Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émotions et discours

 | 
Michael Rinn

Quatrième partie. Pour une herméneutique du pathos

Le pathos dans le discours – exclamation, reproche, ironie

Ekkehard Eggs

Texte intégral

Déchiffrer le pathos : topique et sémiotique des émotions

  • 1 C’est le terme qu’utilise Wierzbicka (1996).

1Pour reconnaître une émotion, nous disposons de deux registres : en amont, d’une topique des scénarios qui déclenchent une émotion déterminée et, en aval, d’une sémiotique des émotions qui attribue à cette émotion certains indices corporels et expressifs. Si Aristote définit par exemple la peur comme « une peine ou un trouble consécutifs à l’imagination d’un mal à venir pouvant causer destruction ou peine […] ; et ces maux apparaissent non pas éloignés, mais proches et imminents » (ARISTOTE Rhétorique II, 1382 a21), il établit un topos spécifique. Autrement dit, il décrit le scénario prototypique1 de la peur.

2Je préfère le terme topos, parce qu’il connote le potentiel argumentatif et inférentiel de ce scénario. En effet, le topos de la peur « Si quelqu’un s’imagine un mal à venir, proche et imminent, pouvant causer destruction, il éprouve de la crainte » nous permet de conclure que quelqu’un se trouvant dans une telle situation, éprouvera de la peur. La règle suivante décrit au contraire la sémiotique de la peur donc ses indices typiques :

  • 2 Cf. DUBOIS (1988, p. 51). D’après Dubois, « le lexique figural » de tous les traités sémiotiques de (...)

3« Si quelqu’un se trouve dans un état de peur, alors tout son corps est figé et gonflé par une érection généralisée (i1), sa bouche est ouverte et sa langue tuméfié (i2), ses yeux écarquillés, ses sourcils soulevés et ses prunelles dilatées (i3), ses cheveux hérissés (i4) et toute sa peau est pâle ou même livide (i5)2. »

4Ces deux registres se distinguent nettement dans leur mouvement inférentiel car les inférences se basant sur la topique des émotions sont déductives alors que les inférences sémiotiques sont abductives.

TOPIQUE : DÉDUCTION

SÉMIOTIQUE : ABDUCTION

Si x se trouve dans un scénario du type Sz, x éprouve normalement l’émotion Ez

p → q

Si x éprouve l’émotion Ez, x montre normalement les indices i1, i2,…, in

p → q

a se trouve dans le scénario Sz

p

a montre les indices i1, i2,…, in

q

Donc, a éprouve l’émotion Ez.

q

Donc, a éprouve l’émotion Ez

p

5 Si dans une situation donnée ces deux registres sont remplis pour autrui, nous pouvons conclure avec raison et à juste titre qu’il éprouve l’émotion en question. La force de cette conclusion diminuera, si le nombre des indices est réduit ou si seulement les indices les moins forts sont donnés. Ainsi, pour prendre l’exemple de la peur, l’indice « bouche ouverte » est moins fort que l’indice « yeux écarquillés ». De même, la conclusion sera moins forte, si l’une des conditions du scénario exigé – comme par exemple « l’imminence » du danger – n’est pas remplie.

6N’oublions toutefois pas que nous disposons d’un troisième registre d’attribution des émotions : les dénominations émotionnelles. Dans les conversations ou les récits, les interlocuteurs ou les protagonistes peuvent dénommer leurs émotions ou celles d’autres personnes. Un narrateur se servira en règle générale de ce moyen pour conceptualiser « l’état d’âme émotionnel » où se trouvent les protagonistes de son récit. Prenons, pour illustrer ces trois registres, un extrait de Madame Bovary :

Mme Bovary mère, la veille au soir, en traversant le corridor, l’avait [= la bonne, E. E.] surprise dans la compagnie d’un homme, un homme à collier brun, d’environ quarante ans, et qui au bruit de ses pas, s’était vite échappé de la cuisine. Alors Emma se prit à rire ; mais la bonne dame S’EMPORTA, déclarant qu’à moins de se moquer des mœurs, on devait surveiller celles des domestiques.
– De quel monde êtes-vous ? dit la bru, avec un regardtellement impertinent que Mme Bovary lui demanda si elle ne défendait point sa propre cause.
– Sortez ! fit la jeune femme en se levant d’un bond.
– Emm a !… maman !… s’écriaitCharles pour les rapatrier.
Mais elles s’étaient enfouiestoutes les deux dans leur exaspération. Emma trépignait en répétant :
– Ah ! Quel savoir-vivre ! Quelle paysanne !
Il courut à sa mère ; elle était HORS DES GONDS, elle balbutiait :
– C’est une insolente ! Une évaporée ! Pire, peut-être !
Et elle voulait partir immédiatement, si l’autre ne venait lui faire des excuses.
Charles retourna donc vers sa femme et la conjura de céder ; il se mit à genoux ; elle finit par répondre :
– Soit ! J’y vais.
En effet, elle tendit la main à sa belle-mère avec une dignité de marquise, en lui disant :
– Excusez-moi, madame.
Puis, remontée chez elle, Emma se jeta tout à plat ventre sur son lit, et elle y pleuracomme un enfant, la tête enfoncée dans l’oreiller. (FLAUBERT, Madame Bovary ; soul. par nous)

  • 3 Pour une analyse plus exhaustive et pertinente, on devrait bien sûr distinguer les indices praxémiq (...)

7Nous pouvons d’abord « deviner » les états émotionnels des trois protagonistes – Emma, Charles, la mère de Charles – grâce aux indices plutôt descriptifs et aux indices plutôt interprétés. Cela signifie qu’il n’y a pas de frontière nette entre ces deux ordres d’indices mais un continuum qui va dans l’extrait cité de se lever d’un bond en passant par s’écrier ou pleurer à un regard tellement impertinent3. On peut évidemment combiner les deux types d’indices, ce qu’illustrent des formules comme dire avec un regard tellement impertinent ou pleurer comme un enfant. Ensuite, Flaubert nous présente des scénarios dont on peut déduire les états émotionnels des protagonistes. Prenons le scénario décrit dans le premier paragraphe et évoqué par Madame Bovary mère : « si un de nos proches n’accomplit pas ses devoirs et s’il s’en moque même, ce comportement déclenche en nous l’emportement ou la fureur ». Enfin, le narrateur utilise dans ce contexte le troisième registre en dénommant explicitement l’émotion de Madame Bovary mère comme EMPORTEMENT, donc comme un violent mouvement de COLÈRE. Ces exemples montrent qu’il faut nettement distinguer les dénominations comme S’EMPORTER ou ÊTRE HORS DES GONDS d’un côté, et les indices comme « se lever d’un bond » ou « pleurer » de l’autre : les premiers sont des conceptualisations qui donnent à un comportement émotionnel dans et par l’acte de dénomination un sens communicable (ce qui implique que les émotions en tant qu’entités conceptualisées n’existent pas en dehors d’une langue) ; les seconds sont des données observables qui peuvent servir d’indices plus ou moins forts pour l’existence d’une émotion. Bref, si l’indice « se lever d’un bond » est directement observable, la COLÈRE ne s’observe pas, elle n’est qu’inférable à partir des scénarios et des indices observables.

8Mais il faut ajouter un quatrième registre, les indices liés à l’intonation des protagonistes. Comparée à la richesse des moyens intonatifs de la parole, la langue écrite ne dispose que d’un inventaire très réduit de signes. La langue parlée et la langue écrite partagent cependant un cinquième registre, celui des indices linguistiques comme les interjections : « Ah ! Quel savoir-vivre ! Quelle paysanne ! » Étant donné que les interjections comme Ah !n’ont pas de signifié, elles ne sont que des indices, mais toutefois des indices linguistiques puisqu’elles ont un signifiant décomposable en phonèmes ou graphèmes. Dans l’exemple cité, l’interjection se combine avec une autre classe d’indices linguistiques que j’appelle indices syntaxiques. En effet, une expression incomplète comme quelle paysanne devient seulement acceptable si on la conçoit réalisée avec une intonation d’exclamation Quelle pay↑SA … NNe ! Si nous réservons le terme sémantique à la signification linguistique, nous pouvons dire que l’exclamation est une description sémantique ayant en même temps un caractère sémiotique Or, les cinq registres de base distingués jusqu’ici :

  • topique des scénarios
  • sémiotique des indices descriptifs et des indices interprétés,
  • conceptualisation par dénomination,
  • sémiotique des indices intonatifs,
  • sémiotique des indices linguistiques et syntaxiques

9ne suffisent apparemment pas à rendre compte du fait qu’on pourra interpréter à juste titre la déclaration de Madame Bovary mère dans le premier paragraphe comme un reproche. La justification de cette interprétation se trouve dans le registre éthique qui règle la communication entre les interlocuteurs qui sont par définition des acteurs sociaux et politiques. Le reproche s’appuie sur le topos générique qu’« on doit respecter, dans une situation donnée, certaines normes sociales » pour garantir le déroulement de la vie sociale et, par-là même, pour être accepté comme un acteur social raisonnable. De cette doxa éthique naît notre droit et notre obligation de critiquer autrui s’il ne respecte pas ces normes : on doit lui reprocher son non-respect, même avec pathos parce que sa violation, qui met en question le déroulement réglé de l’interaction sociale, peut détruire l’existence d’une communauté sociale.

10À côté de cet aspect générique, le registre éthique joue surtout sur le plan concret d’attribution d’un ethos spécifique aux protagonistes. Dans notre extrait, Charles est construit par le narrateur comme un homme faible, anxieuxet capitulard, un ethos qui s’oppose sur tous les plans à l’ethos enfantin, rêveuret convulsif, en dernière instance brisé, d’Emma : elle rit et pleure, s’exaspère et trépigne, et puis elle s’y résigne et devient sage, mais « remontée chez elle » elle se jette « tout à plat ventre sur son lit » et elle y pleure « comme un enfant ».

11Or, l’attribution d’un ethos spécifique à autrui influe non seulement sur la lecture de son pathos ou la lecture du pathos de notre interlocuteur mais peut aussi la déterminer. Si nous savons par exemple que le protagoniste qui s’exclame « Ah ! Quel savoir-vivre ! Quelle paysanne ! »est un homme prudent et écologiste qui adore la vie simple des paysans (si simples), nous conclurons à juste titre que cette interjection et ces exclamations n’expriment nullement l’emportement ou la colère, mais bel et bien l’admiration presque enthousiaste de la vie paysanne. Si donc l’ethos que nous attribuons à un protagoniste (ou à un acteur social) influe sur la lecture pathétique de son comportement, il faut mettre ce registre dans ceux relevant du pathos. Et, si nous prenons la définition de la colère d’Aristote :

Posons que la colère est un désir diffus de se venger accompagné d’une peine : ce désir naît d’un acte de négligence ou de dédain contre nous ou contre les nôtres, et cet acte ne nous semble pas justifié. (ARISTOTE Rhétorique II, 1378 a30 – trad. de nous)

12il devient évident que l’aspect générique de l’ethos règle non seulement les principes de toute vie sociale et politique mais aussi, de façon diffuse, les fondements de l’expérience du pathos même. (Cf. EGGS : 1984, p. 112sq. et p. 204sq.) Ceci nous amène à une première conclusion : pour comprendre et déchiffrer un état émotionnel déterminé, nous disposons, à côté des cinq registres de base, d’un registre éthique qui permet,

  • dans son aspect concret, de lire les formes du pathos à partir et à la lumière d’un ethos spécifique ;
  • dans son aspect générique, de comprendre et de vivre nous-mêmes le pathos, de le réaliser dans le discours et d’accomplir des formes d’interactions sociales complexes comme le reproche tout en bâtissant notre propre ethos.

13Pour mieux comprendre l’interaction complexe de tous ces registres dans le discours, nous analyserons leur « jeu d’ensemble » dans trois formes d’interaction linguistique et sociale : l’exclamation le reproche et l’ironie. Chaque forme représente, on le verra, un mode spécifique de réagir avec pathos à la possibilité donnée à l’être d’être autrement.

L’exclamation – marqueur d’affectivité ou d’étonnement ?

14L’exclamation est bicéphale en ce sens qu’elle combine la signification sémantique avec les indices sémiotiques relevant de l’intonation et de la syntaxe. C’est exactement ce qu’affirme Riegel :

Un énoncé exclamatif se caractérise d’abord par son intonation : sa mélodie est très contrastée et sa courbe, montante ou descendante, commence ou finit souvent sur une note élevée, qui met en valeur le terme sur lequel porte l’exclamation. C’est souvent l’intonation, combinée à des informations situationnelles, qui indique au récepteur le sentiment exprimé par l’énoncé exclamatif : une même phrase comme Il pleut ! peut exprimer une infinité de nuances affectives, de la colère à la joie, du rire aux larmes. (RIEGEL : 1994, p. 401/2)

  • 4 Cette conception a une longue tradition ; elle se trouve déjà chez BARY (1665, 34) : L’exclamation (...)
  • 5 On retrouve le même glissement entre l’affectivité et les émotions chez GREVISSE (1986, § 392) : «  (...)
  • 6 Cf. le numéro (1995) de la revue Fait du langage sur « l’exclamation », édité par L. DANON-BOLEAU e (...)
  • 7 Cf. par exemple « Qu’elle eût été heureuse de voir cela ! » (GREVISSE : 1986 § 393), « S’il faisait (...)
  • 8 Même l’approche de MOREL (1995), qui distingue trois variantes intonatives (l’exclamation « à la fi (...)
  • 9 Cf. sur cette question BACHA (2000, 44 sq). D’après Bacha, le schéma le plus souvent réalisé est «  (...)

15Ces affirmations caractérisent l’opinion dominante française sur plusieurs plans. C’est d’abord le postulat que l’exclamation englobe toutes les émotions4. Ensuite, cette conception globale de l’exclamation est liée à un emploi assez flou du vocabulaire concernant le pathos ; ainsi, Riegel met les émotions (colère, joie) dans la même catégorie (« nuances affectives ») que les indices émotionnels (rire, larmes)5. Ce flou aboutit parfois chez certains auteurs à l’idée que l’exclamation englobe le vaste champ qui va des interjections jusqu’aux jurons6. Ce qui explique qu’on trouve souvent des exemples qui expriment un souhait, une réfutation, une exhortation ou un conseil7. L’inconvénient de cette conception floue est évidemment qu’il est pratiquement impossible d’attribuer à toutes ces formes appelées ‘exclamation’ une intonation typique8 – ce qui explique que la recherche n’a pas pu se mettre d’accord sur la question s’il existe une « intonation exclamative9 » ou que Riegel recourt à une description très générale de l’intonation. Enfin, Riegel reste comme la grande majorité des grammaires muet sur les propriétés précises des « informations situationnelles ».

  • 10 Der Ausruf, lat. Exclamatio ist der erste und gewöhnliche Ausdruck einer jeden Gemüthsbewegung, so (...)

16Y a-t-il donc un scénario qui est corrélé à l’exclamation ? Selon le grand philologue allemand du xviiie siècle, Johann Christoph Adelung ce scénario est celui de l’étonnement. En effet, dans son traité Du style allemand Adelung définit l’exclamation comme « l’expression première et usuelle de tout mouvement de l’âme ayant une force certaine tout en étant liée à l’étonnement d’un objet nouveau. Il est agréable […] et désagréable10 ». Adelung se réfère lui-même à la rhétorique de Bernard Lamy qui a effectivement vu dans l’exclamation la figure rhétorique par excellence servant à exprimer le pathos :

L’Exclamation doit estre placée à mon avis la premiere dans cette Liste de Figures, puisque les passions commencent par elle à se faire paroitre dans le discours. L’exclamation est une voix poussée avec force. Lorsque l’ame vient à estre agitée de quelque violent mouvement, les esprits animaux courant par toutes les parties du corps entrent en abondance dans les muscles qui se trouvent vers les conduits de la voix, & les font enfler ; ainsi les conduits estant rétrecis, la voix sort avec plus de vitesse & d’impetuosité au coup de la passion dont celui qui parle est frappé. (LAMY : 1676, p. 82/3)

17Bien que cette description soit cartésienne, Lamy ne s’intéresse qu’au « langage particulier » des passions, c’est-à-dire à leur sémiotique. Descartes, au contraire, avait aussi établi une topique des passions puisqu’il décrit dans son traité Sur les passions de l’âme les scénarios déclencheurs des émotions. L’admiration – en français moderne on dirait l’étonnement– est pour Descartes « la première de toutes les passions » :

  • 11 Je retiens de cette définition trois choses : la doxa, la mémoire et l’altérité. En effet, Descarte (...)

Lorsque la première rencontre de quelque objet nous surprend, et que nous le jugeons être nouveau, ou fort différent de ce que nous connaissions auparavant ou bien de ce que nous supposions qu’il devait être, cela fait que nous l’admirons et en sommes étonnés. Et parce que cela peut arriver avant que nous connaissions aucunement si cet objet nous est convenable ou s’il ne l’est pas, il me semble que l’admiration est la première de toutes les passions11. (DESCARTES : 1649, ART. 53. L’admiration)

  • 12 La première attestation de ce « punctus admirativus » date selon BIEDERMANN-PASQUES (1995) de la fi (...)

18Soulignons que Lamy lui-même n’a pas établi de lien explicite entre l’exclamation et l’étonnement. Le premier à l’avoir fait est, d’après ma connaissance, Adelung. On ne peut pas exclure pour autant qu’Adelung se réfère ici à une tradition rhétorique puisque quelques traités de rhétorique du xviie siècle ne parlent pas du point d’exclamation, mais du point admiratif (« punctus admirativus » ou « Verwunderungszeichen », WEBER : 2004, p. 17)12. Ce lien étroit entre l’exclamation et l’étonnement se perdra même dans les stylistiques allemandes, Adelung lui-même l’abandonne déjà dans sa grammaire et dans son traité sur l’orthographe allemande où il souligne que le point d’exclamation « dénote tout affect vif » (ADELUNG : 1788, p. 366). Cette conception, qui prédomine la recherche stylistique et grammaticale allemande jusqu’au XXe siècle, rejoint l’opinio communis française sur l’exclamation.

  • 13 D’ici s’explique la critique décidée de Martin : « Une autre hypothèse consiste à mettre le je ne s (...)

19Toutefois, à partir des années 80, la recherche linguistique allemande s’est opposée à ce courant en restreignant comme Adelung le champ émotif de l’exclamation à l’étonnement (cf. ZAEFFERER 1983 et la discussion dans EGGS 2004). Ce qui a provoqué de très vives réactions. L’opinion actuelle dominante est que l’exclamation peut exprimer n’importe quelle « attitude affective et émotionnelle », le plus important étant que « l’état de choses dénoté soit marqué par le locuteur comme contraire aux normes et comme inattendu » (FRIES : 1988, p. 195 et D’AVIS : 2001, p. 2 et 39). Bref, on a le scénario typique de l’étonnement… sans l’étonnement. Et si l’exclamation peut exprimer n’importe quelle attitude affective, le critère de l’affectivité n’a apparemment plus de fonction distinctive13 – ne peut-on pas exprimer, pour varier l’affirmation de Riegel citée plus haut, avec n’importe quelle phrase affirmative « une infinité de nuances affectives, de la colère à la joie, du rire aux larmes » ?

20Concluons. On peut voir, dans cette attribution globale de l’affectivité à l’exclamation, un refus d’analyser le fonctionnement à la fois multiple et différencié du pathos dans le langage et dans le discours. Pour mettre en évidence la « grammaire » et la « logique » du pathos dans l’exclamation, il faut apparemment restreindre son champ. C’est ce que je vais faire dans les pages qui suivent où je distinguerai parmi la grande masse des « exclamations » un type d’exclamation bien délimité : la phrase exclamative.

L’inattendu, l’étonnement – l’authenticité de l’énonciation exclamative

21Les exemples suivants vérifient la définition d’Adelung : en accomplissant une phrase exclamative, le locuteur signale son étonnement devant un objet ou un état de choses inattendu. Autrement dit, la phrase exclamative se réfère toujours à un fait singulier.

(1) Qu’il soit sorti de là vivant !
(2) Tu es là !
(3) Aller à la mer pendant la saison des pluies !
(4) Ah, ce qu’elle peut m’agacer celle-là !
(5) Ce que tu es pénible !
(6) Qu’est-ce que tu es grand !
(7) Comme elle a vieilli !
(8) Quel vin il m’a servi !
(9) Ce qu’il peut être arriéré !
(10) C’est d’un élégant !
(11) Qu’elle est grande, cette petite !
(12) Est-elle grande !
(13) C’est vous dire s’il est con ! Putain c’qu’il est blême, mon HLM !
(14) C’est vous dire combien il m’a touché !
(15) Oh ! Combien je t’aime !
(16) Elle est intelligente ! – Elle est tellement intelligente ! – Elle est si intelligente ! – Est-elle intelligente ! – Comme elle est intelligente ! – Ce qu’elle est intelligente ! – Qu’est-ce qu’elle est intelligente !
(17) Il y avait cent invités !
(18) Ce qu’il a peu d’amis !
(19) Combien de fois cet homme n’a-t-il pas enfreint ces propres principes !
(20) Ce qu’il peut manger comme bonbons !

22Dans tous ces exemples, l’état de choses en question est représenté par et dans la phrase exclamative. C’est le premier trait fondamental. Deuxièmement, la facticité de l’état de choses est toujours attestée et donnée. C’est là que l’exclamation se distingue nettement de l’assertion où la facticité est seulement revendiquée. Troisièmement, cette facticité est immédiate : l’immédiateté vient apparemment du fait que tout acte exclamatif se donne comme une réaction directe à quelque chose de vécu ou, au moins, par quelque chose de disponible dans l’espace d’expérience des interlocuteurs. Cela explique que les exclamations utilisent souvent des déictiques : les déictiques référentiels comme le démonstratif ce, mais aussi des déictiques aspectuels comme tellement ou si qui renvoient à un aspect ou un degré de l’état de choses en question.

23Mais : d’où vient-elle, cette facticité immédiate ? Est-ce qu’elle est présupposée ? À première vue, une réponse par l’affirmative semble s’imposer. Mais une simple réflexion suffit, me semble-t-il, pour exclure cette hypothèse. En effet, si l’on enchâsse une exclamation comme (1) dans un commentaire comme (21) :

  • 14 Soulignons que ce type de phrase exclamative où que fonctionne comme une conjonction se trouve dans (...)

(21) Cela (ne) m’étonne (pas) qu’il soit sorti de là vivant.
(22) Qu’il soit sorti de là viVANT14 ! * Cela ne m’étonne pas ! ( ? ? Cela m’étonne !)

24on a une présupposition stricte (au sens linguistique) puisque la facticité de la subordonnée est gardée dans l’affirmation et dans la négation. Au contraire, dans (22), le commentaire négatif est inacceptable, voire illogique, puisque cela serait en contradiction avec l’acte exclamatif où le locuteur a effectivement exprimé que l’état de choses en question est étonnant. Cela explique que le commentaire Cela m’étonne ! est aussi assez bizarre : comme on a déjà exprimé son étonnement, le répéter serait redondant. Le corollaire qui découle quasi logiquement de cette réflexion est que la facticité immédiate est produite par et dans l’accomplissement de l’acte exclamatif lui-même. Par contre, en énonçant un commentaire explicite comme (21) on ne se trouve pas nécessairement dans un état d’énervement ou de colère. Il faut même aller plus loin. Il n’y a pas d’expression linguistique permettant de dire l’expérience actuelle du pathos vécu. Tout pathos se montre seulement dans l’accomplissement expressif. Si l’on en parle, on le représente dans une distance cognitive. Cette expressivité du pathos explique certainement le fait qu’on ne peut pas mettre en question la facticité de l’accomplissement d’une émotion. À une interjection comme Aïe ! ou à une exclamation comme Qu’il soit parti de là vivant ! on ne peut pas répondre par Mais ce n’est pas vrai. Et, ce qu’il y a de plus, l’interlocuteur ne peut pas confirmer et valider l’acte exclamatif avec Oui, c’est vrai ! Bref, le sujet exclamant n’affirme pas la facticité de l’état de choses déclencheur : tout au contraire, il le pose en l’attestant par une expression linguistique et corporelle tout en le marquant comme inattendu.

25L’exclamation est donc toujours et déjà un acte de langage originaire, unique et authentique qu’on ne peut pas répéter. C’est pourquoi le dialogue suivant serait – bien qu’imaginable – absurde :

A – Ah, ce qu’elle peut m’agacer celle-là !
B – Qu’est-ce que tu dis ?
A – ? ? Ah, ce qu’elle peut m’agacer celle-là !

26L’authenticité de l’acte exclamatif ne résulte pas seulement de l’expression d’un étonnement en face de l’inattendu, mais du fait qu’elle s’exprime toujours avec le corps – par des gestes, par la mimique ou au moins par une intonation spécifique. L’acte de manifester une émotion « au moyen d’une intonation c’est faire comme si on ne choisissait pas de le manifester, comme s’il se manifestait tout seul débordant du cœur sur les lèvres » (DUCROT/SCHAEFFER : 1995, p. 607). L’intonation comme les interjections servent « à authentifier la parole » (ibid.). Puisque l’exclamation est à la fois un acte linguistique représentatif et un « geste de la parole » (Bally), son authenticité résulte en dernière instance de l’unité du corps et de l’âme. Et si l’on comprend l’ethos au sens aristotélicien, c’est-à-dire comme une façon de juger et d’avoir son corps, il s’ensuit que le locuteur exprime à travers l’exclamation son ethos unique et authentique. Le tout compte comme un indice fort et indéniable de sincérité.

27Mais il faut voir que cet appel exclamatif est hautement risqué. La raison en est que l’exclamation est toujours marquée par l’altérité qui s’exprime surtout par un surcroît de dépense. Et ceci sur tous les plans : sur le plan syntaxique, l’altérité se manifeste dans des procédés comme l’ellipse, l’inversion du sujet, et, avec un surcroît de dépense, dans la dislocation ou l’intensification d’un élément de phrase ; sur le plan phonétique et prosodique, ce sont l’intensification, l’allongement, l’augmentation du débit et la variation de la courbe mélodique qui constituent un surcroît articulatoire ; enfin, sur le plan sémantique, des procédés hyperboliques de toutes sortes manifestent le surcroît de dépense : Quel discours interminable ! Enorme ! Quelle archi mes enfants ! Chez eux, l’argent coule à flots ! Et ça, à deux pas d’ici  ! Quelle immigration-invasion ! Ce qu’elle esthypercool ! Quelle hyper-bouffisure de prétention ai-je pu avoir ! Ouaaaaaaa quel super site !

28Altérité et surcroît de dépense – ces traits linguistiques de l’énonciation exclamative reflètent la réalité représentée et exclamée qui dépasse, elle aussi, le normal ou la norme attendus. On peut préciser cette constatation en distinguant deux grands groupes d’exclamation : un groupe qui constate tout simplement qu’un état de choses s’est réalisé contre toute attente (comme les exemples ((1) - (3) ou (12)) et un groupe qui marque un haut degré en termes de qualité ou de quantité qui dépasse le normal ou la norme (donc les exemples ((4) - (8) ou (15)). Cette distinction correspond à celle de Martin en exclamations non-graduelles vs. graduelles. Martin appelle le fait qu’un état de choses ne correspond pas à notre doxa ou à notre horizon d’attente « tension contradictoire » qui est « reconnaissable sous toute phrase exclamative » (MARTIN : 1987, p. 99). Cette tension, il la définit en termes de mondes possibles. Ainsi avec une exclamation comme (2) Tu es là ! le locuteur oppose « l’univers actuel » où l’autre est présent « à une image d’univers » ou cet état de choses est « possiblement faux » (ibid., p. 106).

29Cette explication est donc, en principe, identique à celle que j’ai proposée. Si je préfère, avec Descartes ou Adelung, l’analyse en termes de doxa ou d’horizon d’attente, c’est parce qu’elle situe l’exclamation dans le cadre social et historique qui, seul, garantit que l’exclamation peut fonctionner comme un moyen de communication.

30De même, je suis Martin dans sa description des phrases exclamatives graduelles ; dans ces phrases l’état de choses évoqué « est vrai dans les cas extrêmes, quel que soit le degré d’intensité ou de déviance » (ibid.). Cette constatation est même justifiée dans les exemples avec quantification comme Il y avaitcentinvités !En effet, ces emplois deviennent gradables si l’on les décrit, avec Ducrot, en termes d’échelles argumentatives. Ainsi, on peut situer (17) dans une échelle où, disons, soixante invités constituent le nombre standard des invités pour un mariage dans une région donnée. Dans ce cas, le fait d’avoir cent invités dépasse non seulement ce qui est normal mais il est apparemment aussi un signe de qualité. Donc, toute exclamation graduelle dépasse une norme ou le normal vers le haut, le positif, ou vers le bas, le négatif.

31Je dois cependant m’opposer à l’analyse de Martin sur plusieurs points. Premièrement, d’après Martin, la vérité des exclamations non graduelles « est assertée avec la force de l’évidence » (ibid.). Répétons-le : on n’a pas d’acte assertif dans les exclamations. Leur facticité n’est pas assertée mais attestée et donnée dans l’accomplissement même de l’exclamation. L’analyse purement logique et cognitive de Martin renvoie, deuxièmement, à une grande absence dans sa théorie : l’émotion n’y figure pas. Ce qui implique, troisièmement, qu’il ne voit pas non plus que le locuteur manifeste, par une exclamation, son ethos unique et authentique. Cette absence des sujets parlants en chair et âme explique, et c’est le quatrième point, que Martin ne voit pas non plus que les exclamations non graduelles expriment aussi un trop par rapport au normal. Une exclamation comme Tu es là ! n’implique-t-elle pas que l’interlocuteur a dépassé une règle ou au moins qu’il n’a pas respecté une attente ? N’aurait-il pas ne pas être là ! Les exclamations non graduelles sous-entendent donc, elles aussi, le dépassement du normal : dans toute énonciation exclamative se manifeste un trop d’être qui est au moins marqué par l’intonation ; dans les exclamations graduelles ce trop est aussi marqué linguistiquement. Bref, dans les exclamations, le trop d’être se reflète toujours dans un trop énonciatif.

Quelques propriétés des énonciations exclamatives

32Après ces remarques de principe, je voudrais analyser les propriétés des énonciations exclamatives qui illustrent leur caractère exceptionnel. Commençons par leur forme syntaxique et notons que toutes les formes dans la série (16) expriment un haut degré, mais elles le font différemment. En effet, les trois premières formes de structure assertive peuvent être utilisées comme arguments dans des contextes comme (23) ; dans ces contextes les formes avec inversion et avec marqueurs syntaxiques d’intensification sont exclues :

(23) Tu devrais l’embaucher. Elle est intelligente !/Elle est tellement intelligente ! Elle est si intelligente !
(24) Tu devrais l’embaucher. * Est-elle intelligente !/* Comme/ce qu’/qu’est-ce qu/qu’elle est intelligente !

  • 15 L’emploi argumentatif des formes assertives n’est évidemment possible que si elles sont prononcées (...)
  • 16 Il va de soi que les exclamations de structure assertive perdent leur caractère exclamatif si ces p (...)
  • 17 C’est la raison pour laquelle la thèse de RIEGEL (1994, p. 403 sq.) que ces exclamations sont des p (...)

33Ce comportement montre que les exclamations ne peuvent pas être utilisées comme arguments pour valider une thèse. Les formes dans (23) acceptent cet emploi15 parce qu’elles sont – grammaticalement et conversationnellement – ouvertes à gauche à cause de leur forme assertive16. Les formes dans (24) sont au contraire fermées à gauche. À droite, elles sont non exigeantes en ce sens qu’elles laissent à l’interlocuteur le choix de réagir. Bien sûr, les phases assertives dans (23) sont, elles aussi, non-exigeantes à droite si elles sont réalisées comme exclamations et non pas comme arguments. Cela revient à dire que les exclamations syntaxiquement marquées dans (24) sont – d’un point de vue grammatical, textuel et conversationnel – des formes linguistiques autonomes et complètes sui generis qui expriment « par elles-mêmes » le pathos dans le discours17.

34Comment expliquer l’emploi du verbe modal pouvoir dans ces contextes ? Pour Le Querler, pouvoir fonctionne ici comme un « marqueur de modalisation appréciative ». Ce marqueur peut « se cumuler » avec qu’est-ce queou avec ce que « pour participer à l’intensification de l’adjectif ». Le Querler glose le résultat de ce cumul pour une phrase comme Ce qu’il peut être odieux ! avec « Il est vraiment particulièrement odieux » (LE QUERLER : 1994, p. 89) – ce qui enlève apparemment à cette phrase son caractère exclamatif.

35Culioli a proposé une solution plus élégante : pouvoir exprimerait « un rapport à une éventualité ». Une phrase comme Il se peut que Jean parte entraîne le complémentaire Il se peut que Jean ne parte pas » (CULIOLI : 1974, p. 13). Je dirais, en termes de logique modale, que pouvoir est ‘bilatéral’ : en effet, Il se peut que Jean parte englobe les deux côtés : Jean partira et Jean ne partira pas. Et comme la phrase exclamative est, elle-aussi, bilatérale puisqu’elle comporte « un parcours sur les deux valeurs du prédicat », pouvoir peut s’intégrer selon Culioli dans les exclamatives : Ce qu’il fait (pas) comme bêtises !Ce qu’il peut (pas) faire comme bêtises !Notons que Culioli se sert aussi de ce critère de bilatéralité pour expliquer les exclamations qui ont une structure interrogative. En effet, dans les interrogations « la notion du prédicat » n’est « ni positive ni négative » (avec Est-ce que quelqu’un a ouvert la fenêtre ? on n’assigne aucune valeur à l’énoncé – ni positive (quelqu’un l’a ouverte)ni négative (quelqu’un ne l’a pas ouverte)). Bref, la bilatéralité permet à Culioli d’expliquer la co-présence des énoncés sans ou avec pouvoir, positifs ou négatifs et l’emploi des structures interrogatives dans l’exclamation. Cette conception laisse toutefois un vide théorique : si l’interrogation est, comme l’exclamation, caractérisée par la bilatéralité, pourquoi ne peut-on pas intégrer le verbe pouvoir ou utiliser la forme négative dans la phrase interrogative sans produire des changements sémantiques importants ? Et, ce qui est plus grave, l’explication de Culioli ne rend pas compte de la facticité inhérente aux énonciations exclamatives. Si, en effet, pouvoir n’a rien de factif dans un emploi bilatéral comme Pierre peut déjà être là, ce verbe renforce la facticité dans un emploi exclamatif comme Ce que Pierre peut m’énerver ! Ces vides théoriques imposent donc une autre solution : pouvoir exprime ici une potentialité (au sens de l’homme peut lire), ou plus précisément : pouvoir exprime la potentialité de l’inattendu et renforce ainsi l’étonnement. Une exclamation comme Ah, ce qu’il peut pleuvoir icisignifie donc que la potentialité que la pluie dépasse largement ce qu’on peut attendre normalement est devenue réalité. Cette potentialité est aussi, bien sûr, présente dans les exclamations sans pouvoir. Mais, si on l’emploie, on ajoute par là une certaine distance cognitive : Ce que tu es pénible vs. Ce que tu peux être pénible. Cette distanciation explique aussi que les exclamations avec pouvoir ont souvent une connotation générique ; ainsi, Ce que ce prof a l’air bête est une réaction immédiate tandis que Ce que ce prof peut avoir l’air bête connote que c’est presque un trait caractéristique de ce pauvre professeur.

36Avec ces remarques, j’ai déjà indiqué l’origine ou le sens de la négation dans les phrases comme Ce qu’il fait pas comme bêtises ! Cette négation signale tout simplement que ce qui a pu arriver n’aurait pasdû arriver. On trouve la même forme de négation dans la formule bien connue : Ah, c’est pas vrai … ça ! Par là, on ne nie nullement la facticité, mais on s’étonne du fait que l’inattendu ait pu se réaliser. Il faut donc bien distinguer ce ne exclamatif du ne rhétorique dans une question rhétorique comme N’est-il pas bête ! qui n’exprime rien d’autre qu’une demande à l’interlocuteur de ne pas nier ce qu’on lui ‘impose’ implicitement comme vrai à travers la question.

37Ce qui a pu arriver n’aurait pasdû arriver – cette formule, qui renvoie aux emplois spécifiques de pouvoir et de la négation dans les exclamations, explique en même temps leur origine : la possibilité des choses d’être autrement qu’elles ne sont.

38Notons enfin que le caractère exceptionnel de l’énonciation exclamative comme acte de parole autonome et complète se vérifie dans son comportement à l’intérieur des discours ou des textes. En effet, dans l’exemple suivant, l’exclamation n’est pas seulement une parenthèse mais une intrusion, voire une irruption du sujet parlant dans le déroulement du discours normal d’un type de texte, ici dans un récit :

Par exemple, l’autre soir, je regardais à la télévision un film contant une histoire vraie. Le héros, interprété par un acteur qui fait battre mon cœur à mille à l’heure – oh, ce qu’il peut être beau cet homme ! – combattait pour l’indépendance de son pays. (liensutiles. forumactif. com)

39Avec ces irruptions, que j’appelle para-communicatives, l’énonciateur ou ici le narrateur se manifeste, je l’ai déjà dit, en tant que sujet authentique. Si ces intrusions exclamatives ne sont pas argumentatives au sens strict du terme, elles sont, au contraire, de véritables preuves par le pathos – ou, puisque l’ethos englobe le pathos, elles sont des preuves par l’ethos.

L’exclamation illustrative et généralisante

40Les exclamations traitées jusqu’ici renvoient toutes à un état de choses singulier. Je les appellerai exclamations de surprise. Qu’en est-il dans l’exemple suivant où l’on a un toujours, donc une habitude ?

41La phrase (25) permet deux intonations : la première signale un sentiment désagréable, la seconde exprime de l’admiration. Ces deux prononciations sousentendent toutefois deux structures inférentielles nettement distinctes. En effet, le premier cas est, d’un point de vue argumentatif, une illustration condensée : son comportement concret – elle a, encore une fois, mis des chaussures de sport – illustre et confirme ce qu’elle fait en général, bref, un cas singulier confirme une règle générale. Le même type d’exclamation illustrative se trouve apparemment dans :

(26) Ils sont FOUS, ces Parisiens ! – C’est incroyable ! * C’est étonnant !

42Dans le cas de l’intonation d’admiration, on exprime tout au contraire son estime de la personne en question puisqu’elle a le courage de mettre des chaussures de sport même dans des situations où « ça se fait pas ». Si donc l’exclamation de surprise porte sur un fait singulier inattendu, l’exclamation d’admiration se réfère à un habitus, donc à quelque chose de générique.

43Notons toutefois qu’une exclamation illustrative ne produit pas nécessairement un sentiment désagréable. Dans (27), l’orientation émotive va vers l’agréable, dans (28) par contre vers le désagréable.

(27) Ils sont toujours tellement aimABLES, ces Islandais ! – Très sympa ! [= plaisir]
(28) Ils sont toujours tellement aimA:::::::BLES↓, ces Islandais ! – C’est énervant ! [= déplaisir]
(29) Ils sont TOUjours si aimables, ces Islandais. [= confirmation (non-exclamative)]

44J’ai choisi pour les exclamations (27) et (28) la syntaxe d’une phrase assertive pour montrer que cette structure permet une prononciation nonexclamative qui confirme que l’amabilité est un trait caractéristique des Islandais. Cette prononciation est exclue dans des structures comme (25) avec la conjonction de subordination que qui souligne non seulement la facticité de l’état de choses en question mais qui le soumet syntaxiquement à la portée de l’exclamation.

45Reste un détail. Les exclamations illustratives qui expriment un plaisir ou un déplaisir semblent contredire notre thèse que toute énonciation exclamative signale l’étonnement. L’exclamation (25) a, ne marque-t-elle pas au contraire qu’on s’énerve en face de quelque chose de bien connu ? On peut résoudre ce problème avec la réflexion « cartésienne » suivante : dans (25) a il y a, comme dans toute émotion, de l’étonnement. Pour autant, dans ce cas, l’étonnement ne naît pas parce que quelque chose d’inattendu est arrivé, mais parce qu’un comportement usuel, donc un habitus éthique persiste ! Sur le plan psychique cela implique que ces exclamations illustratives évoquent des émotions où ne prédomine pas l’étonnement, mais le plaisir ou le déplaisir. Dans ces émotions, disons dans l’estime et le mépris, l’étonnement ne se trouve pour ainsi dire qu’au second rang. Cette prédominance de l’agréable ou du désagréable en face d’un habitus éthique dans les exclamations illustratives fait comprendre qu’on les utilise dans le discours pour exprimer son admiration ou sa réprobation – en termes de rhétorique classique, elles servent à louer et blâmer.

46Le tableau suivant résume les propriétés de ces trois types d’énonciations exclamatives :

Les énonciations exclamatives

forme inférentielle

déclencheur

opérations cognitives

émotions

exclamation de SURPRISE

nongénéralisante

fait singulier

reconnaissance de qc comme nouveau (inattendu)

toutes les émotions où l’étonnement prédomine

exclamation d’ADMIRATION

généralisante

fait singulier

induction/généralisation (nouvelle)

toutes les émotions où l’étonnement prédomine

exclamation de (DÉ) PLAISIR

illustrative

fait singulier

illustration de qc de connu/confirmation du connu

toutes les émotions où le (dés)agréable prédomine

Reproche et autocritique

  • 18 Dans ce qui suit, nous évitons les exemples avec une trop lourde charge éthique ou émotionnelle pou (...)

47Les exclamations illustratives peuvent donc dans certains contextes signaler un reproche. Dans ces cas, elles expriment non seulement la possibilité d’être autrement mais surtout que ce qui a pu arriver n’aurait pas arriver. Si elles s’adressent directement à l’interlocuteur, ce caractère réprobateur s’imposera même plus nettement : Que tu mettes toujours ces chaussures de sport ! Atroce ! Il semble évident que les exclamations de surprise (Que tu aies mis ces chaussures de sport ! Alors ça !) peuvent, elles aussi, remplir cette fonction de reproche. Mais n’oublions pas que ces manifestations linguistiques appartiennent en dernière instance à la sémiotique des émotions, elles ne peuvent donc jamais dépasser le statut d’indices d’émotion. Mais nous savons aussi que le degré d’indexicalité augmente si ces signes sont renforcés par un élément de la topique des émotions, autrement dit par un scénario qui déclenche en règle générale une émotion compatible avec l’acte de reproche. Globalement, ce scénario se laisse décrire comme une situation où l’interlocuteur (ou un tiers) a fait quelque chose qu’il n’aurait pas dû faire. Le champ émotif liable au reproche est assez vaste puisqu’il peut englober des émotions allant d’une irritation faible jusqu’à une indignation forte, voire jusqu’à une colère véhémente. L’attribution de telle ou telle émotion dépendra nécessairement du type et du degré de violation de norme et des formes habituelles pour « réparer » ces violations dans un groupe social, mais aussi de l’ethos spécifique de celui qui est l’objet du reproche ainsi que de celui qui se croit légitimé de faire ce reproche. Cela revient à dire que toute attribution d’émotion nécessite une connaissance détaillée de la situation de communication concrète. Néanmoins, dans ce jeu d’interaction complémentaire des indices et des scénarios, toute communauté linguistique réduit la complexité (et le risque) d’attribution d’une émotion ou d’une intention en instituant des formes linguistiques plus ou moins standardisées qui comptent pour l’expression de telle ou telle émotion ou intention. Nous appellerons ces indices sémiotiques formats linguistiques. Un des formats fondamentaux est, nous l’avons vu, la phrase exclamative. Pour l’acte de reproche, on peut distinguer cinq formats essentiels dont seulement les formats (32) et (33) sont des exclamations18 :

  • 19 Rappelons que GOFFMAN (1973, p. 113sq.) distingue deux activités réparatrices, les justifications e (...)

48Ces formats sont hiérarchisés d’après la marge de justification donnée à l’interlocuteur pour expliquer ou excuser sa transgression qui est d’ailleurs dans tous ces cas présupposée comme factive. Même si le premier format avec pourquoi est énoncé avec une intonation forte de reproche, il donne a priori à l’interlocuteur la chance de « garder sa face » en avançant un motif ou une justification raisonnables. Cette chance est nettement réduite par le format avec comment et totalement exclue par les exclamations (32) et (33) : dans ces cas, « l’accusé » ne peut qu’avancer des excuses pour réparer sa transgression19. Ce qui distingue ces deux formats de reproche, c’est visiblement le fait que le reproche à l’infinitif est plus apodictique, car le locuteur s’y pose comme un juge indigné. Enfin, le format (34) où le locuteur commente explicitement la transgression est, d’un côté, beaucoup moins émotionnel et, de l’autre, nettement plus rationnel : le locuteur y assume quasiment le rôle d’une instance de norme, voire de sanction.

49Ce caractère de commentaire dépréciatif explique qu’aucune intonation de (34) n’en ferait un acte linguistique d’admiration. Ce qui, nous l’avons déjà vu, serait possible dans le cas des exclamations (32) et (33) qui peuvent être réalisées avec une intonation d’admiration. Par contre, les formats (30) et (31) excluent toute réalisation admirative parce qu’ils focalisent, en tant qu’interrogations partielles, sur des aspects de l’état de choses en question, c’est-à-dire sur le pourquoi et le comment. Cette focalisation restreint l’intonation possible à une gamme qui va du ton neutre jusqu’au ton réprobateur. Comme les exclamations en tant qu’expressions de l’étonnement de la facticité d’un état de choses ne connaissent aucune focalisation restrictive, elles peuvent en principe exprimer, pour reprendre la formule d’Adelung, l’agréableou le désagréable.

50Ces quelques observations ont pour corollaire que le champ intonatif d’une phrase n’est pas libre parce qu’il dépend de son format linguistique. Ce qui facilite apparemment la compréhension de l’émotion effectivement signalée par l’énonciation de cette phrase. Comme les exclamations, les reproches connaissent également des formes génériques comme par exemple :

(35) Pourquoi tu dois toujours l’interrompre avant 5 h !
(36) Comment tu peux toujours l’interrompre avant 5 h !
(37) Que tu l’interrompes toujours avant 5 h !

  • 20 Ce format générique compte pour un signe conventionnel fort de reproche (cf. « Pourquoi tu dois tou (...)

51Notons que les formes génériques se caractérisent par les mêmes restrictions que les formes singulières ; en effet, les formats d’interrogation partielle ne permettent pas d’intonation admirative tandis que le format d’exclamation est tout à fait compatible avec une intonation réprobatrice et admiratrice. Notons aussi l’emploi à la fois usuel et bizarre20 de devoir dans (35) qui ne correspond à aucun emploi standard de ce verbe modal car l’interlocuteur ne se trouvait pas dans l’obligation de l’interrompre. Ce tu dois (sans inversion !) présente le comportement de l’interlocuteur comme si celui avait agi sous une contrainte pulsionnelle extérieure à lui-même. Ce qui produit, dans le cas de l’autocritique, un dédoublement du sujet parlant :

(38) Pourquoi je dois toujours l’interrompre à 5 h ?
(39) J’aurais pas dû l’interrompre à 5 h !
(40) Est-ce que je dois toujours l’interrompre ?

52Dans les deux premiers exemples, le je du locuteur est un autre que le je qui a dû l’interrompre. Il est évident que le sujet parlant ne se dédouble pas dans des cas comme Pourquoi je dois toujours me brancher à Windows si je veux démarrer mon traitement de texte ? où la contrainte est exercée par une force vraiment extérieure qui se voit critiquée. L’autocritique est également absente dans des formats comme (40) où l’interrogation n’est plus partielle mais globale. Quant aux formes d’autocritique avec dédoublement, force est de constater qu’elles expriment toujours et déjà la reconnaissance d’une norme ou d’une règle qu’on ne devrait pas violer. Ce qui devient évident si l’on prend quelques « collocations » standard qu’on trouve par centaines dans les romans de quatre sous ou sur Internet :

53Tout en étant banales, ces formes d’autocritique constituent, surtout si elles sont énoncées en public, un premier pas vers la correction, la réparation ou l’abandon d’un comportement non-conforme. Le chemin inverse, qui va vers l’intérieur, peut mener aux émotions auto-destructrices de l’affliction, de la culpabilité ou du remords, voire du mépris de soi-même ; et, si cette tendance se stabilise, ce chemin peut devenir une disposition durable, donc un habitus comme la dépression, la mélancolie ou le tempérament grincheux. Là aussi, on peut distinguer et hiérarchiser des formats linguistiques qui indiquent un degré plus ou moins fort de cette tendance auto-destructive :

(42) Pourquoi je l’ai interrompu à 5 h !
(43) Comment j’ai pu l’interrompre à 5 h !
(44) Pourquoi seulement l’interrompre à 5 h !
(45) Qu’est ce que je peux être impertinent avec mes prises de parole précipitées et inconsidérées !
(46) Ah, si seulement je ne l’avais pas interrompu à 5 h !

Ironie : négativité, duplicité et dédoublement du sujet

  • 21 Cf. sur tout cet incident le forum de Radio Divergence (divergence-fm. org/voirsujet. php3 ? id _ f (...)

54Dans les échanges quotidiens, il existe bien sûr des formes plus complexes de réparation d’une transgression. Prenons l’exemple d’un animateur bénévole de Radio Divergence (Montpellier) qui a d’abord, le lundi 16 mai 2005, lors d’un débat concernant le référendum sur la constitution européenne, qualifié les partisans du non comme « passionnés » pour ensuite insulter une auditrice en lui déclarant : « On a certainement oublié une catégorie [les partisans du non, E. E.], celle des idiots et qui sont fiers de l’être21. » Comme un auditeur a généralisé cet incident en attaquant Radio Divergence dans son ensemble, un responsable se voit obligé de répondre (nous soulignons) :

Effectivement, ce soir-là (en direct), notre animateur ne s’en est pas tenu au titre de son émission, et c’est bien dommage. De là à écrire que c’est Divergence qui insulte, il n’y a qu’un pas allégrement franchi il me semble. […]
Moi aussi, j’attends de cet animateur qu’il évoque dans une prochaine émission cet incident. Mais entendons-nous bien. Si vous même commencez à généraliser les maladresses d’un seul animateur à l’antenne dans son ensemble… c’est tout aussi maladroit.
Un animateur professionnel aurait sans doute gardé son calme, mais n’aurait sans doute pas fait cette émission mensuelle depuis trois ans, dont l’habituelle bonne tenuene me fait pas douter que le dérapage sera corrigé.

55Le lecteur aura reconnu les procédés rhétoriques classiques utilisés par le responsable : le regret faible (c’est bien dommage), la diminution de la faute de son propre parti (maladroit, dérapage), la riposte du tac au tac (votre généralisation est tout aussi maladroite), l’argument de l’exception lié ici à l’éloge de l’ethos de l’animateur (son habituelle bonne tenue) et l’annonce d’une correction. Retenons uniquement de cette justification à registres multiples qu’elle constitue une combinaison habile des techniques ou preuves plutôt émotionnelles (le regret, la correction, l’éloge), des procédés argumentatifs (l’argument de l’exception) et des techniques interactionnelles (la riposte) – donc des techniques qui relèvent du pathos, du logos et de l’ethos.

56Ces discours à registres multiples sont surtout utilisés par les agresseurs pour justifier leur transgression tandis que les victimes – surprises par l’agression et ne disposant en règle générale que de peu de temps – doivent réagir immédiatement et brièvement : leur seuls moyens de réagir ne sont souvent que l’exclamation, les formats brefs de reproche et l’ironie. Il n’est donc pas étonnant que l’auditrice – la victime de l’insulte de l’animateur dans l’incident évoqué – recourt à l’ironie pour exprimer son indignation : « Ah, ben, alors là bravo ! »

  • 22 Ce qui explique que la rhétorique classique, qui n’a pas clairement distingué le plan phrastique du (...)

57On peut analyser cette ironie d’après la théorie dite « classique » : « faire entendre le contraire de ce qu’on dit » (DUMARSAIS : 1730, p. 141). En face de la masse d’articles des dernières années, constatons d’abord que le contraire ne se dit qu’au niveau de la phrase. Même si l’on pouvait comprendre dans « Bravo ! Tu as fait là du joli travail » l’adjectif comme un antonyme de mauvais, il faut bien voir que le sens contraire ne naît qu’au niveau de la phrase : « Il faut pas croire que tu aies fait du joli travail. » Si l’ironie est une figure macrostructurale « qui joue sur la caractérisation intensive de l’énoncé » (MOLINIÉ] : 1992, p. 180), il serait pourtant faux de l’associer avec l’allégorie, car cette dernière ne se réalise que sur le plan du texte. En tant que figure de phrase, l’ironie se trouve entre les tropes comme la métaphore transformant le sens d’un mot, et les figures de texte comme l’allégorie. Ces trois procédés du discours figuré – mot tropique, phrase ironique, texte allégorique – se rejoignent apparemment dans leur duplicité de sens : tous les trois sont lisibles et visibles au sens propre ou littéral tout en nous signalant qu’ils ne se comprennent qu’au sens figuré ou spirituel22.

58Si donc l’ironie se produit sur le plan de la phrase ou, plus précisément sur le plan de l’énonciation d’une phrase dans une situation de communication concrète, il s’ensuit que les phrases exclamatives qui sont lisibles comme évaluations positives Qu’est-ce qu’elle est intelligente !ou Quel super coiffeur j’ai là ! peuvent être utilisées à des fins ironiques. Même l’exclamation Qu’elle mette toujours ces chaussures de sport s’utilise, dans l’intonation d’admiration bien sûr, ironiquement. Dans ce cas, elle exprime le déplaisir en face d’un état de choses où l’inattendu est interprété comme une transgression d’une norme ou plus généralement d’une règle éthico-esthétique, autrement dit, l’ironie réagit au même type de scénario que les exclamations de déplaisir ou les actes de reproche – mais elle le fait de façon non-directe.

  • 23 Signalons que HARTUNG (1998) a récemment montré, dans une étude empirique sur l’ironie dans les con (...)

59J’ai repris, avec ces remarques, une deuxième définition de l’ironie qui se trouve déjà, elle aussi, dans la rhétorique classique et qui la conçoit comme « un blâme par la louange » (Quintilien). Effectivement, ce que l’auditrice dans l’incident évoqué veut faire entendre avec sa réponse ironique Ah, ben, alors là bravo !,c’est son évaluation négative du comportement de l’animateur23. Si l’on se base sur cette conception – l’ironie réagit à un scénario qui est évalué négativement comme une transgression d’une règle éthico-esthétique –, on ne peut plus réduire la négativité immanente à l’ironie à l’antiphrase simple. Mais il n’est pas nécessaire non plus que cette critique se présente sous forme d’un éloge. Ce qui devient évident si l’on prend l’exemple suivant de Freud :

Daignant visiter la salle de chirurgie de l’hôpital, le roi y trouve le professeur en train de procéder à l’amputation d’une jambe. Il se met alors à exprimer bruyamment sa royale satisfaction en ponctuant chaque phase nouvelle de l’opération d’un « Bravo, bravo, mon cher professeur. » Une fois l’intervention terminée, le professeur s’approche de lui et lui demande en s’inclinant profondément : « votre Majesté m’ordonne-t-elle d’amputer aussi l’autre jambe ? » (FREUD : 1992, p. 48)

60Le chirurgien, qui se trouve en situation de sujétion, doit avoir recours à une « ironie défensive » qui se base sur une argumentation par l’absurde. Sa dissimulation transparente montre toutefois qu’il suffit pour l’ironie qu’un énoncé se présente comme une évaluation positive alors qu’elle veut avancer une évaluation négative d’un comportement, d’un propos ou d’une habitude.

61Mais, comment cette évaluation négative est-elle signalée ? En effet, nous avons jusqu’ici parlé de la topique de l’ironie sans préciser sa sémiotique. Notons d’abord que si le xixe siècle de Schlegel à Kierkegaard, et si le discours philosophique de Hegel à Jankélévitch mettaient en relief la topique et la négativité de l’ironie, la recherche actuelle a mis l’accent sur sa sémiotique – au prix d’un oubli ou même d’un refus de la dimension critique de l’ironie. Certainement, cette partialité se comprend d’un point de vue théorique : car, si les explications classiques concernant le fameux ‘exprimer le contraire de ce qu’on dit’ ne suffisent point à expliquer toutes les formes de l’ironie, une autre vue s’impose quasi nécessairement. Ne faut-il pas concevoir les ironies comme mentions (Sperber/Wilson) ou comme une mise en scène polyphonique d’au moins deux énonciateurs (Ducrot) ?

  • 24 Même dans une situation où il n’y pas de « pré-texte », on pourrait interpréter ce « Quel beau temp (...)

62Pour les premiers, « toutes les ironies sont interprétées comme des mentions ayant un caractère d’écho : écho plus ou moins lointain, de pensées ou de propos, réels ou imaginaires, attribués ou non à des individus définis » (SPERBER/WILSON : 1978, p. 408). Dans cette approche, c’est apparemment le terme mention qui pose et qui a posé problème. Si l’on le comprend dans les sens de « citation », la théorie de l’écho devient insoutenable, et même si l’on le comprend dans un sens large de « renvoi », ne faut-il pas accepter que l’exemple standard de Sperber/Wilson, à savoir Quelle beau temps ! « paraît difficilement se plier à la théorie des mentions » (MERCIER-LECA : 2003, p. 31) ? N’est-ce pas tout simplement « un cliché » (ibid.) ? Défendons ici d’abord la position de Sperber/Wilson, car ils ne disent rien sur le caractère de cette exclamation en soi, ils soutiennent tout simplement qu’elle doit être comprise sous la pluie comme un acte ironique en face de quelqu’un qui a tenu des propos optimistes sur le temps – ce qui est indéniable. Il suffit en fait de réaliser que l’ironie « ne colle à aucun format linguistique » mais est uniquement décidable dans une situation de communication concrète24. Notre critique de la théorie de Sperber/Wilson se situe ailleurs : en accentuant l’aspect de mention ou, si nous comprenons bien leur intention, de renvoi à un scénario déclencheur, ils dissimulent la dimension critique de l’ironie. Mais corrigeons-nous. Car si la « négativité critique » est immanente à l’ironie, il faut qu’on en trouve des traces même dans le texte de Sperber/Wilson. Et on peut effectivement réfuter Sperber/Wilson avec Sperber/Wilson en montrant qu’ils soutiennent en dernière instance la théorie classique en soulignant que toute ironie est portée par une intention critique : « ces mentions sont interprétées comme l’écho d’un énoncé ou d’une pensée dont le locuteur entend souligner le manque de justesse ou de pertinence » et : « Une ironie a naturellement pour cible les personnes ou les états d’esprit, réels ou imaginaires auxquels elle fait écho. » (SPERBER/WILSON : 1978, p. 409 et 411). La théorie de Sperber/Wilson est donc tout à fait compatible avec la théorie classique.

63Dans l’analyse de Ducrot, qui veut préciser la théorie de Sperber/Wilson en substituant l’expression mentionner un discours par la formule polyphonique faire entendre une voix, les traces de l’aspect critique de l’ironie ne se retrouvent que dans des expressions comme se moquer de, bêtise, ridicule et surtout dans le terme absurde. (Cf. DUCROT : 1984, p. 210-213) En effet, pour Ducrot, le locuteur (qui accomplit un acte ironique) fait entendre la voix d’une autre personne, qu’il appelle énonciateur, en présentant la position de ce dernier comme absurde. Si, pour reprendre l’exemple de Ducrot, mon allocutaire a refusé de me croire que Pierre viendrait me voir aujourd’hui et si Pierre est effectivement venu aujourd’hui, je peux lui dire ironiquement : « Vous voyez, Pierre n’est pas venu me voir. » Certes, de cette affirmation ironique « je prends la responsabilité en tant que locuteur », mais « je la présente comme l’expression d’un point de vue absurde, absurdité dont l’énonciateur n’est pas moi » (ibid., p. 211) mais mon allocutaire. Bref, dans l’ironie, le locuteur fait entendre la voix d’un énonciateur (qui peut être assimilé à l’allocutaire ou à toute autre personne) en la présentant en même temps comme absurde. Mais, si nous montrons que le point de vue de la cible de notre ironie est absurde et si nous nous moquons de lui par-là, n’est-ce pas une évaluation négative, donc une forme de critique de son comportement ?

64Reste la question de savoir si cette présentation ad absurdum est un trait immanent à l’ironie. L’exemple suivant nous amène à en douter.

65L’hôtesse à son invité : « Vous savez, cher ami, nous menons une vie conjugale harmonieuse ; c’est pourquoi nous essayons, contre ces conceptions modernistes de la famille, de donner à nos enfants une image vraie et non-conflictuelle du bonheur conjugal. Et, si jamais il nous arrive d’avoir une petite dispute, nous envoyons nos enfants dans le jardin. » Une demi-heure plus tard, les enfants rentrent et l’invité, en les voyant, réplique : « Vos enfants ont vraiment un teint bronzé sain et naturel ! »

  • 25 Cette projection en arrière caractérise d’ailleurs tout mot d’esprit (cf. EGGS : 2003). Illustronsl (...)

66Cette réplique n’est, à aucun égard, absurde. D’un point de vue argumentatif, il s’agit d’une réfutation qui se base sur le modus tollens (Si vous aviez dit la vérité, vos enfants n’auraient pas ce teint bronzé). Si cette analyse est correcte, il devient difficile d’interpréter les paroles de l’invité comme la voix d’un énonciateur (ici la voix de l’hôtesse) différent du locuteur. Ne serait-il pas au contraire désavantageux, voire absurde, de la part de l’hôtesse de dire ces paroles puisqu’elle se contredirait par-là elle-même ? Il suffit donc de dire que l’ironie est un acte de langage critique qui se présente comme positif tout en signalant de façon non-directe qu’un point de vue est intenable et critiquable. Ce point de vue peut s’exprimer dans une prise de position, dans une thèse, dans un comportement ou dans une conviction comme l’image de soi concernant l’ethos national français : « Chaque petit Français naît avec la certitude héritée de trois siècles que la terre entière lui envie ses artistes et penseurs – presque autant que ses bassines à frites. » (Poirot-Delpech) Comme il serait également difficile, dans cette ironie qui dévoile et ridiculise l’outrecuidance du ‘petit Français’, d’attribuer les propos en italique à un deuxième énonciateur, la perspective de la théorie classique qui cherche les signaux ironiques dans l’énonciation du locuteur même, me semble s’imposer. Ici, l’intention ironique se montre dans le non-respect d’une règle grammaticale et argumentative que les éléments d’une coordination doivent appartenir à la même instance classificatoire. Avec presque autant que ses châteaux et ses vins, Poirot-Delpech aurait respecté cette règle. Cette règle est en ce sens argumentative qu’elle exige que les éléments coordonnés aient, dans un contexte argumentatif, la même orientation argumentative. Puisque c’est toujours le dernier argument qui prime, le non-respect de cette règle produit une conclusion inverse : la conviction du petit Français n’est pas louable, mais critiquable. J’appelle ce procédé projection en arrière parce qu’il contraint l’interlocuteur à réinterpréter sa première conclusion après avoir écouté ou lu le dernier élément d’une coordination25.

67Si nous approfondissons et généralisons ces observations, il faut constater que le locuteur signale son intention ironique par le non-respect d’une règle de discours. Dans l’exemple de Ducrot (« Vous voyez, Pierre n’est pas venu me voir »), le locuteur ne respecte pas la règle qu’on ne doit affirmer que ce qu’on tient pour vrai ; et, dans l’exemple de Freud (« votre Majesté m’ordonne-t-elle d’amputer aussi l’autre jambe ? »), le chirurgien viole la règle qu’on ne doit pas demander à accomplir des actes qui blessent autrui dans son intégrité corporelle. On pourrait utiliser ici les maximes de conversation de Grice pourvu qu’on précise et explique, primo, que le non-respect d’une maxime ne produit pas seulement un acte de parole indirect mais bel et bien une évaluation négative d’une attitude ou d’un comportement et, secundo, que l’ironie ne constitue pas une violation de la maxime de qualité (« dire la vérité ») parce qu’elle ne se distinguerait plus du mensonge. Le menteur est en effet un tricheur au jeu communicationnel tandis que l’ironiste est plutôt un rabat-joie sincère qui vise, par sa violation ouverte d’une règle du jeu, à signaler une critique justifiée. Et, si l’on se rend compte que la maxime de qualité ou plus précisément le principe de sincérité constitue une méta-convention (cf. EGGS : 1979, p. 419sq.) ou, dans le cadre de « l’éthique de la discussion », une exigence de validité (« Geltungsanspruch ») (cf. HABERMAS : 1976, p. 256sq. et APEL : 1996, p. 22sq.) à la base de toute communication, on peut même dire, avec JANKELEVITCH (1950, p. 154), que « l’ironie est encore plus sérieuse que le sérieux ».

68D’ici s’avère la vérité profonde de la métaphore parekbase utilisée par Wilhelm Schlegel et les romantiques allemands pour décrire l’ironie. Le terme parekbase (ou parabase) désigne dans le théâtre antique le moment où le chœur, sort (ek-) de l’action dramatique en se mettant à côté (para-) d’elle pour interrompre le jeu théâtral et pour commenter l’action. Dans le même sens, l’ironie est une forme de para-communication qui se distingue toutefois de la parekbase théâtrale par le fait qu’elle commente le jeu communicationnel au moment même où elle y participe. Dans l’acte ironique, il n’y donc pas un locuteur qui fait entendre la voix d’un énonciateur, mais un dédoublement du sujet parlant : le sujet qui participe au jeu de la communication et le sujet « para-communicatif » qui suggère, par un non-respect d’une règle de discours, que la face si belle d’un propos n’est qu’une apparence. (Cf. EGGS : 1979, p. 424sq.)

69C’est ce dédoublement du sujet qui distingue l’ironie de l’exclamation pour laquelle nous avons également mis en évidence le caractère para-communicatif. Mais, si la para-communication exclamative se produit comme une irruption sim-ple, immédiate et pathétiquedu sujet authentique dans le déroulement normal du discours, l’ironie se présente comme une mise en scène double, distanciée et calculatrice du sujet critique. Là, le pathos de la franchise naïve du sujet spontané, ici, le logos de la duplicité à la fois opaque et transparente du sujet réfléchi. Cette spontanéité naïve rend le sujet exclamant infiniment plus vulnérable que le sujet ironique qui peut toujours se cacher derrière le sens littéral de ses paroles.

70Mais, il ne faut pas oublier que la duplicité de l’ironie crée une complicité, voire une connivence spontanée et émotionnelle avec l’interlocuteur. Ce qui explique que celui-ci peut, s’il est la victime de l’ironie, ristourner à armes égales. Dans ce cas, l’ironie permet ainsi à l’interlocuteur de garder sa face. Si, au contraire, l’interlocuteur ne peut pas, pour des raisons objectives et subjectives, ristourner, il vivra l’ironie comme une plus grande agression qu’une critique directe. (Cf. MERCIER-LECA : 2003, p. 68sq. et 73sq.)

71Ces deux réactions opposées renvoient, elles aussi, à la duplicité immanente à l’ironie, une duplicité qui caractérise également le champ de pathos lié à elle. Car, si l’exclamation doit choisir le plaisir ou le déplaisir, l’ironie les évoque simultanément : elle veut plaire, voire évoquer un rire de connivence, mais en tant que critique d’une transgression elle doit en même temps déplaire. Elle est plaisante et agressive, agréable et désagréable, émancipatrice et blessante – bref, l’ironie est séduction et rétorsion. Mais, n’oublions pas que c’est toujours le premier élément qui domine dans l’ironie puisque c’est sa forme de présentation. Et c’est parce qu’elle veut plaire qu’elle se donne un aspect ludique et qu’elle préfère le jeu des mots et des idées qui fait rire autrui – mais ce rire reste souvent dans la gorge.

72Quant au locuteur de l’acte ironique, il est aussi séducteur puisqu’il s’expose tout en se dérobant. Et cette dérobade le distingue du sujet de l’acte exclamatif qui se montre ouvertement. Le sujet ironique est – comme le sujet exclamant – sensuel dans son regard et dans sa voix, mais il l’est aussi dans le ludique de son expression ; mais ce qui l’écarte totalement du sujet exclamant, c’est qu’il exige en même temps une subtilité intellectuelle pour découvrir sa vraie intention critique. Je dirais donc que l’ironie est une séduction élégante. La vraie élégance, on le sait, n’est pas ostentatoire ; et l’ironie est, comme elle, une apparente désinvolture, une sprezzatura rhétorique, un véritable art qui, dit Castiglione, « ne paraît être de l’art » ; cette élégance n’est pas là pour plaire mais pour rendre transparente une transgression éthico-esthétique. C’est pourquoi l’auditrice de Radio Divergence de Montpellier dit : « Ah, ben, alors là bravo ! »

Bibliographie

Bibliographie

ADELUNG J. -C., Ueber den Deutschen Styl, Berlin, Voß und Sohn, 1785 (réimpr. Hildesheim 1974).

ADELUNG J. -C., Grammatisch-kritisches Wörterbuch der Hochdeutschen Mundart, 3. Theil, Leipzig, Breitkopf und Härtel, 1798.

APEL K. -O., « Die Vernunftfunktion der kommunikativen Rationalität », APEL K. -O. et KETTNER M. (dir.), 1996, Die eine Vernunft und die vielen Rationalitäten, Frankfurt/M., Suhrkamp, p. 17-41.

ARISTOTE, Rhétorique Livre II, éd. M. Dufour, Paris : Les Belles-lettres, 1967.

BACHA J., L’Exclamation : approche syntaxique et sémantique d’une modalité énonciative, Paris, L’Harmattan., 2000.

BARY R., La rhétorique françoise, Paris, Pierre Le Petit, 1665.

BEAUZEE M., Grammaire générale, I et II, Paris, J. Barbou, 1765.

BIEDERMANN-PASQUES L., « Approche d’une histoire du point d’exclamation », Faits de langues 6, p. 13-22, 1995.

COSNIER J., Psychologie des émotions et des sentiments, Paris, Retz., 1994.

CULIOLI A., « À propos des énoncés exclamatifs », Langue française 22, p. 6-15, 1974.

DAMASIO A. R., Le sentiment même de soi. Corps, émotions, conscience, Paris, Odile Jacob, 2002.

D’AVIS F. -J., Über <w-Exklamativsätze> im Deutschen, Tübingen, Niemeyer, 2001.

DELATOUR Y. et al., Grammaire du français, Paris, Hachette, 1991.

DESCARTES R., Les passions de l’âme. Paris (éd. B. Timmermans Paris 1999), 1649.

DUBOIS P., « Glacé d’effroi. Les Figures de la Peur, ou les Passions de l’expression à la représentation », DUBOIS, P. et WINKIN Y. (dir.), Rhétoriques du corps, Bruxelles, De Boeck, p. 39-57, 1988.

DUCROT O., Le Dire et le dit, Paris, Editions de Minuit, 1984.

DUCROT O. et SCHAEFFER J. -M., Nouveau dictionnaire encyclopédique des Sciences du langage, Paris, Seuil, 1995.

DUMARSAIS, Traité des Tropes, Paris (éd. Paris 1977, Le nouveau Commerce), 1730.

EGGS E., « Eine Form des ‘uneigentlichen’Sprechens : Die Ironie » Folia Linguistica, p. 413-435, 1979.

EGGS E., Die Rhetorik des Aristoteles, Frankfurt/M., Lang, 1984.

EGGS E., « Metapher » (article de recherche), UEDING G. (dir.), Historisches Wörterbuch der Rhetorik V, Tübingen, Niemeyer, p. 1099-1183, 2001.

EGGS E., « Comprendre les mots d’esprit : une lecture épistémologique de Freud », N. ZACCAI-REYNERS (dir.), ExplicationCompréhension. Regards sur les sources et l’actualité d’une controverse épistémologique, Bruxelles, Éd. de l’Université de Bruxelles, coll. « Philosophie et société », p. 151-183, 2003.

EGGS E., « Potzblitz ! – Hört ! Hört ! Exklamation zwischen Staunen und Widerlegung », KRAUSE M. et RUGE N. (dir.), Das war echt spitze ! Zur Exklamation im heutigen Deutsch, Tübingen, Stauffenberg, p. 167-197, 2004.

EKMAN P. et DAVIDSON R. J., The nature of Emotion, New York/Oxford, Oxford Univ. Press, 1994.

FONTANIER P., Les figures du discours, Paris, Flammarion, 1830/1968.

FREUD S., Le mot d’esprit et sa relation à l’inconscient, trad. par Denis Messier, Paris, Gallimard (vers. allemande, 1905), 1992.

FRIES N., « Ist Pragmatik schwer ! Über sogenannten ‚ Exklamativsätze’im Deutschen », Deutsche Sprache 16, p. 193-205, 1988.

GOFFMAN E., La mise en scène de la vie quotidienne. 2. Les relations en public, Paris, Éd. de minuit (vers. anglaise 1971), 1973.

GREVISSE M., Le bon usage, Paris, Duculot (= 12e éd. refondue par A. Goosse), 1986.

GRICE P., « Logique et conversation », Communications 30, 1979, p. 57-72, 1979.

HABERMAS J., « Was heißt Universalpragmatik ? », APEL, K. -O. (dir.), Sprachpragmatik und Philosophie, Frankfurt/M., Suhrkamp, p. 174-272, 1976.

HARTUNG M., Ironie in der Alltagssprache – Eine gesprächsanalytische Untersuchung, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1998.

LAMY B., L’art de parler, Paris (réimpr. Munich 1980), 1676.

LEON P., Précis de phonostylistique : parole et expressivité, Paris, Nathan, 1993.

LE QUERLER N., Typologie des modalités, Caen, Presses universitaires de Caen, 1996.

MARTIN R., Langage et croyance, Paris, Mardaga, 1987.

MILNER J. -C., De la syntaxe à l’interprétation. Quantités, insultes, exclamations, Paris, Seuil, 1978.

MOLINIÉ G., Dictionnaire de rhétorique, Paris, Librairie Générale Française, 1992.

MOREL M. -A., « L’intonation exclamative dans l’oral spontané », Faits de langue 6 , p. 63-70, 1995.

RIEGEL M. et al., Grammaire méthodique du français, Paris, PUF, 1994.

ROMERO C., L’intensité en français contemporain : analyse sémantique et pragmatique, Thèse Paris 8, Publication Online MLMS éditeur, Saint-Chamas, 2002.

SPERBER D. et WILSON D., « Les ironies comme mentions », Poétique 36, p. 399 – 412, 1978.

WIERZBICKA A., Semantics. Primes and Universals, Oxford : Oxford Univ. Press, 1996.

ZAEFFERER D., « The semantics of Non-Declaratives : Investigating German Exclamations », BÄUERLE R. et al. (dir.), Meaning, Use, and Interpretation of Language, Berlin, p. 466-490, 1983.

Notes

1 C’est le terme qu’utilise Wierzbicka (1996).

2 Cf. DUBOIS (1988, p. 51). D’après Dubois, « le lexique figural » de tous les traités sémiotiques de la rhétorique des gestes ou de l’art dramatiques du XVIe siècle jusqu’aux théories de la psycho-sociologie des émotions et de la communication non-verbale) récentes (notamment de « Desmond Morris, Paul Ekman, W. Friesen et des dizaines d’autres ») comporte « toujours au moins les cinq invariants » i 1 – i 5. Sur la recherche actuelle EKMAN et DAVIDSON (1994) et le chap. 1 dans COSNIER (1994). Sur la peur dans la recherche neurophysiologique cf. le chap. dans DAMASIO (2002).

3 Pour une analyse plus exhaustive et pertinente, on devrait bien sûr distinguer les indices praxémiques (mouvement du corps dans l’espace), gestuels et mimiques ainsi que les indices intonatifs liés à la parole. Parmi les indices qui expriment une activité linguistique, il faudrait séparer ceux qui expriment un acte de langage (dire, demander, affirmer, etc.) de ceux qui ne marquent qu’une façon de s’exprimer (s’écrier, balbutier).

4 Cette conception a une longue tradition ; elle se trouve déjà chez BARY (1665, 34) : L’exclamation « consiste à exprimer quelque étonnement, quelque douleur, quelque passion ». Elle est reprise par BEAUZEE : « La véritable place du point exclamatif est après toutes les phrases qui expriment la surprise, la terreur, la pitié, la tendresse, ou quelque autre sentiment affectueux que ce puisse être. » (BEAUZEE : 1765, II, 619).

5 On retrouve le même glissement entre l’affectivité et les émotions chez GREVISSE (1986, § 392) : « La phrase exclamative […] apporte une information. Mais elle y ajoute une connotation affective. Elle n’est pas objective, neutre, car elle inclut les sentiments du locuteur manifestés avec une force particulière. […] Souvent la phrase exclamative indique un haut degré. […] Mais elle peut aussi exprimer la surprise, la tristesse, la joie, etc. devant un fait qui n’est pas susceptible de degré : Donc il est mort ! »

6 Cf. le numéro (1995) de la revue Fait du langage sur « l’exclamation », édité par L. DANON-BOLEAU et M. -A. MOREL, où une grande partie des contributions traite uniquement de l’interjection.

7 Cf. par exemple « Qu’elle eût été heureuse de voir cela ! » (GREVISSE : 1986 § 393), « S’il faisait beau ! » (RIEGEL : 1994, 403) [= SOUHAIT] ou « Ton projet n’est pas aussi alléchant. » (ROMERO : 2002, 179) [= RÉFUTATION].

8 Même l’approche de MOREL (1995), qui distingue trois variantes intonatives (l’exclamation « à la finale haute », « à l’initiale haute et à la finale basse » et l’exclamation « haute et plate »), reste problématique parce qu’elle se base pour la troisième variante sur l’interjection Oh la la dans l’exemple suivant : « (Alors on s’est dit) Oh la la : faut pas s’appuyer » (ibid. p. 69).

9 Cf. sur cette question BACHA (2000, 44 sq). D’après Bacha, le schéma le plus souvent réalisé est « la courbe en cloche » qui consiste en « une montée mélodique brusque suivie ou non d’une descente selon le schéma mélodique, injure, étonnement, surprise » (cf. aussi LEON : 1993, p. 143).

10 Der Ausruf, lat. Exclamatio ist der erste und gewöhnliche Ausdruck einer jeden Gemüthsbewegung, so bald sie nur einige Stärke hat, und mit Verwunderung über das Neue des Gegenstandes verbunden ist. Sie ist sowohl angenehme : […] Als auch unangenehme ! » (ADELUNG : 1785, p. 458/9).

11 Je retiens de cette définition trois choses : la doxa, la mémoire et l’altérité. En effet, Descartes présuppose l’existence préalable d’une doxa, donc d’un système de savoir qui nous fait supposer qu’une chose déterminée devrait être telle ou telle ; il va de soi que cette doxa n’est disponible que si elle a été mémorisée ; enfin, si cette chose qui s’est réalisée est autre et différente de notre attente, nous en sommes étonnés. Par son origine, l’étonnement renvoie donc à la possibilité donnée à l’être d’être autrement.

12 La première attestation de ce « punctus admirativus » date selon BIEDERMANN-PASQUES (1995) de la fin du xive siècle ; cette appellation se répand aux xvie et xviie siècles pour être remplacée au milieu du xviiie par le terme actuel point exclamatif ou point d’exclamation.

13 D’ici s’explique la critique décidée de Martin : « Une autre hypothèse consiste à mettre le je ne sais pas quoi de l’exclamative au compte de l’affectivité ou, si l’on préfère, de l’expressivité. Avec A. Culioli, on s’étonnera de cette ‘miraculeuse séparation de l’affectif et du cognitif’ (1974, p. 6). Inutile d’ajouter que des notions comme celles d’affectivité ou d’expressivité ont un contenu si vague qu’elles découragent d’avance toute tentative de définition. » (MARTIN : 1984, p. 94)

14 Soulignons que ce type de phrase exclamative où que fonctionne comme une conjonction se trouve dans tous les traités scientifiques ou didactiques allemands sur l’exclamation ; elle est au contraire, fait extrêmement étonnant, totalement absente dans la recherche et dans les manuels français où on ne trouve que le que adverbe (« Que le soleil est beau ce soir ! »).

15 L’emploi argumentatif des formes assertives n’est évidemment possible que si elles sont prononcées sans intonation exclamative.

16 Il va de soi que les exclamations de structure assertive perdent leur caractère exclamatif si ces phrases servent d’argument. Néanmoins, on les traite souvent comme des exclamations ; cf. par exemple : « Serviable comme elle l’est, Jeanne viendra sûrement ! » (MILNER : 1977, p. 110 et 119), « J’adore cet acteur ! Il joue si bien ! » (DELATOUR : 1991, p. 202), « Ton projet n’est pas aussi alléchant. » ou « Tu aurais pu m’aider puisque tu es si serviable ! » (ROMERO : 2002, p. 179 et 428).

17 C’est la raison pour laquelle la thèse de RIEGEL (1994, p. 403 sq.) que ces exclamations sont des phrases tronquées et incomplètes me semble peu convaincante.

18 Dans ce qui suit, nous évitons les exemples avec une trop lourde charge éthique ou émotionnelle pour mieux illustrer la fonction pragmatique de la forme linguistique. Pour restituer un scénario plausible, le lecteur pourra imaginer que l’interlocuteur « accusé » est un étudiant qui a interrompu avant 5 heures un professeur qui a l’habitude de parler, dans son cours de 4 à 6 heures, jusqu’à 5 heures pile.

19 Rappelons que GOFFMAN (1973, p. 113sq.) distingue deux activités réparatrices, les justifications et les excuses. Les premières (dénégation de l’acte, donner à l’acte une définition qui rend le transgresseur non-coupable, faire valoir une ignorance et une imprévoyance pardonnables, avancer des circonstances atténuantes) correspondent aux trois premiers status rationales (« causes logiques ») de la rhétorique classique (conjecture, définition, qualification), elles sont donc plutôt rationnelles ; les excuses sont au contraire des stratégies misant plutôt sur le pathos : « une expression d’embarras et de chagrin ; une assurance que l’on connaît la conduite attendue et que l’on approuve l’application d’une sanction négative ; un rejet verbal, une répudiation, un désaveu du mauvais comportement en même temps qu’un dénigrement du moi qui s’est ainsi comporté ; un engagement à reprendre le droit chemin et à y rester, l’accomplissement d’une pénitence et la volonté de restituer » (ibid., p. 117).

20 Ce format générique compte pour un signe conventionnel fort de reproche (cf. « Pourquoi tu dois toujours en faire une tragédie ! » ou « Pourquoi tu dois toujours te mêler de ce qui ne te regarde pas »).

21 Cf. sur tout cet incident le forum de Radio Divergence (divergence-fm. org/voirsujet. php3 ? id _ forum = 4106).

22 Ce qui explique que la rhétorique classique, qui n’a pas clairement distingué le plan phrastique du plan textuel, les a d’abord mis dans la même catégorie de tropes. Fontanier a été le premier à distinguer clairement les tropes en un seul mot (métonymie, métaphore, synecdoque/antonomase) et les tropes à plusieurs mots (allégorie, hyperbole, ironie, etc.) (cf. EGGS : 2001, p. 1109sq. et 1138sq.).

23 Signalons que HARTUNG (1998) a récemment montré, dans une étude empirique sur l’ironie dans les conversations quotidiennes, que les actes ironiques impliquent toujours une évaluation négative.

24 Même dans une situation où il n’y pas de « pré-texte », on pourrait interpréter ce « Quel beau temps ! » prononcé sous la pluie comme une (faible) critique ou plutôt comme un regret que le beau temps si souhaité (pour ce rendez-vous par exemple) ne se soit pas installé. C’est pourquoi nous interprétons des formules comme « C’est du joli ! », « Vous en savez des choses ! », « C’est vous dire s’il est intelligent ! » ou « Ah, ben, alors là bravo ! » non pas comme clichés linguistiques mais comme des formes publiques appartenant à l’expérience de tous et de tous les jours. Ces formes d’ironie ne sont d’ailleurs pas « plus évidentes » ou moins « opaques » que les exemples « complexes » comme celui du chirurgien : pour ceux qui sont initiés, c’est-à-dire pour ceux qui connaissent la situation spécifique et les règles éthico-esthétiques partagées par un groupe particulier, ces ironies ‘complexes’ sont facilement déchiffrables. Bref, toute forme d’ironie est par définition transparente.

25 Cette projection en arrière caractérise d’ailleurs tout mot d’esprit (cf. EGGS : 2003). Illustronsle par un exemple qui ne respecte pas non plus la règle concernant les structures coordonnées : Parmi les habitants de Göttingen, on distingue généralement entre les étudiants, les professeurs, les philistins et le bétail (Heine, Voyage dans le Harz). » (FREUD : 1992, p. 142) Le jugement positif impliqué par les trois premiers éléments dans cette énumération est apparemment renversé par le dernier élément bétail qui provoque une appréciation inverse.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540