Version classiqueVersion mobile

Femmes et libertinage au xviiie siècle

 | 
Anne Richardot

Introduction

Texte intégral

  • 1 Voir Mirabeau, Ma conversion, ou le libertin de qualité (1783).
  • 2 La discussion portant sur l’identité et les frontières du libertinage n’est pas close, certains che (...)

1Le portrait du libertin semble a priori pouvoir être brossé sans trop de peine, même si les traits en sont parfois changeants : petit-maîtres ou roués d’un côté, promenant dans les salons leur soif de conquête amoureuse, débauchés de bas étage, de l’autre – moines déviants, essentiellement –, satisfaisant leur insatiable lubricité. Aux premiers, les cyniques stratégies de séduction des hommes à bonnes fortunes, aux seconds, les égrillardes virées au bordel. Ces frères en libertinage, en dépit de leur statut social – qui oppose le « libertin de qualité1 » à son homologue du ruisseau –, partagent sans doute une même pulsion transgressive : des codes régissant le savoir-vivre mondain et le commerce de la galanterie ou des règles les plus élémentaires de la morale chrétienne. Ils participent ainsi tous deux, à leur manière, à la contestation de la société du xviiie siècle, jugée hypocrite et aliénante, et entretiennent par là, peut-être, la volonté d’affranchissement intellectuel qui a jeté les bases du « mouvement » libertin au siècle précédent. Cousinage bien vague, certes, que celui qui unit don Bougre et le vicomte de Valmont, qu’un semblable appétit érotique et protestataire réunit pourtant dans la fiction libertine2.

  • 3 Prince de Ligne, Mémoires, lettres et pensées, Paris, Bourin/Julliard, 1989, p. 797.

2Ce libertinage masculin bicéphale, s’il paraît rendre compte assez justement de la typologie littéraire aussi bien que des usages du temps, n’est pas à l’abri d’un retournement sémantique, tel que le pratique le prince de Ligne. Dans une définition célèbre du « libertin » et du « débauché », le mémorialiste fait en effet du premier un homme méprisable et grossièrement vicieux, tandis que l’autre est l’adepte des plaisirs « de bon goût », comme « Alcibiade et Richelieu3 ». La distinction opérée entre les deux est exactement identique, ou peu s’en faut, à celle communément admise mais les appellations sont interverties – signalant en cela les immenses ambiguïtés sémantiques du libertinage. Ainsi, ce surprenant développement oppose le débauché, « bon garçon » quoique « mauvais sujet », « homme à bonnes fortunes », « aimable » au fond, au libertin, « crapuleux », « hypocrite », « de mauvaise compagnie » et dont « le vice sort des yeux ». Celui-ci se recrute chez « les moines, les prêtres, les gouverneurs, les chefs de famille ou de bureaux. » Un certain nombre de sentences très éloquentes, à lire à rebours de notre désignation moderne de cette double figure, valent d’être rappelées :

  • 4 Idem, p. 798-800.

Le libertin naît libertin, le débauché le devient. […] Le libertinage enfin apporte avec soi une idée de ton affreux, de logement sombre et infâme ; et la débauche présente celle de coussins d’édredon, de carreaux turcs, ou divans larges. En un mot, il me semble que la débauche est l’aristocratie du vice et le libertinage en est la démocratie4.

3Image contrastée et indécise donc que celle du libertin, qui pointe les dangers d’une classification trop carrée, tout en légitimant la dualité observée des modes érotiques.

  • 5 Prince de Ligne, op. cit., p. 800.
  • 6 Voir Lorenzo Venier, La Puttana errante (1531) ou l’Arétin, Ragionamenti (1534-1536).
  • 7 Daniel Defoe, Moll Flanders (1722) ; Louis-Charles Fougeret de Monbron, Margot la ravaudeuse (1748) (...)
  • 8 Roman paru anonymement en 1771 sous le titre La Vénus en rut ou vie d’une célèbre libertine puis pa (...)
  • 9 Anonyme (1785).
  • 10 Voir Ève-Marie Benabou, La Prostitution et la police des mœurs au xviiie siècle, Paris, Perrin, 198 (...)
  • 11 Voir Valérie van Crugten-André, Le Roman du libertinage. 1782-1815 (Paris, Champion, 1997), notamme (...)

4S’il s’avère ainsi moins aisé qu’on ne pourrait le croire de cerner le profil du libertin, celui de la libertine échappe encore davantage. Les dictionnaires de l’époque semblent poser une équivalence entre l’un et l’autre – « LIBERTIN, ine », annoncent les entrées –, de manière en partie trompeuse. Mais le même prince de Ligne, quant à lui, considère plus explicitement que « ce titre, chez les femmes, est tout ce qu’il y a de plus abominable5 ». C’est qu’en effet, de plus en plus nettement au fil de ce siècle, – mais déjà aux origines de la littérature licencieuse européenne6 –, la libertine se confond avec la prostituée, dont elle constitue la désignation euphémistique et dévoyée. Si Moll Flanders, Margot, Fanny Hill ou Marguerite sont libertines, c’est en raison de la profession galante qu’elles exercent7. Il en va de même, explicitement, de La Belle Libertine ou les aventures galantes de Mademoiselle A ***8, qui vante le « joli métier » d’une courtisane qui est « la complaisance même ». L’assimilation s’applique aussi bien à l’héroïne du roman épistolaire La Correspondance d’Eulalie, ou Tableau du libertinage de Paris9, qui met en scène de façon très réaliste l’univers de la prostitution dans la capitale, au point d’en constituer, par son exposé des modalités les plus quotidiennes et les plus triviales, un intéressant témoignage historique10. À ces quelques titres, des dizaines d’autres pourraient s’ajouter, tant cet imaginaire associant le libertinage féminin au commerce plus ou moins contraint du corps s’avère prégnant au xviiie siècle11. Libertine ne résonne donc nullement ici en écho au terme de libertin.

  • 12 Les Liaisons dangereuses, lettre LXXXI, Paris, Gallimard/Pléiade, éd. Laurent Versini, 1979, p. 170
  • 13 Idem.

5La dissymétrie sémantique et référentielle n’est sans doute pas absolue puisqu’à certaines qui ne monnayent aucunement leurs charmes peut échoir le « titre abominable » de libertines. Quelques héroïnes de Crébillon – Cidalise, de La Nuit et le Moment, par exemple –, l’audacieuse Mme de T *** du Point de lendemain de Vivant Denon, ou l’inévitable marquise de Merteuil l’illustrent : sur le même terrain galant que leurs confrères, elles glanent volontiers les amants ou les conquièrent plus activement, mues par un appétit sexuel ou un goût du pouvoir semblet-il comparable. On sait pourtant combien d’ambiguïtés présente le mythique personnage des Liaisons dangereuses, qui concentre sur lui les exégèses du roman les plus contradictoires. Animée d’une révolte féministe par la grâce d’un Laclos ami du beau sexe, la marquise ne ferait que combattre les hommes avec leurs propres armes, soucieuse avant tout, dans ses entreprises de séduction, de « venger [s] on sexe et maîtriser » l’autre, oppresseur12. Elle minerait de la sorte le libertinage de l’intérieur, dans un mouvement d’infiltration à même de provoquer l’implosion du système érotique adverse. Dans cette hypothèse, Mme de Merteuil ellemême ne serait alors qu’une libertine d’emprunt, à l’identité stratégiquement forgée, et nullement l’analogue féminin du vicomte de Valmont. Une autre lecture souligne, en revanche, l’évidente désolidarisation de l’héroïne envers les autres femmes, avec lesquelles elle déclare n’avoir rien « de commun13 », et pour lesquelles elle professe même le plus éclatant mépris : exigeant du vicomte d’être considérée, bien davantage que de pair à compagnon, comme sa supérieure dans la science du monde et de ses embûches amoureuses, la marquise, en reniant son sexe, aspirerait à en « sortir », à investir en quelque sorte le camp masculin de la galanterie auquel, de fait, elle appartiendrait. Est-ce à dire que c’est par cette virilisation – ce statut d’exception qu’elle a conquis de haute lutte – que Mme de Merteuil peut prétendre au titre de libertine accomplie ?

6Les flamboyantes libertines de Sade peuvent confirmer ce soupçon tant elles s’écartent, elles aussi et bien davantage encore, du commun des mortelles, jusque dans leur morphologie de mutantes. Que l’on songe par exemple à la Durand dans Juliette ou à la Martaine des Cent vingt Journées, parmi d’autres, qui sont pourvues d’un clitoris monstrueusement développé dont elles se servent absolument comme d’un pénis, et qui présentent en même temps la particularité d’être « barrées », c’està-dire impénétrables. La libertine n’a-t-elle donc le choix qu’entre le rôle peu valorisant de la « fille », aux mœurs vénales – la « demoiselle de gentille vertu » comme l’on disait alors –, et celui de la sur-femme, d’autant plus admirable qu’elle échappe aux lois, sociales et biologiques, qui pèsent sur son sexe – en se phallicisant ?

  • 14 Michel Delon propose du reste un chapitre disctinct, « Un libertinage au féminin », dans son essai (...)

7Le portrait de la libertine, quoique largement flou et instable, ne saurait ainsi constituer l’exact pendant à celui du libertin14. Ainsi que l’écrit justement Anne-Marie Jaton commentant Les Liaisons dangereuses :

  • 15 A. -M. Jaton, « Libertinage féminin, libertinage dangereux », dans Laclos et le libertinage, Actes (...)

« Une distinction s’impose de toute évidence dès les premières lettres : il y a deux libertinages dans le roman, l’un masculin et l’autre féminin, et l’ouvrage de Laclos est, entre autres, l’histoire de leur affrontement et de leur destruction mutuelle. […] Le libertinage féminin, qui n’est apparemment pas plus audacieux, a une puissance de scandale plus grande et représente une attaque plus virulente contre l’intégrité de l’ordre social15 ».

  • 16 Pierre Fauchery, La Destinée féminine dans le roman européen du xviiie siècle, Paris, Armand Colin, (...)
  • 17 Idem, p. 155.

8Peut-être est-ce parce que, fort paradoxalement en apparence, le libertin, fût-il Versac, Lovelace ou Valmont, « fait preuve d’un étonnant conformisme dans le domaine de la morale sexuelle » et entretient une « connivence avec le parti de l’ordre » – celui qui surveille étroitement la vertu des femmes et envisage leur « chute » face aux assauts des séducteurs comme une confirmation du bien-fondé d’une telle vigilance16. C’est l’ombre de Manon portée sur le siècle, figure ambiguë de l’affranchissement : punie dans le roman comme le sont tant d’autres héroïnes audacieuses du xviiie siècle, malmenée par des lecteurs que n’offusquent guère des errements érotiques plus douteux, elle ne parvient que difficilement à faire mentir le fait que « la femme qui s’adonne au libertinage évoque plus souvent une dévergondée sexuelle qu’une volonté libre17 ».

  • 18 Jean Biou, « Une lettre au-dessus de tout soupçon », dans Laclos et le libertinage, op. cit., p. 19 (...)
  • 19 G. May, Diderot et « La Religieuse », Paris, PUF, 1954, p. 110 : « Les mœurs s’étaient relâchées au (...)

9Il est vrai que nous sommes ici dans un imaginaire, qu’il soit littéraire ou social, à peu près exclusivement masculin. Non que la libertine n’existe pas et soit une pure construction de l’âge classique, mais sa représentation fictive – laquelle, très large, inclut aussi les chroniques et mémoires d’alors, par exemple – paraît étroitement imbriquée dans le fantasme, prise dans une « machinerie de l’imaginaire viril18 », qu’il importe d’analyser comme telle. Les témoignages du temps convergent indéniablement pour attester la réalité de cette présence inédite de la libertine – qu’il s’agisse de fustiger cette « dégénérescence » morale des femmes dont s’indignait naguère Georges May19 ou, plus placidement, pour en prendre note. C’est le cas notamment des rapports de police, qui consignent avec sobriété, mais non sans parfois une bienveillance quasi admirative, les dérèglements des unes et des autres. On peut ainsi lire dans les registres une indulgente page sur une certaine Mlle Deville qui est « connue pour avoir été entretenue de toute la terre, grands et petits, à quoi elle a eu le secret de s’amasser 7 à 8 000 livres de rente. […] De grande taille, d’une belle prestance et d’une belle figure, elle passe pour être une femme des plus lubriques, l’œil fripon et porté au plaisir, l’esprit vif, fort bien élevée ».

10Les chansons que Paris colporte informent aussi, à leur manière, sur ces mœurs nouvelles qui voient les femmes – ou du moins, celles du beau monde – s’affranchir avec éclat :

La femme, d’un autre côté,
A pris part au libertinage,
Et s’est, par son habileté,
Soustraite au fâcheux esclavage
De tous ces habits contraignants
Que l’on portait un certain temps.

Le corps de jupe est aboli,
La collerette est supprimée,
Le grand habit noir est banni ;
La robe la plus négligée
La met dans une liberté
Dont nos mères n’ont point tâté. […]

  • 20 Chanson sur l’air des ennuyeux, début xviiie siècle, citée par Philippe Hourcade dans son édition d (...)

Veut-elle chercher ses amis,
Aller où le plaisir l’appelle ?
On la voit courir tout Paris,
Sans écuyer, sans demoiselle,
Et recevoir beaucoup de soins
Chez elle et sans aucun témoin20.

  • 21 J. -J. Rousseau, La Nouvelle Héloïse, « Seconde préface », Paris, Gallimard/Pléiade, p. 24.

11Combien d’autres, ironiques, indignées ou complices, traversent le siècle pour laisser le souvenir de ce qui est peut-être un petit bouleversement anthropologique, aussi fugace et timide soit-il, dans la France des Lumières. Rousseau lui-même, résigné, n’écrit-il pas en préface à sa Nouvelle Héloïse qu’« il semble qu’il faut toujours au sexe un temps de libertinage21 ».

  • 22 Nancy Miller, French Dressing : Women, Men and Ancien Regime Fiction, London/New York, Rutledge, 19 (...)
  • 23 Boyer d’Argens, Thérèse philosophe, in Romans libertins du xviiie siècle, éd. P. Wald Lasowski, op. (...)
  • 24 Le terme date de 1732 mais sera popularisé par le célèbre traité de Bienville, La Nymphomanie ou Tr (...)
  • 25 Voir Chantal Thomas, La Reine scélérate. Marie-Antoinette dans les pamphlets, Paris, Seuil, 1989.

12Si le xviiie siècle n’a donc pas inventé de toutes pièces cette figure intrusive dans le monde masculin de l’érotisme, il en a largement façonné les traits pour la conformer à son idéal. Deux imaginaires sont ici à l’œuvre, que l’on pourrait dénommer ainsi : fantasme de la polyandrie et « complexe de Mangogul », pour reprendre le terme de Nancy Miller22. Le premier, assez explicitement, s’appuie sur une rêverie qui, bien qu’utopique, voit en chaque femme le lieu de tous : c’est l’envahissante prostituée du roman pornographique qui, telle la Bois-Laurier de Thérèse philosophe accueille, bon gré mal gré, « plus de cinq cents [hommes], pendant l’espace de cinq ans23 » – parmi tant de narrations « vulvivagues » – ; c’est aussi la « nymphomane » qu’invente la science balbutiante du siècle24, dont l’identité est déclinée de la plus modeste fille des rues à la plus visible dame du beau monde – Mme du Barry, par exemple, dont la chanson dit : « Qui, dans Paris, ne connut ses appâts ? Du laquais au marquis, chacun se souvient d’elle » ou, bien sûr, Marie-Antoinette, sur qui pleuvent les pamphlets obscènes faisant du corps de la reine le carrefour de toutes les pulsions25.

  • 26 Voir Joan Dejean, « The Politics of Pornography : L’École des filles », dans The Invention of Porno (...)
  • 27 J. -M. Goulemot, Ces livres qu’on ne lit que d’une main. Lecture et lecteurs de livres pornographiq (...)

13Cette femme imaginaire qui a tous les hommes, ou plutôt que tous les hommes peuvent avoir, est complétée par celle qui, sans se donner au tout venant, peut être vue de toutes parts sans obstacles : par cet œil panoptique qu’installent si volontiers la narration romanesque ou les pseudo-chroniques, comme L’Espion anglais ou correspondance secrète entre Milord All’Eye et Milord All’Ear (1784), attribué à Pidansat de Mairobert. Percer l’intimité des couventines, bien sûr ardente, des « prêtresses de Cythère » ou de deux simples cousines comme dans la célèbre École des filles, constitue l’argument romanesque de tant d’œuvres des xviie et xviiie siècles qu’il n’est guère besoin d’insister : par le biais de dialogues naïvement sulfureux ou de confessions mi-glorieuses mi-repenties, les petits secrets du (beau) sexe sont mis au jour26. Ce bavardage féminin qui lève le voile, et installe la modalité de lecture « par effraction27 » si caractéristique du texte pornographique, est exemplairement, et doublement, mis en fiction dans Les Bijoux indiscrets de Diderot puisqu’en plus du lecteur-voyeur, le personnage du sultan Mangogul possède, avec sa bague magique, le privilège unique de se rendre invisible tout en forçant à parler les sexes féminins. Avouant son fantasme d’omnipotence « aux dépens des femmes de [s] a cour », le souverain veut « savoir d’elles les aventures qu’elles ont et qu’elles ont eues ; et puis c’est tout ». Le génie Cucufa, qui lui fait don de l’anneau pour satisfaire cette libido sciendi en terre orientale, formule aussi, d’une certaine manière, le principe de ce voyeurisme littéraire – presque une poétique – que tant d’œuvres mettent alors en place :

  • 28 Diderot, Les Bijoux indiscrets, chapitre IV : « Évocation du génie », Paris, Gallimard/Folio, 1981, (...)

Vous voyez bien cet anneau, dit-il au sultan ; mettez-le à votre doigt, mon fils. Toutes les femmes sur lesquelles vous en tournerez le chaton, raconteront leurs intrigues à voix haute, claire et intelligible : mais n’allez pas croire au moins que ce soit par la bouche qu’elles parleront.
– Et par où donc, ventre saint-gris ! s’écria Mangogul, parleront-elles donc ?
– Par la partie la plus franche qui soit en elles, et la mieux instruite des choses que vous désirez savoir, dit Cucufa ; par leurs bijoux28.

  • 29 Confession de Mademoiselle Sapho (1778-1779), Paris, Arléa, 1999, p. 84. Voir Anne Richardot, « La (...)

14Cette « partie la plus franche », volubile autant qu’impudente, envahit alors l’espace de la représentation, bien au-delà du seul roman de Diderot, pour constituer le lieu privilégié de l’espionnage, vers quoi convergent les lecteurs tout yeux et tout oreilles – pour reprendre le titre anglomane de la sulfureuse publication de Pidansat de Mairobert. Lequel, dans le roman qui lui est attribué, Confession de Mademoiselle Sapho, ose cet audacieux « apophtegme » : « tout est c… dans une femme29 ».

15Une telle soif de divulgation des « intrigues » féminines, associée à la conviction que résume la sentence génitalocentriste énoncée ci-dessus, est présente aussi dans la gravure, par exemple dans le portrait d’une aristocrate aux traits obscènes (cf. p. 15). S’exclamant : « Ah ! ah ! voilà mon portrait », ce visage de femme est formé de sexes, cuisses et fesses – tableau sensuel qu’est censé démentir son statut, comme son profil arrogant de grande dame. La dimension politique n’est bien sûr pas ici à négliger puisque le dessin a vocation pamphlétaire – il vise, à la fin du siècle, à fustiger les mœurs corrompues de la noblesse – mais on n’imaginerait guère un homme faire l’objet de cette composition à la Arcimboldo d’un nouveau genre. Quoique pris dans un dialogue éblouissant de subtilités, le principe de la révélation forcée se retrouve également dans La Nuit et le moment de Crébillon, œuvre – rappelons-le – dans laquelle un homme s’introduit dans le lit d’une femme qui n’est pas encore sa maîtresse et lui conte, la nuit durant et par le menu, ses aventures passées, sans omettre les détails les plus intimes voire les plus embarrassants sur ses précédentes conquêtes : celle-ci était frigide, cette autre souffrait du défaut inverse, une troisième recelait d’insoupçonnables difformités. La liste se gonfle, au fil de la conversation, de toutes ces femmes dont l’hypocrite immoralité se voit exposée, jusqu’à désigner, par la réitération d’anecdotes scabreuses, une forme d’universel féminin que caractérise un dévorant appétit sensuel. Ce récit du peu scrupuleux Clitandre n’est pas sans réalimenter alors l’idée que la narration libertine, pour amusée ou complaisante qu’elle soit, se donne volontiers pour objet inavoué celui d’exercer une police morale à l’encontre des femmes.

16L’exemple de Crébillon pose aussi d’une autre manière la question de la place des femmes dans le courant libertin. En effet, si la stratégie de séduction fonctionne auprès de Cidalise, malgré le colportage de ragots dont elle fera assurément les frais à son tour – à moins que sa reddition n’ait surtout pour but d’en atténuer les cruautés moqueuses –, son efficacité reste à envisager auprès des lectrices de ce texte, ou de tout autre roman libertin. Cette analyse – qui, postulant une appréhension sexuée de la littérature, peut voir sa pertinence aisément contestée – pointerait la nécessaire complicité de la lectrice dans un jeu de pouvoir narratif dont les femmes pâtissent au premier chef. L’inconfort de cette désolidarisation exigée explique peut-être en partie l’absence de romancières s’illustrant dans ce courant libertin. Quasi-absence, plutôt, car, outre un certain nombre d’œuvres anonymes dont rien ne nous permet d’affirmer avec certitude leur masculine inspiration, deux femmes au moins ont signé des romans se rattachant à ce genre : Félicité de Choiseul-Meuse, surtout connue pour Julie, ou j’ai sauvé ma rose(1807) et Suzanne Giroust, dite de Morency, auteur d’Illyrine ou l’écueil de l’inexpérience (1799). Il n’est sans doute pas fortuit, pourtant, que l’une comme l’autre surviennent à l’extrême fin du xviiie siècle ou dans les premières années du suivant, c’est-à-dire anachroniquement, alors que s’est écroulée, avec l’Ancien Régime, l’ère des roués et de la galanterie. Ce post scriptum libertin n’en est pas moins précieux en autorisant un regard quelque peu renouvelé sur cette littérature de la séduction.

17Il semble juste, dans cette étude collective, de commencer par en appeler aux archives et aux mémoires pour cerner quelque peu précisément les pratiques libertines. Du siècle de Louis XIV finissant (article de F. Raviez) à l’époque pré-révolutionnaire (O. Blanc), sans oublier le témoignage pétillant de Casanova (Ch. Thomas), il semble avéré que le xviiie siècle s’est accompagné d’une certaine libération sexuelle des femmes, qui n’hésitent nullement, dans les classes privilégiées tout au moins, à afficher leurs goûts et leurs fantaisies amoureuses. La « condition » de la libertine est pourtant variée : sous cette dénomination se trouvent rassemblées aussi bien les filles perdues, comme celle, en l’occurrence plutôt débrouillarde, de Daniel Defoe (F. Ogée), que les femmes galantes, veuves joyeuses ou petites-maîtresses adultères (P. Saint-Amandet L. Vasquez), qui ont fait les beaux jours de la mondanité parisienne. Une nouvelle attention portée au corps féminin et à son langage est peut-être ce qui explique la veine proliférante de cette littérature des Lumières, que l’on peine parfois à ranger sous un dénominateur commun : la reconsidération, et la théorisation, de la pudeur (J. -Ch. Abramovici) s’accompagne d’analyses visant à fournir une grille de lecture du corps et à proposer une typologie des comportements amoureux du beau sexe (S. Benharrech). Étroitement lié aux Lumières, le libertinage ne peut guère non plus se soustraire à une réflexion pédagogico-morale. La plupart des textes, irrépressiblement, questionnent les enjeux éducatifs de ces usages amoureux, marginaux voire franchement transgressifs : pour en louer le caractère « philosophique », refondateur des rapports entre sexes (E. Sauvage) aussi bien que pour souligner les dérives morales et affectives auxquelles s’exposent les femmes tentées par le libertinage (I. Brouard-Arends). Le trouble rapport qu’entretient l’immédiate postérité des Lumières avec la galanterie d’Ancien Régime (G. Houbre) peut se lire, à ce titre, comme un rejet de ce contrat sexuel pensé par le xviiie siècle, ou comme l’inavouable regret du temps des boudoirs.

Notes

1 Voir Mirabeau, Ma conversion, ou le libertin de qualité (1783).

2 La discussion portant sur l’identité et les frontières du libertinage n’est pas close, certains cherchant – position traditionnelle – à faire un tri au sein de cette abondante production littéraire pour en exclure le versant obscène ; d’autres estimant au contraire que dénier aux œuvres de Boyer d’Argens ou Sade leur inscription dans le corpus libertin est intenable, malgré leur « énonciation pornographique » (Jean-Marie Goulemot, Ces livres qu’on ne lit que d’une main, Paris, Minerve, 1994, p. 8). Les Cent vingt Journées ne se veulent-elles pas, en sous-titre, une « école du libertinage » ? L’option de Patrick Wald Lasowski, maître d’œuvre des deux volumes de la Pléiade, « Romanciers libertins du xviiie siècle », se porte en faveur de cette commune bannière, en faisant voisiner par exemple Crébillon et Fougeret de Monbron (tome 1).

3 Prince de Ligne, Mémoires, lettres et pensées, Paris, Bourin/Julliard, 1989, p. 797.

4 Idem, p. 798-800.

5 Prince de Ligne, op. cit., p. 800.

6 Voir Lorenzo Venier, La Puttana errante (1531) ou l’Arétin, Ragionamenti (1534-1536).

7 Daniel Defoe, Moll Flanders (1722) ; Louis-Charles Fougeret de Monbron, Margot la ravaudeuse (1748) ; John Cleland, Memoirs of a Woman of Pleasure, (1748-1749) ; Anonyme, Histoire de Marguerite (1783).

8 Roman paru anonymement en 1771 sous le titre La Vénus en rut ou vie d’une célèbre libertine puis partiellement repris dans La Belle Libertine en 1798. L’édition ici utilisée est celle de 1889, Bruxelles, « Société des Paillards et des Frocards », p. 24.

9 Anonyme (1785).

10 Voir Ève-Marie Benabou, La Prostitution et la police des mœurs au xviiie siècle, Paris, Perrin, 1987.

11 Voir Valérie van Crugten-André, Le Roman du libertinage. 1782-1815 (Paris, Champion, 1997), notamment le premier chapitre : « Le roman de la prostituée » ; et surtout la remarquable étude de Kathryn Norberg, « The Libertine Whore : Prostitution in French Pornography from Margot to Juliette », dans The Invention of Pornography. Obscenity and the Origins of Modernity, 1500-1800, dir. Lynn Hunt, New York, Zone Books, 1993, p. 225-252.

12 Les Liaisons dangereuses, lettre LXXXI, Paris, Gallimard/Pléiade, éd. Laurent Versini, 1979, p. 170.

13 Idem.

14 Michel Delon propose du reste un chapitre disctinct, « Un libertinage au féminin », dans son essai sur Le Savoir-vivre libertin, Paris, Hachette, 2000.

15 A. -M. Jaton, « Libertinage féminin, libertinage dangereux », dans Laclos et le libertinage, Actes du colloque du bicentenaire des Liaisons dangereuses, Publications du Centre d’études du roman et du romanesque de l’Université de Picardie, Paris, PUF, 1983, p. 153.

16 Pierre Fauchery, La Destinée féminine dans le roman européen du xviiie siècle, Paris, Armand Colin, 1972, p. 154-155.

17 Idem, p. 155.

18 Jean Biou, « Une lettre au-dessus de tout soupçon », dans Laclos et le libertinage, op. cit., p. 197.

19 G. May, Diderot et « La Religieuse », Paris, PUF, 1954, p. 110 : « Les mœurs s’étaient relâchées au point que ces femmes ne risquaient plus la corde, le feu, ni même le fouet », écrit-il ainsi en semblant déplorer la disparition de ces anciens châtiments, à propos de Françoise de Raucourt, la comédienne libertine qui s’illustra sous Louis XVI, et de son cercle. Voir ici M. -J. Bonnet, Les Relations amoureuses entres les femmes, Paris, Odile Jacob, 1995, p. 137-207.

20 Chanson sur l’air des ennuyeux, début xviiie siècle, citée par Philippe Hourcade dans son édition du Turcaret de Lesage, Paris, Garnier-Flamarion, 1998, p. 162-163.

21 J. -J. Rousseau, La Nouvelle Héloïse, « Seconde préface », Paris, Gallimard/Pléiade, p. 24.

22 Nancy Miller, French Dressing : Women, Men and Ancien Regime Fiction, London/New York, Rutledge, 1995.

23 Boyer d’Argens, Thérèse philosophe, in Romans libertins du xviiie siècle, éd. P. Wald Lasowski, op. cit., t. I, p. 937.

24 Le terme date de 1732 mais sera popularisé par le célèbre traité de Bienville, La Nymphomanie ou Traité de la fureur utérine (1771). Rappelons que le roman anonyme La Vénus en rut date lui aussi de cette même année.

25 Voir Chantal Thomas, La Reine scélérate. Marie-Antoinette dans les pamphlets, Paris, Seuil, 1989.

26 Voir Joan Dejean, « The Politics of Pornography : L’École des filles », dans The Invention of Pornography, op. cit., p. 109-125, ainsi que Peter Cryle, Geometry in the Boudoir. Configurations of French Erotic Narrative, (Ithaca/London, Cornell University Press, 1994) et notamment le chapitre 2 : « Conversation and confession : the secrets of feminity ».

27 J. -M. Goulemot, Ces livres qu’on ne lit que d’une main. Lecture et lecteurs de livres pornographiques au xviiie siècle, op. cit., p. 154 sq.

28 Diderot, Les Bijoux indiscrets, chapitre IV : « Évocation du génie », Paris, Gallimard/Folio, 1981, p. 47.

29 Confession de Mademoiselle Sapho (1778-1779), Paris, Arléa, 1999, p. 84. Voir Anne Richardot, « La Secte des anandrynes : un difficile embarquement pour Lesbos », Tangence, n ° 57 (mai 1998), p. 40-52.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/30538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 541k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search