Version classiqueVersion mobile

Émotions et discours

 | 
Michael Rinn

Deuxième partie. La fonction argumentative du pathos

Le ressentiment : raisonnement, pathos, idéologie

Marc Angenot

Texte intégral

Le raisonnement antisémite

  • 1 Pas un livre sur l’antisémitisme qui ne se laisse aller une fois ou l’autre, sans prétention de rig (...)

1Relisons, pour entamer l’analyse et la caractérisation avec un cas de figure des plus typique, l’inépuisable Édouard Drumont et la douzaine de livres à succès qu’il publia contre la « France juive » entre 1886 et 1914 et extrayons-en une manière récurrente de raisonner, une certaine logique propre. Que dit en somme Drumont ? Vous réussissez dans cette société moderne où nous, qui sommes la majorité pourtant, nous, Français catholiques de vieille souche, ne sommes pas en état de nous imposer, de vous concurrencer – donc vous avez tort car la logique sociale qui permet et favorise votre succès est illégitime et méprisable. Et plus vous réussirez et nous échouerons, plus vous manifesterez votre scélératesse et mieux nous serons moralement justifiés de vous haïr. Le monde moderne, dégradé, est à l’image de l’« âme juive », car seuls des individus congénitalement pervers peuvent y réussir. Ce qui explique notre échec, et fait de cet échec notre gloire – Umwertung der Werte – tout en légitimant notre vengeance prochaine contre ces métèques qui tiennent le haut du pavé, plat qui, selon la sagesse des Nations, se mange froid. Cette manière de raisonner forme un idéaltype argumentatif, le type d’une logique du ressentiment. Parlant de rhétorique, on parle avant tout de façons d’argumenter ; or, on le sait bien, les antisémites de jadis et de naguère argumentaient et raisonnaient énormément (et ils convainquaient ainsi de façon fulgurante les esprits prédisposés), souvent ils semblaient raisonner même un peu trop. Dès le xixe siècle, leurs adversaires n’hésiteront pas à rapprocher la logique antisémitique de ce que les manuels de psychiatrie d’autrefois appelaient simplement la « folie raisonnante1 ».

2Il y a deux sens au mot de « ressentiment » : au sens courant, ce mot qualifie des mentalités, des états d’esprit (« ressentiment » est alors proche de frustration, rancœur, convoitise, envie, désir de vengeance…) Mais, au sens philosophique et socio-historique – trouvant sa source chez Søren Kierkegaard puis chez Friedrich Nietzsche et chez Max Scheler, il concerne des « morales », des idéologies, des mises en discours et en « visions du monde ».

  • 2 Paris, Alcan, 1904.

3Ce qui me fait problème dans la plupart des traités classiques de rhétorique, ce n’est pas la présentation, impeccablement aristotélicienne, de la rhétorique comme techniques complémentaires du logos et du pathos (et de l’ethos), c’est la banale disjonction même pathos/logos.Cette disjonction est scolaire et peu opératoire. Les plus subtils théoriciens montrent bien que les deux se confondent tout le temps et intimement et qu’il faudrait analyser en bloc, comme le suggérait le titre de Théodule Ribot au début du siècle passé, une Logique des sentiments2. Les mouvements de pathos et les « vérités du sentiment » ne forment pas une catégorie à part de l’analyse du discours ni ne forment un supplément stylistique au logos. Ils ne sont pas séparables des schémas cognitifs et des raisonnements, lesquels ont toujours une « dimension » affective. Ce n’est donc pas par hasard que la notion de ressentiment, qui désigne dans le langage ordinaire un état d’âme, « rancœur », « rancune », devient ou plutôt s’analyse chez Nietzsche et Scheler comme un type argumentatif et herméneutique, fondateur d’une « morale » et d’idéologies politiques modernes. La « logique des sentiments », inséparable de la logique des intérêts dans la vie sociale, c’est toute la logique.

  • 3 Le philosophe austro-américain Éric Vœgelin a postulé, en s’appuyant notamment sur les travaux de N (...)

4Nietzsche, grand connaisseur de la rhétorique grecque, démonte la « généalogie de la morale », chrétienne et puis sécularisée, comme une sophistique au service du ressentiment des faibles contre les puissants. Cette morale du ressentiment s’appuie sur quelques paralogismes : que la supériorité acquise dans ce monde terraqué est un indice de bassesse « morale », que les valeurs que les dominants reconnaissent sont ipso facto méprisables et que toute situation subordonnée, infériorisée donne droit au statut de victime, que tout échec, toute impuissance à prendre l’avantage dans ce monde se « transmue » en mérite et va se légitimer en griefs. Ainsi, l’homme du ressentiment raisonne-t-il, il dévide même, lui aussi, de longs raisonnements, mais il le fait en partant d’un axiome : ce monde où je sens ma faiblesse et souffre de mes difficultés n’est pas le vrai. Les valeurs immanentes au monde sont des impostures aux yeux d’un Arbitre transcendant que je vais invoquer. Le rapprochement doit se faire ici entre position de ressentiment et « gnose » au sens que donne à ce mot, en l’appliquant aux idéologies totalitaires modernes, Éric Vœgelin3. C’est la dimension « gnostique », dénégatrice de ce monde, œuvre d’un démiurge mauvais, qui sert de porte d’entrée éventuelle au ressentiment dans certaines idéologies d’extrême gauche. La transvaluation, l’inversion des valeurs, Umwertung aller Werte, au cœur du ressentiment, est d’origine judéo-chrétienne, montre Nietzsche. On perçoit en effet le rapport direct entre les idéologies séculières du ressentiment et la « pensée religieuse » en Occident comme telle, c’est-à-dire comme déclassement de ce monde sublunaire, – distorsion du rapport du moi à ce monde par l’invocation d’un Autre Monde, d’un autre ordre des choses plus vrai que le cours des choses.

Pathos et logos

5Le ressentiment est à la fois pathos et logos ; la disjonction classique du pathos et du logos est immédiatement inadéquate – comme elle l’est à mon sens à l’étude de tout phénomène discursif. Mais quel rapport entre pathos et logos, entre frustration et argumentation ? Se connaître des mérites non reconnus, se heurter à des obstacles qui bloquent l’épanouissement de votre potentiel, se révolter contre l’injustice de cette situation, – il n’y a pas de ressentiment dans ceci ! Mais évidemment, il faudrait pouvoir distinguer (et c’est malaisé) cette sorte de prise de conscience de son inversion fallacieuse qui consiste à conclure : je n’arrive à rien, donc j’ai des mérites ; d’autres réussissent où j’échoue, donc leur réussite est due à des avantages escroqués à mon détriment.

6Le ressentiment classe, juge, raisonne et interprète, mais il le fait avec sa souffrance, ses griefs remâchés, ses déceptions, ses haines. Il argumente pour transmuer cette souffrance brute en une vision du monde consolante, pour divertir cette souffrance, détourner le traumatisme vers des convictions moins débilitantes : pitié pour les siens, sentiment de son mérite prouvé par ses échecs mêmes, haine désormais légitimée des victorieux et des possédants, iconoclasie des valeurs des Autres. Il connaît le monde à travers sa douleur et sa frustration ; il n’argumente pas pour clarifier son rapport au monde, mais pour anesthésier sa peine originelle. L’idéologue du ressentiment se place donc face à un monde jugé imposteur et oppresseur en cultivant des griefs. Le grief remâché devient son mode exclusif de contact avec le monde, tout s’y trouve rapporté, il sert de pierre de touche, de grille herméneutique. Il donne une raison d’être et un mandat social qui permettent cependant de ne jamais sortir de soi-même. Le grief détermine une sorte de privatisation des universaux éthiques et civiques et formule un programme pour l’avenir comme liquidation d’un immense contentieux accumulé dans le passé.

7Bien entendu, en dehors de ses tortueux raisonnements, la pensée du ressentiment se reconnaît aussi à des éléments extra-dialectiques, c’est-à-dire à des « mythes » de prédilection. Dénégatrice et suspicieuse, cette pensée est grande consommatrice et productrice de certaines sortes, bien connues, de « mythes » : mythe du Complot, de la Conspiration scélérate, mythes des Origines, de l’Enracinement, mythe du Vengeur à naître parmi les Siens. On perçoit l’effet persuasif de tels mythes : ils sont conçus pour contribuer à une Grande explication de ce mundus inversus, de ce monde à l’envers où moi et les miens n’avons pas notre juste place.

8Le mouvement fondateur du ressentiment est le refus de l’autre, une pulsion de repli contre la diversité sentie comme sourde à la communauté des griefs ; je citerai une seule fois Nietzsche en un passage bien connu : « La morale des esclaves oppose dès l’abord un “non” à ce qui ne fait pas partie d’elle-même, à ce qui est “différent” d’elle, à ce qui est son “non-moi” : et c’est ce non qui est son acte créateur. » En valorisant ses valeurs « propres », la tribu de ressentiment exalte le mérite qu’il y a à se restreindre et à se refermer sur son contentieux à l’égard du monde extérieur en se purifiant de la diversité.

  • 4 Minuit, 1992, p. 39.

9Le ressentiment est, certes, dans tout ceci, une argumentation de protestation et d’émancipation, mais c’est une voie d’émancipation radicalement aliénée. Pierre Bourdieu aux Règles de l’art4, le dit fort bien : « Le ressentiment est une révolte soumise. La déception, par l’ambition qui s’y trahit, constitue un aveu de reconnaissance. Le conservatisme ne s’y est jamais trompé : il sait y voir le meilleur hommage rendu à l’ordre social, celui du dépit et de l’ambition frustrée. »

Ressentiment et transvaluation

10Je reviens à mon idée d’un type spécifique de raisonnement. Le ressentiment se définit comme un mode de production des valeurs, comme un positionnement « servile » à l’égard des valeurs prédominantes, mais c’est une position qui cherche à se fonder par la voie de raisonnements têtus, d’argumentations retorses et qui ne se sépare pas de ceux-ci. D’où l’importance qu’il y a de reconstituer les figures-clés d’une rhétorique du ressentiment. Cette rhétorique sert deux fins concomitantes : en démontrant la situation présente des siens comme injustice radicale, comme dol, elle cherche à persuader de l’inversion des valeurs et à expliquer la condition misérable des siens en renvoyant ad alteram partem tous les échecs essuyés. Seconde finalité : il s’agit de valoriser la position victimale et le mode d’être du dominé ; et de dévaloriser les valeurs que chérit le dominant et qui vous sont inaccessibles en les montrant à la fois (cette simultanéité est déjà paralogique si la logique repose sur le principe de non-contradiction) comme chimériques, arbitraires, ignobles, usurpées et causatrices de préjudice.

11L’essence du ressentiment, selon Nietzsche et ses successeurs, réside en une transmutation des valeurs, c’est-à-dire transmutation des stigmates, des échecs, des signes où les Autres voient votre faiblesse et votre « servilité », en valeurs. Au cœur de la « sophistique » du ressentiment, on trouve une axiologie renversée, retournée : la bassesse et l’échec sont indices du mérite et la supériorité séculière, les instruments et produits de cette supériorité, sont condamnables par la nature des choses car usurpés à la fois et dévalués au regard de quelque transcendance morale que le ressentiment se construit. Si le succès « séculier » n’est aucunement, en bonne logique, la preuve nécessaire du mérite, la sophistique du ressentiment tire de cette proposition la thèse que l’insuccès ici-bas est au contraire un indice probant dudit mérite.

12C’est un paralogisme par les conséquences qui conduit les démagogies du ressentiment à la recherche ou l’invention d’un autre système de valeurs, de rationalité, de morale, etc. que celui dont se réclament ceux qu’on présente comme les dominants. De deux choses l’une en effet. Ou bien, au bout du compte, les valeurs réinventées par les idéologues des prétendus opprimés ne seront à l’examen qu’un retapage des valeurs présentées par les dominants comme universelles – aboutissement des plus fâcheux, car ce serait concéder au dominant une certaine légitimité et une certaine humanité, une capacité d’avoir jusqu’à un certain point pensé au nom de tous – et cela indiquerait en outre que la différence narcissique du peuple ressentimentiste n’est pas aussi essentielle et spécifique qu’il la présente. Ou bien, et ce serait déjà beaucoup mieux, les valeurs propres au groupe victimisé prendront le contrepied des prédominantes. – La question restant de voir si ces contre-règles, contre-raisons et contre-morales (qui prouveront au groupe qui les adopte qu’il avait été dépossédé de ses biens axiologiques propres) vont permettre à ce groupe de faire son chemin dans le monde et de concurrencer victorieusement l’adversaire… Or, de la génétique mitchourino-lyssenkiste dans la « science prolétarienne » stalinienne, au mythe de la Femme-sorcière congénitalement immunisée contre la raison et la science des phallocrates (dans le féminisme dit radical de la fin des années 1970), aux dénonciations islamistes des sciences et des techniques du Grand Satan tout d’un tenant avec ses mœurs perverses, dans tous ces cas et bien d’autres qui encombrent le siècle révolu, les dénégations auxquelles conduisent ces raisonnements fallacieux n’ont guère servi, en fin de compte et sauf erreur, le combat des groupes qui sont passé à l’acte et ont cherché à appliquer dans le réel leur transmutations des valeurs.

13Il y a en fait un double procès de transvaluation auquel travaillent les idéologies du ressentiment : l’un construit comme alibi légitimateur, transcendant à l’ordre du monde et à ses méchants, permet ce renversement qui montre que l’état d’échec du victimisé est – transcendantalement – un mérite ; l’autre, découlant du repli identitaire, du narcissisme frustré, légitimant exclusivement ce qui est propre aux « siens », disant non et encore non aux valeurs du monde « extérieur » et sacralisant le programme de rancune à l’égard des « autres ».

  • 5 Parole de providence, Paris, Bossange, 1834, p..
  • 6 Sans doute, la pensée du ressentiment et la haine des privilégiés qui l’accompagne sont-elles des m (...)

14Le succès est le mal, l’échec, la vertu : voici, ramenée à une formulette, toute la « généalogie de la morale ». Nul ne peut régner innocemment, disait Saint-Just : le dominant, tout bénéficiaire du Système est toujours un scélérat puisqu’il est coupable de tous les maux du seul fait d’occuper une position avantagée et d’y trouver profit. Le dominé, s’il est dépouillé de ses droits, est en droit du moins de lui demander des comptes. « Sexe fort ! s’exclame la fouriériste Clara Vigoureux vers 1840, c’est vous qui régnez sur toute la terre, c’est à vous que je viens demander compte du mal qui désole la terre5. » L’axiologie de ressentiment, nourrie de rancunes parfois fort légitimes, fort réelles en tout cas, vient radicaliser, hyperboliser et surtout moraliser la haine qu’on éprouve du dominant6.

  • 7 Paris, Buchet-Chantal, 1957 et nombreuses rééditions.

15Sans doute, la pensée du ressentiment et la haine des privilégiés qui l’accompagne sont-elles des moyens d’échapper à la « simple » et passive rancœur jointe au mépris de soi. La haine du dominant est inséparable de la survalorisation du dominé et la fonction mobilisatrice de celle-ci est souvent directement déchiffrable. C’est ce qu’avait bien montré Albert Memmi dans son Portrait du colonisé7. On peut penser qu’il n’y a pas d’oppression « objective » qui ne soit tentée de tirer parti de son état d’infériorisation et de la conscience partielle qu’elle en prend pour ajouter à ses « justes revendications » tous les sujets possibles de plainte contre tous et chacun, contre la fatalité et la longue durée – « ayant bien sujet d’accuser la nature… » – et surtout, mais de façon travestie, contre ellemême, contre le groupe opprimé et la haine de soi que comporte la condition servile où il se trouve placé et que l’aliénation intériorisée, autant que les bénéfices secondaires qui accompagnent le ressentiment, contribueront à perpétuer.

Ressentiment et persuasion

16Le ressentiment ratiocineur, carburant au pathos, ne veut pas vraiment convaincre le monde extérieur, il sait qu’il n’y a guère de chances. Le ressentiment dévide ses raisonnements non pour convaincre les « autres » – dont il n’attend rien de bon – mais pour ressasser sa vérité particulière aux oreilles des siens et dissuader de toute velléité critique les membres de sa tribu qui seraient tentés de raisonner par eux-mêmes ou qui pourraient avoir des doutes. Le ressentiment a simplement horreur des objectivations venues de l’extérieur qui sont « insensibles » à sa « spécificité ». Il faut toujours lui rendre hommage d’abord, tenir compte de son hypersensibilité, de ses susceptibilités d’écorché. Quand l’homme du ressentiment accepte de parler à quelqu’un à qui il a supposé d’abord de la bonne volonté, il finit par devoir dire, défrisé : « Vous ne pouvez pas nous comprendre décidément ! »

  • 8 Réédité récemment : Strasbourg, Circé, 1990.

17Dans les discours de ressentiment fonctionne une dialectique éristique sommaire, c’est-à-dire quelque chose comme L’Art d’avoir toujours raison(titre d’un opuscule de Schopenhauer8), d’être inaccessible à l’objection, à la réfutation comme aux antinomies qu’on décèle chez vous, le tout formant un dispositif inexpugnable et aussi une réserve inusable : on n’a jamais gagné, il demeure toujours des torts anciens qui n’ont pas été corrigés, des cicatrices qui rappellent le passé et ses misères, le ci-devant groupe dominant est toujours là, hostile et méprisant, et – si on n’est pas parvenu à s’en débarrasser totalement, à l’annihiler par quelque « solution finale » – il conserve toujours quelque avantage qui en font l’obstacle infini à la bonne image qu’on voudrait avoir de soi et des siens.

18Il y a quelque chose de « diaboliquement » simple dans les raisonnements de ressentiment. Dans la logique ordinaire, les échecs ouvrent la possibilité de revenir sur les hypothèses de départ et de les corriger. C’est d’ailleurs la règle d’or de la méthode scientifique… Dans le ressentiment, les échecs ne prouvent rien, au contraire, ils confortent le système, ils se transmuent en autant de preuves surérogatoires qu’on avait raison et que décidément « les autres » vous mettent encore et toujours des bâtons dans les roues. Un système où les démentis de l’expérience ne servent jamais à mettre en doute les axiomes, mais les renforce est un système inexpugnable par structure. Et un système inexpugnable « pose problème » au regard des « bases de la discussion » indispensables à la raison communicationnelle.

Ressentiment et idéologies

19Le ressentiment, cette sorte de logos guidé par une passion misérable, est alors ceci même contre quoi, depuis les Lumières et jusqu’à l’épuisement actuel de la modernité, les pensées du progrès, les grands militantismes sociaux, les programmes des Grands récits émancipateurs ont eu à lutter. La modernité est à définir alors comme cette période révolue marquée par des tentatives constantes et dans une large mesure victorieuses de tenir le ressentiment en respect, de le « dépasser dialectiquement », de le re-transmuer en autre chose. La modernité entendue sur les deux siècles de sa durée comme pensée des Lumières, des droits de l’homme, pensée de la citoyenneté, comme idéologie « bourgeoise » du progrès, idéologie positiviste de la science, mais aussi essor des doctrines socialistes : dans toute une diversité de dispositifs en conflit – en dépit du fait qu’ils découlent de la même logique de dépassement.

20Le ressentiment a été et demeure une composante de nombreuses idéologies tant de droite – nationalisme, antisémitisme – que de gauche, s’insinuant dans certaines expressions du socialisme, du féminisme, des militantismes minoritaires. Pensée de l’inversion des valeurs, tournée vers un passé mythique, ressassant des griefs, rancunière et suspicieuse à l’égard de tous ces « autres » qui ne sauraient comprendre assez votre « différence », le ressentiment est à la source des démagogies nationalistes et des idéologies identitaires qui progressent dans le monde. Le ressentiment actuel n’est pas une idée neuve en Europe, ni en Amérique. C’est le retour d’un refoulé. La dynamique du ressentiment ne se comprend que sur la longue durée de l’histoire moderne. Mais il y a aussi, dans cette histoire moderne, des dispositifs « antiseptiques » de rationalisme, d’universalité, d’émancipation qui ont joué mais, dans certaines conjonctures comme celle que nous vivons, ils se retrouvent débordés par le reflux du ressentiment toujours sous-jacent.

Ressentiment et réaction

21En gros, le ressentiment est coextensif aux militantismes réactionnaires. Il subsiste parmi nous, dans une longue persistance depuis le Syllabus du Pape Pie IX un antique ressentiment de droite avec des connotations cléricales. Oscillant entre la nostalgie d’un Ordre révolu, l’angoisse devant la modernité, la rancune et la dénégation, la grande production idéologique antimoderniste de droite a cherché à re-fétichiser la religion, la tradition, la nation, la famille, à réinstituer dans le symbolique tout ce que dans le réel, le « progrès » du marché capitaliste a eu pour vocation fatale de déstabiliser et de mettre bas. Il y a d’ailleurs dans toute idéologie du ressentiment, de forme conservatrice ou pseudo-progressiste, une dénégation crispée de ce qui est en train de s’opérer dans le « monde réel ». Face à la déterritorialisation, à une évolution sans fin ni cesse qui dissout des territoires symboliques et d’antiques enracinements, le ressentiment cherche à restituer des fétiches, des stabilités, des identités. L’idéologie de ressentiment de droite aboutit dans l’ordre déontique à des exigences de « réarmement moral ».

22Le rapprochement entre la pensée conspiratoire et ce ressentiment de droite s’impose. Les idéologies du ressentiment sont de grandes fabulatrices de thèses de conspiration. Les adversaires qu’elles se donnent passent leur temps à ourdir des trames, ils n’ont de cesse de tendre des rêts – et comme ces menées malveillantes ne sont guère confirmées par l’observation directe, il leur faut supposer une immense conspiration secrète et se convaincre de son existence aussitôt l’hypothèse envisagée. Comme le mouvement politique et social fondé sur le ressentiment s’empêtre dans ses propres contradictions, qu’il subit la « malencontre du réel » et que ses revendications et rancœurs demeurent peu intelligibles à l’extérieur, cette conspiration universelle se confirme constamment à ses yeux. La vision conspiratoire du monde va de pair avec le raisonnement du ressentiment : du fait que certains sont vus en position avantagée et sont objets d’envie, on leur prête un malfaisant projet de domination (il ferait beau voir que leur succès soit à quelque égard innocent !), un but ultime d’hyperdomination, de dépouillement total des désavantagés.

Nationalismes

23Le ressentiment forme le substrat idéologique des nationalismes des xixe et xxe siècles, – pas les chauvinismes de grande puissance, bien entendu : celui des petites entités ethniques traînant le souvenir d’avoir été méprisées et brimées. Le nationalisme envisagé surtout comme séparatisme, comme besoin de sécession pour se retrouver entre soi, comme fantasme de n’avoir plus à se comparer sur le terrain de l’adversaire historique et dans ses termes, selon la logique qui a assuré son succès. Les groupes ethniques ne se définissent pas à l’origine par une identité collective pleine (mais ils s’affairent à se bricoler un moi collectif), mais par un manque, une frustration collectivement éprouvée. Tout nationalisme prétend faire la promotion d’une indicible identité sacrée collective, d’une plénitude de différences admirables, d’une particularité pleine au nom de laquelle il justifie ses revendications politiques. Or, on sait qu’à l’analyse cette singularité plénière et sacrale n’apparaît jamais que comme l’éversion de griefs et de rancœurs perpétués et partiellement maquillés auxquelles la communauté est d’autant plus attachée qu’y renoncer reviendrait à perdre ce qui lui tient lieu d’« âme ». Le ressentiment est premier, il est ce qui soude la communauté idéologique, la tribu identitaire dont la cohésion ne résulte que du ressassement collectif de griefs et de rancunes. Le ressentiment fait les idéologies nationalistes et identitaires, il les engendre, il les soutient, il en constitue l’ultime recours : voici ma thèse.

24Quoi que le prétendu dominant et ennemi héréditaire ait pu faire ou fasse, la rhétorique nationaliste le lui tiendra à grief. Cherche-t-il à imposer ses valeurs, sa bienfaisance, il a tort, il fait preuve de condescendance et complote pour priver le peuple du ressentiment de son identité. Leur interdit-il l’accès auxdites valeurs, il a encore tort. Prétend-il s’occuper d’eux, il s’immisce. Demeure-t-il indifférent et les laisse-t-il vivre à leur guise, il les méprise. Aucune attitude ne peut satisfaire l’idéologie de ressentiment laquelle ne cherche qu’à retrouver en toutes circonstances des preuves de la malveillance des autres à son endroit.

25Une des grandes revendications du ressentiment communautariste, c’est le droit de persister dans son « essence », le droit de n’avoir pas à ajouter à la douleur d’une position sans gloire, la douleur additionnelle d’avoir à s’adapter au cours du monde et la perspective de « disparaître ». La peur de disparaître qu’avouent pour « leur » peuple les partis nationalistes, les politiques de persistance, de perpétuation à l’identique et de « containment » du monde extérieur qu’ils cherchent à imposer aux « leurs » ne sont que l’expression de la peur d’avoir à renoncer à ce ressentiment qui les soude. Les nationalismes comportent un rêve d’étanchéité.

26Ce qui frappe encore dans les idéologies nationalistes, c’est leur rapport morbide au temps : l’avenir est conçu non comme ouverture, dépassement, mais comme épuration des comptes rancuniers que l’on entretient avec un certain passé. Le ressentiment nationaliste est fatalement tourné vers le passé (quoiqu’inscrivant sa rhétorique sur un avenir compensatoire) et c’est un passé à mémoire longue, plein de reproches remâchés, du souvenir d’offenses qui se perdent dans la nuit des temps dont chaque génération réactive le grief car son identité tient à ces manquements, à ces mortifications, – aggravés par transmission, et pleins d’explications ad hoc des échecs de son propre groupe, échecs jamais assumés. Rien ne se « pardonne » (car pardonner supposerait de se concevoir sujet à part entière), rien ne se surmonte, on traîne après soi un lourd faix, un passé qui s’immisce dans tout action présente et qui interdit de jamais en avoir fini. Dans ce ressentiment fonctionne un paralogisme temporel analogue à celui que Proust prête à Swann jaloux d’Odette : la joie de se figurer anticipativement le plaisir qu’on aura quand on n’aimera plus et qu’on sera vengé enfin par le regret que les avanies qu’elle vous a fait subir inspireront à l’aimée – sans comprendre que ce jour-là on sera devenu un autre et indifférent à une revanche qui sera devenue sans saveur.

Ressentiment à gauche

27Mais les logiques du ressentiment se sont insinuées à divers moments à gauche, ou plus précisément dans ce que l’on situe à l’extrême gauche. Il est difficile, mais non impossible de distinguer dans certaines idéologies – les unes réactionnaires, les autres posant pour progressistes – la logique du ressentiment et la volonté d’ordre dans un cas, de justice et d’émancipation dans l’autre, derrière quoi elle se dissimule ou à laquelle elle se mêle. On a pu analyser le parasitage des programmes de justice sociale par les sophismes du ressentiment et ceci semble un moyen décisif de critique des dérapages pernicieux occasionnels du socialisme comme du féminisme et d’autres idéologies de critique sociale – que ce soit, dans l’ordre du discours, la critique oratoire du manichéisme – qui est une figure du ressentiment – du camp de la vertu et du camp des bourreaux, des victimes innocentes contrastées aux exploiteurs scélérats (à quoi s’oppose la connaissance ésotérique du social qui énonce ce qu’exactement Karl Marx pose en axiome dans la préface du Capital, qu’il « ne s’agit de personnes qu’autant qu’elles sont la personnification de catégories économiques… »), ou, par voie d’application, la critique des politiques concrètes fondées sur l’Umwertung der Werte accompagnée de la dénégation des effets pervers qu’entraîne le renversement volontariste des valeurs.

  • 9 L’Homme du ressentiment, Paris, Gallimard, 1970, p. 16.

28De fait, nul ne l’ignore, les dynamiques de l’égalité peuvent être entachées de ressentiment : elles se développent entre l’appétition vers une justice émancipatrice et le ressentiment de l’égalisation « par le bas », de la revanche sociale, du truquage des règles du jeu pour empêcher, au prix de la léthargie économique et par toutes sortes de moyens vexatoires, que des distances ne se constatent ou ne se creusent. Il y a, vieille comme le monde moderne, une sophistique de l’égalité : l’égalité comme « lit de Procuste » qui est celle qu’affectionnent les réclamations du ressentiment, qu’on nomme aussi l’« égalisation par le bas » qui flatte l’inversion de valeurs et apaise la rancune des abaissés. Il y a la justice dite parfois « plébéienne » comme obligation de rentrer dans le rang et de « faire comme tout le monde », justice pour qui toute liberté individuelle et toute différence sociale sont suspectes de faire tort à la masse égalitaire. On rencontre aussi dans les idéologies radicales une conception de la justice comme punition des autres, qui seront « mis à votre place » tandis que vous prendrez la leur – imposition d’une inversion de rôle, réalisation du mundus inversus comme vengeance du dominé. « Le désir de vengeance est la plus importante des sources du ressentiment », écrit Max Scheler9. Mais c’est une vengeance différée par le cuisant sentiment de son incapacité à prendre naturellement l’avantage, vengeance exacerbée par de la rancœur.

  • 10 Le socialisme des intellectuels, Paris, Seuil, 1979.

29On peut lire alors un dépassement du ressentiment plébéien de l’ouvrier exploité dans ce qui s’est désigné comme le « socialisme scientifique » : dépassement formulé dans le mandat donné au prolétariat, à la classe salariée transfigurée – telle qu’en elle-même enfin l’Histoire la changeait – en Prolétariat, d’émanciper prochainement l’humanité tout entière « sans distinction de classe, de race ou de sexe », selon les termes du Programme minimum du Parti ouvrier (guesdiste) en 1881, programme revu par Karl Marx. Il faut peut-être déceler ici un socialisme des intellectuels cherchant à doter Caliban d’une image sublime qui lui permettait de dépasser son ressentiment frustre et barbare, c’est-à-dire de le mettre au service d’une modernisation étatiste et planiste. Il fallait opposer au ressentiment spontané des masses laborieuses un mandat sublime d’émancipation de l’humanité qui mettait en fait celles-ci au service d’un projet rationnel de modernisation productiviste. C’est ce que l’anarchiste polonais Vaclav Makhaiski dénomma en effet au tournant de ce siècle le « socialisme des intellectuels » (auquel il opposait le purement ouvrier anarcho-syndicalisme)10.

30Mais Makhaiski transposait une autre formule polémique fameuse. Le leader de la Sozialdemokratie allemande, August Bebel avait dit en une formule condamnatrice face à quelque chose qui menaçait du dedans le socialisme, formule qui ne manquait pas de justesse : « l’antisémitisme, c’est le socialisme des imbéciles ! » Il le disait bien : l’antisémitisme qui rongeait l’extrême gauche allemande (et française) à la fin du xixe siècle, était une sorte de socialisme, quelque chose qui y ressemblait, mais transposé en une autre clef cognitive. Il n’y avait pas entre les deux idéologies, socialisme et antisémitisme, une différence de contenu, de cible ou d’objet de haine, mais une discordance de manière de penser et comme on disait à cette époque, de « mentalité ». L’antisémitisme, c’était quelque chose comme la lutte des classes, mais pensée d’une manière « imbécile », gothique, barbare, pensée en une transposition agressivement archaïque par des esprits noncontemporains – ungleichzeitig. Le ressentiment, dirais-je pour généraliser, cela a été et c’est le patriotisme des imbéciles, c’est le féminisme des imbéciles, c’est l’écologisme des imbéciles, et on pourrait continuer. Derrière l’amour des faibles, lisez la haine des forts, suggérait Nietzsche ; transposons ceci pour un certain écologisme geignard : derrière l’amour de la nature « violée », lisez la haine des humains productifs et de leurs industries dans tous les sens de ce dernier mot.

L’essence du populisme

  • 11 Paris, La Découverte, 1993.
  • 12 Parlant de valeurs, je note que ce n’est pas par hasard que le grand mouvement populiste agraire du (...)

31Michel Wieviorka, dans un livre paru en 1993, La démocratie à l’épreuve, Nationalisme, populisme, ethnicité11 analyse la concomitance entre la montée des nationalismes dans la conjoncture actuelle et les progrès de cette sorte de démagogie plus diverse qu’on regroupe sous le nom de « populisme ». Dans la perspective de cet essai, je voudrais proposer le paramètre du ressentiment comme critère propre de la notion de populisme en le montrant du même coup logiquement proche, contigu des nationalismes de ressentiment. Je vois comme le trait typique du populisme le fait pour les doctrinaires de cette sorte de mouvements de prétendre « revenir au peuple, renouer avec les valeurs profondes du peuple », mais pour capter dans ledit « peuple » et donner force, non aux ferments de révolte et à l’appétit de progrès qui pourraient s’y cultiver, mais justement à ce qu’on peut y trouver et y cultiver sélectivement de ressentiment spontané : ressentiment du bon sens « populaire » à l’égard de la domination des intellectuels (des « eggheads », les têtes en forme d’œuf, disent les populistes américains), des techniciens (des « technocrates »), des experts d’État dont les compétences font ombrage aux « sagesses » des masses et dévaluent celles-ci, ressentiment des routines à la petite semaine, « improductives », et des bonnes vieilles traditions plébéiennes à l’égard des modernisations et « rationalisations » qui harassent et déstabilisent, ressentiment à l’égard de ces inintelligibles arts et littératures d’avant-garde qui ne plaisent qu’aux « grosses tête » et aux « snobs ». Ressentiment à chaque coup de ceux qui sont attachés à un ordre de valeurs populaires à l’égard des valeurs qui d’en haut, de la capitale, de l’appareil d’État, viennent les dévaluer, les déclasser12.

Le ressentiment aujourd’hui

  • 13 On pourrait faire apparaître aussi dans la conjoncture présente des contagions. Le ressentiment « s (...)

32Un vaste marché du ressentiment s’est ouvert dans les sociétés occidentales de la fin du xxe siècle. Marché de bon rendement, avec une large clientèle de désillusionnés à la recherche d’illusions retapées et de rancunes inépuisables. Dans les sociétés développées, sociétés éclatées en lobbies suspicieux, obsédées par des revendications identitaires – on a parlé de néo-tribalisme – infléchissant la pensée du droit pour la ramener à un marché criard de « droits à la différence », formées de groupes entretenant des différends appuyés sur des contentieux insurmontables et sur une réinvention rancunière de « passés » à venger, le ressentiment (re) devient envahissant. Tout ceci me semble se produire en raison de l’effondrement des utopies de progrès et de dépassement des litiges vers une idée de justice et de réconciliation rationnelle. La refondation de l’identité des groupes sur du ressentiment est concomitante de cette « Fin des utopies » qui formaient la connaissance de soi à l’horizon d’un devenir-autre.Je vois dans les retours du ressentiment et de ses sophismes quelque chose qui vient colmater les trous béants, boucher les vides dans une conjoncture qui dépossède les esprits de tout projet d’espérance commune à partager et rend suspicieux à l’égard de la démocratie et de l’état de droit. Dans un tel contexte, le ressentiment identitaire apparaît comme un nouvel opium des peuples : quelque moyen artificiel et passager d’apaiser de grandes douleurs, de rediriger ses émotions frustrées vers des fantasmes consolateurs. On assiste à un repli de l’intelligible collectif sur des « positions préparées à l’avance », celles de l’homogène censé chaleureux, du gemeinschaftlich qui absolutise ses limites. Face à la privatisation néo-libérale de grands pans des économies et à la globalisation des grandes puissances transnationales auxquelles ils laissent le champ libre, les dépossédés et les frustrés réagissent en privatisant et en muant en absolus – faible rétorsion – leurs mœurs, leurs valeurs et leurs mini-cultures13.

  • 14 Le ressentiment n’est certes pas la seule forme récurrente de « fausse conscience » (je reviens à c (...)

33Certaines sociétés occidentales – ceci frappe aux États-Unis – semblent en passe de devenir des sociétés de différends (selon le concept de Jean-François Lyotard) où les litiges et les griefs des uns et des autres ne cherchent surtout plus à se transcender vers une règle de justice ou vers un compromis collectif. Le ressentiment, comme il a toujours fait, se donne un projet d’avenir, mais c’est un avenir pour les « siens » et un avenir de « règlement de comptes » avec divers antagonistes héréditaires. La formule d’« absolutisme culturel » est de Rhoda Howard, sociologue ontarienne : elle substitue une juste formulation à ce que l’on persiste à présenter comme le « relativisme culturel ». L’absolutisme culturel définit une tendance néo-féodale à l’absolutisation autarcique d’axiologies « tribales ». L’« absolutisme culturel » fait de son expérience, de son ignorance et de celles des siens la mesure de toutes choses. Bonne occasion de répéter la maxime de Vico : L’uomo ignorante si fá regola dell’universo.Il s’agit bien d’expliquer encore et toujours la fausse conscience et l’idéologie par des intérêts, mais il ne s’agit pas ici d’intérêts tangibles, plutôt d’intérêts psychiques à collectivement maquiller, déguiser, transmuer… Intérêts psychiques – parfois sentis comme vitaux – à « renverser » dans l’idéologie les rapports qu’on a, de fait, avec les autres14.

34On peut constater ainsi, dans le cours du temps, un déportement axiologique ; on peut prévoir le triomphe de l’idée même de la droite nationale (barrésienne et maurrassienne), idée qui s’est revêtue de nos jours des haillons du progressisme : quelle est cette idée ? Que la valeur éthique fondamentale est la culture et les traditions d’un groupe déterminé et que celles-ci engendrent des droits collectifs suprêmes. On assiste à une réinvention féodaliste du droit des personnes par le néo-ressentiment : des droits qui ne sont reconnus qu’attachés à une glèbe et soumis à une allégeance, à un aveu d’appartenance, droits qui sont mérités par ceux qui se réclament d’abord d’une protection identitaire et à ce prix. Précondition de l’obtention de droits très fâcheuse pour les déviants, les atypiques et les agnostiques de toutes les Identités.

Ressentiment et désenchantement

35En longue durée, la démarche de ressentiment a toujours opéré – dans le fictif, dans le dénégateur – en réaction au désenchantement, Entzauberung – ce concept central de Max Weber. Les idéologies du ressentiment sont intimement liées aux vagues d’angoisse face à la modernité, à la rationalisation, à la séculanisation et à la déterritorialisation. La mentalité de la Gemeinschaft [Tönnies], homogène, chaude et stagnante, ayant tendance à tourner à l’aigre dans les sociétés ouvertes et froides, rationnelles-techniques. Entzauberung :le ressentiment qui recrée une solidarité entre pairs rancuniers et victimisés et valorise le repli communautaire, – gemeinschaftlich, – apparaît comme un moyen de réactiver à peu de frais de la chaleur, de la communion dans l’irrationnel chaleureux alors qu’on se trouve confronté à des mécanismes de développement sociaux et internationaux anonymes et froids, des « monstres froids » incontrôlables, lesquels ne permettent justement pas de tactique ni de réussite collectives.

Notes

1 Pas un livre sur l’antisémitisme qui ne se laisse aller une fois ou l’autre, sans prétention de rigueur nosographique évidemment, mais parce que c’est tout à fait suggestif au passage, à étiqueter tel thème de propagande, tel argument conspiratoire des antisémites de « paranoïaques » et autres aménités. Un « paranoïaque », tel était Édouard Drumont, juge Michel Winock dans une note en bas de page au début de son Édouard Drumont & Cie : « Paranoïaque ? Peu importe ; il est lu, célébré, on le prend au sérieux. » Certainement l’historien n’a aucune intention de se substituer au psychiatre post mortem et il sait que « l’homme Drumont » dans son temps n’apparut pas plus pathologique que la plupart de ses contemporains (ce qui n’est pas en soi un critère décisif). Ce que Michel Winock veut dire, ce qu’il veut évoquer, c’est ceci même dont je parle : l’antisémite ce n’est pas seulement quelqu’un qui a des convictions politiques odieuses, une vision obsessionnelle et haineuse de certain groupes sociaux, c’est quelqu’un qui, dans ses pamphlets et ses brochures, s’est mis à raisonner et qui raisonne même énormément, mais de façon bizarre…

2 Paris, Alcan, 1904.

3 Le philosophe austro-américain Éric Vœgelin a postulé, en s’appuyant notamment sur les travaux de Norman Cohn et de Henri de Lubac sur les Joachimites, un pattern de conscience gnostique qui serait à suivre en continuité depuis l’Antiquité avec des épisodes de latence relative. Le type a en effet réémergé périodiquement jusqu’à nous. La gnose apparaît ainsi en longue durée, non pas tant comme une doctrine ou un système datés, ni comme une stricte tradition continue, mais comme « une attitude permanente de l’esprit humain dans son effort de saisie du monde ». La gnose part de la croyance que ce monde a été façonné par un Démiurge ignare et méchant et non par Dieu. Elle rejette en bloc le monde terraqué, monde de misère et d’injustice, monde chaotique aussi, du côté du Mal et du Désordre et le sépare d’un Dieu bon, absent, dont les justes peuvent se rapprocher par la « connaissance ». Il n’est pas à propos par ailleurs d’identifier gnose et religion ou églises. Il suffit de noter que cette forme de pensée a toujours été suspecte aux églises établies et, notamment, au catholicisme qui a poursuivi les gnoses antiques et médiévales comme des hérésies d’inspiration diabolique ainsi que le fulminèrent Eusèbe de Césarée et Irénée de Lyon. Les Églises sacralisent le maintien d’un Ordre universel, les gnoses tracent l’itinéraire pour sortir d’un désordre scélérat.

4 Minuit, 1992, p. 39.

5 Parole de providence, Paris, Bossange, 1834, p..

6 Sans doute, la pensée du ressentiment et la haine des privilégiés qui l’accompagne sont-elles des moyens d’échapper à la « simple » et passive rancœur, jointe au mépris de soi. La haine légitimée du dominant est inséparable de la survalorisation du dominé et la fonction mobilisatrice de celle-ci est souvent directement déchiffrable.

7 Paris, Buchet-Chantal, 1957 et nombreuses rééditions.

8 Réédité récemment : Strasbourg, Circé, 1990.

9 L’Homme du ressentiment, Paris, Gallimard, 1970, p. 16.

10 Le socialisme des intellectuels, Paris, Seuil, 1979.

11 Paris, La Découverte, 1993.

12 Parlant de valeurs, je note que ce n’est pas par hasard que le grand mouvement populiste agraire du dernier tiers du xixe siècle aus États-Unis a eu pour thème et motif de mobilisation la protestation des classes rurales du Mid-West et Far-West contre une dévaluation : la démonétisation de l’argent décrétée par Washington, le choix de l’or comme encaisse de référence, décision technocratique et modernisatrice qui ruinaient certaines régions et dévaluaient un certain mode de vie.

13 On pourrait faire apparaître aussi dans la conjoncture présente des contagions. Le ressentiment « s’attrape ». Au contact de minorités stigmatisées, résolues à se plaindre indéfiniment sans perspectives de négociation rationnelle, les groupes relativement privilégiés se mettent à se chercher un contentieux à leur opposer… et le trouvent. On a vu apparaître au cours des années 1980 en Amérique du Nord des mouvements masculinistes, calquant, singeant un à un les griefs du féminisme, montrant le malheureux mâle, opprimé, asservi par les femmes, victimisé tout autant qu’elles et remâchant lui aussi ses griefs.

14 Le ressentiment n’est certes pas la seule forme récurrente de « fausse conscience » (je reviens à ce concept travaillé jadis par Joseph Gabel). Il faudrait le confronter par exemple avec la conscience malheureuse qui lui est complémentaire. Pour une analyse d’un avatar en idéologies contemporaines de ce type argumentatif, on peut se référer au Sanglot de l’homme blanc de Pascal Bruckner (Paris, Seuil, 1983) qui étudie les raisonnements culpabilistes dans le militantisme tiers-mondiste, en parallèle au ressentiment qui, lui, peut apparaître comme le raisonnement au service de la rancune. Le ressentiment forme une position affective et cognitive qui se complète ainsi d’autres « formes simples » d’idosyncrasies raisonnantes : rationalité restreinte des technocrates, cynisme des repus, conservatisme opposant invinciblement ce qui est à ce qui pourrait être, « darwinisme social » (transfigurant la « lutte pour la vie » en principe légitimant la violence sociale), mais aussi doubles jeux, mauvaise conscience et conscience malheureuse (assez propre aux dominants-dominés), puritanisme de l’âme « pure », phobies sociales de différentes origines.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search