Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Amor Romanus – Amours romaines

 | 
Jean-Michel Fontanier

Du soldat de Tibulle à l’amant ovidien : facundus Vlixes (Ovide, Art d’aimer, II, 123-144)

Elisabeth Gavoille

Texte intégral

1Au livre II de l’Ars amatoria, pour illustrer les qualités par lesquelles un amant peut entretenir l’amour, Ovide met en scène Ulysse sous les traits d’un héros éloquent. Si la beauté physique est un avantage fugace, périssable, le charme exercé par l’esprit ne se démentira jamais, comme le montre cet exemplum (A.A. II, 123-124) :

Non formosus erat, sed erat facundus Vlixes
Et tamen aequoreas torsit amore deas.

Ulysse n’était pas beau, mais il était éloquent, et il n’en tourmenta pas moins d’amour des déesses marines.

Facundus, épithète de nature

  • 1 L’ironie d’Ajax transparaît déjà dans Le jugement des armes d’Accius : voir le commentaire des fr. (...)

2Facundus est une épithète qu’Ovide a déjà appliquée à Ulysse dans les Héroïdes : lorsque Briséis souhaite être l’envoyée des Grecs pour convaincre Achille de renoncer à sa colère, elle compare ses ressources de femme aimante (baisers, étreintes et larmes) à l’habileté persuasive du roi d’Ithaque, ainsi mentionné entre Phénix et Ajax : plus quam facundus Vlixes/... agam (Her. III, 129-130). Cette iunctura revient une troisième fois dans les Métamorphoses, lorsque Ajax, dans la dispute qui l’oppose à Ulysse pour l’attribution des armes d’Achille, tente de discréditer par avance l’éloquence de son rival en la présentant comme inutile dans l’action guerrière, sinon comme l’arme d’un lâche : Ecce ferunt Troes ferrumque ignesque Iouemque/ in Danaas classes : ubi nunc facundus Vlixes ? (Met. XIII, 91-92). Rappelant ici qu’il lui a fallu venir secourir Ulysse en difficulté près des nefs argiennes (cf. Il. XI, v. 401-497), Ajax ironise sur une renommée bien établie de « beau parleur »1. Cette référence proverbiale est soulignée par la position, toujours en fin d’hexamètre, de la formule facundus Vlixes.

  • 2 Versutus est, au sens propre, celui qui sait se retourner, cf. Plaute, Pseud. 745 : scit [...] in r (...)
  • 3 Cpr. Hor., Odes, I, 6, 7 : cursus duplicisper mare Vlixei.
  • 4 A.A. II, 355 : Penelopen absens sollers torquebat Vlixes, « Pénélope était tourmentée par l’absence (...)
  • 5 Voir le tableau de fréquence de M. Parry, L’épithète traditionnelle dans Homère, Paris, Les Belles (...)
  • 6 Men. 902 : Ménechme compare le parasite qui l’a plongé dans la honte et la crainte à Ulysse qui a c (...)
  • 7 Sur les diverses interprétations du personnage d’Ulysse chez les écrivains latins et notamment che (...)
  • 8 Ailleurs chez Ovide, Ulysse est caractérisé, outre comme facundus et soUers, par l’intelligence in (...)

3Cette formule fixe impose facundus à la place d’une épithète de nature comme uersutus2, équivalent de πολύτροπος, qui suffit à désigner Ulysse sans qu’il soit besoin de le nommer – ainsi Livius Andronicus, au début de l’Odyssée (fr. 1) : Virum mihi, Camena, | insece uersutum, traduit-il ’Άνδρά μοί εννεπε, Μούσα, πολύτροπον3. Ovide lui-même caractérise plus loin de façon générale le héros d’Ithaque comme l’homme de l’intelligence habile4, sollers correspondant plutôt à πολύμητίς, l’épithète d’Ulysse la plus fréquente chez Homère5, ou à πολύμηχανος. Dans la comédie plautinienne, celui-ci incarne la ruse sous son double aspect malfaisant ou ingénieux, négativement ou positivement6. Virgile insiste, à travers le récit pathétique d’Enée ou les dires mensongers de Sinon, lui-même double d’Ulysse, sur sa cruauté (durus, II, 7 et saeuus III, 273), sa perfidie (sic notus Vlixes ? II, 44 ; pellax II, 90), ses propos insinuants (II, 97-98) et ses abominations (scelerum inuentor II, 163 ; dirus II, 261 et 762)7 ; au livre IX, Numanus, fort de son alliance avec Turnus, promet aux Troyens plus de ruine avec la rudesse de ses compagnons d’armes qu’avec les adroits discours d’Ulysse : l’expression fandi fictor Vlixes en fin d’hexamètre a pu fournir une matrice sonore (initiales en « f ») et sémantique (façonneur de discours) à la terminaison facundus Vlixes chez Ovide ; mais fandi fictor est peut-être calqué sur le célèbre hapax λογοδαίδαλος (Phèdre 266e), avec un jugement tout aussi ironique sur Ulysse que celui de Platon sur Théodore de Byzance (modeleur de mensonges, raconteur d’histoires ?). Dans le corpus élégiaque, Properce ne retient du personnage que des traits stéréotypés : ses ruses (III, 7, 41-42), ses tribulations (II, 14, 3-4 ; 26, 37) et surtout l’attente fidèle de son épouse (II, 6, 23 ; 9, 7 ; III, 12, 23)8 ; mais le Panégyrique de Messala évoque bien son éloquence, que celle de Messala est censée surpasser : sit labor illius, tua dum facundia maior (v. 49). Facundus et facundia renvoient à ce talent oratoire d’Ulysse ouvertement admiré au chant III de l’Iliade par le Troyen Anténor, lui-même bon orateur (v. 216-224) : venu avec Ménélas en ambassade à Troie pour réclamer Hélène, le roi d’Ithaque avait frappé l’assistance par une contenance modeste, voire maladroite, mais bientôt contredite par la puissance irrésistible de sa parole :

  • 9 V. 221-224 (trad. Mazon). Dans un autre passage, l’inexorable et enveloppante tombée de la neige s (...)

À peine avait-il laissé sa grande voix sortir de sa poitrine, avec des mots tombant pareils aux flocons de neige en hiver, aucun mortel alors ne pouvait plus lutter avec Ulysse, et nous songions moins désormais à admirer sa beauté9.

  • 10 Fa- (de fari, parler) équivaut à μύθος, tandis qu’à l’élément de composition πολύ- correspond la sé (...)

4Facundus correspond alors exactement au qualificatif πολύμυθος qui, dénié plus haut à Mélénas, s’applique indirectement à Ulysse dans la comparaison des deux émissaires (v. 214)10.

  • 11 Voir notamment l’exercice classique, tiré de la tragédie grecque, sur une éventuelle culpabilité d (...)
  • 12 Cf. Fast. IY, 109-112 : Primus amans carmen uigilatum nocte negata /dicitur ad clausas concinuisse (...)

5Que chez Ovide Ulysse apparaisse à trois reprises comme un maître de la parole (facundus) s’explique par la fonction que le personnage remplissait dans l’enseignement rhétorique, comme exemple mythologique d’éloquence – ce dont témoigne la comparaison hyperbolique du Panégyrique –, voire d’habileté sophistique, et comme sujet de controverses11. Sans doute Ovide, brillant élève des rhéteurs, s’identifie-t-il avec l’habile manieur de mots homérique. À cela s’ajoute le rôle fondamental que le poète de l’Ars prête en général à la parole, instrument privilégié de la ruse, mais aussi mère et maîtresse des arts, notamment de séduction (comme l’exprimera l’hymne à Vénus au livre IV des Fastes12). Enfin facundus renvoie à l’abondance et à la vivacité de cette parole, bref aux talents de conteur d’Ulysse : la scène avec Calypso, où l’on voit le héros raconter ses exploits à Troie, apparaît comme une préfiguration en miniature des récits chez Alcinoos.

  • 13 Ann. 245 V3 = 221 W : Suauis homo, facundus, « un homme aimable, fin causeur », dit Ennius à propos (...)
  • 14 Capt. 965 : Satis facundu’s, « tu ne manques pas de bagout » (trad. Ernout), dit le vieil Hégion à (...)
  • 15 Ainsi Chalinus justifie-t-il la longueur de son monologue d’exposition (Merc. 35-38) : nullus usqu (...)
  • 16 Il ne se rencontre pas dans la Rhétorique à Herennius, ni chez Cicéron ou César, cf. Ernout- Meill (...)
  • 17 Salluste emploie le qualificatif pour Sylla (lug. 95, 3 : facundus, callidus, et amicitia facilis,(...)
  • 18 Odes, I, 10, 1 : Mercuri, facunde nepos Atlantis ; cf. Porph. ad. loc. : facundum... Mercurium dixi (...)

6Facundus est un mot ancien, associé chez Ennius à la douceur du tempérament13 et chez Plaute à la verve spirituelle14 ou à l’amour qui rend l’adulescens prolixe15 ; évité par la prose classique16, il est repris comme archaïsme par Salluste17, suivi par Tite-Live ; Horace l’emploie notablement à propos de Mercure, dieu de la parole18. Ce trait d’archaïsme peut renforcer chez Ovide le caractère pseudo formulaire de la séquence facundus Vlixes.

  • 19 A.A. I, 608 : Fac tantum cupias : sponte disertus eris ; cpr. Met. VI, 469 (Térée persuade Philomèl (...)
  • 20 R.A. 309-310 : Atque utinam possis etiam facundus in illis/ esse ! dole tantum : sponte disertus er (...)
  • 21 Vaine prolixité de la langue judiciaire (Am. I, 12, 23), bavardages indiscrets de Tantale (Am. II, (...)
  • 22 Cf. A. A. II, 609 (l’indiscret auquel toute initiation aux mystères de Vénus doit être interdite)  (...)
  • 23 Cf. Trist. III, 12, 18 : cedunt uerbosi garrula bella fori, « les luttes bavardes du forum où l’on (...)
  • 24 A.A. III, 533 (adj. substantivé) ; Fast. I, 21 (sur les talents oratoires de Germanicus) ; Met. VII (...)
  • 25 Fast. IV, 245 (Erato) ; V, 698 (Mercure) ; Met. XII, 178 (Nestor) ; XIII, 126, 137 et 382 (Ulysse)  (...)

7Par rapport à d’autres adjectifs caractérisant la parole, que recouvre exactement ce qualificatif facundus chez Ovide ? D’une part, disertus renvoie à l’éloquence travaillée, propre à l’orateur de métier (Am. I, 13, 21) et objet d’une technique qui peut se révéler vaine en amour : ce « discoureur » risque de se trouver court, s’il s’éprend en plein forum (A.A. I, 85), ou de déclamer bien mal à propos (I, 461 et II, 507) ; sponte disertus, alliance quasi oxymorique, équivaut alors à facundus pour caractériser l’amator bien inspiré par le désir19 ou par le ressentiment20. Facundia désigne dans l’Ars l’éloquence naturelle, l’assurance du discours qui se passe de conseils (A.A. I, 607 : Non tua sub nostras ueniat facundia leges) et caractérise l’entreprenant commentateur du défilé triomphal (A.A. I, 219 sq.) : le facundus sait instinctivement envelopper et circonvenir son interlocuteur, grâce à une volubilité qui procède de l’ingenium. D’autre part, garrulus chez Ovide définit aussi l’abondance de paroles, mais dépourvue de discernement et de réflexion21, loquax qualifie un caquet déplaisant22, enfin uerbosus renvoie aux vains discours (dans la mesure où uerbum désigne une parole qui n’aboutit pas)23. Facundus en revanche implique l’habileté persuasive de l’avocat, plus généralement de qui plaide heureusement une cause24– la Sappho ovidienne regrette ainsi d’avoir perdu ses facultés de séduction poétique (Her. XV, 195 : nunc uellem facunda forem). Souvent mis en relation avec uox ou os, facundus et facundia évoquent un flot harmonieux de paroles considéré dans ses effets, un récit ou un discours dont l’agrément sonore agit sur l’auditeur25, qui manifeste un caractère noble et une grâce naturelle. Ainsi en va-t-il justement de l’éloquence d’Ulysse, au chant XIII des Métamorphoses :

neque abest facundis gratia dictis

  • 26 Ce passage, qui évoque le moment où Ulysse prend la parole, transcrit avec exactitude le récit d’A (...)

ses paroles abondantes sont remplies de charme (v. 127)26,

  • 27 Dans la XVe Héroïde, le don poétique a la même valeur compensatoire pour Sappho, petite et noiraud (...)

8et cette éloquence lui gagnera les armes d’Achille (quid facundia posset,/re patuit, v. 382-383). Dans l’Ars amatoria, elle lui vaut l’amour des déesses marines, même s’il ne possède pas la beauté – non formosus.... sed facundus : le balancement entre les deux adjectifs de part et d’autre du même vers, l’initiale identique et l’équivalence métrique soulignent la fonction de substitut de l’éloquence par rapport à la séduction physique27, ce qui fait écho à la conclusion d’Anténor sur le discours d’Ulysse, chez Homère (« nous songions moins désormais à admirer sa beauté »).

9Sur cette faveur dont Ulysse, grâce à sa parole douce et plaisante, jouit auprès des femmes, notamment des déités, Ovide a pu exploiter une remarque de Cicéron (Off I, 113) :

  • 28 Cf. S. D’Elia, « Echi del “De officiis” nell’“Ars amatoria” ovidiana », in Atti delI Congresso int (...)

Quam multapassus est Vlixes in illo errore diuturno, cum et mulieribus, si Circe et Calypso mulieres appellandae sunt, inseruiret et in omni sermone omnibus affabilem et iucundum esse se uellet28.

  • 29 Sur les implications précises de ces trois adjectifs, cf. W.B. Stanford, op. cit., p. 31-35 : le p (...)

10Au contraire d’un Caton qui poussa la cohérence jusqu’au suicide, dit Cicéron, le héros d’endurance, pour obtenir de rentrer chez lui et de recouvrer son pouvoir royal, manifesta un caractère conciliant et ondoyant (et inseruire ici correspond au motif érotique du seruitium amoris). Chez Homère, le « faible » d’Athéna pour son protégé est expliqué par la déesse elle-même, au chant XIII de l’Odyssée, v. 221 sq. : sous les traits d’un jeune berger, elle écoute avec amusement les mensonges du héros qui prétend être un réfugié crétois, et, lorsqu’elle se dévoile, elle le félicite d’être un si beau parleur (ποίκιλομητα et ἀπατάων μύθων τε κλοπίων), une sorte d’homologue mortel pour elle (αριστος απάντων βούλη καί μύθοισιν), puis elle promet de ne jamais l’abandonner car il est délicat, intelligent et maître de lui (ἐπητης ἐσσι καί ἀγχίνοος καί ἐχέφρων, v. 332)29.

11Pacuvius aussi avait souligné la séduction de langage d’Ulysse, dans un passage de sa Niptra cité par Cicéron (Tusc. V, 46), lorsque la nourrice décèle chez l’étranger dont elle lave les pieds les mêmes qualités spirituelles et physiques que celles de son maître (Trag. 247 R) : lenitudo orationis, mollitudo corporis – douceur et souplesse qui sont précisément des caractéristiques élégiaques avant la lettre.

Une parole captivante et captive

12Calypso cherche à retenir sur son rivage le héros qui voudrait rentrer à Ithaque, en lui réclamant toujours le récit de ses aventures, et il se soumet volontiers à cette demande :

Haec Troiae casus iterumque iterumque rogabat,
ille referre aliter saepe solebat idem
(A.A. II, 127-128).

  • 30 Cf. Cic., Arch. 18 : quotiens ego hunc [sc. Archiam] uidi... [uersus] dicere ex tempore ! quotiens (...)
  • 31 Voir en premier lieu F. Arnaldi, « Il mondo poetico di Ovidio », Studi romani YI fasc. 4, 1958, p. (...)
  • 32 Ulysse est qualifié de ποίκιλομητης ou ποίκιλόμητίς (Il. XI, 482 ; Od. III, 163 et XIII, 293, etc. (...)

13La facundia d’Ulysse se manifeste alors dans la capacité de uariatio, qui illustre à la fois à une qualité essentielle en rhétorique30 et l’art d’Ovide lui-même, maître de l’imitatio sui : Ulysse est ici un double du poète, un artiste de la métamorphose, comme on s’est beaucoup plu à le souligner31. Mais elle correspond aussi à une caractéristique originale du héros homérique, la ποικιλία32 – sinon aussi l’endurance (cf. πολύτλας) qui prend ici la forme d’une performance oratoire. En fait, cette attitude contredit les propos mêmes de l’Ulysse homérique qui, concluant son récit chez Alcinoos, refuse de revenir à l’évocation de son séjour à Ogygie, par où il avait commencé la veille (Od. XII, 450-453) :

Mais pourquoi raconter cela ? je l’ai fait hier dans cette salle, pour toi et ta vaillante épouse ; il m’est odieux de redire une histoire déjà racontée.

14En revanche, elle coincide avec celle de l’Énée virgilien qui accède aux prières de Didon, au chant IV de l’Énéide (v. 77-79) :

nunc eadem labente die conuiuia quaerit
Iliacosque iterum demens audire labores
exposcit pendetque iterum narrantis ab ore...

  • 33 La gémination diterumque est virgilienne, cf. Aen. II, 770 et ili, 436 : cf. G. Baldo, op. cit., p (...)
  • 34 Au jugement de C. Marchesi (« Il secondo e il terzo libro dell’Ars Amatoria », RFIC 46, 1918, p. 4 (...)

15le redoublement de iterum dans le texte d’ovide signale précisément l’allusion à virgile33. Complaisant au désir féminin comme à sa propre parole, cet Ulysse incarne l’accord de la narration éloquente et du seruitium amoris34.

16C’est dans ce temps de l’habitude amoureuse, évoqué à l’imparfait duratif ou itératif, que vient s’inscrire une scène idyllique sur la plage : l’expression litore constiterant, au plus-que-parfait, introduit une rupture et focalise l’attention ; isolée par un silence, elle mime une halte propice à l’entretien et suggère une sorte de moment suspendu (comme plus loin, à propos du premier couple qui inventa l’amour, le v. 478 : constiterant uno femina uirque loco marque l’heureuse surprise de la rencontre individuelle).

17Le héros évoque alors le meurtre de Dolon et l’attaque du camp de Rhésos, roi de Thrace (cf. Il. X, 349-514), en joignant le dessin au récit : il trace avec une baguette sur le sable mouillé un schéma des lieux de bataille. La puissance évoca- trice de la représentation figurée est soulignée à deux reprises par facere (noi£iv), dans un commentaire d’Ovide qui interrompt le récit d’Ulysse au style direct :

Haec, inquit, Troia est (muros in litore fecit) (v. 133)
Campus erat (campumque facit) (v. 135).

  • 35 Cf. Plutarque, Mor. 346 F : o Simtóvi5h~ thv mev Zwgpafiav poihsiv sitópWsav pposagopeuei, thv de (...)
  • 36 Cf. G. Baldo, op. cit., p. 287 et 289 : l’alliance pingit opus semble indiquer, plutôt qu’une esqu (...)
  • 37 Équivalence qui, proposée par Cicéron en Acad. II, 17, sera retenue par la tradition.
  • 38 Cf. Rhet. Her. IV, 68 : demonstratio est cum ita uerbis res exprimitur utgeri negotium et res ante (...)
  • 39 Du style, § 209 sq. Cf. P. Chiron, Un rhéteur méconnu : Démétrios (Ps.-Démétrios de Phalère), Paris (...)
  • 40 C. Calame, « Quand dire c’est faire voir : l’évidence dans la rhétorique antique », Études de Lett (...)
  • 41 Cf. Strab. II, 5, 17 et 33 : C. Calame, article cité, p. 14.
  • 42 C. Calame (op. cit., p. 20) renvoie justement à l’éloge que fait Eumée devant Pénélope des récits (...)

18Ulysse est lui-même un poète, au sens où il recrée sous les yeux de Calypso la réalité vécue – la peinture est poésie muette, et la poésie peinture parlante, selon la célèbre formule de Simonide35 –, en sachant « peindre » avec vivacité les faits : pingit opus (v. 132), pluraque pingebat (v. 139) : ces termes suggèrent une sorte d’ecphrasis36, certes, mais une ecphrasis à l’envers, car c’est le discours qui suscite la figuration, l’œuvre qui illustre la parole. L’insistance sur le dessin vise à attirer l’attention sur la qualité d’ἐνάpγεια ou d’euidentia37, la description expressive, la capacité d’évocation visuelle. Ce procédé, qui consiste à montrer par la parole (demonstratio, monstrare) et repose sur la précision des circonstances, est précieux dans la narratio38. Pour le rhéteur Démétrios, il apporte la vie, le pittoresque et le « suspense » au style simple39 ; par l’abondance des détails, « par un développement progressif de la narration », il permet à l’auditeur de « prendre une part affective à l’intrigue »40. Chez Quintilien (IX, 2, 40), une des dénominations de ce procédé d’expression sera ύπο- τύπωσίς, qui signifie littéralement « esquisse »41 et qui comprend la « topographie », c’est-à-dire la description de lieux – deux caractéristiques justement réunies ici. Simplicité et évocation visuelle font bien l’agrément de ce récit, capable de « métamorphoser l’audition en regard », selon la formule par laquelle C. Calame définit l’enargeia poétique42. La faconde d’Ulysse donne non seulement à entendre mais aussi à voir, elle se fait représentation visuelle à partager ; cette parole est puissance d’illusion, capable de faire surgir devant les yeux les événements passés.

  • 43 Cf. M. Janka, op. cit., p. 134.
  • 44 A.R. Sharrock, « Ars amatoria 2. 123-42 : another homeric scene in Ovid », Mnemosyne, vol. XL, fas (...)
  • 45 Voir aussi Her. X, 41 (symbole du souvenir entre les mains d’Ariane) ; A.A. II, 333 (image dotium (...)
  • 46 Op. cit., p. 131.
  • 47 Sur la conversation doublée d’une déambulation de deux personae, voir la riche analyse de Louis MA (...)

19Le tracé sur le sable manifeste une autre qualité de la parole : l’aptum, la capacité de s’adapter aux circonstances, car Ulysse se sert pour cela de ce qu’il a sous la main, une simple branche43. Alison Sharrock a supposé que cette scène venait s’insérer dans les préparatifs de départ d’Ulysse chez Homère (Od. V, 233-261), et que l’indication uirgam nam forte tenebat (v. 131) renvoyait à la construction du radeau44. Mais la baguette que tient l’Ulysse ovidien figure plutôt un emblème élégiaque ténuité, souplesse et fragilité –, d’autant qu’elle est qualifiée de leuis, épithète caractéristique du genre : ainsi en Am. III, 1, 34, la branche de myrte (myrtea uirga) est un attribut de l’Élégie personnifiée, qui contraste avec le sceptre rigide qu’agite furieusement la Tragédie45. D’autre part, comme le propose M. Janka46, on peut aussi bien faire correspondre la scène ovidienne à l’entretien sur la grève au cours duquel Calypso annonce au héros qu’elle consent à son retour (Od. V, 151-191), avant qu’ils s’en reviennent ensemble vers la grotte. Cette hypothèse semble mieux correspondre à l’enchaînement ovidien d’un cadre (les demandes répétées de Calypso) à une scène (le récit d’Ulysse). Du reste, litore constiterant implique une immobilisation des deux amants lors d’une promenade où le rythme de la conversation et celui de la démarche se règlent l’un sur l’autre, avec des lenteurs, des arrêts, des contemplations47. Ovide ne donne pas d’indice permettant de situer exactement cette scène car elle correspond justement à un moment indéfini, elle illustre le caractère interminable de l’entretien amoureux : il y a là comme une mise entre parenthèses, un retrait hors du monde et du temps, où se rejoue le plaisir de la rencontre dans l’abondance et la douceur des paroles (facundia), qui tient à la reprise infinie du récit (uariatio) et à la faculté de représentation (enargeia). Ainsi Ulysse est-il détourné de ses projets de retour par la tentation de raconter toujours, il préfère s’attarder à parler plutôt que prendre la mer, captif moins de l’amour que de sa propre parole...

20À cette vignette s’opposera celle des Remèdes où Circé, avec son long et véhément discours, échoue à retenir Ulysse (R.A. 263-286) ; cette fois c’est la décision inflexible du héros homérique qui est donnée à imiter, et non plus son aimable conversation :

Illa loquebatur, nauem soluebat Vlixes ;
inrita cum uelis uerba tulere Noti (v. 285-286).

  • 48 Cf. E. Salvadori, « L’episodio di Calipso nella trasposizione ovidiana del modello omerico (Ars II (...)
  • 49 Cf. A.R. Sharrock, Seduction and Repetition in Ovid’s Ars amatoria 2, OUP, 1994, p. 81-83. Cependa (...)
  • 50 Composition en anneau relevée par G. Baldo, op. cit., p. 289, et E. Salvadori, art. cité, p. 200 n (...)

21Circé emploie le même langage que celui des Héroïdes et doit, malgré ses talents de magicienne, constater l’impuissance de son art, telle Œnone ou Médée48. Mais Calypso, elle, se garde bien de vaines supplications féminines ; elle fait discourir l’homme, elle flatte en lui l’envie de déployer tout son talent de parole – chez Homère, comme le rappelle A. Sharrock, la déesse est justement appelée δολόεσσα Καλύψω (Od. VII, 245)49. Mieux : alors que Circé rejette précisément l’épisode de Rhésos dans un passé révolu, en opposant trop vigoureusement le règne de l’amour à la violence épique (R.A. 282), Calypso a l’habileté de laisser Ulysse revivre ses exploits grâce au récit et continuer par la parole son personnage guerrier ; elle accueille le monde héroïque pour mieux l’envelopper, le subvertir. C’est finalement le séducteur qui est séduit, le beau parleur qui est pris au piège de son ars, par un discret retournement ironique. Transmué en facundus, le rusé Ulysse a du même coup trouvé une maîtresse plus rouée. Calypso est à la fois l’origine et le terme d’une telle faconde, comme le souligne la composition circulaire de cette scène50 : elle réclame une histoire, elle encourage le goût du récit ; elle impose aussi le mot de la fin, avec une indulgence amusée, lorsqu’une vague vient effacer le dessin :

  • 51 Pour M. Myerowitz (« The Women of Ovid’s Ars amatoria : Nature or Culture ? », Scripta Classica Is (...)

Ces flots auxquels tu confies ton départ, tu vois quels noms illustres ils ont engloutis51 ?

  • 52 Voir le passage du livre I de lArs où l’apprenti séducteur commente avec volubilité le spectacle d (...)
  • 53 Cf. Sophocle, fr. 742 N : ορκον δ’ εγω γύναίκος είς ύδωρ γραφω ; Catulle, 70, 3 : sed mulier cupid (...)

22Ulysse apparaît comme un grand enfant qui joue dans le sable sous les yeux de son amante attendrie : sur l’éloquence masculine règne le désir féminin52. Peut- être aussi, en se moquant malicieusement de ces esquisses, Calypso renverse-t-elle l’expression proverbiale in aqua scribere, traditionnellement associée aux serments fallacieux des femmes ?53 Elle sait bien que les paroles d’Ulysse, assorties par un geste attentionné d’un dessin, ne le distraient que momentanément de ses projets de départ.

23Cependant Ulysse ne part toujours pas, car l’entretien suscité par Calypso retarde indéfiniment le moment de la séparation. Ovide conjure ainsi le désespoir de la nymphe qui ouvre la scène :

O quotiens illum doluitproperare Calypso
remigioque aptas esse negauit aquas
(v. 125-126).

  • 54 Her. I, 1 (Haec Hua Penelope lento tibi mittit, Vlixe) et 66 (Quas habitas terras aut ubi lentus ab (...)
  • 55 Cf. E. Salvadori, art. cité, p. 201.
  • 56 La signification de cet exemplum d’Ulysse ne va certes pas de soi : pour F.W. Lenz, le tracé sur l (...)

24Ce point d’orgue suspend la triste fin que connaît chez Properce l’amour de Calypso qui, après l’Ariane de Catulle, offre l’image même de la femme abandonnée, parlant seule à la mer injuste (Elégies I, 15, 9-14). Il y a aussi un jeu intertextuel avec la lettre de Pénélope dans les Héroïdes, à laquelle répond ce passage de l’Ars : facundus fournit une explication à lentus, autre épithète de nature du point de vue de l’épouse fidèle54, et affirme la supériorité du plaisir de bavarder et des liaisons adultères sur les liens conjugaux. Avec un effet de symétrie piquant entre Pénélope et Calypso, les récits par lesquels la maîtresse retient son amant ont même fonction de délai que la toile sans cesse recommencée de l’épouse pour éviter l’échéance des prétendants55. Au centre de l’Ars, cette scène montre bien le pouvoir qu’a la parole de faire durer l’amour (tenere) et d’empêcher la désunion, en parfaite cohérence avec le propos ovidien56. Ulysse illustre le tenere par ses qualités intellectuelles et ses talents de parole, même si l’exemplum mythologique suggère un échange des rôles au profit de Calypso : au sein du couple, cette réalité qu’envisage désormais le livre II, il y a précisément un jeu de vases communicants, et l’équilibre peut être garanti par la maîtrise que chacun des deux croit avoir.

  • 57 Ovide applique ici à la parole amoureuse les conceptions exprimées par Cicéron sur l’éloquence, œu (...)

25Comme une miniature idyllique, la saynette concentre l’enseignement du IIe livre, sur le caractère complaisant de l’amant et sur le charme de la parole, puissance non plus seulement de contact et d’union comme au livre I, mais de cohésion et de durée57. Le magister amoris conclut l’intermède mythologique :

Ainsi donc, n’accorde qu’une confiance timide à la beauté trompeuse (fallax figura), qui que tu sois, et ne te contente pas des avantages physiques (A.A. II, 143-144).

  • 58 Cf. M. Myerowitz, Ovid’s Games of Love, Detroit, 1985, p. 173-174.
  • 59 Voir ce que dit L. Marin (op. cit., p. 70-72) à propos de « l’effet de sujet » dans l’œuvre d’art  (...)

26Ce terme de figura assure l’unité du passage, par sa double valeur : dessin qu’une vague efface, visage que le temps va altérer58. À la différence de ces deux apparences fugaces, la parole offre la possibilité d’un présent perpétuel, car elle ressuscite le passé glorieux et s’inscrira dans le souvenir amoureux59.

Miles facundus

27Au cœur même de l’Ars amatoria, Ulysse illustre donc le rôle central de la parole dans l’amour. Cette métamorphose du héros homérique en parfait amant ovidien s’opère grâce à la combinaison de divers motifs. Si la baguette vaut comme emblème élégiaque, elle représente un accessoire de choix, substitué de façon significative au sceptre que tenait l’orateur officiel, au chant III de l’Iliade. Elle contraste aussi avec l’épée, attribut épique : dépossédé de son arme, cet Ulysse figure un guerrier qui n’existe plus que dans le discours.

  • 60 Les reprises textuelles ont été bien soulignées par A. Sharrock (art. cité, p. 411) et E. Salvador (...)
  • 61 Ulysse s’acquitte avec sa maîtresse de récits normalement dus à l’épouse légitime (cf. M. Janka, o (...)
  • 62 Cf. M. Labate, « La memoria impertinente e altra intertestualità ovidiana », dans I. Gallo e L. Ni (...)
  • 63 Sur cet effet d’ironie, cf. D.F. Kennedy, « The epistolary Mode and the First of Ovid’s Heroides » (...)

28Le dessin associé au récit est un autre élément, riche en allusions, de cet infléchissement élégiaque. Sur ce point encore, la scène de l’Ars fait pendant à la IreHéroïde, où Pénélope imagine les guerriers argiens rentrés dans leurs foyers et racontant au cours d’un banquet les épisodes les plus fameux de la guerre de Troie : « L’épouse est suspendue aux lèvres du héros qui raconte. Ensuite quelqu’un, sur la table dressée, représente (monstrat) les cruels combats et peint (pingit) Pergame tout entière avec un peu de vin » (Her. I, 30-40). Suivent le commentaire du schéma en style direct, puis l’évocation de la Dolonie et de l’attaque au camp de Rhésos. Pénélope prolonge ce récit dans sa lettre et reproche à Ulysse d’avoir alors pris tant de risques, oubliant son épouse et sa famille. Or dans l’Ars, Ulysse reproduit la même séquence, avec des similitudes évidentes dans les gestes et les paroles60. Cela peut signifier a posteriori qu’il était le conteur anonyme fantasmé par Pénélope (aliquis) : ironie tragique dans une lecture rétrospective des Héroïdes – ou répétition burlesque si l’on reste dans l’optique de l’Ars, qui est celle des amours irrégulières : un conteur qui ressert la même histoire, et un mari qui, oubliant déjà sa femme dans le feu de l’action, l’oublie encore et toujours en s’attardant à narrer l’exploit. Et c’est bel et bien la maîtresse Calypso qui, à la place de l’épouse enviée par Pénélope61, est suspendue avec inquiétude et admiration aux lèvres du héros, comme l’était Didon chez Virgile62. Pénélope a raison plus loin de craindre que son époux ne soit captif d’un amour étranger (peregrino captus amore, v. 76)63, mais Ulysse est encore plus oublieux qu’elle ne le suppose : loin de dénigrer auprès d’une autre son épouse rustique, il ne songe qu’à faire palpiter sa divine compagne au récit de ses prouesses.

29Quant au schéma des lieux tracé par un doigt mouillé de vin, dans la vision de Pénélope, c’est un détail sans doute inspiré de Tibulle (I, 10, 29-32) :

  • 64 « Puissé-je ainsi vous plaire : qu’un autre soit vaillant dans les combats et terrasse avec l’aide (...)

Sic placeam uobis : alius sit fortis in armis,
sternat et aduersos Marte fauente duces,
ut mihi potanti possit sua dicere facta
miles et in mensapingere castra mero
64.

  • 65 Cf. E. Breguet, « Le thème alius... ego chez les poètes latins », REL 40 (1962), 1963, p. 128-136.
  • 66 Art. cité, p. 290.
  • 67 Ce soldat a perdu de sa pose martiale, il emprunte au style élégiaque un geste typique, puisque tr (...)
  • 68 Le pluriel sparsimus à propos du meurtre de Dolon (v. 136) peut refléter le modèle homérique (Il. (...)
  • 69 Cf. M. Labate, art. cité, p. 58-59.

30Tibulle récuse ici le « genre de vie » militaire pour revendiquer son idéal de poète élégiaque65 ; comme l’a noté J.-M. Frécaut, « la scène est très ironique : la guerre est devenue un simple sujet de conversation, et l’auditeur n’est nullement impressionné par tant de bravoure66 ». En passant par la IreHéroïde, la vision d’Ulysse dessinant sur le sable remonterait à celle du miles de Tibulle, déjà contaminé par l’élégie67, mais encore bien démonstratif et fier de ses batailles. De fait, l’Ulysse d’Ovide ne parle que de lui, et passe sous silence le rôle de Diomède dans l’attaque du camp de Rhésos et le vol des cavales68– rôle suggéré par Pénélope, même si le compagnon d’armes n’est pas nommé (adiutus ab uno, dit-elle en Her. I, 43). Dans l’ecphrasis virgilienne du temple de Junon, au contraire, seul apparaissait le fils de Tydée (Aen. I, 469-473) : Ovide réécrit ce passage en redonnant à Ulysse l’occasion de se faire valoir69, devant une amante dont l’admiration lui est tout acquise, ou qui feint l’intérêt afin de prolonger la présence par la parole.

31Pour un peu, ce facundus Vlixes serait un avatar élégiaque de miles gloriosus. C’est que la transformation du héros épique en amant ovidien tient à l’exagération d’un trait homérique : une éloquence hors norme, capable de captiver l’autre. Les exploits passés se réduisent alors à des mots et à des images tracées sur le sable. Ulysse devient un héros de la parole, pour qui la grande affaire, au lieu d’agir et de préparer son retour, est de parler encore, et qui fait du récit guerrier un usage intime et galant : la violence épique s’est transmuée en douceur élégiaque, et le cruel soldat en tendre poète. Mais, à travers l’appréciation finale de Calypso, l’auteur exprime quelque ironie à l’égard du personnage même qui le représente.

Notes

1 L’ironie d’Ajax transparaît déjà dans Le jugement des armes d’Accius : voir le commentaire des fr. III à V de cette tragédie par J. Dangel (CUF, 1995, p. 302-304).

2 Versutus est, au sens propre, celui qui sait se retourner, cf. Plaute, Pseud. 745 : scit [...] in re aduorsa uorsari.

3 Cpr. Hor., Odes, I, 6, 7 : cursus duplicisper mare Vlixei.

4 A.A. II, 355 : Penelopen absens sollers torquebat Vlixes, « Pénélope était tourmentée par l’absence de l’habile Ulysse » ; même épithète en Pont. IV, 14, 35.

5 Voir le tableau de fréquence de M. Parry, L’épithète traditionnelle dans Homère, Paris, Les Belles Lettres, 1928, p. 112 (82 occurrences).

6 Men. 902 : Ménechme compare le parasite qui l’a plongé dans la honte et la crainte à Ulysse qui a causé tant de mal à Agamemnon (meus Vlixes, par antonomase) ; Pseud. 1243-1244 : le vieux Simon salue l’habileté de Pseudolus qui, en s’emparant de la lettre qui permettait d’acheter Phénicie au léno, surpasse Ulysse avec son cheval de Troie (Nimis illic mortalis doctus, nimis uorsutus, nimis mal-us./ Superauit dolum Troianum atque Vlixem Pseudolus).

7 Sur les diverses interprétations du personnage d’Ulysse chez les écrivains latins et notamment chez Virgile, cf. W.B. Stanford, The Ulysses Theme, A Study in the Adaptability of a Traditional Hero, Oxford, Blackwell, 1963, p. 129 sq.

8 Ailleurs chez Ovide, Ulysse est caractérisé, outre comme facundus et soUers, par l’intelligence ingénieuse (ingenium, Met. XIII, 304) et avisée (cautus, Trist. I, 2, 9), la ruse (furtis aptus Vlixes, Fast. VI, 433) et la tromperie (fallax du point de vue des Troyens, Met. XIII, 712), l’audace (Met. XIII, 341 et 671), l’endurance (patiens, Pont. IV, 10, 9), la cruauté enfin (durus... Vlixes comme chez Virgile, Trist. V, 5, 51). Les principaux épisodes retenus sont le discours contre Ajax (Met. XIII), les aventures extraordinaires (Met. XIV), notamment le séjour chez Circé (A.A. II, 23 et R.A. 263-288), enfin les épreuves loin du foyer, en parallèle avec celles du poète exilé (dans les Pontiques III, 1, 53 et 6, 19 ; IV, 10, 9-12) et l’attente du retour par Pénélope (Her. I et Am. II, 18 ; A.A. II, 355 ; Trist. V, 5,52 et Pont. IV, 16, 13-14).

9 V. 221-224 (trad. Mazon). Dans un autre passage, l’inexorable et enveloppante tombée de la neige sert de comparant à l’abondance, non plus des paroles cette fois, mais des guerriers achéens : Il. XII, 278-289.

10 Fa- (de fari, parler) équivaut à μύθος, tandis qu’à l’élément de composition πολύ- correspond la séquence -cundus qui dénote une propension (cf. fecundus, iracundus, iucundus, uerecundus, rubicundus), surtout si l’on admet l’hypothèse d’un adjectif verbal de la racine *ku- « se gonfler, être abondant », cf. in-ciens, Κύμα « vague » (É. Benveniste, BSL 34, p. 186-190 et Origines, p. 141 ; F. Bader, La formation des composés nominaux du latin, 1962, p. 215-216) ; mais le suffixe -ndus a déjà le signifié aspectuel d’un « à venir », d’une possibilité toujours ouverte (G. Serbat, « Adjectif verbal et nom d’action », Vita Latina n° 98, 1985, p. 18-21). Varron tente d’expliquer le -c- à l’aide de facile (LL VI, 52) : qui facile fantur facundi dicti (voir aussi Isid., Diff. I, 421) ; même fautive, cette « étymologie synchronique » nous donne une représentation exacte du facundus pour un esprit latin : celui dont la parole coule aisément. Une autre explication est imaginée dans une scholie à Horace, Ars 217 : facundus <id> est fatu iucundus, qui met l’accent sur l’agrément d’une telle parole.

11 Voir notamment l’exercice classique, tiré de la tragédie grecque, sur une éventuelle culpabilité d’Ulysse dans la mort d’Ajax (type de cause conjecturale) : Rhet. Her. I, 18 et II, 28-30 ; Cic., Inu. I, 11 et 92 ; Quint., I.O. IY, 2, 13. Cf. S.F. Bonner, Roman Declamation in the late Republic and early Empire, University Press of Liverpool, 1949, p. 23 sq.

12 Cf. Fast. IY, 109-112 : Primus amans carmen uigilatum nocte negata /dicitur ad clausas concinuisse fores/ eloquiumque fuit duram exorarepuellam/ proque sua causa quisque disertus erat.

13 Ann. 245 V3 = 221 W : Suauis homo, facundus, « un homme aimable, fin causeur », dit Ennius à propos de Geminus Servilius qu’il présente comme un modèle d’aménité, un compagnon idéal.

14 Capt. 965 : Satis facundu’s, « tu ne manques pas de bagout » (trad. Ernout), dit le vieil Hégion à l’esclave Stalagme qui négocie ses révélations pour éviter des coups de fouet.

15 Ainsi Chalinus justifie-t-il la longueur de son monologue d’exposition (Merc. 35-38) : nullus usquam amator adeost callide/ facundus, quae in rem sint suam ut possit loqui. / Nunc uos mihi irasci ob multiloquium non decet ; / eodem quo amorem Venus mi hoc legauit die, « Jamais amant n’est assez habile orateur pour dire ce que son intérêt lui commande. Ainsi ne vous fâchez pas de mon trop-parler ; c’est Yénus qui m’en affligea en même temps que du mal d’amour » (trad. Ernout). Plaute met facunditas dans la bouche du verbeux miles Stratophane (Truc. 494).

16 Il ne se rencontre pas dans la Rhétorique à Herennius, ni chez Cicéron ou César, cf. Ernout- Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, p. 245.

17 Salluste emploie le qualificatif pour Sylla (lug. 95, 3 : facundus, callidus, et amicitia facilis, « disert, rusé et facile en amitié », trad. Ernout) et, dans le discours de Marius, pour caractériser les facilités oratoires de la noblesse (lug. 85, 26 : equidem ego non ignoro... abunde illis facundam et conpositam orationem fore) ; il établit un distinguo avec loquax (Hist. IY, 43 M : loquax magis quam facundus). Enfin il fait reconnaître à Caton la supériorité des Grecs en facundia (Cat. 53, 3), cf. Ov., Fast. III, 102 (facundum sed male forte genus).

18 Odes, I, 10, 1 : Mercuri, facunde nepos Atlantis ; cf. Porph. ad. loc. : facundum... Mercurium dixit, quia orationis inuentor est, et Mart., VII, 74, 1 : facunde minister (cités par Vetter, TLL, vol. YI, col. 160). La facundia représente alors l’éloquence à l’état naturel ou inspiré, que possède évidemment un avocat tel que Torquatus (Odes, IV, 7, 23), comme déjà le porte-parole de Térence dans le prologue de l’Heau- tontimoroumenos (v. 13). Le poète se plaint ainsi de perdre devant le beau Ligurinus sa belle éloquence, facunda lingua (Odes, IV, 1, 35) – topos de la poésie amoureuse depuis Sappho (fr. 31, 7-9 L-P).

19 A.A. I, 608 : Fac tantum cupias : sponte disertus eris ; cpr. Met. VI, 469 (Térée persuade Philomèle de venir avec lui rejoindre sa sœur) : facundum faciebat amor (avec allitération expressive).

20 R.A. 309-310 : Atque utinam possis etiam facundus in illis/ esse ! dole tantum : sponte disertus eris ; cf. aussi Met. XIII, 228 (Ulysse raconte comment il dissuada les Grecs de repartir) : dolor ipse disertum/ fecerat.

21 Vaine prolixité de la langue judiciaire (Am. I, 12, 23), bavardages indiscrets de Tantale (Am. II, 2, 44) et du gardien Bagoüs (Am. II, 2, 60), pure répétition verbale de la nymphe Echo (Met. III, 360), gazouillis d’un ruisseau (Fast. II, 316) et babil de divers oiseaux : perroquet (Am. II, 6, 26), corneille (Am. III, 5, 22 ; Met. II, 547), pie (Met. V, 677) ou perdrix (Met. VIII, 237).

22 Cf. A. A. II, 609 (l’indiscret auquel toute initiation aux mystères de Vénus doit être interdite) : Met. II, 540 (le corbeau).

23 Cf. Trist. III, 12, 18 : cedunt uerbosi garrula bella fori, « les luttes bavardes du forum où l’on parle sans trêve », qui rappelle le tableau désabusé de Lucilius, 1228-1234 M (= H 41 C). Sur cet emploi de uerbum, par opposition à oratio, la parole efficace, cf. L. Gavoille, Oratio ou la parole persuasive, étude sémantique et pragmatique, Louvain ; Paris ; Dudley (Ma.), Peeters, 2007, p. 202-203.

24 A.A. III, 533 (adj. substantivé) ; Fast. I, 21 (sur les talents oratoires de Germanicus) ; Met. VII, 505 ; Trist. I, 57 ; II, 273 ; III, 5, 29 ; IV, 4, 5 ; Pont. I, 2, 67 ; 3, 11 ; II, 2, 51 ; 3, 75 ; IV, 9, 47.

25 Fast. IV, 245 (Erato) ; V, 698 (Mercure) ; Met. XII, 178 (Nestor) ; XIII, 126, 137 et 382 (Ulysse) ; Pont. II, 5, 55 (Germanicus) ; III, 5, 16 (Maxime Cotta) ; IV, 4, 37 (à Sextus Pompée) : hos ubi facundo tua uox hilarauerit ore.

26 Ce passage, qui évoque le moment où Ulysse prend la parole, transcrit avec exactitude le récit d’Anténor chez Homère : même silence étrange, les yeux fixés sur le sol, avant l’écoulement du discours (v. 125-127, cpr. Il. III, 216-220).

27 Dans la XVe Héroïde, le don poétique a la même valeur compensatoire pour Sappho, petite et noiraude : Si mihi difficilis formam natura negauit,/ingenio formae damna rependo meae (v. 31-32).

28 Cf. S. D’Elia, « Echi del “De officiis” nell’“Ars amatoria” ovidiana », in Atti delI Congresso interna- zionale di Studi ciceroniani (1959), Roma, 1961, t. II, p. 127-140.

29 Sur les implications précises de ces trois adjectifs, cf. W.B. Stanford, op. cit., p. 31-35 : le premier caractérise un homme bienveillant et attentionné (ainsi Amphinomos, le seul prétendant affable, cf. Od. XVIII, 128) ; or la douceur d’Ulysse est soulignée à diverses reprises dans L’Odyssée (lorsque à l’assemblée des dieux Athéna évoque son sort auprès de Calypso [chant I], quand il rencontre le fantôme de sa mère Anticlée [chant XI], à travers les divers témoignages de ses serviteurs), et dans un monde de violence héroïque, les femmes apprécient cette qualité (ainsi Hélène à propos d’Hector, Il. XXIV, 767-772). La deuxième épithète vise l’agilité de l’intelligence. La troisième décrit un être sensible et pondéré : la modération d’Ulysse contraste avec l’arrogance d’Agamemnon, l’orgueil d’Achille, la stupidité d’Ajax et l’inconsistance de Ménélas.

30 Cf. Cic., Arch. 18 : quotiens ego hunc [sc. Archiam] uidi... [uersus] dicere ex tempore ! quotiens reuocatum eamdem rem dicere commutatis uerbis atque sententiis. Sur cette exigence rhétorique, cf. H. Lausberg, Handbuch der literarischen Rhetorik, München, 1973, p. 142 et passim ; A.-F. SABOT, Ovide poète de l’amour dans ses œuvres de jeunesse, Paris, Ophrys, 1976, p. 290 ; M. Janka, Ovid Ars Amatoria Buch 2, Kommentar, Heidelberg, C. Winter, 1997, p. 130 ; G. Baldo in E. Pianezzola (ed.), Ovidio, Larte di amare, Fondazione Lorenzo Yalla, 2003, Commento al Libro secondo, p. 287.

31 Voir en premier lieu F. Arnaldi, « Il mondo poetico di Ovidio », Studi romani YI fasc. 4, 1958, p. 390.

32 Ulysse est qualifié de ποίκιλομητης ou ποίκιλόμητίς (Il. XI, 482 ; Od. III, 163 et XIII, 293, etc., 6 occurrences au total), ou encore ποίκίλοβούλος (Anth. Plan. IY, 300, 5), et Platon définit le ποίκίλον comme ce qui ne reste jamais semblable à soi, ούδέποτε ταύτον (Rep. VIII, 568d). Cf. M. Detienne et J.-P. Vernant, Les ruses de l’intelligence. La métis des Grecs, Paris, Flammarion, 1974, p. 25 sq. : la ποίκί- λία est bigarrure, chatoiement insaisissable qui atteste une puissance de transformation.

33 La gémination diterumque est virgilienne, cf. Aen. II, 770 et ili, 436 : cf. G. Baldo, op. cit., p. 286.

34 Au jugement de C. Marchesi (« Il secondo e il terzo libro dell’Ars Amatoria », RFIC 46, 1918, p. 46-48), qui pourtant évoque une scène « romantique », Ulysse ne cède qu’avec lassitude et condes- cendance aux instances de Calypso, et trace un schéma pour abréger son récit. Il me semble au contraire que la répétition variée manifeste le plaisir de raconter, et le dessin une connivence entre amants, qui est le secret de la durée.

35 Cf. Plutarque, Mor. 346 F : o Simtóvi5h~ thv mev Zwgpafiav poihsiv sitópWsav pposagopeuei, thv de poihsiv Zwgpaflav laloUsav.

36 Cf. G. Baldo, op. cit., p. 287 et 289 : l’alliance pingit opus semble indiquer, plutôt qu’une esquisse, un réalisation achevée (voir l’emploi depingere à propos de la tapisserie de Minerve, Met. VI, 71), et le schéma d’Ulysse constitue une sorte de « citation graphique » de l’ ecphrasis virgilienne du temple de Junon à Carthage (Aen. I, 456 sq.) dont il synthétise les divers épisodes.

37 Équivalence qui, proposée par Cicéron en Acad. II, 17, sera retenue par la tradition.

38 Cf. Rhet. Her. IV, 68 : demonstratio est cum ita uerbis res exprimitur utgeri negotium et res ante oculos esse uideatur ; Cic., De or. III, 202 : l’expression rerumque, quasigerantur, sub aspectumpaene subiectio définit l’hypotypose ; Part. or. 20 : l’hypotypose, illustris oratio, consiste à placer les choses « sous les yeux », mais frappe aussi l’intelligence ; Quint., VI, 2, 32 : εναργεία, quae a Cicerone inlustratio et euidentia nominatur, quae non tam dicere uidetur quam ostendere...

39 Du style, § 209 sq. Cf. P. Chiron, Un rhéteur méconnu : Démétrios (Ps.-Démétrios de Phalère), Paris, Vrin, 2001, p. 218-219.

40 C. Calame, « Quand dire c’est faire voir : l’évidence dans la rhétorique antique », Études de Lettres, 1991 (4e trim.), Relectures de la rhétorique, p. 9. À propos de la clarté et de l’évocation frappante que combine le style simple, l’auteur rappelle qu’Aristote définit le caractère σαφες comme juste milieu entre abondance verbale et concision (Rhet. 1404b 1 sq., Poet. 1458a 18 sq.).

41 Cf. Strab. II, 5, 17 et 33 : C. Calame, article cité, p. 14.

42 C. Calame (op. cit., p. 20) renvoie justement à l’éloge que fait Eumée devant Pénélope des récits d’Ulysse déguisé en mendiant, qui se signalent par l’abondance et la force d’évocation ; cf. Od.

XVII, 514 sq. : οι ὄ γε μύθειται, θελγοιτο κε τοι φίλον ητορ. .. αλλ ού πω κακοτητα διήνύσε ην αγορεύων.

43 Cf. M. Janka, op. cit., p. 134.

44 A.R. Sharrock, « Ars amatoria 2. 123-42 : another homeric scene in Ovid », Mnemosyne, vol. XL, fasc. 3-4, 1987, p. 406-412.

45 Voir aussi Her. X, 41 (symbole du souvenir entre les mains d’Ariane) ; A.A. II, 333 (image dotium elegiacum).

46 Op. cit., p. 131.

47 Sur la conversation doublée d’une déambulation de deux personae, voir la riche analyse de Louis MARIN, De Uentretien, Paris, Minuit, 1997 (notamment p. 19-20, à propos de la flânerie devant les œuvres d’art).

48 Cf. E. Salvadori, « L’episodio di Calipso nella trasposizione ovidiana del modello omerico (Ars II 123-142) », in Mosaico, Studi in onore di Umberto Albini, a cura di S. Feraboli, Genova, 1993, p. 197-202, part. p. 199 n. 11.

49 Cf. A.R. Sharrock, Seduction and Repetition in Ovid’s Ars amatoria 2, OUP, 1994, p. 81-83. Cependant chez Homère, ce sont les douces paroles de Calypso elle-même qui retiennent Ulysse captif, au dire d’Athéna : αίεί δε μαλακοίσί καί αίμύλίοίσί λογοίσί, θελγεί, οπως Ίθακης έπίλησεταί... (Od. I, 56-57) ; le même verbe θελγείν (charmer par son langage) est employé dans l’Odyssée non seulement à propos d’Ulysse (XIV, 387 et XVII, 514, cf. supra n. 42) mais aussi pour le chant des Sirènes (XII, 40 et 44) : sur cette notion, cf. Ch. Segal, « Eros and incantation : Sappho and oral poetry », Arethusa, 7, 1974, p. 139-160 (notamment p. 143-144).

50 Composition en anneau relevée par G. Baldo, op. cit., p. 289, et E. Salvadori, art. cité, p. 200 n. 17.

51 Pour M. Myerowitz (« The Women of Ovid’s Ars amatoria : Nature or Culture ? », Scripta Classica Israelica, vol. VI, 1981/1982, p. 30-56, part. p. 55-56), Calypso, incarnation toute féminine des forces de la nature, dénonce ici l’illusion d’une confiance très masculine en l’art (représentation historique et artistique, navigation) et critique implicitement la vanité « artistique » du praeceptor de l’Ars.

52 Voir le passage du livre I de lArs où l’apprenti séducteur commente avec volubilité le spectacle du triomphe, à l’intention d’une inconnue dans la foule (v. 219-228).

53 Cf. Sophocle, fr. 742 N : ορκον δ’ εγω γύναίκος είς ύδωρ γραφω ; Catulle, 70, 3 : sed mulier cupido quod dicit amanti,/in uento et rapida scribere aqua – cf. A. OTTO, Die Sprichworter und sprichwörtlichen Redensarten der Romer, Leipzig, 1890 [repr. Hildesheim ; New York, Georg Olms, 1971], p. 31.

54 Her. I, 1 (Haec Hua Penelope lento tibi mittit, Vlixe) et 66 (Quas habitas terras aut ubi lentus abes ?) ; voir aussi v. 56 : Victor abes nec scire mihi quae causa morandi/. ..licet.

55 Cf. E. Salvadori, art. cité, p. 201.

56 La signification de cet exemplum d’Ulysse ne va certes pas de soi : pour F.W. Lenz, le tracé sur le sable que vient détruire la vague symbolise la fin de l’amour (Ovid, Die Liebekunst, Berlin, 1969, p. 198-199) ; selon J.-M. Frécaut, ce flot arrache Ulysse à son passé héroïque pour le rappeler à l’urgence du retour, peut-être au moment même où Pénélope, dans son épître des Héroïdes, évoque aussi l’épisode de Rhésos, « par une sorte de télépathie » entre époux (« Une scène ovidienne en marge de l’Odyssée : Ulysse et Calypso [Art d’aimer, II, 123-144] », dans H. Zehnacker et G. Heintz (ed.), Hommages à Robert Schilling, Paris, Les Belles Lettres, 1983, p. 287-295) ; E. Salvadori suit la même interprétation (art. cité, p. 200) : la vague indique à Calypso l’inutilité de ses tentatives et à Ulysse la nécessité d’ensevelir un passé qui le tient éloigné des siens. Dès lors on n’aperçoit plus guère le rapport de la saynette avec le précepte initial (cultiver les qualités de l’esprit pour faire durer l’amour).

57 Ovide applique ici à la parole amoureuse les conceptions exprimées par Cicéron sur l’éloquence, œuvre de ratio et force de conciliation (De inu. I, 2-3 ; De orat. I, 30-34 ; Brut. 145 ; Leg. I, 62).

58 Cf. M. Myerowitz, Ovid’s Games of Love, Detroit, 1985, p. 173-174.

59 Voir ce que dit L. Marin (op. cit., p. 70-72) à propos de « l’effet de sujet » dans l’œuvre d’art : ce qui demeure, c’est la part personnelle d’Ulysse, et non la chose représentée.

60 Les reprises textuelles ont été bien soulignées par A. Sharrock (art. cité, p. 411) et E. Salvadori (art. cité, p. 201 n. 25) : à pingit tota (Her. I, 32) répond pluraque pingebat (A.A. II, 139), et à hac ibat Simois ; haec est Sigeia tellus (Her. I, 33) fait écho hic tibi sit Simois, haec mea castra puta (A.A. II, 134).

61 Ulysse s’acquitte avec sa maîtresse de récits normalement dus à l’épouse légitime (cf. M. Janka, op. cit., p. 132). Dans la XIIIe Héroïde, Laodamie espère ainsi, au retour de Protésilas, des nuits entières de bavardage complice, entrecoupé de baisers (v. 115-120).

62 Cf. M. Labate, « La memoria impertinente e altra intertestualità ovidiana », dans I. Gallo e L. Nicastri (ed.), Culturapoesia ideologia neWopera di Ovidio, Napoli, 1991, p. 58 : c’est la reine Didon, dans la version latine et modernisée de l’épopée homérique, qui tient le rôle de la femme fascinée par le héros que jouait la nymphe Calypso.

63 Sur cet effet d’ironie, cf. D.F. Kennedy, « The epistolary Mode and the First of Ovid’s Heroides », CQ, 34, 1984, p. 420-421.

64 « Puissé-je ainsi vous plaire : qu’un autre soit vaillant dans les combats et terrasse avec l’aide de Mars les chefs ennemis, pour qu’en buvant je laisse un soldat me raconter ses hauts faits et dessiner son camp sur la table avec du vin. »

65 Cf. E. Breguet, « Le thème alius... ego chez les poètes latins », REL 40 (1962), 1963, p. 128-136.

66 Art. cité, p. 290.

67 Ce soldat a perdu de sa pose martiale, il emprunte au style élégiaque un geste typique, puisque tracer des signes avec du vin est un mode secret de communication amoureuse : cf. Tib. I, 6, 19-20 ; Ov., Am. I, 4, 20 ; Her. XVII, 89-90 ; A.A. I, 569-570.

68 Le pluriel sparsimus à propos du meurtre de Dolon (v. 136) peut refléter le modèle homérique (Il. X, 478 : Δόλων, ον έπέφνoμέν ημείς, cf. M. Janka, op. cit., p. 136), mais il est déjà équivoque (A. Sharrock, art. cité, p. 410 n. 15). E. Salvadori (art. cité, p. 202 n. 26) montre un processus achevé dans les Métamorphoses, où Ulysse se présente comme seul acteur de l’exploit (petii. peremi... uictor... ingredior), en réponse aux accusations de couardise d’Ajax (XIII, 98-100).

69 Cf. M. Labate, art. cité, p. 58-59.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540