Version classiqueVersion mobile

Amor Romanus – Amours romaines

 | 
Jean-Michel Fontanier

L’amour chez Martial

Étienne Wolff

Texte intégral

  • 5 Martial n’est pas nommé dans Pierre Grimal, L’amour à Rome, Paris, Hachette, 1963.

1Un tel titre, « L’amour chez Martial », est en soi paradoxal, dans la mesure où l’amour ne semble pas une notion importante chez Martial5, et que celui-ci n’élabore pas une sorte de roman amoureux comme Catulle ou les élégiaques. Au contraire, c’est un auteur chez qui la dérision paraît avoir balayé l’idéal et les sentiments.

2Cependant l’amour n’est pas absent de l’œuvre de Martial, on va essayer de montrer sous quelle forme.

  • 6 En III, 92 cette épouse supposée lui demande de lui permettre un amant ; en IV, 24 il souhaite sa (...)
  • 7 Martial II, 91, 5-6 : quod fortuna uetat, permitte uideri,/natorum genitor credar ut esse trium.
  • 8 P. Watson, « Martial’s Marriage : A New Approach », Rheinisches Museum 146, 2003, p. 38-48.

3Il faut d’abord opérer une distinction entre ce que Martial dit de lui et ce qu’il dit des autres. Commençons par lui. Martial fait plusieurs fois état d’une femme (III, 92 ; IV, 24 ; XI, 43 et 104) qu’il semble dans la réalité n’avoir jamais eue. En effet il s’adresse à elle dans ces poèmes en des termes qui excluent qu’il s’agisse d’une épouse légitime réelle6. Martial est resté célibataire. La pièce II, 92 indique que, l’empereur lui ayant accordé le ius trium liberorum, il n’a plus besoin de se marier ; est ici implicite l’idée que le mariage est un fardeau qui ne se justifie que par la nécessité de la procréation (soit pour prolonger sa lignée et transmettre ses biens, soit pour jouir des avantages attachés au statut de mari et de père). La pièce II, 91, malgré sa formulation ambiguë7, ne suggère donc pas un mariage resté stérile. Et si telle avait été la situation de Martial, on doute qu’il ait plus tard écrit IX, 66, où il traite d’impuissant Fabullus, un homme marié sans enfants. En tout cas en XI, 19 et 23, il se présente comme sans épouse. La supposition de P. Watson8, que Martial a été marié sans avoir d’enfants puis a vécu seul, paraît donc inutile.

  • 9 Martial II, 90, 9 : sit non doctissima coniunx.
  • 10 Martial XI, 104, 21-22 : Si te delectatgrauitas, Lucretia toto/sis licet usque die : Laida nocte u (...)

4Martial exprime dans différentes épigrammes ses idées sur les femmes. Il veut une femme qui ne soit ni savante (II, 909 ; XI, 19) ni riche (VIII, 12 : une femme riche est un tyran), qui, Lucrèce le jour, devienne Laïs la nuit (XI, 1010) ; du reste il apprécie aussi les jeunes garçons (IV, 42 ; XI, 26, 43, 58 et 73). Mais il s’agit là de lieux communs plutôt que d’idées personnelles, et le « je » des épigrammes ne doit pas être automatiquement identifié à l’homme Martial. Il est clair que Martial prend parfois momentanément une voix qui n’est pas la sienne, en usant d’un « je » fictionnel ou littéraire. Ainsi ne pourra-t-on rien conclure de I, 115 – où l’influence de la deuxième Bucolique de Virgile est sensible – sur les bonnes ou mauvaises fortunes amoureuses de Martial.

5Dans la pratique Martial, ou le « je » qu’il adopte, se satisfait avec des femmes dont le nom ou le pseudonyme révèle qu’elles sont des courtisanes, soit esclaves soit affranchies, et avec de jeunes garçons. Dans ce registre masculin, il goûte particulièrement les baisers de Diadumenus (III, 65 ; V, 46 ; VI, 34), qui doit être de rang servile (cf. aussi XI, 8). Mais peut-être faut-il voir en VIII, 73, où un grand amour – tel celui de Properce pour Cynthie, de Gallus pour Lycoris, de Tibulle pour Némésis, de Catulle pour Lesbie, d’Ovide pour Corinne ou de Virgile pour Alexis – est donné comme nécessaire à l’inspiration, le regret d’une vie sentimentale trop vide, si du moins ce terme n’est pas anachronique.

6En tout cas, Martial se déclare à la fois hétérosexuel et homosexuel, comme cela semble avoir été fréquent à Rome (du moins dans certaines catégories sociales), si l’on en croit les cas de Catulle ou Tibulle, avec une préférence pour les garçons, et l’amour prend surtout chez lui la forme de l’amour physique.

7Quand il parle des autres, Martial se focalise sur les comportements jugés répréhensibles. Il est donc peu question d’amour, et beaucoup de sexualité déviante ou de conduite intéressée. Les épigrammes satiriques sont majoritaires, qu’il s’agisse de vieilles lubriques, d’homosexuels passifs et fellateurs, d’époux assassins (Chloé a enterré sept maris, Phileros a mis au tombeau sept épouses, IX, 15 et X, 43), de représentants des deux sexes qui se marient ou divorcent par intérêt (Gemellus veut épouser Maronilla parce que celle-ci est malade des poumons, I, 10 ; le pauvre Gellia a épousé une riche vieille, IX, 80 ; Proculeia divorce parce que son mari, préteur, va avoir à faire de grosses dépenses pour organiser les jeux, X, 41 ; etc.), ou se remarient sans cesse pour tourner la loi sur l’adultère (VI, 7, etc.).

  • 11 Curieusement Martial cite Némésis, que Tibulle chante au livre II de ses Élégies, et non pas Délie (...)
  • 12 Selon les biographes anciens de Virgile, c’est Asinius Pollion, non Mécène, qui offrit Alexis à Vi (...)

8La noirceur ne règne cependant pas partout. Deux types d’amours sortent du lot commun : les amours impériales et les amours littéraires. Les amours impériales sont celles de Domitien pour son mignon l’eunuque Earinus. Tout un cycle du livre IX leur est consacré (IX, 11-13, 16-17, 36). Les amours littéraires concernent Virgile, Catulle et les élégiaques. Martial évoque à plusieurs reprises les grands couples qu’ont formés Catulle et Lesbie (VI, 34 ; VII, 14 ; XII, 44 et 59 ; XIV, 77), Tibulle et Nemesis11 (XIV, 193), Properce et Cynthie (XIV, 189), Ovide et Corinne (V, 10 ; XII, 44). Quant à la relation Virgile-Alexis, elle est toujours mentionnée en liaison avec l’attitude généreuse de Mécène12 (V, 16, 11-12 ; VII, 29, 7 ; VIII, 55, 11-12).

  • 13 Même si la mythologie n’est pas toujours positive chez Martial, cf. XI, 104.

9Ces amours nobles ou littéraires sont en général rehaussées par la référence grecque, la comparaison mythologique13 et l’intertextualité. La référence grecque et la comparaison mythologique sont ainsi omniprésentes dans les pièces sur Earinus. Quant aux phénomènes d’intertextualité, on les relève par exemple dans XIV, 93, où Martial, pour évoquer Tibulle, reproduit tel quel un de ses vers (Tibulle I, 5, 30), ou bien en VIII, 55, où il reprend plusieurs formules virgiliennes, ou encore dans les nombreuses pièces où il fait allusion aux poèmes de Catulle sur le moineau de Lesbie et sur les baisers.

  • 14 Martial X, 38, 1-3 : O molles tibi quindecim, Calene,/quos cum Sulpicia tua iugales/ induisit deus (...)
  • 15 Peut-être à l’occasion de la publication de ses poèmes.

10En dehors de ces deux cas particuliers, il existe dans le monde réel quelques amours heureuses, qui ont du reste pour cadre le mariage. Les pièces IV, 13 et VI, 21 sont ainsi deux brefs épithalames à l’occasion du mariage d’amis de Martial. Le premier est Aulus Pudens, un centurion qui appréciait les vers du poète (voir p. ex. IV, 29). Le second est Arruntius Stella, un grand personnage ; il épouse Violentilla, que Martial appelle par fausse étymologie Ianthis, ianthos étant l’équivalent grec du latin uiola. L’épigramme IV, 75 célèbre l’affection conjugale entre Nigrina et Antistius Rusticus, qui mourra plus tard en Cappadoce (cf. IX, 30 : Nigrina rapporte ses cendres à Rome), VII, 74 l’anniversaire de mariage de Carpus et de Norbana, et XI, 53 l’union de Claudia Rufina et de son mari. La pièce X, 38 est consacrée aux quinze ans heureux qu’ont déjà vécus ensemble Calenus et son épouse la poétesse Sulpicia14, louée en X, 3515. Les épitaphes X, 63 et 71 honorent pour la première une femme qui n’a connu qu’un seul mari (une uniuira), et pour la seconde un couple mort la même nuit après soixante ans de mariage (on sait que les Anciens sont très sensibles à ce genre de coïncidences). Enfin l’épitaphe XII, 52 rapporte une histoire d’amour assez romanesque. Mais la situation évoquée dans ces pièces, écrites pour des occasions particulières (mariages, anniversaire de mariage, décès), est tellement idéale et stéréotypée qu’elle en devient un peu abstraite et irréelle.

  • 16 Martial XI, 78, 4 : « dès votre mariage, ta femme coupera leur chevelure à tes mignons », rappelle (...)

11On notera au reste que le Pudens de IV, 13, s’il s’agit bien, comme c’est probable, du même personnage, entretient parallèlement une relation homosexuelle avec l’esclave Encolpos (I, 31 ; V, 48) et continue ensuite à s’intéresser aux garçons (VIII, 63). Pourtant, ce type de liaison avec un mignon était censé s’arrêter avec le mariage16.

  • 17 Voir J.-L. Hennig, Martial, Paris, Fayard, 2003, p. 287-295.
  • 18 Martial X, 69, 1-2 : Custodes das, Polla, uiro, non accipis ipsa./Hoc est uxorem ducere, Polla, ui (...)

12Globalement, le mariage n’a pas la faveur de Martial et il n’en donne pas une image positive17. C’est rarement le lieu de l’amour ou même simplement de la bonne entente. Les femmes sont autoritaires et n’hésitent pas à faire surveiller leur mari (II, 54), tout en refusant d’être elles-mêmes surveillées (X, 6918). Elles le trompent à la première occasion (XI, 7, etc.), et s’amourachent parfois de manière insensée : ainsi Gellia qui pour l’affranchi Phileros laisse périr de faim ses enfants (II, 34), ou Chloé, qui se ruine pour son jeune amant Lupercus (IV, 28), ou encore Marulla, qui a eu tous ses enfants non avec son mari, mais avec des esclaves de la maison (VI, 39).

  • 19 Martial I, 68, 1-2 : Quicquid agit Rufus, nihil est nisi Naeuia Rufo./Sigaudet, si flet, si tacet, (...)
  • 20 Naevia est donc une courtisane. Accessoirement, ceci montre qu’il ne faut pas considérer chaque ép (...)
  • 21 Martial exprime la chose en une formule elliptique (X, 14, 10) : Vis dicam, male sit cur tibi, Cot (...)
  • 22 Martial VI, 40, 4 : Tempora quid faciunt ! Hanc uolo, te uolui.

13Si l’amour n’est donc pas, sauf exception, dans le mariage, où est-il et existe-t-il ? Martial, comme les Romains en général, se méfie du furor amoureux, et il reprend sur ce point les leçons de Lucrèce. La passion amoureuse par l’aliénation qu’elle entraîne est indigne d’un homme libre. Il se moque de ceux qui aiment aveuglément (III, 8). La manie de Rufus de parler en toute circonstance de sa maîtresse Naevia est ridicule (I, 6819) ; au reste, on apprend un peu plus tard (I, 106) qu’elle se refuse à lui20. Aimer, c’est donc se mettre à la merci de femmes capricieuses et cruelles. Martial préfère l’errance et la variété. Il n’est pas du genre à pleurer à la porte d’une maîtresse comme Cotta (X, 14) ; d’ailleurs, si celui-ci perd ainsi la tête, c’est seulement parce que, trop riche, il n’a rien d’autre à faire21. Martial, lui, cultive la Vénus vagabonde. Et comme le temps fait son œuvre, celles qu’il désirait hier ne sont pas celles qu’il désire aujourd’hui (VI, 4022 ; X, 75). Il ignore, on le voit, les effusions sentimentales.

  • 23 Cette prostitution publique est réservée aux plus pauvres. Les autres recourent à leurs esclaves d (...)
  • 24 Martial XII, 65, 1-3 : Formonsa Phyllis nocte cum mihi tota/sepraestitisset omnibus modis largam,/ (...)
  • 25 Martial XI, 49, 1-2 : Nulla est hora qua non me, Phylli, furentem/ despolies. Voir aussi III, 54.

14Il est net que l’amour se réduit pour lui à la sexualité. Martial ne paraît pas avoir comme partenaires les petites prostituées (leur prix est variable, le minimum étant un as, cf. I, 103, 10 et II, 53, 7) qu’on possède au lupanar (I, 34 ; XI, 45)23, mais bien plutôt des courtisanes à qui on donne un cadeau après l’amour (XII, 6524) ou des maîtresses en titre, qui réclament beaucoup (XI, 27 et 4925). Il peut donc s’agir d’esclaves, d’affranchies voire de femmes libres (cf. III, 33, où il faut faire la part du jeu de mots sur le double sens de ingenuus, « de naissance libre » et « fin, délicat »). Quoi qu’il en soit, l’amour est toujours payant.

  • 26 Cf. Martial IX, 67 ; XII, 65, 1-3, cité plus haut.
  • 27 Martial I, 57, 2 : Nolo (puellam) nimis facilem difficilemque nimis ; IV, 38, 1 : Galla, nega : sa (...)
  • 28 Les Grecs parlent de triporneia pour celle qui s’y livre ; c’était selon Procope, Histoire secrète (...)
  • 29 Martial X, 47, 10 : non tristis torus et tamen pudicus.

15Martial ne décrit jamais les femmes, il nous montre des situations. Il parle de ses plaisirs et du libertinage (nequitiae) de la fille, c’est-à-dire de sa complaisance26. Tout au plus nous donne-t-il quelques indications sur ses préférences dans le domaine du physique et du comportement. Il veut une femme qui ne soit ni trop grasse ni trop maigre (XI, 100), et apparemment il n’apprécie pas les gros seins (cf. XIV, 66 et 149). Il ne déteste pas qu’elle résiste un peu (I, 57 ; IV, 29, 5-6 ; IV, 38)27. Ailleurs en revanche (IX, 32) il la souhaite facile, capable de satisfaire trois hommes à la fois (c’est le thème de la triple pénétration, cf. IX, 67)28. En X, 47, où il pense apparemment à une compagne légitime, il évoque une femme qui aime le plaisir sans être débauchée29.

  • 30 Ainsi Diadumenus, qui est le nom d’une très célèbre statue de Polyclète, représentant un jeune ath (...)
  • 31 Martial IX, 25, 1-2 : Dantem uina tuum quotiens aspeximus Hyllum,/lumine nos, Afer, turbidiore not (...)

16Mais Eros est ambivalent, et peut aussi prendre la forme d’une personne de sexe masculin. Ce sera alors un jeune garçon, entre l’enfance et l’âge du poil (âge avec lequel on pouvait d’ailleurs un peu tricher). Ces jeunes garçons, qualifiés de siderei mares, « jeunes mâles à la beauté sidérale » (IX, 36, 10 ; voir aussi X, 66, 7), ont parfois un nom pourvu d’une aura poétique30. Ce sont des pueri delicati, de jeunes esclaves servant leur maître, souvent en qualité de mignon. Martial regarde parfois avec insistance ces beaux esclaves au point que le maître de maison en prend de l’ombrage (IX, 2531 ; X, 98).

17Il manifeste pour le physique des jeunes garçons une attention qu’il n’a pas pour les jeunes filles (cf. VIII, 64). La description détaillée du puer idéal (IV, 42) n’a pas son équivalent féminin. La douceur de la peau d’un jeune garçon encore imberbe est préférable à celle d’une jeune fille (XIV, 205), et le parfum des baisers des jeunes garçons (III, 65 ; IX, 8) n’a pas d’égal. La pièce XII, 75 semble montrer la préférence de Martial pour les garçons. Seule la jeune Erotion, morte à un peu plus de cinq ans, paraît pouvoir rivaliser avec eux (V, 37, sur lequel nous reviendrons plus loin).

  • 32 Martial III, 65, 10 : Quid, si tota dares illa (basia) sine inuidia ?
  • 33 Martial XI, 58, 1-2 : Cum me uelle uides tentumque, Telesphore, sentis,/magna rogas.

18Ces jeunes garçons ne sont pas moins capricieux et intéressés que les femmes. Diadumenus ne donne pas de baisers sans résistance (III, 65)32, Hyllus se refuse soudain (IV, 7), Telesphorus vend ses faveurs (XI, 58)33, souvent Lygdus ne vient pas aux rendez-vous fixés, imposant à Martial de recourir au service de sa main gauche (XI, 73).

  • 34 Martial XI, 22, 9-10 (adressé à un homme) : Diuisit natura marem : pars una puellis,/una uiris gen (...)
  • 35 Martial XII, 96, 11-12 : Scire suos fines matrona et femina debet :/ cede suapueris, utere parte t (...)

19Martial ne choisit pas entre les pueri et les puellae, on ne trouve pas chez lui la comparaison classique entre l’agrément respectif de l’amour hétérosexuel et de l’amour homosexuel. Il a commerce avec les deux sexes, auxquels il assigne un rôle et un territoire définis ; ni la femme ni le puer ne doit empiéter sur l’autre domaine. La répartition est fonctionnelle : avec les femmes le rapport est vaginal, avec les garçons il est anal (XI, 2234, 43 et 78 ; XII, 9635). Le code érotique est ainsi clair. Si les relations avec les jeunes garçons sont censées s’arrêter quand on se marie, cependant, si elles continuent, les pueri ne constituent pas pour une épouse des rivaux : ils donnent au mari ce qu’elle ne peut lui procurer (XII, 96).

20L’amour chez Martial s’adresse donc à la fois aux pueri et aux puellae. Mais ceux-ci sont des corps ou des fonctions plus que des individualités, leur nom n’est qu’un code. Cet amour prend une forme surtout sexuelle, même si avec les garçons les baisers ont une grande importance (III, 65 ; VI, 34 ; X, 42 ; XI, 8 et 26). Il est indissociable de l’argent, parce que les relations sexuelles sont une des formes des relations sociales, qui sont déterminées par le niveau de richesse. Les pratiques sexuelles s’inscrivent dans les relations de pouvoir ; or le pouvoir vient de l’argent. Peut-être est-ce l’omniprésence de l’argent dans la vie sociale qui a tué l’amour, celui-ci supposant une certaine égalité. Martial évoque plusieurs fois les contraintes sexuelles imposées par la pauvreté (VI, 33 : Matho, qui aimait les garçons doit, ayant tout perdu, coucher avec des femmes ; XI, 87 : Charidemus était sodomite quand il vivait dans l’aisance, mais, devenu pauvre, il recherche les vieilles). Catulle et les élégiaques, tous aisés, pouvaient s’abstraire de ces questions matérielles et s’occuper de leur amour, sorte de luxe pour riches oisifs. Martial ne le peut pas. Il sera donc l’anti-élégiaque. Loin de toute idéalisation, l’amour est chez lui crûment réaliste.

  • 36 P. Watson, « Erotion : puella delicata ? », Classical Quarterly NS 42, 1992, p. 253-268.

21Cependant les choses ne sont peut-être pas si simples. D’abord, une sensualité certaine émane de deux poèmes symétriques, III, 65 sur Diadumenus, et V, 37 sur Erotion. La pièce III, 65 décrit par accumulation le parfum délicieux des baisers de Diadumenus, avant de reprocher à celui-ci de les donner en renâclant. La pièce V, 37 détaille selon le même procédé d’accumulation les grâces de la petite Erotion qui vient de mourir (cf. V, 34), puis l’éloge de la petite fille introduit de manière inattendue à une attaque féroce contre Faustus, qui pleure hypocritement la mort de sa femme. P. Watson36 a supposé, à partir de parallèles épigraphiques, qu’Erotion était une puella delicata, c’est-à-dire une petite favorite. Ce type de relation peut choquer les modernes qui seront prompts à la qualifier de pédophilie, mais elle n’impliquait vraisemblablement pas, vu l’âge de la petite fille, de rapport sexuel. Il s’agit des sentiments érotisés d’un maître pour une petite puella dont il se souvient avec affection.

  • 37 Bien analysé par S. Mattiacci dans l’article cité plus haut.

22Par ailleurs un poème, dont nous avons déjà parlé, mérite une attention particulière, l’éloge de la poétesse Sulpicia en X, 3537. Martial loue chez Sulpicia une poésie tournée vers la réalité, loin des fantaisies absurdes et immorales du mythe, et qui célèbre l’affection conjugale. Sulpicia chante un amour castus et probus (X, 35, 8 et 12), vécu dans le lien conjugal, et qui cependant n’exclut pas l’ardeur d’Éros (X, 35, 9 et 11). Sulpicia dépasse ainsi l’opposition entre la nequitia (dans son sens érotique de « lasciveté ») et la sanctitas. Or ce lien entre le mariage et l’amour sensuel correspond à l’aspiration de Martial exprimée en X, 47, 10 (non tristis torus et tamen pudicus) et, plus crûment, en XI, 104, 22 (Laida nocte uolo).

23Il y a clairement une contradiction entre deux facettes de Martial. D’un côté, il tient un discours traditionnel, de l’autre, il a un idéal qui va à l’opposé de la tradition. Par exemple, il n’est pas exempt de préjugés sur les femmes intellectuelles, ne voulant pas, on l’a vu, d’une femme qui soit savante ; mais il apprécie la culture et les qualités morales d’une femme émancipée comme Sulpicia, et loue dans un autre poème la culture philosophique de Theophila, la fiancée de Canius Rufus (VII, 69). Par ailleurs, il reproduit le discours traditionnel selon lequel les femmes, si elles se laissent aller à leurs désirs sexuels, se transforment en débauchées (thème de l’impotentia muliebris) ; mais il exprime parallèlement un idéal où le mariage et la sexualité peuvent coexister, où l’ardeur érotique est nécessaire à une relation conjugale heureuse.

  • 38 Voir A. La Penna, « La sublimazione estetica dell’eros in Marziale », dans La storia, la letteratu (...)

24Cette contradiction peut s’expliquer. La morale romaine traditionnelle prévoyait dans le mariage, où la femme était traitée en mineure, une sexualité orientée uniquement vers la procréation ; le plaisir n’était pas pris en compte. Mais déjà Catulle et les élégiaques cherchaient à instaurer avec leur maîtresse une relation stable, à faire une synthèse de la loyauté et de l’amour. Puis, au Ier siècle, se dessine progressivement un idéal conjugal nouveau, plus équilibré et harmonieux, où l’affection remplace le devoir. Martial reflète cette évolution, et fluctue entre une vision traditionnelle qui aboutit à un jugement sévère sur la femme, l’amour, le mariage, et une vision idéale ou rêvée où Éros et le mariage sont réconciliés. À cela peut s’ajouter une double tradition littéraire dont il est redevable dans sa représentation de l’amour : la représentation crue et rebutante est héritée de la poésie iambique et épodique, la représentation sublimée vient de l’élégie et de la lyrique38.

25Au bout du compte Martial est, comme souvent, plus complexe qu’il n’y paraît. Derrière la dégradation de l’amour transparaît une aspiration à l’amour.

Notes

5 Martial n’est pas nommé dans Pierre Grimal, L’amour à Rome, Paris, Hachette, 1963.

6 En III, 92 cette épouse supposée lui demande de lui permettre un amant ; en IV, 24 il souhaite sa mort ; en XI, 43 il la rembarre grossièrement alors qu’elle vient de le surprendre avec un jeune garçon ; en XI, 104 il lui reproche d’être trop prude.

7 Martial II, 91, 5-6 : quod fortuna uetat, permitte uideri,/natorum genitor credar ut esse trium.

8 P. Watson, « Martial’s Marriage : A New Approach », Rheinisches Museum 146, 2003, p. 38-48.

9 Martial II, 90, 9 : sit non doctissima coniunx.

10 Martial XI, 104, 21-22 : Si te delectatgrauitas, Lucretia toto/sis licet usque die : Laida nocte uolo.

11 Curieusement Martial cite Némésis, que Tibulle chante au livre II de ses Élégies, et non pas Délie, pourtant plus connue, célébrée dans le livre I.

12 Selon les biographes anciens de Virgile, c’est Asinius Pollion, non Mécène, qui offrit Alexis à Virgile. Martial représente ici une tradition marginale.

13 Même si la mythologie n’est pas toujours positive chez Martial, cf. XI, 104.

14 Martial X, 38, 1-3 : O molles tibi quindecim, Calene,/quos cum Sulpicia tua iugales/ induisit deus et peregit annos ! Cette pièce est sans doute écrite pour leur anniversaire de mariage (voir S. Mattiacci, « Castos docet etpios amores, lusus, delicias facetiasque, ovvero la poesia d’amore secondo l’"altra" Sulpicia », Invigilata lucernis 21, 1999, p. 222) et trouve peut-être sa genèse dans la condition de client de son auteur. Elle ne saurait être considérée indépendamment de ces circonstances.

15 Peut-être à l’occasion de la publication de ses poèmes.

16 Martial XI, 78, 4 : « dès votre mariage, ta femme coupera leur chevelure à tes mignons », rappelle-t-il à un certain Victor. Couper ses cheveux signifiait pour un jeune homme mettre fin à sa fonction sexuelle.

17 Voir J.-L. Hennig, Martial, Paris, Fayard, 2003, p. 287-295.

18 Martial X, 69, 1-2 : Custodes das, Polla, uiro, non accipis ipsa./Hoc est uxorem ducere, Polla, uirum. C’est le thème de l’inversion des rôles, qu’on trouve aussi à propos de la femme riche en VIII, 12.

19 Martial I, 68, 1-2 : Quicquid agit Rufus, nihil est nisi Naeuia Rufo./Sigaudet, si flet, si tacet, hanc loquitur.

20 Naevia est donc une courtisane. Accessoirement, ceci montre qu’il ne faut pas considérer chaque épigramme isolément, mais la mettre en rapport avec les autres épigrammes consacrées à la même personne ou portant sur le même sujet.

21 Martial exprime la chose en une formule elliptique (X, 14, 10) : Vis dicam, male sit cur tibi, Cotta ? Bene est.

22 Martial VI, 40, 4 : Tempora quid faciunt ! Hanc uolo, te uolui.

23 Cette prostitution publique est réservée aux plus pauvres. Les autres recourent à leurs esclaves domestiques (cf. Martial XI, 23, 8-10 ; XII, 58, 1) ou, comme Martial, à des filles de niveau plus élevé.

24 Martial XII, 65, 1-3 : Formonsa Phyllis nocte cum mihi tota/sepraestitisset omnibus modis largam,/et cogitarem mane quoddarem munus...

25 Martial XI, 49, 1-2 : Nulla est hora qua non me, Phylli, furentem/ despolies. Voir aussi III, 54.

26 Cf. Martial IX, 67 ; XII, 65, 1-3, cité plus haut.

27 Martial I, 57, 2 : Nolo (puellam) nimis facilem difficilemque nimis ; IV, 38, 1 : Galla, nega : satiatur amor, nisi gaudia torquent.

28 Les Grecs parlent de triporneia pour celle qui s’y livre ; c’était selon Procope, Histoire secrète IX, 18, le cas de Théodora, la future femme de Justinien.

29 Martial X, 47, 10 : non tristis torus et tamen pudicus.

30 Ainsi Diadumenus, qui est le nom d’une très célèbre statue de Polyclète, représentant un jeune athlète qui ceint sa tête du bandeau de la victoire. Telesphorus est, en grec, l’épithète de plusieurs divinités.

31 Martial IX, 25, 1-2 : Dantem uina tuum quotiens aspeximus Hyllum,/lumine nos, Afer, turbidiore notas.

32 Martial III, 65, 10 : Quid, si tota dares illa (basia) sine inuidia ?

33 Martial XI, 58, 1-2 : Cum me uelle uides tentumque, Telesphore, sentis,/magna rogas.

34 Martial XI, 22, 9-10 (adressé à un homme) : Diuisit natura marem : pars una puellis,/una uiris genita est. Utere parte tua.

35 Martial XII, 96, 11-12 : Scire suos fines matrona et femina debet :/ cede suapueris, utere parte tua.

36 P. Watson, « Erotion : puella delicata ? », Classical Quarterly NS 42, 1992, p. 253-268.

37 Bien analysé par S. Mattiacci dans l’article cité plus haut.

38 Voir A. La Penna, « La sublimazione estetica dell’eros in Marziale », dans La storia, la letteratura e l’arte a Roma da Tiberio a Domiziano, Mantova, Accademia nazionale Virgiliana, 1992, p. 323, article repris sous le titre « I cento volti dell’eros di Marziale », dans A. La Penna, Eros dai cento volti. Modelli etici ed estetici nell’età dei Flavi, Venezia, Marsilio, 2000, p. 67-133 (ici p. 78-79).

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search