvu qu’il aille dans le sens, toujours bénéfique, d’un surcroît d’obscurité.

Notes

1 Casanova, Histoire de ma vie, vol. i, F. A. Brockhaus, Wiesbaden, Paris, Librairie Plon, 1960, p. 98.

2 Idem, p. 88.

3 Idem, p. 101.

4 Idem, p. 98.

5 Idem, vol. IV, p. 118.

6 Idem, p. 119.

7 Idem, p. 123.

8 Idem, p. 92.

9 Idem, p. 80.

10 Idem, p. 81.

11 Idem, p. 86.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search